Version classiqueVersion mobile

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Troisième partie. Nouveaux territoires de la recherche en éducation

Chapitre 18. Le surveillant général : un acteur méconnu de l’enseignement secondaire français au xixe siècle ?

Jean-François Condette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Edmond Rostand dans Les Musardises, consacre quelques poèmes à « Pif luisant », vieux pion, « aux coudes rapiécés, pauvre être marmiteux / Dont l’étroit Paletot, d’une luisante étoffe / Disait un long passé d’hivers calamiteux […] / Et, quand tu paraissais à l’étude le soir / Souvent ton nez flambait dans ta face blafarde / Et c’est en titubant que tu venais t’asseoir1. » Pif Luisant est sympathique avec le narrateur, lui récitant des vers et lui donnant sous le manteau des livres défendus. « Ce pion crasseux », poète lui-même, mène une vie de misère et de solitude, le narrateur le rencontrant bien des années plus tard, à l’aube de sa mort. Qui ne connaît, non plus, la figure littéraire mythifiée – mais curieusement admise comme décrivant la réalité professionnelle – de Monsieur Viot, l’homme aux clefs, surveillant général du collège de Sarlande, « petite ville des Cévennes2 », transposition littéraire du vécu d’Alphonse Daudet au collège d’Alès, surveillant général sous l’autorité ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search