Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Deuxième partie. Le tennis en Gironde : de la généralisation de la pratique à la diversité des dynamiques associatives

Chapitre IV. Le tennis chez les jeunes : de l’orientation sportive à l’appropriation des différentes formes de pratique

Texte intégral

1Pour continuer à affiner par focalisations successives l’approche sociologique et sportive de la pratique du tennis, une enquête a été réalisée en 1988, auprès des licenciés des écoles de tennis des principaux clubs de la Gironde. 1 614 questionnaires concernant 26 clubs sur les 47 choisis au départ ont été recueillis.

  • 326 Beaucoup de clubs étendent au-delà de 12 ans, l’inscription à l’école de tennis.
  • 327 Faure J. M. 1987, Tome 2, p. 792.

2Les écoles de tennis, s’adressent en priorité aux jeunes de 6 à 12 ans326. Dans la mesure où elles constituent la pépinière des futurs pratiquants et « les antichambres des clubs327 », l’hypothèse de base est qu’elles sont le meilleur lieu d’observation de l’évolution de l’espace social du tennis pour les années à venir. De plus, elles étaient alors fréquentées par des jeunes nés pendant la période-clé de développement du tennis. Ceci laisse supposer que les pratiques et/ou les représentations sportives de leurs parents ont été influencées par l’accompagnement médiatique de cette explosion et qu’eux-mêmes y ont été largement exposés. Tous les mécanismes d’orientation sportive des jeunes ont donc joué avec un maximum de rendement en faveur du tennis.

3Quatre objectifs ont orienté le choix des questions. Les deux premiers consistaient à vérifier la portée de l’appropriation du tennis par la population féminine et à mesurer le poids de l’héritage familial en matière de transmission des goûts sportifs. Il s’agissait en troisième lieu de faire le point sur la démocratisation du tennis, dont les médias et la fédération affirment qu’elle est réalisée, afin de préciser, après un siècle, le nouvel espace social d’une pratique exclusivement réservée à ses débuts à l’aristocratie. Enfin l’enquête fournissait également le moyen d’apprécier de façon indirecte, l’action des clubs en faveur des très jeunes.

1• UNE SÉLECTIVITÉ SOCIALE PERSISTANTE

  • 328 Cf. partie 2, chapitre 1, paragraphe 3.

4Les clubs ayant répondu à l’enquête se répartissent assez bien dans l’espace social girondin328. Les questionnaires reçus proviennent de 6 clubs de Bordeaux (sur les 8 retenus), 5 clubs du Nord de l’agglomération (sur les 9 de plus de 200 licenciés), 3 clubs de l’Ouest et du Sud (sur les 10 enquêtés) dont le SAM, le plus gros, 8 clubs de la rive droite (sur les 10 examinés), un seul club du bassin d’Arcachon (sur les 5), et 3 clubs extérieurs à l’agglomération (sur les 5 choisis), dont le principal, Libourne.

Origine sociale des jeunes : la sur-représentation des milieux aisés et cultivés

5La figure 26 montre que chez les pères la catégorie sociale dominante est celle des cadres et professions intellectuelles supérieures, qui représente 40,2 % du total et près du double de la catégorie des professions intermédiaires (22,1 %). Le nombre des employés est près de 3 fois moins important que celui des cadres, celui des ouvriers, 5,4 fois moindre. Les artisans, commerçants, chefs d’entreprise sont aussi plus nombreux que les ouvriers (9,6 % contre 7,5 %). Chez les mères, la catégorie la plus fortement représentée est celle des employées (26,7 %), suivie de celle des professions intermédiaires (19,7 %). La catégorie des cadres, professions intellectuelles supérieures arrive tout de même au 3ème rang (11,7 %) parmi celles qui ont un emploi. Les ouvrières sont pratiquement absentes de l’échantillon, de même que les agricultrices.

6Il faut remarquer que 37,6 % des mères des enfants des écoles de tennis n’ont pas d’emploi, ce qui dénote un taux d’activité féminine relativement faible (62,4 %). Si on fait l’hypothèse que les mères ont entre 25 et 50 ans, la population active féminine représente 76,4 % de cette tranche d’âge. La Gironde, avec 77,5 %, a un taux encore plus élevé. Ceci tendrait à prouver que les enfants sont originaires de familles plus aisées que la moyenne nationale et départementale, puisqu’une proportion plus importante de femmes ne travaille pas.

Fig.26 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE résultats globaux

Fig.26 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE résultats globaux

Enquête réalisée en octobre 1988
INSEE; Recensement général de la population.1990.
Graphique : F. ROLLAN

7En effet le profil social de l’enquête, différencié par sexe, est loin de représenter le profil social de la Gironde qui est d’ailleurs très proche de celui de la France. Le graphique montre que la catégorie dominante, parmi les actifs masculins, est celle des ouvriers en Gironde (20,9 %) comme en France (21,8 %), alors que dans l’enquête, elle est la plus faiblement représentée (7,5 %) après celle des agriculteurs (1,7 % dans l’enquête, 1,8 % en Gironde et 2,3 % en France). Ainsi la Gironde a 3 fois moins de cadres, professions intellectuelles supérieures que d’ouvriers pour les hommes et près de 2 fois moins pour les femmes. Pour la France la proportion de cadres chez les hommes est 3,3 fois inférieure à celle des ouvriers et chez les femmes, comme pour la Gironde, près de 2 fois moins importante. Le groupe des professions intermédiaires pour les hommes est plus de 2 fois inférieur à celui des ouvriers en Gironde et en France, alors que dans l’enquête les professions intermédiaires représentent le triple des ouvriers. En Gironde, comme pour la France entière, les employés masculins sont près de 4 fois moins nombreux que les ouvriers, mais à l’inverse, les employées sont 4 fois plus nombreuses que les ouvrières, ce qui est loin de la proportion de 26 employées pour une ouvrière observée dans l’enquête.

  • 329 Lebaube A. 1987 ; CNIDF-INSEE. Des femmes en chiffres. 1986.
  • 330 Herzlich G. 1991.
  • 331 Lebaube A. 1991 ; Devillechabrolle V. 1990.
  • 332 INSEE. Données sociales. 1990, p. 27.

8Il faut cependant prendre en considération les caractéristiques de la structure du travail féminin en France. Alors que l’aspiration des femmes à exercer une activité professionnelle ne se dément pas depuis les années soixante329, qu’à tous les âges leur taux d’activité se rapproche de celui des hommes330, leur accession aux postes de responsabilités (à diplôme et qualifications équivalents à ceux des hommes) – et donc aux catégories socioprofessionnelles correspondantes – demeure limitée. Aussi la structure de la population active occupée traduit-elle un gonflement mécanique des catégories professions intermédiaires et employées. Par ailleurs, à cette ségrégation verticale s’ajoute une ségrégation horizontale liée aux représentations sexuées des métiers et des secteurs d’activité. En 1989, « la galaxie des employés » français331 est constituée de 75 % de femmes, par contre celles-ci représentent 43 % des professions intermédiaires, et 29 % des cadres et professions intellectuelles supérieures332.

  • 333 INSEE. Tableaux de l’Économie Française. 1990, p. 57.

9Compte tenu de ces particularités, la composition de l’échantillon des mères qui exercent une profession confirme les tendances de recrutement social dans les milieux aisés enregistrées chez les pères et les amplifie. Ainsi lorsque l’on examine, la structure de la population féminine active occupée, la proportion de mères employées (43 %) est inférieure à la moyenne nationale (48 %) et les catégories 3 (19 %) et 4 (31,6 %) sont nettement sur-représentées chez les mères de l’enquête par rapport à la répartition nationale en 1988 (respectivement 7 % et 20 %)333. Dans la catégorie 3, les professions exercées se distribuent comme suit : professions libérales 36,5 %, cadres du privé 11,6 %, cadres du public 51,9 % dont 40,7 % de professeurs, alors que 20,9 % des pères exercent une profession libérale, 58,2 % sont cadres du secteur privé et 15,6 % cadres du secteur public dont 9,1 % d’enseignants.

  • 334 Les études portant sur la structure sociale montrent que le choix du conjoint s’effectue encore la (...)

10D’autre part, le statut professionnel à lui seul, ne rend que très imparfaitement compte du milieu social actuel et d’origine des femmes. Le décalage vers le bas (à capital culturel égal) de la hiérarchie de l’emploi féminin tend à masquer d’autres mécanismes à l’œuvre dans la constitution de la position sociale de la famille, notamment l’homogamie qui intervient encore fortement dans la formation des couples334. Dans l’enquête, près de 10 % d’entre eux sont constitués de parents appartenant tous les deux à la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures et 49,3 % des mères n’exerçant pas de profession sont mariées à un membre de cette même catégorie.

  • 335 Dumontier F., Valdelièvre H. 1989, p. 191. Les taux de pratique par CSP, en club et hors instituti (...)
  • 336 Cf. Vulbeau A., et als. 1993, op. cit., p. 24 et p. 31.
  • 337 Héran F. 1988, p. 18 ; Meister A. 1974, p. 78-102.

11L’ensemble des données montre, une fois de plus, que le recrutement social du tennis reste encore largement celui des catégories aisées et cultivées335. Elles privilégient plus fréquemment que les autres la pratique en club pour leurs enfants336 et par ailleurs dans le milieu associatif « la description du profil social des seuls adhérents aboutit généralement à minimiser le rôle qu’y jouent les classes supérieures337 », car celles-ci par le jeu des multi-adhésions y sont omniprésentes. L’enquête confirme aussi que chez les pères, les agriculteurs (1,7 %) et ouvriers (7,5 %) restent à l’écart du développement des pratiques physiques et sportives et a fortiori du tennis.

  • 338 Particulièrement élevé en 1975-76 (54,3 %), le taux de croissance des effectifs féminins reste sup (...)

12En considérant comme un indicateur de diffusion indirecte, retardée, l’inscription des enfants à l’école de tennis par ceux qui ont été exposés à la forte médiatisation de ce sport, on peut faire le constat que l’imprégnation a inégalement touché les groupes sociaux. Forte dans la strate traditionnelle de recrutement des cadres et professions intellectuelles supérieures, elle reste relativement discrète dans celle des professions intermédiaires. Si l’on ajoute que les hommes ne représentent que 25 % de la catégorie employés, la pénétration du tennis dans cette couche demeure faible. La composition de l’échantillon des mères confirme ces traits, surtout si on la rapproche du fait que l’expansion du tennis de 1975 à 1981 est liée à une brusque (mais éphémère) poussée d’adhésions féminines338.

13L’analyse des données par club permet de voir les traductions de la diffusion sociale du tennis, dans le cadre associatif, pour les plus jeunes des licenciés et ce d’autant plus que pour eux, c’est la proximité qui détermine essentiellement le choix du club.

Vie associative : les limites du brassage social

  • 339 D’après les estimations de P. Chifflet les moins de 16 ans représenteraient 35,9 % des licenciés d (...)

14L’enquête ne restitue qu’imparfaitement la composition sociale de chaque club. Les informations relatives à la tranche d’âge 16-18 ans339 lui échappent. Même si les réponses ne sont pas exhaustives dans la mesure où tous les enfants n’ont pas remis le questionnaire, la taille de l’échantillon le rend statistiquement représentatif de la population étudiée. Certes dans la très grande majorité des clubs concernés (21 sur 26), la proportion de jeunes est inférieure à 50 % des effectifs totaux mais, pris cas par cas, les résultats apportent un éclairage sur les probabilités de brassage social offertes par les différentes associations.

15L’examen de la distribution de la catégorie socioprofessionnelle des cadres et professions intellectuelles supérieures (CSP3) dans les écoles de tennis, confirme l’étendue de la sur-représentation des pères appartenant à ce groupe, qui dans 22 clubs sur 26 est classé en tête. Pour huit d’entre eux (dont les six clubs de Bordeaux, qui ne représentent que 22,6 % des réponses), la CSP3 capte plus de 50 % des effectifs.

Fig.27 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement les plus fermés

Fig.27 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement les plus fermés

Enquête réalisée en octobre 1988
Graphique : F. ROLLAN

16L’analyse du poids relatif des CSP des pères et des mères permet d’apprécier le niveau d’ouverture des écoles de tennis dont les profils sociaux peuvent être classés en trois groupes.

17• Dans le groupe des clubs les plus fermés (figure 27), la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures rassemble plus de 50 % des effectifs et celle des ouvriers est soit absente, soit très peu nombreuse. Les fils et les filles de propriétaires exploitants, patrons et cadres supérieurs représentent plus de 60 % des effectifs. Ce groupe comprend : la SAVP, le TCB, le SBUC, Le Bouscat, l’ASPTT, le CAM, l’Union St-Bruno et Le Haillan. Avec plus de 60 % de cadres et professions intellectuelles supérieures (la SAVP et Le Bouscat dépassant même les 70 %) et les pourcentages les plus faibles d’employés, les quatre premiers cités apparaissent comme les clubs les plus sélectifs. Alors que 5 de ces huit clubs ne comptent aucun ouvrier parmi les parents des jeunes, le caractère réservé de Primrose est souligné par l’absence supplémentaire de pères employés ainsi que par la forte proportion de mères cadres et professions intellectuelles supérieures (27 %). Par ailleurs, une famille sur cinq y est constituée de parents appartenant tous deux à cette catégorie. Dans ce groupe, le profil relativement contrasté de l’ASPTT qui compte plus d’employés que de professions intermédiaires, est à mettre en relation avec sa particularité corporative du secteur des services (19 % de pères employés, mais pas d’ouvrier). Le CAM et l’Union St-Bruno sont les seuls de ce groupe, à avoir des représentants dans les 6 catégories d’actifs. Le Haillan, avec le taux le plus bas de la catégorie cadres, le plus élevé d’ouvriers chez les pères de ce groupe, la catégorie des professions intermédiaires et surtout celle des employées la plus forte chez les mères, amorce la transition avec le groupe suivant.

  • 340 Appellation « Premières Côtes de Bordeaux ».

18• Dans les dix clubs intermédiaires (figure 28), où les pères chefs d’entreprise et cadres supérieurs regroupent de 35 à 60 % des effectifs, mais où les classes moyennes (professions intermédiaires et employés) sont aussi bien représentées, on relève la présence d’un certain nombre d’enfants d’ouvriers. Ce sont les clubs d’Artigues, Bruges, Cestas, Canéjan, Latresne, Libourne, Mérignac, St-Caprais, St-André-de-Cubzac et Tresses. Les clubs de Latresne, Libourne et St-André-de-Cubzac, situés en zone viticole, ont des enfants d’agriculteurs. Latresne est remarquable par son profil unique dans l’enquête, avec la plus forte proportion de mères inactives (plus de la moitié), les mères actives n’étant représentées que dans les professions intermédiaires (plus de 25 %) et les employées (un peu plus de 20 %). La faible représentation des employés et des ouvriers chez les pères pourrait presque l’apparenter au groupe 1, si ce n’était la présence relativement importante de professions intermédiaires (près de 30 %). Par ailleurs Latresne a le plus fort pourcentage d’agriculteurs exploitants qui proviennent de la bourgeoisie terrienne d’un vignoble réputé340. Un certain nombre de commerçants (dont des négociants en vin), artisans, chefs d’entreprise bordelais apprécie les « belles propriétés » de la commune et y réside, ce qui explique la forte part de ce groupe. Le profil de Canéjan, le seul de ce groupe à avoir en même temps, plus de 40 % de cadres et plus de 30 % de professions intermédiaires chez les pères et plus de 40 % d’employées chez les mères, est lié à la présence en 1988 de l’usine IBM (1 200 salariés) sur la commune. Avec un relatif équilibre des catégories 3 et 4 chez les pères, 4 et 5 chez les mères, et une majorité de familles où les deux parents exercent une profession intermédiaire, le SA Mérignac constitue l’archétype de ce groupe. Artigues, Canéjan et Tresses se ressemblent avec une domination nette de la catégorie 3 sur la 4 chez les pères et de celle des employées sur les professions intermédiaires chez les mères. Le profil le plus contrasté est fourni par St-Caprais qui a la plus forte proportion de cadres et professions intellectuelles supérieures et d’ouvriers du groupe. St-André-de-Cubzac est du même type bien que plus atténué. Cestas avec la part la plus faible de cadres, professions intellectuelles supérieures et un relatif équilibre des professions intermédiaires, des employés et des ouvriers chez les pères annonce le troisième groupe où ce sont les classes moins aisées qui dominent numériquement.

Fig.28 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement intermédiaires

Fig.28 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement intermédiaires

Enquête réalisée en octobre 1988
Graphique : F. ROLLAN

19• Pour les clubs socialement les plus ouverts (figure 29), chez les pères, la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures n’atteint pas 30 %, les classes moyennes dominent et les ouvriers sont bien représentés. Le taux d’activité féminine est assez élevé puisqu’il est partout supérieur à 60 %, sauf à Blaye où il est légèrement inférieur. Ceci se traduit par deux types de structures : à Blaye, Carbon-Blanc, St-Loubès et Ambarès, la proportion de pères employés est nettement supérieure à celle des professions intermédiaires, mais la catégorie 3 est cependant la catégorie dominante. La composition des familles en témoigne à Carbon-Blanc où les couples d’employés sont les plus nombreux. Par contre, c’est la catégorie des professions intermédiaires qui est majoritaire (voisine de 30 %) dans les quatre autres clubs : Blanquefort, La Teste, Lormont, Le Taillan. Les clubs de Blanquefort et du Taillan, avec une part relativement faible d’employés et d’ouvriers chez les pères mais une assez forte proportion dans la catégorie 4, ne sont pas très éloignés du groupe précédent. Avec plus d’un tiers exerçant une profession intermédiaire et avec une distribution égale de couples de cette catégorie, de couples d’employés et de familles constituées d’un père ouvrier et d’une mère employée, Lormont illustre bien cette translation. Le club qui a le profil le plus équilibré et qui est sans aucun doute socialement le plus ouvert, est celui d’Ambarès puisque quatre catégories chez les pères sont proches de 20 %. Ce sont les cadres, les professions intermédiaires, les employés et les ouvriers. C’est à Ambarès et à Lormont que les classes populaires sont le mieux représentées.

Fig.29 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement les plus ouverts

Fig.29 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement les plus ouverts

Enquête réalisée en octobre 1988
Graphique : F. ROLLAN

20Si certains grands clubs de Bordeaux sont socialement très fermés en raison des conditions financières et de parrainage qu’ils imposent, d’autres sont beaucoup plus accessibles aux classes plus défavorisées. L’élargissement de la base du recrutement, nettement observable dans le troisième groupe de clubs est incontestable. Mais la persistance des obstacles symboliques à la pratique du tennis dans les milieux sociaux les moins aisés l’est tout autant. Les agriculteurs propriétaires exploitants n’apparaissent que faiblement dans l’enquête, et si le club le plus fermé (SAVP) compte 8,3 % de fils et de filles d’agriculteurs, c’est qu’il s’agit d’enfants venant des grands châteaux viticoles. De même les clubs de Latresne, Libourne, St-André-de-Cubzac et de Blaye qui en ont plus de 6 % sont tous situés en zone viticole prospère.

21Outre les stratégies de statut social qu’elles expriment, les diverses formulations de la transformation du recrutement historique du tennis entrevues ici sont inséparables du processus d’urbanisation et de la généralisation plus ou moins rapide des équipements impulsée centralement par la FFT et l’Etat. Informative quant à la répartition des milieux sociaux d’origine des jeunes des différentes écoles de tennis, l’enquête ne permet cependant pas d’évaluer avec précision les effets des politiques locales plus ou moins concertées de démocratisation.

Permanence de l’image élitiste du tennis, mais démocratisation de l’accès

  • 341 Faure J.-M. 1987, Tome 2, p. 772-773.
  • 342 Dumontier F., Valdelièvre H. 1989, Enquête 1987-88, p. 173-205 ; Faure J.-M. 1988, p. 28.
  • 343 Cf. Première partie, Chapitre 3.

22Cependant d’autres recherches permettent de confirmer les interprétations. D’après une enquête de J-M. Faure réalisée en 1982-1983341, sur 884 joueurs adultes, appartenant à tous les types de clubs dans la région parisienne, 20,8 % des personnes interrogées sont chefs d’entreprise, 34,6 % des cadres supérieurs, 9,7 % exercent des professions libérales et 17,1 % des professions intellectuelles supérieures, 6,6 % sont des artisans et petits commerçants, 9,7 % ont une profession intermédiaire, 1,3 % seulement sont des employés et des ouvriers. En province la proportion d’ouvriers et d’employés est plus élevée puisqu’elle atteint 14,2 % (Aix-en-Provence, Nantes et Toulouse). Il faut relativiser la démocratisation car les enquêtes montrent que c’est la même partie de la population française qui pratique le tennis, le ski et la planche à voile et qui maintenant se tourne aussi vers le golf342. Les proportions observées en Gironde 1,7 % d’agriculteurs, 9,6 % de chefs d’entreprise, 40,2 % de cadres supérieurs, 22,1 % de professions intermédiaires, 13,9 % d’employés et 7,5 % d’ouvriers, sont tout à fait comparables à celles qui sont notées ailleurs en France. Il semblerait même que la démocratisation soit plus avancée en Gironde, et plus particulièrement dans l’agglomération bordelaise que dans des agglomérations comme Aix-en-Provence, Nantes et Toulouse. Ceci est d’autant plus étonnant que Bordeaux est reconnue comme étant une ville très bourgeoise. Peut-être, est-ce, parce que le tennis s’est installé plus tôt à Bordeaux (dès le début du siècle) que dans les villes citées343 ?

  • 344 Faure J.-M. 1987, p. 764-765.
  • 345 Faure, J.-M. Ibid., p. 766 et 772.
  • 346 Faure, J.-M. Ibid., p. 787-788.

23En région parisienne et surtout à Paris, la pratique du tennis, par les classes plutôt aisées de la société, s’explique par la surcharge des équipements et par des conditions d’accès très coûteuses344. Pourtant quand toutes les conditions d’accès sont facilitées comme à Evron en Mayenne, composée de 41,8 % d’ouvriers (13 courts, dont 5 couverts, pour 6 000 habitants, une cotisation annuelle de 120 F, les terrains à côté des cités ouvrières), rares sont les ouvriers (4,7 %) qui se « risquent » à la pratique du tennis345. Les agriculteurs aussi ne représentent que 0,5 % des joueurs alors qu’ils sont 11,3 % dans la population active. Les employés membres du club (10,2 %) sont en nombre inférieur à ceux de la population active (17,6 %). Les cadres, ici encore, arrivent en tête avec 43,6 % des membres alors qu’ils ne sont que 4,3 % des actifs. De même, les artisans, commerçants, chefs d’entreprise sont sur-représentés (20,1 % pour 14,1 %). Donc ce qui a été observé en Gironde, s’observe ailleurs, en province comme en région parisienne. L’abaissement du coût d’accès au terrain de tennis n’entraîne pas nécessairement un accroissement de la pratique dans tous les milieux sociaux. « L’homogénéité du club sert de repoussoir, dans un gros bourg comme Evron, les différences de situation et de statut sont connues et fortement ressenties. On peut se rencontrer mais on ne se fréquente pas. Éventuellement on se salue mais on en reste là346 ».

2• L’ENVIRONNEMENT SPORTIF FAMILIAL : UNE FORTE PROPORTION DE PARENTS PIONNIERS

  • 347 Parlebas P. 1986, p. 117-130.

24La logique interne347 du tennis, et les variantes – compétitives ou non – qu’elle génère, en font une activité praticable tardivement, par les hommes et les femmes, donc éventuellement en famille comme cela s’est vu précédemment.

  • 348 INSEP. 1981, p. 37-113.

25Au-delà des interrogations classiques sur l’accès et la fidélité à un sport précis348, l’enquête laisse entrevoir les effets de génération, et quelques traits des héritages tennistique et sportif, dans la mesure où les parents (et a fortiori les grands-parents) des enquêtés étaient eux-mêmes jeunes avant l’année 1970, donc avant le début du boom du tennis. Elle donne également un aperçu des transferts probables de pratiques en fonction de l’âge (figure 30).

Un important ancrage tennistique et sportif familial

  • 349 Mauss M. 1966, p. 365-369 et Bourdieu P. 1979. L’habitus « c’est ce que l’on a acquis, mais qui s’ (...)
  • 350 Dans l’enquête réalisée par le Ministère de l’Éducation Nationale en 1985 auprès de 5 026 élèves, (...)

26Les résultats concernant les pratiques actuelles des membres de la famille (à rapprocher bien sûr de la composition sociale de l’échantillon) renseignent à la fois sur les probabilités de transmission de la culture sportive et plus particulièrement tennistique, par acquisition des dispositions, et constitution de l’habitus349, mais aussi sur le niveau d’intégration des APS dans les styles et modes de vie de la famille nucléaire. Les scores sont ici particulièrement éloquents : les jeunes de l’échantillon sont nombreux à être « exposés » au climat tennistique et/ou sportif familial. En effet, pratiquent aussi le tennis : le père dans près de la moitié des cas et la mère dans presque un tiers des cas350, les frères et sœurs dans 44 % des cas, mais aussi dans plus d’un cas sur cinq un autre membre de la famille élargie. Au total, pour 53,8 % des jeunes au moins un parent joue au tennis et pour un quart d’entre eux, les deux parents, ce qui confirme la dimension familiale de ce sport. Par ailleurs, 61,2 % des pères et 46,3 % des mères pratiquent au moins un sport et, parmi eux, 59,8 % des pères et 44,4 % des mères cumulent cette activité avec le tennis.

27Les scores relatifs aux pratiques de jeunesse des ascendants sont également élevés, si on les replace dans le contexte de l’histoire du développement des sports durant les vingt-cinq dernières années, en prenant notamment en considération le décalage chronologique des APS des femmes. Ils sont révélateurs de l’enracinement sportif familial : pour un enfant sur huit, la tradition familiale remonte au moins au grand-père. Un nombre important de parents (31,5 % des pères, 23,1 % des mères) étaient déjà eux-mêmes des adeptes du tennis à un moment où l’on ne pouvait imputer ceci à la médiatisation de ce sport. Pour 38,2 % des enfants, au moins un parent pratiquait le tennis dans sa jeunesse. Concernant les autres activités sportives, plus des 2/3 des pères et surtout prés de la moitié des mères pratiquaient au moins un sport dans leur jeunesse sans qu’il s’agisse de se conformer à cette époque à un quelconque phénomène de mode. Parmi eux 39, 6 % des pères et 39 % des mères associaient ces autres sports au tennis. Pour la majorité des jeunes, la sportivité de la famille est donc solidement affirmée.

Fig.30 • L'ENVIRONNEMENT SPORTIF FAMILIAL

Fig.30 • L'ENVIRONNEMENT SPORTIF FAMILIAL

Enquête réalisée en octobre 1988
Graphique : F. ROLLAN

Fidélité ou reconversion au tennis : un autre aspect de la mobilité sportive

28L’examen détaillé des pratiques actuelles et passées des pères et des mères apporte un certain nombre de confirmations et d’hypothèses.

  • 351 Pociello C. 1981, p. 171-237.

29Pour celles du tennis, le recrutement social des parents reproduit sans ambiguïté les tendances déjà enregistrées en matière de surreprésentation des catégories aisées. D’autre part, on sait que plus on s’élève dans la hiérarchie sociale, plus les clivages de rôles sexuels s’estompent, tant dans le domaine de la division du travail professionnel et domestique, que dans celui des loisirs et des pratiques culturelles et corporelles351. Compte tenu de la composition sociale de l’échantillon observé, les faibles écarts relatifs aux pratiques de jeunesse du tennis des pères (31,5 %) et des mères (23,1 %) semblent le confirmer.

  • 352 Louveau C. 1979, p. 97-101.
    Si toutes les APS sont virtuellement accessibles aux femmes, la combina (...)
  • 353 Pociello C. 1981, op. cit., p. 220-224.

30Les écarts pères-mères concernant les autres sports de jeunesse paraissent relever d’un autre facteur explicatif, la réduction de l’espace des sports féminins352 par rapport au masculin353. La restriction du champ des sports « culturellement possibles » pour les femmes avant 1970 explique le déficit de pratique des mères pendant leur jeunesse (46 % seulement contre 63,9 % pour les pères).

31C’est également parce que la gamme des sports masculins est nettement plus large, que le reflux probable à l’âge adulte vers le tennis d’une forte proportion de pères déjà sportifs, peut expliquer la différence de taux de pratique actuelle du tennis des pères (47,6 %) et des mères (30,9 %). Ainsi, entre la période de jeunesse des parents et 1988, le tennis a « gagné » 16,1 % de pratiquants supplémentaires chez les pères, mais seulement 7,8 % chez les mères.

32L’ampleur de la conversion au tennis peut être appréciée en examinant le processus de renouvellement des pratiquants. L’étonnante stabilité de la proportion de parents sportifs pendant leur jeunesse et au moment de l’enquête (63,9 % et 61,2 % pour les pères, 46 % et 46,3 % pour les mères) ne saurait masquer les déplacements inter-sports. Si dans leur globalité les taux de fidélité au sport atteignent 60,7 % pour les pères et 52,2 % pour les mères, ils sont nettement inférieurs pour le tennis (respectivement de 37,6 % et 33,4 %). Pour près de 62 % des hommes et 2/3 des femmes le tennis est donc en 1988 un sport de reconversion ou un sport découvert « sur le tard », en particulier chez les mères.

  • 354 Haumont A. 1991, p. 1-2.

33Les transferts d’un sport à l’autre pendant les phases du cycle de vie, en laissant supposer que l’intégration des activités corporelles au mode de vie s’exprime par le jeu des substitutions de pratiques, constituent un des aspects de la dynamique du système des sports encore peu étudié. Ces pistes, qu’il reste à explorer, confirment la nécessité de combler « le déficit de connaissances statistiques sur ce qui se passe en profondeur dans les populations sportive354 » afin de mieux ajuster les politiques fédérales et les stratégies de clubs.

3• LE CADRE ASSOCIATIF DE LA SOCIALISATION : FORCES ET FRAGILITÉ

  • 355 Cf. Vulbeau A., et als. 1993, op cit., p. 67-68.
  • 356 D’après l’enquête du Ministère de l’Éducation Nationale de 1985, parmi les 30 % d’élèves qui décla (...)

34Si l’origine sociale et l’entourage familial orientent partiellement, de façon plus ou moins négociée, les goûts sportifs des jeunes355, leur consolidation, dans le cas du tennis, se réalise dans le cadre quasi exclusif du club356, après une période éventuelle de tâtonnements entre plusieurs activités physiques et sportives et d’expérimentation de plusieurs structures d’accueil. Le choix du support associatif répond aussi à des logiques sociales et sportives et aux représentations et aspirations des parents en matière de formation. Les clubs ont donc à traiter des demandes diversifiées (initiation, perfectionnement, entraînement, compétition, responsabilisation, sociabilité...) et à mobiliser en conséquence leurs ressources humaines.

Les critères de choix du club pour les plus jeunes : la proximité et la réputation

  • 357 Thomas R. 1975, op. cit., p. 32.
  • 358 Pociello C. 1981, op. cit. p. 171-237.
  • 359 Reneaud M., Rollan F. 1985, p. 53-85.

35L’influence de la famille intervient sans nul doute au moment du choix du club. C’est la proximité qui pour des raisons pratiques liées à l’âge des enfants en est le principal guide, mais pas seulement. Le cas échéant, l’enfant peut être inscrit au club fréquenté par ses parents et ses frères et sœurs. D’autres facteurs interviennent alors pour expliquer une plus grande indépendance par rapport au lieu d’habitation. Ainsi, la réputation du club vient au second rang des réponses. En matière pédagogique et sportive, cela se vérifie pour les grands clubs de Bordeaux. Il est certain que des clubs comme la SAVP, le TCB, le CAM, le SBUC, l’Union Saint-Bruno, ont, par la qualité et le nombre de leurs joueurs, une rayonnement qui s’étend bien au-delà du quartier où ils sont implantés. Les résultats attestent des compétences et du sérieux de l’encadrement. Pour les parents qui aspirent très souvent, et parfois prématurément, à ce que leurs enfants atteignent l’excellence, ceci constitue une garantie. La réputation des clubs influe également sur les stratégies de statut social des familles. C’est aussi en référence implicite ou explicite à l’échelle de prestige des sports357 et à leurs propriétés socialement classantes358 que s’élaborent en partie les représentations des pratiquants potentiels et que se différencient les associations et les politiques de leurs dirigeants. L’éventail des pratiques offertes par les clubs omnisports359 et l’histoire des apparitions et disparitions de sections sont à cet égard très révélateurs.

  • 360 Au-delà d’une appartenance éventuelle à l’AS scolaire, on recense donc un nombre non négligeable d (...)

36Par ailleurs, plus d’un tiers des jeunes de l’enquête pratiquent au moins un autre sport et sont donc inscrits dans un autre club (ou une autre section)360, ce qui donne un aperçu des diverses voies de la socialisation sportive.

La multi-adhésion : redondance sociale ou diversification ?

37Dans le processus complexe d’aiguillage des choix, interviennent (au-delà de la philosophie éducative des parents en matière de spécialisation sportive plus ou moins précoce), l’adéquation entre les stratégies distinctives de certains groupes sociaux et l’emblématique des clubs ou sections de clubs omnisports, mais aussi la proximité géographique des équipements et/ou l’enracinement historique et culturel de telle ou telle pratique dans le quartier ou la commune.

  • 361 L’offre du CAM est très hétérogène puisqu’y fonctionnent également des sections tennis de table, b (...)
  • 362 Les jeunes du Captalat.

38Le cumul d’adhésions tennis-hockey sur gazon à Primrose, tennis-escrime ou tennis-golf au CAM361 illustre le premier cas de figure ; le second se matérialise par la combinaison tennis-natation à l’Union St-Bruno (pour cause de contiguïté de la piscine Judaïque) et tennis-gymnastique ou tennis-équitation à La Teste en raison de la présence d’un patronage très actif et réputé pour sa pratique gymnique362, d’un hippodrome et de plusieurs clubs d’équitation dans le périmètre forestier d’Arcachon.

39L’enquête sur les pratiques associées au tennis par les 562 polyvalents de l’échantillon apporte en outre des informations complémentaires sur le degré de démocratisation des différentes activités physiques et sportives et la dynamique du système des sports.

  • 363 82 % des pères des enfants qui jouent au golf font partie de la catégorie des cadres et profession (...)

40L’escrime, le hockey sur gazon, le golf – dont la logique de développement tend à reproduire celle du tennis des années soixante-dix – sont encore très réservés363. D’autre part l’examen des clubs de tennis d’appartenance des enfants qui les pratiquent ne fait que confirmer l’effet « Caudéran-Le Bouscat » sur la constitution et la transmission des goûts sportifs.

  • 364 L’Union St-Bruno propose en plus du tennis, les sports suivants : badminton, basket, football, gym (...)

41Cependant, la composition des sections de l’Union St-Bruno364 rappelle également que si, dans certains cas, la structure des clubs omnisports permet un redoublement au sein de la même association des stratégies distinctives, dans d’autres cas elle peut favoriser le brassage social.

  • 365 Pour les enfants des écoles de tennis qui pratiquent aussi l’athlétisme, la gymnastique et la nata (...)
  • 366 Pour ceux qui pratiquent les sports collectifs, 39 % des pères appartiennent aux cadres et profess (...)
  • 367 Pour les enfants qui pratiquent le tennis et le judo, près de 53 % des pères appartiennent à la ca (...)

42De même la forte implantation dans les établissements scolaires primaires et/ou secondaires de l’athlétisme, de la gymnastique, de la natation365, des sports collectifs366, et les vertus de « formation de base » qui leur sont prêtées, peuvent expliquer leur ouverture sociale. Dans le cas du judo et de la danse367, la spécificité du cadre de pratique (salles spécialisées implantables dans des espaces restreints), et le maillage géographique qu’elle induit, ne sauraient être oubliés dans l’interprétation de la pénétration de ces disciplines dans tous les groupes sociaux.

Photo 25• École de tennis de Canéjan : les 10-12 ans. (Cliché F. Rollan)

Photo 26• École de tennis de la Villa Primrose : les 7-8 ans. (Cliché F. Rollan)

  • 368 Callède J.P. 1987, op. cit., p. 102.

43Repérable dans cette enquête, la diversité des cheminements possibles conduit à se méfier des simplifications réductrices368, la vie associative offrant l’opportunité de (re)compositions originales.

Le rôle formateur des clubs : dynamique et incertitudes

  • 369 Les opérations partenariales entre clubs, communes et État (Ministère de la Jeunesse et des Sports (...)

44C’est une autre dimension de l’activité associative, la formation physique des jeunes, que restituent les résultats de l’enquête, pour un sport quasiment absent du système scolaire, en particulier à l’école primaire, à l’âge où se réalisent les apprentissages moteurs fondamentaux369. L’initiation des très jeunes au tennis est donc dévolue aux clubs, avec le soutien des cadres techniques fédéraux.

45Les trois quarts des jeunes de l’enquête ont entre 8 et 13 ans : ils sont effectivement nés pendant la période de brusque accélération de la croissance de la FFT, et plus de la moitié d’entre eux ont moins de 10 ans (51,9 %).

  • 370 L’étude réalisée auprès de 101 sportives bordelaises évoluant en division nationale (en athlétisme (...)

46Dans la mesure où l’on fait l’hypothèse que l’évolution des mentalités et des méthodes pédagogiques conduit au rapprochement des pratiques des filles et des garçons, la composition précise de l’échantillon doit être examinée attentivement : il comprend 2/3 de garçons. Le taux de féminisation des écoles de tennis (32,3 %) est inférieur à celui de l’enquête générale sur les 47 clubs (34 % chez les jeunes et 33,7 % chez les adultes) et au taux national (33,4 % en 1988). Cependant les proportions de filles varient selon les zones d’implantation des clubs : 35,7 % pour les clubs de Bordeaux et 33,4 % pour les clubs extérieurs à l’agglomération (La Teste, Libourne, St-André-de-Cubzac, Blaye). Les pourcentages sont nettement inférieurs en périphérie, que ce soit dans les clubs de la rive gauche (28,8 %), ou dans ceux de la rive droite (26,7 %). En matière d’orientation précoce vers les activités physiques et sportives, le poids des stéréotypes sexuels ajoute à la complexité du processus : les filles découvrent encore très souvent les pratiques physiques par l’intermédiaire de la danse, la véritable orientation sportive se réalisant après cette formation initiale par les activités d’expression370. Le fait que l’échantillon de garçons comporte davantage de très jeunes semble confirmer cette piste.

47Dans un contexte où les logiques fédérales de développement quantitatif conduisent à une concurrence aiguë en matière de précocité du recrutement, de spécialisation, d’entrée en compétitions officielles, l’enquête apporte des indications sur la part de tâtonnements préalables à la stabilisation des goûts sportifs. Lorsque la polyvalence des pratiques des jeunes résiste à la concurrence inter-sports, l’examen des liaisons privilégiées entre le tennis et les autres APS fournit des confirmations sur la combinaison des différenciations sexuelle et sociale des choix sportifs.

48Près des 2/3 des jeunes sont déjà « fixés » sur le tennis qui constitue pour eux une pratique exclusive. La proportion de filles non-spécialisées (36 %) est supérieure à celle des garçons (34,2 %). La distribution des disciplines associées dans ce cas à la pratique du tennis illustre la combinaison des facteurs sexuels, socio-économiques et géographiques intervenant sur la détermination des orientations sportives.

  • 371 Louveau C. 1985, p. 14-16.
  • 372 Oglesby C. 1982, p. 95.
    L’enquête sur les pratiques et représentations du sport chez les jeunes cor (...)

49La division sexuelle des APS s’opère selon leurs degrés de compétition, d’institutionnalisation, de sollicitation de la force et/ou du contact corporel direct plus ou moins violent, de risque, de motorisation et d’appareillage. Plus ceux-ci augmentent, moins les femmes sont nombreuses à choisir les activités qui les mettent en jeu371. Les scores globaux de l’enquête confirment déjà ces tendances, de même qu’une analyse plus fine des résultats : l’orientation des garçons se fait majoritairement vers les sports collectifs (38 %) et le football y concentre 63 % des pratiquants, puis vers le judo (24 %). Les filles privilégient la danse (35 %) et la gymnastique (18 %) ce qui démontre bien le poids du stéréotype expressivité-féminité372.

50Près d’un tiers des jeunes sont des débutants intégraux. Parmi ces débutants, un sur quatre environ a moins de 7 ans et 72,3 % ont moins de 10 ans. Par ailleurs, l’analyse de la distribution du groupe des 8-10 ans permet de constater que 21,9 % d’entre eux ont au moins trois ans de pratique. Les filles sont plus nombreuses à débuter que les garçons. Si ces chiffres permettent d’apprécier le rôle des clubs en matière d’initiation, de suivi et de fidélisation (puisque 42,7 % des plus de 13 ans ont déjà quatre ans d’ancienneté en tennis), l’autre versant de leur action, le perfectionnement, apparaît aussi clairement : presque un quart des jeunes jouent en compétition (24,8 %). Ils représentent près de la moitié des 11-13 ans, 27,9 % des 8-10 ans et 22,2 % des plus de 13 ans, ce qui pourrait indiquer que le tennis n’est pas non plus à l’abri de la désaffection enregistrée pour la plupart des sports à l’adolescence.

Photo 27• Un jeune compétiteur (12 ans) de l’école de tennis de Primrose.
(Cliché F. Rollan)

51Le moindre engagement des filles en compétition (27 % des garçons, 20,3 % des filles) reproduit l’apathie traditionnelle des femmes, relevée dans toutes les enquêtes, mais reflète aussi la composition de l’échantillon. Les filles y sont globalement plus âgées et plus nombreuses à débuter : l’interprétation doit donc être nuancée par les effets d’âge et de durée d’apprentissage.

  • 373 Ligue de Guyenne de Tennis. Bulletin officiel, 1987, p. 87.

52Pour encadrer ces (très) jeunes dans les domaines de l’initiation, de la formation technique, de l’entraînement et de la compétition, les clubs doivent atteindre un niveau de structuration qui leur permette de compter parmi leurs membres des éducateurs bénévoles assurant un minimum de présence hebdomadaire de 2 ou 3 heures, des arbitres, des accompagnateurs, des personnes qui coopèrent à l’organisation des tournois internes et à l’animation générale. Enfin ceux qui poursuivent des objectifs de performances chez les jeunes sont conduits à travailler en étroite interaction avec les cadres techniques du comité départemental et de la Ligue. Ces deux organes déconcentrés et décentralisés de la Fédération coordonnent l’ensemble du dispositif de formation des éducateurs et arbitres, d’organisation des compétitions, de détection, de sélection et de suivi des jeunes à fort potentiel. Ainsi, en 1987, sont proposés, en matière de formation des bénévoles des écoles de jeunes, des stages visant à préparer les trois degrés obligatoires de qualification, assortis de recyclages : prééducateur, éducateur 1er degré, éducateur 2ème degré. Le calendrier de compétition des jeunes comprend des tournois officiels, des compétitions individuelles commençant dès la catégorie des 8 ans pour les garçons et les filles, des compétitions par équipes à partir de la catégorie « poussins » (9-10 ans), un dispositif d’auto-arbitrage par les jeunes373.

  • 374 Tennis en Guyenne, décembre 1987, no 7, p. 13 et décembre 1988, no 9, p. 15.
  • 375 Tennis en Guyenne, décembre 1988, no 9, p. 15.

53Le bilan « jeune » des années 1987 et surtout 1988 en Gironde374 laisse cependant percer des inquiétudes quant à la volonté réelle d’une partie non négligeable de clubs de s’engager dans toutes ces actions en y développant de surcroît des objectifs qualitatifs. Le conseiller technique départemental distingue en effet « deux types de clubs : un petit nombre motivé, qui réussit à faire vivre une structure dynamique et qui fonctionne mieux chaque année, faisant jouer de plus en plus d’enfants ; une majorité qui se désintéresse de plus en plus de l’enseignement du tennis auprès des jeunes » tandis que « le niveau initiation est en régression » avec « une diminution de 40 % de bénévoles actifs ayant suivi une formation375.» Pour remédier à ce désengagement et limiter l’affaiblissement technique et pédagogique de l’encadrement des clubs, la Ligue met en place un réseau de moniteurs par secteurs géographiques.

  • 376 Tennis en Guyenne. Novembre 1993, no 24, p. 4-5.

54En posant clairement le problème de la différenciation, de l’évaluation et du contrôle des actions, ces réserves mettent aussi l’accent sur les difficultés auxquelles se heurtent de nombreux clubs pour décliner efficacement l’ensemble du registre de la formation des jeunes, et ceci à l’apogée de la croissance de la Fédération. En matière d’éducation physique par le tennis, cette déclinaison passe en effet par les phases successives de la sensibilisation, de l’initiation, du perfectionnement. La sensibilisation de plus en plus précoce requiert des dispositions pédagogiques permettant de dépasser les savoir-faire des leçons particulières pour proposer à un groupe de « tout-petits » une approche ludique, (officialisée en 1993 par la Fédération avec l’opération mini-tennis destinée aux enfants agés de 5 à 7 ans)376.

Photo 28• Mini-tennis : un matériel et une pédagogie adaptés (école de Canéjan). (Cliché F. Rollan)

55L’ambition d’excellence sportive exige, elle, de proposer simultanément, au sein du club, à d’autres groupes d’enfants, des conditions pertinentes d’entraînement et de suivi des compétitions. De plus, les clubs sont aussi appelés à participer à la détection et à la sélection de l’élite départementale et régionale.

  • 377 M. Bouche, CTR, relève « l’attitude consistant à voir l’opération mini-tennis comme une simple opp (...)

56Ceci impose de dissocier, en « interne », les niveaux d’action tout en adhérant authentiquement aux dispositifs externes mis en place par la Ligue et le comité. Or la tentation est grande de biaiser par rapport à leurs plans d’action, tout en cherchant à bénéficier au maximum des aides. Les injonctions répétées de la Ligue et des cadres techniques en matière de prise de licence pour tous les adhérents, de qualification des éducateurs ou, actuellement, de réalisation de l’opération mini-tennis377 démontrent que les dérives sont permanentes pour contourner les contraintes de mise en œuvre. Or, un moment débordés par l’afflux de demandes, les clubs ont maintenant à imaginer des solutions innovantes pour limiter l’évasion des pratiquants.

4• LA DÉMOCRATISATION INACHEVÉE

57En 1987, à un moment où se produit un tassement de la croissance fédérale, la photographie des écoles de tennis en Gironde indique clairement que, malgré la généralisation des structures et des dispositifs associatifs et/ou municipaux de facilitation d’accès, la démocratisation du tennis reste inachevée chez les très jeunes.

58C’est en majorité dans les milieux sociaux aisés que se recrutent encore les adeptes « en devenir » de ce sport. Le système des pratiques sociales, culturelles et sportives de la famille détermine largement l’orientation des enfants vers le tennis. La forte sportivité des deux parents, antérieure aux effets de mode, sa permanence, ainsi que l’ancrage ancien de la culture partagée du tennis, apparaissent dans l’enquête comme des éléments très favorables au processus de socialisation sportive.

  • 378 Avec par exemple, la création de championnats pour la catégorie « pré-poussins » (8 ans maximum), (...)
  • 379 Les jeunes repérées et formées depuis 1987 font partie de l’élite féminine des 2ème série en 1995. (...)

59Il revient aux clubs de proposer les conditions pédagogiques et techniques de l’appropriation corporelle du tennis et de veiller à ce qu’elle s’inscrive dans la durée, en réalisant en permanence un équilibre délicat. L’abaissement de l’âge de la sensibilisation, avec l’opération mini-tennis par exemple, ou de la participation aux compétitions378 expose en effet à la saturation précoce, et en aval, la formation de l’élite, relayée par les dispositifs fédéraux, exige de la patience, de la part du jeune et de son entourage, et des modalités institutionnelles de soutien379.

60La stabilisation de la pratique des différentes formes du tennis emprunte donc des voies sociales et sportives complexes. L’accélération de la diversification des APS et les concurrences inter-sports qu’elle déclenche rendent d’autant plus difficile sa réalisation.

Notes

326 Beaucoup de clubs étendent au-delà de 12 ans, l’inscription à l’école de tennis.

327 Faure J. M. 1987, Tome 2, p. 792.

328 Cf. partie 2, chapitre 1, paragraphe 3.

329 Lebaube A. 1987 ; CNIDF-INSEE. Des femmes en chiffres. 1986.

330 Herzlich G. 1991.

331 Lebaube A. 1991 ; Devillechabrolle V. 1990.

332 INSEE. Données sociales. 1990, p. 27.

333 INSEE. Tableaux de l’Économie Française. 1990, p. 57.

334 Les études portant sur la structure sociale montrent que le choix du conjoint s’effectue encore largement dans le même groupe social ou un groupe voisin.
Lemel Y. 1992 ; Merlié D., Prévot J. 1991.

335 Dumontier F., Valdelièvre H. 1989, p. 191. Les taux de pratique par CSP, en club et hors institutions, livrés par l’enquête sur les loisirs des français effectuée en 1987-1988 le démontrent.

336 Cf. Vulbeau A., et als. 1993, op. cit., p. 24 et p. 31.

337 Héran F. 1988, p. 18 ; Meister A. 1974, p. 78-102.

338 Particulièrement élevé en 1975-76 (54,3 %), le taux de croissance des effectifs féminins reste supérieur à celui des licenciés hommes en 1976-77 (24,3 % pour 20,1) et en 1977-78, 23,2 % pour 22,7, puis il décline à partir de 1978-79. Données du Ministère du Temps Libre, de la Jeunesse et des Sports. 1984.

339 D’après les estimations de P. Chifflet les moins de 16 ans représenteraient 35,9 % des licenciés de la FFT (12,1 % de filles, 23,8 % de garçons). Chifflet P. 1990. p. 306-307.

340 Appellation « Premières Côtes de Bordeaux ».

341 Faure J.-M. 1987, Tome 2, p. 772-773.

342 Dumontier F., Valdelièvre H. 1989, Enquête 1987-88, p. 173-205 ; Faure J.-M. 1988, p. 28.

343 Cf. Première partie, Chapitre 3.

344 Faure J.-M. 1987, p. 764-765.

345 Faure, J.-M. Ibid., p. 766 et 772.

346 Faure, J.-M. Ibid., p. 787-788.

347 Parlebas P. 1986, p. 117-130.

348 INSEP. 1981, p. 37-113.

349 Mauss M. 1966, p. 365-369 et Bourdieu P. 1979. L’habitus « c’est ce que l’on a acquis, mais qui s’est incarné de façon durable dans le corps sous forme de dispositions permanentes ». Bourdieu P. 1980, p. 134.
Louveau C., Danse P. 1977, p. 41-53 ; Irlinger P. 1979, p. 113-122.

350 Dans l’enquête réalisée par le Ministère de l’Éducation Nationale en 1985 auprès de 5 026 élèves, le tennis est cité comme première activité des pères. Il ne figure pas chez les mères parmi les deux premières activités citées. Cf. Hébrard A. Op. cit., p. 267.

351 Pociello C. 1981, p. 171-237.

352 Louveau C. 1979, p. 97-101.
Si toutes les APS sont virtuellement accessibles aux femmes, la combinaison des représentations (virilité-féminité) et de la place dans la stratification sociale aboutit à une auto-exclusion de nombreux sports.

353 Pociello C. 1981, op. cit., p. 220-224.

354 Haumont A. 1991, p. 1-2.

355 Cf. Vulbeau A., et als. 1993, op cit., p. 67-68.

356 D’après l’enquête du Ministère de l’Éducation Nationale de 1985, parmi les 30 % d’élèves qui déclarent pratiquer un sport en club, le tennis apparaît en 2ème position. Cf. Hébrard A. Op. cit., p. 263.

357 Thomas R. 1975, op. cit., p. 32.

358 Pociello C. 1981, op. cit. p. 171-237.

359 Reneaud M., Rollan F. 1985, p. 53-85.

360 Au-delà d’une appartenance éventuelle à l’AS scolaire, on recense donc un nombre non négligeable de bi-adhérents associatifs chez les jeunes. Cf. Héran F. 1988.

361 L’offre du CAM est très hétérogène puisqu’y fonctionnent également des sections tennis de table, boxe anglaise, cyclisme et haltérophilie (considérés comme « populaires »).

362 Les jeunes du Captalat.

363 82 % des pères des enfants qui jouent au golf font partie de la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures, de même que 75 % de ceux dont l’enfant pratique l’escrime et 71 % de ceux dont l’enfant est inscrit en hockey sur gazon.

364 L’Union St-Bruno propose en plus du tennis, les sports suivants : badminton, basket, football, gymnastique rythmique et sportive, handball, judo, kendo, natation, natation synchronisée, tennis de table, water polo et yoga.

365 Pour les enfants des écoles de tennis qui pratiquent aussi l’athlétisme, la gymnastique et la natation, 55 % des pères appartiennent aux cadres et professions intellectuelles supérieures, 23 % aux professions intermédiaires, 9 % aux employés.

366 Pour ceux qui pratiquent les sports collectifs, 39 % des pères appartiennent aux cadres et professions intellectuelles supérieures, 25 % aux professions intermédiaires, 19 % aux employés et 10 % aux artisans, commerçants, chefs d’entreprise.

367 Pour les enfants qui pratiquent le tennis et le judo, près de 53 % des pères appartiennent à la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures, 18,8 % aux professions intermédiaires, 15,3 % aux employés et 8,2 % aux artisans, commerçants, chefs d’entreprise. Pour celles qui font aussi de la danse, l’appartenance sociale est encore plus étendue puisque à côté des enfants de cadres (48,4 %), de professions intermédiaires (15,7 %), d’employés (15,7 %), de chefs d’entreprise (7,8 %), on retrouve 9,3 % de filles d’ouvriers.

368 Callède J.P. 1987, op. cit., p. 102.

369 Les opérations partenariales entre clubs, communes et État (Ministère de la Jeunesse et des Sports et Ministère de l’Éducation Nationale), portant sur l’aménagement des rythmes de vie de l’enfant et incluant la pratique d’APS, s’institutionnalisent progressivement depuis 1984. Leur effet est donc limité au moment de l’enquête. Cf. Circulaire no 84-481 du 13 déc. 1984. Aménagement du temps scolaire dans le premier degré. Développement des liaisons de l’école avec les partenaires éducatifs locaux.

370 L’étude réalisée auprès de 101 sportives bordelaises évoluant en division nationale (en athlétisme, basket-ball, football, hand-ball, hockey sur gazon, natation, tennis, tennis de table) montre que 20,8 % d’entre elles ont commencé par la pratique de la danse classique. Reneaud M. 1986, p. 180.
C’est parmi les danseuses et les pratiquants du vélo que se trouve la plus forte proportion de jeunes « qui préfèreraient un autre sport ». Ceci tendrait à prouver le caractère « quasi obligé » de ce passage par la danse, pas toujours heureux. Cf. Vulbeau A. et als. 1993, op. cit., p. 23-25. Données sociales. INSEE, 1990, p. 218.

371 Louveau C. 1985, p. 14-16.

372 Oglesby C. 1982, p. 95.
L’enquête sur les pratiques et représentations du sport chez les jeunes corrobore ces résultats. Cf. Vulbeau A. et als. 1993, op. cit., p. 23-26.

373 Ligue de Guyenne de Tennis. Bulletin officiel, 1987, p. 87.

374 Tennis en Guyenne, décembre 1987, no 7, p. 13 et décembre 1988, no 9, p. 15.

375 Tennis en Guyenne, décembre 1988, no 9, p. 15.

376 Tennis en Guyenne. Novembre 1993, no 24, p. 4-5.

377 M. Bouche, CTR, relève « l’attitude consistant à voir l’opération mini-tennis comme une simple opportunité pour équiper à bon compte son club en matériel pour les jeunes » et rappelle que cette opération « concerne uniquement les enfants qui ont 6 ans dans l’année en cours ». Tennis de Guyenne, (26), Avril 1994, p. 6.

378 Avec par exemple, la création de championnats pour la catégorie « pré-poussins » (8 ans maximum), appelée par la suite « lutins ».

379 Les jeunes repérées et formées depuis 1987 font partie de l’élite féminine des 2ème série en 1995. Quatre d’entre elles (C. Toyre-30, N. Jarlan-15, M.-P Attali-2/6, J. Lagarde 2/6) étaient intégrées au Tennis-Études de Talence en 1987-88. Seulement 3 des jeunes détectés en 1987, figurent le 31/12/94, sur la liste officielle des sportifs de Haut-Niveau (C. Toyre en catégorie Jeune, N. Jarlan et X. Pujo en catégorie Espoir). C. Toyre est championne de France juniors 1994 en simple et en double et est membre de l’équipe de France Juniors.

Table des illustrations

Titre Fig.26 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE résultats globaux
Légende Enquête réalisée en octobre 1988INSEE; Recensement général de la population.1990.Graphique : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig.27 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement les plus fermés
Légende Enquête réalisée en octobre 1988Graphique : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig.28 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement intermédiaires
Légende Enquête réalisée en octobre 1988Graphique : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig.29 • PROFILS SOCIAUX DES ÉCOLES DE TENNIS DE GIRONDE les clubs socialement les plus ouverts
Légende Enquête réalisée en octobre 1988Graphique : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig.30 • L'ENVIRONNEMENT SPORTIF FAMILIAL
Légende Enquête réalisée en octobre 1988Graphique : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Photo 25• École de tennis de Canéjan : les 10-12 ans. (Cliché F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Photo 26• École de tennis de la Villa Primrose : les 7-8 ans. (Cliché F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Photo 27• Un jeune compétiteur (12 ans) de l’école de tennis de Primrose.(Cliché F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Photo 28• Mini-tennis : un matériel et une pédagogie adaptés (école de Canéjan). (Cliché F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7224/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search