Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Travaux et publications des années 1890 à la veille de la Grande Guerre

Introduction

Texte intégral

1La période historique envisagée dans la première partie de l’étude (1890-1914) se caractérise par quatre facteurs importants. D’abord, elle est marquée par la volonté d’introduire les jeux de plein air et les sports athlétiques dans les établissements secondaires. Il ne faut pas confondre ce domaine de pratiques avec celui de la gymnastique, qui est à l’époque une discipline d’enseignement obligatoire. En effet, par le décret du 3 février 1869, la gymnastique devient une matière obligatoire de « l’enseignement dans les lycées et les collèges communaux ». C’est la publication du Manuel d’exercices gymnastiques et de jeux scolaires, en 1891, qui élargit le cadre de l’éducation physique en introduisant les jeux de plein air. Les jeux sont une activité volontaire, collective et régie par une règle, et ils nécessitent un engagement physique plus ou moins intense. Ensuite, des universitaires s’intéressent de près à la question. Certains auteurs vont même jusqu’à encourager la constitution de sociétés sportives au sein des établissements scolaires. En outre, on assiste à une modernisation de l’Université qui est désormais structurée dans ses trois ordres : primaire, secondaire et supérieur, bientôt acquis à l’introduction durable des jeux de plein air et des sports. Enfin, fait significatif à mettre en liaison avec le changement social, la sociologie tend à se constituer en une discipline scientifique autonome au sein des formations universitaires. Ces quatre facteurs sont aisément repérables dans le contexte des principales métropoles du pays.

2Les auteurs qui nous intéressent sont préoccupés par l’évolution de la société. Celle-ci se caractérise par une autonomie croissante des individus. Comment alors la cohésion sociale et la solidarité sont-elles assurées ? L’éducation et la morale – la solidarité morale – comptent parmi les facteurs indispensables au maintien de l’unité de la société. La fréquentation du système scolaire, l’enseignement et la question de l’implication facultative des jeunes dans la vie de l’établissement (musique, théâtre, jeux dirigés et sports) occupent une place centrale en matière d’éducation des jeunes gens, et d’orientation souhaitable dans ce domaine, à la charnière des années 1889 et 1900. Pour autant, ces auteurs se distinguent dans la façon de concevoir ces questions et d’apporter des réponses jugées adéquates. Une ligne de partage se dessine clairement. Elle sépare d’un côté des auteurs qui, comme Alfred Espinas en particulier, traitent des jeux d’exercice sous l’angle d’une sociologie de l’agir, des auteurs qui se rallient à Émile Durkheim, en particulier, qui appréhende plutôt un programme d’ensemble pour la sociologie, analysant la morphologie et la dynamique sociales dans leurs grandes caractéristiques, tout en soulignant l’importance des groupements intermédiaires tant au plan de la morphologie sociale qu’à celui de l’éducation des enfants d’âge scolaire. Dès lors, deux itinéraires possibles semblent se préciser pour le développement de la sociologie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search