Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Travaux et publications des années 1890 à la veille de la Grande Guerre

Chapitre 1. Alfred Espinas, concepteur de la praxéologie et promoteur des Jeux scolaires

Texte intégral

  • 1 Il est utile de mentionner la notice biographique parue dans la Statistique générale du départemen (...)
  • 2 Espinas A., Des sociétés animales, 2e éd. augmentée d’une introduction sur l’histoire de la sociol (...)

1Pour notre thème d’étude, s’impose en premier lieu la figure d’Alfred Espinas (1844-1922), Professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Bordeaux. Ce dernier a déjà publié un ouvrage sur les sociétés animales lorsqu’il est recruté par l’Université de Bordeaux, en 18801. On le considère alors comme un tenant de l’organicisme de Herbert Spencer, revisité et réapproprié en fonction d’intérêts intellectuels personnels. Espinas s’inspire des vues du savant anglais dans son ouvrage Des sociétés animales, qui paraît en 18772. Certains caractères sociaux sont décelables depuis les organismes biologiques jusqu’aux sociétés humaines, en considérant aussi les multiples groupements animaux. Espinas détaille les différences qui distinguent de l’organisme vivant l’organisme social. En passant d’un ordre à l’autre, l’unité organique devient solidarité. Cette démarcation entre la biologie et la sociologie est fondamentale.

  • 3 Spencer H., Principes de psychologie, traduits sur la nouvelle édition anglaise par Th. Ribot et A (...)

2Espinas est l’un de ceux qui ont fait connaître en France la pensée organiciste d’Herbert Spencer. Il est d’ailleurs le co-traducteur des Principes de psychologie3, dont l’ultime chapitre du tome second envisage les « Sentiments esthétiques ». Dans sa traduction française, le volume est publié en 1875. Spencer part du constat suivant : « Les activités que nous appelons jeu sont unies avec les sentiments esthétiques par ce trait : que ni les unes ni les autres ne servent d’une façon quelconque aux processus utiles à la vie » (p. 661). L’auteur anglais se fixe comme première étape de son analyse de comprendre « d’où vient l’impulsion du jeu » (p. 662) puis de préciser « comment il devient à la fin cette activité supplémentaire des facultés les plus hautes que les beaux-arts impliquent » (ibid.). Dans ce chapitre intitulé « Sentiments esthétiques », l’auteur envisage le jeu en partant de son expression la plus élémentaire : l’utilisation d’un surplus d’énergie individuelle, pour dégager une perspective – sociale – dans laquelle il ébauche ce que sont et seront les formes les plus sophistiquées du jeu. L’excédant croissant d’énergie « fera naître une proportion croissante d’activités et de plaisirs esthétiques » (p. 685), faisant appel « aux émotions les plus élevées » (ibid.).

3Il est utile d’ajouter que ces éléments d’appréciation et d’analyse relatifs au jeu selon Spencer, disponibles dans la traduction française à partir de 1875, vont opérer ultérieurement comme un prisme organisateur de la réflexion dans diverses approches du jeu, des jeux physiques et des pratiques sportives.

  • 4 D’après Fournier M., op. cit., p. 110.

4Espinas est le doyen de la Faculté des Lettres de Bordeaux en 1887, au moment où Émile Durkheim y prend ses fonctions. Il a lui-même pesé de toute son influence pour faciliter cette nomination. Avant l’arrivée de Durkheim, outre ses enseignements de philosophie, Espinas donne deux cours de pédagogie. L’un d’eux, destiné aux futurs maîtres du primaire, s’intitule : « L’éducation physique, esthétique, intellectuelle dans les écoles primaires4 ». Avec sa division ternaire, le cours s’appuie probablement sur les écrits de Spencer dont un petit livre traite du sujet.

Les éléments fondateurs d’une science de l’action

  • 5 Espinas A., « Les Origines de la technologie », Revue philosophique de la France et de l’étranger,(...)
  • 6 Espinas A., Les Origines de la technologie, Paris, Librairie Félix Alcan, 1897 (290 p.).

5En 1890, Alfred Espinas fait paraître dans la Revue philosophique de la France et de l’étranger un article intitulé « Les Origines de la technologie5 ». Quelques années plus tard, il reprendra cette question dans un ouvrage du même titre6.

6Examinons principalement l’article publié en 1890. L’art, indique l’auteur, est assurément le produit de l’expérience et de la réflexion ; il suppose une invention, un acte d’initiative et de liberté (p. 113). Tout art, entendu par Espinas dans le sens grec d’art utile, repose sur un ensemble de règles fixes qui sont transmises par l’exemple et l’éducation. Il s’agit de techniques diverses qui structurent « les actes essentiels de la vie et les conditions générales de ces actes », depuis notre enfance et tout au long de la vie : « tout cela est enfermé dans des règles dont l’interprétation nous est laissée, il est vrai, mais dans des limites beaucoup plus étroites que nous ne le croyons d’ordinaire » (p. 114). L’étude méthodique de ces techniques est désignée comme étant la « Praxéologie ou Technologie générale » (p. 115). Espinas propose d’élargir le sens habituel du mot de « technique », souvent limitée aux procédés opératoires en usage dans tel ou tel art, aux arts eux-mêmes et jusqu’à des domaines comme la politique, la justice ou la morale. Cependant, sous le vocable de « techniques », l’auteur indique explicitement qu’il prend en considération les « arts utiles », « pour les distinguer des arts qui tendent à produire l’émotion esthétique » (p. 114). La Technologie générale regroupe l’ensemble des études spécifiques qui s’intéressent chacune à la technologie spéciale d’un art élaboré par l’homme. La praxéologie entendue comme science de l’action peut être étendue à toutes les espèces animales (p. 114) mais Espinas souligne, à la page suivante, qu’il limitera ici son approche aux « arts ou techniques qui s’observent dans les sociétés humaines, à quelque degré civilisées » (p. 115). Et d’ajouter qu’il lui arrivera d’employer indifféremment les termes de technologie et de praxéologie.

7La praxéologie propre à chaque époque implique d’indiquer l’état de développement des techniques et des inventions afin de voir comment celles-ci ont pu provoquer « chez les théoriciens les réflexions d’où sont sorties leurs doctrines » (p. 116). Dès lors, ces doctrines ont pu elles aussi réagir sur les arts, en enfantant à leur tour « des modes d’action moins imparfaits ». Espinas développe sa démonstration en s’appuyant sur l’histoire de la civilisation hellénique, posant alors les fondements d’une véritable science appliquée. La Praxéologie – historique – prend en compte une histoire des techniques qui est indissociable d’une histoire des doctrines.

8Cette analyse mérite qu’on s’y attarde pour plusieurs raisons. Elle prend les exercices physiques comme des indicateurs pertinents de l’histoire de la Technologie, de la simple activité à ses formes institutionnalisées. Très tôt, les modes élémentaires de l’action ont été distingués, désignés et ramenés progressivement à des formes générales, tant dans le domaine des « opérations musculaires comme prendre, jeter, rompre, percer, frapper » que dans le registre des « relations morales comme aimer et haïr, menacer, défendre, punir » (p. 117). Espinas indique également que l’analyse porte sur des opérations plus complexes, aux implications sociales majeures comme « allumer le feu, cuire l’aliment, coudre un vêtement, prendre femme, bâtir une maison » (ibid.). Elle peut être lue aussi comme une ébauche de théorie générale de l’action qui intègre de manière convaincante et contrôlée la question des exercices physiques et de leur évolution dans le temps. Elle est élaborée durant les années 1888-1889, et publiée l’année suivante, durant lesquelles Espinas et Durkheim se côtoient à Bordeaux.

9Retenons quelques grandes étapes historiques qui jalonnent l’évolution conjointe des techniques et des doctrines. Dans la Grèce la plus ancienne, ce sont les dogmes et les légendes qui constituent implicitement l’expression d’une doctrine d’inspiration religieuse. Pour autant, les dieux homériques agissent selon leur bon vouloir, sans aucune considération d’équité : « Le plus habile archer manque le but si un dieu le veut ; si un dieu le veut, rien ne peut empêcher le trait de frapper la victime désignée » (p. 120). Hécate – « de la race des dieux antérieurs à Zeus » – « préside aux jeux de la lice, et le mortel qu’elle favorise [...] emporte sans peine le prix du combat et, le cœur plein de joie, couronne de sa gloire ceux qui l’on fait naître » (p. 121). C’est encore Hécate « qui préside aux courses de chars », rappelle Espinas (ibid.).

  • 7 Ajoutons que Pélops épousa Hippodamie, la fille du roi de Pise Œnomaos, après avoir gagné une cour (...)

10Peu à peu, l’initiative de l’homme se fait plus nette : « Les rapports de l’homme et de la divinité changent » et la justice tend à l’emporter sur la violence (p. 122). Les arts et les doctrines enfantent « des modes d’action moins imparfaits », selon la belle formule d’Espinas. « L’existence des États repose sur la justice comme le bonheur des individus. » On sort alors de la période proprement théologique. Certes les arrêts de la destinée ou de la nécessité dominent tout. Ainsi, selon Héraclite, « le devenir du monde est semblable à un jeu de dame (jeu de marche réglé et numérique chez les Grecs), qui est conduit par la main d’un enfant » (p. 128). Toutefois, des puissances célestes à la physionomie désormais très humaine, se font les institutrices de l’homme. « Dédale, le maître des arts, personnifie clairement l’invention et l’adresse humaine » (p. 129). Dans son élan civilisateur, Pélops « fonde les jeux olympiques » (ibid.)7. Selon Espinas, cette conception physico-théologique revient à rattacher la volonté individuelle à la volonté et à la sagesse du groupe : « elle dérive la conscience pratique de l’individu de la conscience pratique sociale » (p. 130). La cité existe en tant que telle par sa participation à la raison, qui est la mesure de la vérité, et la raison commune participe de la raison divine. En d’autres termes, « le dieu d’un peuple n’est pas autre chose que sa propre conscience objectivée » (p. 130).

11Le prêtre et le philosophe tracent cependant des chemins différents et, nous dit l’auteur, « les grandes lignes d’une classification rationnelle des pratiques commencent à se dessiner » (p. 131). Deux doctrines s’imposent : l’une relative aux arts et à une conception de l’action qui procède de l’initiative de l’homme, l’autre qui a trait à la réalité du surnaturel (p. 135). Ainsi, peu à peu « les grandes lignes d’une classification rationnelle des pratiques commencent à se dessiner », souligne l’auteur (p. 132).

12Dans la seconde partie de son étude, dont nous ne retenons que quelques points utiles à la discussion, Espinas reprend sa problématique de la correspondance entre doctrine et état des techniques en revenant sur la période la plus ancienne. « Comme on doit s’y attendre en vertu des lois de l’évolution, la division du travail est de plus en plus faible à mesure qu’on se rapproche des origines de la société hellénique » (p. 295). Les premières machines, de l’avis d’Espinas, paraissent avoir été offertes aux dieux et destinées au culte (comme les roues à prière) avant d’être confectionnées à des fins utiles. Il considère que bien des fonctions nouvelles, résultant d’emprunts extérieurs, « s’exercent selon le mode esthétique, comme jeu, avant de s’exercer comme travail » (p. 297). En suivant le fil chronologique de la civilisation, l’auteur indique que l’individuation des techniques s’accompagne d’un renouvellement des modèles : par exemple, dans la statuaire, aux « types imposés par la tradition » succèdent « les athlètes vainqueurs aux Jeux olympiques » (p. 299). « Thalétas (vers 620), qui savait unir selon les traditions crétoises la gymnastique, la danse et la musique à la poésie joue un rôle important dans l’établissement de l’éducation chez les Lacédémoniens. La naissance de l’écriture et son évolution procède d’une même logique. [...] là où l’écriture ne peut encore servir aux discussions scientifiques, la tradition, l’autorité gardent encore leur empire » (p. 310). L’écriture s’affranchit de la religion et de la maîtrise des prêtres. Son usage se vulgarise et investit l’espace public, pour consigner la mémoire et la vie profane : « constituer la série des magistrats de chaque cité, [...] conserver le nom des vainqueurs aux jeux nationaux », par exemple (p. 300). La médecine progresse en se laïcisant (p. 309). Espinas montre ensuite comment l’objectivation, la matérialisation et la mesure de l’espace et celles du temps s’opèrent de la même façon, permettant aux savants de s’élever jusqu’à l’idée générale de l’espace ou du temps.

13Espinas explique comment les arts, y compris ceux « dont le but est pour nous exclusivement esthétique » (p. 299), comme la peinture ou la sculpture, la musique (ibid.), la poésie (p. 300), ou encore des arts comme la gymnastique (p. 340), l’athlétisme ou les concours hippiques (p. 311) apparaissent initialement près des temples. Les arts sont longtemps indissociables de la religion et des fêtes religieuses. Quand l’inspiration poétique n’est plus au service de la religion commune et « célèbre les succès individuels, quand l’art devient indépendant de ses fins sociales, la période objet de ce chapitre est close virtuellement », indique l’auteur (p. 300). L’activité artistique profane échappe au domaine du religieux et du sacré.

14On comprend bien, cependant, qu’il devient difficile, pour l’auteur, de s’en tenir à une stricte séparation entre les arts utiles et les arts d’agrément. Certaines techniques (sculpture, peinture, danse…) initialement subordonnées à la religion et au culte tendent à s’autonomiser en fonction de la division du travail social et de l’ébauche d’une laïcisation de la société. Par ailleurs, il est peut-être hasardeux de maintenir dans le domaine de l’esthétique des activités physiques dont le but ne relève plus de la parade ou du défilé mais de la compétition…

15Suivons le propos développé par Espinas. Les techniques analysées dans l’article ont bien en commun d’être religieuses, traditionnelles et locales. Les mythes qui les entourent, leur traduction symbolique sont le produit d’une projection organique (comme les mesures de l’espace) psychologique ou sociologique. « Ce sont donc des opérations psychiques ou des rapports sociaux tirés de la conscience humaine à son insu qui, personnifiés, se trouvent invoqués par elle pour s’expliquer à elle-même ses propres créations » (p. 314). On ne peut s’empêcher de noter que ce processus de transposition psychique, qui réalise une expérience partagée, anticipe sur les formes que prend l’analyse de la religion selon Durkheim.

16La maîtrise croissante des techniques, leur renouvellement, qui correspond à des critères d’efficacité, d’économie et d’affirmation de l’initiative inventive de l’homme, modifient le contenu même des doctrines. Lorsque « les arts et les relations sociales se perfectionnent », « des théories nouvelles sur leur nature et leur origine se [développent] parallèlement », conclut Alfred Espinas (p. 384). Conjointement, les arts et les théories qui s’y rapportent acquièrent de l’autonomie, tout en se spécialisant.

17L’article publié dans la Revue philosophique, qui prend pour terrain d’investigation la Grèce antique, pourrait être prolongé par une étude analogue, portant en particulier sur la période contemporaine (1890-1910). Comme on le verra bientôt, Espinas, de par son engagement personnel, avait les moyens d’écrire un autre chapitre décisif de sa « Praxéologie ou Technologie générale » en traitant de la période contemporaine. Pour l’occasion, il aurait montré comment, dans une société moderne et complexe, le perfectionnement des arts (gymnastique militaire, jeux récréatifs, sport, éducation physique scolaire…), celui du système d’éducation de la jeunesse et des relations sociales aussi, se doublent de doctrines et de conceptions pédagogiques novatrices qui contribuent, non sans quelques tâtonnements parfois, à l’expression de la volonté et de la liberté de la personne sous la forme de projections psychologiques ou sociologiques nouvelles, rompant avec les anciennes façons de penser et d’agir.

18Évoquons, pour mémoire, le contenu de l’ouvrage. Dans Les Origines de la technologie, publié en 1897, alors que l’auteur est déjà en poste à la Sorbonne, Espinas entend élaborer l’histoire de la « praxéologie ou Technologie générale » (p. 11), c’est-à-dire « la science des formes les plus universelles et des principes les plus élevés de l’action pour l’ensemble des êtres vivants capables de se mouvoir » (p. 8). On retrouve la problématique de l’article paru en deux livraisons en 1890. Pour autant, avec son nombre conséquent de pages, le livre nous paraît moins percutant que le texte initial, du moins pour notre propre usage.

19Espinas considère la civilisation grecque, des origines au ive siècle. On retrouve les deux grandes périodes identifiées dans l’étude antérieure : la première marquée par la technique « physico-théologique » dominée par les idées religieuses ; la seconde caractérisée par les progrès de la technique, leur laïcisation aussi, dont l’idée directrice est celle de l’art humain et de sa puissance.

20Dans sa synthèse diachronique, l’auteur ne néglige pas de présenter l’éducation physique en vigueur dans la Grèce antique (p. 67-68), le dressage des chevaux (p. 136-137), en citant le traité de Xénophon : De l’Équitation. Xénophon d’Athènes est, comme on le sait, l’auteur de plusieurs traités sur les arts. Dans ce genre de production savante, la pratique y tient la plus grande place. Il est possible de parler d’un practicisme xénophonien et Espinas est particulièrement attentif aux traités de ce type. Les arts, les techniques « sont des phénomènes sociaux » et désignent une partie de ce vaste ensemble qu’est la praxéologie. « Ces problèmes ont été étudiés par nous à la Faculté de Bordeaux dans nos cours des années 1888, 1892 et 1893 » (note 1, p. 11). Dans l’Appendice I (p. 281-283), Espinas détaille les chapitres du cours de l’année 1892-1893 consacré au thème : « Des formes supérieures du vouloir ». Comme on peut le constater, l’essentiel de l’ouvrage renvoie à une recherche de documentation bien datée, du temps où son auteur enseignait à Bordeaux. Ajoutons qu’Espinas croit utile d’indiquer dans le premier appendice mentionné que la dimension sociologique n’est pas envisagée car l’enseignement qui se rapporte à cette discipline est assuré par un autre professeur… Il s’agit évidemment de Durkheim. Pour autant, il n’est pas impossible qu’Espinas ait eu l’occasion oralement, devant ses étudiants, de puiser des exemples concrets dans le domaine de l’éducation physique et des jeux quand on connaît certaines de ses implications sociales et péri-scolaires à Bordeaux. Nous reviendrons bientôt sur ce point.

  • 8 L’Année sociologique (1897-1898), tome II, Paris, Librairie Félix Alcan, 1899. Le compte-rendu de (...)

21L’ouvrage d’Espinas bénéficie d’un compte-rendu favorable dans L’Année sociologique8. Le commentateur, Dominique Parodi, indique qu’au seuil du ve siècle, une conception nouvelle se fait jour en Grèce ; « et c’est là que s’arrête ce premier volume, qui en fait désirer d’autres » (p. 183). La remarque vaut pleinement, en partie pour des considérations que nous avons déjà indiquées à propos de l’article de 1890. Le commentateur conclut que « ce type de tableau de l’évolution des techniques et de l’évolution d’idées qui l’accompagne, est précieux à plus d’un titre pour le sociologue » (ibid.). Nous aurons l’occasion de réexaminer plus loin la fin du compte rendu livré par Parodi.

  • 9 Daval R., « Praxéologie », Paris, Encyclopædia Universalis, vol. 15, 1985, p. 23-24. Il n’est pas (...)
  • 10 Parlebas P., Jeux, Sports et Sociétés. Lexique de praxéologie motrice, Paris, INSEP Publications, (...)
  • 11 Parlebas P., op. cit., 1999, voir p. 264-267. Cit. p. 265.
  • 12 C’est sans doute dans un récent ouvrage de Jean Baechler, Nature et histoire (Paris, PUF, 2000), q (...)

22Roger Daval (1911-1994), dans son article sur la praxéologie – ou science de l’action9 – considère à juste titre Espinas comme le fondateur de la discipline en France. Le fait passerait aujourd’hui quelque peu inaperçu si l’on oubliait deux éléments. Plus récemment, Pierre Parlebas a repris l’expression pour lui adjoindre un adjectif épithète qui individualise un domaine précis de l’action : la « praxéologie motrice ». L’expression constitue une partie du titre d’un volumineux ouvrage10. Pierre Parlebas évoque le rôle d’Espinas qui a su envisager « les conditions et les règles de l’efficacité de l’action » (p. 265) mais il ne développe pas son propos. À ses yeux, ce sont surtout les mathématiciens qui ont proposé une problématique plus rigoureuse – mais également plus restreinte, dans ses applications – de l’action-décision assortie de solutions concrètes. P. Parlebas rappelle que Blaise Pascal, en particulier, « a jeté les bases d’une véritable “praxéologie mathématique”11 ». Si la critique vaut peut-être pour l’ouvrage, elle gagnerait à être nuancée à propos de l’article qui lui est antérieur. En effet, il y a matière à dégager dans cet essai de Praxéologie historique ou Technologie une intention scientifique plus spécifique qui correspond aux linéaments d’une praxéologie « sportive »12.

23En se rangeant à l’avis de Roger Daval, il est logique de considérer cet « auteur [Alfred Espinas] comme l’introducteur du mot pour désigner la théorie de l’action humaine ». Daval mentionne évidemment les deux références bibliographiques qui permettent d’étayer son affirmation. Notons cependant que dans ces deux publications, Espinas lui-même n’établit pas de rapprochement décisif – c’est-à-dire systématique – entre l’action humaine et l’action motrice ludique ou sportive (comme composante élémentaire de l’action humaine)… Pourtant, il existe deux ou trois écrits d’Espinas qui permettent de compléter les vues de l’auteur sur ces aspects. En effet, élément quasiment méconnu, Espinas, en qualité de doyen de la Faculté des Lettres de Bordeaux, en charge d’un cours de pédagogie, fut amené à s’intéresser de près aux jeux d’exercice et aux sports athlétiques des lycéens et collégiens. À la charnière des années 1880-1890, un vigoureux courant d’idées se structure autour de la modernisation du système éducatif et des façons de remédier au surmenage scolaire en privilégiant les exercices physiques et les jeux de plein air. Or Espinas y apparaît comme un acteur de premier plan.

« L’art et le jeu » : une leçon exposée par le Professeur Espinas (mai 1893)

  • 13 Fournier M., op. cit., p. 157.

24Au titre de la préparation aux concours, les thèmes qui figurent au programme donnent matière à des leçons. Aborder « l’art et le jeu » relève presque d’un exercice obligé, comme nous aurons l’occasion de le vérifier ultérieurement. Grâce à la publication récente du livre de Marcel Fournier13, qui s’appuie sur des notes prises par Marcel Mauss, nous connaissons le détail des cours et conférences données par Espinas dans le cadre des enseignements professés par l’auteur à la Faculté des Lettres de Bordeaux, peu avant son départ pour la Sorbonne. Au mois de mai 1893, l’un des thèmes abordés par Espinas s’intitule : « L’art et le jeu ». Il est important pour nous de savoir comment l’auteur l’aborde et envisage de le traiter, compte tenu des centres d’intérêt qu’on lui connaît déjà. Quelle est l’approche universitaire de cette question que propose Espinas ?

  • 14 IMEC (Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine), Abbaye d’Ardenne, Calvados, Fonds Marcel Mauss(...)

25En nous conformant aux indications fournies par Marcel Fournier, il nous a été possible de consulter les pages de notes, entièrement rédigées, prises par Marcel Mauss alors étudiant, qui assiste à cette leçon donnée par le professeur Espinas. Ces notes manuscrites se présentent sous la forme de 23 feuillets14. Les douze premières pages sont particulièrement intéressantes car elles posent clairement le point de vue de l’auteur sur un thème qui donne souvent lieu à des traitements quelque peu arbitraires ou déséquilibrés.

26Examinons le propos d’Espinas. « Kant et son vulgarisateur Schiller d’une part, Spencer de l’autre sont les deux grands noms, les grands théoriciens qui marquèrent historiquement » (f. 2). Suit une présentation de l’approche élaborée par Spencer. C’est un auteur qu’Espinas connaît bien. « Spencer, en réalité reprit le problème où Schiller l’avait laissé. Il y fait d’ailleurs une allusion au commencement du d [sans doute pour “dernier chapitre”] de la Psy [pour Principes de psychologie] » (f. 3). « Reprise en maintenue par Mr Renouvier, elle a pourtant, de nos jours suscités de nombreuses critiques » (f. 4). Espinas se limite à mentionner deux auteurs dont la critique est particulièrement pertinente. « Deux surtout ont été remarquables, celle de Grant Allen et celle de Guyau » (ibid.). Ensuite Espinas développe sa propre manière d’envisager le jeu, depuis la compréhension qu’on peut en avoir en observant certains animaux jusqu’à la place qu’il occupe chez l’enfant, chez l’homme. « À mesure que le jeu se sublime, […] la part de l’image augmente celle du mouvement mécanique diminue. L’histoire des jeux des enfants le démontrerait amplement. […] » (f. 11). Ainsi l’image, la représentation sont-elles caractéristiques de la personne humaine. C’est en partant de ce constat que plusieurs activités voisines mais distinctes peuvent être caractérisées. « Quand l’image sera devenue non seulement l’origine mais aussi le but alors l’art sera sorti du jeu, sera débarrassé de sa gaine mécanique. Moins le mouvement est le but, plus la représentation, [illisible], plus le sport est un art » (ibid.). La démarche est intéressante. Chez l’animal, c’est le mouvement qui domine, tandis que l’image est quasi inexistante. Lorsque l’enfant joue, la part de l’image s’accroît au fur et à mesure qu’il progresse en maturité. Tandis que le sport accorde une importance majeure au mouvement, dans le cas de l’art, c’est au contraire le domaine de la représentation qui prime. Espinas explore rapidement quelques conséquences relatives à ces deux orientations. À quelle condition, par exemple, le sport peut-il être assimilé à un art ? « Des sports peuvent devenir des arts, ainsi l’équitation qui n’est qu’un exercice pour la gratuité, devient chose artistique quand elle est pratiquée par un écuyer. Pourquoi ? [illisible] tandis que dans le sport le but était le mouvement à produire, ainsi que dans un rallye paper le but poursuivi est de gagner de vitesse des partenaires, dans l’équitation artistique le but n’est plus le mouvement mais l’impression artistique résulte du mouvement » (f. 11 et f. 12). De ce point de vue, tout oppose l’équitation de course, qui est un sport, à l’équitation artistique, qui est essentiellement un art, au sens où l’on parle à son propos d’art équestre. « L’harmonie des positions du cheval et du cavalier, [illisible], voilà le but de l’écuyer. Dans le jeu, la représentation, l’image est le moyen, la fin est le mouvement. Dans l’art l’image est cause et fin, le mouvement n’est que le moyen » (f. 12). De ce point de vue, on comprend que le sport prolonge directement le jeu, tandis que l’art, toujours par rapport au jeu, opère un renversement radical.

27Au-delà de ces douze feuillets, l’importance accordée à l’art par Espinas nous éloigne du fil conducteur de notre recherche. En revanche, il importe de souligner la concision dont fait preuve l’auteur pour dégager la spécificité respective du jeu, du sport et de l’art. Dans le sport, et tout particulièrement dans des jeux collectifs qui correspondent à une activité complexe et coordonnée, la représentation collective partagée par les partenaires en présence, ou cette autre représentation collective partagée par les adversaires est un moyen tandis que le mouvement qui se déploie, logiquement contrarié par celui de l’adversaire, est la fin. Il s’agit bien là de « ces grands jeux compliqués, faits de combinaison et de tactique », dont parle Espinas dans un témoignage postérieur de quelques années, que nous évoquerons le moment venu. Le cadre de référence esquissé par l’auteur pour aborder les relations entre le jeu et l’art est plutôt convaincant. Et de manière plutôt exceptionnelle pour l’époque, il est également capable de replacer la question du sport – dans ses deux variantes, athlétique ou artistique – au sein de sa propre problématique.

Le 2e Congrès national de l’Éducation physique (1893)

  • 15 La citation est empruntée au Livre d’Or du Cyclisme Girondin, publié par le Comité départemental d (...)

28Alfred Espinas connaît d’assez près ce domaine d’activités, dont il est l’un des principaux animateurs, au moment où l’opinion relaye les vœux de l’Académie de Médecine, émis en 1887, de chercher à atténuer le surmenage intellectuel de la jeunesse scolarisée par la valorisation des exercices physiques et les jeux scolaires. Bordeaux est d’ailleurs à la pointe de cette mobilisation. « C’est, en effet, le 19 décembre 1888, dans l’Amphithéâtre du cours de philosophie de la Faculté des Lettres » qu’est fondée la Ligue girondine de l’Éducation physique15. Alfred Espinas en est l’un des membres fondateurs et c’est lui qui a mis à disposition le grand amphithéâtre de la Faculté des Lettres. Désormais, Espinas va suivre attentivement les activités annuelles de la Ligue.

Le Président du Congrès de Bordeaux

29Le deuxième congrès national de l’Éducation physique, organisé par la Ligue girondine de l’Éducation physique, dont le secrétaire général – et principal animateur, n’est autre que le docteur Philippe Tissié, se tient à Bordeaux, du 25 au 28 octobre 1893, sous la présidence d’A. Espinas. Les travaux se déroulent dans l’amphithéâtre de l’hôtel municipal de l’Athénée. Déjà, au mois de mai de la même année, le professeur Espinas a assisté à la fête universitaire organisée dans le cadre du quatrième lendit régional qui se déroule à Agen. Quelques semaines plus tard, au mois de juillet, il a présidé en qualité de doyen honoraire, Professeur à la Faculté des Lettres, vice-président de la Ligue girondine de l’Éducation physique, le second lendit des écoles primaires de Bordeaux. Dans le bulletin officiel de la Ligue girondine, la Revue des jeux scolaires, no 25 du mois de janvier 1893, Espinas figure en qualité de membre du bureau. C’est aussi l’un des vice-présidents de la ligue.

  • 16 Magendie A., Les effets moraux de l’exercice physique (préface de Henri Marion), Paris, Armand Col (...)

30Dans la section de Pédagogie, qui rassemble sept orateurs, la séance est ouverte par la lecture d’une étude de M. Magendie sur le thème : « Les Jeux athlétiques et l’Éducation libérale ». L’auteur est directeur de l’École normale d’instituteurs de Foix (Ariège). À l’évidence, le patronyme est à rapprocher du nom de l’auteur d’un ouvrage sur l’exercice physique, publié la même année et longuement préfacé par Henri Marion (voir p. V-XXI)16. Normalien, agrégé de philosophie et auteur d’une thèse sur La solidarité morale (1880), Henri Marion (1846-1996) est un ardent défenseur de la promotion des jeux, des sports et de l’expérience associative au sein du système éducatif. Professeur à la Sorbonne, il a fait partie quelques mois plus tôt du jury de thèse de Durkheim. Rappelons aussi que le docteur Tissié est natif de l’Ariège, et qu’il est lui-même le fils d’un instituteur et d’une institutrice.

  • 17 A.M., « Le congrès de Bordeaux », Les Sports athlétiques (?), novembre 1893. Le compte-rendu est d (...)

31Espinas propose une communication sur le thème : « Quelques réflexions sur l’Éducation physique dans l’enseignement secondaire ». M. Duprat, licencié en philosophie, présente un exposé sur « Les Jeux dans l’école primaire ». On sait par ailleurs que son père est directeur de l’école primaire de Podensac (Gironde). En considérant qu’il conviendrait que trois heures consécutives par jour soient réservées pour les jeux de plein air dans les lycées [il faudrait cependant connaître les circonstances envisagées et la teneur exacte du propos de l’intéressé], Espinas suscite un commentaire quelque peu ironique chez le chroniqueur de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA), rendant compte dans son article des travaux du congrès17 : « Mais alors nous tomberons du surmenage intellectuel dans le surmenage physique ! » Il faut rappeler que l’USFSA, animée par le baron Pierre de Coubertin, considère que la Ligue girondine est une concurrente sérieuse dans les efforts déployés par les uns et les autres pour le « patronage » des sociétés scolaires de jeux de plein air et de sports…

Concevoir un modèle français d’Éducation physique

  • 18 Espinas A., « Quelques réflexions sur l’éducation physique dans les Maisons d’enseignement seconda (...)
  • 19 Ligue Girondine de l’Éducation physique, IIe Congrès national de l’Éducation physique, Bordeaux, 2 (...)
  • 20 Rappelons à ce propos qu’au cours de l’année précédente, Espinas a accompli un voyage en Angleterr (...)

32Espinas s’exprime à deux reprises à l’occasion du congrès de 1893. Il propose d’abord un exposé sur la place de l’éducation physique et sportive dans l’enseignement secondaire durant la séance du jeudi 26 octobre. Le texte intégral de son intervention au congrès figure en deux livraisons dans les colonnes de la Revue des jeux scolaires18. C’est une analyse d’histoire culturelle et une synthèse de première importance. Des extraits figurent également dans les actes du congrès19. L’orateur soutient l’idée suivante : « dans l’œuvre générale de l’éducation, l’exercice physique est un moyen qui doit être subordonné aux fins les plus hautes, à savoir la formation de l’homme et du citoyen. Toutes les fois qu’on touche aux intérêts sacrés de la jeunesse, les préoccupations morales et sociales revendiquent la prépondérance » (Revue des jeux scolaires, op. cit., p. 205). Il développe sa réflexion en distinguant deux classes d’âge (deux « groupes naturels ») : les enfants et les jeunes gens de treize à dix-sept ans. « Le jeu devient ainsi un des facteurs essentiels de l’éducation morale ; il est l’apprentissage de la liberté » (p. 213). L’auteur en veut pour preuve les ouvrages de Paschal Grousset (pseudonyme : André Laurie), de Pierre de Coubertin, de Taine (pour ses textes de 1861-1862), des inspecteurs généraux Demogeot et Montucci (1866) (p. 213). Il considère qu’on doit reconnaître « en France la valeur éducative des jeux » (Actes, p. 23). Cependant, il est inutile de chercher à imiter sans réserve ce qui se fait outre-Manche : « [...] en Angleterre l’équilibre a été rompu entre le développement de l’intelligence et la formation de la volonté par des exercices corporels, et cela au profit d’une éducation physique exagérée. L’esprit critique a fait place à l’esprit de superstition dans cette nation qui compte Hume, le père de la critique, parmi ses plus grands penseurs » (ibid.)20. Dans l’article qu’il a fait paraître dans la Revue internationale de l’Enseignement, Espinas insistait déjà sur le contraste qu’on peut noter entre les deux systèmes éducatifs, non sans une certaine ironie qui l’amène à forcer le trait. « Le système anglais, poussé jusqu’à ses dernières conséquences, consisterait, – si on se rappelle les théories pédagogiques de Locke et de Spencer, – en ce que les années de la jeunesse doivent être occupées par le jeu, et consacrées au développement des forces physiques et de la volonté, grâce à un certain régime de vie en commun », etc., « et le système français au contraire tendrait à exiger du jeune homme, depuis son entrée au lycée jusqu’à la sortie des écoles spéciales et jusqu’à l’agrégation, l’acquisition coûte que coûte de toutes les connaissances, après quoi il peut se reposer. » (op. cit., p. 333). Or, pour l’auteur, aucun de ces deux systèmes n’est satisfaisant. « Il est évident que poussés à l’extrême ils sont pernicieux l’un et l’autre. Nos Écoles spéciales et nos agrégations ont fait autant de mal en France que l’abus des exercices physiques en Angleterre » (ibid.).

33En France, indique quelques mois plus tard Espinas dans le cadre du Congrès de Bordeaux, les conditions sont réunies désormais pour qu’il soit possible de concevoir un modèle cohérent d’Éducation physique et sportive, et de le mettre en pratique.

La fonction socialisatrice des jeux de l’enfance

  • 21 Espinas A., « Rapport de synthèse ». L’exposé intégral figure dans les actes du congrès. IIe Congr (...)

34C’est également à Alfred Espinas, en sa qualité de Président du congrès de Bordeaux, que revient la charge de proposer un rapport de synthèse sur les différents travaux présentés. L’auteur en profite pour exposer, chemin faisant, ses propres vues. C’est dire que la question de l’éducation physique et des jeux d’exercice l’intéresse à titre personnel. Son texte est reproduit intégralement dans les actes du congrès21. La précision du style, la logique d’inventaire détaillé des modalités d’exercice et des formes du jeu, la problématique – générale – qui est exposée laissent à penser que l’orateur emprunte des éléments à tel ou tel de ses cours professés devant les étudiants de philosophie à la Faculté des Lettres de Bordeaux. Ces aspects permettent de se faire une idée plus concrète de ce que pourrait être un des chapitres majeurs de la praxéologie, encore que l’auteur n’utilise pas ici cette désignation. On peut penser qu’entre l’article de 1890 qui fixe les lignes générales de ce programme de recherche et la publication de l’ouvrage en 1897, il faudrait tenir compte des observations et réflexions que l’implication de l’auteur dans les activités de la ligue girondine – de 1890 à 1893 – a pu susciter, y compris pour alimenter quelques aspects des thèmes enseignés aux étudiants. Cependant, l’ouvrage publié en 1897 ne semble pas faire le lien avec cette expérience pratique.

35Dans son exposé de clôture, Espinas insiste sur le caractère indispensable du jeu, occupant des « heures de loisir, dont on réclame l’extension », et qui revendique sa part « dans l’œuvre générale de l’éducation » (Actes, p. 52). « Tous les êtres vivants supérieurs jouent dans leur jeune âge. Que font-ils quand ils jouent ? Ils imitent, ils miment les actions qui rempliront le cours de la vie d’adulte. [...] bientôt des actions définies remplacent ces mouvements capricieux, et l’on voit se dessiner les préludes de la vie réelle : la fuite, la poursuite, la capture, la bataille, l’amour. » Progressivement, les jeux de l’enfant se rapprochent « des opérations complexes de la vie civilisée ». « [...] il brise ou il édifie ; il se sert du couteau, du marteau, de la scie ; il court, grimpe, dévale, se roule et se tapit au hasard, de mille façons, puis il s’essaye à l’échange [...]. Le petit garçon, la petite fille revêtent tout un ensemble de « rôles » qui sont autant de façons de travailler, de métiers, de tâches à exécuter. Enfin, et pour ne pas suivre toutes les étapes, le jeune garçon près de l’adolescence imite les opérations les plus complexes de la vie moderne ; [...] il se donne des chefs, il établit des règles, il fixe des amendes ; les affections se nouent et se dénouent, la confiance se donne et se retire, l’ascendant des uns va jusqu’au prestige, la docilité des autres va jusqu’à la servitude. » C’est déjà « un monde et c’est une vie où déjà tout est pris au sérieux » (Actes, p. 52-53). Espinas s’interroge sur la faculté qui se développe surtout « dans cet apprentissage en commun de la vie réelle » qu’est le jeu. C’est l’énergie, la volonté, dont le développement a tout à gagner, et non pas tant l’intelligence : « la volonté, la faculté de se décider, de résister, de persévérer, de gouverner ses sentiments, de se réserver et de se confier à propos, de commander, d’obéir, de supporter, d’oser ». On retrouve « dans les relations que le jeu crée » les « mille conjonctures de la vie ». « Le jeu est l’école du caractère. » Espinas ajoute une condition indispensable. « Mais le développement de la volonté veut une liberté relative. La bande joyeuse a besoin d’espace et doit s’appartenir. » « Il faut que la famille relâche peu à peu les liens dont sa sollicitude entoure l’enfant si elle veut qu’il profite des avantages de la vie en commun avec ses camarades. » Espinas insiste sur l’importance qu’il convient d’accorder aux jeux d’exercice dans le cadre de l’institution scolaire. Les « sociétés de jeux » doivent être valorisées. Dans les établissements scolaires, il faut faire en sorte que les enfants puissent « jouer un rôle important dans l’œuvre de leur éducation mutuelle » (p. 54).

  • 22 Rappelons qu’Alfred Espinas est l’auteur de l’excellent article : « Observation », paru dans la pr (...)

36Le jeu repose sur l’observation attentive de la société des adultes22 et sur l’exploration des rôles. L’appropriation de ceux-ci est déjà une anticipation des rôles et des statuts qui sont une des dimensions de la vie en société. Enfin, après avoir rappelé que les conclusions auxquelles aboutissent les contributions du congrès rejoignent celles du premier Congrès de l’Éducation physique tenu à Paris, Espinas formule une résolution : « Reste à organiser les jeux dans les différents ordres d’enseignement. L’Angleterre a tout fait pour l’initiative privée ; nous avons une tendance à recourir à l’action gouvernementale » (p. 55). Or les témoignages divers apportés par les participants au congrès de Bordeaux sont des plus encourageants.

Un universitaire très impliqué dans la vie de la cité

37De larges extraits de l’exposé donné en séance et d’autres tirés du rapport de synthèse viennent d’être fournis car les deux communications faites par Alfred Espinas au Congrès de Bordeaux sont difficiles à localiser aujourd’hui et non répertoriées par les spécialistes de l’œuvre d’Espinas. Le sens de l’observation et la description méthodique des situations de jeux témoignent, c’est évident, d’un intérêt personnel et soutenu pour la réalité concrète des activités sociales. Ces situations s’inspirent aussi de certains textes publiés par H. Spencer. Notons toutefois que le passage qui se rapporte à la description des jeux des enfants est plus précis que la présentation du jeu proposée par Spencer dans le dernier chapitre des Principes de psychologie (1875), dont les deux volumes ont été co-traduits par Espinas et Ribot, et publiés par leurs soins en 1874 et 1875.

38À Bordeaux, Alfred Espinas participe à l’animation culturelle de la cité. Le 14 juillet 1884 il est promu officier de l’Instruction publique. Il est fait Chevalier de la Légion d’honneur le 30 décembre 1892. La presse locale s’en fait l’écho et rappelle que M. Espinas, doyen de la Faculté des Lettres de Bordeaux, a donné un certain nombre d’articles dans les pages de La Gironde littéraire et scientifique.

39Dans le numéro de la Revue des jeux scolaires de février 1894, figure en première page un hommage au Professeur qui « vient d’être chargé du cours d’histoire d’économie sociale à la Faculté des Lettres de Paris ». « Tous les amis de notre Université bordelaise regretteront donc vivement le départ de M. Espinas, qui avait su donner à la section de philosophie de notre Faculté une physionomie très particulière et très vivante », peut-on lire dans La Gironde. « Mais, d’autre part, nul n’était mieux qualifié que l’éminent auteur des Sociétés animales et de l’Histoire des doctrines économiques pour occuper la chaire d’histoire d’économie sociale créée à la Sorbonne. Personne ne pouvait apporter dans un ordre d’études particulièrement délicat un esprit plus indépendant, plus exempt de préjugés et de parti pris, en un mot, plus de probité intellectuelle ».

40Si le doyen Espinas n’est pas un personnage conformiste, c’est sans doute d’abord par son trait de caractère. Ensuite, il n’est pas conformiste en ce sens qu’il ignore les préjugés qui restent attachés de manière tenace à l’éducation physique et sportive. Celle-ci est supposée détourner les jeunes gens du sérieux des études… Pour Espinas, au contraire, elle contribue à une meilleure efficacité dans l’effort intellectuel.

  • 23 Dr Tissié Ph., Les rêves. Physiologie et pathologie, Paris, Librairie Félix Alcan, 1890. Compte-re (...)

41Personnage non conformiste, si on le compare à la plupart de ses collègues universitaires, Espinas est aussi un vélocipédiste convaincu, tout comme le docteur Tissié. M. Bertin, avocat et adjoint au maire de Bordeaux, désigne amicalement Espinas par l’expression « mon collègue en bicyclette » (Actes, p. 41). Espinas part enseigner l’histoire de l’économie sociale à la Sorbonne de 1894 à 1907. À n’en pas douter, le docteur Tissié perd là, à Bordeaux, un allié influent. L’année de la publication du fameux article d’Alfred Espinas : « Les origines de la technologie », dans la Revue philosophique de la France et de l’étranger (1890), le docteur Tissié bénéficie dans cette même revue d’un compte rendu plutôt favorable de son petit livre : Les rêves. Physiologie et pathologie, sous la plume de Fr. Paulhan23. Nul doute qu’Espinas a dû « doubler » l’envoi par l’éditeur ou par l’auteur lui-même d’un exemplaire du livre par un mot de recommandation destiné au directeur de la revue.

  • 24 Ces éléments d’information sont tirés du fonds Edvard de Fayolle, Archives municipales de Bordeaux (...)

42La Petite Gironde du 20 mars 1905 mentionne l’accès à l’Institut de « M. A. V. Espinas, Professeur d’histoire d’Économie sociale à la Faculté de Lettres de Paris [...] en remplacement de M. de Tarde ». L’article indique aussi les félicitations adressées à ce dernier par l’université bordelaise et la direction du journal se joint à cet hommage. Au cours de sa dernière réunion, le Conseil de l’Université de Bordeaux a adressé à M. Espinas ses plus chaleureuses félicitations. Nous sommes heureux, avec ses nombreux amis et disciples que M. Espinas compte dans notre ville, de nous associer à cette manifestation et d’envoyer à l’éminent professeur, au nouveau membre de l’Institut, l’expression de notre vive sympathie24.

  • 25 Dr. Tissié Ph., La fatigue et l’entraînement physique, Paris, Librairie Félix Alcan, 1908 (Troisiè (...)

43Quelques années plus tard, en 1908, le docteur Tissié fait paraître une troisième édition, revue et augmentée, de son ouvrage : La fatigue et l’entraînement physique25. Dans la longue préface de cette troisième édition (p. I-XXXII), l’auteur rappelle les objectifs de la ligue girondine et cite la succession des « Lendits Girondins » : Bordeaux, 1890 et 1891 ; Pau, 1892 ; Agen, 1893, etc. « Les Lendits girondins sont une institution pédagogique à laquelle ont contribué MM. les recteurs Ouvré, Couat et Bizos, de l’Académie de Bordeaux, M. le professeur Espinas, de la Sorbonne, ex-doyen de la Faculté des Lettres de Bordeaux, auxquels M. le professeur Bouchard, membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique et membre de l’Institut donna son adhésion en présidant le lendit de Pau, en 1891 » (p. VIII-IX).

La Faculté des Lettres de Bordeaux en pleine effervescence. Les années 1893 et 1894

44Revenons sur cette courte période qui est située à cheval sur deux années universitaires, au moment même où Alfred Espinas s’apprête à quitter Bordeaux pour Paris. Sans perdre de vue que le fameux Congrès de l’Éducation physique se tient durant cette période charnière, examinons quelques temps forts de la vie universitaire locale dont la Revue internationale de l’Enseignement se fait largement l’écho dans plusieurs numéros de son bulletin. Quelques traits se détachent nettement : la popularité du professeur Espinas, la capacité d’initiative des étudiants bordelais, l’attention que porte aux Facultés de Bordeaux le Directeur de l’Enseignement supérieur qu’est Louis Liard, la façon dont le nouveau doyen Paul Stapfer (1840-1917), qui succède à Espinas au décanat de la Faculté des Lettres, décrit les excellentes relations nouées entre professeurs et étudiants.

  • 26 Liard L., « Les Universités françaises », allocution prononcée au banquet de la Société des Amis d (...)

45Au mois de janvier 1893 se déroulent d’importantes fêtes à l’occasion desquelles est inauguré le nouvel hôtel de l’A.G. des étudiants, en présence du recteur d’Académie Henri Auguste Couat et d’Alfred Espinas, « adoré de ses élèves » et qui vient d’être nommé chevalier de la légion d’honneur en décembre dernier. L’un des points forts des festivités est l’allocution prononcée par Louis Liard, qui traite du thème : « Les Universités françaises26 ». L’orateur, qui a enseigné la philosophie à la Faculté des Lettres de Bordeaux avant d’être appelé au ministère, débute son propos en faisant référence au spirituel dessinateur de l’Écho des écoles qui vient de le présenter comme un voyageur en route pour Bordeaux, dont la valise entr’ouverte laisse voir un parchemin roulé, au titre évocateur : « Université de Bordeaux ».

46Dans son discours, Louis Liard évoque la mission des Universités, la place qu’y tient celle de Bordeaux, avec ses 1 800 étudiants sur les 22 000 que compte le pays, et l’importance de la prochaine loi qui doit réunir les quatre Facultés bordelaises au sein d’une même Université. « La brillante discussion parlementaire de l’an dernier a permis de mettre d’accord partisans et adversaires des Universités », rappelle l’orateur (p. 410). « Une fois vos quatre Facultés réunies en un même corps, une fois votre Conseil général reconnu par la loi, une fois ce corps des Facultés pourvu de son budget, vous serez bien près de ressembler à une Université véritable. Que vous manquera-t-il ? Un nom surtout. » Un optimisme de bon aloi règne.

47Le dynamisme dont font preuve les institutions universitaires bordelaises n’est pas un vain mot. Un changement s’opère dans les mœurs scolaires : c’est « l’union des maîtres et des élèves, l’union des universitaires et l’union des citoyens » (p. 410). Le rayonnement de « cette association d’étudiants, vieille déjà de dix ans » et le rôle de la Société des Amis de l’Université de Bordeaux contribuent à la bonne intégration des diverses composantes de la vie universitaire locale (ibid.). « C’est pourquoi, Messieurs, je bois avec confiance au corps des professeurs, à l’Association des étudiants, à la Société des Amis de l’Université, ce “trépied vital” de la future Université de Bordeaux. »

  • 27 « Bordeaux. Séance de rentrée de la Faculté des Lettres », Revue internationale de l’Enseignement (...)
  • 28 Joseph Darbon décède un an plus tard, d’une pneumonie (ou d’une phtisie ?), alors qu’il est en tra (...)

48À la fin de la même année, lors de la séance de rentrée de la Faculté des Lettres, qui se tient le 6 décembre 1893 dans le grand amphithéâtre de la Faculté des Lettres27, le discours prononcé par le doyen Paul Stapfer (1840-1917), en présence d’Alfred Espinas, « l’éminent professeur de philosophie de la Faculté », fournit une illustration supplémentaire du climat qui règne au sein de cette institution. C’est également l’occasion de louer les mérites des meilleurs étudiants, à l’issue de l’année de licence. Conformément aux vœux exprimés par la Société des Amis de l’Université, seuls « deux étudiants ont rempli [les] conditions [requises] : M. Darbon, étudiant libre, reçu avec 142 points et la mention bien ; monsieur Duprat, boursier, reçu avec 132 points et la mention assez bien ; l’un et l’autre, de la section de philosophie ». On se souvient que ce dernier a proposé une communication à l’occasion du Congrès de l’Éducation physique, au mois d’octobre. Le doyen Stapfer indique que « M. Duprat, après avoir obtenu la bourse d’agrégation que nous avions demandée pour lui, a été appelé sous les drapeaux pour son année de service militaire ». Il en est de même pour le jeune Joseph Darbon. Le doyen dit profiter ce jour de l’absence des « deux braves serviteurs de la patrie » pour louer les mérites des lauréats, et, iniste-t-il, « pour essayer de dire un peu de M. Duprat, d’abord, tout le bien que je pense de cet étudiant modèle ». Suit un portrait très précis du jeune Duprat. L’hommage appuyé rendu par le doyen permet de se faire une idée précise de l’ambiance qui règne dans la Faculté des Lettres. « Par le sérieux de son caractère, par l’active curiosité qui n’est pas seulement celle d’une méditation solitaire, toujours plus ou moins égoïste, mais qui répand et communique sa flamme au dehors, ce jeune philosophe est, dans notre société d’étudiants et de professeurs, un précieux foyer de vie intellectuelle et morale. » Le doyen poursuit. « Il a été l’organisateur et est resté l’âme de cette conférence d’étudiants, fondée en 1891, qui se réunit toutes les semaines, après la leçon de M. Espinas, et où s’échangent utilement toutes ces idées, en fermentation dans des cerveaux de vingt ans, que l’épreuve de la discussion et la nécessité de trouver leur forme rendent à la fois plus nettes, plus modérées et plus justes. M. Duprat réalise parfaitement à mes yeux cette collaboration de l’étudiant et du professeur, qui est la définition même de la Société universitaire dans les établissements de l’enseignement supérieur. » Nous interrompons ici le propos du doyen qui n’hésite pas à détailler d’autres aspects du mérite personnel du jeune étudiant en philosophie avant de vanter longuement la réussite du jeune J. Darbon, qui, à son grand regret, n’envisage pas une carrière dans l’enseignement28.

49Déjà, au début de la même année, Louis Liard, le Directeur de l’enseignement supérieur, s’était montré sensible à l’effervescence qui régnait à l’occasion des festivités organisées dans le cadre de l’Université : « cette fête […], si nombreuse, si animée, où se trouvent réunis, dans une même pensée, magistrats et citoyens, professeurs et étudiants » (op. cit., p. 412).

50Incontestablement, la Faculté des Lettres de Bordeaux, avec sa section de philosophie, occupe le devant de l’actualité. Pour le thème qui nous intéresse, deux noms se dégagent nettement, y compris à la lecture de la Revue internationale de l’Enseignement : celui du professeur Espinas et de l’un de ses étudiants en philosophie Guillaume-L. Duprat. On notera au passage que le nom d’Émile Durkheim n’est jamais évoqué, à l’exception du compte rendu de sa thèse : De la division du travail social (1893) proposé par Gaston Richard dans le bulletin du mois d’août 1894. Nous reviendrons sur ce point dans le prochain chapitre.

La Commission parlementaire auditionne le Professeur à la Sorbonne

  • 29 Des extraits de cette enquête sont rapportés dans la Chronique de la Jeunesse, qui est le Suppléme (...)

51En 1899-1900, une Commission parlementaire est chargée d’enquêter sur la question du développement de l’éducation physique et du sport scolaire dans l’Enseignement secondaire. Plusieurs chefs d’établissements sont amenés à donner leur point de vue, ainsi qu’Alfred Espinas, en sa qualité de « doyen honoraire de la Faculté de Bordeaux, professeur à la Sorbonne et président du jury d’examen du baccalauréat moderne »29.

52Espinas rappelle sa conception du jeu, déjà exposée à Bordeaux, en 1893. « Le jeu, dira-t-on, n’a pas besoin d’être réglementé ; s’il cesse d’être libre, il devient insupportable. Je crois cependant que le jeu a besoin d’une organisation ; il faut qu’on le favorise, qu’on lui fournisse le temps, l’emplacement, les appareils. » Il évoque dans le détail l’action d’envergure et exemplaire conduite par la Ligue girondine de l’Éducation physique en particulier dans l’organisation des Lendits. « À Paris, nous ne voyons que ce qui se fait à Paris ; il y a une tendance à oublier ce qui se fait en province… » « J’ai envoyé à la commission d’enseignement une notice sur ce qu’a fait la “Ligue d’Éducation physique”, qui embrasse tout le Sud-Ouest pendant les dix dernières années. » Ces rassemblements « ont eu des résultats merveilleux, alliant l’éducation physique proprement dite avec « un entraînement moral » : « les “équipes” se gouvernaient elles-mêmes, la responsabilité de la conduite de chacun pesait sur tous ; il y avait une note donnée à l’élément moral, à la tenue dans l’ensemble des épreuves ». Espinas rappelle que les recteurs, MM. Ouvré et Couat, laissaient le champ libre aux « chefs d’équipe ». Ceux des maîtres d’études qui étaient intéressés par cette initiative pédagogique devenaient des participants actifs, agissant comme des aînés ; « ils jouaient avec les élèves à ces grands jeux compliqués, faits de combinaisons et de tactique », se souvient le professeur à la Sorbonne. À l’évidence, il s’agit de la science du ballon ovale. « Il arrivait même que les élèves internes choisissent le maître d’étude comme président effectif. » Alors la meilleure ambiance s’instaurait d’elle-même : « il n’y avait plus de lutte ni ouverte ni sourde contre le répétiteur, il était devenu le chef volontairement accepté et l’ami » (ibid.).

53Le chroniqueur du « Supplément » du Journal de la Jeunesse a bien raison de donner longuement la parole à Espinas, en le plaçant en tête des « personnalités les plus éclairées » pour fournir une analyse précise de la question de l’éducation sportive.

***

  • 30 Ostrowski J.J., Alfred Espinas, précurseur de la praxéologie (ses antécédents et ses successeurs),(...)

54Espinas est un philosophe-sociologue rompu aux vastes analyses encyclopédiques et à l’exercice des charges universitaires. Pour autant, à Bordeaux tout au moins, ce professeur ne dédaigne pas de s’intéresser aux questions concrètes du jeu, de l’éducation physique et sportive : un intérêt soutenu et plutôt logique pour celui qui avait caressé un temps l’ambition d’élaborer une praxéologie : une science de l’action et de l’agir incluant une problématique de l’éducation. On trouve de précieux éléments d’information sur la biographie d’Alfred Espinas et sur la structuration de son œuvre savante dans l’ouvrage que Jean J. Ostrowski a consacré à la praxéologie30. Sur le premier aspect, rappelons que cet auteur a pu accéder à des archives de première main et au témoignage direct de Pierre Espinas (né en 1876), qui est le propre fils du philosophe. Durant les années passées à Bordeaux, « treize années qui furent les plus heureuses de sa vie » (op cit., p. 59), Alfred Espinas se consacre à des recherches engagées sur plusieurs thèmes et terrains disciplinaires. Lorsqu’il devient doyen de la Faculté des Lettres en 1887, « ses nouvelles fonctions le détournèrent de ses études de pédagogie de 1882 et de sociologie » (ibid.). Sa demande d’une création d’une nouvelle chaire pour cet enseignement se concrétise avec la création d’une chaire de « Pédagogie et Sciences sociales » qui permet à Émile Durkheim d’y faire ses débuts dans l’enseignement supérieur.

55Le biographe J. J. Ostrowski rappelle le rôle essentiel que doit avoir l’école dans l’éducation, aux yeux d’Espinas, y compris l’éducation physique, « dont il fut un des promoteurs » et à laquelle il accorda une importance particulière : « sa désignation à la présidence du IIe Congrès national de l’Éducation physique, qui se réunit à Bordeaux en 1893, s’explique à ce titre » (ibid.). Rappelons qu’à Bordeaux, Espinas a traité dans certains de ses cours de « l’éducation physique » à l’école primaire ou encore d’une question « classique », dans ces années-là, au sens académique du terme : « L’art et le jeu ». On connaît la capacité de l’auteur à replacer ce type d’étude particulière dans des vues d’ensemble ingénieuses. Dès lors, on ne peut que regretter qu’Alfred Espinas n’ait pas cherché à replacer dans un cadre général le « chapitre » de 1890, sur les arts (la gymnastique) et les doctrines (de l’éducation) dans la Grèce ancienne (la praxéologie propre à une époque dans un domaine particulier), avec celui que constituent ses interventions dans le cadre du Congrès de 1893 sur les jeux et les sports dans le contexte de l’institution scolaire. Nous avons essayé d’ébaucher ce canevas, qui fut, nous semble-t-il, un des « programmes » de recherche inégalement développé par l’auteur, dans la figure 2 ci-jointe.

Figure 2 – Techniques et doctrines selon Espinas. Éléments de praxéologie saisis à travers l’histoire

Figure 2 – Techniques et doctrines selon Espinas. Éléments de praxéologie saisis à travers l’histoire

Notes

1 Il est utile de mentionner la notice biographique parue dans la Statistique générale du département de la Gironde publiée par Édouard Féret (première partie, « Biographie »), Bordeaux, Féret et Fils ; Paris, Masson, 1889. « Espinas (Alfred) », p. 234-235 : « il a inauguré à la Faculté en 1882, sous les auspices de la municipalité, un cours de pédagogie adopté l’année suivante par l’État et confié en 1887 à un professeur spécial de pédagogie et de science sociale ». Nous savons que cette charge universitaire va échoir à Émile Durkheim.

2 Espinas A., Des sociétés animales, 2e éd. augmentée d’une introduction sur l’histoire de la sociologie en général (p. 5-155), Paris, Lib. Germer Baillière et Cie, 1878 (588 p.). La première édition date de 1877. Il s’agit du mémoire de la thèse de doctorat ès Lettres soutenue le 8 juin 1877.

3 Spencer H., Principes de psychologie, traduits sur la nouvelle édition anglaise par Th. Ribot et A. Espinas, Paris, Librairie Germer Baillière, 1874 (tome premier, VII-741 p.) et 1875 (tome second, 689 p.). Voir le « Chapitre IX, Sentiments esthétiques », t. 2, p. 661-685.

4 D’après Fournier M., op. cit., p. 110.

5 Espinas A., « Les Origines de la technologie », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. XXX, juillet-décembre 1890, p. 113-135 et p. 295-314.

6 Espinas A., Les Origines de la technologie, Paris, Librairie Félix Alcan, 1897 (290 p.).

7 Ajoutons que Pélops épousa Hippodamie, la fille du roi de Pise Œnomaos, après avoir gagné une course de chars dont celle-ci était l’enjeu. Deux époques caractérisées se distinguent. L’une par ce type d’épreuve, au scénario hiérogamique, et l’autre qui correspond à la fondation des jeux olympiques. Nous savons cependant que plusieurs légendes se partagent la naissance des jeux olympiques, ainsi que le rappelle Violaine Vanoyeke dans son livre : La naissance des jeux olympiques et le sport dans l’Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, 1992. Voir p. 71-77. Ajoutons qu’il est possible d’analyser chacune de ces versions à partir de la grille de lecture élaborée par Espinas.

8 L’Année sociologique (1897-1898), tome II, Paris, Librairie Félix Alcan, 1899. Le compte-rendu de D. Parodi se trouve p. 182-183.

9 Daval R., « Praxéologie », Paris, Encyclopædia Universalis, vol. 15, 1985, p. 23-24. Il n’est pas fortuit que R. Daval, spécialiste de psychologie sociale, soit en charge de cet article. Pierre Parlebas rappelle que l’auteur a publié en 1967 un fascicule intitulé : Psychologie sociale et théorie des jeux, Paris, Centre de Documentation universitaire. Amené à souligner que par la coopération, plusieurs individus peuvent constituer un « agent collectif », R. Daval, précise Pierre Parlebas, illustre ce concept [d’agent collectif] « par l’exemple d’une équipe de rugby » : « la loi du jeu est à la source de la représentation que chaque participant se fait de soi et des autres, à la source du sentiment d’appartenance des joueurs et de la dynamique groupale ». Parlebas P., Éléments de sociologie du sport, Paris, PUF (coll. Sociologies), 1986 (276 p.) (cit. p. 222-223). Roger Daval est également l’auteur d’un article de synthèse : « La praxéologie », Sociologie du Travail, avril-juin 1963, no 2, p. 135-155. L’auteur rappelle les mérites d’Espinas et il examine quelques développements récents en matière de science de l’action, en particulier les travaux de Ludwig von Mises (L’action humaine. Traité d’économie, 1949) et ceux de Tadeusz Kotarbinski (Traité du travail efficace, 1955).

10 Parlebas P., Jeux, Sports et Sociétés. Lexique de praxéologie motrice, Paris, INSEP Publications, 1999.

11 Parlebas P., op. cit., 1999, voir p. 264-267. Cit. p. 265.

12 C’est sans doute dans un récent ouvrage de Jean Baechler, Nature et histoire (Paris, PUF, 2000), qu’on pourrait déceler, nous semble-t-il, une inspiration et une théorisation qui intègrent magistralement, sans s’y réduire et loin s’en faut, les objectifs visés jadis par Espinas. « Le ludique ne paraît pas avoir déjà bénéficié d’une problématisation assez systématique et cohérente, pour donner naissance à une science définie ; pourtant, les études ne manquent pas sur les loisirs, les jeux, les sports, mais elles n’apparaissent pas comme des départements dans un édifice commun », souligne J. Baechler (cit. p. 354).

13 Fournier M., op. cit., p. 157.

14 IMEC (Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine), Abbaye d’Ardenne, Calvados, Fonds Marcel Mauss, Collège de France, boîte MAS 36, notes de cours : chemise « L’art et le jeu » (23 feuillets). Les passages rapportés entre guillemets sont retranscrits tels quels.

15 La citation est empruntée au Livre d’Or du Cyclisme Girondin, publié par le Comité départemental de la Gironde de l’Union vélocipédique de France, 1934 (cit. p. 17). Ce livre indique également l’appui accordé par le Recteur H. Ouvré. À ses débuts, la Ligue girondine est étroitement liée à l’essor local de la vélocipédie. Médecin attitré du Véloce Club Bordelais, le docteur Tissié va publier des travaux sur l’entraînement physique, l’établissement de records et la fatigue, en mettant l’accent sur la dimension physiologique de l’effort athlétique. Tissié entre en relation avec le Professeur Angelo Mosso, le célèbre physiologiste de l’Université de Turin, sans doute vers 1891-1892. Le savant italien mentionne le rôle du médecin bordelais dans son ouvrage : Les exercices physiques et le développement intellectuel, Paris, Félix Alcan (coll. Bibliothèque scientifique internationale, 1904 (traduction française de l’ouvrage italien paru en 1903) (204 p.).Voir p. 84 et 85.

16 Magendie A., Les effets moraux de l’exercice physique (préface de Henri Marion), Paris, Armand Colin, 1893 (XXVIII-224 p.). Le livre bénéficie d’une recension détaillée dans la Revue internationale de l’Enseignement du 15 juillet 1893 (p. 92-93) signée A.L. « On trouvera peut-être que l’auteur ramène bien des choses aux exercices physiques et qu’il les présente comme une sorte de panacée universelle ; mais quiconque lira son livre reconnaîtra que sa conviction est profonde, que ses arguments sont solides et qu’il n’a nulle part forcé la note. La cause qu’il plaide est aujourd’hui gagnée » (p. 93).

17 A.M., « Le congrès de Bordeaux », Les Sports athlétiques (?), novembre 1893. Le compte-rendu est de la plume du jeune A. Mangeot, qui bénéficie de l’appui de P. de Coubertin pour asseoir le développement du Stade Bordelais, fondé en 1889 et affilié à l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques, et faire en sorte que les sociétés de jeux de plein air des établissements secondaires s’affranchissent de l’autorité pédagogique des professeurs de gymnastique, très liés à l’Union des sociétés de gymnastique de France (USGF) présidée par le Bordelais Charles Cazalet, autant que des promoteurs zélés comme le docteur Philippe Tissié déjà acquis à la gymnastique suédoise dite scientifique, qui bénéficie du soutien indéfectible du Doyen Espinas.

18 Espinas A., « Quelques réflexions sur l’éducation physique dans les Maisons d’enseignement secondaire », Revue des jeux scolaires, no 38, février 1894, p. 205-207, et no 39, mars 1894, p. 213-215.

19 Ligue Girondine de l’Éducation physique, IIe Congrès national de l’Éducation physique, Bordeaux, 25-28 octobre 1893, Bordeaux, Impr. G. Gounouilhou, 1894 (72 p.). Pour l’exposé, voir p. 23-24.

20 Rappelons à ce propos qu’au cours de l’année précédente, Espinas a accompli un voyage en Angleterre, qui lui a permis d’analyser l’organisation de l’enseignement. Le Rapport remis à Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur, connaît une certaine audience grâce à un long article que l’auteur faire paraître en deux livraisons. Espinas A., « L’extension des Université en Angleterre, en Écosse et aux États-Unis », Revue internationale de l’Enseignement du 15 mars 1892, p. 201-219, et 15 avril 1892, p. 313-342. Outre ce voyage d’étude effectué en 1892, il se rendra une seconde fois en Angleterre, en 1902, comme délégué de l’Université de Paris, pour la célébration du cinquantenaire du Victoria and Owen College de Manchester.

21 Espinas A., « Rapport de synthèse ». L’exposé intégral figure dans les actes du congrès. IIe Congrès national de l’Éducation physique, voir p. 48-57.

22 Rappelons qu’Alfred Espinas est l’auteur de l’excellent article : « Observation », paru dans la première édition du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publiée sous la direction de Ferdinand Buisson, op. cit., (voir I, p. 2150-2156). L’article figure également dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, publiée en 1911 (voir p. 1462-1467).

23 Dr Tissié Ph., Les rêves. Physiologie et pathologie, Paris, Librairie Félix Alcan, 1890. Compte-rendu du livre par Fr. Paulhan, Revue Philosophique de la France et de l’étranger (quinzième année), 1890, vol. XXX, p. 350-352. Tissié s’intéresse aussi à la fatigue dans ses rapports avec l’effort physique. Or, en 1891, le célèbre savant physiologiste de Turin se manifeste à l’attention des lecteurs de la Revue philosophique par un long compte rendu de son livre La fatiga [La fatigue], sous la plume de Th. Ribot, directeur de la revue (voir vol. XXXII, 1891, p. 415-418). C’est probablement ce concours de circonstances qui permet à Tissié d’entrer en contact avec le savant turinois. Le livre, qui donne lieu à une deuxième édition revue et augmentée en 1898, bénéficie d’une préface du professeur Azam (1822-1899), de la Faculté de médecine de Bordeaux. Azam a conduit des études sur le dédoublement de la personnalité. Il est le beau-père de l’historien Camille Jullian.

24 Ces éléments d’information sont tirés du fonds Edvard de Fayolle, Archives municipales de Bordeaux, « Alfred Espinas », côte 42 S 3439.

25 Dr. Tissié Ph., La fatigue et l’entraînement physique, Paris, Librairie Félix Alcan, 1908 (Troisième édition revue et augmentée) (XXXII-376 p.). Première éd. 1897.

26 Liard L., « Les Universités françaises », allocution prononcée au banquet de la Société des Amis de l’Université de Bordeaux, le 27 janvier 1893, Revue internationale de l’Enseignement du 15 mai 1893, p. 409-417. Un exemplaire du discours de L. Liard est également conservé dans les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque centrale de Bordeaux. Cote H 18075 (11 p.).

27 « Bordeaux. Séance de rentrée de la Faculté des Lettres », Revue internationale de l’Enseignement du 15 mars 1894, p. 270-274.

28 Joseph Darbon décède un an plus tard, d’une pneumonie (ou d’une phtisie ?), alors qu’il est en train d’accomplir son service militaire. Le doyen Stapfer lui rendra hommage, en cette triste circonstance, lors de la séance de rentrée universitaire suivante. Le malheureux étudiant n’est autre que le frère aîné d’André Darbon, qui accomplit lui aussi ses études de philosophie à Bordeaux avant d’enseigner dans cette même Faculté et d’en devenir le doyen. Le petit-fils du doyen, notre collègue au CNRS Sébastien Darbon, nous a adressé le complément d’information suivant : « Mes arrières-grands parents, Camille et Mathilde, avaient trois enfants (Joseph, André, Georges – qui était chimiste). Étudiant très brillant, […] il semble que Joseph n’ait fait ces études que par intérêt pour la philosophie et goût pour la culture, car il comptait après son service militaire prendre la suite de son père dans les affaires. »

29 Des extraits de cette enquête sont rapportés dans la Chronique de la Jeunesse, qui est le Supplément du Journal de la Jeunesse, publié par les éditions Hachette, no 1522, p. 9, et no 1524, p. 11 (1er semestre 1902). Pour le témoignage d’Espinas, voir le fascicule no 1524.

30 Ostrowski J.J., Alfred Espinas, précurseur de la praxéologie (ses antécédents et ses successeurs), (Préface de Georges Langrod), Paris, éd. LGDJ, 1973 (VIII-394 p.). Voir en particulier les pages 55-269.

Table des illustrations

Titre Figure 2 – Techniques et doctrines selon Espinas. Éléments de praxéologie saisis à travers l’histoire
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search