Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Conclusion

Développement, démocratisation et animation

Texte intégral

Le jeu sportif représente une société en miniature, un véritable laboratoire des conduites et des communications humaines. S’y conjuguent les problèmes de perception et de décision, de dynamique de groupe et de stratégie, de ritualité et d’autorité. Le jeu sportif est situé à la croisée du pouvoir d’initiative individuel et des systèmes de contraintes collectives. A ce titre bien entendu, il ne reste pas confiné dans une étroite spécificité, mais aborde de plain-pied la problématique générale des sciences sociales.
Pierre Parlebas. Éléments de sociologie du sport. Paris, PUF, 1986, p. 261.

1Entrepris avec l’objectif d’affiner la connaissance des interactions entre tennis et société, ce voyage dans le temps et l’espace tennistiques a conduit à des explorations imprévues. Le projet initial de réaliser à l’échelon d’un département, un état des lieux de pratique et un instantané sociologique et sportif des pratiquants, volontairement datés à l’apogée du développement fédéral, s’est élargi à mesure que la curiosité, aiguisée par les résultats des recherches locales, augmentait. Le cheminement à rebours dans le temps et l’extension de l’espace observé à la France se sont alors imposés, enrichissant les informations et les réponses aux questionnements de départ. Les apports complémentaires de la reconstitution des étapes du développement du tennis et des enquêtes contemporaines mettent en évidence la combinaison des facteurs sociaux, économiques et institutionnels d’une diffusion qui se réalise par à-coups, ce que l’embellie des années 1975-1986 a pu faire oublier.

1• LES ENSEIGNEMENTS DE L’HISTOIRE

2Comme l’iconographie et les textes de la fin du xixe ou du début du xxe siècle l’attestent, le jeu de tennis, dont s’était emparé l’aristocratie pour se distraire, est très vite devenu un sport avec ses règles et ses compétitions ou plutôt ses tournois. Il faut noter ici que le terme est emprunté au vocabulaire du Moyen-Âge au temps où les chevaliers combattaient à armes courtoises. Contrairement à d’autres sports « nobles » le tennis est, dès l’origine, un spectacle ouvert. Les matches se déroulent dans des lieux pas toujours spécialisés comme les plages et là, le public n’est pas limité à quelques invités triés sur le volet comme au golf ou au polo. À une époque où la télévision n’existait pas, cette utilisation de lieux banalisés a sans doute favorisé sa diffusion. La bonne société qui s’était engouée de lui, le pratiquait en permanence. Elle, qui voyageait pour aller aux bains de mer ou en cure, l’a tout naturellement installé dans ses lieux de villégiature.

3Contrairement à d’autres sports anglais qui étaient violents ou qui nécessitaient des efforts intenses ou de la force physique, le tennis n’était que grâce, convivialité, bonnes manières. Il pouvait donc être pratiqué par les deux sexes et à tous les âges de la vie. À la différence du golf, il ne nécessitait pas un grand espace et une partie pouvait aussi facilement être improvisée qu’une table de bridge, pour peu que l’on ait quatre raquettes, quelques balles et un filet. Mais qui n’avait pas acheté la malle du major Wingfield, dans cette aristocratie de la fin du siècle dernier ? Bien peu de monde (« du monde ») sans doute, car il était de bon ton de l’avoir dans ses bagages. Ainsi dès le départ, la balance penchait en faveur d’une diffusion rapide de ce nouveau jeu, puis de ce sport. Très vite l’envie de se mesurer dans des tournois où le fair-play était la règle, est apparue. Mais au début du siècle, la grande bourgeoisie, la seule classe qui avait des loisirs et qui savait jouer, pouvait seule participer aux matchs.

  • 380 Il s’agit de la classe moyenne supérieure.

4Dans l’entre-deux-guerres, avec la diminution du temps de travail, la classe moyenne dont le rêve a toujours été de ressembler à la grande bourgeoisie, a commencé à goûter aux plaisirs du tennis380. Celui-ci lui permettait de se distinguer de la masse (les classes laborieuses) qui se passionnait pour le football, le cyclisme et son Tour de France, la boxe ou la gymnastique. Cependant la pratique du tennis restait coûteuse. L’évolution du jeu exigeant des équipements de qualité, leur accès s’est trouvé limité et encore « réservé » à la classe la plus fortunée. Seuls les clubs, d’ailleurs essentiellement privés, pouvaient se permettre l’entretien de courts. Cette situation a perduré jusqu’à la fin des années soixante. Après Mai 68, la demande pour des pratiques sportives diversifiées et le refus de la sélection par l’argent pour l’accès aux équipements, ont amené les communes à construire des terrains et à constituer des clubs municipaux, accessibles à un plus grand nombre.

  • 381 Bredin F. 1992, p. 16.

5Les progrès techniques, responsables de la fabrication industrielle des courts en dur et de la diminution du prix des raquettes avec l’utilisation de matériaux synthétiques et la production en série, ont aussi largement contribué à l’ouverture de ce sport à d’autres éléments de la société381.

2• TENNIS ET DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE

6Une des lignes de force qui ressort de cette étude tant à l’échelon national que local, est la liaison du tennis avec le développement socioéconomique. Ainsi les régions qui comptent les plus forts taux de licenciés demeurent :

  • la région parisienne où les conditions de pratiques sont les plus défavorables (difficultés d’accès aux équipements, par les conditions financières particulièrement sélectives ou surcharge de l’occupation de ces équipements) ;

  • la région Rhône-Alpes où les conditions climatiques pourraient être une entrave à la pratique du tennis ;

  • la région Provence-Côte d’Azur, qui offre des conditions climatiques optimales pour la pratique.

7Ce sont les régions qui comptent les taux les plus élevés de cadres, professions intellectuelles supérieures, de patrons de PME-PMI et de population active.

8Les côtes de la Manche et de la Mer du Nord qui ont vu naître le tennis, il y a de cela 120 ans, ne sont plus les hauts lieux de pratique du tennis, même si des stations comme Deauville demeurent des centres de villégiature pour la bourgeoisie fortunée. C’est justement que le tennis n’est plus l’apanage d’une classe mais qu’il s’est banalisé.

  • 382 Pumain D., St-Julien Th. 1990, p. 81.
  • 383 Les proportions sont très inférieures à la moyenne nationale.

9À l’échelon local, pour le département de la Gironde, le même phénomène est observé, tant au niveau des équipements que des associations qui se concentrent soit dans et autour de la métropole, soit sur le bassin d’Arcachon, un des lieux privilégiés du tourisme balnéaire et de résidences secondaires des Bordelais, soit sur Libourne, l’autre pôle économique du département. Les angles morts économiques sont aussi délaissés par le tennis. Le département de la Gironde est un modèle réduit de ce qui se passe dans l’espace français où les zones rurales sur la diagonale du vide382 sont sous-équipées. Pour l’ensemble de la France, ce sont 26 % des communes rurales non-chef-lieu qui ont un court, en Gironde, ce sont 15 % des communes de moins de 300 habitants et 35,4 % de celles qui ont entre 300 et 600 habitants qui sont équipées en tennis. À l’inverse les communes urbaines sont pratiquement toutes équipées (à près de 83 % pour la France et près de 100 % pour la Gironde). Si la Gironde est un département sans ouvriers et sans agriculteurs383, il n’en demeure pas moins que les secteurs où ces derniers sont bien représentés et où les cadres sont absents, n’ont ni club ni terrain de tennis. À l’urbanisation du département est associée une croissance des équipements et des associations, comme à l’urbanisation du territoire national d’ailleurs, qu’elle résulte du développement industriel ou du développement touristique. Dans le temps, la géographie du tennis varie en fonction de la croissance des pôles économiques.

3• LE TENNIS ET LA CRISE

  • 384 Cf. entre autres, Bouchet B. 1994 ; Bonnot D. 1994.

10Le tennis serait victime de son succès et subirait une récession comme l’ensemble de l’économie mondiale. Ce phénomène ne serait pas réservé à la France mais serait étendu à l’Europe et surtout aux États-Unis. Mais en dépit des articles alarmistes parus dans la presse384 le tennis est-il vraiment en crise ? S’il est indéniable que la chute des licenciés est sensible, sa popularité n’en est pas pour autant touchée.

  • 385 Miles M. 1994, p. 28-29 ; Mathieu B. 1993.
  • 386 Ibid.

11En seize ans les États-Unis accusent une baisse de 13 millions de pratiquants. En France la perte est de 240 000 licenciés en huit ans. Mais la crise du tennis professionnel avec la raréfaction des figures emblématiques et l’apparition sur ses circuits d’un jeu de plus en plus monotone, un écart qui se creuse de plus en plus entre le jeu des amateurs et celui des professionnels (un joueur moyen de club ne peut plus s’identifier à tel ou tel champion), explique-t-elle cette apparente désaffection pour un sport qui a soulevé les foules ? Pour Mark Miles, président de l’ATP Tour le tennis est toujours autant sinon plus populaire si l’on regarde les statistiques en hausse des spectateurs aux principaux tournois du circuit (+ 3 % pour l’Europe, un chiffre record 351 000 spectateurs aux Internationaux de France en 1994). De même il faut noter une augmentation de 62 % des dotations des tournois de l’ATP Tour depuis sa création en 1990. De nouveaux stades de tennis sont construits en Asie. D’énormes investissements sont entrepris pour moderniser ceux existant en Europe (Roland-Garros, Wimbledon, Hambourg) et aux États-Unis (Flushing Meadow). Les heures de retransmissions à la télévision des tournois du Grand Chelem ont augmenté (Roland-Garros a été diffusé dans 140 pays, soit 80 pays de plus qu’en 1990)385. Justement le tennis étant le sport le plus télévisé en Europe, n’est-il pas victime d’une saturation des téléspectateurs et d’une incompréhension de la structure du circuit masculin découlant de la superposition des organisations de tournois386 ? Cette lassitude du téléspectateur n’atteint pas pour autant les spectateurs, comme l’indiquent les records d’entrées aux grands tournois.

  • 387 Selon une enquête menée par la Société Détente, pour la Fédération Française de Tennis et citée dan (...)

12Par ailleurs l’intérêt pour la pratique du tennis se transforme. L’état d’esprit des pratiquants de base a changé depuis les années quatre-vingt387. Ceux-ci s’étaient tournés vers le tennis car il permettait un dépassement de soi et la satisfaction de « faire souffrir » un adversaire. Le modèle « compétition » attire moins. Aujourd’hui les difficultés dans le monde du travail font que les gens s’orientent plutôt vers une activité plus relax. Ainsi la coupure, entre le monde des champions de tennis dont l’objectif permanent est de se surpasser et le joueur de base qui recherche avant tout la détente, est réelle.

13Le système des valeurs en cours dans la société des années quatre-vingt-dix est très différent de celui des années quatre-vingt. Aujourd’hui il correspond à un désir d’épanouissement personnel, un besoin de se différencier : le tennis étant le sport de tout le monde, il faut se tourner vers autre chose, le golf par exemple ou quelque sport de glisse rare. Il est aussi nécessaire de se faire plaisir : la compétition et donc le club sont ressentis comme une contrainte et un souci supplémentaire. La société demande aujourd’hui au sport en général, et le tennis n’est pas épargné, de lui procurer un loisir qui soit en même temps une hygiène de vie, de l’amener en contact avec la nature (d’où le succès du golf et des sports de glisse).

  • 388 Ibid.

14Cet ensemble de facteurs peut expliquer la baisse des effectifs de licenciés, alors que « le réservoir des pratiquants libres serait stable, voire en augmentation : 3,7 millions en 1987, 4,8 millions en fin 1993. Moralité : les gens jouent toujours (moins qu’avant pour 56 % d’entre eux), mais recherchent moins la protection ou le confort des clubs affiliés388

4• PRATIQUES ET PRATIQUANTS : LE POINT SUR LA DÉMOCRATISATION

  • 389 Bourdieu P. 1987, p. 205.
  • 390 Bourdieu P. Ibid., p. 206.
  • 391 Bourdieu P. Ibid.
  • 392 Pociello C. 1992, p. 111-138.

15La mise en relation de l’espace des pratiques avec l’espace des positions sociales s’est avérée indispensable pour comprendre les changements « dans la mesure où l’un des facteurs qui les déterminent est la volonté de maintenir au niveau des pratiques les écarts qui existent entre les positions389.» Ainsi, pendant les années quatre-vingt « le tennis des petits clubs municipaux, qui se pratique en jeans et en Adidas sur des terrains durs, n’a plus grand chose de commun avec le tennis en tenue blanche et robe plissée qui était de règle il y a une vingtaine d’années et qui se perpétue dans les clubs sélects (on trouverait encore tout un univers de différences au niveau du style des joueurs, de leur rapport à la compétition, à l’entraînement, etc.)390.» Si « l’accroissement du nombre des pratiquants s’accompagne d’une diversification sociale des pratiquants391 », l’augmentation explosive des effectifs du tennis a surtout relevé du processus de massification392, car la question de la démocratisation du tennis trouve dans les enquêtes successives des réponses plus que nuancées.

  • 393 Cf. Bonnes R. 1983, p. 44.

16Alors que la construction des équipements, résultat des actions conjuguées de l’Etat, de la Fédération, des clubs, des conseils généraux, et surtout des communes, s’est généralisée et offre presque partout les conditions de la pratique, la pénétration de celle-ci ne s’est pas effectuée dans tous les groupes sociaux, malgré les politiques de sensibilisation destinées aux jeunes, et malgré l’impact de la télévision sur leurs représentations et aspirations, ainsi que sur celles de leurs familles. La socialisation tennistique des jeunes et l’ancrage durable de ce sport dans leur mode de vie est beaucoup plus complexe que la socialisation progressive des moyens matériels de la pratique393, dont le vecteur principal reste la municipalisation.

  • 394 Guay D. 1993, p. 78.
  • 395 Libération. 28-29 mai 1988, p. 28.

17Par ailleurs, chez les adultes, le tennis a surtout été massivement investi par la catégorie des cadres, car ses modes de sociabilité et ses modalités de compétition coïncidaient parfaitement avec des logiques et des compétences professionnelles qu’il s’agissait d’entretenir et d’optimiser à une période où la valorisation de la réussite professionnelle et de l’entreprise privée faisaient partie de l’air du temps. La recherche de leçons particulières, de stages, de tournois, d’équipement et de matériel performants a traduit la primauté de cette culture de l’excellence et de la performance. Car « vaincre, toujours vaincre est dans la logique du sport… Chaque victoire est un pas vers une perfection future ; chaque victoire en oblige une autre394.» Les mécanismes de différenciation sportive par le classement ont redoublé l’attrait exercé par le tennis auprès du groupe social des patrons, des cadres supérieurs et des professions libérales, qui l’abordent sous l’angle d’un individualisme de compétition, comme en témoigne leur sur-représentation parmi les joueurs de deuxième et de troisième série395. De telles logiques, lorsqu’elles sont dominantes, écartent de façon implicite d’autres groupes sociaux, qui n’en partagent pas les valeurs sous-jacentes.

18Ainsi, dans les deux domaines choisis pour mesurer la réduction des inégalités d’accès, la réalité de la démocratisation est moins évidente que ne le proclament les discours : le déficit de pratique des milieux sociaux populaires et la stagnation du taux de féminisation, après une montée éphémère, démontrent que l’(auto) exclusion prenant racine dans les représentations, fonctionne toujours.

  • 396 A l’échelon national, il est le suivant : 1970 : 33,4 % ; 1988 : 33,3 % ; 1992 : 33,4 %. Dans l’enq (...)

19Toutefois si au plan de l’accès, la féminisation globale du tennis pratiqué dans le cadre associatif est étonnamment stable, puisque redevenue équivalente à celle de 1970396, en compétition les résultats des filles tendent à surpasser ceux des garçons, sans que l’on puisse distinguer s’il s’agit là d’effets de rattrapage ou de comportements innovateurs s’inscrivant dans la durée.

5• LE RENOUVELLEMENT DE L’ACTION SPORTIVE

20La recherche locale a permis d’identifier avec précision les composantes de l’action sportive à l’échelon de base du club et d’en mesurer le produit au moment culminant de la croissance des effectifs globaux de licenciés.

21C’est avec des réponses hétérogènes que les clubs ont absorbé l’afflux de pratiquants. En 1987, la majorité d’entre eux développent la composante performance, comme en témoigne le nombre de leurs classés et de leurs équipes engagées en championnat. Très peu mettent cependant en œuvre une stratégie cohérente de recherche de « haut niveau », visant le long terme car fondée sur la formation d’une élite de jeunes. Mais la compétition instituée dans des calendriers officiels, si elle est la partie affichable de l’activité des clubs, ne concerne en fait qu’une minorité de licenciés. Ceci a pu introduire des déséquilibres en matière de satisfaction de demandes de plus en plus diversifiées et instables, et donc susciter des déceptions. L’inévitable dissociation des logiques des classés, des non-classés, et des non-compétiteurs qui désirent cependant rencontrer des partenaires, par l’intermédiaire du club, rend aléatoire le sentiment d’appartenance à une communauté, si l’animation globale de l’association est négligée par ses dirigeants.

  • 397 Defrance J. 1991, p. 32-34.
  • 398 Paillou N. 1991, p. 27-30

22L’organisation des clubs doit désormais intégrer la gestion permanente des différences et l’incertitude liée à la mobilité croissante des adhérents. Alors que la stratégie de recherche de performance les expose à être dépossédés de leurs meilleurs jeunes, pris en charge par les structures fédérales et convoités par des clubs concurrents, les exigences « d’environnement attrayant397 » et de convivialité des pratiquants de tennis-loisirs, les contraignent à inventer de nouvelles formules de fidélisation. Dans un contexte d’affaiblissement général de la prise de responsabilité dans le mouvement sportif398 les clubs et sections de tennis paraissent relativement bien armés pour réaliser des adaptations impulsées par les orientations fédérales.

  • 399 Il s’agit d’effets non voulus selon R. Boudon. 1977.
  • 400 M. Bouche, Conseiller Technique Régional de la Ligue de Guyenne dénonce le racket exercé par les ma (...)

23Confrontée, par contrecoup, à la baisse de ses effectifs, et à la désaffiliation qui affecte globalement le mouvement sportif, la Fédération est contrainte depuis 1987 de gérer sa réussite pour ne pas être victime des effets pervers399 de celle-ci. Pour répondre à l’accroissement explosif des licenciés, la formation accélérée d’un grand nombre d’éducateurs n’a pas garanti partout la qualité des interventions, surtout auprès des très jeunes. De même, la multiplication des terrains a parfois été le prétexte d’une démarche ultérieure de rentabilisation de la part des communes et/ou des clubs400. Enfin, sous la pression de l’urgence, et en raison de l’inflation quasi automatique de pratiquants, la dimension essentielle de l’animation a été d’autant plus négligée que le marché de l’initiation et de l’apprentissage technique se révélait lucratif.

  • 401 . En 1992, 10 111 clubs sont affiliés à la FFT. MJS 1994.

24C’est à l’échelon local, par l’intermédiaire de plus de 10 000 clubs401 et sous l’impulsion et le contrôle de ses Ligues et comités départementaux, que se déclinent les stratégies d’adaptation de la FFT au contexte de décrue relative de ses effectifs.

  • 402 En 1995, la FFT recense plus de 2 000 centres fédéraux de mini-tennis créés avec le soutien du Mini (...)

25En matière de recrutement et de fidélisation de nouveaux licenciés, les deux cibles principales sont les très jeunes, avec l’opération mini-tennis et les adultes, avec la création de Centres d’Initiation pour Adultes402. Ces deux versions ludique et hédoniste de la découverte du tennis imposent une mobilisation qualitative des éducateurs, moniteurs et professeurs. La conduite de séances avec des tout-petits exige de réelles qualités pédagogiques, l’intervention auprès d’adultes n’aspirant pas nécessairement à s’engager dans des compétitions (et c’est le cas de la majorité du public féminin), relève au moins autant de l’animation que de la transmission de techniques. Face à la concurrence des entreprises privées de loisirs sportifs, les clubs, parfois tentés par la commercialisation de leurs prestations, ont tout à gagner à réactiver leur dimension communautaire, estompée, voire éliminée, pendant la période d’explosion du tennis.

26Alors que les formules de coopération avec les municipalités, (dont beaucoup ont également sous-estimé l’importance de l’animation), et avec le système scolaire (par l’intermédiaire notamment des dispositifs d’aménagement du temps de l’enfant et de conventions avec l’Union Nationale du Sport Scolaire), se développent et peuvent tendre à une certaine homogénéisation, la préservation de leur identité et de leur diversité devient aussi un enjeu.

27À tous les échelons, la phase d’harmonisation, de régulation et d’invention des actions succède à celle, grisante mais porteuse d’illusions, de la montée en puissance. À un moment où la crise économique a aussi touché les catégories sociales privilégiées du tennis, les modes de sociabilité qui ont fait à l’origine le succès du club sportif, semblent pouvoir être réactivés, alors que les formes consuméristes de l’activité, et la dépersonnalisation qu’elles entraînent, montrent leurs limites.

  • 403 Dogan M., Pahre R. 1991, p. 11.
  • 404 Ibid. p. 160.
  • 405 Ibid. p 87.

28Au terme de ce périple, il nous reste à souligner les apports en matière de recherche de cette exploration réalisée en « double ». L’objet sport se situe à « l’intersection des disciplines403 » scientifiques, et se prête particulièrement bien à leur « fertilisation mutuelle404 » et à « l’hybridation » par « recombinaison de secteurs spécialisés405 » : nous avons pu l’expérimenter pendant toutes les phases de ce travail.

Notes

380 Il s’agit de la classe moyenne supérieure.

381 Bredin F. 1992, p. 16.

382 Pumain D., St-Julien Th. 1990, p. 81.

383 Les proportions sont très inférieures à la moyenne nationale.

384 Cf. entre autres, Bouchet B. 1994 ; Bonnot D. 1994.

385 Miles M. 1994, p. 28-29 ; Mathieu B. 1993.

386 Ibid.

387 Selon une enquête menée par la Société Détente, pour la Fédération Française de Tennis et citée dans le dossier de l’Équipe Magazine, réalisé par D. Bonnot. 29 octobre 1994, p. 52.

388 Ibid.

389 Bourdieu P. 1987, p. 205.

390 Bourdieu P. Ibid., p. 206.

391 Bourdieu P. Ibid.

392 Pociello C. 1992, p. 111-138.

393 Cf. Bonnes R. 1983, p. 44.

394 Guay D. 1993, p. 78.

395 Libération. 28-29 mai 1988, p. 28.

396 A l’échelon national, il est le suivant : 1970 : 33,4 % ; 1988 : 33,3 % ; 1992 : 33,4 %. Dans l’enquête clubs de 1987, 33,7 % (34 % chez les jeunes), dans l’enquête écoles de tennis de 1988, 32,3 %.

397 Defrance J. 1991, p. 32-34.

398 Paillou N. 1991, p. 27-30

399 Il s’agit d’effets non voulus selon R. Boudon. 1977.

400 M. Bouche, Conseiller Technique Régional de la Ligue de Guyenne dénonce le racket exercé par les maires sur les clubs dans les trois quarts des communes, in : Sud-Ouest Spécial Tennis Ligue de Guyenne. 1987, p. 2.

401 . En 1992, 10 111 clubs sont affiliés à la FFT. MJS 1994.

402 En 1995, la FFT recense plus de 2 000 centres fédéraux de mini-tennis créés avec le soutien du Ministère de la Jeunesse et des Sports ; 1 080 écoles de mini-tennis dans le système scolaire, en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale ; 1 000 Centres d’Initiation pour Adultes. A. Marion, Président de la Ligue de Guyenne de Tennis exhorte les clubs à développer le Tennis-Plaisir pour attirer et fidéliser les non-compétiteurs en centrant leur action sur l’accueil, la convivialité et l’animation. Bulletin officiel de la Ligue 95. Éditorial, p. 2.
Les Centres d’Initiation pour Adultes, dont le coût est pris en charge par la FFT sont ouverts aux licenciés débutants à partir de 16 ans, membres d’un club affilié. Les cours, répartis dans des sessions de 12 leçons sont donnés par des titulaires du Brevet d’État d’Éducateur Sportif. Les Centres sont volontairement implantés dans des clubs peu structurés, la participation demandée aux bénéficiaires est de 60 francs. Tennis en Guyenne, no 26, avril 1994, p. 5.

403 Dogan M., Pahre R. 1991, p. 11.

404 Ibid. p. 160.

405 Ibid. p 87.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search