Version classiqueVersion mobile

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Deuxième partie. Le patrimoine éducatif exploré par les historiens

Chapitre 14. Littérature pour la jeunesse et patrimoine de l’éducation

Christiane Connan-Pintado

Texte intégral

  • 1 Poulot Dominique, « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie no 1 (...)

1Omniprésente aujourd’hui, la notion de patrimoine mobilise aussi bien les corps politiques que les institutions culturelles1 et s’élargit à l’échelle mondiale, bien au-delà du territoire du « patrimoine écrit » défini en France par le plan du même nom :

  • 2 Poulot Dominique, « La représentation du patrimoine des bibliothèques, xvie-xxe siècle », dans Odd (...)

« Au-delà de conflits toujours vifs sur ses contours, le patrimoine se définit […] à la fois par la réalité physique de ses objets, par la valeur esthétique et documentaire le plus souvent, ou illustrative, voire de reconnaissance sentimentale, que leur attribue le savoir commun, et par leur statut spécifique. Il relève de la réflexion savante, mais aussi d’une volonté politique, sanctionnée toutes deux par l’opinion. C’est sous ce double rapport qu’il fonde une représentation de la civilisation, au sein du jeu complexe des sensibilités à l’égard du passé, de ses appropriations diverses et de la construction des identités2 ».

  • 3 Sanson Jacqueline, « Ouvertures », Argos, « Se former à la littérature de jeunesse aujourd’hui », (...)
  • 4 Rouxel Annie, « Usure et renouvellement des corpus : l’école comme instance de classicisation », d (...)
  • 5 Louichon Brigitte, « Définir la littérature patrimoniale », dans De Peretti Isabelle, Ferrier Béat (...)
  • 6 Poulot Dominique, « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie no 1 (...)
  • 7 Marcoin Francis, « Littérature de jeunesse, critique et histoire littéraire », Argos, op. cit., pp (...)

2Nous nous proposons d’interroger la littérature pour la jeunesse en tant que patrimoine de l’éducation, sous le regard de plusieurs domaines de recherche qui envisagent la notion de patrimoine dans ses différentes composantes : héritage, conservation, transmission, valorisation. La littérature de jeunesse se situe à la croisée d’enjeux économiques, idéologiques, patrimoniaux, éducatifs – ces deux derniers termes étant liés dans l’expression « patrimoine de l’éducation ». Comme en atteste sa présence dans les collections de la BNF, où de précieux exemplaires sont conservés à la Réserve des livres rares, « le livre de jeunesse relève depuis longtemps et de plein droit du patrimoine3 » alors que les livres pour enfants n’y constituent pas un fonds en soi et sont dispersés dans différents départements. En revanche, la bibliothèque de l’INRP (aujourd’hui Ifé), fondée en 1879 par Jules Ferry et Ferdinand Buisson dans le cadre du Musée pédagogique, comporte un fonds spécifique d’ouvrages attachés à l’éducation – manuels scolaires, textes officiels, études sur l’éducation – mais qui ne relèvent pas de la littérature de jeunesse. D’après Annie Rouxel pour qui l’école joue le rôle d’« instance de classicisation », « la notion de patrimoine […] renvoie à la transmission d’un héritage culturel et, de ce fait, à des valeurs identitaires. Les œuvres lues fondent une communauté, construisent des valeurs et un imaginaire collectif4. » En vertu de ces différentes fonctions, le patrimoine, dans son double rôle de socle culturel et de ciment social, s’orne du prestige des monuments historiques. En revanche, pour Brigitte Louichon, l’œuvre patrimoniale est moins à considérer dans son historicité que dans sa vitalité contemporaine, lorsqu’elle engendre différentes réinstanciations, ces « objets discursifs secondaires » qui « constituent les preuves de son actualité et donc de sa patrimonialité5 ». Nous aurons à considérer la littérature pour la jeunesse dans ce va-et-vient entre passé et présent, où se posera de plus la question de la valeur des œuvres car « le patrimoine a connu une mutation fondamentale à la fin des années 1960. Loin de la définition canonique d’un recueil de chefs-d’œuvre, il est devenu une image de la diversité des cultures et des pratiques sociales6. » Dans la mesure où le rattachement des IUFM à l’université en 2008 a intégré les fonds des CRD aux bibliothèques universitaires, la littérature de jeunesse est elle aussi entrée à l’université. Objet longtemps discrédité par son caractère adressé, la littérature pour la jeunesse trouve aujourd’hui sa légitimation dans l’intérêt que lui accorde la recherche. Pour étudier sa transmission et sa valorisation comme patrimoine de l’éducation, on s’attachera aux différentes étapes qui ont contribué à sa lente et tardive légitimation, étapes qui la dotent et d’une histoire et d’une critique7.

Un patrimoine de l’éducation construit au fil de l’histoire

3Écrire l’histoire du livre de jeunesse est une entreprise complexe qui requiert l’attention et la collaboration de plusieurs domaines disciplinaires :

  • 8 Mollier Jean-Yves, « La littérature de jeunesse au carrefour des disciplines », Argos, op. cit., p (...)

« située à l’intersection d’approches complémentaires, relevant de la sociologie, de l’histoire, des sciences politiques, de celles de l’éducation, de l’information et de la communication, de l’économie et du droit, elle exige la mobilisation de méthodes, de savoir-faire et de connaissances difficilement maîtrisables par un seul chercheur. En ce domaine encore plus que dans d’autres, seules des équipes pluridisciplinaires peuvent espérer dominer cette documentation, la hiérarchiser, l’interpréter et la rendre accessible aux utilisateurs8. »

  • 9 L’ouvrage est en fait destiné au Duc de Bourgogne, fils du dauphin, petit-fils de Louis XIV.
  • 10 Ariès Philippe, L’Enfant et la vie de famille sous l’Ancien Régime, Paris, Le Seuil. 1960.
  • 11 Becchi Egle et Julia Dominique, Histoire de l’enfance en Occident, Paris, Le Seuil, 2 vol. 1998.
  • 12 Alexandre-Bidon Danièle, « Du livre d’images à l’image de l’enfant : le livre d’enfance et de jeun (...)
  • 13 Chelebourg Christian, Marcoin Francis, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, 2007, p. 1 (...)
  • 14 Marcoin Francis, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, Paris, Honoré C (...)

4Nombre de chercheurs spécialisés dans le champ du livre de jeunesse ont ouvert différents chantiers en histoire de l’éducation. Un ancrage historique s’avère indispensable pour étudier une littérature où la dimension éducative tient la première place. On date volontiers la naissance de la littérature pour la jeunesse de la fin du xviie siècle avec deux œuvres phares : le Télémaque de Fénelon écrit ad usum delphini, pour un unique élève princier qu’il convient d’éduquer au métier de roi9, et les Contes de Perrault dont la Préface de 1694 affiche l’intention d’instruire et de divertir « tout ensemble » les enfants. D’après Philippe Ariès10, cette naissance serait liée à celle du « sentiment de l’enfance » mais nombre de travaux ont par la suite battu en brèche cette datation11 en réévaluant la place de l’enfant au sein de la famille pendant le Moyen Âge, partant la possibilité de lui adresser des livres12. Dès les ouvrages les plus anciens se signale la prédominance de l’intention éducative, qu’il s’agisse des alphabets, abécédaires, livres de prières ou exempla13 destinés aux enfants de familles nobles ou royales, de l’Orbis Sensualium Pictus de Comenius, qui serait le premier livre illustré pour enfants, en 1658 ou, en ne retenant que les titres les plus connus du siècle suivant, du Magasin des enfants de Madame Leprince de Beaumont, des historiettes édifiantes de Berquin et du Théâtre d’éducation de Madame de Genlis. Mais c’est au xixe siècle, avec la prise en charge de l’instruction publique par l’État et les avancées techniques au service de la fabrication et de la diffusion des livres, que prend véritablement son essor ce que Francis Marcoin qualifie de « librairie de jeunesse » et de « littérature industrielle14 ». Si l’on peut considérer que le patrimoine de l’éducation relève jusque-là de livres anciens, rares et souvent précieux, une ère nouvelle s’ouvre au xixe siècle lorsque le livre entame sa démocratisation avec le manuel scolaire et le livre de prix.

  • 15 Martin Henri-Jean et Chartier Roger, Histoire de l’édition française, vol. 3, Le Temps des éditeur (...)
  • 16 Glénisson Jean, « Introduction », dans Glénisson Jean, Le Livre pour la jeunesse, patrimoine et co (...)
  • 17 Glénisson Jean, « Du livre de prix au livre de jeunesse : naissance d’une édition spécialisée », R (...)
  • 18 Boulaire Cécile, « Une logique de collections : de la “Bibliothèque de la jeunesse chrétienne” à l (...)
  • 19 Boulaire Cécile, Lévêque Mathilde, « À éditeur célèbre, écrivains obscurs ? », dans Boulaire Cécil (...)
  • 20 Hetzel Pierre-Jules, « Préface », dans Desnoyers Louis, Les Aventures de J.-P ? Choppart, rééd. Ha (...)

5L’impact des lois Guizot sur l’édition a été bien étudié par les historiens15 : pour accompagner la prescription de la scolarisation, il faut des livres, des manuels d’une part, des livres de prix de l’autre. Produits en masse désormais, les livres pour la jeunesse vont contribuer à garnir les étagères des bibliothèques scolaires confiées aux instituteurs à partir des circulaires ministérielles de Gustave Rouland en 1860 et 1863. Elles sont « pourvues de livres “récréatifs”, compléments naturels des “livres de classe” et porteurs, comme eux, de la morale et de l’esprit civique qu’il convenait d’inculquer aux jeunes Français16. » La pratique de la distribution des prix s’est généralisée, ouvrant un marché considérable aux éditeurs : « Pour conserver leur clientèle, les pensions et les institutions concurrentes sont contraintes de distribuer à tous leurs élèves, à la fin de l’année scolaire, les livres chatoyants qui récompensent l’“ouvrage” ou l’“application”, quand il est vraiment impossible de reconnaître une aptitude quelconque de l’élève à la géométrie ou à la “composition française17”. » Pour fournir à une demande aussi importante, les éditeurs de province, généralement proches du clergé, se révèlent très productifs, comme Lefort à Lille, Ardant à Limoges, Barbou à Lyon, Mégard à Rouen, Mame à Tours. Dans cette dernière maison, la production se diversifie en de multiples collections dont certaines affichent clairement leur destination, comme la « Bibliothèque de l’enfance chrétienne » au sous-titre explicite : « Encouragements et récompenses18 ». Mame construit un empire qui durera deux siècles, mais ses auteurs resteront obscurs19 car, sous leurs robes colorées, ornementées et brillantes, leurs ouvrages relèvent de ce qu’Hetzel qualifiera plus tard de « tisane littéraire qu’on verse habituellement par petites cuillerées dans l’esprit des enfants20 ». En effet, peu d’auteurs écrivant pour la jeunesse ont survécu hors du trio Ségur, Malot et Verne. Pourtant, nombre d’auteurs prolifiques, qui ont fait en leur temps la fortune de leurs éditeurs, composent un pan important du patrimoine de l’éducation que certains chercheurs mettent en valeur aujourd’hui, comme Francis Marcoin dans son ouvrage somme sur le xixe siècle. On rappellera aussi, dans cette histoire jalonnée de noms, de dates et de titres marquants, les choix éditoriaux et la rivalité de Hachette et Hetzel sous le Second Empire et au-delà, la création par Hachette en 1856 de la « Bibliothèque rose illustrée » où paraîtront les titres de la Comtesse de Ségur, et l’édition de l’Histoire d’une bouchée de pain de Jean Macé par Hetzel. Le titre du périodique Le Magasin d’Éducation et de Récréation créé par Hetzel et Macé en 1864 résume l’ambition d’un programme éducatif qui n’oublie jamais qu’il convient de séduire l’enfant destinataire par la fiction et par les images. Tel sera l’objectif à la fois littéraire et scientifique des romans de Jules Verne publiés chez Hetzel à partir de 1863.

  • 21 Nora Pierre, « Introduction : Entre Mémoire et Histoire », dans Nora Pierre, Les Lieux de mémoire,(...)
  • 22 Ozouf Jacques et Mona, « Le Tour de la France par deux enfants. Le petit livre rouge de la Républi (...)
  • 23 Glénisson Jean, Le Livre pour la jeunesse, op. cit., p. 17.
  • 24 Dontenwille-Gerbaud Aude, « De l’enfant au citoyen : interroger le projet fondateur de la Troisièm (...)
  • 25 Fraisse Emmanuel, « Encyclopédie, livre, carte et voyage circulaire. Le Tour de la France par deux (...)
  • 26 Marcoin Francis, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, op. cit. : « 3  (...)
  • 27 Nières-Chevrel Isabelle, « Des pratiques éditoriales diverses en matière de réédition : livres d’h (...)
  • 28 Nora Pierre, « Introduction : Entre Mémoire et Histoire », dans Nora Pierre Les Lieux de mémoire, (...)

6Cité par Pierre Nora – avec le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson – comme un des « lieux de mémoire » français par excellence – et en tant que tel, à la fois matériel, symbolique et fonctionnel21 –, Le Tour de la France par deux enfants, ce « petit livre rouge de la République22 » paru en 1877 et signé G. Bruno apparaît comme l’exemple accompli du roman scolaire : « Catéchisme laïque, roman initiatique, ce livre était aussi un roman-feuilleton que les enfants découvraient jour après jour à l’heure de la leçon de lecture23. » Le statut de ce livre reste ambigu, à la fois roman aux personnages-miroirs et livre d’école ; de plus on ne saurait l’abstraire de son contexte politique et de sa visée vers un monde rural qu’il fallait gagner aux idées républicaines24. Cependant, pour Emmanuel Fraisse, « [À] certains égards, Le Tour de la France par deux enfants n’est pas loin, ni dans le temps ni dans l’esprit, du projet de Jules Verne tel que le définit Hetzel : résumer toutes les connaissances modernes sous une forme attrayante25. » Souvent qualifié de best-seller pédagogique par sa présence prolongée dans les écoles de France jusqu’au milieu du xxe siècle et par le nombre de ses rééditions jusqu’en ce début de xxie siècle26, il semble incarner à lui seul le livre pour la jeunesse comme patrimoine de l’éducation. Isabelle Nières-Chevrel remarque qu’on le trouve désormais au rayon « Histoire » des librairies car seuls les historiens (de la Troisième République, de l’image, de l’éducation) vont y trouver matière pour leurs recherches27. Pour Pierre Nora, il a quitté « la mémoire collective pour entrer dans la mémoire historique, puis dans la mémoire pédagogique28 ».

  • 29 Bethléem abbé Louis, Romans à lire et romans à proscrire, Paris, Bureau de la Revue des lectures, (...)

7Littérature sous surveillance, la littérature de jeunesse subit censures et pressions idéologiques tout au long du xxe siècle. On connaît le fameux catalogue raisonné de l’abbé Louis Bethléem, Romans à lire et romans à proscrire. Onze fois réédité et augmenté entre 1905 et 1932, l’ouvrage classe les titres en fonction de leur conformité à la morale chrétienne, ce qui réduit considérablement les corpus autorisés. Les plus grands auteurs sont suspects de perversion et seuls sont sauvés ceux, le plus souvent obscurs, dont l’œuvre paraît « honnête », ce qui n’empêche pas l’abbé Bethléem de déplorer que les romans de Zénaïde Fleuriot, pourtant fort dévote, montrent trop de réceptions mondaines qui pourraient fausser la vision du monde du jeune lecteur29.

8Après la Seconde Guerre mondiale, des groupes de diverses obédiences, catholique, laïque et communiste, s’accordent sur la nécessité d’une juridiction afin de s’opposer à l’importation massive d’illustrés en provenance des États-Unis. Il s’agit de maintenir le livre de jeunesse à l’abri d’influences susceptibles de proposer des ouvrages et une presse totalement dépourvus d’ambition éducative. Le Journal de Mickey avait déjà bouleversé le paysage de la presse pour la jeunesse à partir de 1934, mais les super-héros dotés de pouvoirs extraordinaires semblent beaucoup plus inquiétants. La loi du 16 juillet 1949 sur les publications pour la jeunesse est née de ce contexte à la fois moral et politique.

  • 30 Chartier Anne-Marie, « Histoire et représentations scolaires de la littérature enfantine », L’Enfa (...)
  • 31 Lahy-Hollebecque Marie, Les Charmeurs d’enfants, préfacé par Edouard Herriot, Paris, Éds Baudinièr (...)

9Si les actes de censure limitent – au nom de leur visée éducative – ce qu’on peut considérer comme patrimoine de l’éducation en littérature de jeunesse, un geste d’éditeur ouvre, au contraire, le champ des possibles lorsque Pierre Marchand crée en 1972 la collection « Folio junior » où il bascule les titres du fonds Gallimard susceptibles d’être inscrits au catalogue des livres de jeunesse. C’est alors toute la littérature patrimoniale universelle qui entre en littérature de jeunesse, dans des livres au format de poche auxquels une large diffusion est assurée, en texte intégral, mais s’ajustant à un jeune lectorat par une maquette attrayante et une couverture illustrée en couleur. Il s’agit de donner accès à une large culture où s’inscrivent auteurs du passé et du monde entier. Cette ouverture ambitieuse rejoint finalement ce que préconisait l’exigeante liste lauréate du concours organisé en 1950 par la revue L’Éducation nationale, vingt titres relevant du patrimoine international destinés à la lecture des enfants de neuf à douze ans30, voire celle établie par Marie Lahy-Hollebecque et primée lors du concours institué par la Ligue de l’éducation morale en 191931. Cet élargissement de la littérature pour la jeunesse rend sa définition si problématique qu’il faut alors souscrire à la formule bien connue de Jean Perrot déclarant qu’un livre pour enfants « c’est un livre qui apparaît dans le catalogue d’un éditeur pour la jeunesse ».

  • 32 Ibid., p. 28.
  • 33 Ibid., p. 37.
  • 34 Vildrac Charles, ill. Mirande Henri, Vers le travail-Milot, Paris, Société universitaire d’édition (...)
  • 35 Chamboredon Jean-Claude et Fabiani Jean-Louis, « Le champ de l’édition et les définitions sociales (...)
  • 36 Chartier Anne-Marie, op. cit., p. 48.

10Après les gestes de censure et d’ouverture qui déplacent les frontières du livre de jeunesse susceptible de relever d’un patrimoine de l’éducation, il nous faut soupeser l’influence décisive des prescriptions institutionnelles lorsqu’elles inscrivent la littérature de jeunesse au programme de l’école à des fins d’enseignement. Bien avant d’être mentionnée dans les programmes, la littérature de jeunesse est présente dans les pratiques scolaires. « Dans l’entre-deux-guerres, la littérature enfantine s’installe dans l’école, en même temps qu’apparaissent en ville les premières bibliothèques spécialisées pour les enfants32 » ; la pédagogie de la lecture, qui passe par « l’oralisation » des textes, s’appuie volontiers sur « la lecture suivie d’un roman scolaire », preuve « que la littérature de jeunesse peut maintenant faire partie des pédagogies ordinaires33 ». Certains titres d’auteurs célèbres répondent ainsi à la commande d’un éditeur, comme Vers le travail-Milot de Charles Vildrac34, roman découpé en 80 chapitres illustrés, chacun suivi de questions de compréhension. Un article célèbre des sociologues Jean-Claude Chamboredon et Jean-Louis Fabiani souligne les liens étroits noués entre le monde de l’édition et celui de l’école dans les années 1970, l’évolution du marché – et de la création dans le domaine de l’album – étant corrélative de l’accroissement de la scolarisation à l’école maternelle35. Face à la massification de l’enseignement, « bibliothécaires et pédagogues innovateurs s’allient pour disqualifier l’ancien modèle culturel élitiste36 » et pour privilégier le livre de jeunesse. Mais il faut attendre les Instructions officielles de 2002 pour que la littérature de jeunesse devienne officiellement un objet d’enseignement :

  • 37 Zoughebi Henriette, « La littérature, un art nouveau à l’école », BBF, Lire à l’école, 2004, no 1, (...)

« L’entrée de la littérature dans les nouveaux programmes de l’école primaire est un événement de grande portée qui croise des enjeux disciplinaires, artistiques et sociétaux.[…] Pour la première fois dans l’histoire de l’Éducation nationale, la littérature, partie intégrante de ce projet, était placée du côté des arts et non pas seulement du côté de la maîtrise de la langue. […] Il ne s’agit donc pas seulement d’entrouvrir la fenêtre à un « plus » culturel, mais vraiment d’encourager les enfants à découvrir le patrimoine littéraire et artistique en même temps que la création la plus contemporaine37 ».

  • 38 Listes disponibles sur le site du ministère, eduscol.fr.
  • 39 Louichon Brigitte, « Les œuvres de référence du cycle 3. Histoire de la liste », dans Lebrun Marlè (...)
  • 40 Nières-Chevrel Isabelle, « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue d’Histoire Littér (...)

11Des listes d’ouvrages sont publiées par le ministère, d’abord pour le cycle 3, puis pour le cycle 2, listes qui viennent d’être actualisées en 2012, au moment où paraît également une liste pour les collégiens38. Plus d’un millier d’ouvrages sont ainsi signalés aux enseignants au service de l’objectif exprimé dans les programmes : il s’agit de construire une « culture commune » aux enfants scolarisés en France. Si depuis les lois Ferry et durant tout le xxe siècle la scolarisation visait l’unification du pays par la langue, c’est à présent à la littérature, vecteur de culture, que ce rôle est conféré. Parmi les titres proposés pour le primaire, certains sont accompagnés d’une mention visant à les classer dans deux catégories différenciées par les termes « classique » ou « patrimoine ». Il apparaît que les titres dits classiques, parfois récents, sont ceux qui ont rencontré l’adhésion du public et de la critique – et deviennent dignes d’entrer dans les classes, pour reprendre l’une des acceptions de « classique » – tandis que les ouvrages inscrits au « patrimoine », plus anciens, sont tombés dans le domaine public et donc libres de droits39. Dans les deux cas, la littérature de jeunesse est envisagée comme patrimoine de l’éducation, qu’il s’agisse de patrimoine au sens propre, d’héritage transmis qu’il faut faire vivre et fructifier, ou bien de patrimoine à construire pour fédérer une génération. Au moment même où Isabelle Nières-Chevrel écrit que « la littérature d’enfance construit un ensemble de références largement commun à tous les Français et qui est pour l’essentiel indépendant du monde de l’école40 », les listes du ministère favorisent la jonction entre patrimoine privé et patrimoine scolaire, souvent séparés auparavant. Les contes, par exemple, longtemps bannis de l’école, sont aujourd’hui prescrits à tous les échelons de la scolarisation. On ajoutera que l’inscription de l’histoire des arts aux programmes de 2008 pour l’école primaire valorise la dimension artistique de la littérature, considérée comme art du langage : les titres proposés, à la fois classiques – cette fois au sens de consacrés par la postérité – et patrimoniaux, font partie de ceux que l’on retrouve régulièrement, sous un habillage adapté, dans l’édition pour la jeunesse ainsi que dans les corpus scolaires.

  • 41 Chatenay-Dolto Véronique, « Conserver les collections pour la jeunesse, un enjeu pour la politique (...)

12Après avoir parcouru rapidement les principales étapes de l’histoire de la littérature de jeunesse sous l’angle de sa patrimonialisation à des fins éducatives, nous nous intéresserons plus précisément à sa valorisation par la recherche qui est relativement récente. « Le renouvellement des études historiques a […] modifié le regard porté sur les publications destinées aux enfants. Jusqu’à une période très récente, on ne considérait pas que ces publications pouvaient présenter un intérêt scientifique, qu’elles pouvaient offrir aux chercheurs un vrai terrain d’investigation41. » Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Un patrimoine de l’éducation valorisé par la recherche universitaire

  • 42 Latzarus Marie-Thérèse, La Littérature enfantine en France dans la seconde moitié du xixe siècle, (...)
  • 43 Marcoin Francis, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, op. cit., p. 83 (...)

13La recherche en littérature de jeunesse n’est pas encore centenaire : en effet, la première thèse consacrée à cet objet en France date de 1923, La Littérature enfantine en France dans la seconde moitié du xixe siècle42, de Marie-Thérèse Latzarus qui s’est par la suite consacrée à l’écriture d’ouvrages pour enfants. Cette thèse présente pour intérêt de mettre en perspective les livres destinés à la jeunesse depuis le xviie siècle et surtout la production du xixe siècle avec ses prolifiques auteurs féminins tombés depuis dans l’oubli, comme, entre autres, Julie Gouraud, Victorine Monniot, Julie Lavergne, Joséphine Colomb, à qui Francis Marcoin accorde toute son attention dans son étude sur la « littérature industrielle ». Il s’agit pour lui, comme le dit son explicit à valeur programmatique, d’« une immense somme de textes qui apparaît aujourd’hui tel un continent à découvrir, au même titre que ces territoires arctiques ou antarctiques, ces pôles, ces Indes noires, inépuisables réservoirs de la librairie d’éducation et de récréation43. » Il est ainsi posé que ces ouvrages oubliés relèvent d’un patrimoine de l’éducation que la recherche a pour mission de mettre en valeur en le replaçant dans son contexte historique.

  • 44 Renonciat Annie, « Critiquer la littérature de jeunesse dans les années 20 », Cahiers Robinson, no(...)
  • 45 Lahy-Hollebecque Marie, Les Charmeurs d’enfants, op. cit.
  • 46 Escarpit Denise, « L’image et l’enfant. La lecture du livre d’images par les tout petits », dans T (...)
  • 47 Les deux derniers livres de Jean Perrot témoignent de son universelle curiosité : Mondialisation e (...)
  • 48 Michel Manson est en charge de l’entrée « Pédagogie et littérature de jeunesse » du Dictionnaire d (...)

14Rares sont les universitaires qui s’intéressent aux livres pour enfants avant le tournant des années 1970. Les travaux des précurseurs suivent les avancées de la « pédagogie nouvelle » et de la « psychologie nouvelle » qui reconsidèrent l’image de l’enfant dans les années 1930. Le comparatiste Paul Hazard publie en 1932, dans la collection « Éducation » lancée par Paul Faucher chez Flammarion, Les Livres, les enfants et les hommes, souvent cité comme le premier ouvrage consacré à la littérature de jeunesse. Il réunit plusieurs articles publiés dans la presse sur Pinocchio, Cuore, les contes d’Andersen, et développe des thèses sur « la portée humaniste de la littérature enfantine44 ». Mais il a été précédé en 1928 par Les Charmeurs d’enfants45 de Marie Lahy-Hollebecque, engagée dans de multiples actions en faveur de l’enfance. Citons enfin la chronique assurée par le philosophe Marc Soriano, à la demande d’Henri Wallon, dans la revue Enfance, à partir de 1955 jusqu’à 1968. Son Guide de littérature pour la jeunesse publié en 1974 chez Flammarion reste une référence aujourd’hui, mais à cette date, d’autres chercheurs commencent à s’intéresser aux livres pour enfants au point d’en faire leur principal objet d’étude. Les premières publications universitaires de deux pionnières, Denise Escarpit et Isabelle Nières-Chevrel, paraissent en 197246. Il n’est pas indifférent que toutes deux soient anglicistes et comparatistes, étant donné la richesse de la littérature de jeunesse britannique et sa valorisation dans son propre pays. Un peu plus tard, Jean Perrot, également angliciste et comparatiste, amplifiera cette démarche d’ouverture car le patrimoine de la littérature de jeunesse ne saurait s’envisager d’un strict point de vue national et concerne tous les pays du monde47. Nombre de chercheurs issus de différentes disciplines enrichissent par là le regard porté sur les livres pour enfants : sociologues comme Marie-Josée Chombart de Lauwe qui explore les problématiques liées au genre ; linguistes comme Monique Chassagnol, auteur d’une thèse sur Peter Pan ou Mariella Colin qui étudie la littérature de jeunesse italienne au xixe siècle ; historiens comme Michel Manson48 qui, à partir du fonds du Musée de l’éducation de Rouen, s’attache aux livres pour enfants publiés sous la Révolution ou Annie Renonciat, auteur d’une thèse sur Le Livre d’enfance et de jeunesse dans les années 1920 (1919-1931) et qui s’intéresse aux images.

  • 49 Beaude Pierre-Marie, Petitjean André, Privat Jean-Marie (dir.), La Scolarisation de la littérature (...)
  • 50 Perrot Jean, « Recherche et littérature de jeunesse en France. Recherche pure ou appliquée ? », BB (...)
  • 51 Rouxel Annie, Langlade Gérard, Sujet lecteur et enseignement de la littérature, Rennes, PUR, 2004.
  • 52 Louichon Brigitte, Rouxel Annie, Littérature en corpus. Corpus implicites, explicites, virtuels, S (...)

15La création des IUFM en 1991 voit se mobiliser des chercheurs avant tout centrés sur les questions d’éducation. Le colloque consacré à La Scolarisation de la littérature de jeunesse49 en 1996 croise les regards d’historiens, de sociologues et de didacticiens sur un objet multiforme – de la robinsonnade du xixe siècle à l’album contemporain – que l’école est en train de s’approprier. Lorsque Jean Perrot s’interroge en 1999 sur la recherche en littérature de jeunesse, à l’heure où se multiplient les études de réception, il se demande si l’on doit l’envisager sous l’angle de la « recherche pure ou appliquée50 ». On observe que les Rencontres annuelles des chercheurs en didactique de la littérature, initiées au début des années 2000, s’appuient de plus en plus au fil du temps sur des corpus de littérature de jeunesse : cette évolution se marque nettement si l’on compare les Rencontres de 200451, où quatre interventions seulement sur trente portent sur ce domaine alors qu’on en compte dix-huit sur vingt-cinq lors de celles de 200952.

  • 53 Mongenot Christine, « Quelques éléments pour une réflexion », Recherches et formations en littérat (...)

16L’ampleur prise par la recherche en littérature de jeunesse apparaît très visiblement lorsque l’on compare deux publications émanant de colloques organisés par la Bibliothèque Nationale de France en collaboration avec le monde de l’éducation. Le premier colloque s’est tenu en 2002, lors de l’entrée officielle de la littérature de jeunesse dans les programmes scolaires, et ses actes ont été publiés l’année suivante dans un hors-série d’Argos, revue du CRDP de l’Académie de Créteil, numéro intitulé Se former à la littérature de jeunesse aujourd’hui. Le second se propose de faire le point une décennie plus tard et les actes en sont publiés en 2012 par le secteur jeunesse de la BNF sous le titre Recherches et formations en littérature de jeunesse : état des lieux et perspectives. Les états des lieux opérés quantifient le nombre de thèses soutenues, dont l’accroissement se révèle considérable : 141 entre 1973 et 2002, 139 de 2002 à 2010. Le titre de la seconde publication atteste que le rôle de la recherche est devenu prioritaire. Si l’on retrouve dans le sommaire de 2012 les noms de certains chercheurs de 2003 (Max Butlen, fondateur de la revue Argos et rattaché à l’université coorganisatrice, Francis Marcoin, Isabelle Nières-Chevrel, Jean Perrot), l’origine des autres contributeurs a changé. En 2003, six d’entre eux viennent du monde de la bibliothèque, cinq de l’université, cinq de l’IUFM et trois de domaines divers (un libraire, un auteur, un animateur) ; en 2012, un seul intervenant représente la bibliothèque, et les dix-neuf autres l’université (à laquelle les IUFM sont désormais intégrés), dix d’entre eux étant rattachés aux IUFM où la littérature de jeunesse est envisagée dans la perspective de son enseignement. Sous le parrainage de la BNF qui a pris en charge la manifestation et la publication, la recherche, en particulier dans le domaine de l’éducation, apparaît privilégiée. Il est cependant souligné que la « tendance à la professionnalisation des formations universitaires » fait peser un « risque de segmentation de la littérature de jeunesse en approches fonctionnelles53 ».

  • 54 Perrot Jean, « La littérature d’enfance et de jeunesse », dans Brunel Pierre, Chevrel Yves (dir.),(...)
  • 55 Perrot Jean, « Les grands courants de la recherche en littérature de jeunesse et le prix de la Cri (...)
  • 56 Perrot Jean, Du jeu, des enfants et des livres à l’heure de la mondialisation, op. cit., Chapitre (...)
  • 57 Lévêque Mathilde, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Ren (...)

17La valorisation de la littérature de jeunesse prend des formes diverses : publications, expositions, manifestations scientifiques, programmes de recherche. Depuis 198854, Jean Perrot a consacré à plusieurs reprises articles et chapitres d’ouvrages à un bilan sur les recherches dans ce domaine. Dans le numéro de la revue Argos évoqué ci-dessus55, il recense les différents courants de la recherche et s’attarde sur le Prix de la Critique décerné chaque année pour récompenser les travaux les plus notables par l’Institut International Charles Perrault, qu’il a fondé en 1994 et dirigé pendant dix ans. Le premier chapitre de son dernier ouvrage, paru en 2011, fait l’état des lieux des recherches accomplies au début du xxie siècle56. Nous renvoyons à cette riche synthèse des travaux effectués en France et à l’étranger, dont Jean Perrot souligne volontiers la dimension patrimoniale, par exemple lorsque Mathilde Lévêque étudie le patrimoine méconnu du livre de jeunesse français et allemand pendant l’entre-deux-guerres57.

  • 58 Association française sur les livres et les objets culturels de l’enfance, fondée en 2001 par Mich (...)
  • 59 Avec la collaboration de Ezraty Viviane et Lévêque Françoise, Agence culturelle de Paris, 1992.
  • 60 INRP, Musée national de l’Éducation, Rouen, 2008.
  • 61 Pour le premier, coédition Le Seuil/BNF, 2001 ; le second est édité par la BNF, 2008.
  • 62 Bishop Marie-France, Fort Pierre-Louis, « Présentation de l’enquête “État des lieux des recherches (...)
  • 63 Poulot Dominique, « La représentation du patrimoine des bibliothèques, xvie-xxe siècle », art. cit (...)

18Aujourd’hui, deux revues se consacrent entièrement à la recherche en littérature pour la jeunesse, l’une sur papier, l’autre en ligne. Créés en 1997 par Francis Marcoin, les Cahiers Robinson émanent de l’équipe d’accueil Textes et cultures de l’Université d’Artois. Plusieurs des numéros bisannuels témoignent d’un évident souci patrimonial lorsqu’ils se centrent, par exemple, sur les œuvres d’Henri Bosco, d’Hector Malot, sur « Le roman scolaire, entre littérature et pédagogie » ou sur des collections disparues comme « Rouge et or » et « Page blanche ». La jeune revue Strenae, créée en 2010 et publiée par l’Afreloce58 bénéficie du soutien du Centre national de littérature pour la jeunesse, La joie par les livres/BNF et des universités Paris-Ouest, Paris 13 et François-Rabelais (Tours). Son premier numéro était consacré à l’éditeur Delpire, précurseur du renouvellement de l’album au milieu du xxe siècle, et elle publie à présent deux numéros par an. Les catalogues publiés à l’occasion d’expositions consacrées au livre de jeunesse permettent d’accéder à de précieux documents patrimoniaux, accompagnés d’un commentaire scientifique. On citera Livre mon ami, Lectures enfantines 1914-1954, catalogue établi par Annie Renonciat59, Trois siècles de publications pour la jeunesse (du xviiie au xxe siècle) au Musée national de l’Éducation, sous la direction de Marie-Françoise Boyer-Vidal et Francis Marcoin60 et les catalogues dirigés par Olivier Piffault à la suite des deux grandes expositions du xxie siècle à la Bibliothèque nationale de France : Il était une fois… les contes de fées et Babar, Harry Potter et Cie. Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui61. Les manifestations scientifiques consacrées à la littérature de jeunesse – colloques, journées d’études, séminaires, conférences – se font si nombreuses que le dernier état des lieux proposé pour la décennie 2002-2011 renonce à « toute tentative pour [les] dénombrer avec précision62 ». Un indicateur intéressant peut être que cinq projets financés par l’Agence Nationale de la Recherche et déposés entre 2008 et 2011 concernent la littérature de jeunesse. Le premier, porté par Cécile Boulaire, sur Mame, éditeur de Tours, a été valorisé par une exposition, un site et l’ouvrage publié en 2012 Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, que nous évoquions plus haut. Alors que les archives de Mame ont brûlé en juin 1940, l’ouvrage reconstitue grâce à la collaboration d’historiens, d’historiens d’art et de littéraires, l’histoire d’une maison d’édition provinciale et catholique qui a joué un rôle majeur pour produire et diffuser des livres destinés à la jeunesse avant même les grands éditeurs du xixe siècle, Hachette et Hetzel. Qu’elle n’ait produit aucun chef-d’œuvre ne disqualifie pas l’entreprise car la recherche peut s’attacher aux formes littéraires les moins légitimées qui relèvent au même titre du patrimoine : comme le rappelle Dominique Poulot, si l’on revient à l’origine du mot « patrimoine », il renvoie à ce qui est hérité et « n’évoque donc pas a priori le trésor ou le chef-d’œuvre63 ». Après avoir longtemps « désherbé » les ouvrages jugés indignes d’être conservés, le monde de la bibliothèque est devenu un artisan essentiel de la patrimonialisation de la littérature de jeunesse, comme le rappelle Nic Diament :

  • 64 Diament Nic, « De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial », BBF, 2004, no 5 (...)

« Ce souci – relativement récent – de conservation est évidemment lié au fait que l’ensemble de cette littérature a acquis une dimension patrimoniale qu’on lui déniait auparavant (ou que, du moins, on réservait à une toute petite partie de cette production). […] Cette petite partie de la littérature jeunesse mise à part, il existait jusqu’à récemment une contradiction fondamentale entre production pour la jeunesse et souci patrimonial. […] Ce n’est que quand la “doxa” du patrimoine écrit a évolué et pris en compte des pans entiers de l’édition, traditionnellement méprisés par les bibliophiles, les collectionneurs, les érudits, et donc absents des fonds privés et des collections publiques, qu’on a pris en compte le caractère “rare et précieux” – à défaut d’être ancien ! – de la littérature enfantine64 ».

  • 65 Mollier Jean-Yves, « La littérature de jeunesse au carrefour des disciplines », Argos, op. cit., p (...)
  • 66 Rouvière Nicolas, Bande dessinée et enseignement des humanités, Grenoble, ELLUG, 2012.
  • 67 Trois articles publiés dans l’ouvrage ci-dessus concernent l’adaptation des œuvres patrimoniales e (...)

19Sont ainsi étudiées par la recherche toutes les formes de cette littérature, jusqu’aux moins légitimes, comme les séries, réhabilitées et conservées à présent que leur intérêt patrimonial a été reconnu. Cette évolution s’inscrit en parallèle de celle des études littéraires où la littérature de jeunesse, comme la bande dessinée, les littératures populaires et tout ce qui relevait auparavant des « mauvais genres » fait désormais l’objet de recherches universitaires. On rejoint ici la conception de l’histoire du livre de jeunesse exposée par Jean-Yves Mollier, « histoire ouverte, […] débarrassée des préjugés et des jugements de valeur sur les bons et les mauvais livres, la grande littérature et la sous ou paralittérature, les mauvais genres, le canon, elle puise sa vigueur dans une conception de la culture qui s’apparente à celle des ethnologues et non à celle des puristes ou des esthètes65. » L’ouvrage paru en 2012 sur Bande dessinée et enseignement des humanités66 montre comment le médium populaire qui s’empare des œuvres patrimoniales se met au service de l’enseignement de la littérature, de l’histoire, des langues et des civilisations étrangères : ainsi, la bande dessinée réécrivant La Recherche du temps perdu, les Fables de La Fontaine, La Double inconstance de Marivaux67, fait entrer le patrimoine littéraire dans les classes et s’inscrit à son tour dans le patrimoine de l’éducation.

  • 68 Poulot Dominique, Le Patrimoine, histoire, pratiques et perspectives, op. cit., p. 20.
  • 69 Elle ouvre l’ouvrage de Denise Escarpit, La Littérature de jeunesse, itinéraires d’hier à aujourd’ (...)
  • 70 Butor Michel, « Lectures de l’Enfance », Répertoire III, Paris, Le Seuil, 1968, p. 260.

20Si l’objet littérature de jeunesse change de définition, de forme et d’usage selon l’angle de recherche sous lequel on le considère, historique, littéraire ou pédagogique, l’envisager en tant que patrimoine de l’éducation illustre les trois aspects de « l’attitude patrimoniale » soulignés par Dominique Poulot : « la vertu de transmettre, la fierté communautaire, l’investissement pédagogique68 ». La recherche a permis de réhabiliter un domaine longtemps déconsidéré alors qu’il résonne fortement dans la mémoire singulière et collective et qu’il peut contribuer à bâtir une culture commune, aussi nous plaît-il de citer pour finir une phrase souvent convoquée par les chercheurs en littérature de jeunesse69, celle de Michel Butor qui déclare « fondamentale pour l’étude de tout écrivain, de tout lecteur, donc de nous tous, la constellation des livres de notre enfance70 ».

Notes

1 Poulot Dominique, « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie no 19, 2006, http://socioanthropologie.revues.org/index753.html (consulté le 3 mars 2013).

2 Poulot Dominique, « La représentation du patrimoine des bibliothèques, xvie-xxe siècle », dans Oddos Jean-Paul (dir.), Le Patrimoine, histoire, pratiques et perspectives, Paris, Éds du Cercle de la Librairie, 1997, p. 20.

3 Sanson Jacqueline, « Ouvertures », Argos, « Se former à la littérature de jeunesse aujourd’hui », hors-série no 4, printemps 2003, p. 5.

4 Rouxel Annie, « Usure et renouvellement des corpus : l’école comme instance de classicisation », dans Louichon Brigitte, Rouxel Annie (dir.), Du corpus scolaire à la bibliothèque intérieure, Rennes, PUR, 2010, p. 116.

5 Louichon Brigitte, « Définir la littérature patrimoniale », dans De Peretti Isabelle, Ferrier Béatrice, Enseigner les classiques aujourd’hui, approches critiques et didactiques, Bruxelles, Peter Lang, 2012, p. 41.

6 Poulot Dominique, « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie no 19, 2006.

7 Marcoin Francis, « Littérature de jeunesse, critique et histoire littéraire », Argos, op. cit., pp. 84-88

8 Mollier Jean-Yves, « La littérature de jeunesse au carrefour des disciplines », Argos, op. cit., p. 94.

9 L’ouvrage est en fait destiné au Duc de Bourgogne, fils du dauphin, petit-fils de Louis XIV.

10 Ariès Philippe, L’Enfant et la vie de famille sous l’Ancien Régime, Paris, Le Seuil. 1960.

11 Becchi Egle et Julia Dominique, Histoire de l’enfance en Occident, Paris, Le Seuil, 2 vol. 1998.

12 Alexandre-Bidon Danièle, « Du livre d’images à l’image de l’enfant : le livre d’enfance et de jeunesse au Moyen Âge », dans, L’Enfance à travers le mois du patrimoine écrit, co-éd. ARALD, Ville d’Annecy, 2002, pp. 135-148 ; Manson Michel, « L’image “malgré tout”, dans les livres pour enfants du xvie au milieu du xviiie siècle », dans Renonciat Annie (dir.), L’Image pour enfants : pratiques, normes, discours (France et pays francophones, xvie-xxe siècles), Poitiers, Maison des Sciences de l’Homme/La Licorne, 2003, pp. 11-30.

13 Chelebourg Christian, Marcoin Francis, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, 2007, p. 12.

14 Marcoin Francis, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 2006.

15 Martin Henri-Jean et Chartier Roger, Histoire de l’édition française, vol. 3, Le Temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Promodis, 1985 ; Mollier Jean-Yves, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999. Huguet Françoise, Les livres pour l’enfance et la jeunesse de Gutenberg à Guizot. Les collections de la bibliothèque de l’Institut national de recherche pédagogique, Paris, INRP, Klincksieck, 1997.

16 Glénisson Jean, « Introduction », dans Glénisson Jean, Le Livre pour la jeunesse, patrimoine et conservation répartie, Paris, BNF, 2001, p. 18.

17 Glénisson Jean, « Du livre de prix au livre de jeunesse : naissance d’une édition spécialisée », Revue française d’histoire du livre, no 82-83, Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Société des Bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 16.

18 Boulaire Cécile, « Une logique de collections : de la “Bibliothèque de la jeunesse chrétienne” à la “Bibliothèque des petits enfants” », dans Boulaire Cécile (dir.), Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, Rennes, PUR, 2012, p. 244.

19 Boulaire Cécile, Lévêque Mathilde, « À éditeur célèbre, écrivains obscurs ? », dans Boulaire Cécile (dir.), Mame, op. cit., pp. 381-392.

20 Hetzel Pierre-Jules, « Préface », dans Desnoyers Louis, Les Aventures de J.-P ? Choppart, rééd. Hachette, 1921, p. VI.

21 Nora Pierre, « Introduction : Entre Mémoire et Histoire », dans Nora Pierre, Les Lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, p. xxxiv.

22 Ozouf Jacques et Mona, « Le Tour de la France par deux enfants. Le petit livre rouge de la République », dans Nora Pierre, Les Lieux de mémoire, tome 1, op. cit., pp. 291-321.

23 Glénisson Jean, Le Livre pour la jeunesse, op. cit., p. 17.

24 Dontenwille-Gerbaud Aude, « De l’enfant au citoyen : interroger le projet fondateur de la Troisième République », dans Cani Isabelle, Chabrol-Gagne Nelly, d’Humières Catherine, Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2008, pp. 71-83.

25 Fraisse Emmanuel, « Encyclopédie, livre, carte et voyage circulaire. Le Tour de la France par deux enfants », Cahiers Robinson, no 3, Voyages d’enfants : « Tours », 1998, p. 32.

26 Marcoin Francis, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, op. cit. : « 3 millions d’exemplaires en dix ans. En 1901, 6 millions en sont vendus, pour arriver en 1976 à un total de 8,4 millions », p. 660. Ajoutons que la maison Belin en publiait encore un fac-similé au début des années 2000.

27 Nières-Chevrel Isabelle, « Des pratiques éditoriales diverses en matière de réédition : livres d’hier pour enfants d’aujourd’hui », dans Ezraty Viviane, Lévêque Françoise (dir.), Le Livre pour la Jeunesse, un patrimoine pour l’avenir, Actes des rencontres interprofessionnelles organisées par la Bibliothèque l’Heure Joyeuse, Paris, Les Bibliothèques de la ville de Paris, 1997, p. 56.

28 Nora Pierre, « Introduction : Entre Mémoire et Histoire », dans Nora Pierre Les Lieux de mémoire, tome 1, op. cit., p. xxxvi.

29 Bethléem abbé Louis, Romans à lire et romans à proscrire, Paris, Bureau de la Revue des lectures, 7e édition, 1921, p. 247.

30 Chartier Anne-Marie, « Histoire et représentations scolaires de la littérature enfantine », L’Enfance à travers le mois du patrimoine écrit, op. cit., p. 44-45.

31 Lahy-Hollebecque Marie, Les Charmeurs d’enfants, préfacé par Edouard Herriot, Paris, Éds Baudinière, 1928, p. 198.

32 Ibid., p. 28.

33 Ibid., p. 37.

34 Vildrac Charles, ill. Mirande Henri, Vers le travail-Milot, Paris, Société universitaire d’éditions et de librairie, 1933.

35 Chamboredon Jean-Claude et Fabiani Jean-Louis, « Le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance », Actes de la recherche en sciences sociales 1, 1977, p. 65.

36 Chartier Anne-Marie, op. cit., p. 48.

37 Zoughebi Henriette, « La littérature, un art nouveau à l’école », BBF, Lire à l’école, 2004, no 1, p. 42-44, [en ligne] http://bbf.enssib.fr/ (consulté le 6 mars 2013).

38 Listes disponibles sur le site du ministère, eduscol.fr.

39 Louichon Brigitte, « Les œuvres de référence du cycle 3. Histoire de la liste », dans Lebrun Marlène et Vargas Claude (dir.), La Littérature et l’école. Enjeux, résistances, perspectives, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2007, pp. 89-98.

40 Nières-Chevrel Isabelle, « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue d’Histoire Littéraire de la France, no 1, 2002, p. 98.

41 Chatenay-Dolto Véronique, « Conserver les collections pour la jeunesse, un enjeu pour la politique publique du livre », Le Livre pour la jeunesse, patrimoine et conservation répartie, Paris, BNF, 2001, p. 12.

42 Latzarus Marie-Thérèse, La Littérature enfantine en France dans la seconde moitié du xixe siècle, étude précédée d’un rapide aperçu des lectures des enfants en France avant 1860, Paris, PUF, 1923.

43 Marcoin Francis, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, op. cit., p. 831.

44 Renonciat Annie, « Critiquer la littérature de jeunesse dans les années 20 », Cahiers Robinson, no 24, 2008, p. 123.

45 Lahy-Hollebecque Marie, Les Charmeurs d’enfants, op. cit.

46 Escarpit Denise, « L’image et l’enfant. La lecture du livre d’images par les tout petits », dans Thibault-Laulan Anne-Marie, Image et communication, Encyclopédie universitaire, Paris, Éditions Universitaires, 1972, pp. 75-105 ; Nières-Chevrel Isabelle, « Didactisme et censure dans la littérature enfantine », La Pensée, avril 1972, pp. 44-53 ; « Recherches sur la littérature enfantine », Interférences, 1972, no 1 et 2, pp. 37-62 et 78-106.

47 Les deux derniers livres de Jean Perrot témoignent de son universelle curiosité : Mondialisation et littérature de jeunesse et Du jeu, des enfants et des livres à l’heure de la mondialisation, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, respectivement 2008 et 2011.

48 Michel Manson est en charge de l’entrée « Pédagogie et littérature de jeunesse » du Dictionnaire de littérature de jeunesse à paraître en 2013 aux éditions du Cercle de la Librairie sous la direction d’Isabelle Nières-Chevrel et de Jean Perrot.

49 Beaude Pierre-Marie, Petitjean André, Privat Jean-Marie (dir.), La Scolarisation de la littérature de jeunesse, Metz, Presses Universitaires de Metz, 1996.

50 Perrot Jean, « Recherche et littérature de jeunesse en France. Recherche pure ou appliquée ? », BBF, t. 44, no 3, 1999, pp. 13-24.

51 Rouxel Annie, Langlade Gérard, Sujet lecteur et enseignement de la littérature, Rennes, PUR, 2004.

52 Louichon Brigitte, Rouxel Annie, Littérature en corpus. Corpus implicites, explicites, virtuels, Scérén, CRDP de Bourgogne, 2009.

53 Mongenot Christine, « Quelques éléments pour une réflexion », Recherches et formations en littérature de jeunesse : état des lieux et perspectives, Paris, BNF, 2012, p. 59.

54 Perrot Jean, « La littérature d’enfance et de jeunesse », dans Brunel Pierre, Chevrel Yves (dir.), Précis de littérature comparée, Paris, PUF, 1988, pp. 299-319.

55 Perrot Jean, « Les grands courants de la recherche en littérature de jeunesse et le prix de la Critique », Argos, op. cit., pp. 70-78.

56 Perrot Jean, Du jeu, des enfants et des livres à l’heure de la mondialisation, op. cit., Chapitre I : « État des lieux : la recherche sur la littérature de jeunesse en ce début de millénaire », pp. 23-95

57 Lévêque Mathilde, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, PUR, 2011.

58 Association française sur les livres et les objets culturels de l’enfance, fondée en 2001 par Michel Manson et Annie Renonciat.

59 Avec la collaboration de Ezraty Viviane et Lévêque Françoise, Agence culturelle de Paris, 1992.

60 INRP, Musée national de l’Éducation, Rouen, 2008.

61 Pour le premier, coédition Le Seuil/BNF, 2001 ; le second est édité par la BNF, 2008.

62 Bishop Marie-France, Fort Pierre-Louis, « Présentation de l’enquête “État des lieux des recherches” », Recherches et formations en littérature de jeunesse : état des lieux et perspectives, op. cit., p. 20.

63 Poulot Dominique, « La représentation du patrimoine des bibliothèques, xvie-xxe siècle », art. cit., p. 18.

64 Diament Nic, « De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial », BBF, 2004, no 5, pp. 65-73, http://bbf.enssib.fr/ (consulté le 10 janvier 2013).

65 Mollier Jean-Yves, « La littérature de jeunesse au carrefour des disciplines », Argos, op. cit., p. 94.

66 Rouvière Nicolas, Bande dessinée et enseignement des humanités, Grenoble, ELLUG, 2012.

67 Trois articles publiés dans l’ouvrage ci-dessus concernent l’adaptation des œuvres patrimoniales en bandes dessinées : Perrier Guillaume, « Images, didactique, mémoire : Proust à travers quelques bandes dessinées », pp. 183-197 ; Louichon Brigitte, « Fables en BD : la contrainte du texte », pp. 171-182 ; Connan-Pintado Christiane, « Instruire et plaire : le projet éducatif et culturel d’Yvan Pommaux », pp. 141-156.

68 Poulot Dominique, Le Patrimoine, histoire, pratiques et perspectives, op. cit., p. 20.

69 Elle ouvre l’ouvrage de Denise Escarpit, La Littérature de jeunesse, itinéraires d’hier à aujourd’hui (Magnard, 2008) et clôt l’article d’Isabelle Nières-Chevrel, « Faire une place à la littérature de jeunesse », art. cit., p. 114.

70 Butor Michel, « Lectures de l’Enfance », Répertoire III, Paris, Le Seuil, 1968, p. 260.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search