Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Travaux et publications des années 1890 à la veille de la Grande Guerre

Chapitre 2. Émile Durkheim et les Durkheimiens

Un intérêt plutôt limité pour les jeux et le sport

Texte intégral

1Remarqué par Alfred Espinas qui le recommande à Louis Liard, influent directeur de l’Enseignement supérieur, Émile Durkheim (1858-1917) est nommé chargé de cours de pédagogie et de science sociale à Bordeaux pour la rentrée de l’année universitaire 1887-1888, par arrêté ministériel du 20 juillet 1887. Jusque-là, il enseignait la philosophie au lycée de Troyes après avoir occupé un poste au lycée du Puy (en octobre 1882) puis au lycée de Sens et ensuite au lycée de Saint-Quentin. Pour l’année scolaire 1885-1886, il avait obtenu un congé qui lui permit d’effectuer un voyage d’étude dans plusieurs villes universitaires de l’Allemagne. Dès son installation à la Faculté des Lettres de Bordeaux, Durkheim va s’employer à fonder la sociologie en tant que discipline scientifique. Par la suite, il va constituer une équipe de collaborateurs dévoués autour de L’Année sociologique. Parmi ceux-ci, Célestin Bouglé, Marcel Mauss et Maurice Halbwachs ont publié des pages qui abordent la thématique du jeu et du sport sous des angles de vue différents.

Quelques points de vue exprimés par les « Durkheimiens »

2Examinons la place qu’occupent les jeux et l’éducation physique chez des auteurs comme Durkheim et quelques-uns de ceux qui sont considérés comme appartenant à son « groupe », bientôt identifié comme tel à partir de l’implication dans le chantier des volumes de L’Année sociologique.

Émile Durkheim : une science nouvelle…

  • 1 Durkheim É., Cours de science sociale, « Leçon d’ouverture par M. Émile Durkheim, chargé d’un cours (...)

3Le texte de la leçon d’ouverture au Cours de science sociale donnée par Durkheim au mois de décembre 1887 a fait l’objet d’un long article publié peu après dans la Revue internationale de l’Enseignement. Il est conservé sous la forme d’un tiré-à-part dans le fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Droit de Bordeaux1. Elle montre comment l’auteur définit le programme de cette science nouvelle et comment il entend situer ses efforts par rapport à quelques auteurs pionniers en ce domaine. « Pour que la sociologie ait le droit d’exister, il faut qu’il y ait dans le règne social quelque chose qui échappe à l’investigation biologique » (p. 13). Ce point est à retenir pour notre thème d’étude car des publications qui portent sur les jeux des animaux ou encore sur l’aspect physiologique et sur la stimulation de l’instinct évoqués à propos de divers jeux d’exercice physique ne sont pas faites pour intéresser Émile Durkheim, qui entend construire une sociologie bien délimitée et appliquée aux seules sociétés humaines… Avec Auguste Comte, la « sociologie se trouvait donc annexée au reste des sciences plus qu’elle n’y était intégrée » (p. 15). Spencer lui a fait franchir une étape supplémentaire : « c’est seulement avec Spencer que cette intégration s’est définitivement achevée » (p. 16). Cependant, l’œuvre de celui-ci est « plutôt une philosophie des sciences sociales » qu’une sociologie (p. 18). Durkheim loue ensuite les mérites d’Alfred Espinas pour la méthode employée dans son ouvrage sur les Sociétés animales, qui permet à la sociologie de franchir ainsi une troisième étape décisive (p. 20). Il lui reste à définir dans le détail un programme de travail pour la sociologie qui prendra pour objet d’étude les sociétés humaines. Durkheim entend se consacrer désormais à cette tâche : marquer l’avènement d’une sociologie scientifique.

4Nommé Professeur en titre à partir de juin 1896, avec la création d’une chaire de science sociale, Émile Durkheim accomplit à Bordeaux une partie de sa carrière, jusqu’en 1902, l’année de sa nomination à la Sorbonne où il prend la succession de Ferdinand Buisson. Entre-temps, en 1897, alors qu’il occupe cette chaire de science sociale à la Faculté des Lettres de Bordeaux, Durkheim est le candidat malheureux à la nouvelle chaire de philosophie sociale créée au Collège de France (Bouglé en parle comme de « la première chaire de sociologie » au sein de cette institution), qui échoit à Jean Izoulet, nommé par Léon Bourgeois.

5Revenons à notre thème d’étude. On ne peut que constater la discrétion de Durkheim quant à l’évocation du domaine du jeu, des jeux d’exercice, de l’éducation physique et des sports. Pour autant, pareille sobriété est loin de se réduire à de l’ignorance.

L’intérêt porté à l’art et au jeu par Durkheim : une certaine ambivalence ?

  • 2 Durkheim É., De la division du travail social. Étude sur l’organisation des sociétés supérieures, P (...)

6Quelques considérations relatives au jeu sont exprimées dans la thèse principale soutenue par Durkheim à la Sorbonne le 3 mars 1893 : De la division du travail social2. Dans la préface à la première édition, Durkheim informe le lecteur qu’il entend conduire son effort « pour traiter les faits de la vie morale d’après la méthode des sciences positives » (1902 [1893], p. XXXVII). La vie morale peut être un objet d’étude pour la sociologie. « La morale se forme, se transforme et se maintient pour des raisons d’ordre expérimental » (ibid., p. XXXVIII). Les changements qui se produisent dans la structure des sociétés produisent des changements dans les mœurs. La morale se développe dans l’histoire et sous l’empire de causes historiques (ibid.). La question qui a inspiré cette thèse est celle « des rapports de la personnalité individuelle et de la solidarité sociale », envisagés au travers du processus de la division du travail social.

7Durkheim est amené à évoquer l’activité artistique, l’art, « réfractaire à tout ce qui ressemble à une obligation, car il est du domaine de la liberté » (ibid., p. 14). L’art n’est pas moral par soi-même, il est de l’ordre du superflu, mais il se peut fort bien qu’un développement intempérant des facultés esthétiques apparaisse comme un grave symptôme au regard de la moralité (ibid.). Plus loin, Durkheim réexamine ce type d’activité en insistant sur la complexité de son éventail d’expression, allant du jeu à l’art et impliquant le sens moral. « Il est vrai que l’activité esthético-morale, parce qu’elle n’est pas réglée, paraît affranchie de tout frein et de toute limitation » et c’est à l’activité morale de la circonscrire et d’éviter la démesure et l’excès (ibid., p. 218). La modération est indispensable à « toute activité esthétique d’une manière générale », note Durkheim, en faisant référence au jeu et à l’art. « Le besoin de jouer, d’agir sans but et pour le plaisir d’agir, ne peut être développé au-delà d’un certain point sans qu’on se déprenne de la vie sérieuse » (ibid., p. 219). Pour autant, l’auteur insiste sur la relativité historique des sociétés et des « plaisirs esthétiques » qui s’y rapportent, « à chaque moment de l’histoire ».

8Certes Durkheim raisonne-t-il en sociologue attentif aux « faits de la vie morale ». Faire preuve de mesure permet de ne pas menacer les intérêts sociaux, et toute personne doit se conformer à ce principe. « Il y a donc une intensité normale de tous nos besoins, intellectuels, moraux, aussi bien que physiques, qui ne peut être outrepassée » (ibid.). Or le jeu et l’art ouvrent sur l’imagination et supposent une rupture avec le sérieux du quotidien. Ils sont à la fois de l’ordre du superflu et cependant nécessaires. Toutefois, ils ne sauraient « se généraliser sans danger pour la société »… C’est ce que nous nommons l’ambivalence du jeu, qui vaut également pour l’art, et tels que l’un et l’autre sont envisagés par Durkheim.

  • 3 Lalande A., La raison et les normes, Paris, Librairie Hachette, 1948 (237 p.). Alors que la toute p (...)
  • 4 Sur ce point, voir l’ouvrage de Fournier M., op. cit., 2007, p. 452 et 482.

9Dans un ouvrage publié en 1948 : La raison et les normes3, André Lalande (1867-1962) fait explicitement mention de la Division du travail social en rappelant que, pour Durkheim, le jeu est l’esthétique de la vie physique tout comme l’art, de la vie intellectuelle (p. 178). En note, l’auteur indique le passage de la Division auquel il se réfère (p. 32) sans que nous soyons parvenu à le localiser. Nous savons par une lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss, datée de mai 1901, que pour la seconde édition de l’ouvrage (1902) l’auteur a procédé à « une suppression pure et simple de 24 pages » par rapport à la première édition (1893). On peut penser que le passage qui nous intéresse a fait les frais de cette suppression4. Lalande, qui possède à l’évidence la première édition de l’ouvrage, complète la note par le commentaire suivant : « Remarquer dans ce passage l’assimilation si contestable de l’esthétique au jeu ». L’ancien élève de Durkheim en 1882-1883, lorsque ce dernier avait été nommé au lycée de Sens, a raison de contester cette opération qui ne convient ni à l’esthétique, ni au jeu.

  • 5 Il n’est pas possible de comprendre comment Durkheim aborde la question du jeu, sans mentionner deu (...)

10En fait, Durkheim emprunte à la « troisième » critique de Kant : la Critique de la faculté de juger (1790) l’idée selon laquelle l’activité libre s’oppose au travail. Pour Kant, l’art suppose toujours une certaine contrainte, ce qui ne l’empêche pas pour autant d’êtres « libre » (Critique, 1968 [1790], p. 134-136). Le jeu désigne les sentiments esthétiques nés des rapports entre une œuvre et l’individu. Cependant, d’une façon générale, le jeu, comme « activité en elle-même agréable », note Kant (ibid., p. 135), ne sauraient être dissocié d’une certaine exigence de discipline sans laquelle l’esprit du jeu s’évanouirait : « beaucoup de nouveaux éducateurs croient contribuer le plus à un art libéral, tandis qu’ils en ôtent toute contrainte et le transforment de travail en un pur jeu » (ibid., p. 136)5. Ce texte de Kant, qui n’est pas facile à analyser, montre la dualité attachée au jeu et à l’art, qui doivent être libres pour exister en tant que tels, mais qui reposent aussi sur un principe d’obligation. Durkheim s’appuie sur cette source, ou plus exactement cette matrice pour développer ici sa propre analyse du jeu. Mais en insistant sur l’obligation sociale, il introduit, à propos du jeu une certaine ambivalence. Comment concilier liberté et obligation, recherche du plaisir et maîtrise de soi ? Nous aurons l’occasion de revenir plus tard sur l’importance de ces sources dans la façon dont Durkheim et d’autres auteurs qui lui sont proches appréhendent le jeu.

Durkheim à Bordeaux, au début des années 1890

11Dans le chapitre précédent, nous avons constaté le rayonnement local du professeur Espinas, tandis que la présence de Durkheim, qui vient tout juste d’intégrer l’enseignement supérieur, semble particulièrement discrète. L’article paru dans la Revue internationale de l’Enseignement, au mois de janvier 1888, qui reproduisait la leçon d’ouverture de son cours, avait eu un certain retentissement. Assez, par exemple, pour que des enseignants bien en vue, au sein de la Faculté de Droit de Bordeaux, tels Léon Duguit, Fernand Faure ou Henri Saint-Marc, s’emploient à contester aux philosophes de la Faculté des Lettres la proximité universitaire de la sociologie. D’ailleurs, ils revendiquent la possible filiation de la sociologie avec le droit jusque dans les bulletins de la fameuse revue.

  • 6 Chronique de l’enseignement, « Bordeaux. Faculté des Lettres », Revue internationale de l’Enseignem (...)

12Pour sa part, le doyen Espinas loue sans réserve les mérites de Durkheim. Un point sur lequel les historiens de la sociologie, à vrai dire, n’insistent pas assez. Ainsi, à l’occasion de la rentrée de la Faculté, pour l’année 1888-1889, le discours qu’il adresse aux étudiants met l’accent sur les nouveaux enseignements confiés à Émile Durkheim. De larges extraits du propos de l’orateur, entrecoupés de commentaires succincts, sont rapportés par la revue6. Espinas « rappelle la création des conférences de pédagogie et de science sociale, données à M. Durkheim, et il explique l’importance de ces créations » (p. 68). La régularisation de l’enseignement de la pédagogie permet d’ouvrir définitivement ces conférences aux maîtres des écoles primaires qui souhaitent accéder aux grades supérieurs de leur ordre. En outre, en particulier pour l’enseignement secondaire, les questions de pédagogie sont présentes dans les débats relatifs à la réforme des programmes ou au surmenage des élèves dans les lycées. Or ces questions appellent des réponses complexes : « ces questions si délicates, souligne Espinas, ne perdraient rien à être traitées expressément, méthodiquement, au lieu de rester livrées aux partis pris de la routine ou aux entraînements de la mode. Nous sommes les seuls en Europe à en douter » (p. 69). Si l’on en croit Espinas, Émile Durkheim est l’homme de la situation.

13À propos de l’évocation de l’enseignement des sciences sociales faite par Espinas, le compte-rendu souligne que « l’orateur y aborde très franchement la question du conflit entre les Facultés de droit et des lettres » (ibid., p. 68). C’est directement Durkheim qui est visé par les juristes. « Le même professeur a été chargé d’un cours de science sociale. Cette fois voilà un gros événement, si on en juge par l’émotion qu’il a causée. Nos chers collègues de la Faculté de droit ont vu en effet dans l’attribution de ce cours à la Faculté des lettres une atteinte à leurs prérogatives, un empiètement sur leur domaine. La question a été portée devant le Conseil général des Facultés » (p. 69). Voilà bien Durkheim devenu localement célèbre malgré lui, en fonction de cette « affaire » ! Selon Espinas, les autorités en charge de l’enseignement de la science sociale au sein de la Faculté des Lettres considèrent « ne pas manquer d’arguments pour la plaider avec avantage le jour où le débat sera institué sur son véritable terrain » (ibid.). Espinas laisse entrevoir que le droit consiste surtout à étudier « tel ou tel fragment de la vie sociale », « tel ou tel phénomène très apparent », « en vue d’une application pratique ». Suit une magistrale description de ce qu’est la vocation la science sociale, le programme de travail que se fixe « la sociologie, puisqu’il faut l’appeler par son nom » (ibid.). Elle est promise à un bel avenir dans le cadre des Facultés des Lettres. En la personne d’Espinas, Durkheim peut compter sur un ardent défenseur.

  • 7 Sur ces aspects, voir l’article de Massimo Borlandi, « Les deux éditions de 1893 et la véritable da (...)

14Il est vrai que Durkheim ne peut être que relativement en retrait, pendant ces années-là. À son arrivée à Bordeaux, Durkheim est âge de 29 ans. Il vient tout juste de se marier. Leur premier enfant, une fille, naît au début du mois de septembre 1888. Zèle pédagogique et ardeur scientifique animent l’activité professionnelle de Durkheim. La rédaction de ses thèses l’occupe largement. Les derniers préparatifs et l’épreuve de soutenance également7.

15Massimo Borlandi indique que Durkheim remet le manuscrit de sa thèse de doctorat le 24 mars 1892. La thèse latine quelques mois plus tard. La soutenance n’aura lieu qu’au mois de mars de l’année suivante.

  • 8 Fournier M., Émile Durkheim, op. cit. Voir le chapitre 5, « Professeur à Bordeaux. Pédagogie et sci (...)

16En outre, comme le montre fort bien Marcel Fournier, Durkheim n’est pas d’un tempérament qui le conduit à apprécier les obligations mondaines d’une certaine vie publique locale faite de réceptions et d’animation de salon. Il ne se montre pas intéressé par cette forme de sociabilité plutôt superficielle, presque un jeu de société, qui contraste avec le sérieux qu’accompagnent la préparation des cours, la rédaction d’articles ou de comptes-rendus, sans oublier les discussions avec ses collègues qui l’apprécient grandement8.

  • 9 Richard G., « De la division du travail social, par Émile Durkheim, 1893 », rubrique « Bibliographi (...)

17Durkheim se rappelle au bon souvenir des lecteurs de la Revue internationale de l’Enseignement par un substantiel compte rendu de la parution de son premier ouvrage, sous la forme d’une analyse minutieuse réalisée par Gaston Richard, son condisciple à l’ENS9. Selon le recenseur, cet ouvrage publié par Durkheim présente un double caractère : « d’un côté, c’est l’étude méthodique d’un des faits sociaux les plus généraux ; de l’autre, c’est un puissant et heureux effort pour mettre fin au conflit de la science et de la morale » (p. 188). Ainsi, selon Richard, le livre se présente à la fois comme « une contribution à la sociologie positive et (comme) une œuvre philosophique » (ibid.). Après avoir insisté sur les perspectives envisagées par l’auteur, les mérites de celui-ci et les acquis de l’ouvrage, Richard en précise les limites. « L’œuvre de M. Durkheim laisse cependant un doute dans l’esprit de ses lecteurs » (p. 190). La division du travail ne produit de la solidarité organique, avec ses conséquences morales, que si elle n’est ni contrainte, ni anomique, expose l’auteur du livre. Or, rétorque Richard, illustrations à l’appui, « on est porté à douter de l’efficacité de ce grand fait social à engendrer, par lui-même, un droit et une morale » (ibid.). Dès lors, ajoute-t-il, « notre conclusion serait que la sociologie seule ne peut résoudre le problème moral ; il lui faut le concours de la psychologie » (p. 191). « Il faut qu’à la solidarité, fait externe, correspondent la sociabilité et le caractère, faits internes » (ibid.). C’est cette « réaction conscientielle », « psychologiquement intelligible », qui explique « cette floraison humaine que nous appelons la moralité ». Pour Richard, la thèse développée par Durkheim, en définitive, « aura montré la condition objective qui sert d’auxiliaire nécessaire à la réaction de la conscience » (ibid.). La division du travail, en tant qu’elle n’est qu’« une loi de biologie sociale », ne saurait suffire à la genèse de la moralité. Selon Richard, le fait que Durkheim fasse de l’égoïsme un comportement dérivé et récent ne tient pas. La « réaction conscientielle », par exemple la lutte que l’altruisme livre contre l’égoïsme », n’est pas réductible au positivisme sociologique. Ainsi, très tôt, dès l’année 1894, on trouve clairement exprimé un des différends qui par la suite opposera G. Richard à E. Durkheim.

  • 10 Revue internationale de l’Enseignement du 15 octobre 1895, p. 357-365. Thomas Ferneuil est l’un des (...)

18Il est à nouveau question de Durkheim dans la revue, deux ans plus tard, avec l’article qu’un certain Thomas Ferneuil fait paraître sous le titre suivant : « Un cours de sociologie à la Faculté des Lettres de Bordeaux10 ». Il s’agit en fait d’un commentaire détaillé des qualités du second livre que vient de publier Durkheim : Les règles de la méthode sociologique (1895). On peut penser que le choix du titre permet également d’asseoir l’idée d’un nouvel enseignement universitaire bien à sa place au sein de la Faculté des Lettres.

19Émile Durkheim exerce en qualité de professeur adjoint à partir du mois de décembre 1894 avant de devenir professeur en titre, titulaire d’une chaire de « science sociale », à partir de la rentrée de l’année 1896-1897. On peut penser que c’est l’accession à ce type de statut qui, au sein de l’Université française, permet d’envisager des responsabilités conséquentes, de développer une activité de recherche plus autonome et de prendre des initiatives d’envergure.

L’importance des groupements intermédiaires, selon Émile Durkheim

  • 11 Besnard P., Cherkaoui M., « Durkheim Émile David (1858-1917) », dans Borlandi M., Boudon R., Cherka (...)

20Émile Durkheim occupe désormais une position ferme au sein de l’Université, tout en contribuant à la modernisation de celle-ci et à l’affirmation de la sociologie. Il publie des ouvrages majeurs – les volumes de L’Année sociologique compris – amplement cités et commentés par la communauté scientifique. Se montre-t-il préoccupé par la question des jeux et des sports ? Disons plutôt que son mode d’exposition, strictement sociologique, accorde moins d’importance que d’autres de ses contemporains à l’exemplification détaillée et aucune place à des évocations de type anecdotique. Le programme de travail qu’il s’est fixé, visant à fonder la sociologie, l’amène à privilégier quelques thèmes majeurs qui témoignent de préoccupations théoriques, en particulier la problématique de l’intégration sociale11. Néanmoins, on peut aisément repérer des passages de textes qui sont pertinents pour notre thème d’étude.

  • 12 Durkheim É., « Rôle des Universités dans l’éducation sociale du pays », Congrès international de l’ (...)

21Mentionnons certaines pages empruntées à quelques Leçons et Cours qui seront publiés ultérieurement. Nous examinerons ces textes, qui bénéficient d’une publication posthume, dans la seconde partie de l’étude, c’est-à-dire replacés dans leur contexte de parution. Parmi les publications relatives à la première période, il faut citer d’abord la communication faite par Durkheim à l’occasion du Congrès international de l’éducation sociale (Paris, 1900)12.

  • 13 Claretie L., L’Université moderne (« Préface » de M. O. Gréard, Vice-Recteur de l’Académie de Paris (...)
  • 14 Voir notre étude sur « La naissance du sport universitaire à Bordeaux et les débuts du BEC (1880-19 (...)

22Dans cette communication, l’auteur insiste sur l’intérêt pour les étudiants de constituer de petites associations, des groupements libres qui pourraient survivre à la vie scolaire. Durkheim n’hésite pas à citer en exemple l’Allemagne : « il y a dans chaque Université allemande une multitude de petites associations [...]. Chacune d’elles a un but défini ». Selon Durkheim, l’étudiant allemand « ignore cette impression désolante de solitude qui vient trop souvent glacer les ardeurs de l’étudiant français ». Pour remédier à cette triste situation ( !), l’auteur est convaincu du rôle déterminant que doivent jouer les enseignants. « Seuls les professeurs peuvent, par une action personnelle et immédiate, inciter les étudiants à sortir de leur isolement et à former ces groupes naturels. » Or rien de tout ce qu’affirme Durkheim, dans cet exposé daté de 1900, ne peut s’accorder avec l’environnement de l’Université de Paris décrit par Jules Claretie13, ni avec celui de l’Université de Bordeaux à laquelle il appartient depuis l’année 1887-188814. L’excellente ambiance et le climat de confiance entre professeurs et enseignants qui règnent à Bordeaux dans les années 1893 et 1894, par exemple, ont pu être restitués avec précision (voir le chapitre 1) grâce aux témoignages publiés dans la Revue internationale de l’Enseignement. Visiblement, l’auteur est très absorbé par ses tâches d’enseignement, par ses recherches et par la préparation des volumes de L’Année sociologique. Il ne sait pas grand-chose de la sociabilité étudiante, organisée autour des associations générales des étudiants, dotées de nombreuses sections sportives, culturelles et de loisirs. En outre, l’adultocentrisme et le pessimisme qui accompagnent sa perception du sort des étudiants ne sont pas en adéquation avec la réalité de la vie étudiante. Quant à l’idéalisation de la sociabilité estudiantine en Allemagne, elle paraît mal s’accorder par exemple avec les commentaires concis et ironiques fournis par Thorstein Veblen dans Theory of the Leisure class (1899).

  • 15 Durkheim É. et al., La vie universitaire à Paris (ouvrage publié sous les auspices du Conseil de l’ (...)

23Cependant, dans une contribution plus tardive qui s’intéresse à l’organisation de l’Université de Paris, l’opinion de Durkheim a évolué15. Il évoque les groupements qui permettent aux étudiants de ne pas se sentir isolés dans la capitale et d’être accueillis, guidés, soutenus. « De multiples groupes se sont constitués pour cela, qui, tous, ont pour objet d’encadrer moralement les nouveaux venus, de rapprocher ceux qui, en raison de leurs origines, de leurs goûts, peuvent éprouver du plaisir à se rencontrer. Ce sont autant de foyers de vie affective » (p. 29). Durkheim présente ensuite les principaux groupes : l’Association générale des étudiants de Paris, dont le but est d’« entretenir entre eux le sentiment de la solidarité universitaire » (p. 30), l’association corporative des étudiants en médecine, l’association amicale des étudiants en pharmacie, plusieurs amicales d’anciens élèves, ainsi que d’autres organisations destinées à accueillir les étudiantes puisque « les femmes s’inscrivent en plus grand nombre à l’Université » (ibid.).

  • 16 Durkheim É., Quelques remarques sur les groupements professionnels, « Préface de la seconde édition (...)
  • 17 Izoulet J., La Cité moderne. La métaphysique de la sociologie (1894), Paris, Librairie Félix Alcan (...)

24Rappelons également le beau texte rédigé par Durkheim pour la préface de la seconde édition (1902) de son livre : De la division du travail social-16 qui, comme on le sait, est aussi sa thèse, dédiée à Émile Boutroux. Ce texte est peut-être comme une réponse indirecte à la critique radicale de la première édition produite par J. Izoulet dans La Cité moderne (1894)17, considérant que Durkheim brosse un tableau de la société qui est un véritable « enfer »… Il accorde une grande importance aux groupements de proximité.

25Or on connaît la thèse générale de Durkheim : « une nation ne peut se maintenir que si, entre l’État et les particuliers, s’intercalent toute une série de groupes secondaires [...] » (p. XXXIII). À ses yeux, « les groupes professionnels sont aptes à remplir ce rôle » avec une grande efficacité (ibid.).

  • 18 D’ailleurs, mis à part le terme de « corporation », qui peut avoir pour nous un accent passéiste, l (...)

26Aux pages XXX et XXXI, Durkheim énumère ce que pourraient être les fonctions et les services assurés par les groupements intermédiaires de type professionnel. Selon l’auteur, les « corporations de l’avenir auront une complexité d’attributions “conséquentes” (préface, ibid., p. XXX et suivante) : fonction d’assistance, secours mutuel, œuvres éducatives, activités esthétiques ». La « vie esthétique » y aura pleinement sa place : « car il paraît conforme à la nature des choses que cette forme noble du jeu et de la récréation se développe côte à côte avec la vie sérieuse à laquelle elle doit servir de contrepoids et de récréation » (p. XXXI). Si les « œuvres éducatives », « sociétés » et autres « maisons communes » peuvent suggérer une structuration de type associatif, les activités récréatives évoquées par Durkheim (« cours », « concerts », « représentations dramatiques »…) ne font aucune place aux exercices du corps et aux activités physiques. Il est vrai qu’elles s’appliquent ici à la vie d’adultes engagés dans l’activité professionnelle. Tandis que la division du travail social s’accentue, l’efficacité de la solidarité organique repose pour partie sur l’investissement actif des personnes et des groupes professionnels, y compris dans le domaine des activités culturelle et de loisir18. Il n’est pas impossible de penser que sa participation au congrès international de l’éducation sociale et une possible visite de l’exposition présentée au Palais de l’économie sociale, dans le cadre de l’Exposition universelle de 1900 (Paris), soient à l’origine des informations relativement concrètes consignées dans la préface de 1902.

  • 19 Il est évident que cet aspect a beaucoup vieilli. Les collectivités locales sont un cadre essentiel (...)

27Durkheim envisage également « l’organisation qui a pour base des groupements territoriaux (village ou ville, district, province, etc.) » (p. XXXII). « Or il n’est pas possible que cette organisation interne disparaisse sans que rien ne la remplace », conclut-il (ibid.). Pour l’auteur, c’est dans le domaine de l’activité professionnelle que peut se restructurer la société. Au risque de déprécier quelque peu la dynamique du cadre d’habitation : « le patriotisme de clocher est devenu un archaïsme que l’on ne peut pas restaurer à volonté » (ibid.)19. Certes, mais l’organisation de la vie locale, à l’échelle de la commune, bénéficie de l’initiative municipale qui ouvre de nouvelles perspectives. Durkheim n’en tient pas compte.

28Soulignons un dernier point. L’auteur privilégie les loisirs intellectuels et artistiques. Si la « forme noble du jeu et de la récréation » appartient à la « vie esthétique », l’activité physique récréative est-elle aux yeux de Durkheim une façon moins noble de se détendre ? Et les multiples formes que peut prendre la récréation physique ne pourraient-elles pas relever d’une autre sphère d’activités que la vie esthétique ? Les conséquences liées à cette façon de délimiter l’activité récréative ne sont pas à négliger. Nous reviendrons sur ce point au cours de l’étude.

Observer en sociologue la petite ville de Saint-Pol (1897), par Célestin Bouglé

  • 20 Cet article est repris dans un recueil d’études et d’analyses publiés sous le même titre en 1907. B (...)
  • 21 Besnard Ph., « Présentation », Revue française de sociologie, 1979, p. 3-6. Cit. p. 4.

29En 1897, Célestin Bouglé (1870-1940) fait paraître dans la Revue de Paris un long article intitulé : « Qu’est ce que la sociologie ?20 ». Cette revue s’adresse à un public cultivé et ne se limite pas au monde de l’Université. Lorsque ce texte et d’autres contributions de l’auteur sont publiés sous la forme d’un petit ouvrage, Célestin Bouglé est déjà proche de Durkheim. C’est un collaborateur de L’Année sociologique. Philippe Besnard décrit bien la position de Bouglé vis-à-vis de la sociologie durkheimienne. « Quelles que soient ses réticences et ses réserves, Bouglé ne s’est jamais séparé de la sociologie durkheimienne et s’est même trouvé souvent au premier rang pour défendre sa cause21. »

30Le texte de Bouglé mérite quelque attention, compte tenu du thème qui nous occupe. Pour l’auteur de l’article, il s’agit d’attirer l’attention du lecteur sur cette discipline toute nouvelle qu’est la sociologie : ses objectifs, ses méthodes, sa façon d’analyser et de comprendre la société. L’intention est ambitieuse car les productions sociologiques sont encore rares. En reprenant cet article et quelques autres sous la forme d’un petit ouvrage publié en 1907, Bouglé entend « dissiper les nuages qui entourent encore, aux yeux de beaucoup de gens, le “point de vue” sociologique » (op. cit., p. 2). Certes, cet article ne traite pas du sport. Toutefois, l’importance que l’auteur accorde à la multiplication des associations volontaires, au sein d’une société en changement, dont certaines concernent l’exercice physique, incite à porter la plus grande attention à cette publication.

31De façon délibérée, Bouglé plante le décor d’une « petite ville » appelée pour la circonstance Saint-Pol, sans doute Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord), la ville natale de l’auteur. « Supposons que je l’habite et que j’y veille pratiquer la science à la mode : quelle perspective Saint-Pol offre-t-elle à des yeux de sociologues ? » (ibid.). On connaît dans ses grandes lignes ce texte classique de la sociologie qui évoque une ville familière à l’auteur. Les attitudes des habitants, les bribes de conversation, la façon de se déplacer des uns et des autres, leur habillement, sont saisis au hasard d’une exploration sommaire de la localité. Certaines figures sont aisément repérables : « [...] une vision fugitive, un dos courbé, des roues : “bicycliste”. Enfin, tout un vacarme de gens qui soufflent dans des choses en cuivre, une bannière en velours au milieu d’eux : “orphéon” » (p. 4). Il s’agit là, note l’auteur, d’une façon de classer les individus en autant de sociétés : « orphéonistes, bicyclistes », pour nous en tenir à ces deux catégories, qui appartiennent à des « communautés » « d’exercices ou de plaisirs, de pratiques ou de goûts ». « Ainsi nous sont apparus quelques-uns des innombrables cercles qui s’entrecroisent dans le cercle, étroit pourtant, de Saint-Pol. » Une identité comme celle de « bicycliste » n’épuise pas toutes les qualités personnelles de l’intéressé. Les individus « n’appartiennent pas à un seul cercle social, mais à plusieurs qui se pénètrent » (p. 5). Les progrès de la civilisation se retrouvent dans la multiplication de ces groupes, voire dans une infinité de ces « sociétés », éphémères ou séculaires, étroites ou larges. Célestin Bouglé apporte une note toute personnelle pour évoquer l’architecture complexe que produit la multiplicité de ces « sociétés ». « Cercles immenses ou minuscules, cercles rigides ou fluides, cercles de fumée, aussitôt évanouis que formés, cercles de pierre scellés par les mains des prêtres, cercles de fer, forgés par les mains des guerriers, cercles de fleurs, tressés par les mains des poètes, les liens sociaux revêtiront à nos yeux les apparences les plus variés » (p. 5 et 6). Il ne manque guère au tableau que l’évocation des couronnes tressées de rameaux de lauriers et de feuilles de chêne dont on gratifie les champions de la vélocipédie et des sports.

32Il s’agit là d’un travail d’inventaire des « formes sociales », indique l’auteur. Or cette tâche ne saurait résumer à elle seule les objectifs de la sociologie. Celle-ci « veut découvrir, entre certains phénomènes donnés, certaines relations constantes, et prouver que les uns varient en fonction des autres » (p. 10). Ce type de relation, il est possible de l’étudier au niveau des différents domaines constitutifs de la vie en société : la famille, le travail, telle ou telle obligation structurée… Rappelons l’hypothèse formulée par Bouglé : « on pourrait soutenir que l’accroissement du nombre des sociétés dont l’individu fait partie le libère en quelque sorte de chacune d’elles » (p. 17). Une page plus loin, l’auteur exprime la même idée en s’appuyant sur le point de vue défendu par Georg Simmel. Les diverses sociétés auxquelles l’individu appartient tendent à limiter réciproquement leurs influences tout en favorisant l’enrichissement personnel et social de la personne : « la multiplicité des cercles sociaux a pu être considérée – c’est la thèse de G. Simmel – comme le facteur constitutif de l’indépendance des personnalités » (p. 18). Les formes sociales modèlent, d’une certaine façon, ce que sont les « matières » de la société, comme la morale, la religion, le droit, l’art, et l’auteur en apporte quelques illustrations convaincantes. Étudier comment les formes sociales précisément inventoriées produisent des effets sur les différentes matières de la société, et inversement, les effets que produit l’une de ces matières sur les différentes branches de l’activité sont la tâche du sociologue. Un peu comme Tocqueville, par exemple, « qui faisait de la sociologie avant la lettre » (p. 22), s’était proposé d’analyser « l’influence de l’égalité sur la vie américaine tout entière » (ibid.), la force de cette valeur sur la vie américaine.

33L’ambition de la sociologie, telle qu’elle est dégagée par Bouglé dans les limites de l’article, se décompose en trois opérations : classer les différents cadres de la vie sociale et analyser deux processus. D’une part, les transformations de l’économie, du droit, de la morale, de la religion, de l’art, en particulier, en tant que conséquences des modifications des formes sociales. D’autre part, voir comment les formes de la société dépendent de transformations qu’ont connues l’économie, le droit, l’art, etc. Les diverses activités (comme l’art, les Beaux-arts, la musique, cités explicitement par Bouglé), sont susceptibles d’être autre chose que de simples conséquences de la transformation des formes sociales (évoquons par exemple l’affranchissement progressif de l’art vis-à-vis de la religion). Elles opèrent comme des « forces », « qu’on peut appeler psychologiques, comme les besoins, les sentiments, les goûts, les idées » (p. 24). Et Bouglé d’insister : « nous nous réservons le droit d’y chercher des causes de ces mêmes modifications » (p. 31). Tel est ainsi, dans son ensemble, le programme de travail que se fixe la sociologie.

34Insistons sur trois points. Tout d’abord, on retrouve ici deux perspectives qui intéressent également Durkheim : le constat qu’une « classe » de cercles, les groupes intermédiaires, contribue à l’enrichissement de la vie sociale et à l’indépendance des individus ; une caractérisation de la démarche sociologique qui s’intéresse aux faits sociaux, ceux-ci s’imposant par leur caractère objectif, collectif, historique, coercitif, et intelligibles en tant que tels. Cependant, le cadre de référence défini par Bouglé doit plus encore à la sociologie de Georg Simmel (1858-1918). Bouglé, qui vient de publier Les sciences sociales en Allemagne (1896), maîtrise parfaitement les acquis de Ueber sociale Differenzierung que Simmel a fait paraître en 1890.

  • 22 Bouglé C., Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs, Paris, Librairie Armand Colin (XV-287  (...)

35Ensuite, nous retiendrons le caractère très concis du propos par lequel Bouglé expose en quoi consiste la troisième étape du travail sociologique (voir p. 23-31). Après avoir inventorié et classé les formes, après avoir ensuite établi les conséquences de l’évolution de ces formes, il s’agit de repérer, inversement, les effets des secteurs d’activités sur la transformation des formes sociales. Un ouvrage publié bien plus tard par l’auteur, en 1922, Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs, peut être lu comme l’explicitation détaillée de ce programme ébauché dans l’article de 189722. Dans cet article, après avoir cité différents groupes intermédiaires (« orphéons », « communautés d’exercices ou de plaisirs », « clubs ») et noté leur importance sociale, on pourrait avoir l’impression que ces mêmes cercles sont perdus de vue. Il n’en est rien puisque ces groupes sont les supports organisés, porteurs de valeurs, à partir desquels s’opère la transformation des formes sociales. Ici, le propos de Bouglé, formulé en termes de « forces » et de « morale » s’apparente à la conception weberienne des valeurs. Cet apparentement est d’autant plus net que l’auteur se refuse à voir dans le droit, la morale, la religion, l’art de simples « superstructures », des « épiphénomènes » de l’économie (p. 27-28). Nous verrons, le moment venu, comment Bouglé appréhende les valeurs esthétiques et la valeur du jeu dans leur incidence sur les formes sociales, à la lumière du livre publié en 1922.

36Enfin, dans cet article qui s’adresse à un public élargi, pour partie sceptique au regard des prétentions que se fixe la sociologie, Bouglé fait preuve de grandes qualités pédagogiques en montrant que l’étude d’une simple localité : « une connaissance sociologique de Saint-Pol » (p. 32), partant d’une observation méthodique, permet d’accéder à un haut niveau de formalisation théorique. La dernière phrase de l’article résonne comme une résolution. « Tâchons donc de connaître à fond notre petite ville, et la sociologie vivra » (p. 32). Le mode d’entrée dans la discipline préconisé ici sur la base d’une étude monographique se distingue de celle que Durkheim met en œuvre.

L’Économie sociale selon Charles Gide contestée par François Simiand

  • 23 Callède J.-P., « L’innovation associative et le service public du sport. Entre intérêts partagés et (...)

37Nous avons montré, dans une autre étude, le rôle des Expositions universelles qui se tiennent à Paris dans la prise en considération de l’Économie sociale (1855, 1867, 1878, 1989 et surtout 1900)23. Des savants de renom, de Frédéric Le Play à Charles Gide, sont directement impliqués dans ces manifestations successives et, comme on le sait, les sports et les associations sportives y tiennent une importance croissante.

  • 24 Gide Ch., Économie sociale (Imprimerie Nationale, 1903), Paris, Librairie de la Société du Recueil (...)

38Le Rapport élaboré par l’économiste Charles Gide (1847-1932) à l’occasion de l’Exposition universelle de 190024 est, à l’origine, l’inventaire descriptif de l’exposition qui s’est tenue au Palais de l’économie sociale, sur les bords de la Seine durant l’été. Rappelons que Charles Gide, après l’obtention de l’agrégation, est nommé à la Faculté de Droit de Bordeaux où il enseigne l’économie politique de 1874 à 1880. Gide distingue « trois modes de l’activité sociale » respectivement caractérisés par l’association (p. 37-47), l’État (il s’agit des pouvoirs publics) (p. 47-49), le patronage (à savoir les initiatives sociales des patrons d’entreprises) (p. 49-55). Cette question de l’Économie sociale, avec les affinités, les tensions et les oppositions qu’elle suscite, apporte des éléments d’explication qui viennent confirmer la pertinence de notre thème d’étude.

39Gide fournit maintes illustrations du dynamisme, de la diversité autant que de la multitude des groupements relevant de l’Économie sociale. Indiquons aussi que l’auteur détaille, comme illustration, l’associationnisme sportif (p. 41 et suivantes). Il présente, « à titre de curiosité amusante, la décomposition du groupe no 7 », soit les « Associations des sports et jeux » (d’exercice physique), qui sont au nombre de 6 572. Derrière le côté pittoresque, il y a sans doute l’intuition que l’association sportive se développe de façon spectaculaire, y compris au sein du système scolaire. Les 2 408 « associations scolaires » et post-scolaires recensées en 1900 sont au nombre de 16 000 en 1907, dont les « petites A ». Elles sont en train de bouleverser la physionomie de la vie associative française. Ce trait de la vie sociale française apporte un démenti aux considérations répétées formulées par Durkheim quant au faible développement de la vie associative en France. Et c’est sans doute en découvrant cette associativité mise en valeur dans le cadre de l’Exposition de 1900 qu’il révisera quelque peu son jugement empreint de pessimisme.

  • 25 Simiand Fr., d’après l’analyse parue dans L’Année sociologique, 1904-1905. D’après Gide Ch., op. ci (...)

40Autre point intéressant, la discussion qui oppose Gide (et les siens) à l’historien et économiste François Simiand. Ce dernier appartient au groupe des Durkheimiens réunis autour de L’Année sociologique25. L’Économie sociale, précise Gide, « étudie de préférence les rapports volontaires, contractuels, quasi contractuels ou légaux, que les hommes forment entre eux en vue de s’assurer une vie plus facile, un lendemain plus certain, une justice plus bienveillante et plus haute que celle qui porte pour tout emblème les balances du marchand » (op. cit., p. 3). Pour Simiand, poursuit Gide, « en réalité l’économie dite sociale n’est pas autre chose que l’étude des phénomènes économiques de répartition, matière en effet négligée par l’économie politique classique qui est plus proprement une étude des phénomènes de la production » (p. 4). On aurait affaire ici non pas à « deux ordres d’un même phénomène » mais « il n’y a souvent que deux faces d’un même phénomène » (ibid.). Aujourd’hui, un débat analogue a cours entre les tenants de l’offre marchande de prestations sportives et ceux qui entendent développer la production associative d’échange social et de services. Cette production n’est pas réductible à une logique de répartition-redistribution ; elle est invention et innovation sociale.

  • 26 Weisz G., « L’idéologie républicaine et les sciences sociales. Les Durkheimiens et la chaire d’hist (...)
  • 27 Karady V., « Stratégies de réussite et mode de faire valoir de la sociologie chez les Durkheimiens  (...)

41Un dernier point nous paraît utile à évoquer. Le « débat » engagé par François Simiand dans L’Année sociologique doit être compris aussi, et peut-être en priorité, comme un aspect de la stratégie des Durkheimiens visant à occuper une position hégémonique dans le champ universitaire, telle que G. Weisz26 et Victor Karady27 ont pu le mettre en évidence. Sous le vocable d’économie sociale, plusieurs conceptions sont proposées… Lorsque Espinas est nommé à la Sorbonne pour professer un cours d’histoire d’économie sociale, il traite essentiellement des doctrines. À vrai dire, son enseignement n’intéresse pas beaucoup les étudiants. L’orientation qu’il choisit n’a aucun rapport direct avec le domaine théorisé par Charles Gide dans la continuité des Expositions internationales et/ou universelles. En 1898 celui-ci se voit confier la chaire d’économie sociale comparative à la Faculté de Droit de Paris, qui va l’imposer comme le grand spécialiste de la question au moment de l’Exposition de 1900.

L’Éducation physique et/ou les jeux…

42Trouve-t-on, dans d’autres travaux publiés par Durkheim, la marque incontestable d’un intérêt manifesté pour l’éducation physique, les jeux libres des enfants et les autres activités athlétiques ?

Définition de l’Éducation physique, par Émile Durkheim (1911)

  • 28 Buisson F. (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette et (...)
  • 29 En effet, la forme initiale de ces articles est déjà perceptible dans la Leçon d’ouverture faite pa (...)

43En 1911, Émile Durkheim publie trois articles – trois entrées – dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, placé sous la direction de Ferdinand Buisson (1841-1932)28. Ces contributions sont de première importance. Il n’est pas dans notre intention de proposer un commentaire détaillé de ces articles. Ils s’inspirent de la Leçon d’ouverture du 4 décembre 1902, lorsque Durkheim débute son enseignement à la Sorbonne29. Notre intention est surtout de dégager la démarche suivie par Durkheim, de rappeler les auteurs référencés et commentés par celui-ci et, si possible, de voir dans quelle mesure est prise en considération l’éducation physique.

  • 30 Durkheim É., « Éducation », op. cit., p. 529-536.

44Examinons tout d’abord le mot « Éducation30 ». L’article envisage successivement cinq aspects. Une première section traite des définitions de l’éducation et en propose un examen critique. Durkheim évoque la conception de Kant et celle de James Mill (il s’agit du père de John-Stuart) pour en indiquer aussitôt les limites dès lors que l’on présente l’éducation de façon « universelle », comme le philosophe allemand, ou encore de façon « utilitaire » comme c’est le cas pour le philosophe anglais (p. 530). Il convient, selon Durkheim, de rappeler que l’éducation a largement varié selon les époques et les sociétés concernées. Il s’agit aussi de préciser que « chaque société, considérée à un moment déterminé de son développement, a un système d’éducation qui s’impose aux individus avec une force généralement irréductible ». Les « systèmes d’éducation » dépendent des autres données de la vie organisée : religion, vie politique, état de développement des savoirs et des techniques, etc. Dans la deuxième section, Durkheim élabore une définition de l’éducation qui doit nécessairement tenir compte des caractères qui sont communs aux systèmes d’éducation pris dans leur diversité. Chaque société « se fait un certain idéal de l’homme, de ce qu’il doit être tant au point de vue intellectuel que physique et moral ». En fonction de la complexité qui caractérise une société, l’idéal commun à l’ensemble des individus qui la compose peut se doubler de formes spécifiques et différenciées « suivant les milieux particuliers que toute société comprend en son sein ». La formule élaborée par l’auteur pour définir l’éducation insiste sur plusieurs traits : mise en présence d’une génération d’adultes et d’une génération de jeunes, une action étant exercée par les premiers sur les seconds, qui a le caractère d’une obligation, permettant « de susciter et de développer chez l’enfant un certain nombre d’états physiques, intellectuels et moraux », tels que ceux-ci sont exigés à la fois par la société prise dans son ensemble et par le milieu spécifique auquel appartient chaque individu (p. 532). Il résulte de la définition proposée par Durkheim « que l’éducation consiste en une socialisation méthodique de la jeune génération » (p. 532).

45Durkheim expose ensuite ce qu’il en est du caractère social de l’éducation, et pour chacune des trois dimensions identifiées. Il évoque d’abord les qualités physiques. L’importance variable accordée à l’éducation physique, aux « qualités physiques », dépend de la manière dont « l’état du milieu social incline la conscience collective ». Il rappelle, à titre d’illustrations contrastées, ce que fut la place réservée à l’éducation physique à Sparte, à Athènes, au temps de la chevalerie ou bien dans les écoles du Moyen Âge… De nos jours, précise l’auteur, « elle n’a plus qu’un but hygiénique, et se préoccupe surtout de contenir les dangereux effets d’une culture intellectuelle trop intense » (p. 533). Mentionnons pour mémoire les deux autres sections qui composent l’article, avant de revenir sur l’éducation physique : le rôle de l’État en matière d’éducation (p. 534) et les moyens d’action requis pour l’éducation (p. 534-536).

46À sa naissance, l’enfant n’est constitué que de « virtualités indécises ». C’est l’éducation qui lui permet de devenir « le personnage très défini » par lequel il pourra « jouer dans la société un rôle utile » (p. 535). L’éducation est œuvre de patience et la responsabilité qui incombe à l’éducateur est immense. Par sa puissance, l’action éducative peut être comparée à « la suggestion hypnotique », ainsi qu’a pu le proposer le psychologue Jean-Marie Guyau (ibid.). La mention n’est pas accompagnée de la référence à un texte précis. On peut penser que Durkheim fait allusion ici au livre de Guyau Éducation et hérédité (1889).

47Après avoir montré comment les modalités de l’éducation physique varient selon les attentes de la société, celle-ci définissant les qualités jugées désirables et jusqu’à la façon de les réaliser, Durkheim ouvre la perspective en montrant que si la société façonne les individus, les individus eux-mêmes sont « intéressés à cette soumission ». Par la voie de l’éducation, la société édifie en chacun ce qu’il y a de proprement humain. L’éducation morale en fournit un exemple privilégié. « Tout le système de représentation qui entretient en nous l’idée et le sentiment de la règle, de la discipline, tant interne qu’externe, c’est la société qui l’a instituée dans nos consciences. » L’éducation intellectuelle, à commencer par l’apprentissage du langage, relève également de la vie en société.

48Il est peu contestable que Durkheim accorde de l’importance à l’éducation physique. Pour autant, il en délimite singulièrement les contours. En lui assignant un but principalement « hygiénique », comme antidote individuel au surmenage scolaire, il s’interdit peut-être de lui reconnaître son rôle régulateur et sa dimension inter-relationnelle. Or, « l’idée et le sentiment de la règle, de la discipline », dont nous parle Durkheim à propos de l’éducation morale, peuvent fort bien s’appliquer à l’éducation physique, et en particulier aux jeux sportifs collectifs. Si plusieurs universitaires contemporains de l’auteur insistent sur ce point précis, c’est bien que l’exercice physique ne se limite pas à l’hygiène. Ce type d’exercice est même considéré comme pouvant ouvrir, à certaines conditions, sur la morale par l’apprentissage de la règle communément admise et du respect d’autrui. Les traits retenus par Durkheim pour caractériser la morale peuvent s’appliquer, avec les nuances qui s’imposent, à des jeux élaborés. Ce qui est détaillé à propos de la « société » en général peut fort bien s’appliquer à la société sportive ou à une situation de jeu : cette morale « résulte de la vie en commun ». « C’est la société, en effet, qui nous tire hors de nous-même, qui nous oblige à compter avec d’autres intérêts que les nôtres, c’est elle qui nous a appris à dominer nos passions, nos instincts, à leur faire la loi, à nous gêner, à nous priver, à nous sacrifier, à subordonner nos fins personnelles à des fins plus hautes. » Ce beau développement, tout en nuances, ne saurait-il être applicable à la petite communauté que fonde le jeu ? Nous pensons que c’est possible.

49Ajoutons cependant que l’éducation, pour Durkheim, et quel que soit son domaine d’expression, nécessite la présence de l’adulte et revêt le caractère d’une obligation. La conception épicurienne de l’éducation, nous dit-il, « d’après laquelle l’homme peut se former en se jouant et sans autre aiguillon que l’attrait du plaisir » est aussi fausse que décevante (p. 536)… L’auteur connaît sans doute, mais de loin, les activités sportives qui se développent dans les établissements scolaires et telles qu’elles ont pu intéresser Espinas, Marion, Duprat et d’autres. Mais il y a tout lieu de penser que, pour sa part, il les considère comme de simples distractions récréatives plutôt que comme de véritables terrains éducatifs.

  • 31 Durkheim É., « Pédagogie », op. cit., p. 1538-1543.

50L’article « Éducation » peut être mis en relation avec l’article « Pédagogie31 », également signé par Durkheim dans le même dictionnaire. Cet article reprend lui aussi des éléments déjà détaillés dans la Leçon d’ouverture de 1902. L’éducation est la matière de la pédagogie et la pédagogie est tout autre chose que la science de l’éducation. C’est « un art », comme l’est, par exemple, « l’expérience pratique acquise par l’instituteur au contact des enfants et dans l’exercice de sa profession », un système de manière de faire. « Il faut, croyons-nous, réserver le nom d’art à tout ce qui est pratique pure, sans théorie. » Or nous savons que l’instituteur peut être aussi un maître de jeu, pour ses élèves, dans le cadre d’une éducation physique bien réfléchie. Il en existe des témoignages multiples.

  • 32 Pour autant, cette pertinence peut profiter à la caractérisation de l’éducation physique. Donnons u (...)

51Par sa méthode d’analyse, Durkheim présente une analyse sociologique des plus rigoureuses, au point d’en tirer des conséquences fort pertinentes, mais il ne les illustre pas en référence à l’éducation physique32. En outre, il introduit une perspective intermédiaire : « entre l’art ainsi défini et la science proprement dite, il y a place pour une attitude mentale intermédiaire » (p. 1540). La pédagogie est « une théorie pratique ». C’est indispensable. La dimension pratique et l’importance accordée par la société à l’éducation physique, érigée en des modèles définis, correspond ainsi à une réalité pédagogique à la fois « pratique » et « théorique ». On peut s’interroger cependant sur la place que l’auteur accorde au plaisir d’apprendre. Et l’on se souviendra, à ce propos, qu’Espinas n’était pas parvenu à maintenir la distinction entre les arts dits utiles et les arts d’agrément dans son article de 1890.

  • 33 Ajoutons que Georges Demeny a rédigé l’article « gymnastique », dans le Nouveau dictionnaire (p. 77 (...)

52Il ne faut pas perdre de vue que ces deux articles sont en fait les entrées, les « mots » d’un dictionnaire de pédagogie, dont la conception vise à faciliter la tâche de son utilisateur. Au besoin, ces définitions et rubriques se complètent les unes les autres. Ceci permet de comprendre que Durkheim limite volontairement son niveau d’analyse tout en maintenant un équilibre de traitement entre les trois aspects – physiques, moraux, intellectuels – de l’éducation33.

  • 34 Buisson F. et Durkheim É., « Enfance », op. cit., p. 552-553.

53Un troisième article : « Enfance34 » est cosigné par Ferdinand Buisson et Émile Durkheim. Le thème de l’enfance est introduit par la façon dont on désigne habituellement plusieurs périodes. Au sens étymologique, l’enfance désigne celui qui ne sait pas encore parler (du latin in-fans, non parlant). Le langage ordinaire tend à considérer une période plus longue, qui se retrouve dans des formulations savantes. Selon Littré, l’âge de l’enfance va « depuis la naissance jusque vers la septième année » tout en rappelant que « la langue usuelle va même « un peu au-delà, jusqu’à treize ou quatorze ans ». Le Dictionnaire de l’Académie, pour sa part, apporte la précision suivante : « jusqu’à douze ans ou environ » (p. 552). Une distinction principale est faite entre la première enfance (les trois ou quatre premières années) et la seconde enfance, qui « désigne la période normale de l’éducation et de l’instruction » (p. 552).

54Les auteurs détaillent ensuite « les caractères distinctifs de l’enfance », et en particulier ceux dont l’éducation doit tenir compte. Le devoir de l’éducateur est de ne jamais perdre de vue le « double caractère » de l’enfant qu’il entreprend de former : fragilité d’une part et force, besoin de mouvement, de l’autre. Il convient d’alterner les périodes de l’application sérieuse et les moments de distraction, car on ne doit pas altérer le caractère de l’enfant. « Il faudrait qu’il commençât à travailler, comme il joue, de tout son cœur, avec tout son être, avec cette plénitude d’activité, cette ardeur et cette vivacité qui ne le fatiguent jamais, tant qu’elles se déploient spontanément, librement, naturellement » (p. 553). Dans cet article, co-rédigé avec Ferdinand Buisson, on peut, nous semble-t-il, déceler la marque de ce dernier, qui rompt avec l’austérité dont fait habituellement preuve Durkheim, en matière d’éducation. « On ne peut espérer ce résultat que d’une organisation pédagogique qui fera une part au premier de tous les plaisirs de l’enfant, le plaisir de l’activité variée, du mouvement libre, de l’essor sans contrainte » (ibid.). La fin de l’article insiste sur les qualités morales que doit acquérir l’enfant : maîtrise de soi, pouvoir de se contenir, de se régler, de se résister. Il importe aussi de développer le goût des habitudes et le goût de l’ordre qui préparent l’enfant à un ordre d’une qualité supérieure. Le goût de la régularité n’est sans doute pas l’équivalent du respect de la règle et du devoir. Mais à l’évidence, il y achemine. Sur ces points, nous retrouvons bien la marque de Durkheim.

55Il n’est pas possible, dans les limites de la présente approche, de détailler plus encore les analyses exposées par Durkheim dans ces articles qui prennent place dans la nouvelle édition du Dictionnaire de pédagogie. Ce qui vient d’être présenté ici suffira pour que nous puissions progresser dans notre propre étude.

Brève évocation des jeux récréatifs, par Émile Durkheim (1912)

  • 35 Durkheim É., Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie (1912) (...)

56Mis à part la problématique de l’associativité et des groupes intermédiaires, ou encore les aspects relatifs à l’éducation physique, peut-on reconnaître à Émile Durkheim des signes supplémentaires d’un intérêt se rapportant au jeu ? On trouve quelques éléments, également significatifs, dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, un ouvrage publié en 191235.

57Quelques années séparent la parution de certains textes de l’auteur (1893, 1900, 1902) de la date de publication des Formes élémentaires. Rappelons à ce propos un point important de la biographie de l’auteur, et de l’itinéraire intellectuel de celui-ci. À partir de 1897, Durkheim va focaliser ses recherches sur les sociétés primitives. Elles se concrétiseront quelques années plus tard par la publication de l’ouvrage qui vient d’être cité. Cette nouvelle orientation s’accompagne d’un changement important. Désormais, les sources de référence sont empruntées aux données de l’ethnologie, que l’auteur considérait jusque-là comme étant peu fiables. La mise en chantier de L’Année sociologique, qui va passer en revue la production des sciences sociales de l’époque, permet de repérer aisément des publications de facture scientifique livrées au titre de l’anthropologie sociale ou culturelle (ou ethnologie). Les considérations de Durkheim qui portent sur les jeux, examinées ici, ne se rapportent pas directement aux sociétés modernes. Elles sont dans le droit fil des comptes rendus publiés dans L’Année par son neveu Marcel Mauss et son collègue Henri Hubert. Nous examinons ces textes plus loin, dans le présent chapitre.

58L’auteur range les phénomènes religieux « en deux catégories fondamentales : les croyances et les rites » (op. cit., p. 30). Dans les pages traitant de « l’élément récréatif de la religion » (p. 542-548), Durkheim insiste sur la nécessité de ne pas confondre ces modes d’action déterminés que sont les rites avec d’autres pratiques. Pour autant, l’opération de distinction n’est pas toujours facile à mener : les « récréations collectives » et bien des « rites représentatifs » « sont même des choses tellement voisines qu’on passe d’un genre à l’autre sans solution de continuité » (p. 543). En toute logique propre à la sociologie et à l’ethnologie, il est fondamental de les distinguer, mais concrètement la tâche est parfois délicate. L’auteur indique cependant des critères de distinction qui préviennent tout risque fâcheux de confusion. Les jeux récréatifs ne se déroulent jamais sur le « terrain communiel », c’est-à-dire le terrain consacré. Ils sont déjà « laïques à quelque degré » et s’adressent à la totalité des membres de la collectivité, sans exclusive.

  • 36 Culin R.S. (1858-1929), Games of the North American Indians, Bureau of American Ethnology, Annual R (...)
  • 37 Un grand spécialiste de l’œuvre de Durkheim a examiné ces nuances : Lukes S., Émile Durkheim : his (...)

59Selon l’auteur, « c’est un fait connu que les jeux et les principales formes de l’art semblent être nés de la religion et qu’ils ont, pendant longtemps, gardé un caractère religieux ». À ce propos, il cite en note « le beau travail de Culin »36. Mais si Durkheim rappelle ce que sont les jeux récréatifs, c’est pour les écarter de son champ d’analyse et pour ne pas les confondre avec d’autres pratiques fondamentalement rituelles. « Un rite est donc autre chose qu’un jeu ; il est de la vie sérieuse. » Il prend place dans un ensemble de coutumes cérémonielles. « Quand un rite ne sert plus qu’à distraire, ce n’est plus un rite. » On constate une certaine complémentarité de ce texte (p. 544-548) avec l’extrait de la préface de 1902 qui vient d’être mentionnée (p. XXX-XXXI) pour l’articulation entre les pratiques récréatives et les activités sérieuses qui rythment pour partie la vie en société. Dans un vocabulaire sobre et concis, on retrouve sous la plume d’Émile Durkheim37 quelques éléments de discussion qui occupent certains de ses contemporains.

  • 38 Gruneau R., Class, Sports, and Social Development, Canada, Amherst, The University of Massachusetts (...)

60À notre connaissance, le Canadien Richard Gruneau est l’un des rares spécialistes de sociologie du sport à faire mention de cette distinction marquée entre jeux récréatifs et rites par l’auteur des Formes élémentaires38. On pourrait également interroger Durkheim sur le processus de laïcisation qui anime les sociétés modernes. Tandis que les rites liés à la religion ou au sacré s’estompent, des rituels ludiques et récréatifs (laïques à l’ultime degré) – individuels et/ou collectifs – ne sont-ils pas appelés à être amplifiés (en devenant des rites para-religieux) et surdimensionnés à cet égard, étendus aujourd’hui à l’échelle de la société planétaire et de la religion cathodique ?

61Ces quelques éléments repérés dans un ouvrage sociologique majeur rompent sur le fond et par leur sobriété avec les analyses du jeu produites par d’autres auteurs que nous serons amené à examiner. Cependant, pour le chef de la sociologie française, il ne s’agit là que d’un thème abordé de manière incidente, quasi fugitive. En prenant un peu plus de recul, retenons que Durkheim distingue avec précision trois domaines : l’éducation intellectuelle, morale et physique. Ce triptyque compose le titre d’un des nombreux ouvrages de Spencer : Education ; Intellectual, Moral and Physical, traduit en français (édition intégrale et édition abrégée). Pour autant, ce véritable succès de librairie n’a rien de très sociologique. Notons au passage que cette formule est déjà utilisée dans des manuels français antérieurs et que Espinas l’utilise aussi pour l’architecture d’un de ses cours. Durkheim fait preuve d’une démarche rigoureuse. Il définit l’éducation dans le cadre d’une problématique argumentée, et il n’est pas certain que les jeux récréatifs soient une partie intégrante de cette conception exigeante de l’éducation, surtout s’ils mettent l’accent uniquement sur le plaisir de jouer pour se distraire entre jeunes. Entendue dans un sens précis, l’éducation physique suppose la présence de l’adulte et une certaine contrainte qui l’apparentent à une discipline d’enseignement.

Prendre en considération les publications sur les jeux et les sports

62Les publications de Durkheim qui viennent d’être examinées apportent sans nul doute des éléments d’appréciation intéressants, sous l’angle de la sociologie. Cependant, ces acquis restent relativement discrets si on les met en rapport avec l’information savante disponible à l’époque, fournie dans d’autres auteurs, dans d’autres disciplines. Quelles peuvent être les raisons de cet écart ?

Principales difficultés soulevées par l’étude des jeux

63Faisons rapidement le point sur ce qu’est la problématique des jeux, dans les années qui sont à la charnière du xixe et du xxe siècles. Cet aspect peut aider à comprendre la sobriété doublée de prudence que manifeste Émile Durkheim à propos des jeux, en particulier dans Les formes élémentaires… (1912).

  • 39 Karl Groos est Professeur de philosophie à Bâle lorsqu’il fait paraître le livre : Die Spiele der T (...)

64Selon Karl Groos (1861-1946), Professeur de philosophie à l’Université de Bâle, dont l’ouvrage : Die Spiele der Tiere39 est traduit en français en 1902, il ne faut pas séparer de façon arbitraire le comportement de l’animal du comportement humain. Dans la préface, K. Groos indique que « la psychologie animale peut faire progresser l’anthropologie sur de nombreux points » (p. 1). Si les résultats obtenus « à ce point de vue sont encore médiocres », c’est parce que la méthodologie adoptée n’est pas adéquate. Selon l’auteur, il faut d’abord étudier les jeux de jeunesse (« Jugendspiele ») qui sont souvent des sortes de pré-exercices, la manifestation d’un trop-plein d’énergie et un entraînement des instincts. Ce qu’on peut observer chez les animaux supérieurs se retrouve chez les humains. Voilà déjà une option qui ne saurait capter l’attention de Durkheim.

  • 40 von Schiller F., Briefe über die ästhetische Erziehung des Menschen, 1795. Bizarrement, Spencer dit (...)

65Dans le premier chapitre de l’ouvrage, l’auteur détaille le modèle de « l’explication du jeu par excès d’énergie », tel que l’a développé Herbert Spencer en approfondissant de façon méthodique, si l’on en croit le savant anglais, des intuitions déjà formulées par l’écrivain allemand Friedrich von Schiller (1759-1805) dans ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme40, selon lequel le jeu procède de l’utilisation désintéressée d’un surplus d’énergie. Karl Groos considère cependant que cette thèse, reprise cinquante ans plus tard par Spencer dans le dernier chapitre des Principes de psychologie, à savoir la surabondance d’une énergie inemployée, n’est pas une condition essentielle du jeu. Nous aurons l’occasion de vérifier si le propos développé par Schiller sur le jeu n’est pas également d’une élaboration plus complexe que ce que peut en retenir ici Groos. Dans les deux chapitres suivants, l’auteur interprète le jeu comme une sorte de réponse basée sur des tendances innées (chap. 2) et, à ses yeux, le jeu auquel s’adonne le jeune animal constitue une « école de vie », contribuant à une meilleure adaptation de celui-ci à l’environnement dans lequel il évolue. L’auteur accorde une grande attention aux jeux de capture (jeux cynégétiques) et aux jeux d’affrontement, de combat, ainsi qu’aux jeux érotiques (chap. 4), aux jeux imitatifs et aux jeux de curiosité, proposant une véritable classification des jeux qu’on peut observer chez les animaux.

66L’ouvrage de Groos peut être considéré comme une pièce utile apportée à un débat important. Cet ancrage bio-physiologique et fonctionnel des jeux de la prime enfance est également souligné par un auteur comme Espinas, traducteur de Spencer, dont la perspective sociologique intègre l’organicisme. Et selon ce dernier, les enfants qui grandissent en viennent ensuite à imiter, à mimer les actions des adultes. Si l’on ajoute que plusieurs philosophes se montrent attentifs aux progrès de la préhistoire (ou paléo-anthropologie) entendue comme discipline scientifique, la notion de « civilisation primitive » que Durkheim défend (« étudier [...] la religion la plus primitive et la plus simple qui soit actuellement connue », Les formes…, p. 1) risque d’introduire un certain artificialisme arbitraire. Après sa brouille avec Durkheim, Gaston Richard ne manquera pas une occasion d’insister sur ce point dans plusieurs de ses publications.

  • 41 Tissot E., « Les jeux des animaux », La Nouvelle Revue, tome XLVI, mai-juin 1907, p. 433-455.

67Un article publié par Ernest Tissot en 1907, portant sur « Les jeux des animaux41 », n’est pas inintéressant dans la mesure où il commente largement (p. 435 et p. 436) le livre de K. Groos dans sa traduction française. L’auteur note qu’il n’était pas admis jadis qu’on puisse s’intéresser sérieusement à la psychologie des animaux, au point de consacrer un ouvrage à ce thème. « Ce phénomène qui méritait d’être relevé, semble une conséquence directe du darwinisme » (p. 433). Tissot examine « cet étonnant volume, qui applique aux jeux d’animaux les règles de l’anthropologie et de la psychologie, pour développer ensuite ses propres observations ». Limitons-nous à sa contestation de la perspective privilégiée par le philosophe allemand. En effet, Tissot réfute l’idée selon laquelle il conviendrait « de tenir le jeu pour un moyen salutaire de dépasser un excès d’énergie qui, s’il restait en nous, troublerait l’harmonie de notre organisme » (p. 40). Point important pour notre propre étude, en particulier sur la filiation des idées, Tissot cite ici Groos. « Cette théorie que Schiller fut peut-être le premier à formuler et dont Spencer devint le défenseur le plus autorisé, – cette théorie si séduisante qu’elle paraisse, explique mal les données recueillies par l’observation. » (ibid.). Dans une note infrapaginale, Tissot rappelle les textes de référence produits par ces deux auteurs : « Le premier dans la 27e Lettre sur l’Éducation esthétique de l’homme, le second dans ses Principes de Psychologie ». Selon Tissot, « ces frères arriérés » et « dépourvus d’abstraction » que sont les animaux ne jouent pas dans le sens où l’on l’entend cette activité pour l’homme. « Être capable de jouer un rôle ; pouvoir faire comme si cela était sans que cela soit reste en définitive l’élément le plus élevé du plaisir du jeu et [...] nous nous trouvons au seuil de la production artistique » (p. 452). En d’autres termes, selon Tissot, le jeu ne saurait être considéré comme un trait d’union entre l’animal et l’humain. Son point de vue peut s’accorder avec celui de Durkheim. Dans sa Leçon d’ouverture du 4 décembre 1902, lorsque Durkheim prend possession de son poste de chargé de cours de science de l’éducation à la Sorbonne, le maître montre comment, « sous le symbole », tel qu’il se manifeste dans la cérémonie de l’initiation qui marque le passage de l’enfance à la vie d’adulte, il est possible d’entrevoir « que l’éducation a eu pour effet de créer dans l’homme un être nouveau » qu’il désigne comme étant « l’être social ». Les animaux étant dépourvus d’abstraction et d’aptitude à produire du symbolique, il n’y a pas de solution de continuité – sociologique – entre l’animal et l’homme. Peu avant, dans le même exposé, Durkheim s’est employé à démontrer que la « vertu créatrice » est « le privilège spécial de l’éducation humaine. » Certes les jeunes animaux reçoivent, pour certaines espèces, un entraînement progressif auquel les soumettent leurs géniteurs. Si cette éducation « facilite le jeu des fonctions naturelles », « elle ne crée rien », insiste l’auteur. « Au contraire, chez l’homme, les aptitudes de toutes sortes que suppose la vie sociale sont beaucoup trop complexes pour pouvoir […] se matérialiser sous la forme de prédispositions organiques. » Chez le jeune animal, ce que l’on appelle jeu constitue un abus de langage.

  • 42 Marion H., De la solidarité morale. Essai de psychologie appliquée (1880), Paris, Librairie Germer (...)
  • 43 Marion H., op. cit., Deuxième partie : « Solidarité sociale », édition de 1883, p. 327-328.

68Évoquons une autre référence bibliographique intéressante. Dans la deuxième édition de sa thèse, entièrement remaniée, soit la nouvelle version de son ouvrage De la solidarité morale (1883)42, Henri Marion (1846-1896) avait examiné la nécessaire prise en considération de « l’homme primitif » que fait découvrir « l’archéologie préhistorique ». De par la « loi de corrélation des dispositions mentales », la présence d’industries lithiques, d’objets ou de parures rares dans des sépultures permettent de supposer que cet « homme fossile » « pratiquait déjà certains échanges », qu’il possédait « un esprit inventif, le langage, quelque sociabilité, et au moins ce qu’il fallait de moralité pour rendre possible une certaine union, un certain échange de services »43. Et il est probable que les jeux récréatifs pratiqués par la progéniture enfantine de ces sociétés aient pu en partie imiter, mimer des pratiques profanes, voire des pratiques rituelles, dans leurs aspects non dissimulés, non réservés à tel ou tel sous-groupe de la communauté… Notons toutefois que Durkheim n’ignore pas le type d’information que la science de la préhistoire est susceptible d’apporter à la sociologie.

69La question du jeu, anodine au premier abord, devient cependant un véritable casse-tête sociologique. Pour Durkheim qui entend asseoir une conception positive de la sociologie, on comprend la gêne relative à cette thématique et il lui est indispensable d’introduire, nous semble-t-il, une triple rupture : rupture de l’exposé discursif par rapport à l’observation directe, foisonnante et empirique, utilisation systématique d’un corpus clos de témoignages « directs » publiés par les premiers véritables ethnographes à partir d’enquêtes réalisées sur des terres exotiques et enfin, selon le propos ultérieur de Célestin Bouglé, refus « de souder en tout et pour tout la sociologie à l’organicisme », le comportement animal à « l’être social » qui est le propre de l’homme. En d’autres termes, l’éducation est à la fois « vertu créatrice », ne se bornant pas « à développer l’organisme individuel dans le sens marqué par la nature » et moyen d’accéder au registre de l’expression symbolique. La Leçon inaugurale de 1902, à la Sorbonne, traitant des rapports entre pédagogie et sociologie, prenant appui sur quinze années d’enseignement à l’Université de Bordeaux, synthétise la position adoptée par Durkheim.

  • 44 L’ancien français lui-même, désignant le desport, contient en nuance ce processus de dédoublement, (...)
  • 45 Le philosophe allemand définit clairement ce qu’est le propre de l’homme, et qui le distingue du – (...)

70Par ailleurs, si l’on ajoute que la cheville ouvrière de la traduction du livre de K. Groos n’est autre que Arnold Van Gennep et que l’ouvrage du philosophe allemand n’échappe pas à certaines critiques dénonçant un risque de projection anthropomorphique, en particulier dans le chapitre V, l’attitude de Durkheim n’a rien d’incompréhensible. En effet, dans le chapitre V, le dernier du livre, Karl Groos s’intéresse à « La psychologie des jeux animaux » (p. 298 et suivantes). Dès la préface, l’auteur indique qu’il attend beaucoup du lecteur : « [...] j’espère que la discussion de ce chapitre par la critique me servira pour mon livre prochain sur les “jeux des hommes” » (p. VIII). Non seulement le chapitre sort « en partie du champ spécial de cet ouvrage » mais il déborde du sujet annoncé, menaçant d’altérer le propos par le travers de l’anthropomorphisation du comportement animal. En revanche, reconnaissons que les ressorts psychologiques du jeu humain sont évoqués avec pertinence. Ils correspondent à une thèse qu’on peut qualifier d’existentielle. Dans le jeu s’opère un dédoublement de la conscience qui se réalise dans une pseudo-activité (p. 318). « Derrière le pseudo-moi (« Schein-Ich »), qui se laisse entraîner par le jeu, il y a le moi véritable de la vie réelle » (p. 319)44. Selon Groos, « La joie d’être cause trouve son sommet dans le plaisir le plus élevé et le plus délicat, dans le sentiment de la liberté contenue dans l’apparence que nous avons créée nous-même » (p. 342)45. Le jeu supérieur appartient à l’homme. Si « une lueur de liberté » semble caractériser certains jeux des jeunes animaux, il est évident que cette capacité d’éprouver une expérience émotionnelle, quasi ontologique – par le jeu – reste le fait de l’homme en société.

« Théories diverses sur la nature du jeu », par Frédéric Queyrat (1905)

  • 46 Queyrat Fr., Les Jeux des enfants. Étude sur l’imagination créatrice chez l’enfant, Paris, Félix Al (...)

71Frédéric Queyrat (1858-1926), qui enseigne la philosophie au collège de Mauriac (Cantal), publie en 1905 un livre intitulé Les Jeux des enfants qui mérite l’attention46. L’auteur consacre un premier chapitre aux diverses théories qui ont été proposées sur la nature du jeu, et les deux chapitres suivants (chap. II et III) lui fournissent l’occasion de compléter ces apports. Dans le chapitre I (p. 23-45), l’auteur procède à un examen attentif des travaux disponibles. De son point de vue, Herbert Spencer propose une théorie qui explique le jeu « par un excédent de force nerveuse, d’énergie vitale, par la défense d’une activité superflue » (p. 23). Spencer emprunte ces idées à Fr. Schiller, et en particulier à la vingt-septième de ses Lettres sur l’Éducation esthétique, « mais en leur donnant un fondement solide et en les exposant sous une forme plus précise et plus systématique » (p. 26). Il faut distinguer chez l’homme deux sortes d’activités, l’une utile et sérieuse, l’autre désintéressée et de luxe, la première étant tournée vers des fins pratiques, l’autre ayant sa fin en elle-même. Le plaisir qu’il y a « à agir pour agir » (p. 29) est identifié sous le nom d’activité esthétique », qui est « donné à l’activité de jeu, c’est-à-dire l’activité « qui se sent elle-même, qui jouit d’elle-même » (ibid., note de bas de page). Queyrat prend pour illustration « des exercices physiques, tels que les barres ou la balle au camp ». L’enfant dépense dans le jeu des énergies motrices accumulées. Conjointement le jeu met en œuvre « une récupération d’énergies perdues » durant les heures passées en classe ou à l’étude. Cette théorie du « jeu récréation » n’est jamais qu’une autre face de la théorie proposée par Spencer, conclut Queyrat (p. 30). Pareille théorie, cependant, et bien qu’elle renferme « une grande part de vérité », ne rend pas totalement compte du jeu. Elle concerne la forme la plus élémentaire du jeu, « comme simple phénomène de détente » (p. 32).

  • 47 Il s’agit de l’ouvrage suivant : Wundt W., Vorlesungen über die Menschen und Tierseele, publié en p (...)

72En effet, le jeu ne se limite pas à une expression aveugle ou à un état (comme la gaîté, par exemple), mais il possède une intention volontaire qui se concrétise dans des « actes coordonnés en vue d’une fin » (p. 32). Bon nombre d’auteurs s’accordent à considérer que l’« activité de jeu est l’imitation de l’activité sérieuse, utile » (p. 33). L’approche développée par le psychologue Wilhelm Wundt insiste sur le fait que le jeu, tant chez les animaux que chez l’homme, peut « être également une imitation d’actes de la vie pratique ». Et c’est cette « imitation qui a une valeur émotive, mais qui est étrangère à son but originel ». L’extrait rapporté par Queyrat, traduit sans doute par ses propres soins, est tiré des Conférences sur l’âme humaine et sur l’âme animale47. Queyrat mentionne également un extrait de son Éthique (Ethik) : « Le jeu est l’enfant du travail. Il n’y a pas de forme du jeu qui ne trouve son modèle dans une occupation sérieuse quelconque, modèle qui est également antérieur. » Queyrat renchérit : « l’enfant simule les actions de l’homme » (p. 34). Pourtant, là encore, commente Queyrat, si l’imitation tient une grande place dans le jeu, il n’est pas possible d’expliquer tout le jeu en s’en tenant à cette seule conception. La spontanéité de certains jeux ne doit rien à une imitation plus ou moins raisonnée, et William James dans The Principles of psychology a pu noter cette impulsion irrésistible, tel cet enfant aux prises avec l’un de ses camarades, qui « ne peut plus s’empêcher de courir après un autre garçon qui a passé près de lui en courant » (p. 35).

  • 48 Groos K., Les jeux des animaux, Paris, Félix Alcan, traduit en français par A. Dirr et A. Van Genne (...)
  • 49 De par les sources documentaires que l’auteur a réunies, son analyse peut être rapprochée d’un des (...)

73En faisant référence aux deux ouvrages de Karl Groos48, Queyrat rappelle que le savant allemand considère que les jeux de mouvement, de chasse, de lutte auxquels s’adonnent les petits enfants et les jeunes animaux sont des « expérimentations » : « ces pré-exercices ont pour but de préparer le jeune être aux occupations ultérieures de la vie » (dans Les jeux des animaux, p. 6). Cette troisième théorie enveloppe les précédentes. Son originalité est de mettre en avant une conception du jeu qui, en premier lieu, permet l’éducation d’aptitudes et de dispositions naturelles. Sans les jeux, l’animal adulte serait mal préparé pour la plupart des actes de la vie (p. 38). Si différents auteurs ne sont pas d’accord sur ce qu’il convient d’appeler l’origine de l’instinct, Queyrat se range cependant à l’avis de Groos pour qui les jeux de jeunesse reposent sur des instincts perfectionnés à temps par l’exercice. En définitive, si l’imitation joue « un rôle important dans beaucoup de jeux », elle est également « un instinct hérité », et sur ce point convergent « l’avis de Spencer, de James, de Wundt, de Stricker, de Schneider, de Baldwin, de Tarde » (p. 43). Soulignons que la rapide synthèse que propose l’auteur dans ce chapitre (p. 20-45) est d’excellente facture, précise et fort bien documentée49.

  • 50 Dilthey W., Dichterische Einbildungskraft und Wahnsinn (Imagination et illusion poétique).

74Le chapitre suivant (p. 47-74) est consacré à « la psychologie des jeux des enfants ». Le plaisir et l’illusion sont les accompagnements psychiques de l’activité de jeu. Il n’est pas possible de reprendre dans le détail l’analyse développée par Queyrat. Retenons qu’il cite aussi le philosophe allemand Wilhelm Dilthey, complétant ainsi le tableau des auteurs de référence en matière d’analyse du jeu. Il s’agit d’un passage qui souligne que l’imagination « est la faculté de tenir pour réelles de simples représentations50 ». « L’art est un jeu, le poète et l’enfant sont tous deux des croyants ; l’enfant croit à la vie de ses poupées et de ses animaux, le poète à la réalité de ses personnages. Et pourtant ils n’y croient pas » (p. 61). Queyrat examine ensuite un ressort important du jeu qui tient à l’atteinte d’un but, à la réussite, à la victoire. Son approche prend appui sur les considérations du philosophe Paul Souriau (L’Esthétique du mouvement, 1889) : « lorsque nous jouons, nous nous préoccupons toujours du résultat de notre activité » (p. 55). Un gain concret, un sentiment de liberté, une victoire sur son adversaire, par exemple, sont propres au jeu. Queyrat termine le chapitre en soulignant que, dans le jeu, « l’enfant se sent cause : il veut réaliser une idée séduisante, il crée l’action, il en dirige les péripéties » (p. 74). Toutefois, note Queyrat, l’enfant n’est pas dupe des fictions produites par son imagination. Dans le jeu conscient, le sentiment de liberté tend à transformer l’activité engagée par l’enfant ou le groupe d’enfants, au point que ce « monde d’apparence », selon une expression utilisée par Groos, ne saurait être confondu avec la réalité ordinaire (ibid.). Pour autant, il suppose l’engagement de l’enfant et son adhésion au principe qui structure le jeu.

75Le chapitre III (p. 75-114) traite de la « classification des jeux des enfants ». L’auteur discute tout d’abord les types de classifications proposées par Lange, Groos, Pérez, etc., avant de proposer sa propre typologie. On peut envisager les jeux soit surtout d’après leur origine (jeux d’hérédité, jeux d’imitation, jeux d’imagination) (p. 77 et suiv.), soit plutôt d’après leurs fins (en particulier dans la perspective de la socialisation et de l’éducation) (p. 96 et suiv.). À propos du premier type de classification, Queyrat détaille les vues de Tylor (p. 81-83) exposées dans La Civilisation primitive (The primitive Culture, 1871, 4e éd. 1904). Selon l’anthropologue anglais, certains jeux d’imitation seraient comme la continuité ou la résurgence d’usages pratiques disparus. L’arc et la flèche, la fronde seraient de ceux-là. Pour sa part, Queyrat insiste sur la transmission des jeux par les enfants eux-mêmes et sur la grande capacité d’observation des enfants qui reproduisent dans leurs jeux des scènes de la vie sociale : « manœuvres militaires, cortèges de noces, parades et exercices de cirque, luttes athlétiques » (p. 85). Si l’on envisage le second type de classification, c’est plutôt leur utilité pratique qui compte, indique l’auteur.

76Le livre aborde les autres modèles de pratique physique en s’appuyant sur les auteurs qui font autorité : la gymnastique et sa critique par H. Spencer, qui lui préfère les exercices en plein air (dans L’Éducation), mais en critiquant les abus du sport (dans Faits et Commentaires, 1903), et tout comme le note le philosophe Jean-Marie Guyau dans Éducation et hérédité (1889).

77Frédéric Queyrat est né en 1858, la même année qu’Émile Durkheim. Il connaît ses « classiques » dans le domaine de l’analyse des jeux. Il possède une bonne connaissance des travaux publiés par les universitaires allemands dans ce domaine. Il a d’ailleurs assuré la traduction en français, par ses propres soins, de quelques passages forts éclairants pour qui s’intéresse aux « théories » en présence et essaye de démêler les filiations, influences et emprunts, voire d’en contester des utilisations quelque peu réductrices. Queyrat ne s’intéresse pas à l’essor de la sociologie française. C’est le renouvellement de la psychologie, autour de l’œuvre de Ribot, et la psychologie de l’enfance qui orientent sa principale préoccupation. D’ailleurs son livre sur les jeux des enfants s’inscrit dans un « ensemble » de sept ouvrages de « psychologie appliquée » relative à l’enfant. De ce fait, il développe une lecture attentive et personnelle des auteurs majeurs qui ignore la façon dont les Durkheimiens eux-mêmes les envisagent. Nous verrons plus loin que ce point a son importance.

Quelques analyses d’ouvrages publiées dans L’Année sociologique

78Les onze volumes de L’Année sociologique couvrent une assez large période, depuis le tome I publié en 1898 (traitant l’année 1896-1897) jusqu’au tome XII (pour les années 1909-1912) paru en 1913, qui constitue le dernier de la série. Ces volumes sont largement consacrés à l’analyse des travaux scientifiques, publiés en France ou à l’étranger. En suivant l’ordre chronologique, il est aisé de voir quels sont les livres ou articles qui ont retenu l’attention de Durkheim et des membres de l’équipe constituée dans cette entreprise à la fois scientifique et éditoriale qu’est L’Année sociologique. Rappelons que l’idée de cette revue a germé chez Bouglé, Lapie et Durkheim dans la première moitié de l’année 1896.

79Cependant, dans sa conception, L’Année sociologique s’inspire quelque peu de L’Année philosophique, publiée sous la direction de François Pillon (1830-1914) chez l’éditeur Félix Alcan (vol. 1, 1890 ; vol. 2, 1892, etc.). Chaque volume regroupe plusieurs mémoires suivis d’une partie bibliographique portant sur une sélection, jugée parfois discutable, des ouvrages publiés durant l’année qui précède.

  • 51 Voir L’Année sociologique, tome II, 1899, p. 394-399.

80L’examen systématique des travaux présentés ou simplement recensés dans L’Année sociologique apporte-t-il des éléments complémentaires quant à l’importance accordée aux jeux d’exercice physique, voire aux sports ? Avant de fournir des éléments de réponse à la question, indiquons pour mémoire le compte-rendu d’un livre du docteur Charles Letourneau : L’évolution de l’éducation dans les diverses races humaines (1898) que propose Paul Lapie dans le second volume de L’Année sociologique51. On comprend bien le niveau d’exigence méthodologique que se fixe l’équipe de L’Année. Il s’agit en fait d’une étude sur « l’origine de l’éducation ». Letourneau croit pouvoir isoler plusieurs périodes. Celles-ci se succèdent, en partant de la plus ancienne pendant laquelle l’éducation primitive est familiale et instinctivement utilitaire, permettant d’assurer la nourriture, le vêtement et l’abri grâce à un apprentissage par imitation des techniques du corps, jusqu’à la période récente dans laquelle coexistent la religion toute puissante, l’affirmation de la science, le développement de la littérature et des arts favorisant alors une éducation intellectuelle. « L’éducation serait donc tour à tour physique, morale et intellectuelle », indique Paul Lapie (p. 395). Ce dernier réfute évidemment une telle vue sommaire, dénonce un manque de rigueur méthodologique et se propose de formuler « des inductions plus précises » en partant de certains faits réunis par Letourneau. Il montre sans difficulté les différentes formes que peut prendre « l’éducation publique » incluant ici l’éducation physique (comme dans l’antique Sparte), ailleurs l’écartant résolument, optant ou non pour une référence guerrière, etc. On peut en conclure que le contenu des cours sur l’éducation (et l’histoire de l’éducation) dispensés par les Durkheimiens et la méthode requise tranchent nettement par rapport à toute une littérature du moment se voulant savante. Et la question de l’éducation physique, par exemple, abordée de manière générale ou définie dans un cadre organisationnel précis, est parfaitement maîtrisée.

  • 52 Veblen T., The leisure class, New York, Macmillan, 1899. Voir L’Année sociologique (1899-1900), tom (...)

81C’est dans le tome IV de L’Année sociologique (1899-1900), soit la quatrième année de la série, publié en 1901, que l’on trouve deux références bibliographiques importantes en rapport avec la problématique des sports et des jeux. Toutefois, la première mention figure dans la cinquième section : « Sociologie économique ». François Simiand accompagne d’un bref commentaire la mention du livre que vient de faire paraître Thorstein Veblen aux États-Unis52 : « œuvre originale et intéressante, de vues sociologiques un peu longues, mais suggestives et utiles, qui mériteraient une étude étendue » (p. 532). De même, on trouve mention du volumineux livre de Karl Groos : Die Spiele der Menschen (1899), cité à la page 592, dans la « Section Divers. Titre I Sociologie esthétique », qui est placée sous la responsabilité de MM. Hubert et Parodi.

  • 53 Hirn Y., The Origins of Art. A psychological and sociological inquiry, Londres, Macmillan, 1900 (XI (...)
  • 54 L’Année sociologique, op. cit., p. 334.
  • 55 L’Année sociologique, op. cit., p. 214.

82Le tome V, qui couvre les productions des années 1900-1901, est doté d’un index dans lequel figure le mot « jeu », avec trois occurrences (p. 627). L’une d’elles se rapporte à l’ouvrage du finlandais Yrjö Hirn (1870-1952), sur les origines de l’art, qui vient d’être publié en 190053. Avant d’examiner ce texte, mentionnons les deux autres références bibliographiques. Il s’agit d’un article de Henry Girard, « Yakomas et Boujous, anthropophages du Haut-Oubanghi » (Anthropologie, 1901, p. 51-92), qui évoque les jeux, p. 8754, et d’un autre article, signé par N.-W. Thomas, « Animal Superstition and Totemism » (Folklore, 1900, p. 227-267). À propos de l’article de Thomas, Henri Hubert note : « Le dernier paragraphe, Games of sacrifice, est à signaler ; il s’agit des jeux du type blind cow, colin-maillard, ils rappellent de près les rites connus de la poursuite de la victime dans les fêtes agraires et en sont issus » (p. 214)55.

– Yrjö Hirn. Ces « théories qui font dériver l’art d’un élan de jeu »…

83La longue analyse consacrée au livre de l’universitaire finlandais Yrjö Hirn : The Origins of Art, signée E. M., est de la plume de E.-Claude Maître (p. 578-585). Ce dernier indique l’importance de l’ouvrage. Hirn envisage deux questions relativement spécifiques : d’une part celle de l’impulsion artistique (ou « Art-impulse »), soit un fond universel de l’activité humaine qui relève de la psychologie, d’autre part la question des moyens auxquels recourt cette impulsion pour se réaliser, et qui concerne la sociologie.

  • 56 Wallaschek R., Primitive Music. An Inquiry into the Origin and Development of Music, Songs, Instrum (...)

84Les origines concrètes de l’art sont de plusieurs ordres. Hirn mentionne l’information (chapitres XII et XIII), à des fins de communication, de matérialisation d’un événement dont on peut ainsi conserver la mémoire. Il retient également la sélection sexuelle (chapitres XIV à XVII) qui se manifeste dans l’attirance que peuvent susciter parures du corps, danses, etc. Cet aspect recoupe en partie une idée formulée par Darwin. « Il est bien vrai, note Maître, qu’une apparence physique exceptionnelle donne un avantage auprès de l’autre sexe, et qu’un but de séduction érotique entre parfois dans la décoration personnelle » (p. 579). Pour autant, cette action de séduction est toujours tributaire de facteurs sociologiques. Il faut y ajouter le travail (chapitres XVIII et XIX). À ce propos, l’auteur fait référence aux analyses de Groos, et ce point est souligné par le commentateur. « Groos a montré que les jeux des enfants, les danses et les jeux des adultes correspondent aux activités des diverses communautés » (p. 581). À ces succédanés des activités utiles et pratiques, il convient d’ajouter toutes les activités qui accompagnent le travail, avec une fonction de stimulation collective : danses, chants rythmés, cris d’exhortation. Si Hirn s’appuie sur les travaux de Richard Wallaschek56 et de Ad. Bücher, Maître lui reproche cependant de ne pas avoir exploité l’ouvrage important de Moritz Hoernes (voir p. 582), qui d’ailleurs a fait l’objet d’un compte-rendu dans une livraison antérieure de L’Année sociologique. Nous allons bientôt revenir sur ce volumineux ouvrage. Rappelons que l’inventaire bibliographique réalisé par Hirn occupe tout de même 16 pages (p. 307-322). Une autre origine de l’art procède de la magie (chapitre XX) Au bout du compte, Maître reproche cependant à l’auteur un certain manque de rigueur dans la manière de traiter de ces quatre ancrages considérés comme étant à l’origine de l’art.

  • 57 Cet ouvrage majeur est paru dans une traduction française. Grosse E., Les débuts de l’art, Paris, L (...)

85Une fois examinée la démarche de Hirn cherchant à établir, à propos de l’art, « la question de ses origines extra-esthétiques », Maître revient sur la première partie de l’ouvrage. L’activité artistique correspond à une tendance fondamentale de l’esprit humain. L’art, indique Hirn, procède d’une impulsion expressive, non utilitaire, « autotélique » (p. 583). Le commentateur s’attarde sur la distinction que l’auteur établit entre l’art et le jeu dans la première partie de son ouvrage. Il la commente ainsi : « Définir l’art par le jeu, c’est donner une définition purement négative, et qui laisse échapper les qualités distinctives de l’œuvre d’art. » (p. 583). Il rapporte le propos de Hirn : « le but du jeu est atteint quand le surplus de vigueur a été dépassé, ou que l’instinct a eu son exercice momentané » (p. 29). Nous retrouvons là l’influence directe d’Herbert Spencer, sans nul doute, mais quelque peu simplifiée car le propos développé par le savant anglais est, nous semble-t-il, plus élaboré. Il peut y avoir une part de jeu dans l’art et le jeu peut ouvrir sur l’art… Ajoutons que le commentaire s’inspire aussi de l’ouvrage de E. Grosse : Die Anfänge der Kunst (1894) pour lequel « l’art n’est [donc] pas un jeu, mais une fonction sociale indispensable »57. Encore faut-il ajouter qu’en rappelant ce point, Grosse entend couper court avec une sorte de figure obligée qui situe l’art par rapport au jeu sans apporter pour autant un supplément d’éclairage pertinent.

86De ce point de vue, le recenseur de L’Année sociologique est prisonnier d’une fausse distinction entre l’art et le jeu lorsqu’il souscrit au raisonnement de Hirn. On voit mal ce qui permet(trait) d’affirmer que l’activité du jeu est moins universelle que celle de l’art, qui est par ailleurs un domaine d’expression assez bien individualisé au sein d’une société. De plus, réduire le jeu à une simple impulsion ponctuelle, répétitive, c’est feindre d’ignorer qu’il peut être encadré par des rituels de socialisation ou de réaffirmation d’un ordre social. Spencer lui-même considérait cette ouverture sociale du jeu, doublé d’une inévitable sophistication de ses formes d’expression au fur et à mesure que la société devient plus complexe. D’ailleurs, des recensions d’ouvrages ou d’études publiées dans des volumes ultérieurs de L’Année sociologique en apporteront la preuve peu contestable. S’il n’est pas logique de définir l’art par le jeu (et quoique une part de jeu puisse entrer dans la réalisation artistique), il paraît tout aussi maladroit de définir le jeu comme une expression esthétique inférieure (et quoique un parti pris esthétique ou artistique puisse accompagner quelque acte ludique). Cependant, on comprend ce qui paraît décisif pour Hirn, et que souligne Maître : « L’œuvre d’art tend en quelque sport à s’affranchir des conditions individuelles où elle est née, des limitations particulières d’espace et de temps » (p. 583). Selon Hirn, approuvé en cela par son commentateur, « la fonction de l’art n’est pas confinée à l’acte même de la production : dans toute manifestation artistique véritable, quelque chose est créé et quelque chose survit » (p. 29). Néanmoins, le jeu, dans ses formes sociales et culturelles les plus élaborées, ne peut-il pas donner prétexte à des constats similaires ? En matière d’information, de commémoration et pour échapper à la limitation temporelle de l’instant vécu ou du présent, par exemple. Ou encore en constituant progressivement, transmissible génération après génération, une maîtrise technique dans la mise en scène des corps (danse, pantomime, etc.). Et nous ne faisons là que reprendre des traits définis par Hirn.

87Une autre remarque critique formulée par Maître nous semble justifiée : « On regrettera aussi qu’après l’étude des différents facteurs sociologiques qui fournissent à l’art ses matériaux, l’auteur n’ait pas dressé un tableau sommaire et systématique de ces matériaux » (p. 582). Il est possible d’en dire autant pour la façon dont Hirn s’appuie sur les analyses de tel ou tel auteur, sachant que l’argumentation par laquelle chacun considère le rapport entre le « jeu » et l’« art » n’est pas nécessairement similaire ou compatible à celles des autres auteurs convoqués. Chez Hirn, tandis que l’art est envisagé comme une activité humaine « conditionnée et déterminée par des facteurs sociologiques », selon une formule proposée par Maître (p. 579), il est refusé au « jeu » une détermination analogue. Celui-ci se trouve réduit à une sorte d’impulsion physio-psychologique. Il est comme vidé de sa substance sociale. Autant « la question des moyens de réalisation de l’art relève de la pure sociologie », ainsi que le rappelle le commentateur (p. 584), autant il est évident qu’on peut avancer la même proposition pour la plupart des jeux. Et l’usage du singulier (le jeu) tend à contourner la difficulté en déréalisant, en désocialisant l’acte de jouer. D’ailleurs, le raisonnement semble plus arbitraire encore lorsque Hirn envisage les sports.

88Apportons quelques éléments supplémentaires au débat. La lecture du livre The origins of Art mentionne explicitement les principales sources utilisées, dès le premier chapitre (« The problem stated », p. 1 et suivantes) : Kant pour sa Kritik der Urteilskraft, et d’autres auteurs aux thèses déjà bien identifiées, comme Schiller, Spencer, Guyau, Grosse (ou encore Groos dans le chapitre suivant). Dans le chapitre II (« The Art-impulse »), Hirn est amené à établir une distinction, à propos d’un domaine contigu, que Maître ne relève pas. Hirn envisage le sport, les sports. Selon ce critère, « nous pouvons aussi séparer le désir de l’art de l’amour des jeux et des sports. Toute exaltée que soit la passion sportive chez les individus et les nations, cela ne peut être comparé au désir ardent que fait naître la création esthétique en tant qu’impulsion primaire et universelle » (op. cit., p. 21). Et l’auteur de poursuivre. Les philosophes qui focalisent leur attention uniquement sur les travaux aboutis relatifs aux histoires de l’art peuvent tout à fait prétendre que même l’élan vers l’art n’est donné qu’à quelques rares privilégiés. Or, selon Hirn, le point de vue qui réduirait cette vie artistique au statut d’une grande et merveilleuse exception ne peut être défendu dans le cadre d’une esthétique psychologique (ibid.). Il reprend la même idée quelques pages plus loin. « Cette qualité d’universalité, au moins, ne peut pas être refusée aux théories qui font dériver l’art d’un élan de jeu » (p. 25). « Au début de ce chapitre, nous avons soutenu que la “compulsion” qui mène à l’activité artistique est trop forte pour être même comparée à la passion des jeux et des sports. Mais cette supériorité peut s’expliquer bien sûr comme résultant de quelque particularité de cette sorte de jeu » (qu’est l’activité artistique). « En fait, l’art est, dans un degré beaucoup plus élevé que n’importe quel sport, capable de satisfaire les instincts les plus grands et les plus fondamentaux de l’homme » (p. 27).

  • 58 Nous reviendrons ultérieurement sur ces questions à propos d’une approche développée par Célestin B (...)

89On peut déceler, nous semble-t-il, un certain artifice de construction, portant au moins sur deux aspects. Tout d’abord, Hirn est conscient qu’en ancrant la dynamique artistique dans une impulsion profonde semblable à l’élan du jeu, il s’expose aux critiques de ceux qui considèrent que l’émotion artistique procède en partie d’une éducation et d’un apprentissage spécifiques. C’est d’ailleurs un reproche que lui adresse Maître. Cette impulsion « n’est pas aussi rigoureusement individuelle que M. Hirn le suppose » (p. 584). Et « les moyens d’expression dont se sert l’impulsion de l’art sont d’origine sociologique » (ibid.). On pourrait en dire tout autant des sports et des jeux physiques organisés, qui supposent eux aussi des acquisitions, tout en admettant leur possible filiation avec l’élan du jeu. Insistons ensuite sur un autre point : l’arbitraire qui conduit à distinguer d’un côté l’art et de l’autre les jeux et les sports, ou plus exactement à ne reconnaître qu’à l’art ce qui peut l’être aussi, et sans difficulté, pour les jeux et les sports. Bien des jeux peuvent ouvrir eux aussi sur une permanence – procédant d’une création, à commencer par la transmission des règles d’un jeu, y compris chez les enfants, d’une « génération » à l’autre, voire à l’enrichissement de ces règles et usages. Ce serait encore plus net pour les jeux sportifs et les sports. Mais alors, rejoignent-ils pour autant le domaine de l’art ? Non, parce qu’ils ouvrent sur une autre perspective ou dérivation du jeu, qui conduit à considérer la création collective caractéristique des grands jeux et des sports58. Hirn a globalement raison d’affirmer, dans son livre, que « l’œuvre d’art se présente comme le moyen le plus efficace qu’a l’individu de communiquer à des cercles de sympathisants de plus en plus larges un état émotionnel, analogue à celui qui le domine lui-même » (p. 85 du livre). La parution du livre date de l’année 1900. Pourtant, bientôt, il sera possible de considérer que les sports, avec leurs athlètes artistes, leurs rencontres annoncées parfois de longue date, dont les plus fameuses sont destinées rester dans les mémoires, leurs « cercles » de supporters, se prêtent à des commentaires voisins, et que la création sportive est un moyen tout aussi efficace de communiquer des émotions.

90Le commentaire de l’ouvrage proposé par E.-Claude Maître est fort utile car il donne là une idée assez claire de la position scientifique durablement adoptée par certains membres du groupe des Durkheimiens. On pense en particulier à Durkheim, pour certaines considérations qui figurent dans De la division, ou à Bouglé. En matière de sociologie du jeu, leur propos se situe visiblement dans le droit fil de l’analyse – fondatrice, s’il en est – développée par Spencer dans le dernier chapitre des Principes de psychologie (1855). À y regarder de plus près, cependant, il convient de rappeler que Spencer se fait une idée bien plus ouverte du jeu. Enfin, un commentaire proposé par Maître, au bas de la page 583, est formulé dans une terminologie qui nous ramène, à notre avis, à la « troisième critique » de Kant (Kritik der Urteilskraft). « En rattachant ainsi l’impulsion artistique à l’impulsion expressive, on se rend compte de son universalité et de sa force en quelque sorte coercitive ». « Tout sentiment tend ainsi à s’exprimer non seulement individuellement, mais socialement, à englober un nombre aussi grand que possible d’êtres sentant sous son influence (chap. VI) » (ibid.).

– Croiser quelques informations consignées dans L’Année sociologique

91En reconsidérant une ou deux remarques formulées par E.-Claude Maître à propos du livre de Hirn, il est possible de suggérer qu’une certaine variété de points de vue relatifs au « jeu » est susceptible d’être repérée parmi les membres du groupe constitué autour de L’Année sociologique.

  • 59 Hoernes M., Urgeschichte der bildenden Kunst in Europa von den Anfänge bis um 500 vor Chr., Wien, A (...)

92Voyons tout d’abord le livre de Moritz Hoernes (1852-1917), qui a fait l’objet d’un compte rendu proposé par Henri Hubert dans L’Année sociologique59. Maître n’a pas tort de regretter que Hirn n’ait pas mentionné l’ouvrage de Hoernes, publié en 1898, qui traite de la préhistoire de l’art figuré en Europe. L’analyse proposée par Henri Hubert y invite. La recherche conduite par cet auteur « n’est pas sans analogie avec celle de Grosse (Anfänge der Kunst) », publiée en 1894, précise le commentateur (p. 577), même si les deux historiens que sont Hoernes et Grosse ne s’accordent pas sur le niveau d’importance qu’il convient d’accorder à la « fonction sociale » de l’art. Notons également que Hoernes reconnaît au jeu une place mieux contextualisée, ainsi que Hubert s’en fait l’écho. « S’il est vrai que, dans les sociétés élémentaires, les manifestations esthétiques soient avant tout individuelles et irrégulières, nées du jeu et de l’adaptation spontanée de l’homme à son milieu, à mesure que la civilisation se développe et que la société s’organise, elles dépendent plus étroitement des autres phénomènes sociologiques » (p. 579). On peut penser que, dans l’esprit de l’auteur, le jeu lui-même est susceptible d’épouser la complexité croissante de la société, au point d’être lié à d’autres aspects constitutifs de la société.

  • 60 Bücher Ad., Arbeit und Rhythmus, Leipzig, Teubner, 1899 (2e éd.), (X-412 p.), compte-rendu signé pa (...)

93Dans un autre compte rendu, Henri Hubert examine le livre de Ad. Bücher : Arbeit und Rhythmus, dont la deuxième édition est parue en 189960. Il s’agit d’une étude qui porte sur les chants de travail et qui peut être lue comme une théorie générale des origines de la musique et de la poésie. Un passage du commentaire proposé par Hubert traite du jeu. « M. Bücher ne pense pas que l’on puisse établir entre le travail et le jeu une distinction ; la plupart des danses des primitifs, par exemple, seraient difficiles à partager entre les deux modes d’activité. La transition du travail au jeu est établie par le rythme. L’effort devient facile quand il est divisé » (p. 591). Sous cet angle, le jeu apparaît comme une réalité contextualisée et sociale, pour ne pas dire socialisée, mais il est souvent difficile, voire impossible d’en isoler un caractère spécifiquement ludique.

  • 61 Pitrè G., Festi patronali in Sicilia, Torino-Palermo, Carlo Clausen, 1900 (LVI-572 p.), compte-rend (...)

94Dans le même volume, H. Hubert propose un compte rendu plutôt détaillé d’un ouvrage de Giuseppe Pitrè traitant des fêtes patronales en Sicile61. Parmi les « récits pittoresques » fournis par cet auteur, qui sont autant de « matériaux [proposés] aux sociologues et aux folkloristes » (p. 243), il cite l’exemple caractéristique d’une activité entretenue par la coutume et la tradition. « Les courses de barberi à la Santa Rosalia, supprimées par la municipalité de Palerme, sont continuées par les jeux traditionnels des enfants ; il est à croire qu’ils perpétueront longtemps encore le souvenir d’un rite qui classait la Santa Rosalia parmi les fêtes agraires » (p. 246). Dans ce cas, il est évident que les jeux des enfants dérivent de réjouissances collectives résultant elles-mêmes d’anciens rites.

  • 62 « To find “beginnings”, Dr. Grosse confines his attention to the few most primitive peoples now liv (...)
  • 63 Nous aurons l’occasion de revenir sur les dernières pages du livre de E. Grosse qui figurent en bon (...)

95On se souvient que Y. Hirn s’appuie sur le fameux ouvrage d’Ernst Grosse qui défend explicitement l’idée selon laquelle l’art n’est pas un jeu. Le domaine d’investigation retenu par cet auteur correspond aux formes de l’art développées par les sociétés les plus archaïques, ainsi le rappelle la préface de l’éditeur américain62. Le terme « Anfänge », qui est traduit par « débuts » ou « Beginnings », est à comprendre ainsi. C’est aussi pour cette raison que la question des jeux athlétiques et à plus forte raison des sports n’a pas sa place dans l’ouvrage. Tout au plus Grosse parle-t-il de « danses gymnastiques » pour rendre compte de certaines danses dont la principale fonction n’est pas d’ordre religieux, initiatique, guerrier ou magique. Non seulement Grosse ne s’encombre pas d’un prétendu lien de filiation entre le jeu et l’art mais il envisage essentiellement la fonction sociale indispensable que ce dernier – l’art – remplit au sein de la collectivité63.

96Les éléments qui viennent d’être présentés montrent des nuances majeures dans la façon de considérer les jeux, en fonction des différents niveaux du développement des civilisations. Outre la « matrice » kantienne du jeu (perceptible chez Hirn, Maître), on peut identifier une conception qui fait dériver certains jeux et expressions artistiques des obligations sérieuses et du travail (Bücher), quand d’autres formes de jeux semblent avoir leur existence propre au sein de la société (Hoernes), tandis que des folkloristes s’emploient à recenser des jeux traditionnels et récréatifs d’enfants qui sont comme une lointaine survivance des anciens rites (Henri Hubert commentant des collectes de G. Pitrè). Tout un éventail de jeux, aux fonctions sociales différentes, se précise. Ces aspects peuvent être aisément complétés en fonction des éléments d’information et des commentaires qui figurent dans trois contributions majeures proposées par Marcel Mauss dont l’examen suit.

– La qualité des travaux de l’anthropologue anglais Walter Edmund Roth

  • 64 Roth W.E., Games, Sports and Amusements, North Queensland Ethnography Bulletin, no 4, Brisbane, Hom (...)
  • 65 Or si notre commentaire de l’article d’Espinas est recevable, on se souvient que l’auteur ne parvie (...)

97Le volume de L’Année sociologique publiée en 1904, qui correspond au tome VII de la série, permet d’identifier une étape supplémentaire, et plus décisive nous semble-t-il, dans la façon dont le groupe des Durkheimiens aborde la question des jeux d’exercice physiques sous l’angle de la sociologie. En effet, dans la « Septième Section, I. Sociologie esthétique », Marcel Mauss ouvre la rubrique avec un commentaire de l’étude de W. E. Roth (1861-1933) : Games, Sports and Amusements64. Le propos introductif de Mauss articule les ambitions visées par L’Année sociologique et le commentaire proprement dit de l’étude de Roth qui a pour terrain(s) d’enquête une partie de l’Australie. « Si L’Année sociologique était vraiment complète, ou plutôt si elle portait sur une sociologie actuellement complète, le travail de M. Roth devrait être considéré surtout comme une contribution à l’esthétique » (p. 666). Si Mauss est disposé à classer ce type d’analyse dans la vaste rubrique de l’esthétique, il précise immédiatement son propos. « Nous parlons d’une esthétique considérée d’une façon très large, comprenant tous les arts d’agrément avec les beaux-arts, opposés aux arts de la production ou techniques qui relèvent de la technologie. » Cette distinction avait été indiquée par Alfred Espinas dans son article, publié en 1890, sur « Les Origines de la technologie », déjà examiné65. On se souvient que l’intention d’Espinas était de traiter uniquement des arts utiles. C’est probablement à ce même auteur, et à d’autres, sans doute, auxquels Mauss fait allusion en notant le caractère quelque peu inachevé des études disponibles sur les jeux. « Mais ni les études de nos confrères en sociologie, ni les nôtres propres ne sont assez avancées en ce qui concerne la théorie de ces phénomènes éminemment sociaux que sont les jeux. »

  • 66 Aujourd’hui, avec le recul des décennies, on mesure la qualité des travaux pionniers de W.E. Roth. (...)

98De ce fait, l’étude publiée par Roth est particulièrement précieuse. Il s’agit d’un « tableau très complet et comparatif que M. R. nous fait des jeux pratiqués par les tribus du N. et du N.-O. du Queensland »66. De l’avis de Mauss, les pratiques analysées par cet anthropologue constituent « des faits qui intéressent non seulement la théorie des jeux gesticulés, mais la théorie des arts plastiques, des symboles et même des représentations collectives. » À l’évidence, l’appréhension sociologique du jeu que suggère Mauss, à la lecture de l’étude de Roth, dépasse largement ce que pouvait en dire E. Maître deux ans plus tôt dans la même revue. Là encore, le propos recoupe, nous semble-t-il, celui d’Alfred Espinas, et même de Guillaume-L. Duprat. Est-ce à eux ou encore à Henri Hubert que Mauss fait allusion en désignant des « confrères en sociologie » ? Il paraît hasardeux de vouloir se montrer plus précis. Par ailleurs, notons que l’intitulé : « Sociologie esthétique », pour désigner une section qui doit rendre compte à la fois des travaux sur l’art, sur d’autres formes d’expression esthétique, sur les jeux et sur les sports, est en partie inappropriée. Les jeux d’opposition physique et les sports ressortissent d’une autre rubrique.

99L’étude publiée par Roth fournit un bon prétexte pour que le « groupe » de L’Année sociologique explicite sa position par rapport à l’analyse des jeux d’exercice physique. Dans son paragraphe de conclusion, Mauss revient conjointement sur l’état de réflexion du « groupe » à ce propos et sur quelques points particulièrement importants développés par Roth. « Contentons-nous, par suite de notre incompétence, de marquer les résultats du travail de M. Roth en ce qui concerne le rituel et ses rapports avec le jeu » (p. 667). Il souligne que les relations entre ces deux ordres de faits ne sont nulle part plus étroites qu’en Australie, y compris dans les jeux d’enfants. Elles y ont « quelque chose de cérémoniel », du fait de l’importance qu’y tiennent les chants, les jeux scéniques et les danses, comme lorsque les enfants jouent à la lune, « identique à la nature des formules religieuses » (p. 20-23). On entrevoit des préoccupations visant à inventorier les formes d’expression du jeu, qui seront également explicitées par Durkheim dans Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912).

  • 67 L’Année sociologique (1904-1905), tome IX, Paris, Librairie Félix Alcan, 1905, mentionne trois étud (...)

100Deux volumes suivants de L’Année sociologique mentionnent des études intégrant la question des jeux67, montrant ainsi l’intérêt accordé à cette problématique à partir de deux axes de recherches, l’une sur les jeux des enfants, l’autre sur l’étude ethnographique des jeux dans les sociétés primitives ou traditionnelles. Il convient cependant de s’attarder sur un assez bref compte rendu publié par Mauss dans le volume VIII de L’Année sociologique.

– L’anthropologue Matilda Coxe Stevenson et la culture des Indiens Zuñi

  • 68 Stevenson M.C., « Zuñi Games », American Anthropologist. N.S., 1903, V, p. 468-498, L’Année sociolo (...)

101L’anthropologue américaine Matilda Coxe Evans Stevenson (1849-1915) publie dans la revue American Anthropologist une importante étude sur les jeux chez les Indiens Zuñi, dont Marcel Mauss propose un compte rendu dans le volume VIII de L’Année sociologique, inséré dans la rubrique « Analyses – Le Rituel »68. Les jeux étudiés par Madame Stevenson sont « des jeux d’adultes » et il s’agit de « rites religieux de première importance dans le rituel Zuñi », souligne Mauss. L’auteur du compte rendu insiste sur la spécificité des jeux observés, ainsi que le précise d’ailleurs l’anthropologue : « elle nous fait remarquer, chose notable en effet, qu’à la différence d’autres sociétés où le jeu religieux est surtout un rite divinatoire, le rite religieux chez les Zuñi est essentiellement un rite pour provoquer la pluie ». Ensuite Mauss décrit brièvement les types de jeux étudiés. « De ces jeux deux sont des courses, et l’une de celles-ci appartient aux sociétés secrètes (d’hommes, cf. p. 470, n 1). L’autre appartient aux clans. Ces deux courses à pied et six autres jeux appartiennent “aux Dieux de la guerre”. La division en phratries et en régions y joue naturellement un rôle considérable » (p. 329). Il conclut son compte rendu en suggérant l’intérêt que pourrait présenter une analyse comparative. « Nous ne doutons pas qu’une comparaison avec les rituels Hopi du même genre ne puisse donner des résultats d’un intérêt scientifique considérable » (p. 229-230).

102On peut rappeler à ce propos que Marcel Mauss a commenté plusieurs travaux dans le tome VII de L’Année sociologique (1904), au sein d’un même compte-rendu, dont une publication de MM. Dorsey et Voth qui traite de « cérémonies compliquées », chez les Hopi, « en vue de la pluie ». « Au cours de leur travail, les auteurs nous donnent une excellente étude de l’une de ces courses rituelles comme il s’en observe un si grand nombre dans toute l’Amérique, et ils nous montrent bien le sens symbolique de ces courses qui ont pour objet d’imiter les courses des nuages » (op. cit, p. 287).

103La présentation de l’article publié par M.C. Stevenson donne l’occasion à Marcel Mauss de préciser un aspect majeur que peuvent prendre certains types de jeux mettant en scène des catégories d’adultes bien précises.

– Le « remarquable ouvrage » de l’ethnologue américain Stewart Culin

  • 69 Culin S., Games of the North American Indians. 24th Annual Report of the Bureau of American Ethnolo (...)

104La publication du tome XI de L’Année sociologique, en 1910, fournit le troisième et dernier repère majeur pour apprécier l’importance que le groupe constitué autour de Durkheim accorde à la question sociologique des jeux. Il s’agit du compte-rendu réalisé par Marcel Mauss à propos de la volumineuse étude réalisée par S. Culin (1858-1929) : Games of the North American Indians69. Il ouvre la « Septième Section Divers. I. Sociologie esthétique ».

105Mauss qualifie de « remarquable ouvrage » cette étude détaillée qui « suit la division naturelle des jeux ». Les jeux examinés ne sont pas des jeux d’enfants. Les adultes et adolescents seuls y sont admis ; « les uns sont joués de sexe à sexe ; les autres, par chaque sexe, chaque âge. D’ordinaire, quand ils sont collectifs, ils ont lieu entre groupes rivaux de la tribu, de la localité, du clan ». Ces derniers, note Mauss, sont les plus fréquents. En général, les jeux sont pratiqués à des saisons bien précises. Le commentateur insiste sur les conclusions que Culin tire de ses observations. Cinq points peuvent être soulignés, énumérés par Mauss, dont les trois traits suivants. Les jeux répertoriés chez les Indiens de l’Amérique du Nord « peuvent être classés en un petit nombre de groupes apparentés ». « Dans les cas les plus intéressants et les plus connus, ils sont l’objet de rites religieux, ou ils sont des rites religieux eux-mêmes. » Autre aspect noté par Culin, si « leur objet vulgaire, séculier, semble être un simple désir de s’amuser ou de gagner, ils sont cependant faits comme des cérémonies religieuses, comme des rites [...] ». Ainsi, « le jeu de balle, la course en particulier », souligne Mauss, s’inscrivent dans des croyances et des pratiques liées à la divination. De ce point de vue, conclut le commentateur, la « confusion de ce qu’on appelle en termes philosophiques le subjectif et l’objectif est donnée ici sous une forme extraordinaire et directement sociologique » (p. 776). Ce commentaire d’ouvrage est particulièrement utile car il fournit un éclairage croisé à propos des remarques formulées par Durkheim dans Les formes élémentaires… au sujet des jeux, appelés pour la circonstance « récréations collectives », souvent difficiles à distinguer des rituels. Conjointement, et de façon plus générale, on peut se faire une idée précise de l’importance qu’il convient d’accorder aux jeux d’exercice dans les sociétés primitives analysés sous l’angle de l’anthropologie sociale et culturelle.

  • 70 L’Année sociologique (1909-1912), tome XII, Paris, Librairie Félix Alcan, 1913.

106Le dernier volume de la série ancienne de L’Année sociologique, soit le tome XII (1909-1912), publié en 191370, ne recense pas moins de sept études relatives aux jeux dans diverses sociétés primitives ou traditionnelles (p. 849). On sait que la série ancienne de la revue – dite première série de L’A. S. – s’achève avec la publication de ce douzième volume.

107L’examen des travaux recensés et, pour certains d’entre eux commentés, dans le cadre de L’Année sociologique est donc un exercice indispensable qui, en retour, permet d’éclairer le propos de Durkheim dans des passages de textes déjà examinés. En outre, le nombre de références relatives au thème qui nous occupe, qui sont recensées dans L’Année sociologique, soit au total plus d’une vingtaine d’études et travaux, atteste d’une attention soutenue pour ce type de publications. Enfin, il faut rappeler la remarque de Mauss insistant en 1904 sur le fait que les travaux des sociologues français « ne sont [pas] assez avancés » du point de vue d’une théorie des jeux… C’est dire que cette thématique n’est pas négligée par Émile Durkheim et ses collaborateurs. Ils n’ignorent rien de la diversité des modèles d’exercice physique et des traits spécifiques qui permettent de les définir : fonction religieuse, fonction récréative, jeux d’adultes, jeux d’enfants, etc. La seule ombre au tableau tient à la façon dont quelques-uns, parmi eux, relayent une idée accordant une certaine importance au « jeu » en tant qu’impulsion permettant de saisir le mouvement de l’art. Nous retiendrons que les plus compétents sur ce domaine (Marcel Mauss, Henri Hubert) n’ont pas disposé du temps nécessaire pour donner à l’étude sociologique des jeux (et des sports), et sous l’angle d’une « théorie de ces phénomènes éminemment sociaux » que sont les jeux, selon la formule de Mauss, la place que ces types d’exercice physique méritaient d’avoir au sein d’un vaste programme scientifique élaboré de façon progressive.

Ébauche d’un premier bilan

108D’ores et déjà, en se limitant bien sûr à la période définie pour la première partie de l’étude, on peut comprendre la relative discrétion de Durkheim à propos du jeu, de l’associativité scolaire et du sport. La terminologie employée par l’auteur pour aborder ces domaines concrets fait usage des notions suivantes : éducation, pédagogie, groupes intermédiaires, associations, « forme noble du jeu » (laissant supposer qu’il existe une forme inférieure du jeu…).

109L’éducation physique contemporaine, envisagée par l’auteur (voir le Nouveau dictionnaire…), se limite à la dimension hygiénique (et individuelle), supposant la compétence du pédagogue et pour l’enfant un effort à maîtriser. Elle ne prend pas en considération les jeux et les sports, y compris ceux qui peuvent être structurés dans le cadre des établissements scolaires de l’enseignement secondaire. À partir du commentaire des publications examinées, on peut expliciter un cadre de référence élémentaire, sous la forme de propositions synthétiques, ainsi que nous l’avons annoncé. Dès lors que l’éducation suppose la mise en relation de deux générations : des adultes et des jeunes, ainsi qu’une forme d’obligation (dans la façon de recevoir, indissociable de la façon de transmettre), les groupements de jeux ou de sports intra-générationnels (des jeunes entre eux) échappent comme tels au propos de Durkheim. Pas d’éducation véritable sans une dynamique intergénérationnelle. D’où cette présence de l’enseignant, jugée indispensable, souvent indiquée par l’auteur lorsqu’il traite de l’associativité scolaire ou étudiante. Par l’éducation, le jeune individu accède à l’être social, indique Durkheim. Ce que le vocabulaire courant qualifie d’éducation, à propos de certaines espèces animales, n’a strictement rien de comparable avec les situations qui se rapportent à l’homme. Chez les animaux, l’entraînement, y compris lorsqu’il est stimulé par les aînés géniteurs, n’a rien d’un véritable jeu qui, lui, suppose à la fois une transmission raisonnée d’un patrimoine et une ouverture progressive à la pensée symbolique. Il est probable que le prétendu « jeu », observé chez de tout jeunes enfants n’aie rien du jeu proprement dit, le jeu de certaines facultés naturelles n’ayant rien à voir avec la faculté sociale du jeu. C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre l’expression « forme noble du jeu », utilisée dans la préface de 1902, qui appartient exclusivement à l’être social. L’information scientifique donnant matière à de possibles approfondissements sociologiques sur la réalité des jeux et des sports est consignée dans quelques grands ouvrages de la littérature ethnologique analysés dans L’Année sociologique. Ceci explique que les jeux soient évoqués dans Les formes élémentaires (1912).

110En outre le type de développement sociologique privilégié par Durkheim tend à réduire à l’essentiel ce qu’on pourrait appeler l’information descriptive et sociographique. La caractérisation de « l’éducation physique » dans la Leçon d’ouverture de 1902 et dans les articles « Éducation » et « Pédagogie » (de 1911) trouve sa pleine signification sociologique si on la replace dans un ensemble de préoccupations scientifiques. On comprend aussi, indirectement, la difficulté éprouvée par A. Van Gennep pour s’imposer dans les sphères universitaires de l’Hexagone. Tant à cause de la démarche de recherche privilégiée (peu conforme aux canons universitaires) que pour les terrains d’études retenus (quelque peu « concurrentiels », pour certains d’entre eux, par rapport à ceux qui intéressent tel ou tel Durkheimien…), tout semble devoir l’opposer à ce qui s’impose déjà comme l’École sociologique française. En effet, Van Gennep ne néglige pas d’étudier les menus faits de la vie sociale comme les jeux et il a aussi le mauvais goût d’aborder des thèmes considérés comme majeurs pour l’école fondée par Durkheim : Tabou et totémisme à Madagascar (1904), Mythes et légendes d’Australie (1906), Les rites de passage (1909). Enfin, il est un observateur attentif de la société enfantine et de la vie scolaire (dans Le folklore français, 1916).

  • 71 Nous connaissons de lui deux longs discours particulièrement sentis. Recteur Couat Henri Auguste, « (...)
  • 72 Lacroze R., « Émile Durkheim à Bordeaux (1887-1902) », dans Université de Paris, Centenaire de la N (...)
  • 73 Pickering W.S.F., « Le philosophe à bicyclette ! », Durkheimian Studies, vol. 9, 2003, p. 7-9. Il e (...)

111Cependant, il faut se rendre à l’évidence. Émile Durkheim ne semble pas s’intéresser beaucoup aux jeux d’exercice et aux sports auxquels s’adonnent les jeunes collégiens, lycéens et étudiants. Dans les chroniques et témoignages consultés, évoquant la vie publique bordelaise, son nom est plutôt rarement mentionné, contrairement au constat établi pour bien d’autres personnalités de l’Université. Le Recteur Henri Auguste Couat (il est né en 1846), qui dirige l’Académie de Bordeaux, par exemple, n’hésite pas à vanter la nécessité de développer les jeux71. Pour autant, Durkheim est impliqué dans des activités qui l’ouvrent sur la Cité bordelaise. Il est un « membre actif de la Fédération des jeunesses laïques » et il a « à plusieurs reprises exposé ses vues personnelles sur ce sujet devant des auditoires populaires bordelais72 ». On sait également qu’il a exercé des responsabilités dans le cadre de la XIIIe Exposition Universelle de Bordeaux organisée en 1895 à l’initiative de la société philomathique. Enfin, si Espinas apparaît à Bordeaux comme un fervent adepte du vélocipède, nous savons, grâce à une note récente publiée par W.S.F. Pickering, qu’Émile Durkheim est lui aussi un vélocipédiste de la première heure73.

112Essayons maintenant de présenter sous la forme d’un schéma simplifié les deux biais, à la fois interprétatifs et méthodologiques, qui limitent une prise en considération correcte des jeux d’opposition (physique) et des sports par le groupe des Durkheimiens (fig. 3). Le premier de ces biais tient à la « mémoire » réductrice et oublieuse d’une réelle potentialité sociologique que font ces auteurs du fameux chapitre « Sentiments esthétiques » de Spencer. Ils n’en retiennent, pour tout dire, que l’étiquette (« Sociologie esthétique », comme c’est le cas avec la section qui est incluse sous cette appellation dans L’Année sociologique). Le second biais tient à l’acceptation non discutée mais également tronquée des « thèses » de Grosse (1894) et de Hirn (1900) sur l’art (mettant – d’une phrase – en relation l’Art avec le jeu, et comme pour mieux repousser aussitôt ce dernier hors du champ d’investigation envisagé…). Ce qui se traduit par une distorsion « topographique », pourrait-on ajouter, de la question à traiter. Soit la figure suivante :

Figure 3 – La « topographie » réductrice des formes d’expression récréative

Figure 3 – La « topographie » réductrice des formes d’expression récréative

Légende : Dans le droit fil de certaines analyses (Grosse, 1894 ; Hirn, 1900) ou plus exactement de ce qu’ils en retiennent, les Durkheimiens vont s’en tenir longtemps (Bouglé, 1922) à la valorisation de l’Art (II), au titre d’une sociologie esthétique. Par ailleurs, en évoquant le jeu (I), pour aussitôt le rejeter à la marge du domaine social, ces auteurs se trouvent dans l’impossibilité de le traiter sous l’angle sociologique adéquat. Que manque-t-il à cette topographie « réductrice » pour rétablir sur des bases plus appropriées la sociologie du jeu ?

113Les deux « ensembles » non identifiés sont accompagnés d’un point d’interrogation. Or ils correspondent, par exemple, à des domaines d’activité motrice bien connus : d’une part des activités ludiques d’adresse élémentaire (III), d’autre part des activités plus élaborées comme les sports (IV). En toute logique, certains auteurs prêtent une attention soutenue à ces formes récréatives d’activité motrice.

Figure 4 – Une « topographie » équilibrée des formes d’expression récréative (les « sentiments esthétiques » selon Spencer)

Figure 4 – Une « topographie » équilibrée des formes d’expression récréative (les « sentiments esthétiques » selon Spencer)
  • 74 Rappelons que Spencer note dans son étude que « les jeux des enfants – le jeu de la poupée, de la p (...)

Légende : S’il est aisé de retrouver les composantes Jeu (I) et Art (II), nous pouvons rendre compte des expressions récréatives qui ouvrent sur l’interaction sociale (III) (plaisanteries, distractions…), supposant le cas échéant une compétence reconnue. On peut désigner par « Amusements » cette rubrique en nous inspirant du mot anglais utilisé par W.E. Roth (1902). Il est également aisé de replacer les jeux réglés et les activités sportives (IV). Pour les « jeux réglés », si nous nous en tenons à l’activité physique et aux sports (compétition), on peut fort bien concevoir d’autres terrains de réalisation (joutes oratoires, épreuves de chants et autres compétitions récréatives, etc.)74.

114La figure précédente (fig. 4) s’efforce d’apporter des éléments de réponse à la question en réutilisant les caractéristiques et les critères de différents auteurs. Il s’agit d’envisager une « topographie » plus complète des formes d’expression récréatives. Nous partons du point de vue exposé par Spencer sur les « sentiments esthétiques » (trad. fr. 1875). Dans le texte, l’auteur utilise l’expression « plaisir esthétique », qui est peut-être d’une signification mieux appropriée. Sur un premier axe, il s’agit de rendre compte de l’ouverture sociale du jeu, en distinguant ce que l’auteur désigne comme « excitation simple » de la forme la plus complexe décrite comme « excitation des sentiments égo-altruistes et égoïstes » (p. 681), qui introduit la dimension du rapport à l’autre et celle du groupe. L’autre axe prend en considération les formes d’organisation des sentiments esthétiques en distinguant des formes d’expression plutôt spontanées et des formes d’expression plus codifiées. Soit la figure précédente.

115Compte tenu de cette présentation, le jeu (I) possède une spécificité propre tout en étant susceptible d’apparaître aussi comme une sorte de domaine « de départ », de « pivot » à partir desquels s’individualisent plusieurs registres : amusements (III), jeux « sportifs » et sport (IV), art(s) (II), qui peuvent entretenir d’ailleurs les uns avec les autres des rapports de voisinage ou de complicité. Ce qu’ils ont également en commun, c’est la maîtrise de la règle : règles de sociabilité (et art de savoir raconter de bonnes blagues, par exemple), règles en vigueur dans les arts et les beaux-arts, règles indispensables à la pratique des jeux d’exercice physique (et qui en font une partie de leur attrait).

116Le schéma permet de replacer aisément l’analyse du jeu proposée par Alfred Espinas (elle occupera un espace conséquent : en I mais également en III, et plus encore en IV). Toutefois, nous avons noté que le groupe des Durkheimiens témoigne lui aussi d’une certaine perspicacité. Marcel Mauss joue à cet égard un rôle décisif. On se souvient des considérations sur « ces phénomènes éminemment sociaux que sont les jeux », livrées à l’occasion de sa lecture critique de l’étude de Roth pour L’Année sociologique (1904).

  • 75 Cuin Ch.-H., « Durkheim et Mauss à Bordeaux : naissance de l’ethnologie scientifique française », L (...)
  • 76 Lévi-Strauss Cl., « Ce que l’Ethnologie doit à Durkheim », dans Université de Paris, Centenaire de (...)

117Il ne faut pas oublier que le jeune Marcel Mauss, neveu d’Émile Durkheim, est appelé par son oncle à Bordeaux, afin de se préparer au concours de l’agrégation de philosophie. Après sa réussite au concours, il va être étroitement associé à l’entreprise savante conçue par son oncle. Ces années nous sont connues par une étude de Charles-Henry Cuin75. Dans le cadre des comptes-rendus de publications proposés dans L’Année sociologique, on comprend déjà que la question des jeux d’exercice physique (et des sports) est considérée par Mauss comme étant importante. Elle nécessite un traitement méthodique au sein d’une équipe. Mauss est à l’évidence le spécialiste le mieux armé, avec Henri Hubert (1872-1927), pour accomplir ce type de tâche. La lecture systématique des publications des anthropologues et les comptes-rendus produits par le neveu sur quelques travaux majeurs sont pour beaucoup dans le changement d’opinion de l’oncle à l’égard de l’ethnographie. Nous savons par l’hommage prononcé par René Lacroze et par les biographes de l’auteur (en particulier Philippe Besnard, Massimo Borlandi, Marcel Fournier) que, vers la fin de son séjour à Bordeaux, Durkheim s’intéresse à un nouveau thème : l’origine de la nature de la religion. Le cours qu’il donne la dernière année est l’amorce de l’œuvre magistrale de 1912. Le fait est souligné par Claude Lévi-Strauss dans sa contribution à l’hommage rendu à l’occasion du Centenaire du fondateur de l’École française de la sociologie76. Le « ralliement enthousiaste à l’ethnographie, dont témoigne, en 1912, l’introduction aux Formes élémentaires de la vie religieuse », selon le propos de Cl. Lévi-Strauss (p. 46), peut être suivi, une dizaine d’années plus tôt et dans son évolution progressive, à partir des critiques d’ouvrages rédigées par Mauss. Dès 1904, on entrevoit clairement ce que pourrait être le « programme » de recherche à développer à propos des jeux (et des sports).

Les « niveaux de vie » et la hiérarchisation des besoins selon Maurice Halbwachs (1913)

  • 77 Halbwachs M., La Classe ouvrière et les Niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins da (...)

118Examinons une tout autre démarche sociologique qui aborde occasionnellement le fait sportif, l’hygiène et la santé. Il s’agit du livre publié en 1913 par Maurice Halbwachs dans la série des « Travaux de l’Année sociologique »77. Maurice Halbwachs (1877-1945) est un ancien élève de l’ENS. Reçu premier à l’agrégation de philosophie, il enseigne d’abord en lycée. Deux interruptions volontaires lui permettent la première de reprendre des études de droit jusqu’au doctorat, l’autre de séjourner à Berlin puis à Vienne. En 1909 il fait une thèse de droit qui comporte deux études, l’une relevant de la morphologie sociale et l’autre de l’économie politiques. Entré dans l’équipe de L’Année sociologique dès 1905, l’auteur est reçu docteur ès Lettres en 1913. Sa thèse principale qui s’intitule La classe ouvrière et les niveaux de vie se propose d’étudier l’influence du genre de travail sur le niveau de vie. Il s’agit d’une étude scientifique de la hiérarchisation des besoins dans la classe ouvrière. Elle est publiée la même année. Examinons cet ouvrage.

119Dès l’introduction de l’ouvrage, identifiant trois types de société : société fondée sur la communauté religieuse, société fondée sur un idéal politique, société dite « lucrative » – marquées chacune par un « idéal » spécifique, Halbwachs précise que les jugements qui se rapportent à « la valeur des diverses activités et des divers biens » tendent à définir « une forme déterminée de vie sociale » (p. III). Or dans une « société lucrative », la faiblesse pécuniaire ne permet pas d’accéder à « la vie sociale la plus intense qu’on puisse se représenter » (ibid.). Quand bien même la société tend à intensifier en elle-même la vie collective (p. IV), le mal essentiel qu’engendre la « faiblesse pécuniaire », c’est sans doute le fait « d’être empêché de se manifester aux yeux des autres, de compter pour eux, de compter parmi eux des amis, des associés, des adversaires […], c’est-à-dire de ne point participer à l’activité sociale par excellence » (ibid.). Ces vues sont d’une pertinence et d’une actualité peu contestables, en termes de distinction, d’aspiration, de prétention ou de frustration, d’exclusion également, dans une société qui accorde de l’importance aux logiques de consommation.

  • 78 Dans son livre, Halbwachs fait même une large place aux enquêtes initiées par Frédéric Le Play.

120Cependant, seule une analyse précise des formes de consommation, des dépenses et des besoins, en l’occurrence chez les ouvriers, peut permettre de vérifier si et dans quelle mesure les deux aspects de la vie ouvrière : « travail et consommation » sont indépendants et susceptibles d’interagir l’un sur l’autre (p. 125 et suiv.). D’une part, « la vie sociale extérieure à la sphère de la production industrielle » peut être à la fois « compliquée et intense », s’inscrivant par exemple « dans des cercles d’amis, dans des assemblées de culture et de distraction » (p. 129). Cependant, au terme de son analyse et de l’exploitation secondaire des données d’enquêtes disponibles78, Halbwachs constate qu’en dehors du travail, l’ouvrier ne s’appartient pas beaucoup, tant le travail absorbe son quotidien. « L’épuisement physique, l’engourdissement mental, l’absence habituelle d’intérêt pour les biens qui satisfont les besoins sociaux, en deviennent trop souvent la rançon » (p. 384). Dès lors, une « hiérarchie des besoins » se dessine, permettant de distinguer besoins physiques et besoins sociaux. Cependant, bien des besoins peuvent avoir « un caractère mixte ». Pour l’alimentation, le vêtement ou le logement, des préoccupations sociales interviennent dans les choix et c’est sans doute ce caractère mixte, voire cette complexité caractérisant tel ou tel besoin qui favorisent le changement. Dans le domaine de l’alimentation, les dispositions physiologiques se modifient et favorisent alors le souci d’une certaine qualité dans la façon de s’alimenter. Les variations de la mode et le marché des biens finissent par accroître la plasticité des comportements et le renouvellement des satisfactions attendues. La vie sociale elle-même « élargit singulièrement notre sensibilité physique », indique Halbwachs (p. 414). C’est la vie sociale qui permet de lier et de combiner « en ensembles assez systématiques des sensations d’ordre, de nature et d’intensité très diverses » (ibid.). Le fait de s’alimenter, de se vêtir, de se loger ne se limite pas au strict nécessaire mais il ouvre sur un effort de recherche qui enrichit le registre des sensations.

121Notons, pour rester dans les limites imparties pour notre étude, que l’auteur mentionne « la préoccupation qui se fait jour de plus en plus, dans les hautes classes, de l’hygiène, du développement physique » (p. 409). « On suit des régimes alimentaires, on se prive d’alcool, etc. ; on aère les pièces jour et nuit ; on couvre le moins possible les enfants, on s’endurcit à sortir sans par-dessus ; l’importance croissante des exercices physiques, la mode des sports d’hiver expriment la même tendance » (ibid.). Ces nouvelles façons de faire sont-elles conformes à ce qu’exige la nature ou sont-elles culturelles ? « Nous ne nous demandons pas si ce genre de vie est, en fait, favorable à la santé, à l’équilibre physique et moral. Spencer, dans son livre De l’éducation, trouve absurdes ces pratiques nouvelles » (ibid.). Halbwachs admet cependant que ces pratiques puissent avoir un fondement scientifique. Toutefois, ajoute-t-il aussitôt, Thorstein Veblen, dans son livre : The Theory of the Leisure class (1899), a bien mis en évidence le souci du paraître chez les riches. « À présent, ce qui prouve la fortune et le loisir, c’est l’apparence de vigueur et de santé, c’est qu’on a pu consacrer beaucoup de temps et de peine aux sports les plus variés » (p. 411). Le « bien-être réel » ou l’« heureux équilibre des facultés » n’en sont pas pour autant atteints et bien des « exagérations mêmes de ces goûts » peuvent être observées. « Il y a des performances excessives qui sont de réelles déformations. Bien des hommes consacrent à ces exercices un temps et une activité qu’ils auraient plus agréablement dépensés en travaux et distraction de nature plus intellectuelle. Mais la conscience de classe y trouve son compte » (ibid.). Ces considérations factuelles fort pertinentes, qui illustrent le mécanisme de la distinction sociale, ne doivent pas faire oublier la problématique d’ensemble. Halbwachs opte pour une perspective proche des auteurs qui considèrent – dans le prolongement des vues de Spencer, d’ailleurs – que la complexité progressive de la société finit par libérer de nouveaux espaces et registres de sensibilité et d’esthétique. Cette « plasticité sensible » (p. 413) est conquise par la transformation de la vie sociale elle-même. Certes les individus, les ménages et familles les plus modestes se trouvent-ils placés à la marge du changement social. La position occupée dans les rapports de production influence directement la conduite sociale des individus. Cependant, peu à peu la classe ouvrière accède elle aussi à ce mouvement de renouvellement des besoins. Cette problématique des besoins, liant l’organique et le social, l’indispensable et le superflu, tout en renouvelant le registre des sensations, des significations et des satisfactions, peut être lue comme une forme modernisée, et replacée dans un cadre sociologique adéquat, des enseignements – demeurés trop formels – du chapitre sur les « Sentiments esthétiques » de Spencer.

  • 79 Current Sociology, « Les Sociologies et le Corps » (sous la dir. de Michel Berthelot), vol. 33, no  (...)

122Les classes aisées inventent le souci du corps, la « santé » comme culte de l’apparence, la mise en scène de la valeur physique par le sport… Jean-Michel Berthelot et son équipe, dans un volume qui a pour thème Les Sociologies et le Corps, ont rappelé la place quelque peu insolite tenue par Halbwachs parmi les Durkheimiens tant il est vrai que « le moment durkheimien » de la sociologie semble ignorer le corps79. Halbwachs fait figure d’exception, non pas tant dans sa façon d’aborder l’hygiène du corps ou l’exercice sportif, qui est empruntée à d’autres auteurs aisément identifiables, mais dans sa façon de replacer ces aspects dans une dynamique d’ensemble des « besoins » et du renouvellement des objets et des domaines auxquels ils s’appliquent. Une piste de recherche et une méthode qui auraient mérité d’être reprises et appliquées plus systématiquement à ces objets ou domaines à étudier.

***

123Durkheim et les membres du « groupe » que sont Bouglé, Mauss et Halbwachs manifestent un intérêt limité pour les jeux et les sports, ou encore la vie associative récréative, surtout si l’on rapporte les quelques pages commentées à l’ensemble de la production sociologique de chacun des auteurs sollicités. Ils font preuve d’une qualité d’observation (on pense surtout à Bouglé) et d’analyse peu contestable. Maurice Halbwachs ouvre en France une perspective sociologique réellement novatrice. La façon dont Durkheim identifie clairement plusieurs types spécifiques d’activités, par exemple, est assez magistrale : l’éducation physique comme étant le propre de l’homme (1902, 1911), à ne pas confondre avec l’entraînement qui caractérise le jeune animal (idem), et la question des simples jeux récréatifs (1912) qui doit être distinguée des exercices physiques rituels ayant pour cadre le terrain consacré et communiel (idem), dessine un cadre de référence cohérent. Néanmoins, malgré tous ces mérites, nous ne saurions minimiser le constat des deux biais perceptibles dans les approches produites par certains Durkheimiens. Jeu et sport y apparaissent aussi comme étant sans attache sociale ferme ni véritable justification théorique ou méthodologique.

124Le programme fixé par Émile Durkheim et ses collaborateurs pour la sociologie positive ne saurait s’accommoder de longs développements portant sur la réalité sociale du jeu, un prétexte culturel qui reste quelque peu subalterne. Mais il laisse en suspens la question, au demeurant complexe, des fonctions servies par le jeu. De même, reste entier, nous semble-t-il, le problème qui conduit Durkheim à hésiter d’une part entre le jeu festif et récréatif comme expérimentation – psychologique – privilégiée d’un dépassement ponctuel de l’ordinaire du quotidien chez l’être individuel et collectif et, d’autre part, « la vie religieuse » qui, comme le souligne l’auteur, « a pour objet d’élever l’homme au-dessus de lui-même et de lui faire vivre une vie supérieure à celle qu’il mènerait s’il obéissait uniquement à ses spontanéités individuelles » (Les formes…, 1912, éd. citée, p. 592). La publication posthume (1925) de certains cours dispensés à l’Université par Durkheim, initialement à la Faculté des Lettres de Bordeaux, nous permettra ultérieurement de compléter cet aspect de l’analyse portant sur le jeu.

Notes

1 Durkheim É., Cours de science sociale, « Leçon d’ouverture par M. Émile Durkheim, chargé d’un cours de science sociale à la Faculté des Lettres de Bordeaux », Paris, Armand Colin et Cie éd., 1888 (30 p.). Extrait de la Revue internationale de l’Enseignement du 15 janvier 1888, p. 23-48.

2 Durkheim É., De la division du travail social. Étude sur l’organisation des sociétés supérieures, Paris, Librairie Félix Alcan, 1893 (IX-471 p.). La pagination mentionnée est celle de la réédition de 1902, revue et augmentée d’une préface. Elle reste inchangée dans les rééditions suivantes, dont celle de 1967, que nous utilisons.

3 Lalande A., La raison et les normes, Paris, Librairie Hachette, 1948 (237 p.). Alors que la toute première édition de la thèse comprend IX et 471 pages, celle de 1902, qui comporte une nouvelle préface, comprend XLIV et 416 pages.

4 Sur ce point, voir l’ouvrage de Fournier M., op. cit., 2007, p. 452 et 482.

5 Il n’est pas possible de comprendre comment Durkheim aborde la question du jeu, sans mentionner deux sources d’inspirations essentielles : ce que Kant dit du jeu dans sa Critique du jugement (1790) et, bien après lui, Spencer, toujours à propos du jeu, dans le dernier chapitre des Principes de psychologie (cf. Spencer, 1874-1875 [1870-1872], vol. 2, p. 661-685). Le savant anglais dit s’être inspiré des intuitions de Schiller (sans le citer nommément) mais l’examen du chapitre montre qu’il connaît parfaitement la Critique de la faculté de juger. Cette question des sources est examinée dans le chapitre VI.

6 Chronique de l’enseignement, « Bordeaux. Faculté des Lettres », Revue internationale de l’Enseignement du 15 janvier 1889, p. 67-71.

7 Sur ces aspects, voir l’article de Massimo Borlandi, « Les deux éditions de 1893 et la véritable date d’achèvement de la Division du travail social », Durkheim Studies/Études durkheimiennes, vol. VI, automne 1994.

8 Fournier M., Émile Durkheim, op. cit. Voir le chapitre 5, « Professeur à Bordeaux. Pédagogie et sciences sociales », p. 118.

9 Richard G., « De la division du travail social, par Émile Durkheim, 1893 », rubrique « Bibliographie », Revue internationale de l’Enseignement, 15 août 1894, p. 188-191.

10 Revue internationale de l’Enseignement du 15 octobre 1895, p. 357-365. Thomas Ferneuil est l’un des pseudonymes qu’utilise Fernand Samazeuilh (1845-1921), le très actif président de la Société des Amis de l’Université de Bordeaux. Ce banquier bordelais est très impliqué dans la vie de la cité bordelaise.

11 Besnard P., Cherkaoui M., « Durkheim Émile David (1858-1917) », dans Borlandi M., Boudon R., Cherkaoui M., Valade B., Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, 2005, p. 195-202.

12 Durkheim É., « Rôle des Universités dans l’éducation sociale du pays », Congrès international de l’éducation sociale (26-30 septembre 1900), Paris, Félix Alcan éd., 1901, p. 128-138.

13 Claretie L., L’Université moderne (« Préface » de M. O. Gréard, Vice-Recteur de l’Académie de Paris), Paris, Librairie Charles Delagrave, s.d. [vers 1894-85] (290 p., ill.). En décrivant l’ensemble des sections qui composent l’Association des étudiants de Paris, Claretie insiste sur la pratique des sports « que leurs aînés ont eu le tort de négliger ». « Ils patinent, ils jouent au ballon ou à la paume sur les esplanades du jardin du Luxembourg ; ils ont un club de vélocipédie, un cercle nautique sur les bords de la Marne, des jeux de barrette, de lawn-tennis, de thèque, de gouret, de crosse, une salle d’armes située rue des Carmes » (p. 215). Selon Ernest Lavisse, « un des grands bienfaits de ces associations nouvelles d’étudiants [est] qu’elles nous donnent le moyen de parler à cette jeunesse » (op. cit., p. 230).

14 Voir notre étude sur « La naissance du sport universitaire à Bordeaux et les débuts du BEC (1880-1907) », 116e Congrès national des Sociétés savantes, Chambéry, 1991, Histoire moderne et contemporaine, t. 1, p. 65-85. Initialement le club est la section sportive de l’A.G.E.B., l’Association Générale des Étudiants de Bordeaux. Citons aussi le témoignage éclairé d’un professeur de droit de Bordeaux, attentif aux activités développées par le Bordeaux Étudiants Club, dont il est l’un des Vice-Présidents. François Sauvaire-Jourdan, « Les Sports et les Universités françaises », Revue internationale de l’Enseignement, vol. LIVI, 4, 1913, p. 402-414.

15 Durkheim É. et al., La vie universitaire à Paris (ouvrage publié sous les auspices du Conseil de l’Université de Paris), Paris, Librairie Armand Colin, 1918 (231 p., 92 pl. phot. h. t.). Durkheim a rédigé la préface, p. 1-3, et les deux premiers chapitres : « L’histoire de l’Université », p. 7-18, « Organisation générale de l’Université de Paris », p. 19-33. Cet ouvrage collectif a été mis en chantier au cours de l’année 1913-1914, et sa réalisation interrompue par la guerre (les derniers décomptes d’effectifs des étudiants qui sont mentionnés datent du mois de janvier 1914).

16 Durkheim É., Quelques remarques sur les groupements professionnels, « Préface de la seconde édition » (1902), De la division du travail social (1893), Paris, PUF (coll. Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1967 (huitième édition). Voir p. I-XXXVI.

17 Izoulet J., La Cité moderne. La métaphysique de la sociologie (1894), Paris, Librairie Félix Alcan (coll. Bibliothèque de philosophie contemporaine, 1908, 7e édition), Voir p. 600 et suivantes.

18 D’ailleurs, mis à part le terme de « corporation », qui peut avoir pour nous un accent passéiste, l’intuition de Durkheim se concrétisera. On ne peut oublier le rôle décisif joué par les Comités d’entreprises, à partir de 1945. À la tête des « CE », se retrouvent les forces vives de l’entreprise, conformément à la représentation syndicale. Ils assurent la promotion des activités physiques et sportives, des activités culturelles, des vacances familiales, de l’entretien de la santé, etc. Ils sont un des supports de l’économie sociale et solidaire.

19 Il est évident que cet aspect a beaucoup vieilli. Les collectivités locales sont un cadre essentiel de la vie sociale organisée, tout particulièrement pour les activités récréatives (sport, culture, loisirs), tandis que le domaine de la vie professionnelle désigne des situations très contrastées, traversées pour certaines d’entre elles par des tensions et des inquiétudes.

20 Cet article est repris dans un recueil d’études et d’analyses publiés sous le même titre en 1907. Bouglé C., Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Librairie Félix Alcan (1907, 1re éd., 175 p.), 1925 (nouvelle éd.).

21 Besnard Ph., « Présentation », Revue française de sociologie, 1979, p. 3-6. Cit. p. 4.

22 Bouglé C., Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs, Paris, Librairie Armand Colin (XV-287 p.). L’ouvrage publié en 1922, examiné dans la seconde partie, de même que la reprise du texte « Qu’est-ce que la sociologie » jusqu’en 1939 permettront d’ajouter rétrospectivement quelques commentaires sur l’article de 1897.

23 Callède J.-P., « L’innovation associative et le service public du sport. Entre intérêts partagés et intérêt général », dans Guibert C., Loirand G., Slimani H. (dir.), Le sport entre public et privé : frontières et porosités, Paris, L’Harmattan (Coll. Sports et société), 2009, p. 179-196.

24 Gide Ch., Économie sociale (Imprimerie Nationale, 1903), Paris, Librairie de la Société du Recueil J. ‑B. Sirey & du Journal du Palais, 1907 (3e éd. revue et augmentée) (2e éd. 1905). Voir tout particulièrement l’Avant-Propos, p. V-VII et l’Introduction, p. 1-56.

25 Simiand Fr., d’après l’analyse parue dans L’Année sociologique, 1904-1905. D’après Gide Ch., op. cit., p. 3-5.

26 Weisz G., « L’idéologie républicaine et les sciences sociales. Les Durkheimiens et la chaire d’histoire d’économie sociale à la Sorbonne », Revue française de sociologie, XX, (1), 1979, p. 83-112.

27 Karady V., « Stratégies de réussite et mode de faire valoir de la sociologie chez les Durkheimiens », Revue française de sociologie, XX (2), 1979, p. 49-82.

28 Buisson F. (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette et Cie, 1911 (VIII-2087 p. ; gr. in-8).

29 En effet, la forme initiale de ces articles est déjà perceptible dans la Leçon d’ouverture faite par Durkheim, à la Sorbonne, en 1902. « Sociologue, c’est surtout en sociologue que je vous parlerai d’éducation »… Aux noms de Kant et de Mill viennent s’ajouter ceux de Herbart et de Spencer. Par ailleurs, l’auteur signale les mérites de Basedow, Pestalozzi ou encore de Froebel, alors même ceux-ci ne furent pas « de bien grands psychologues ». Ce texte a été publié initialement dans la Revue de métaphysique et de morale, janvier 1903, p. 37-54. Johan Friedrich Herbart (1776-1841) est un philosophe allemand, élève de Fichte. À l’époque de Durkheim, il est parfois considéré comme un des fondateurs de la pédagogie en tant que domaine académique et scientifique.

30 Durkheim É., « Éducation », op. cit., p. 529-536.

31 Durkheim É., « Pédagogie », op. cit., p. 1538-1543.

32 Pour autant, cette pertinence peut profiter à la caractérisation de l’éducation physique. Donnons une seule illustration empruntée à sa Leçon d’ouverture de 1902. L’éducation tend à devenir « un véritable service public », en se plaçant « de plus en plus directement sous le contrôle et la direction de l’État ». Le commentaire qui suit, d’ordre général, éclairerait de façon magistrale le processus socio-historique de renouvellement de l’éducation physique, le passage des jeux locaux traditionnels au sport moderne, l’évolution des techniques corporelles « pratiques » aux systèmes de gymnastique… « Sans doute, les fins qu’elle [l’éducation] poursuit se détachent tous les jours davantage des conditions locales et ethniques qui les particularisaient autrefois ; elles deviennent plus générales et plus abstraites. »

33 Ajoutons que Georges Demeny a rédigé l’article « gymnastique », dans le Nouveau dictionnaire (p. 774-779). Il précise : « La gymnastique est le nom donné à la forme méthodique de l’éducation physique ; elle fait partie de l’éducation générale et est inséparable de l’éducation morale et intellectuelle » (p. 774). De fait, ces articles se complètent avec précision.

34 Buisson F. et Durkheim É., « Enfance », op. cit., p. 552-553.

35 Durkheim É., Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie (1912), Paris, PUF (coll. Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1968 (cinquième édition).

36 Culin R.S. (1858-1929), Games of the North American Indians, Bureau of American Ethnology, Annual Report (24), 1907 (« Division of Indian games according to games of chance and skill (dexterity), their rules and equipment, meaning and function »), 846 p.

37 Un grand spécialiste de l’œuvre de Durkheim a examiné ces nuances : Lukes S., Émile Durkheim : his Life and Work (1973), New York, Harper and Row, 1975. Voir p. 470. Voir également, du même auteur : « Political Ritual and Social Integration », Essays in Social Theory, New York, Columbia University Press, 1977. Voir p. 68.

38 Gruneau R., Class, Sports, and Social Development, Canada, Amherst, The University of Massachusetts Press, 1983. Voir p. 27, 160-161 et 198.

39 Karl Groos est Professeur de philosophie à Bâle lorsqu’il fait paraître le livre : Die Spiele der Tiere, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1896. Le livre est traduit en français par les soins de A. Dirr et de A. Van Gennep, et publié sous le titre : Les jeux des animaux dans la Bibliothèque de philosophie contemporaine, chez F. Alcan éd., en 1902 (VIII-376 p.). Le livre suivant : Die Spiele der Menschen, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1899 (538 p.), est moins connu mais, à l’évidence, d’un intérêt supérieur. Il est d’ailleurs mentionné dans le recensement des livres proposé dans le tome IV de L’Année sociologique (1899-1900). Le succès relatif de la première traduction explique peut-être que l’ouvrage sur les jeux des hommes n’ait pas bénéficié à l’époque d’une traduction en français.

40 von Schiller F., Briefe über die ästhetische Erziehung des Menschen, 1795. Bizarrement, Spencer dit avoir oublié le nom de cet auteur allemand dont les réflexions sur le jeu lui servent de point de départ pour sa propre analyse. Nous réexaminerons ultérieurement cette question.

41 Tissot E., « Les jeux des animaux », La Nouvelle Revue, tome XLVI, mai-juin 1907, p. 433-455.

42 Marion H., De la solidarité morale. Essai de psychologie appliquée (1880), Paris, Librairie Germer Baillière et Cie, 1883 (deuxième édition entièrement remaniée) (359 p.).

43 Marion H., op. cit., Deuxième partie : « Solidarité sociale », édition de 1883, p. 327-328.

44 L’ancien français lui-même, désignant le desport, contient en nuance ce processus de dédoublement, cet écart que réalise l’activité sportive, et qu’on retrouve admirablement exprimé par Blaise Pascal. Dans l’une de ses pensée, il décrit « cet homme si affligé de la mort de sa femme et de son fils unique », tout absorbé par la situation de jeu à laquelle il doit faire face : « on vient de lui servir une balle, et il faut qu’il la rejette à son compagnon » ; « comment voulez vous qu’il pense à ses affaires ayant cette autre affaire à manier ? ». On connaît la conclusion fameuse de l’auteur. : « il n’est qu’un homme, au bout du compte, c’est-à-dire capable de peu et de beaucoup, de tout et de rien : il n’est ni ange, ni bête, mais homme. » Blaise Pascal (1623-1662), Pensées (annotées par L. Brunschvicg, 1897) Paris, Garnier-Flammarion (GF Poche), 1976. Voir pensée no 140-522, p. 90-91.

45 Le philosophe allemand définit clairement ce qu’est le propre de l’homme, et qui le distingue du – ou au sein du – monde animal : l’aptitude au jeu en tant que libre fiction créatrice.

46 Queyrat Fr., Les Jeux des enfants. Étude sur l’imagination créatrice chez l’enfant, Paris, Félix Alcan, 1905 (2e éd. 1908).

47 Il s’agit de l’ouvrage suivant : Wundt W., Vorlesungen über die Menschen und Tierseele, publié en plusieurs livraisons (1863, 1892, 1897, 1906).

48 Groos K., Les jeux des animaux, Paris, Félix Alcan, traduit en français par A. Dirr et A. Van Gennep, 1902 (VIII-223 p.). Groos K., Die Spiele der Menschen, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1899 (538 p.).

49 De par les sources documentaires que l’auteur a réunies, son analyse peut être rapprochée d’un des ouvrages de Charles Lalo dont la publication est cependant postérieure de quelques années. Lalo Ch., Les sentiments esthétiques, Paris, Félix Alcan, 1910. C’est tout le mérite de Queyrat d’avoir réalisé quelques années auparavant ce point de synthèse théorique sur le jeu.

50 Dilthey W., Dichterische Einbildungskraft und Wahnsinn (Imagination et illusion poétique).

51 Voir L’Année sociologique, tome II, 1899, p. 394-399.

52 Veblen T., The leisure class, New York, Macmillan, 1899. Voir L’Année sociologique (1899-1900), tome IV, Paris, Félix Alcan, 1901.

53 Hirn Y., The Origins of Art. A psychological and sociological inquiry, Londres, Macmillan, 1900 (XI-331 p.). Voir L’Année sociologique (1900-1901), tome V, Paris, Félix Alcan, 1902, p. 578-585.

54 L’Année sociologique, op. cit., p. 334.

55 L’Année sociologique, op. cit., p. 214.

56 Wallaschek R., Primitive Music. An Inquiry into the Origin and Development of Music, Songs, Instruments, Dances, and Pantomimes of Savage Races, Londres, 1893. Actualisé en fonction des travaux récents, ce livre est traduit quelques années plus tard en allemand. Wallaschek R., Anfänge der Tonkunst, Leipzig, Barth, 1903 (IX-349 p.), qui bénéficie d’un long compte-rendu signé par Charles Lalo dans L’Année sociologique (1902-1903), tome VII, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 667-670. « Le caractère primitif de toute musique est la mesure. C’est elle aussi qui fonde son rôle social. Cette double thèse a été récemment reprise par plusieurs auteurs. M.W. réclame la priorité en sa faveur. Il établit l’originalité de sa théorie, notamment par rapport à celle de Bücher. D’abord le rythme n’est pas spécialement lié au travail : on en trouve le sentiment développé chez tous les peuples qui ignorent encore le travail proprement dit » (p. 667).

57 Cet ouvrage majeur est paru dans une traduction française. Grosse E., Les débuts de l’art, Paris, Librairie Félix Alcan (coll. Bibliothèque Scientifique Internationale, no 94), 1894 (traduit de l’allemand par A. Dirr). L’auteur est professeur à l’Université de Fribourg-en-Brisgau. Le catalogue de l’éditeur souligne que le livre est accessible, y compris par ceux qui ne sont pas « initiés au recherches et aux méthodes de l’ethnographie comparée ». Nous aurons l’occasion de revenir sur un aspect de l’analyse de l’art proposé par cet auteur dans la seconde partie de l’étude car Célestin Bouglé, dans deux de ses livres publiés dans les années 1920, la tient pour importante.

58 Nous reviendrons ultérieurement sur ces questions à propos d’une approche développée par Célestin Bouglé dans son ouvrage : Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs (1922).

59 Hoernes M., Urgeschichte der bildenden Kunst in Europa von den Anfänge bis um 500 vor Chr., Wien, A. Holzhausen, 1898 (XXII-709 p., 36 pl. h. t. Voir l’Année sociologique (1898-1899), tome III, Paris, Félix Alcan, 1900, p. 577-580.

60 Bücher Ad., Arbeit und Rhythmus, Leipzig, Teubner, 1899 (2e éd.), (X-412 p.), compte-rendu signé par Henri Hubert, L’Année sociologique, 1899-1900, tome IV, Paris, Félix Alcan, 1901, p. 591-592.

61 Pitrè G., Festi patronali in Sicilia, Torino-Palermo, Carlo Clausen, 1900 (LVI-572 p.), compte-rendu signé par Henri Hubert, L’Année sociologique, 1899-1900, op. cit., p. 245-248. Le compte-rendu est proposé dans la rubrique « Le rituel (C. Les fêtes ; le Calendrier religieux) ».

62 « To find “beginnings”, Dr. Grosse confines his attention to the few most primitive peoples now living ; he distinctly criticises those writers who have drawn illustrations of beginnings from peoples at every stage of culture » (op. cit., Editor’s preface, p. VI).

63 Nous aurons l’occasion de revenir sur les dernières pages du livre de E. Grosse qui figurent en bonne place dans une anthologie de textes sociologiques publiée par Bouglé et Raffault : Éléments de sociologie. Textes choisis et ordonnés (1926).

64 Roth W.E., Games, Sports and Amusements, North Queensland Ethnography Bulletin, no 4, Brisbane, Home Secretary’s Department, 1902, 24 p. et pl. in-folio. Le commentaire de Marcel Mauss figure dans l’Année sociologique (1902-1903), tome VII, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 666-667.

65 Or si notre commentaire de l’article d’Espinas est recevable, on se souvient que l’auteur ne parvient pas à maintenir l’opposition entre d’une part « les arts d’agrément » et « les beaux-arts » et, d’autre part, les « arts de la production ou techniques qui relèvent de la technologie » (en utilisant ici les termes de Mauss, ibid., p. 666).

66 Aujourd’hui, avec le recul des décennies, on mesure la qualité des travaux pionniers de W.E. Roth. La publication examinée par Mauss fait partie d’un « ensemble » de trois volumes qui sont considérées aujourd’hui comme des études majeures. Sur ce point, consulter le livre de Howell R.A. et Howell M.L., The Genesis of Sport in Queensland from the dreamtime to federation, Australia, Brisbane, University of Queensland Press, 1992. Outre l’étude examinée (dans l’Année sociologique), ces universitaires mentionnent deux autres travaux majeurs de cet infatigable défenseur des Aborigènes. « W.E. Roth, Protector of Aborigines in Queensland, wrote profusely on Queensland Aborigines and their customs, and he included games and amusements in his research » (op. cit., p. 9). Roth W.E., Ethnological Studies among the North-Western Central Queensland Aborigines, Brisbane, 1897. Roth W.E., « Games, Sports and Amusements of the Northern Queensland Aboriginal », Report of the Australian Advancement of Science, no 9, 1903 (voir p. 277).

67 L’Année sociologique (1904-1905), tome IX, Paris, Librairie Félix Alcan, 1905, mentionne trois études portant sur les jeux : les jeux d’enfants en Allemagne, les jeux d’enfants en Hongrie et une étude ethnographique sur les jeux de la presqu’île de Malacca (Malay Games). Voir p. 638. Le tome suivant (tome X, 1906) mentionne une étude sur les jeux au Togo.

68 Stevenson M.C., « Zuñi Games », American Anthropologist. N.S., 1903, V, p. 468-498, L’Année sociologique (1903-1904), tome VIII, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 329-330.

69 Culin S., Games of the North American Indians. 24th Annual Report of the Bureau of American Ethnology (1902-1903), Washington, 1907, 846 p.). Le commentaire de Marcel Mauss figure dans l’Année sociologique (1906-1909), tome XI, Paris, Félix Alcan, 1910, p. 775-776. Dans cette partie de la section, dite « Sociologie esthétique », réalisée par MM. Mauss, Hubert et Lafitte, sont mentionnées quatre autres études traitant des jeux des enfants, principalement chez des peuples primitifs, en particulier le travail de F.-R. Barton, « Children’s Games in British New Guinea », Journal of the Anthropological Institute, 1908, XXXVIII, p. 259-279. Les recenseurs de L’A. S. indiquent : « Importante monographie. Influence de l’organisation sociale et religieuse sur les jeux », p. 272 sq. Voir p. 789.

70 L’Année sociologique (1909-1912), tome XII, Paris, Librairie Félix Alcan, 1913.

71 Nous connaissons de lui deux longs discours particulièrement sentis. Recteur Couat Henri Auguste, « Discours » à l’occasion du VIIIe Lendit régional de Bordeaux-Talence (5-8 juin 1897), repris dans la Revue des Jeux scolaires, 1897, no 5-6. Recteur Couat H.A., « Discours prononcé à la distribution des prix du lycée Hoche, à Versailles, le 31 juillet 1896 », Versailles, Impr. Aubert, 1896.

72 Lacroze R., « Émile Durkheim à Bordeaux (1887-1902) », dans Université de Paris, Centenaire de la Naissance d’Émile Durkheim, extrait des Annales de l’Université de Paris, no 1, 1960 (54 p.), p. 24-30. Cit. p. 29. Cependant, il faut se rendre à l’évidence. Localement, le passage de Durkheim à Bordeaux n’a pas laissé beaucoup de trace. Mentionnons, pour illustration, la notice biographique assez laconique : « Durkheim (Émile », publiée dans l’ouvrage de Jean et Bernard Guérin, Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, éditions B.E.B., 1957 (p. 263).

73 Pickering W.S.F., « Le philosophe à bicyclette ! », Durkheimian Studies, vol. 9, 2003, p. 7-9. Il est amusant de penser qu’un qualificatif similaire à celui attribué à Espinas fut également accordé dans un article de La Liberté de l’Est au jeune Durkheim par Robert Javelet (1914-1986), ami d’Henri Durkheim, l’un des neveux d’Émile Durkheim, qui apprit à ce dernier l’art de la bicyclette permettant ainsi aux deux « sportifs » d’accomplir de longs périples le long des rives de la Moselle, à Épinal.

74 Rappelons que Spencer note dans son étude que « les jeux des enfants – le jeu de la poupée, de la petite marchande, des visites –, sont la comédie des activités adultes » (op. cit., p. 665). Chez l’enfant, le jeu nourrit le processus de socialisation et il est déjà, en lui-même, une activité sociale d’appropriation ludique des traits de la vie en société (III). Un peu plus loin dans le texte, l’auteur anglais évoque « les jeux de la conversation » relatifs aux joutes oratoires : « raillerie », « choc des réparties dans les assauts de verve », « découverte d’une faiblesse, d’une méprise, d’une absurdité de l’un des jouteurs par l’autre » (p. 666)… Dans leurs formes spontanées, de telles pratiques peuvent être répertoriées en III. Si elles prennent une forme plus codifiée (et compétitive), on les classera en IV. Spencer cite de façon explicite les « jeux d’adresse » des enfants, les « jeux d’adresse privilégiés par les adultes » (p. 663), la danse, le patinage, qui se retrouvent – principalement – en IV. Ces activités « physiques » et codifiées suscitent psychologiquement des « sentiments esthétiques » mais elle ne sauraient se laisser enfermer dans cette seule dimension. Pour les formes les plus élaborées de l’art (II), Spencer nomme explicitement les beaux-arts, la musique, la danse, etc.

75 Cuin Ch.-H., « Durkheim et Mauss à Bordeaux : naissance de l’ethnologie scientifique française », L’ethnologie à Bordeaux. Hommage à Pierre Métais, Les Colloques Ethnologiques de Bordeaux (Actes du colloque du 10 mars 1994), Département d’Anthropologie Sociale-Ethnologie, Université Bordeaux 2, 1995 (Mémoires des Cahiers Ethnologiques, no 6), p. 128-139.

76 Lévi-Strauss Cl., « Ce que l’Ethnologie doit à Durkheim », dans Université de Paris, Centenaire de la Naissance d’Émile Durkheim, extrait des Annales de l’Université de Paris, no 1, 1960 (54 p.). Voir p. 45-50.

77 Halbwachs M., La Classe ouvrière et les Niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines (Travaux de L’Année sociologique publiés sous la direction de M. É. Durkheim), Paris, Alcan, 1913 (XVII-495 p.).

78 Dans son livre, Halbwachs fait même une large place aux enquêtes initiées par Frédéric Le Play.

79 Current Sociology, « Les Sociologies et le Corps » (sous la dir. de Michel Berthelot), vol. 33, no 2, été 1985 (209 p.).

Table des illustrations

Titre Figure 3 – La « topographie » réductrice des formes d’expression récréative
Légende Légende : Dans le droit fil de certaines analyses (Grosse, 1894 ; Hirn, 1900) ou plus exactement de ce qu’ils en retiennent, les Durkheimiens vont s’en tenir longtemps (Bouglé, 1922) à la valorisation de l’Art (II), au titre d’une sociologie esthétique. Par ailleurs, en évoquant le jeu (I), pour aussitôt le rejeter à la marge du domaine social, ces auteurs se trouvent dans l’impossibilité de le traiter sous l’angle sociologique adéquat. Que manque-t-il à cette topographie « réductrice » pour rétablir sur des bases plus appropriées la sociologie du jeu ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 – Une « topographie » équilibrée des formes d’expression récréative (les « sentiments esthétiques » selon Spencer)
Légende Légende : S’il est aisé de retrouver les composantes Jeu (I) et Art (II), nous pouvons rendre compte des expressions récréatives qui ouvrent sur l’interaction sociale (III) (plaisanteries, distractions…), supposant le cas échéant une compétence reconnue. On peut désigner par « Amusements » cette rubrique en nous inspirant du mot anglais utilisé par W.E. Roth (1902). Il est également aisé de replacer les jeux réglés et les activités sportives (IV). Pour les « jeux réglés », si nous nous en tenons à l’activité physique et aux sports (compétition), on peut fort bien concevoir d’autres terrains de réalisation (joutes oratoires, épreuves de chants et autres compétitions récréatives, etc.)74.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search