Version classiqueVersion mobile

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Deuxième partie. Le patrimoine éducatif exploré par les historiens

Chapitre 13. Étudier l’Alma mater

Pour une histoire renouvelée de l’enseignement supérieur en France à l’époque contemporaine

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Bourdieu Pierre, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.
  • 2 Viry Laurence, Le Monde vécu des universitaires ou la république des Egos, Rennes, PUR, 2006.
  • 3 Langlois Charles-Victor et Seignobos Charles, Introduction aux études historiques, Paris, (1898), r (...)
  • 4 Soulié Charles, « Présentation générale », dans Soulié Charles (dir.), Un mythe à détruire ? Vincen (...)
  • 5 Picard Emmanuelle, « Avant-propos », dans Picard Emmanuelle (dir.), L’Enseignement supérieur. Bilan (...)
  • 6 Charle Christophe, « Réinventer l’histoire des universités » dans Soulié Charles (dir.), Un Mythe à (...)

1Au sein du monde universitaire très codifié dans lequel vit Homo academicus1, il est souvent signalé l’existence d’habitus, sinon de rites, d’un autre âge, que l’on critique leur survivance ou que l’on regrette leur étiolement contemporain. Dans cette altière République des egos2, où s’organisent régulièrement des « bûchers des vanités », vanités sans cesse reconstituées cependant, l’usage veut que l’enseignant-chercheur, dans son travail scientifique, use de son esprit raisonnable et fasse preuve d’esprit critique, tenant à distance ses émotions, son ressenti, son vécu. L’historien en particulier, fortement marqué par le discours de la méthode mis au point par Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos en 18983, a longtemps tenu à distance le temps présent, au nom du nécessaire recul, tout comme il se défie d’analyses l’engageant personnellement. C’est peut-être à ce titre qu’en France, les historiens ont longtemps délaissé l’histoire de leur propre institution, à savoir l’université, préférant ne pas écrire sur « leur monde », sous peine d’être accusés de nombrilisme réducteur. Charles Soulié en fait d’ailleurs un clair constat dans l’introduction à son histoire de l’Université de Vincennes. « Ce travail nous a placés devant des problèmes épistémologiques, politiques, mais aussi affectifs, pour nous inédits. Ce qui, dans un souci de distanciation, explique déjà notre recours à l’histoire4. » En prenant le monde universitaire comme objet de ses analyses, l’historien serait ainsi à la limite de l’entrée en analyse, forme de catharsis de papier, et dans l’écriture d’une forme d’ego-histoire. À cet élément, s’ajoute, l’importance, pour la France, de la rupture révolutionnaire (1793) qui ferme l’ensemble des universités nées depuis le Moyen Âge et vient ainsi briser certaines continuités, tout en mettant en place la dualité spécifique de notre enseignement supérieur fondée sur les universités et les grandes écoles. Le choix napoléonien (1808) d’une reconstruction universitaire basée sur des structures de taille réduite et très disciplinaires – les facultés – dépendantes de l’État central, et non sur le retour à de vastes établissements dotés d’autonomie – les universités – se maintient pendant la plus grande partie du xixe siècle alors que la rupture de 1968, par la loi Faure, vient de nouveau bouleverser le schéma institutionnel de l’université française, brouillant les pistes pour de possibles études sur la longue durée. Pour le second xxe siècle viennent s’ajouter à ces facteurs incitatifs à la non-étude scientifique, des problèmes de sources archivistiques, par l’absence de politique cohérente de conservation. Dès lors, comme le relève Emmanuelle Picard : « Comparée à l’importante bibliographie dont bénéficient les autres niveaux d’enseignement, l’histoire de l’enseignement supérieur apparaît comme le parent pauvre de l’histoire de l’éducation en France5. » À propos de Vincennes, Christophe Charle, relève lui aussi que : « L’histoire des universités, et tout particulièrement l’histoire récente des universités, est la parente pauvre des recherches en histoire ou en sociologie6. » Rien de comparable en effet avec les nombreux travaux dont on dispose sur les universités anglo-saxonnes ou allemandes, l’histoire des universités y disposant également de ses propres revues scientifiques. Mais si le retard français ne peut être nié, nous ne sommes cependant pas face à une tabula rasa, des travaux importants permettant désormais de bien baliser le territoire et d’isoler des fronts pionniers.

L’histoire des institutions universitaires : des avancées déjà nombreuses pour un patrimoine archivistique contrasté

2L’histoire des universités, dans son renouvellement actuel, peut s’appuyer sur des travaux déjà nombreux et sur des ressources archivistiques diversifiées qu’il faut, pour le second xxe siècle, continuer à inventorier et à sauvegarder.

Sur les sentiers bien balisés : un socle commun de connaissances sur les universités

  • 7 Le Goff Armelle, « Les hommes et les femmes de l’Université aux Archives nationales », dans Le Goff(...)
  • 8 Archives nationales, F17 20001 à 29294, dossiers personnels de retraite.

3Les sources qui permettent de faire l’histoire des universités et des facultés au xixe-xxe siècles sont nombreuses à la fois aux Archives nationales (sous-série F17, sous-série AJ 16) et dans les services des Archives départementales concernées par la présence d’une institution universitaire, mais aussi dans d’autres structures plus spécifiques, en particulier dans les établissements eux-mêmes. Les Archives nationales conservent de très nombreux dossiers comme le montre Armelle Le Goff7. En raison du système centralisé et de l’étroit contrôle étatique qui a prévalu dans l’enseignement supérieur après 1808, ce sont d’abord les archives de tutelle de l’administration centrale qui permettent d’accéder à de nombreux documents concernant les institutions d’enseignement supérieur. Les dossiers personnels de retraite des enseignants du supérieur y sont conservés, mines d’informations sur les carrières entre 1808 et 19408. Certaines grandes écoles et grands établissements parisiens y ont aussi versé leurs archives, entre autres, le Muséum d’histoire naturelle (AJ 15) ou l’École normale supérieure (61 AJ). D’autres archives sont conservées dans les fonds plus récents du Centre des Archives contemporaines de Fontainebleau. Nous renvoyons, pour plus d’informations, aux inventaires détaillés et aux contributions des collègues dans ce même ouvrage. Dans les Archives départementales, la série T contient bien souvent de nombreux dossiers concernant les institutions d’enseignement supérieures si elles existent dans le département (fonds du rectorat), les universités y versant aussi parfois leurs archives.

  • 9 Parmi de nombreuses monographies récentes : Tuilier André, Histoire de l’Université de Paris et de (...)
  • 10 Burney John M., Toulouse et son université : facultés et étudiants dans la France provinciale du 19(...)
  • 11 Dalançon Joël, Le Dictionnaire de l’Université de Poitiers, Poitiers, Geste, 2012.
  • 12 Denéchère Yves et Matz Jean-Michel (dir.), Histoire de l’université d’Angers du Moyen Âge à nos jou (...)

4Plus que d’archives, l’histoire des universités a manqué d’historiens pour se saisir des richesses conservées, même si progressivement des travaux sont venus préciser les principales évolutions du monde universitaire. À ce niveau, il est évident que le fait de disposer de bonnes monographies d’établissements est un atout considérable pour pouvoir ensuite opérer de riches synthèses ou lancer des travaux thématiques plus ciblés. Ces monographies sont désormais assez nombreuses9. Si le travail de John M. Burney sur Toulouse et son Université au 19e siècle10 (1989) fut longtemps pionnier, les travaux se sont depuis multipliés dans ce champ. Deux récentes publications, Le Dictionnaire de l’Université de Poitiers dirigé par Joël Dalançon11 et l’Histoire de l’Université d’Angers dirigée par Yves Denéchère et Jean-Michel Matz12, démontrent l’intérêt de telles études de cas.

  • 13 Liard Louis, L’Enseignement supérieur en France, tome 1, (1789-1889), Paris, Armand Colin, 1888 ; t (...)
  • 14 Minot Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, PUF, 1991.
  • 15 Verger Jacques, Les Universités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2007.
  • 16 Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986.
  • 17 Weisz George, The Emergence of modern Universities in France (1863-1914), Princeton University Pres (...)
  • 18 Brockliss Lauwrence W. B., French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. A c (...)
  • 19 Chapoulie Jean-Michel, Fridenson Patrick et Prost Antoine (dir.), « Mutations de la science et des (...)
  • 20 Mayeur Françoise, De la Révolution à l’école républicaine, tome 3, Histoire générale de l’enseignem (...)
  • 21 Musselin Christine, Les Universitaires, Paris, La Découverte, 2008 ; Id., La Longue marche des univ (...)
  • 22 Anderson Robert D., European Universities from the Enlightenment to 1914, Oxford, Oxford University (...)
  • 23 Rüegg Walter (dir.), Universities in the Nineteenth and Early Twentieth Centuries (1800-1945), Vol. (...)
  • 24 Charle Christophe et Verger Jacques, Histoire des universités, Paris, PUF, 1994 (réédition 1997).
  • 25 Charle Christophe et Verger Jacques, Histoire des universités (xiie-xxie siècle), Paris, PUF, 2012.
  • 26 D’Irsay Stéphane, Histoire des universités françaises et étrangères, volume 1, Moyen Âge et Renaiss (...)

5Les synthèses centrées sur la France sont plus rares, l’œuvre longtemps prise en référence étant celle de Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur entre 1884 à 1902, L’Enseignement supérieur en France (1789-1893)13. Outre un « Que-sais-je ? », dû à Jacques Minot Histoire des universités françaises14, on dispose surtout du livre dirigé par Jacques Verger, éminent spécialiste des universités médiévales15, livre qui fit date, Histoire des universités en France16 paru chez Privat en 1986. Des historiens anglo-saxons investirent également la thématique pour certaines périodes, donnant des ouvrages de référence. On pense à George Weisz avec The Emergence of modern Universities in France (1863-1914) (1983)17, ou, pour la période antérieure, et parmi de nombreux travaux, à Lauwrence W. B. Brockliss avec French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. A cultural History (1987)18. Pour les années postérieures à 1945, très peu parcourues par les historiens, le numéro de la revue Le Mouvement social, dirigé par Jean-Michel Chapoulie, Patrick Fridenson et Antoine Prost, « Mutations de la science et des universités en France depuis 1945 », donne de nombreuses pistes de recherche19. Les différentes histoires générales de l’enseignement et de l’éducation en France comptent également des chapitres sur l’enseignement supérieur20. Il n’en demeure pas moins que, si l’on excepte surtout les années 1879-1914 et le « moment 1968 », nous ne disposons pas d’analyses nombreuses sur les principales réformes qui, aux xixe-xxe siècles, ont tenté de moderniser les structures d’enseignement supérieur. On manque à la fois d’études sur l’élaboration progressive des projets de réforme au sein des instances décisionnelles et d’études de cas pour examiner, au plus près du terrain, la réception, l’application intégrale, partielle ou différée des réformes décidées. Les réformes du second xxe siècle dans les cursus et les concours, voire dans la formation des enseignants ou des cadres de telle ou telle profession, méritent de plus amples travaux, au-delà de ceux qui focalisent l’analyse trop souvent sur la réception, par les syndicats étudiants ou enseignants de ces réformes quand elles sont à l’origine de mouvements de contestation. Les conflits de pouvoir pour la « gouvernance » des universités et de leurs unités de base, l’impact des réformes majeures de 1968 (loi Faure), de 1984 (loi Savary) et de la loi Pécresse (LRU) de 2005 sont à analyser également. Les thématiques historiennes rencontrent ici celles des sociologues et des politologues pour de fécondes analyses croisées21. L’approche comparative internationale est aussi fondamentale et l’on peut disposer d’utiles comparaisons des « modèles universitaires » et de leur rapprochement ou de leur dilution, dans les travaux de synthèse menés par les Anglo-Saxons comme Robert D. Anderson22 ou Walter Rüegg23. Christophe Charle et Jacques Verger, dans leur Histoire des universités24 mais aussi dans l’ouvrage plus développé paru en 2012 dans la collection « Quadrige », Histoire des universités (xii-xxie siècle)25, font de même sur la longue durée des xiiie-xxie siècles et pour le monde entier (utile bibliographie, pp. 293-331), bien longtemps après le travail de Stéphane d’Irsay26.

Péril en la demeure pour les archives du second xxe siècle ?

  • 27 Selon la célèbre formule de Marc Bloch dans Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, (...)
  • 28 Condette Jean-François, Histoire de la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974. Les métamorphos (...)
  • 29 Michelet Jules, Œuvres, tome III, Histoire de France, livre IV, Bruxelles, Méline, Cans et Compagni (...)
  • 30 Voir Schoukens Cathy (éd.), Archives, universités, monde étudiant. Une mémoire en construction, Aca (...)
  • 31 Par exemple, Douat Frédéric, « Les archives de l’Université de Paris X-Nanterre », dans Scoukens Ca (...)

6Si les sources manuscrites sont abondantes jusqu’en 1940 pour le moins et permettent de reconstituer le passé de ces institutions, le « gibier de l’historien27 » semble se raréfier ensuite pour qui travaille sur l’après 1945 et l’ogre historien se retrouve alors mis en difficulté dans la recherche de sa nourriture documentaire. Une situation paradoxale se crée. Alors que les institutions universitaires connaissent un développement accéléré par la massification de leurs effectifs et la complexification de leurs structures internes, alors que se met en place une géographie universitaire marquée par une atomisation en cellules multiples, liée à la multiplication des universités sur le territoire, on perçoit une forme évidente de désintérêt voire de « dégoût de l’archive » désormais démultipliée. Les quatre facultés publiques lilloises qui donnent naissance en 1896 à l’Université de Lille, rassemblent 784 étudiants en 1887-1888, mais en comptent 2 882 en 1938-1939 puis 23 927 en 1967-196828. Les six universités publiques de la région Nord-Pas-de-Calais, nées des recompositions de la loi Faure de novembre 1968 puis du plan Université 2000 (1992), en comptent 94 612 en 2006-2007. La croissance des effectifs s’accompagne d’une forte augmentation du nombre des universités et même d’une démultiplication des sites, beaucoup étant multipolaires. Ces structures fabriquent alors de plus en plus d’archives alors que dans le même temps les études se complexifient et s’allongent, ce qui renforce encore l’impression d’inflation archivistique. Les « catacombes manuscrites29 » chères à Jules Michelet, sont de plus en plus nombreuses mais aussi de plus en plus délicates à conserver. UER puis UFR mais aussi services centraux et laboratoires pratiquent alors bien souvent la politique de la benne à ordures, « désherbant » régulièrement les pièces de leurs « vieux papiers ». Depuis quelques années cependant, alors que les services d’archives ont multiplié les campagnes de sensibilisation et le rappel des lois en vigueur en ce qui concerne les archives publiques30, on assiste à une volonté réaffirmée de sauvegarde du patrimoine des universités françaises, les universitaires étant aussi plus sensibles à la nécessité de le conserver. Même si les destructions furent nombreuses, l’historien n’est pas face à un désert documentaire car une archivistique de sauvetage s’est mise en place depuis plusieurs décennies. Depuis quelques années, on assiste d’ailleurs à une relance des dépôts légaux31.

« Chemins de traverse » pour l’historien curieux du monde universitaire

  • 32 Chatelet Anne-Marie et Le Cœur Marc (dir.), L’Architecture scolaire ; Essai d’historiographie inter (...)

7Pour le chercheur, tout n’est pas dans les seules archives publiques, qu’elles soient nationales, départementales, municipales ou d’établissement. Une pluralité des « possibles » s’offre à lui pour compléter ses données. Les bibliothèques universitaires possèdent souvent des ouvrages anciens. De nombreuses bibliothèques municipales, dans les villes sièges, possèdent également de précieux manuscrits et des documents divers. Il faut aussi relever que les laboratoires de recherches se sont également habitués à recevoir des fonds, souvent des « papiers » d’enseignants-chercheurs. Préparations de cours, sujets d’examen, relevés de notes, presse syndicale, permettent de reconstruire leur activité quotidienne. C’est ainsi qu’en 1993 les exécuteurs testamentaires d’Eric Weil, ancien professeur de philosophie à l’Université de Lille 3 de 1956 à 1988, déposent à l’Université le fonds Weil-Mendelsohn qui regroupe la bibliothèque du philosophe ainsi que l’ensemble de ses archives composées d’écrits inédits, d’une volumineuse correspondance, de photographies mais aussi d’enregistrement audio. Instituts et laboratoires peuvent ainsi conserver des trésors pour le chercheur. Il peut s’agir de documents manuscrits certes, comme des notes de cours, des lettres, de documents imprimés (articles, ouvrages, thèses, etc.) mais aussi de tout un patrimoine matériel (cartes, moulages, objets d’art, matériels scientifiques, machines). À l’Université de Lille I, un vaste inventaire des appareils de mesures et d’observations hérités de l’ancienne faculté des sciences est en cours et compte déjà 780 pièces. Il ne faut pas négliger non plus le patrimoine bâti, les archives de pierre et de briques, constituées des bâtiments anciens qui abritèrent les activités universitaires. Les études sont rares sur les constructions universitaires, leurs coûts et leur évolution architecturale qui véhiculent aussi les conceptions pédagogiques du temps32.

  • 33 Charmasson Thérèse, « Les archives personnelles des professeurs et des administrateurs », dans Le G (...)
  • 34 On relèvera par exemple, le fonds Charles Seignobos (AB XIX 2841-2850), le fonds Philippe Sagnac (A (...)
  • 35 Archives départementales du Pas-de-Calais, 81 J 1 à 123, Archives Châtelet.
  • 36 Condette Jean-François, Albert Châtelet, la République par l’École, Arras, Artois Presses Universit (...)
  • 37 Archives départementales du Nord, 144 J, Papiers Alain Lottin.
  • 38 Fillon Catherine, « Étudier un corpus en province : les professeurs de droit de Lyon », dans Le Gof (...)

8Dans cette recherche de l’archive perdue, il ne faut pas négliger les « papiers personnels » des universitaires. Les Archives nationales, comme nous le rappelle Thérèse Charmasson33, en conservent. Deux séries sont fécondes, la série AP (avec 37 fonds majeurs d’archives d’universitaires) et la série AX XIX avec 10 fonds principaux sur le même thème34. Les papiers Guizot sont ainsi regroupés dans la série 42 AP alors que ceux d’Hippolyte Fortoul constituent la série 246 AP. On note aussi, parmi ces nombreuses séries, le fonds Henri Wallon, futur professeur au Collège de France (360 AP). Les fonds Jean Favier (501 AP), Jean-Louis Flandrin (624 AP), Madeleine Rebérioux (647 AP) ou Antoine Prost (550 AP), sont riches en promesse de travaux. Des services d’Archives départementales ont également reçu des fonds privés qui concernent le monde universitaire. Les enfants du « doyen » Châtelet (1883-1960) ont ainsi versé aux Archives départementales du Pas-de-Calais35 un fonds important concernant leur père. Maître de conférences à la faculté des sciences de Lille (1919), il est élu doyen de son institution avant d’être nommé recteur de l’académie de Lille entre 1924 et 1936. Il est ensuite directeur de l’enseignement du Second degré (1937-1940), puis professeur de mathématiques à la Sorbonne, tout en devenant doyen de la faculté des sciences de Paris de 1949 à 1954. Le « doyen », après sa retraite, milite pour la fin de la guerre en Algérie, pour le désarmement et le rapprochement entre les peuples, acceptant d’être candidat à l’élection présidentielle de décembre 1958 contre Charles de Gaulle. Ses « papiers » permettent de disposer de documents multiples sur toutes les facettes de cette carrière passée au service de l’enseignement et de la défense des valeurs républicaines36. Les « papiers Alain Lottin », versés aux Archives départementales du Nord, sont également intéressants37. Assistant puis professeur d’histoire moderne à l’Université de Lille 3, il en est aussi le président de 1986 à 1991, avant de devenir le fondateur et le premier président de l’Université d’Artois en 1992. Il a ainsi conservé de nombreux procès-verbaux des conseils transitoires de gestion des années 1968-1969 ou ceux de l’assemblée constitutive qui fut chargée de mettre en conformité les statuts élaborés par les littéraires lillois en totale cogestion, avec ceux prescrits par la loi Faure de 1968. À Lyon, les archives privées de René et Pierre Garraud (droit pénal) et celles de Louis Josserand (droit civil, doyen de la faculté de droit de 1913 à 1935) qui comptent près de 800 courriers pour la seule correspondance professionnelle, permettent d’enrichir les sources disponibles comme le montre Catherine Fillon38.

  • 39 Parmi de nombreux exemples : Grappin Pierre, L’Île aux peupliers, de la Résistance à mai 68, souven (...)
  • 40 Voir : Viry Laurence, Le Monde vécu des universitaires ou la république des Egos, op. cit. (43 entr (...)
  • 41 Soulié Charles (dir.), Un mythe à détruire ?..., op. cit.

9Le chercheur doit enfin, dans sa quête de sources complémentaires, de pas négliger un certain nombre de documents internes aux universités ou diffusés dans « l’entre-soi » qui sont malheureusement souvent détruits. Le Livret de l’étudiant, pour chaque université, entre la fin du xixe siècle pour le moins et le début des années 1960, auquel succède souvent le Guide des études de l’Université puis de chaque UFR, permet d’entrer au cœur du fonctionnement de l’institution, à la fois pour connaître les enseignants (liste des personnels) mais aussi l’évolution des contenus ainsi que la forme prise par ces cours (magistraux, séminaires, travaux dirigés, etc.). Une publication annuelle existe aussi souvent qui reprend les rapports des doyens. L’Université de Lille réalise ainsi pendant longtemps un Bulletin des facultés de Lille qui devient après 1896 les Annales de l’Université de Lille. Ces tomes contiennent de multiples informations. On y retrouve les rapports annuels des quatre doyens sur l’état de leur faculté pendant l’année écoulée, qui intègrent des données fondamentales sur le mouvement du personnel, les publications des enseignants, l’évolution des effectifs étudiants ainsi que des tableaux sur les résultats aux examens et aux concours. Les années 1970 ont aussi vu apparaître de petites publications internes, sortes de journaux du personnel et des étudiants, destinés à faciliter la diffusion des informations (résultats des élections universitaires, calendrier des examens, actions culturelles, etc.) alors que la massification fait se déliter les contacts personnels. À ces sources importantes, s’ajoutent les richesses contenues dans deux presses spécifiques, la presse régionale qui rend compte des événements importants, et la presse étudiante, longtemps aux mains de l’Association générale des étudiants (AGE). Il faut bien sûr ajouter à tous ces éléments, les récits de souvenirs publiés39 mais aussi les ressources fondamentales de l’enquête orale auprès des acteurs de cette vie universitaire40. L’ouvrage récent sur l’histoire de l’Université de Vincennes41, démontre ici la possibilité d’écrire l’histoire « chaude » ou tout du moins encore « tiède » de nos institutions universitaires, proposant de riches contributions qui utilisent la pluralité des sources possibles.

Des acteurs pluriels : les acquis inégaux de l’enseignement supérieur

10Au-delà de l’histoire générale de l’université ou des monographies d’établissement, c’est tout d’abord par l’étude du personnel enseignant que des analyses importantes ont été menées. Les étudiants par contre, mais aussi les autres acteurs de la vie universitaire – on peut penser ici en premier lieu aux villes, aux départements, aux milieux économiques – sont longtemps les parents pauvres des analyses historiennes.

Les enseignants et enseignantes du supérieur : paris et le désert français42 ?

  • 42 Voir Condette Jean-François, « Conclusion : Sortir les fantômes du placard » » dans Le Goff Armelle (...)
  • 43 Karady Victor, « Recherches sur la morphologie du corps universitaire littéraire sous la Troisième (...)
  • 44 Charle Christophe et Ferré Régine, Le Personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe et x (...)
  • 45 Mayeur Françoise, « L’évolution des corps universitaires de 1877 à 1968 » dans Charle Christophe et(...)
  • 46 Charle Christophe, Les Professeurs de la Faculté des Lettres de Paris, Dictionnaire biographique, v (...)
  • 47 Charle Christophe et Telkes Eva, Les Professeurs du Collège de France (1901-1939). Dictionnaire bio (...)
  • 48 Charle Christophe et Telkes Eva, Les Professeurs de la Faculté des Sciences de Paris (1901-1939). D (...)
  • 49 Fontanon Claudine et Grelon André (dir.), Les Professeurs du Conservatoire national des arts et mét (...)
  • 50 Huguet Françoise, Les Professeurs de la faculté de médecine de Paris. Dictionnaire biographique (17 (...)
  • 51 Charle Christophe, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994, p. 21 et su (...)

11Si quelques travaux fondamentaux existaient déjà, en particulier ceux de Victor Karady43, c’est Christophe Charle qui lance une dynamique majeure par ses études sur les élites françaises. Le colloque organisé les 25 et 26 juin 1984 par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine et l’EHESS sur Le Personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe et xxe siècles, en même temps qu’il permet de nombreuses mises au point, pose aussi de multiples questions, lançant de futures pistes de recherches44. Françoise Mayeur y dresse un tableau synthétique très clair sur « l’évolution des corps universitaires de 1877 à 1968 », insistant sur la mise en place des maîtrises de conférences à partir de 1878 qui viennent au départ « suppléer » les chaires, cellules fondamentales de l’enseignement et de la recherche depuis 1808. Elle montre aussi la diversification progressive des statuts puis l’accélération des recrutements au cours du second xxe siècle avec les assistants puis les maîtres-assistants45. La logique prosopographique qu’initie Christophe Charle permet ensuite de nombreux travaux sur les spécificités et les engagements des professeurs. Les deux tomes de son Dictionnaire biographique des professeurs de la Faculté des lettres de Paris46, couvrant la période 1808-1939, par les 215 notices proposées, montrent la richesse de l’entreprise. Se dessine ainsi progressivement, par l’accumulation des cas individuels, une véritable photographie du corps enseignant de la faculté qui permet à Christophe Charle de dégager les principales caractéristiques sociales, scolaires et universitaires mais aussi professionnelles et idéologiques de ce « petit monde ». Peuvent ainsi être mesurés le degré de fluidité sociale du corps enseignant, par l’examen des origines sociales, mais aussi les stratégies de carrière, en fonction des politiques universitaires. Une véritable géographie du recrutement des enseignants parisiens se met aussi en place alors que se pose la question de leur rôle dans les progrès de la connaissance mais aussi dans la vie de la Cité. L’entreprise est poursuivie avec Eva Telkes sur les professeurs du Collège de France (1901-1939)47 puis sur la faculté des sciences de Paris pour la seule période 1901-1939 cependant48. Claudine Fontanon et André Grelon sur les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers de Paris (1794 à 1955)49, Françoise Huguet sur les professeurs de la Faculté de médecine de Paris (1794-1939)50 permettent de mieux connaître les acteurs de ces institutions. Parue en 1994, La République des universitaires (1870-1940) permet ensuite d’opérer une large synthèse sur le monde enseignant du supérieur sous la Troisième République et de comparer ce microcosme parisien aux universitaires berlinois. Insistant sur la spécificité française d’une division originelle en facultés, et sur « l’impossible modèle allemand51 », Christophe Charle compare les signes de reconnaissance sociale mais aussi les origines sociales des enseignants parisiens et berlinois, tout en décrivant les étapes de l’ascension professionnelle. Il décrit ensuite le fonctionnement du monde universitaire français selon les facultés. Ces recherches doivent désormais être prolongées dans quatre directions :

    • 52 Voir Pourprix Marie-Thérèse, Des mathématiciens à la faculté des sciences de Lille (1854-1971), Par (...)
    • 53 Condette Jean-François, Les Lettrés de la République. Dictionnaire biographique des enseignants de (...)
    • 54 Rollet Laurent et Nabonnand Philippe (dir.), Les uns et les autres…, op. cit.
    • 55 Voir : http://facultes19.ish-lyon.cnrs.fr/ (consulté en juillet 2014).

    Il faut tout d’abord étendre spatialement le spectre des investigations aux enseignants des facultés et des universités de province. Les riches études citées précédemment portent en effet presque exclusivement sur les enseignants parisiens, Paris concentrant il est vrai les institutions de prestige et un public étudiant nombreux. Mais les facultés provinciales ne sont pas toutes de « pauvres facultés » et deviennent souvent, après les réformes des années 1879-1900, des lieux de séjour alternatif où des enseignants compétents mais aussi d’habiles chercheurs s’enracinent, dynamisant les recherches régionales52. Sur ce plan, de nombreux travaux sont à mener53. Les colloques nancéens dirigés par Laurent Rollet et Philippe Nabonnand, publiés sous le titre Les Uns et les autres… Biographies et prosopographie en histoire des sciences54 montrent la richesse des possibles autour de neuf portraits d’individus, de sept approches collectives ou prosopographiques, avant de proposer des contributions plus méthodologiques. Un travail collectif important de prosopographie des enseignants des facultés des lettres et des sciences de province (1808-1880) est lancé depuis 2003, sous l’égide de Boris Noguès, Françoise Huguet, Emmanuelle Picard et Claire Lemercier55.

    • 56 Sans être exaustif : Vermeren Patrice, Victor Cousin, le jeu de la philosophie et de l’État, Paris, (...)

    Le passage des approches collectives à la biographie est aussi, un moyen de confirmer ou d’infirmer les analyses dégagées pour l’ensemble du groupe et de mesurer le poids des déterminismes sociaux ou professionnels mais aussi les espaces préservés de la liberté individuelle. On dispose cependant de peu de biographies de professeurs du supérieur, s’ils ne sont pas sortis de leur champ professionnel pour occuper des postes politiques ou entrer dans les combats initiés par les intellectuels56.

    • 57 Mayeur Françoise, « Les carrières de l’enseignement supérieur en France depuis 1968 » dans Brelot C (...)

    Il faut aussi assumer l’élargissement chronologique au second xxe siècle, même si nous l’avons vu, les sources sont plus éclatées. La césure de 1940 marque encore trop la recherche historique et, à ce niveau, il faut poursuivre l’étude d’Homo académicus après 1945 comme les sociologues l’ont fait. L’analyse réalisée par Françoise Mayeur sur l’évolution du personnel enseignant des facultés, dans le colloque de 1984, acceptait déjà de couvrir une part du second xxe siècle en allant jusqu’en 1968. Elle devait poursuivre son analyse dans une autre contribution portant sur « les carrières de l’enseignement supérieur en France depuis 1968 », montrant l’évolution des effectifs et l’histoire mouvementée de ces années57, mouvements liés à la rapidité des mutations opérées dans les facultés devenues des universités après la loi Faure de novembre 1968. Les 10 015 enseignants en poste en universités en 1960-1961 sont 41 311 en 1980-1981 (dont 16 771 maîtres-assistants et 41 311 assistants). La « massification » entraîne un recrutement massif d’enseignants aux statuts très diversifiés.

    • 58 Condette Jean-François, « Des cervelines aux professeures : la difficile intégration des femmes dan (...)
    • 59 Caspard Pierre, Luc Jean-Noël et Rogers Rebecca (dir.), L’Éducation des filles (xviiie-xxie siècles (...)
    • 60 Van Essen Mineke et Rogers Rebecca (dir.), Les Enseignantes. Formations, identités, représentations (...)
    • 61 Dumoulin Olivier, « Archives au féminin, histoire au masculin : les historiennes professionnelles e (...)
    • 62 Charle Christophe, « Les femmes dans l’enseignement supérieur. Dynamiques et freins d’une présence (...)

    Le difficile accès des femmes à l’enseignement supérieur en tant qu’enseignantes, selon les disciplines, mérite également des études complémentaires sur un monde professionnel qui leur fut longtemps fermé. Marie Curie succède à son mari décédé dans la chaire de physique générale à la faculté des sciences de Paris en 1906 mais elle est longtemps « l’arbre qui cache la forêt » de l’absence féminine et il faut attendre 1934 pour voir une femme accéder à une chaire dans une faculté des lettres de province et 1947 pour vivre le même événement à la Sorbonne. Le Collège de France ne s’ouvre aux femmes qu’en 1973. Les femmes qui entrent dans le personnel enseignant des facultés dans les années 1960, profitant de la vague de recrutements massifs liés à l’explosion des effectifs étudiants, entrent par « la petite porte », pour occuper des emplois d’assistantes ou de maîtres assistantes et de chargées de cours, l’accès aux chaires étant longtemps très difficile58. Or, si les travaux des chercheurs en sociologie et en sciences de l’éducation permettent de mieux connaître la situation actuelle et le passé proche des inégalités hommes/femmes au sein de l’institution scolaire, il faut bien reconnaître que cette dimension a longtemps été minorée dans le travail des historiens, même si un net renouveau s’est opéré avec Françoise Mayeur59 puis Rebecca Rogers60. L’article d’Olivier Dumoulin sur les historiennes et les archivistes analyse ainsi la répartition sexuée des rôles, encore très prégnante au niveau de l’écriture de l’histoire61. Historiennes et historiens ont ainsi encore bien des sentiers à parcourir pour aller à la rencontre des femmes de l’Université62.

Les étudiants : aller au-delà des chiffres ou de la figure du bohème révolté

  • 63 Fischer Didier, L’Histoire des étudiants en France de 1945 à nos jours, Paris, Flammarion, 2000.
  • 64 Monchablon Alain, Histoire de l’UNEF, Paris, PUF, 1983 ; Weisz George, « Associations et manifestat (...)
  • 65 Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, Les Héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Édition (...)
  • 66 Gruel Louis, Galland Olivier et Houze Guillaume, Les Étudiants en France. Histoire et sociologie d’ (...)
  • 67 Moulinier Georges, La Naissance de l’étudiant moderne (xixe siècle), Paris, Belin, 2002.
  • 68 Caron Jean-Claude, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851) (...)

12Les étudiants, par contre, au-delà de la mesure de leur nombre ou de leur image de jeunes insoumis, sont encore trop souvent les « soldats inconnus » de l’histoire de l’enseignement supérieur63, même si l’on s’est davantage intéressé à leur engagement par leurs associations puis leurs syndicats64. On dispose certes des approches pionnières de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, qui, dans Les Héritiers (1964)65, s’intéressent à la jeunesse étudiante des années 1950-1960 alors que la massification des effectifs s’accélère mais que la démocratisation de l’accès aux diplômes et à la culture demeure problématique. L’ouvrage dirigé par Louis Gruel, Olivier Galland et Guillaume Houze, Les Étudiants en France. Histoire et sociologie d’une nouvelle jeunesse, en douze chapitres, permet de mieux connaître à la fois l’évolution des effectifs selon les cycles et les études choisies, mais aussi les caractéristiques de ces étudiants et les modalités de leur insertion souvent délicate dans la société66. Les analyses commencent cependant dans les années 1960 pour venir jusqu’à nos jours, en lien avec l’OVE (Observatoire national de la vie étudiante). Georges Moulinier, quant à lui, dans La Naissance de l’étudiant moderne (xixe siècle), s’intéresse au xixe siècle mais essentiellement aux étudiants parisiens, à leurs conditions de vie et d’études et à leur perception par la société67. Jean-Claude Caron dans Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851) valorise davantage leurs combats politiques et la manière dont les régimes les musellent plus ou moins efficacement68.

  • 69 Voir Tikhonov-Sigrist Natalia, « Les femmes et l’université en France (1860-1914). Pour une histori (...)
  • 70 Condette Jean-François, « Les « cervelines » ou les femmes indésirables. L’étudiante dans la France (...)
  • 71 Condette Jean-François, « Le bon levain : les étudiants boursiers en France de 1877 à 1914 », dans (...)
  • 72 Julia Dominique et Revel Jacques, Les Universités européennes du xvie au xviiie siècle. Histoire so (...)

13Pour le chercheur, il y a donc encore beaucoup à faire sur les étudiants des facultés restaurées par Napoléon Ier (décret du 17 mars 1808). De même, alors que l’on connaît bien les réformes opérées par Louis Liard et les réformateurs républicains après 1879 au niveau des études et des structures universitaires, des travaux sont à mener sur le public étudiant qui fréquente les facultés, dans la diversité de leurs situations respectives, entre 1880 et 1939, pour en mesurer les caractéristiques sociales mais aussi le degré d’intégration dans les villes universitaires. La lente et sélective féminisation du public étudiant doit aussi donner lieu à des études plus systématiques69. L’étudiante est longtemps mal perçue dans l’opinion mais aussi dans le monde cultivé car elle est considérée comme « contre-nature », véritable « cerveline » qui menace l’ordre social et le couple. Les étudiantes représentent 3,2 % des effectifs étudiants en 1900 et 10 % en 1913, faisant une entrée remarquée en particulier dans les facultés des lettres70. Les étudiantes forment, on le sait, 56,1 % des effectifs des universités françaises en 2001-2002. La figure générique de l’étudiant doit aussi être précisée entre les étudiants libres – souvent les plus aisés – les salariés, très nombreux, ou à la figure du boursier71. Une sociologie historique est à mener pour mieux connaître les origines sociales de ces étudiants et leurs conditions d’existence. Dominique Julia et Jacques Revel, dans l’ouvrage en deux volumes intitulé Les Universités européennes du xvie au xviiie siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, ont montré la voie pour l’époque moderne72.

  • 73 Sirinelli Jean-François, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerre (...)
  • 74 Luc Jean-Noël et Barbe Alain, Des Normaliens. Histoire de l’école normale supérieure de Saint-Cloud (...)
  • 75 Belhoste Bruno, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révoluti (...)
  • 76 Costechareire Arnaud, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc et du lycée de jeunes (...)

14Assez logiquement, nous connaissons mieux les étudiants de certaines grandes écoles, dont le nombre est plus restreint, les conditions d’entrée plus réglementées alors que ce type de structures conserve également plus facilement ses archives. La thèse d’État de Jean-François Sirinelli, condensée dans son livre Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres73, s’intéresse à l’élite étudiante des khâgnes et de la rue d’Ulm, mais l’auteur pénètre au cœur des mécanismes qui président à la constitution de cette élite par l’examen des origines sociales des admis, mettant en évidence la figure du boursier mais aussi ses limites. L’autorecrutement au sein d’un monde spécifique, celui des « commis de l’État », en particulier des enseignants depuis le primaire jusqu’au supérieur est net. Dans le livre du bicentenaire de l’École (1994), Christian Baudelot et Frédérique Matonti réalisent ensuite une riche analyse du recrutement social des normaliens de 1914 à 1992 et notent un resserrement de celui-ci à partir des années 1980 au sein d’une élite sociale dont le père est cadre supérieur, membre des professions libérales ou enseignant du supérieur et du secondaire. Les « autres » normaliens, ceux de Saint-Cloud, sont aussi mieux connus grâce à Jean-Noël Luc et Alain Barbé74 alors que les travaux de Bruno Belhoste nous permettent d’entrer dans le fonctionnement de l’École Polytechnique et de rencontrer ses étudiants75. La récente thèse d’Arnaud Costechareire s’intéresse aux étudiants des classes préparatoires aux grandes écoles de Lyon, à leurs origines sociales et à leurs parcours76.

  • 77 AD du Nord, 2640 W 1 à 803, faculté des lettres de Lille 3 (1887-1971), fiches individuelles des ét (...)
  • 78 AD du Nord, 2217 W 1 à 7, fiches des étudiants (1931-1967), faculté des lettres.
  • 79 AD du Nord, 2037 W 1 à 166, Faculté de droit (1930-1953), fiche pédagogique des étudiants, B, D et (...)

15Divers versements de registres ou de fiches d’inscription permettent d’espérer des recherches sur les caractéristiques sociales et professionnelles des étudiants des xixe et xxe siècles. L’Université de Lille 3 a ainsi versé aux Archives départementales du Nord, en 2010, de nombreuses fiches individuelles des étudiants inscrits entre 1887 et 197177. Ces fiches contiennent les informations suivantes : état civil, adresse étudiante et familiale, cursus secondaire, examens et notes à la faculté, profession des parents, etc.). On perçoit ici les usages multiples que l’historien peut faire de ces données pour une meilleure connaissance du public étudiant d’une faculté des lettres de province sur la longue durée et dans la mesure relative du processus de démocratisation et de féminisation. Près de 6 200 fiches avec des informations similaires avaient été versées en 2006 couvrant la période 1931-1967, un échantillonnage ayant été fait78. On dispose également depuis peu de dossiers comparables pour la faculté de droit de Lille autour de fiches pédagogiques des étudiants entre 1930 et 1953, versées en 2004, un tri aléatoire ayant été opéré79. Des sources similaires doivent être conservées ailleurs dans les autres académies.

Les autres acteurs du monde universitaire : villes, entreprises, etc.

16Outre le fait que les analyses sont encore trop souvent consacrées aux institutions parisiennes, il demeure également dans l’analyse des structures d’enseignement supérieur une vision trop « jacobine » de leur création et de leur fonctionnement qui laisse à penser que seul l’État central, depuis Napoléon et son décret du 17 mars 1808 organisant l’Université impériale, peut agir en la matière. Certes, le rôle de l’État est fondamental et la centralisation une réalité qui marque durablement l’enseignement supérieur français – qu’il faut d’ailleurs démontrer davantage dans la pluralité de ses interventions – mais il existe également un dialogue beaucoup plus riche et complexe qu’on ne le pense souvent entre l’État et les réalités locales. Entre la tutelle étroite et la liberté totale, il existe une vaste gamme de possibles.

  • 80 Rollet Laurent, « Peut-on faire l’histoire des pôles scientifiques ? » dans Picard Emmanuelle (dir. (...)
  • 81 Burney John M., Toulouse et son université…, op. cit.
  • 82 Fox Robert, Weisz George (dir.), The Organization of Science and Technology in France (1808-1914), (...)
  • 83 Bodé Gérard et Savoie Philippe (dir.), L’Offre locale d’enseignement : les formations techniques et (...)
  • 84 Condette Jean-François, Châtelet Albert, La République par l’École…, op. cit., pp. 212-231.
  • 85 Grelon André, Grossetti Michel (dir.), Villes et institutions scientifiques (Rapport pour le PIR-Vi (...)
  • 86 Grelon André et Birck Françoise (dir.), Des Ingénieurs pour la Lorraine (xixe-xxe siècles), Metz, É (...)
  • 87 Rollet Laurent, « L’École nationale supérieure des industries chimiques de Nancy et ses partenaires (...)

17Les villes jouent ainsi, comme à l’époque médiévale ou moderne, un rôle majeur dans le développement des structures d’enseignement supérieur à l’époque contemporaine, tout comme les autres collectivités territoriales et les réseaux de sociabilité qu’ils soient politiques, culturels ou parfois religieux. Les sociétés savantes ont des liens souvent étroits avec les structures universitaires quand elles ne sont pas à l’origine des premiers cours supérieurs et de la revendication de création des facultés. Dans le même temps, en particulier pour les facultés des sciences, des liens multiples se tissent avec les milieux économiques, les entreprises et le patronat. Une « recherche appliquée » peut se mettre en place alors que les universitaires apparaissent comme des experts dans des champs qui intéressent le monde industriel, le monde économique, dans l’autre sens, aidant les universités par l’obtention de subventions et de moyens matériels. En lettres, en droit, en médecine aussi, des liens intéressés se nouent – qui ne sont en rien honteux s’ils respectent certaines règles – entre les universités, leurs laboratoires, leurs enseignements et le monde extérieur. Laurent Rollet montre ainsi dans « Peut-on faire l’histoire des pôles scientifiques ?80 » l’importance des relations entre les sociétés locales ou régionales et les structures de l’enseignement supérieur pour fonder des pôles de spécialités liées à l’économie environnante. À Toulouse, John M. Burney en 1988 avait bien montré que la faculté de droit s’enracine dans le tissu local et régional, les universitaires étant en même temps des notables locaux81. Le doyen Sabatier, en sciences, fait de même et trouve des relais locaux qui soutiennent la création d’instituts. Des chercheurs américains ont aussi étudié le processus d’innovation dans les provinces françaises, dans le champ scientifique en particulier, montrant l’importance des contextes locaux en liaison avec les demandes du tissu industriel. Les Instituts de sciences appliquées de Toulouse, Grenoble, Nancy, Lyon, Bordeaux ou Lille furent ainsi étudiés82. Dans le numéro spécial d’Histoire de l’éducation sur « L’offre locale d’enseignement : les formations techniques et intermédiaires (xixe-xxe siècles) », les contributeurs avaient eux aussi montré, la souplesse des adaptations et la prise en compte du local dans ce secteur scolaire il est vrai moins marqué par la centralisation83. À Lille, le recteur Albert Châtelet, ancien doyen de la faculté des sciences, appuie de toute son influence les projets de « sa » faculté et contribue à la création de nombreux instituts dans les années 1924-1936, structures liées à l’économie régionale : institut de la houille, institut d’essais des semences et de recherches agricoles, institut de mécanique des fluides84, se plaçant dans la continuité des engagements pris depuis Louis Pasteur après 1854, pour la chimie, ou Jules Gosselet et Charles Barrois pour la géologie, en lien avec les compagnies minières. Le rapport de recherche non publié, dirigé par Michel Grossetti et André Greslon, Villes et institutions scientifiques, en 1996, montrait la même réalité de liens étroits entre les économies régionales, les villes et les structures universitaires85. Le pôle nancéen a été bien étudié ces dernières années autour de la formation d’ingénieurs86 et du rôle des instituts. Des enseignants, enracinés sur place, peuvent initier des processus d’innovation au service de la formation d’une élite ouvrière ou de cadres et de l’industrie régionale, tels le physicien Ernest Bichat à la fois professeur, doyen de la faculté des sciences et conseiller général et qui est à l’origine de la création des instituts de chimie et d’électrotechnique à Nancy ou du chimiste Pierre Donzelot plus tard87.

  • 88 Voir Condette Jean-François, Les Recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 3, Le Recteur d (...)
  • 89 Suteau Marc, Une ville et ses écoles, Nantes (1830-1940), Rennes, PUR, 1999 ; Bidois Anne, La Forma (...)
  • 90 Condette Jean-François, « Financer le développement de l’Université de Lille sous la Troisième Répu (...)
  • 91 Masson Catherine, La Catho…, op. cit..

18Dans les autres champs du savoir, cette déclinaison régionale des missions de l’enseignement supérieur offre également un vaste spectre d’analyses au chercheur qui veut bien se donner la peine de scruter attentivement le fonctionnement des institutions. Dans toutes les facultés, des chaires sont fondées en lien avec les spécificités régionales. C’est ainsi qu’à la faculté des lettres de Lille, une chaire de langue russe est rapidement créée (1897) pour aider à l’apprentissage de cette langue, de nombreux hommes d’affaires espérant ouvrir leur horizon vers cet espace géographique. La chaire d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France (1907), celle de langue et littérature picardes et wallonnes (1892) sont des signes de cette prise en compte du terrain local, tout comme le développement logique des études d’anglais, en liaison avec le proche voisin, et de polonais plus tard, alors que l’immigration polonaise est forte vers le Bassin minier septentrional. Il en va de même en 1886 avec la chaire de langue et littérature espagnoles, de langue et littérature méridionales et d’histoire de la France méridionale à la faculté de Toulouse88. Marc Suteau pour Nantes a bien montré les engagements multiples de la municipalité et son intérêt prioritaire accordé aux formations qui ont un lien avec la réalité de ses fonctions économiques (conserveries, chantier naval, constructions liées aux navires, etc.). La ville, pendant longtemps, soutient peu son lycée, aux études humanistes estimées trop éloignées des réalités de la vie concrète, lui préférant l’école primaire supérieure ou les écoles plus techniques ou professionnelles, telle l’École des apprentis de la Société industrielle de Nantes ou l’École Guepin (filles)89. La ville lutte longtemps sans grand succès pour le retour de facultés sur son sol, Rennes, la rivale, monopolisant les structures universitaires. Nantes fonde alors ses propres instituts et écoles supérieures tel le dynamique Institut polytechnique de l’Ouest (1919) rattaché ensuite à l’Université rennaise mais qui est bien à l’origine une fondation municipale. À Lille, le développement des facultés, après 1887 et le regroupement dans la ville des quatre facultés publiques, nécessite un important effort financier qui est partagé par moitié entre l’État et la municipalité. L’université trouve le soutien des structures locales dans sa recherche de moyens plus nombreux. Les subventions de l’État sont fondamentales, tout comme son engagement dans le paiement des salaires des enseignants – il ne s’agit pas minimiser ce rôle – mais les facultés trouvent aussi des ressources locales90. Dans les facultés catholiques, privées du soutien financier de l’État républicain, ces liens avec le tissu social régional sont vitaux comme le montre Catherine Masson dans son histoire des facultés catholiques de Lille, les grands patrons catholiques mais aussi les structures religieuses jouant un rôle fondamental dans la construction des facultés mais aussi dans leur développement ultérieur91. Les chambres de commerce et d’industrie, les associations patronales voire syndicales, les corporations de métiers peuvent également aider certaines initiatives universitaires.

Des territoires universitaires à mettre en valeur et des fronts pionniers à explorer

19Au-delà des acteurs pluriels qui interviennent sur les réalités de l’enseignement supérieur en France aux xixe-xxe siècles, divers territoires plus ou moins connus sont à défricher méthodiquement alors que des fronts pionniers s’ouvrent aussi au chercheur.

Les disciplines universitaires, leur pédagogie, les examens et la recherche

  • 92 Baudelle Guy, Ozouf-Marignier Marie-Vic et Robic Marie-Claire (dir.), Géographes en pratiques (1870 (...)
  • 93 Genet-Delacroix Marie-Claude, « L’enseignement supérieur de l’histoire de l’art (1863-1940) », dans (...)
  • 94 Voir Gautherin Jacqueline, Une Discipline pour la République : la science de l’éducation en France (...)
  • 95 Le Van-Lemesle Lucette, Le Juste et le riche : l’enseignement de l’économie politique (1815-1950), (...)
  • 96 Parmi de nombreuses études : Carbonell Charles-Olivier, Histoire et historiens : une mutation idéol (...)
  • 97 Locher Fabien, « Les sciences et les techniques dans l’enseignement supérieur français (xixe-xxe si (...)

20Les logiques disciplinaires, par l’apparition, l’essor, l’autonomisation mais aussi parfois le déclin ou la disparition de champs disciplinaires, sont fondamentales dans l’enseignement supérieur et ont des conséquences immédiates sur le nombre des postes. On sait par exemple que l’important effort de rénovation de l’enseignement supérieur entrepris après 1879 débouche sur la création, jusqu’en 1900 pour le moins, de nombreuses chaires par spécialisation des anciennes très généralistes et apparition de disciplines nouvelles. C’est ainsi que la géographie s’individualise en se séparant de l’histoire92 ou que l’unique chaire de langue étrangère est divisée en chaires spécifiques selon la langue pratiquée. Le même phénomène se produit en histoire où chaque grande période s’individualise. L’histoire de l’art93, la science de l’éducation94, parmi d’autres disciplines, font leur entrée dans les facultés, offrant des perspectives de carrière à des hommes nouveaux. Il en va de même dans les facultés de médecine-pharmacie et de sciences avec les importants progrès scientifiques qui font se multiplier les chaires spécifiques. En droit, l’économie politique part à la conquête d’une légimité95. Il est alors tout à fait souhaitable de mieux comprendre comment s’institutionnalisent ces nouvelles disciplines sur la longue durée96. Fabien Locher dans son panorama historiographique sur « les sciences et les techniques dans l’enseignement supérieur français » (2009) montre le développement des travaux sur ce thème souvent lancé par les Anglo-Saxons et les champs qu’il faut continuer à travailler97.

  • 98 Bruter Annie (dir.), Le cours magistral (xve-xxe siècles), Lyon, INRP, Histoire de l’éducation, no  (...)
  • 99 Regé-Colet Nicole, Romainville Marc (dir.), La Pratique enseignante en mutation à l’université, Bru (...)

21S’il est toujours possible d’accéder aux examens par le recours aux textes officiels qui les norment, si la presse étudiante n’est pas avare de commentaires et de mobilisations sur les réformes des études et des examens, les données sont plus lacunaires sur les pratiques pédagogiques au quotidien, sur les exercices concrets demandés aux étudiants ainsi que sur les contenus des cours. À ce niveau, les versements du second xxe siècle permettent également d’espérer des avancées. Si l’intégralité des marées semestrielles de copies, au sein des universités massifiées, ne peut être conservée, des échantillonnages ont souvent été opérés et versés aux Archives ou conservés sur place. Associés aux papiers personnels des enseignants et aux informations contenues dans les livrets de l’étudiant devenus les guides des études, concernant les contenus des cours et les bibliographies recommandées, complétés par les rapports annuels des doyens puis les procès-verbaux des réunions des conseils d’UFR, ces documents permettent de mieux connaître l’évolution des contenus enseignés ou tout du moins exigés des étudiants. Sur les méthodes pédagogiques employées par les enseignants dans les diverses facultés et universités, selon les formations spécifiques qu’elles délivrent, sur la place du cours magistral98, la création de travaux dirigés, de travaux pratiques ou l’usage des exposés, sur l’affirmation des stages ou l’usage des nouvelles technologies, de nombreux travaux sont souhaitables. Les pratiques pédagogiques peuvent être saisies (archives personnelles d’enseignants, préparation de cours, sujets des interrogations, copies corrigées, cours d’étudiants, etc.). Quel rôle joue l’affirmation des sciences auxiliaires et des instituts dans la rénovation éventuelle des pratiques pédagogiques ? La massification, après 1955-1960, et l’allongement des études entraînent-ils des transformations dans ces pratiques99 ?

  • 100 AD du Nord, 438 W 138060, PV des sessions, Faculté des lettres, licence ès lettres (1908-1912).
  • 101 Marchand Philippe (dir.), Le Baccalauréat (1808-2008). Certification française ou pratique européen (...)
  • 102 Jolly Claude et Neveu Bruno, Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, Aux Amateurs du livre/K (...)
  • 103 Chervel André, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, K (...)
  • 104 Noguès Boris, « La maîtrise ès arts en France aux xviie et xviiie siècles. Rites universitaires, ép (...)

22C’est ainsi, par exemple, qu’une analyse du registre de la licence ès lettres, à la faculté des lettres de Lille, en juin 1911 indique pour Georges Lefebvre, inscrit en histoire-géographie, un total de 215 points aux examens de licence (il en faut 160 pour être admis)100. Outre le fait que l’on retrouve bien la version latine obligatoire à toute licence ès lettres (où il n’a que 16/40), on peut voir, parmi les sujets travaillés par le futur professeur à la Sorbonne et auteur d’une célèbre thèse sur Les Paysans du Nord sous la Révolution, « La Macédoine après Alexandre » (13/20), « Les Causes des croisades » (13/20), « La formation territoriale de la France du xve au xviiie siècles » (13/20) et « L’Église et l’État sous l’Ancien Régime en France » (15/20). Si l’étude d’un cas en soi n’a pas grand sens, la mise en série des sujets sur la longue durée, peut permettre de dégager les principales évolutions épistémologiques de chaque discipline et de mesurer les thématiques dynamiques. L’examen de ces registres permet également de mieux comprendre les attentes d’un tel examen, ses équilibres entre épreuves écrites et orales mais aussi la place spécifique des disciplines composant ce grade. Pour la licence de Georges Lefebvre on voit ainsi la nette spécialisation opérée par le décret du 8 juillet 1907 qui n’a conservé de l’ancienne licence très généraliste que la version latine à l’écrit (ce verrou du latin ne devait sauter qu’en 1920). On perçoit aussi la profonde inégalité de traitement qui associe l’histoire et la géographie. Sur douze épreuves, l’étudiant n’en traite que deux en géographie. De telles analyses sont à développer pour mieux connaître la manière dont s’affirment ou déclinent les éléments constitutifs et les thématiques des diverses disciplines. L’approche statistique, par le dépouillement des procès-verbaux permet de mesurer le nombre de candidats présents, admissibles et admis et ainsi de mesurer la sélectivité des examens. Baccalauréat101, dont les seuls universitaires forment pendant longtemps les jurys, licences, thèses de doctorats102 et autres diplômes plus professionnalisés, mais aussi concours tels que les agrégations103 ou les CAPES, méritent des analyses nombreuses. Boris Noguès a montré la richesse de cette entrée dans son article sur la maîtrise ès arts aux xviie-xviiie siècles104.

  • 105 Gerbod Paul, « Le personnel enseignant des facultés des lettres et sa contribution à la recherche e (...)
  • 106 Paul Harry W., « L’idée de recherche dans les facultés des sciences au xixe siècle », dans Charle C (...)
  • 107 Soulié Stéphane, Les Philosophes en République : l’aventure intellectuelle de la Revue de métaphysi (...)

23Il en va de même pour les structures de recherche (instituts, laboratoires, etc.) et plus largement pour l’activité de recherche qui débouche sur la publication de livres, d’articles, le dépôt de brevets ou d’autres formes de diffusion et de reconnaissance des recherches personnelles ou collectives. On sait finalement peu de chose sur le travail des enseignants-chercheurs au cours des xixe-xxe siècles. Entre travaux personnels de recherche, enseignements et actions de vulgarisation externée, le temps universitaire n’est pas immuable et de profonds changements se sont opérés. Le colloque de 1984 sur le personnel de l’enseignement supérieur, déjà cité, consacrait toute sa troisième partie à cette question. Paul Gerbod donnait ainsi une communication sur la contribution des personnels des facultés des lettres à la recherche et au changement culturel sous la Troisième République105 alors que Harry W. Paul faisait de même pour les facultés des sciences106. C’est là une question fondamentale que celle des progrès de la recherche et des moyens de la diffusion de ces connaissances dans le monde savant mais aussi plus largement dans l’opinion. La place de la recherche dans le cursus honorum des enseignants, le volume et le contenu scientifique exigés lors de la soutenance de la thèse de doctorat sont ainsi très évolutifs. Outre la thèse, l’analyse des colloques et des congrès, l’examen des publications d’ouvrages et d’articles dans les revues, spécialisées ou générales107, permettent de mesurer le dynamisme des institutions.

Les universitaires et la vie de la Cité

  • 108 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition : Les sociétés savantes en France, Paris, CTHS, 1995.

24Les hommes et les femmes de l’Université ne sont pas en permanence dans les amphithéâtres, devant leurs piles de livres ou leurs éprouvettes, enfermés dans on ne sait quelle tour d’ivoire. Au gré des nominations, l’enseignant découvre un univers local et régional qu’il apprécie ou qu’il juge plus négativement et tisse immanquablement des liens avec les habitants. Cette dimension doit être prise en compte dans l’étude du monde universitaire afin de pouvoir mieux mesurer le degré d’intégration ou d’isolement des individus mais aussi des groupes enseignants au sein des communautés locales. C’est toute la question des rapports avec les élites sociales, économiques et politiques locales qui est posée. Les enseignants mettent-ils en place des moyens spécifiques pour aller à la rencontre des populations – on peut songer ici aux cours et conférences publiques – ou rejoignent-ils les associations philanthropiques et les sociétés savantes existantes108 ?

  • 109 Ory Pascal et Sirinelli Jean-François, Histoire des intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à (...)
  • 110 Caron Jean-Claude, Générations romantiques : Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851 (...)
  • 111 Charle Christophe, Naissance des intellectuels (1880-1900), Paris, Éditions de Minuit, 1990.
  • 112 Winock Michel, Le Siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1997 ; Julliard Jacques et Winock Mich (...)
  • 113 Sirinelli Jean-François, Intellectuels et passions françaises. Manifestes et pétitions au xxe siècl (...)
  • 114 Voir, par exemple, Milet Marc, La Faculté de droit de Paris face à la vie politique : de l’Affaire (...)
  • 115 Mercier Charles, René Rémond, Nanterre et l’Université. Les enfantements (1968-1976), thèse, Paris (...)
  • 116 Sirinelli Jean-François, Génération intellectuelle…, op. cit., deuxième partie : « Khâgneux et norm (...)
  • 117 Singer Claude, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992.
  • 118 Voir Gueslin André, Les Facs sous Vichy, Clermont-Ferrand, Publication de l’Université Blaise Pasca (...)
  • 119 Singer Claude, L’Université libérée, L’université épurée (1943-1947), Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)
  • 120 Sabot Jean-Yves, Le Syndicalisme étudiant et la Guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, 1995.
  • 121 Zancarini-Fournel Michelle, Le Moment 68 : une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008 ; Sirinell (...)

25Cette insertion dans la vie de la cité peut devenir un engagement. À ce titre, le positionnement des enseignants est de nouveau pluriel (associatif, politique, religieux, culturel, etc.) et l’historien doit s’attarder sur ces formes de participation au politique. Homme d’études et de savoirs, maîtrisant l’art de bien écrire et de bien parler, l’enseignant est sollicité comme expert pour décrypter le monde. Il est souvent tenté de jouer un rôle d’éveilleur des esprits, mettant son crédit social au service de causes et de valeurs. Il se transforme alors en intellectuel, tel que le définissent Jean-François Sirinelli et Pascal Ory, c’est-à-dire en « homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d’homme du politique, producteur ou consommateur d’idéologie109 ». Il faut alors cerner les engagements des enseignants qui fournissent souvent un fort contingent de soldats aux diverses mobilisations intellectuelles. Jean-Claude Caron a méticuleusement scruté les engagements des étudiants parisiens dans les années 1815-1851, cette « génération romantique » revendiquant de plus amples libertés et donnant de nombreux soucis aux pouvoirs constitués par leurs actions revendicatives110. La République des professeurs, pour reprendre le titre d’Albert Thibaudet, est souvent une république de la pétition, de l’article de presse, de la déclaration orale ou de la manifestation qui doit être scrutée avec minutie. On connaît ainsi le rôle important joué par les enseignants – du supérieur mais pas uniquement – dans l’Affaire Dreyfus111 ou dans certains combats de l’antifascisme entre 1919 et 1939. Nombreux sont les enseignants qui, aux côtés des écrivains, des journalistes ou des polémistes, rejoignent les combats des intellectuels dans les études menées par Michel Winock112 et Jean-François Sirinelli113. On pense à Maurice Blondel, figure de l’intellectuel catholique mais aussi professeur à la faculté d’Aix ou à Pierre Vidal-Naquet et à son combat contre la poursuite de la guerre en Algérie et contre la torture. Cet engagement enseignant peut aussi déclencher des réactions dans l’opinion, mais aussi chez les étudiants114. La thèse récente de Charles Mercier s’intéresse ainsi à la figure de René Rémond dans les années 1968-1976, universitaire catholique, professeur d’histoire contemporaine mais aussi doyen de Nanterre dans ces années « d’enfantements115 ». La thèse d’État de Jean-François Sirinelli sur les Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, outre qu’elle permet de mieux connaître le fonctionnement des khâgnes et de l’ENS, consacre une large place à l’analyse des positionnements idéologiques des élèves. Il décrit cette « génération pacifiste » au cœur de l’entre-deux-guerres et ses repositionnements successifs116. Il faut également se pencher sur le rôle politique joué au quotidien par les hommes et les femmes de l’Université, par leur engagement citoyen ou leur mandat électif dans les périodes ordinaires, mais aussi sur leurs attitudes lors des grandes crises hexagonales et internationales, les guerres étant ici de remarquables révélateurs de positions. Claude Singer démontre ainsi la richesse de l’examen des dossiers personnels de fonctionnaires, mais aussi l’importance de la relecture des ouvrages et des articles des intéressés, en analysant le positionnement des cadres administratifs et des enseignants du supérieur face au Régime de Vichy et à sa politique anti-juive117. Entre attentisme, collaboration et résistance, les cheminements sont multiples118. Ces mêmes archives, complétées par les procès-verbaux des conseils d’épuration, permettent de mesurer le poids de l’épuration au sein de l’université119. Les mobilisations qui secouent les années de guerre froide ou celles marquées par les guerres de décolonisation120, sont elles aussi intéressantes, tout comme le positionnement dans les événements de mai-juin 1968121.

L’Enseignement supérieur, l’étranger et les relations internationales

  • 122 Barthélémy Pascale, Picard Emmanuelle et Rogers Rebecca (dir.), L’Enseignement dans l’Empire coloni (...)
  • 123 Singaravelou Pierre, « L’enseignement supérieur colonial ; un état des lieux », dans Picard Emmanue (...)
  • 124 Bettahar Yamina, De la science coloniale à la science nationale : émergence et institutionnalisatio (...)
  • 125 Surun Isabelle, Géographie de l’exploration. La carte, le terrain et le texte (Afrique occidentale  (...)
  • 126 Deprest Florence, Géographes en Algérie. La géographie universitaire en situation coloniale (1880-1 (...)
  • 127 Dulucq Sophie, Zytnicki Colette, Décoloniser l’histoire ? De l’histoire coloniale aux histoires nat (...)
  • 128 Singaravelou Pierre (dir.), L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation (xixe- (...)
  • 129 Besançon Pascale, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris, L’Har (...)
  • 130 Barthélemy Pascale, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), Rennes, PUR, 2010.
  • 131 Jézéquel Jean-Hervé, Les « mangeurs de craies ». Les instituteurs diplômés de l’école normale Willi (...)

26L’exportation, forcée ou désirée, des « modèles » universitaires européens à l’étranger a aussi pendant longtemps été négligée par les chercheurs, on pense ici en particulier à l’enseignement supérieur colonial puis post-colonial, ou aux multiples contacts internationaux entre institutions122. Depuis quelques années cependant, d’importants travaux ont permis de baliser le terrain123. Pierre Singaravelou s’est intéressé, dans Professer l’Empire. Les sciences coloniales en France sous la IIIème République, à l’enseignement supérieur colonial donné en France métropolitaine au sein des facultés mais aussi des grandes écoles d’ingénieurs, des institutions de prestige parisiennes et des écoles de commerce de province, observant la manière dont ces institutions ont participé à l’entreprise de colonisation et à sa justification, tout en étudiant ces horizons lointains et leurs caractéristiques. L’autre dimension est celle de l’implantation dans les territoires coloniaux des structures scolaires et universitaires sur le « modèle » de la métropole, par l’étude de leurs personnels, de leurs étudiants et des formations dispensées. Parmi de nombreux travaux, ceux de Yamina Bettahar124, Isabelle Surun125, Florence Deprest126, Sophie Dulucq127 et Pierre Singaravelou128 témoignent de cet intérêt pour l’histoire des enseignements « lointains », même s’il demeure bien des chantiers à ouvrir sur ces structures éducatives coloniales, telles l’Université d’Alger constituée en 1909 par la fédération de diverses écoles et qui gère très vite de multiples instituts spécialisés dans les réalités de l’Afrique du Nord, ou l’Université de Hanoï fondée en 1907 en Indochine avec trois sections (littéraire, scientifique et juridique) alors se développe aussi d’autres écoles supérieures (médecine, etc.)129. Dominique Barthélémy, dans Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), étudie les formations, les élèves et leur devenir mais aussi leur vécu à la fois pour l’École de Sages-femmes de Dakar, ouverte en 1918, et pour l’École normale de Rufisque fondée en 1938, qui forme des maîtresses pour l’AOF130. Les instituteurs, formés à l’École normale William Ponty fondée en 1903 à Saint-Louis du Sénégal et transportée à Gorée en 1913 ont été étudiés par Jean-Hervé Jezequel131.

  • 132 Pervillé Guy, Les Étudiants algériens de l’Université française (1880-1962). Populisme et nationali (...)
  • 133 Guimont Fabienne, Les Étudiants africains en France (1950-1965), Paris, L’Harmattan, 2001.
  • 134 Morder Robi et Rolland-Diamond Caroline, Étudiant(e) s du monde en mouvement. Migrations, cosmopoli (...)
  • 135 Barrera Caroline, Étudiants d’ailleurs. histoire des étudiants étrangers, coloniaux et Français de (...)
  • 136 Moulinier Pierre, Les Étudiants étrangers à Paris au xixe siècle. Migrations et formation des élite (...)
  • 137 Hiraux Françoise et Mirguet Françoise (éds), Finances, mobilités et projets d’éducation universitai (...)
  • 138 Charle Christophe, La République des universitaires…, op. cit., « Ambassadeurs ou chercheurs ? », p (...)
  • 139 Ibid., p. 350.
  • 140 Picard Emmanuelle, « Les enseignants français dans la diplomatie culturelle : perspectives archivis (...)

27Les circulations étudiantes sont aussi prises en compte désormais pour la période contemporaine, comme elles le furent pour les étudiants des époques médiévale et moderne. À ce niveau, le travail de Guy Pervillé, Les Étudiants algériens de l’Université française (1880-1962). Populisme et nationalisme chez les étudiants et intellectuels musulmans algériens de formation français132, jouèrent un rôle pionnier même si, à l’époque, « l’Algérie, c’est la France ». Fabienne Guimont a étudié les étudiants africains en France dans les années fondamentales qui voient le développement des luttes pour l’indépendance133 entre 1950 et 1965. Le livre dirigé par Robi Morder et Caroline Rolland-Diamond, Étudiant(e) s du monde en mouvement. Migrations, cosmopolitisme et internationales étudiantes134, fruit d’un colloque rémois, témoigne de la richesse des études possibles, tout comme les travaux de Caroline Barrera135 et le récent livre de Pierre Moulinier sur Les Étudiants étrangers à Paris au xixe siècle136. La seconde partie du livre dirigé par Françoise Hiraux et Françoise Mirguet sur Finances, mobilités et projets d’éducation universitaires, résultat de trois journées d’études à Louvain-la-Neuve, creuse le même sillon avec succès137. Bien des pistes sont à parcourir encore pour les diverses facultés et universités des xixe-xxe siècles alors qu’il faut aussi en savoir davantage, dans l’autre sens, sur les séjours des étudiants et enseignants français à l’étranger, leurs finalités et leur influence afin de voir, si, selon les périodes, ils reprennent les choix diplomatiques des gouvernements français, les annoncent ou les contredisent dans une forme spécifique de diplomatie culturelle. Christophe Charle, dans la troisième partie de La République des universitaires, montre ainsi que, chercheur par définition, le professeur d’université peut aussi se transformer en « ambassadeur138 ». Il faut alors s’intéresser aux échanges de professeurs entre facultés françaises et étrangères mais aussi à la politique d’invitations, en dégageant une géographie de ces échanges qui permet d’en savoir beaucoup sur la politique culturelle de la France. « La Sorbonne, dans sa politique d’invitations, reproduit les tropismes du Quai d’Orsay139. » L’enjeu est alors de taille car il s’agit aussi de mieux saisir le positionnement des universitaires français dans le champ intellectuel international. L’étude des congrès et des grands colloques internationaux est un champ fécond pour mesurer à la fois les circuits de la circulation internationale des idées mais aussi le poids de la recherche française140.

28Pour qui veut travailler sur l’histoire des universités en France aux xixe-xxe siècles, les sources, dans leur grande diversité et au-delà de leur dispersion et de leur possible dimension lacunaire, sont nombreuses et souvent complémentaires. Par des sentiers désormais bien balisés, s’appuyant sur des travaux existants, ou par des chemins de traverse plus périlleux, historiennes et historiens se doivent de défricher ce monde universitaire trop longtemps délaissé. Sur les principaux acteurs de l’université que sont les enseignants, les étudiants mais aussi les communes, les associations, les milieux économiques, les sociétés savantes, entre autres acteurs, comme sur les études universitaires en elles-mêmes, leur organisation, leur contenu, leur pédagogie et la place de la recherche scientifique, des travaux en grand nombre peuvent être menés qui, loin de contribuer à une forme de « grand renfermement » du chercheur sur lui-même et son propre monde, permettent de replacer l’Université au cœur des problématiques globales de notre histoire contemporaine et de ses enjeux à la fois sociaux, économiques, politiques et culturels. Il en va bien évidemment de même pour l’examen du rôle des universitaires et des universités dans la vie de la Cité et dans les relations à autrui. Le travail sur « soi », par l’étude de l’Alma Mater, est alors une école de rigueur historique, un apprentissage permanent de l’esprit critique pour éviter de sombrer dans l’auto-justification facile ou le dénigrement permanent.

Figure 1 - Photographie d’une action revendicative des étudiants lillois le 19 décembre 1963 sur la Grand’Place de Lille (sources : Lille Université, journal étudiant, décembre 1963, collection personnelle J.-f. Condette). Les étudiants protestent contre le manque de place en résidences et dans les restaurants universitaires et contre les lenteurs dans la construction du nouveau campus d’Annappes en élevant un mur symbolique sur la place centrale de Lille.

Figure 1 - Photographie d’une action revendicative des étudiants lillois le 19 décembre 1963 sur la Grand’Place de Lille (sources : Lille Université, journal étudiant, décembre 1963, collection personnelle J.-f. Condette). Les étudiants protestent contre le manque de place en résidences et dans les restaurants universitaires et contre les lenteurs dans la construction du nouveau campus d’Annappes en élevant un mur symbolique sur la place centrale de Lille.

Figure 2 - Tract étudiant lillois de mai 1968 : « le dialogue de la matraque » (Association générale des étudiants lillois-AGEL-UNEF, début mai 1968 (collection personnelle J.-F. Condette).

Figure 2 - Tract étudiant lillois de mai 1968 : « le dialogue de la matraque » (Association générale des étudiants lillois-AGEL-UNEF, début mai 1968 (collection personnelle J.-F. Condette).

Notes

1 Bourdieu Pierre, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

2 Viry Laurence, Le Monde vécu des universitaires ou la république des Egos, Rennes, PUR, 2006.

3 Langlois Charles-Victor et Seignobos Charles, Introduction aux études historiques, Paris, (1898), réédition Kimé, 1992.

4 Soulié Charles, « Présentation générale », dans Soulié Charles (dir.), Un mythe à détruire ? Vincennes, Faculté ouverte à tous, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, p. 25.

5 Picard Emmanuelle, « Avant-propos », dans Picard Emmanuelle (dir.), L’Enseignement supérieur. Bilan et perspectives historiographiques, Histoire de l’éducation, no 122, avril-juin 2009, p. 5.

6 Charle Christophe, « Réinventer l’histoire des universités » dans Soulié Charles (dir.), Un Mythe à détruire ?…, op. cit., p. 13.

7 Le Goff Armelle, « Les hommes et les femmes de l’Université aux Archives nationales », dans Le Goff (dir.), Les Hommes et les femmes de l’Université. Deux siècles d’archives, Paris, Archives nationales-Direction des Archives de France/INRP, 2009, pp. 25-44.

8 Archives nationales, F17 20001 à 29294, dossiers personnels de retraite.

9 Parmi de nombreuses monographies récentes : Tuilier André, Histoire de l’Université de Paris et de la Sorbonne. Paris, Nouvelle librairie de France, deux volumes, 1994 ; Cadilhon François, Lachaise Bernard et Lebigre Jean-Michel, Histoire d’une université bordelaise : Michel de Montaigne, faculté des lettres, faculté des Arts (1441-1999), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 1999 ; Condette Jean-François, Une Faculté dans l’histoire. la faculté des lettres de Lille de 1887 à 1945, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaire du Septentrion, 1999 ; Malherbe Marc, La Faculté de droit de Bordeaux (1970-1970), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 1996 ; Emptoz Gérard (dir.), Histoire de l’Université de Nantes (1460-1993), Rennes, PUR, 2002 ; Livet Georges, L’Université de Strasbourg. De la Révolution à la guerre de 1870, Strasbourg, Presses universitaires, 1996 ; Sirinelli Jean-François (dir.), École normale supérieure. Le livre du bicentenaire, Paris, Presses de l’ENS, 1994 ; Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, Pestre Dominique, Picon Antoine (dir.), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995 ; Binizet Brigitte, L’Université d’Avignon. Naissance et renaissance (1303-2003), Paris, Actes Sud, 2003 ; Alpherin Jean-Louis, Paris, capitale jurudique, Paris Presses de l’ENS, 2011 ; Soulié Charles (dir.), Un Mythe à détruire ?..., op. cit., ; Liefooghe Jacques, Ducoulombier Henri, Histoire de la faculté libre de médecine et de pharmacie de Lille de 1876 à 2003, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010 ; Masson Catherine, La Catho. Un siècle d’histoire (1876-1976), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011 ; Quellien Jean, Toulorge Dominique et David Serge, Histoire de l’Université de Caen (1432-2012), Caen, Presses universitaires de Caen, 2012.

10 Burney John M., Toulouse et son université : facultés et étudiants dans la France provinciale du 19e siècle, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989.

11 Dalançon Joël, Le Dictionnaire de l’Université de Poitiers, Poitiers, Geste, 2012.

12 Denéchère Yves et Matz Jean-Michel (dir.), Histoire de l’université d’Angers du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2012.

13 Liard Louis, L’Enseignement supérieur en France, tome 1, (1789-1889), Paris, Armand Colin, 1888 ; tome 2, 1889-1893, Paris Armand Colin, 1994.

14 Minot Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, PUF, 1991.

15 Verger Jacques, Les Universités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2007.

16 Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986.

17 Weisz George, The Emergence of modern Universities in France (1863-1914), Princeton University Press, 1983.

18 Brockliss Lauwrence W. B., French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. A cultural History, Oxford, Clarendon Press, 1987.

19 Chapoulie Jean-Michel, Fridenson Patrick et Prost Antoine (dir.), « Mutations de la science et des universités en France depuis 1945 », Le Mouvement social, no 233, décembre 2010, 2010-4, pp. 127-142.

20 Mayeur Françoise, De la Révolution à l’école républicaine, tome 3, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, réédition, Tempus, 2004 ; Prost Antoine, L’École et la famille dans une société en mutation (depuis 1930), tome 4, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, réédition, Tempus, 2004 ; Robert André, L’École en France de 1945 à nos jours, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010.

21 Musselin Christine, Les Universitaires, Paris, La Découverte, 2008 ; Id., La Longue marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001 ; Id., Le Marché des universitaire. France, Allemagne, États-Unis, Paris, Presses de Sciences Po, 2005.

22 Anderson Robert D., European Universities from the Enlightenment to 1914, Oxford, Oxford University, Press, 2004.

23 Rüegg Walter (dir.), Universities in the Nineteenth and Early Twentieth Centuries (1800-1945), Vol. 3, A History of the University in Europe Cambridge, Cambrigde University Press, 2004 ; Id., Universities since 1945, Vol. 4, Cambridge, Cambrigde University Press, 2011.

24 Charle Christophe et Verger Jacques, Histoire des universités, Paris, PUF, 1994 (réédition 1997).

25 Charle Christophe et Verger Jacques, Histoire des universités (xiie-xxie siècle), Paris, PUF, 2012.

26 D’Irsay Stéphane, Histoire des universités françaises et étrangères, volume 1, Moyen Âge et Renaissance ; volume 2 : Du xvie siècle à 1860, Paris, Picard, 1933-1935.

27 Selon la célèbre formule de Marc Bloch dans Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952.

28 Condette Jean-François, Histoire de la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974. Les métamorphoses d’une institution universitaire française, Lille, ANRT, 1997, 3 volumes.

29 Michelet Jules, Œuvres, tome III, Histoire de France, livre IV, Bruxelles, Méline, Cans et Compagnie, 1840.

30 Voir Schoukens Cathy (éd.), Archives, universités, monde étudiant. Une mémoire en construction, Académia-Bruylant, Archives de l’Université catholique de Louvain, 2003.

31 Par exemple, Douat Frédéric, « Les archives de l’Université de Paris X-Nanterre », dans Scoukens Cathy (éd.), Archives, universités, monde étudiant…, op. cit., pp. 49-57.

32 Chatelet Anne-Marie et Le Cœur Marc (dir.), L’Architecture scolaire ; Essai d’historiographie internationale, Histoire de l’éducation, no 102, mai 2004 (deux articles sur le supérieur) ; Hottin Christian (dir.), Universités et grandes écoles à Paris. Les palais de la science, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1999.

33 Charmasson Thérèse, « Les archives personnelles des professeurs et des administrateurs », dans Le Goff Armelle (dir.), Les Hommes et les femmes de l’Université..., op. cit., pp. 45-64.

34 On relèvera par exemple, le fonds Charles Seignobos (AB XIX 2841-2850), le fonds Philippe Sagnac (AB XIX-3525-3534) ou le fonds Marc Bloch (AB XIX 3796-3852 et 4270-4275).

35 Archives départementales du Pas-de-Calais, 81 J 1 à 123, Archives Châtelet.

36 Condette Jean-François, Albert Châtelet, la République par l’École, Arras, Artois Presses Université, 2009.

37 Archives départementales du Nord, 144 J, Papiers Alain Lottin.

38 Fillon Catherine, « Étudier un corpus en province : les professeurs de droit de Lyon », dans Le Goff Armelle (dir.), Les Hommes et les femmes de l’Université…, op. cit., pp. 113-120.

39 Parmi de nombreux exemples : Grappin Pierre, L’Île aux peupliers, de la Résistance à mai 68, souvenirs du doyen de Nanterre, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993 ; Mendras Henri, Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995 ; Vidal-Naquet Pierre, Mémoires, tome 1, La Brisure et l’attente (1930-1955) ; tome 2, Le Trouble et la lumière (195-1998), réédition, Point-Essai, 2007 ; Ariès Philippe, Un Historien du dimanche, Paris, Le Seuil, 1980 ; Nora Pierre (dir.), Essais d’égo-histoire, Paris, Gallimard, 1987 ; Schwartz Laurent, Un Mathématicien aux prises avec le siècle, Paris, Odile Jacob, 1997 ; Crouzet François, De Mémoire d’historien. Chroniques d’un xxe siècle disparu, Paris, Payot, 2012.

40 Voir : Viry Laurence, Le Monde vécu des universitaires ou la république des Egos, op. cit. (43 entretiens) ; Paye Simon, « L’entretien biographique en milieu savant : implications méthodologiques », dans Rollet Laurent et Nabonnand Philippe (dir.), Les Uns et les autres… Biographies et prosopographie en histoire des sciences, Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éditions universitaires de Lorraine, 2012, pp. 447-482. Voir les ouvrages publiés par le Service d’histoire de l’éducation (SHE) : Allaire Martine, Frank Marie-Thérèse, Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’Éducation depuis la Libération, tome 1, Inventaire de cinquante entretiens, Paris, INRP, 1995 ; tome 2, Inventaire de soixante-six entretiens, Paris, INRP, 2000 ; tome 3, Inventaire de quarante entretiens, Paris, INRP, 2002 ; tome 4, Inventaire de soixante-quatre entretiens, Lyon, INRP, 2005 ; Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, tome 5, Inventaire de cinquante entretiens : la fonction rectorale, Lyon, INRP, 2008 (nombreux universitaires).

41 Soulié Charles (dir.), Un mythe à détruire ?..., op. cit.

42 Voir Condette Jean-François, « Conclusion : Sortir les fantômes du placard » » dans Le Goff Armelle (dir.), Les Hommes et les femmes de l’Université…, op. cit., pp. 145-176.

43 Karady Victor, « Recherches sur la morphologie du corps universitaire littéraire sous la Troisième République », Le Mouvement social, no 96, juillet-septembre 1976, pp. 47-79 ; Id., « Les professeurs de la République. Le marché scolaire, les réformes universitaires et les transformations de la formation professorale à la fin du xixe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, no 47-48, juin 1983, pp. 90-112 ; Id., « Normaliens et autres enseignants à la Belle Époque ; notes sur l’origine sociale et la réussite dans une profession intellectuelle », Revue française de sociologie, XIII, janvier-mars 1972, pp. 35-58.

44 Charle Christophe et Ferré Régine, Le Personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe et xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1985.

45 Mayeur Françoise, « L’évolution des corps universitaires de 1877 à 1968 » dans Charle Christophe et Ferré Régine, Le Personnel de l’enseignement supérieur en France…, op. cit., pp. 11-28.

46 Charle Christophe, Les Professeurs de la Faculté des Lettres de Paris, Dictionnaire biographique, volume 1, (1809-1908), Paris, INRP/CNRS, 1985 ; volume 2, (1909-1939), Paris, INRP/CNRS, 1986.

47 Charle Christophe et Telkes Eva, Les Professeurs du Collège de France (1901-1939). Dictionnaire biographique, Paris, INRP/CNRS, 1988.

48 Charle Christophe et Telkes Eva, Les Professeurs de la Faculté des Sciences de Paris (1901-1939). Dictionnaire biographique, Paris, INRP/CNRS, 1989.

49 Fontanon Claudine et Grelon André (dir.), Les Professeurs du Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographique (1794-1955), tome 1, (A-K) ; tome 2, (L-Z), Paris, INRP/CNAM, 1994.

50 Huguet Françoise, Les Professeurs de la faculté de médecine de Paris. Dictionnaire biographique (1794-1939), Paris, INRP/CNRS, 1991.

51 Charle Christophe, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994, p. 21 et suivantes.

52 Voir Pourprix Marie-Thérèse, Des mathématiciens à la faculté des sciences de Lille (1854-1971), Paris, L’Harmattan, 2009.

53 Condette Jean-François, Les Lettrés de la République. Dictionnaire biographique des enseignants de la Faculté des Lettres de Douai puis de Lille sous la Troisième République, CEGES, Lille 3/IRHIS, 2006.

54 Rollet Laurent et Nabonnand Philippe (dir.), Les uns et les autres…, op. cit.

55 Voir : http://facultes19.ish-lyon.cnrs.fr/ (consulté en juillet 2014).

56 Sans être exaustif : Vermeren Patrice, Victor Cousin, le jeu de la philosophie et de l’État, Paris, L’Harmattan, 1995 ; Cholvy Gérard, Frédéric Ozanam. L’engagement d’un intellectuel catholique au xixe siècle, Paris, Fayard, 2003 ; Kaspi André, Jules Isaac, Paris, Armand Colin, 2004 ; Dumoulin Olivier, Marc Bloch, Paris, Presses de Sciences Po, 2000 ; Fink Caroline, Marc Bloch. Une vie au service de l’histoire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1997 ; Gemelli Guiliana, Fernand Braudel, Paris, Odile Jacob, 1996 ; Reid Robert, Marie Curie : derrière la légende, Paris, Le Seuil, 1979 ; Telkes Eva, Maurice Caullery : un biologiste au quotidien (1868-1958), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1993 ; Geslot Jean-Charles, Victor Duruy. Historien et universitaire (1811-1894), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009 ; Gros Guillaume, Philippe Ariès. Un traditionnaliste non-conformiste. De l’Action française à l’École des hautes études en sciences sociales (1914-1984), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008 ; Prochasson Christophe, Les chemins de la mélancolie. François Furet, Paris, Stock, 2013, 557 p.

57 Mayeur Françoise, « Les carrières de l’enseignement supérieur en France depuis 1968 » dans Brelot Claude-Isabelle et Mayeur Jean-Luc (dir.), Voyages en histoire. Mélanges offerts à Paul Gerbod, Paris, Les Belles Lettres, 1995, pp. 71-88.

58 Condette Jean-François, « Des cervelines aux professeures : la difficile intégration des femmes dans le personnel enseignant des universités françaises au xxe siècle », dans Barrière Jean-Paul et Guignet Philippe (dir.), Les Femmes au travail dans les villes en France et en Belgique du xviiie siècle au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2009, pp. 237-274.

59 Caspard Pierre, Luc Jean-Noël et Rogers Rebecca (dir.), L’Éducation des filles (xviiie-xxie siècles). Hommage à Françoise Mayeur, Histoire de l’éducation, no 115-116, septembre 2007.

60 Van Essen Mineke et Rogers Rebecca (dir.), Les Enseignantes. Formations, identités, représentations (xixe-xxe siècles), Histoire de l’éducation, no 98, mai 2003 (pas sur le supérieur, mais voir la très intéressante introduction par Mineke Van Essen et Rebecca Rogers, « Écrire l’histoire des enseignantes : Enjeux et perspectives internationales », pp. 5-35) ; Cacouault Marlaine, Les Femmes professeurs à l’ère de la féminisation. Positions, situations, itinéraires (1965-1980), thèse de sociologie, Paris VIII, 1986 ; Id., « Prof, c’est bien… pour une femme », Le Mouvement social, no 140, juillet-septembre 1987, pp. 107-119 ; Id., Intellectuelles… mais pas trop. Vies et carrières des femmes professeurs au xxe siècle, Paris, La Découverte, 2007 ; Schweitzer Sylvie, Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe (xixe-xxe siècles), Paris, Payot, 2010.

61 Dumoulin Olivier, « Archives au féminin, histoire au masculin : les historiennes professionnelles en France (1920-1965) », dans Sohn Anne-Marie et Thelamon Françoise (dir.), L’Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, 1998, pp. 343-356.

62 Charle Christophe, « Les femmes dans l’enseignement supérieur. Dynamiques et freins d’une présence (1946-1992) », dans Duclert Vincent, Fabre Remi et Fridenson Patrick (dir.), Avenirs et avant-gardes en France (xixe-xxe siècles), Hommage à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, 1999, pp. 84-105.

63 Fischer Didier, L’Histoire des étudiants en France de 1945 à nos jours, Paris, Flammarion, 2000.

64 Monchablon Alain, Histoire de l’UNEF, Paris, PUF, 1983 ; Weisz George, « Associations et manifestations : les étudiants français de la Belle Époque », Le Mouvement social, no 120, juillet-septembre 1982, pp. 31-44 ; Legois Jean-Philippe, Monchablon Alain et Morder Robi (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse, 2007 ; Condette Jean-François, « Les associations générales d’étudiants et le politique de 1880 à 1914 : les espoirs déçus du régime républicain », Carrefours de l’Éducation, no 23, janvier-juin 2007, pp. 67-83 et no 24, juillet-décembre 2007, pp. 149-158 ; Morder Robi (dir.), Naissance d’un syndicalisme étudiant. 1946 : la charte de Grenoble, Paris, Syllepse, 2006.

65 Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, Les Héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

66 Gruel Louis, Galland Olivier et Houze Guillaume, Les Étudiants en France. Histoire et sociologie d’une nouvelle jeunesse, Rennes, PUR, 2009 ; Galland Olivier, Le Monde des étudiants, Paris, PUF, 1995 ; Erlich Valérie, Les Nouveaux étudiants. Un groupe social en mutation, Paris, Armand Colin, 1998 ; Felouzis Georges, La Condition étudiante, sociologie des étudiants de l’université, Paris, PUF, 2001.

67 Moulinier Georges, La Naissance de l’étudiant moderne (xixe siècle), Paris, Belin, 2002.

68 Caron Jean-Claude, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Paris, Armand Colin, 1991.

69 Voir Tikhonov-Sigrist Natalia, « Les femmes et l’université en France (1860-1914). Pour une historiographie comparée » dans Picard Emmanuelle (dir.), L’enseignement supérieur. Bilan et perspectives historiographiques, Histoire de l’éducation, no 122, avril-juin 2009, pp. 53-70 ; Tournier Michèle, L’Accès des femmes aux études universitaires en France et en Allemagne de 1861 à 1967. Contribution à l’étude du féminisme en France et en Allemagne durant ces cent dernières années, doctorat en Sciences de l’éducation, Paris V, 1972 ; Lecuyer Carole, « Une nouvelle figure de la jeune fille sous la Troisième République : l’étudiante », Clio, Histoire, femmes et sociétés, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, no 4, 1996, pp. 166-176 ; Lelièvre Claude et Françoise, Histoire de la scolarisation des filles, Paris, Nathan, 1991 ; Baudelot Christian et Establet Roger, Allez les filles, réédition Le Seuil, 2006.

70 Condette Jean-François, « Les « cervelines » ou les femmes indésirables. L’étudiante dans la France des années 1880-1914 », Carrefours de l’éducation, no 14, juillet-décembre 2002, pp. 39-62.

71 Condette Jean-François, « Le bon levain : les étudiants boursiers en France de 1877 à 1914 », dans Condette Jean-François (dir.), Le Coût des études. Modalités, acteurs et implications sociales (xvie-xxe siècles), Rennes, PUR, 2012, pp. 333-388.

72 Julia Dominique et Revel Jacques, Les Universités européennes du xvie au xviiie siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, Paris, EHESS, 1986 et 1988, 2 volumes.

73 Sirinelli Jean-François, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUF Quadrige, 1994.

74 Luc Jean-Noël et Barbe Alain, Des Normaliens. Histoire de l’école normale supérieure de Saint-Cloud, Paris, FNSP, 1982.

75 Belhoste Bruno, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003.

76 Costechareire Arnaud, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc et du lycée de jeunes filles de Lyon (1924-1968), thèse en histoire contemporaine, Université de Lyon 2, 2011.

77 AD du Nord, 2640 W 1 à 803, faculté des lettres de Lille 3 (1887-1971), fiches individuelles des étudiants.

78 AD du Nord, 2217 W 1 à 7, fiches des étudiants (1931-1967), faculté des lettres.

79 AD du Nord, 2037 W 1 à 166, Faculté de droit (1930-1953), fiche pédagogique des étudiants, B, D et T.

80 Rollet Laurent, « Peut-on faire l’histoire des pôles scientifiques ? » dans Picard Emmanuelle (dir.), L’Enseignement supérieur. Bilan et perspectives historiographiques, Histoire de l’éducation, no 122, avril-juin 2009, pp. 93-113.

81 Burney John M., Toulouse et son université…, op. cit.

82 Fox Robert, Weisz George (dir.), The Organization of Science and Technology in France (1808-1914), Cambridge, Cambridge University Press, 1980 ; Harry W. Paul, From Knowledge to Power : the Rise of the Science Empire in France (1860-1930), Cambridge, Cambridge University Press, 1985 ; Nye Mary-Jo, Science in the Provincies : Scientific Communities and provincial Leadership in France (1860-1930), Berkeley, University of California Press, 1986.

83 Bodé Gérard et Savoie Philippe (dir.), L’Offre locale d’enseignement : les formations techniques et intermédiaires (xixe-xxe siècles), Paris, INRP, Histoire de l’éducation, no 66, 1995.

84 Condette Jean-François, Châtelet Albert, La République par l’École…, op. cit., pp. 212-231.

85 Grelon André, Grossetti Michel (dir.), Villes et institutions scientifiques (Rapport pour le PIR-Villes), CNRS/Région Midi-Pyrénées.

86 Grelon André et Birck Françoise (dir.), Des Ingénieurs pour la Lorraine (xixe-xxe siècles), Metz, Édition Serpenoise, 1998 (beaucoup plus large que le titre ne le laisse supposer).

87 Rollet Laurent, « L’École nationale supérieure des industries chimiques de Nancy et ses partenaires industriels », dans Rollet Laurent, Choffel-Mailfert Marie-Jeanne (dir.), Aux origines d’un pôle scientifique : faculté des sciences et écoles d’ingénieurs à Nancy, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2007, pp. 205-281 ; Birck Françoise, Grelon André (dir.), Un Siècle de formation d’ingénieurs électriciens, ancrage local et dynamique européenne : l’exemple de Nancy, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006.

88 Voir Condette Jean-François, Les Recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 3, Le Recteur d’académie, l’École, la Nation (1808-1940), Lyon, INRP, 2009.

89 Suteau Marc, Une ville et ses écoles, Nantes (1830-1940), Rennes, PUR, 1999 ; Bidois Anne, La Formation scientifique et technique dans l’enseignement supérieur à Rouen (1809-1985). Essai de sociologie historique, thèse de sociologie, Rouen, 2004.

90 Condette Jean-François, « Financer le développement de l’Université de Lille sous la Troisième République : entre tutelle étatique et soutiens locaux », dans Hiraux Françoise et Mirguet Françoise (éds.), Finances, mobilités et projets d’éducation universitaires. Le regard des historiens, Louvain-La-Neuve, Academia/L’Harmattan, Publication des Archives de l’Université catholique de Louvain, no 29, pp. 67-108.

91 Masson Catherine, La Catho…, op. cit..

92 Baudelle Guy, Ozouf-Marignier Marie-Vic et Robic Marie-Claire (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945) : le terrain, le livre, la Cité, Rennes, PUR, 2001 ; Condette Jean-François, « L’enseignement de l’histoire-géographie à la faculté des lettres de Lille de 1887 à 1914 », Revue du Nord, avril-juin 1999, no 330, pp. 329-361.

93 Genet-Delacroix Marie-Claude, « L’enseignement supérieur de l’histoire de l’art (1863-1940) », dans Charle Christophe et Ferré Régine, Le Personnel de l’enseignement supérieur…, op. cit., pp. 79-110 ; Id., Art et État sous la IIIème République. Le système des Beaux-Arts (1870-1940), Paris, Publication de la Sorbonne, 1992.

94 Voir Gautherin Jacqueline, Une Discipline pour la République : la science de l’éducation en France (1882-1914), Berne, Peter Lang, 2002 ; Condette Jean-François, « Georges Lefèvre et la Science de l’Éducation », CERSE, Les Sciences de l’Éducation pour l’Ere Nouvelle, Caen, 2000, volume 33, no 3, pp. 83-118.

95 Le Van-Lemesle Lucette, Le Juste et le riche : l’enseignement de l’économie politique (1815-1950), Paris, ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie/Comité pour l’histoire économique de la France, 2004.

96 Parmi de nombreuses études : Carbonell Charles-Olivier, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français (1865-1885), Toulouse, Privat, 1976 ; Dumoulin Olivier, Profession historien (1919-1939) : un métier en crise ?, thèse de doctorat, 1983, EHESS ; Poucet Bruno, Enseigner la philosophie : histoire d’une discipline scolaire (1860-1990), Paris, CNRS Éditions, 1999 ; Cardon-Quint Clémence, Lettres pures et lettres impures ? Les professeurs de français dans le tumulte des réformes : histoire d’un corps illégitime (1946-1981), thèse de doctorat en histoire, Rennes 2, 2010 ; Leprieur François, Les Conditions de la constitution d’une discipline scientifique : la chimie organique en France (1830-1880), thèse, Paris I, 1977 ; Tomic Sacha, Aux origines de la chimie organique. Méthodes et pratiques des pharmaciens et des chimistes (1785-1835), Rennes, PUR, 2010 ; Pavis Fabienne, « Une discipline “utile” dans l’enseignement supérieur : promotion et appropriations de la gestion (1965-1971 », dans Chapoulie Jean-Michel, Fridenson Patrick et Prost Antoine (dir.), Mutations de la science et des universités en France depuis 1945…, op. cit. ; Pavis Fabienne et Chessel Marie-Emmanuelle, Le Technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l’enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, 2001 ; Maffre Philippe, Les Origines de l’enseignement commercial supérieur en France au xixe siècle, thèse, Paris I, 1983 ; Espagne Michel, Le Paradigme de l’étranger : les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Paris, Cerf, 1993 ; Pouly Marie-Pierre, L’Esprit du capitalisme et le corps des lettrés : l’inscription scolaire de l’anglais et sa différenciation (xixe-xxe siècles), thèse, EHESS, 2009 ; Dubois Jérémie, Enseigner l’italien en France de la fin du xixe siècle à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Entre enjeux disciplinaires et relations franco-italiennes, thèse de doctorat, EPHE, 2010.

97 Locher Fabien, « Les sciences et les techniques dans l’enseignement supérieur français (xixe-xxe siècles) : un panorama historiographique », dans Picard Emmanuelle dir., L’enseignement supérieur. Bilan et perspectives historiographiques, Lyon, INRP, Histoire de l’éducation, no 122, avril-juin 2009, pp. 35-52.

98 Bruter Annie (dir.), Le cours magistral (xve-xxe siècles), Lyon, INRP, Histoire de l’éducation, no 120, octobre-décembre 2008 ; Le cours magistral (xve-xxe siècles). Le cadre institutionnel et matériel, Lyon, ENS, Histoire de l’éducation, no 130, avril-juin 2011.

99 Regé-Colet Nicole, Romainville Marc (dir.), La Pratique enseignante en mutation à l’université, Bruxelles, De Boeck, 2006.

100 AD du Nord, 438 W 138060, PV des sessions, Faculté des lettres, licence ès lettres (1908-1912).

101 Marchand Philippe (dir.), Le Baccalauréat (1808-2008). Certification française ou pratique européenne ?, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord-INRP, 2010.

102 Jolly Claude et Neveu Bruno, Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, Aux Amateurs du livre/Klincksieck, Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, 1993, no 12.

103 Chervel André, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, Kimé, 1993 ; Verneuil Yves, Les Agrégés. Histoire d’une exception française, Paris, Belin, 2005.

104 Noguès Boris, « La maîtrise ès arts en France aux xviie et xviiie siècles. Rites universitaires, épreuves scolaires et usages sociaux d’un grade », Histoire de l’éducation, no 124, octobre-décembre 2009, pp. 95-135.

105 Gerbod Paul, « Le personnel enseignant des facultés des lettres et sa contribution à la recherche et au changement culturel (1870-1939) », dans Charle Christophe et Ferré Régine, Le Personnel de l’enseignement supérieur…, op. cit., pp. 187-204.

106 Paul Harry W., « L’idée de recherche dans les facultés des sciences au xixe siècle », dans Charle Christophe et Ferré Régine, Le Personnel de l’enseignement supérieur en France…, op. cit., pp. 219-228.

107 Soulié Stéphane, Les Philosophes en République : l’aventure intellectuelle de la Revue de métaphysique et de morale et de la Société française de philosophie (1891-1914), Rennes, PUR, 2009.

108 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition : Les sociétés savantes en France, Paris, CTHS, 1995.

109 Ory Pascal et Sirinelli Jean-François, Histoire des intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 1986, p. 10.

110 Caron Jean-Claude, Générations romantiques : Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Paris, Armand Colin, 1991.

111 Charle Christophe, Naissance des intellectuels (1880-1900), Paris, Éditions de Minuit, 1990.

112 Winock Michel, Le Siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1997 ; Julliard Jacques et Winock Michel (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, 1996.

113 Sirinelli Jean-François, Intellectuels et passions françaises. Manifestes et pétitions au xxe siècle, Paris, Fayard, 1990.

114 Voir, par exemple, Milet Marc, La Faculté de droit de Paris face à la vie politique : de l’Affaire Scelle à l’Affaire Jèze (1925-1936), travaux de recherches Panthéon-Assas, Paris II, 1996.

115 Mercier Charles, René Rémond, Nanterre et l’Université. Les enfantements (1968-1976), thèse, Paris I, 2011.

116 Sirinelli Jean-François, Génération intellectuelle…, op. cit., deuxième partie : « Khâgneux et normaliens des années 1920 ; une génération pacifiste ? », pp. 219 et suivantes.

117 Singer Claude, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

118 Voir Gueslin André, Les Facs sous Vichy, Clermont-Ferrand, Publication de l’Université Blaise Pascal, 1994 ; Condette Jean-François, « La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (France et Belgique) », dans Vandenbussche Robert (dir.), L’Engagement dans la Résistance (France du Nord-Belgique), Lille, Université de Lille 3, CRHEN-O-CEGES, 2003, pp. 31-70.

119 Singer Claude, L’Université libérée, L’université épurée (1943-1947), Paris, Les Belles Lettres, 1997.

120 Sabot Jean-Yves, Le Syndicalisme étudiant et la Guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, 1995.

121 Zancarini-Fournel Michelle, Le Moment 68 : une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008 ; Sirinelli Jean-François, 1968 : l’événement Janus, Paris, Fayard, 2008 ; Dreyfus-Armand Geneviève et Gervereau Laurent, Mai 68 : les mouvements étudiants en France et dans le monde, Paris, Nanterre, BIDC, 1988 ; Condette Jean-François, « Autour de mai 1968 : de la faculté des Lettres de Lille à l’Université de Lille III : Une mutation accélérée », Revue du Nord, janvier-mars 2005, pp. 139-176.

122 Barthélémy Pascale, Picard Emmanuelle et Rogers Rebecca (dir.), L’Enseignement dans l’Empire colonial français (xixe-xxe siècles), Lyon, ENS, Histoire de l’éducation, no 128, octobre-décembre 2110 ; Cabanel Patrick (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langues et culture françaises aux xixe-xxe siècles, Paris, CREAPHIS, 2006.

123 Singaravelou Pierre, « L’enseignement supérieur colonial ; un état des lieux », dans Picard Emmanuelle (dir.), L’enseignement supérieur. Bilan et perspectives historiographiques, Lyon, INRP, Histoire de l’éducation, no 122, avril-juin 2009, pp. 71-92.

124 Bettahar Yamina, De la science coloniale à la science nationale : émergence et institutionnalisation des savoirs et des communautés scientifiques en Algérie (1909-1994), thèse de sciences politiques, IEP de Paris, 1998.

125 Surun Isabelle, Géographie de l’exploration. La carte, le terrain et le texte (Afrique occidentale : 1870-1880), thèse de doctorat, Paris EHESS, 2003.

126 Deprest Florence, Géographes en Algérie. La géographie universitaire en situation coloniale (1880-1950), Paris, Belin, 2009.

127 Dulucq Sophie, Zytnicki Colette, Décoloniser l’histoire ? De l’histoire coloniale aux histoires nationales en Amérique latine et en Afrique (xixe-xxe siècles), Saint-Denis, Société française d’histoire d’Outre-Mer, 2003 ; Dulucq Sophie, Écrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale (xixe-xxe siècles), Paris, Karthala, 2009.

128 Singaravelou Pierre (dir.), L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation (xixe-xxe siècles), Paris, Belin, 2008.

129 Besançon Pascale, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris, L’Harmattan, 2002.

130 Barthélemy Pascale, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), Rennes, PUR, 2010.

131 Jézéquel Jean-Hervé, Les « mangeurs de craies ». Les instituteurs diplômés de l’école normale William Ponty. Sociohistoire d’une catégorie professionnelle à l’époque coloniale (1900-1960), doctorat, EHESS, 2002 ; Colonna Fanny, Instituteurs algériens (1883-1939), Paris, FNSP, 1975.

132 Pervillé Guy, Les Étudiants algériens de l’Université française (1880-1962). Populisme et nationalisme chez les étudiants et intellectuels musulmans algériens de formation française, Paris, CNRS, 1984.

133 Guimont Fabienne, Les Étudiants africains en France (1950-1965), Paris, L’Harmattan, 2001.

134 Morder Robi et Rolland-Diamond Caroline, Étudiant(e) s du monde en mouvement. Migrations, cosmopolitisme et internationales étudiantes, Paris, Syllepse, 2012.

135 Barrera Caroline, Étudiants d’ailleurs. histoire des étudiants étrangers, coloniaux et Français de l’étranger de la faculté de droit de Toulouse (xixe siècle-1944), Toulouse, Presses du centre universitaire Champollion, 2007 ; Ferté Patrick et Barrera Caroline, Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (xvie-xxe siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

136 Moulinier Pierre, Les Étudiants étrangers à Paris au xixe siècle. Migrations et formation des élites, Rennes, PUR, 2012.

137 Hiraux Françoise et Mirguet Françoise (éds), Finances, mobilités et projets d’éducation universitaires. Le regard des historiens, Louvain-La-Neuve, Academia/L’Harmattan, Archives de l’Université catholique de Louvain, no 29.

138 Charle Christophe, La République des universitaires…, op. cit., « Ambassadeurs ou chercheurs ? », p. 343-398.

139 Ibid., p. 350.

140 Picard Emmanuelle, « Les enseignants français dans la diplomatie culturelle : perspectives archivistiques et scientifiques », dans Le Goff Armelle (dir.), Les Hommes et les femmes de l’Université. Deux siècles d’archives, Paris, Archives nationales-Direction des Archives de France/INRP, 2009, pp. 121-130.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Photographie d’une action revendicative des étudiants lillois le 19 décembre 1963 sur la Grand’Place de Lille (sources : Lille Université, journal étudiant, décembre 1963, collection personnelle J.-f. Condette). Les étudiants protestent contre le manque de place en résidences et dans les restaurants universitaires et contre les lenteurs dans la construction du nouveau campus d’Annappes en élevant un mur symbolique sur la place centrale de Lille.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 2 - Tract étudiant lillois de mai 1968 : « le dialogue de la matraque » (Association générale des étudiants lillois-AGEL-UNEF, début mai 1968 (collection personnelle J.-F. Condette).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search