Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Introduction générale

Texte intégral

1En France, les débuts de la sociologie du sport sont associés habituellement aux années 1960 avec les noms de Joffre Dumazedier, Georges Magnane, Michel Bouet… Celui de Roger Caillois y tient également une place privilégiée, avec le livre Les jeux et les hommes (1958), pour qui s’intéresse aux types de jeux en relation avec telle ou telle civilisation. L’auteur se proposant, comme on le sait, d’élaborer « une sociologie à partir des jeux ». De fait, en prenant appui sur un recensement détaillé des formes de jeux auxquels s’adonnent les hommes, Roger Caillois formalise une théorie anthropologique de la civilisation qui lui permet d’interpréter les différentes cultures, des sociétés archaïques aux sociétés modernes.

Bref aperçu comparatif

  • 1 Lüschen G., « The Sociology of Sport. A Trend Report and Bibliography », Current Sociology. La soc (...)
  • 2 Grupe O. et Mieth D., Lexikon des Ethik im Sport, Schriftenreihe des Bundesinstituts für Sportwiss (...)

2Que peut-on constater dans quelques pays voisins ? En Allemagne, l’histoire de la sociologie du jeu et du sport semble s’enraciner dans un passé universitaire bien plus ancien. Il est d’usage de rappeler que des auteurs classiques (Max Weber, Max Scheler, Georg Simmel…) ont consacré quelques développements à ce fait social (le jeu, l’associativité, le sport, l’éducation physique). En outre, les bibliographies de référence (Günther Lüschen, 19681 ; Ommo Grupe et Dietmar Mieth, 20012) identifient quelques publications qui traitent des jeux traditionnels ou du sport sous l’angle des sciences sociales. Ces titres se rapportent au début du xxe siècle. Selon Günther Lüschen, entre 1925 et 1938, près d’une dizaine de thèses, dont certaines sont sans doute de bonne facture, ont été soutenues sur ces sujets dans les universités allemandes. Cependant leurs auteurs sont à l’évidence des sociologues de second plan, se réclamant d’une discipline qui occupe alors une position assez marginale au sein des universités. Ajoutons que L’Année sociologique (première série, 1898-1913) avait recensé un certain nombre de publications d’ethnographie en langue allemande traitant des jeux.

  • 3 Hall S., Adolescence, its psychology and its relations to physiology, anthropology, sociology, sex (...)

3Pour les travaux édités en langue anglaise, toujours pour la période considérée, il faut mentionner de grandes enquêtes anthropologiques (d’auteurs américains, anglais…) sur les jeux d’exercice physique dans les sociétés archaïques, publiées à la charnière du xixe et du xxe siècles. Ces travaux peuvent être considérés comme des « classiques » de la discipline. L’Année sociologique (première série) les avait recensés et commentés. On les retrouve mentionnés dans la recherche bibliographique établie par G. Lüschen. Pour la sociologie proprement dite, Lüschen mentionne le savant anglais Herbert Spencer, Thorstein Veblen pour sa Theory of the leisure class (1899), George H. Mead pour Mind, Self and Society (parution posthume, 1934) et quelques rares textes d’auteurs qui abordent incidemment le sport dans leurs enquêtes empiriques : F. Milton Thrasher dans ses études sur les gangs et les bandes de jeunes (1927) ou les époux Lynd pour Middletown in transition (1937), par exemple. La sociologie américaine du sport n’a pas encore pris son élan. En revanche, la psychologie donne déjà une importance certaine aux activités physiques (jeux, sport, gymnastique) et à leur rôle dans la construction de l’identité personnelle des adolescents, comme le montre G. Stanley Hall, fondateur de l’American Journal of Psychology et surnommé « the father of adolescence » pour son ouvrage monumental : Adolescence (1905)3.

4Pour la Grande-Bretagne, on rappellera l’intérêt récurrent marqué par Herbert Spencer pour ses analyses relatives aux sports, parfois critiques, et à la place des jeux et des sports dans l’éducation des jeunes gens et des jeunes filles. Ses publications vont toutes bénéficier de traductions françaises. Cet auteur, qui meurt en 1903, ne semble pas avoir fait beaucoup d’émules chez nos voisins d’outre-manche, le berceau des Athletics. Il est vrai que, dans ce pays, la sociologie n’occupe pas un rang aussi avantageux que ce qui peut s’observer en France. En revanche, l’anthropologie est attentive aux jeux, à l’exemple des pages que leur consacre l’anthropologue Edward Tylor dans Primitive Culture (1871). On peut également mentionner les éclairages fournis par James G. Frazer, William-H. Rivers, Alfred R. Radcliff-Brown. Le fait sportif est également pris en considération dans certaines études d’historiens.

Une singularité française ?

5De prime abord, et compte tenu des rares publications habituellement recensées depuis plusieurs années, au niveau de la sociologie française il semble difficile de trouver l’équivalent des études publiées en Allemagne. Se peut-il que les auteurs « classiques » aient été à ce point muets sur des thèmes d’études jugés importants ailleurs, avec tout un ensemble d’activités physiques qui participent pour les unes (avec les jeux rituels ou récréatifs) à la stabilité des sociétés, pour les autres (l’éducation physique scolaire, les sports) à leur transformation, voire à leur modernisation et à la socialisation des jeunes générations ? Le fameux texte de Marcel Mauss : « Les techniques du corps » (1935) n’est-il qu’un signe de prise de conscience tardive : une sorte d’isolat impossible à relier, en France, à une dynamique universitaire d’ensemble ?

6La présente étude se veut une contribution à l’histoire de la sociologie « classique » française. Il s’agit de proposer un éclairage original et quelque peu inattendu sur des auteurs qui ont fondé la sociologie classique française, tant il est vrai que plusieurs d’entre eux dont les publications sont examinées ici, qui tiennent parfois en quelques pages, ne font pas du « sport » le centre de leurs préoccupations. En outre, certains de ces écrits ne sauraient être lus comme des analyses de facture strictement sociologique. C’est pour cela que nous avons jugé préférable d’associer le qualificatif de « classique(s) » aux auteurs plutôt qu’aux publications examinées. Retenons, à titre provisoire, que ceux-ci sont des « classiques » dans la mesure où ils ont contribué à fonder la sociologie comme une science qui puisse donner lieu à une confrontation des démarches et des résultats, dans un cadre institutionnalisé (universités, maisons d’édition, revues spécialisées, associations savantes, congrès…) et s’enseigner à l’Université. Quelques rares auteurs retenus pour les besoins de l’étude n’appartiennent que de façon occasionnelle à la sociologie. Dans leur formation universitaire d’abord, et de par leur activité professionnelle ensuite, ils ont été au contact des auteurs qui nous intéressent. Il serait maladroit de leur attribuer la qualité d’auteurs « classiques », mais ils s’inscrivent tout de même dans la dynamique de l’Université et leur témoignage est utile pour planter son décor. Ainsi, et indépendamment de sa modeste étendue, le corpus des publications de référence méritait d’être clairement individualisé. Notre rappel permet de comprendre d’une part le fait que nous ayons procédé à un commentaire détaillé des publications examinées et, d’autre part, que nous ayons utilisé avec prudence et parcimonie un outillage conceptuel devenu plus tard élémentaire en sociologie mais non employé, comme tel, dans certains des textes du corpus.

Qu’appelle-t-on « classiques » ?

7La majorité des auteurs dont il est question ici, par certaines de leurs publications, sont considérés comme des « classiques » de la discipline. Ils sont identifiés comme tels tandis que quelques-uns de leurs contemporains, bien que moins connus, et qui ne sont plus guère lus, et même oubliés, peuvent être admis eux aussi au rang des « classiques ». La période considérée dans notre étude correspond à la phase d’institutionnalisation universitaire de la sociologie, et il convient de dissiper un risque de malentendu. Le qualificatif d’auteur classique ne se limite pas aux seuls fondateurs historiques de la discipline. Le qualificatif désigne aussi une façon de concevoir la sociologie, et cela en fonction d’exigences spécifiques.

  • 4 Chazel Fr., Aux fondements de la sociologie, Paris, PUF (coll. Sociologies), 2000 (235 p.).

8Pour définir le qualificatif de « classiques », nous utiliserons les caractéristiques proposées par François Chazel dans un ouvrage qui s’intitule : Aux fondements de la sociologie4. Pour envisager l’étude des sociologues classiques, l’auteur s’impose trois précisions relatives à des aspects renvoyant chacun à une alternative ou plus exactement à deux manières possibles d’aborder ces trois aspects majeurs.

  1. La qualité des œuvres ou des auteurs « classiques » s’éprouve dans « la discussion de leurs perspectives et conceptions », généralement conduite de manière à mettre en évidence leur « fécondité heuristique ». Celle-ci peut s’engager a) soit sous l’angle du « présentéisme », « d’inspiration plus théorique », b) soit en fonction d’une démarche « plus conforme aux canons de l’approche historique » (p. 1 et 2). François Chazel mentionne à ce propos un article de Massimo Borlandi distinguant clairement les deux « vocations »5.
  2. L’auteur indique également qu’il ne faut pas trop « surestimer la “centralité des classiques” ». Ce qui les caractérise renvoie d’abord à a) « un niveau d’exigence et d’ambition » et non point b) à une sorte de « tâche prioritaire de la discipline » qui se limiterait à « une réinterprétation indéfinie » de l’œuvre d’un auteur considéré comme un classique.
  3. Enfin, François Chazel fait porter l’attention sur un troisième et dernier point. Il s’agit de « la place occupée par les considérations de nature épistémologique » qui peut être appréciée a) soit « qu’elles portent sur le rapport de la science et de ses concepts à la réalité », b) soit « qu’elles concernent les types d’explication appropriés en sociologique » (op. cit., p. 2).

9Nous pouvons aisément transposer cette « critériologie » qui distingue pour la qualité d’auteur(s) et/ou d’œuvre(s) « classique(s) » trois plans relatifs à des « interrogations majeures » et, pour chacun d’eux, deux orientations possibles, en termes d’ancrages et de niveaux d’exigence requis, pas nécessairement exclusives l’une de l’autre mais, le cas échéant, complémentaires. Reprenons ces aspects sous la forme du schéma suivant.

Figure 1 – L’apport décisif des « Classiques ». Quelques critères d’appréciation

Interrogations majeures

Ancrages et niveaux d’exigence possibles

Fécondité heuristique ?

Présentéisme d’inspiration théorique et/ou analyse historique (et sociologie historique)

Centralité d’un Classique ?

Un niveau d’exigence ou d’ambition plutôt qu’une réinterprétation indéfinie

Considérations épistémologiques ?

Rapport des concepts à la réalité et/ou types d’explication appropriés

10Lorsque nous serons parvenu au terme de notre entreprise, nous espérons pouvoir être en mesure d’utiliser cette « grille de lecture » analytique pour rendre compte de l’apport majeur de plusieurs auteurs, en fonction de leur(s) contribution(s) à l’analyse des jeux, du sport, de l’associativité sportive ou de l’éducation physique. En nous limitant à cet aspect de leur œuvre, nous tâcherons de justifier le qualificatif de « classique » qui leur est déjà accordé ou, pour d’autres auteurs, qu’on peut leur reconnaître.

11Les auteurs pris en considération pour les besoins de l’étude se sont intéressés aux activités physiques et sportives et en ont proposé un examen plus ou moins détaillé. Pour le jeu, nous avons utilisé quelquefois le pluriel : les jeux dans la mesure où il n’est pas possible de réunir sous un même vocable les jeux rituels des sociétés archaïques ou traditionnelles, qui mettent en scène des adolescents ou de jeunes adultes, avec les jeux spontanés de la petite enfance, ou encore les jeux récréatifs et libres des jeunes qui ont pour cadre le collège ou le lycée. L’éducation physique peut s’entendre de deux façons. Soit il s’agit d’une discipline d’enseignement et en ce sens elle correspond précisément aux objectifs que se fixe l’institution scolaire. D’abord limitée à la gymnastique, elle va inclure progressivement les jeux dirigés, puis les techniques sportives. D’où l’utilisation récente de l’expression « éducation physique et sportive » (EPS). Soit l’éducation physique est employée dans une acception bien plus large qui désigne alors l’ensemble des acquis de l’individu dans un registre spécifique (maîtrise des techniques du corps, vécu d’une expérience sportive, adoption d’une hygiène de vie) ou le « programme » global d’activités et d’obligations qui permet de l’acquérir. Quant à l’activité sportive, tandis que certains textes mettent plutôt l’accent sur l’engagement sportif (le jeu sportif, pourrait-on dire, la compétition, l’affrontement récréatif) de type individuel ou collectif, d’autres prises en considération s’intéressent plutôt à la formalisation du groupe en une équipe, en un club, en une association, qui contribuent à l’affirmation d’une identité institutionnelle partagée. L’ensemble de ces orientations étant inclus ou résumé, compte tenu de la période envisagée, dans l’expression d’associativité sportive. Autant d’activités motrices spécifiques.

Une lacune dommageable pour la sociologie française du sport ?

  • 6 Cuin Ch.-H., Gresle Fr., Histoire de la sociologie. 1. Avant 1918, Paris, La Découverte, 1992. Voi (...)
  • 7 Callède J.-P., La sociologie française et la pratique sportive (1875-2005). Essai sur le sport. Fo (...)

12En France, la sociologie du sport s’est constituée récemment, sous la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, à partir du début des années 1960. La lacune relative à la connaissance détaillée des publications antérieures lui a-t-elle fait défaut ? Pour les années 1890-1918, ce « magistère disputé » « entre la France et l’Allemagne », pour emprunter une formule à Charles-Henry Cuin et François Gresle6, tourne-t-il au désavantage de notre pays, pour le thème considéré ? Ce n’est pas certain. Dans un autre ouvrage, nous avons mis en évidence une continuité inscrite dans le temps long (en envisageant les décennies 1880-1930), pour la prise en considération des jeux d’exercice physique et du sport associatif au sein de l’Université française et par ses plus éminents représentants7.

  • 8 Le découpage chronologique retenu pour les volumes de la Revue française de sociologie coordonnés (...)
  • 9 Steiner Ph., La sociologie de Durkheim, Paris, La Découverte (Coll. Repères), 2000 (3e éd.). Voir (...)

13Que dire également des années de l’entre-deux-guerres ? En France, la sociologie « classique », dont les historiens de la discipline s’accordent à reconnaître la fécondité et le rayonnement, même si la Grande Guerre introduit une rupture nette8, aurait-elle manqué à ce point de curiosité ? Il est vrai que sont perceptibles « les échos nombreux d’une sclérose et d’un affaiblissement intellectuel » de cette école tandis que le « prestige intellectuel qui entoure des sociologues comme Halbwachs, Mauss et Simiand » est incontestable, ainsi que le rappelle Philippe Steiner9. Ou bien s’agit-il d’une « sociologie oubliée » dont il devenait urgent, dans ce cas, de dégager les principaux jalons, les spécificités, les acquis, les limites ou les lignes de faiblesse ?

14Dès lors, ce type d’exercice ne permet-il pas de tirer d’un oubli relatif des auteurs et des productions qui méritent l’attention des sociologues d’aujourd’hui ? C’est l’un des objectifs du livre mais la démarche suppose de prendre certaines précautions. Dans une étude thématique de ce type, pour le moins restreinte, le risque patent est d’isoler des textes et publications de leur contexte et de l’œuvre d’ensemble des auteurs concernés. Or plusieurs caractéristiques permettent de prévenir un tel biais : la relative abondance des écrits (articles, chapitres d’ouvrages, autres contributions), leur répartition chronologique plutôt équilibrée, les questions générales abordées dans certains de ces textes, de même que les circonstances et/ou le support institutionnel impliqué (cours, communication à un congrès, revue scientifique, éditeur, société savante…), sans omettre de signaler que quelques-unes de ces publications sont fort connues mais rarement envisagées pour le thème que nous abordons.

Les objectifs de notre étude

15Pour qui s’intéresse à la prise en considération des jeux de plein air, des sports, de l’associativité de la jeunesse bâtie autour des activités récréatives et de l’éducation physique dans les publications qui jalonnent l’histoire des sciences sociales et de la sociologie en France jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, un trait s’impose immédiatement. Toutes ces activités physiques tendent à dessiner une nette bipartition de la sociologie, avec une ligne de partage entre les sociologues non durkheimiens, qui s’intéressent volontiers à ces pratiques d’exercice, à l’inverse de Durkheim lui-même et des tenants de l’École durkheimienne, moins enclins à détailler ces activités.

  • 10 Callède J.-P., op. cit. Voir en particulier le chapitre 1. « La sociologie du “sport” en France : (...)

16L’interrogation sous-jacente à ce trait distinctif ne se posait pas vraiment comme telle, jusqu’à présent, puisque aucune recherche d’histoire de la sociologie française relative à cette thématique « sportive » n’était disponible. Désormais, c’est chose faite10, au moins dans les grandes lignes. L’ouvrage publié en 2007 était surtout centré sur la réalité associative du jeu et du sport. Celui que nous proposons trois ans plus tard prend en considération l’ensemble des modèles d’exercice physique. Par exemple, les textes d’Émile Durkheim qui intègrent l’éducation physique dans leur propos confirment la cohérence avec laquelle l’auteur aborde la problématique générale de l’éducation. Des analyses produites par des auteurs proches de Durkheim, à l’exemple de Célestin Bouglé et plus encore de Maurice Halbwachs, permettent d’avoir une vue plus précise de l’importance de l’École durkheimienne et de son renouvellement. Cependant, la façon dont la question du « jeu » dans ses rapports à l’« art » a pu être formulée dans le cadre collectif de celle-ci, au demeurant limitative et répétitive, n’a permis que tardivement une formulation adéquate d’une sociologie des jeux et des sports. On peut admettre qu’il convient de l’attribuer à Marcel Mauss. Pourtant, dans les décennies antérieures au premier conflit mondial, plusieurs philosophes avaient contourné ou identifié ce « piège esthétique » engendré par une postérité mal comprise de l’héritage kantien. Jean-Marie Guyau, Frédéric Queyrat ou encore Charles Lalo, qui est initialement assez proche de Durkheim, sont de ceux-là. Ces auteurs, on pourrait ajouter le nom d’Alfred Fouillée à celui de J.-M. Guyau ou celui de Jules Delvaille, sont utilisés ici surtout comme des « auteurs-témoins » par rapport à d’importantes questions théoriques ou méthodologiques soulevées. Pour sa part, Maurice Halbwachs a su élaborer de façon magistrale une sociologie des niveaux de vie qui intègre les « besoins » sportifs et d’exercice physique. S’il se situe dans la lignée du durkheimisme, il emprunte aussi à d’autres sources et propose des acquis théoriques spécifiques. Il tient une place originale au sein du groupe durkheimien. De même, la sociologie non durkheimienne peut mettre à son actif quelques belles pages d’analyse des jeux et des sports, surtout dans la période de l’entre-deux-guerres. Dans ce cas, le nom de Guillaume-Léonce Duprat, un proche d’Alfred Espinas et de Gaston Richard, se détache nettement. Il nous est un devoir agréable de remercier la famille de G.-L. Duprat pour nous avoir ouvert les portes de la bibliothèque de leur ancêtre. Plus difficile à situer et sans doute assez méfiant à l’égard des « Écoles », et juriste de formation, René Maunier développe des analyses d’autant plus intéressantes qu’elles articulent sociologie et ethnologie. Déjà cité, Charles Lalo n’a pas négligé de proposer des éléments de sociologie des jeux sportifs tout en élaborant sa propre « esthétique sociologique ». René Hubert, avec le soutien de Henri Gouhier, par la réédition actualisée de ses manuels, permet de se faire une idée du déphasage qui s’instaure, durant les années 1930, entre l’observation de la réalité des jeux et des sports et la réception de certains textes sociologiques déjà anciens. Enfin, l’élargissement de l’étude, la prise en considération des publications de nouveaux auteurs et quelques études complémentaires (Callède, 2008, 2009, 2010) nous ont donné la possibilité d’améliorer des analyses consignées dans le livre publié en 2007.

17Parmi tous les noms qui viennent d’être mentionnés, on dénombre une majorité de « Bordelais » appelés à séjourner pour une durée variable dans la Cité girondine soit pour enseigner à l’Université (Espinas, Durkheim, Richard), au lycée de Bordeaux (comme Fouillée, par exemple), soit pour accomplir tout ou partie de leurs études supérieures (Mauss, Duprat, Lalo, Delvaille). On pourrait en ajouter quelques autres, en particulier ceux d’Oscar Auriac et de Daniel Essertier. Nous verrons par la suite que deux « ensembles » se précisent, l’un organisé autour de la figure de Durkheim, l’autre autour des non durkheimiens. Il se trouve que la façon d’appréhender les jeux et les sports reflète elle aussi cette « différence ». Nous tâcherons d’examiner ces aspects relatifs à l’histoire de la sociologie en France.

18Fournir des éléments de réponse à ces questions, tel est aussi l’objectif de l’étude qui suit. Celle-ci va nous donner l’occasion de présenter des écrits peu connus, produits par des enseignants universitaires – philosophes de formation, sociologues de profession ou autres – dont la carrière professionnelle et l’itinéraire intellectuel contribuent à l’affirmation de la sociologie, directement liée à la position occupée par l’École durkheimienne, ou par contraste. En toute logique, Bordeaux et l’environnement universitaire de cette ville serviront souvent d’arrière-plan à notre analyse, surtout pour la période la plus ancienne. En effet, la démarche permet de tirer de l’oubli des écrits et des témoignages de plusieurs universitaires qui furent un temps des Bordelais. La recherche nous a conduit à la délimitation d’un corpus de textes, pour la présente étude, qui n’introduit pas de biais dommageable dans la mesure où nous connaissons par ailleurs l’essentiel des autres publications de ces auteurs universitaires qui abordent la question des jeux et des sports. Toutefois, en examinant les thématiques du jeu, de l’éducation physique, du sport et de l’associativité chez des sociologues déjà élevés ou non au rang de « classiques », on doit admettre que le procédé ne nous place pas nécessairement au cœur des principaux acquis théoriques ou méthodologiques reconnus à ces mêmes auteurs. Cette approche « transversale » n’a pas pour objectif de revoir les acquis des historiens de la sociologie mais d’éclairer un point d’ancrage concret de la discipline, certes modeste, resté jusque-là dans l’ombre. Lorsque les textes examinés sont devenus difficiles à consulter, faute d’exemplaires disponibles en bibliothèque universitaire ou faute de rééditions, nous avons opté pour une présentation détaillée de l’argumentation développée par l’auteur. Certains problèmes soulevés par tel ou tel écrit ont nécessité de revenir à plusieurs reprises sur des textes ou des points de vue adoptés par d’autres auteurs et, le cas échéant, sur les sources de référence indiquées, utilisées ou critiquées. Nous espérons que ces « retours » ne seront pas de nature à indisposer le lecteur qui pourrait être amené à n’y voir que de simples redites.

  • 11 Fournier M., Émile Durkheim (1858-1917), Paris, Fayard, 2007 (940 p.).

19Contrairement à notre ouvrage précédent qui privilégiait la perspective de l’associativité, la présente recherche s’est certes focalisée sur les auteurs qui ont bâti la « tradition sociologique française », mais ceux-ci n’optent pas nécessairement pour la réalité associative du sport, à l’exemple de Maurice Halbwachs. De même, en examinant cette fois-ci les textes qui traitent de l’éducation physique, la cohérence des analyses de Durkheim s’impose avec force. Nous avons insisté également sur la façon dont la plupart des auteurs envisagent le lien de la sociologie avec des disciplines voisines : anthropologie culturelle, ethnographie, psychologie sociale, psychologie, définissant ainsi un champ scientifique élargi dans lequel prennent place différentes façons d’analyser les exercices du corps. Il s’est agi également d’apporter des éléments d’explication complémentaires, en particulier pour les sources et influences ayant pu inspirer telle ou telle production. La question avait été abordée de façon ponctuelle dans le livre antérieur. Il restait à approfondir quelques aspects majeurs : explorer de façon plus méthodique les sources d’inspiration dont ont pu tirer parti Durkheim et quelques-uns des membres de son « groupe », chercher à comprendre, pour ces mêmes auteurs, la réduction de sens qui affecte le jeu, indiquer combien l’oubli qui caractérise aujourd’hui plusieurs sociologues non durkheimiens peut donner l’impression légitime d’une certaine injustice intellectuelle à leur égard. Enfin, indiquons que la parution récente du livre que Marcel Fournier vient de consacrer à Émile Durkheim11 nous a permis de transformer quelques interrogations en certitudes et, conjointement, d’engager des investigations supplémentaires.

  • 12 Marcel J.-Ch., Martin O., « Nouveaux travaux en histoire de la sociologie », Revue d’Histoire des (...)

20Nous ferons nôtre la formule proposée par Jean-Christophe Marcel et Olivier Martin : « Seul un réductionnisme naïf pourrait faire croire que les questions des généalogies et des influences intellectuelles des auteurs “classiques” sont épuisées12. » Elle est pour nous à la fois un enjeu et un défi.

21L’étude s’articule en deux parties chronologiques. La première couvre les années 1890 et celles qui forment le début du xxe siècle, jusqu’à la Première Guerre mondiale ; la seconde prend en considération les deux décennies de l’entre-deux-guerres, à savoir les années 1920 et 1930. Nous aurons l’occasion de vérifier que l’ensemble, qui embrasse un demi-siècle, garde une certaine unité générale.

Notes

1 Lüschen G., « The Sociology of Sport. A Trend Report and Bibliography », Current Sociology. La sociologie contemporaine, vol. XV, 1967, no 3 (140 p.).

2 Grupe O. et Mieth D., Lexikon des Ethik im Sport, Schriftenreihe des Bundesinstituts für Sportwissenschaft, Band 99, Schorndorf, Verlag Karl Hofmann, 2001 (712 p.). La bibliographie récapitulative se trouve p. 633-690.

3 Hall S., Adolescence, its psychology and its relations to physiology, anthropology, sociology, sex, crime, religion and education, New York/Londres, D. Appelton and company, 1905, 2 vol. (XXI-589 p., VI-784 p.). En France, le psychologue Pierre-Joseph Mendousse (1870-1933) a utilisé les analyses de S. Hall, y compris sur les jeux et les sports. Il soutient sa thèse en décembre 1909, avec un jury auquel participe Durkheim. Elle est publiée l’année suivante (Du dressage à l’éducation, Paris, Alcan, 1910, 194 p.). À ce moment-là, Mendousse est « Professeur chargé de cours au lycée de Digne ». L’auteur a consacré deux ouvrages à l’adolescence (L’Âme de l’adolescent, 1909, rééd. 1911, 1924, etc. ; L’Âme de l’adolescente, 1928, 1936, 1941, etc.). Il décède en 1933 alors qu’il est professeur de philosophie au lycée d’Auch (Gers).

4 Chazel Fr., Aux fondements de la sociologie, Paris, PUF (coll. Sociologies), 2000 (235 p.).

5 Borlandi M., « La querelle des historiens et des présentistes », dans L’acteur et ses raisons, Mélanges en l’honneur de Raymond Boudon, Paris, PUF, 2000, p. 88-109.

6 Cuin Ch.-H., Gresle Fr., Histoire de la sociologie. 1. Avant 1918, Paris, La Découverte, 1992. Voir p. 49 et suivantes.

7 Callède J.-P., La sociologie française et la pratique sportive (1875-2005). Essai sur le sport. Forme et raison de l’échange sportif dans les sociétés modernes, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007 (607 p.). Pour les décennies 1880-1930, voir p. 35-167.

8 Le découpage chronologique retenu pour les volumes de la Revue française de sociologie coordonnés par Philippe Besnard confirme ce fait : « Les Durkheimiens » (1979), « Sociologies françaises au tournant du siècle. Les concurrents du groupe durkheimien » (1981), « La sociologie française dans l’entre-deux-guerres » (1985).

9 Steiner Ph., La sociologie de Durkheim, Paris, La Découverte (Coll. Repères), 2000 (3e éd.). Voir p. 105-106.

10 Callède J.-P., op. cit. Voir en particulier le chapitre 1. « La sociologie du “sport” en France : des intuitions initiales aux premières approches spécialisées (1860-1914) », p. 35-119, et à la première section du chapitre 2 (« Quelques analyses publiées durant l’entre-deux-guerres »), p. 122-167.

11 Fournier M., Émile Durkheim (1858-1917), Paris, Fayard, 2007 (940 p.).

12 Marcel J.-Ch., Martin O., « Nouveaux travaux en histoire de la sociologie », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, no 13, 2005. Cit. p. 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search