Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Deuxième partie. Le tennis en Gironde : de la généralisation de la pratique à la diversité des dynamiques associatives

Chapitre III. La vie sportive locale : des stratégies associatives différenciées

Texte intégral

  • 259 Crozier M., Friedberg E. 1977, p. 278-283 ; Friedberg E. 1971 et 1993 ; Reynaud J.-D. 1989.
  • 260 Le sigle Tennis Club de… indique le caractère unisport du club et une volonté d’autonomie.

1L’approche socio-spatiale a déjà montré la diversité des situations en matière de tendances de recrutement social. D’autres variables sociologiques, le sexe et l’âge des licenciés, et des données purement sportives comme le niveau de participation des équipes en championnat et le niveau de classement des joueurs, permettent de repérer la morphologie des clubs et leur position sur la scène tennistique et sportive à un moment précis. Impuissantes cependant à rendre compte de l’ensemble des contraintes et contingences du construit259 associatif, elles renvoient nécessairement à l’histoire des clubs, aux modes d’organisation sportive (unisport, omnisports)260, aux capacités financières des communes, aux types de relations municipalité-associations, tant les paradoxes et brouillages sont nombreux. La vie sportive associative échappe partiellement aux déterminations socio-économiques, socioculturelles et socio-politiques. En effet celles-ci peuvent être infléchies par la motivation d’un noyau de dirigeants, l’efficacité d’un cadre technique, voire la passion d’un seul individu.

  • 261 L’accroissement numérique est actuellement lié au développement des pratiques « vétérans » et « 3è (...)
  • 262 Cf. Introduction.
  • 263 Participent à cette action : le Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère de la Défense, le (...)

2Dans ce contexte, un certain nombre de traits de personnalité des clubs et de composantes de leur action, significatifs du caractère aléatoire de leur développement, peuvent être progressivement identifiés. Ainsi, la proportion de jeunes et le taux de féminisation ont été retenus comme indicateurs de développement quantitatif du tennis, puisque, dans un premier temps, l’accroissement numérique des licences a résulté de la conjugaison du recrutement de plus en plus précoce des fédérations261 et de la « sportivisation » de la population féminine au cours des vingt dernières années. Par ailleurs, la proportion de classés et l’indice de pratique familiale (construit en rapportant le nombre de familles à l’effectif total des licenciés) ont été considérés comme des indicateurs de diversification du tennis, les dimensions compétitive et/ou familiale constituant deux variantes (non incompatibles de surcroît) du registre très étendu des modalités de pratique de ce sport262. Enfin à un moment où la préparation et le suivi social des athlètes de haut niveau mettent institutionnellement en relation de multiples acteurs263, le nombre de classés en 1ère et 2ème série a été choisi pour rendre compte des actions de formation des clubs et/ou de leur capacité d’attraction auprès de l’élite sportive.

1• LA STRUCTURE DES CLUBS : UNE HÉTÉROGÉNÉITÉ INDÉPENDANTE DU RECRUTEMENT SOCIO-SPATIAL

3Il s’agit maintenant de voir si le recrutement socio-spatial est lié à la structure des clubs, c’est-à-dire à la répartition hommes/femmes, jeunes/adultes et classés/non classés.

4C’est l’objet des figures 22 et 23 de présenter simultanément sur une carte la composition, la dimension et un classement sportif des clubs. Chacun d’entre eux est représenté par une double barrette, l’une pour les jeunes de moins de 18 ans (de couleur claire), l’autre pour les adultes (de couleur plus soutenue) ; l’échelle verticale donne les effectifs. Sur chaque barrette le bleu foncé et le rose foncé donnent la part des joueurs et joueuses classés, chez les jeunes comme chez les adultes. En fonction des équipes engagées en championnat, un niveau est attribué au club et traduit graphiquement par l’inscription de son nom en caractères plus ou moins gros. Le niveau 1 est attribué à un club dont deux équipes au moins jouent en nationale, le niveau 2 à celui qui a une seule équipe en nationale, le niveau 3 au club qui a inscrit au moins deux équipes en 1ère série régionale et le niveau 4 à tous les autres cas.

Fig.22 • LA STRUCTURE DES CLUBS DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE EN 1987 (de plus de 200 licenciés)

Fig.22 • LA STRUCTURE DES CLUBS DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE EN 1987 (de plus de 200 licenciés)

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

5Compte tenu des implantations dans des quartiers et communes socialement contrastées, il ne semble pas y avoir à première vue, une stratégie spécifique à la classe sociale dominante, mais plutôt une stratégie de club qui dépendrait de sa politique propre, du dynamisme de son équipe dirigeante et de celui de son encadrement technique (investissement du ou des moniteurs)…

La stratégie en faveur des jeunes : une option peu répandue

6Peu de clubs de plus de 200 licenciés ont mené une réelle politique en faveur du recrutement et de la formation des jeunes. Ils comptent plus de 50 % de jeunes de moins de 18 ans. Sur les 47 clubs étudiés, 9 seulement sont dans ce cas. Ce sont pour l’agglomération bordelaise : le TC Gradignan, le Tennis Club de Bordeaux (TCB), le CA Béglais et le TC Léognan sur la rive gauche, l’US Cenon, St-Caprais Sports, le CA Carbon-Blanc et le TC St-Loubès sur la rive droite. Hors agglomération seul le Tennis Club de St-André-de-Cubzac fait partie de ce groupe et a même la plus forte proportion de jeunes (65,5 %). Les clubs de Gradignan et de Cenon avec chacun plus de 60 % de jeunes dans leurs effectifs, ont atteint un haut niveau en compétition (niveau 1), puisqu’en 1987, ils ont deux équipes (une masculine et une féminine) évoluant en nationale. Le TCB et le CAB (niveau 2) ont une équipe jouant en nationale et Carbon-Blanc se situe au niveau 3 avec deux équipes en 1ère série des championnats régionaux. Il semblerait donc que la présence d’un grand nombre de jeunes suscite une dynamique favorable aux clubs puisque plus de la moitié d’entre eux, participe aux trois premiers niveaux de championnats. En moyenne le taux de féminisation est supérieur à 31 % sauf pour Carbon-Blanc (28 %). Celui de St-André-de-Cubzac est le plus élevé avec 41 %.

La prédominance d’adultes : une majorité de clubs

  • 264 Y compris les 2 équipes du TC Pyla, club satellite.

7Dans ce groupe sont classés les 21 clubs où les adultes, vétérans compris, représentent 60 % au moins de l’effectif total. Un club joue au plus haut niveau du championnat de France, c’est la Société Athlétique de la Villa Primrose (SAVP), un des premiers clubs de France, avec quatre équipes en division nationale264. Le CAM sur Bordeaux, Arcachon et Lège sur le Bassin d’Arcachon, ont une équipe masculine en nationale. L’Union St-Bruno (USB), Pinsan-Eysines, Villenave-d’Ornon et Libourne ont au moins deux équipes en 1ère série des championnats régionaux. Si certains clubs comme la SAVP, le CAM, l’USB, l’AGJA, Martignas, Arcachon, ont des taux de féminisation élevés (supérieurs à 37 %), d’autres au contraire, ont des taux très faibles comme l’ASPTT (22,5 %), Bassens (25,5 %) et La Réole (26,4 %).

Fig.23 • LA STRUCTURE DES CLUBS DE LA GIRONDE HORS AGGLOMÉRATION BORDELAISE EN 1987 (de plus de 200 licenciés)

Fig.23 • LA STRUCTURE DES CLUBS DE LA GIRONDE HORS AGGLOMÉRATION BORDELAISE EN 1987 (de plus de 200 licenciés)

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

Vers l’équilibre jeunes-adultes : un pari difficile pour la compétition ?

8Une partie des clubs (17) ont réussi un équilibre jeunes-adultes, puisque les jeunes y représentent entre 41 et 50 % de l’effectif total. Ce sont : 5 clubs du Nord de l’agglomération (US Bouscat, ES Blanquefort, Le Haillan, TC Taillan, AS St-Aubin), un club de Bordeaux, le SBUC, 4 clubs de l’Ouest et du Sud (SAM, SPUC, TC Camponac, SA Gazinet-Cestas), 4 clubs de la rive droite (AS Ambarès, TC Artigues, CA Lormont, CO Tresses) et 3 clubs de l’extérieur (TC Andernos, Stade Blayais, TC St-Seurin-sur-l’Isle). Dans ce groupe, un seul, le SBUC, atteint le niveau 1 avec deux équipes en nationale et 4 ont au moins deux équipes engagées en 1ère série (le SAM, Camponac, Le Bouscat et Blanquefort). La proportion de femmes est supérieure à 30 % sauf pour 4 clubs (Cestas, le SPUC, Lormont et Andernos) où elle est comprise entre 28 et 30 %.

2• COMPÉTITION ET PRATIQUE EN FAMILLE : DES COMPOSANTES DE LA COHÉSION DU CLUB

  • 265 Callède J.-P. 1987, op. cit.

9Si l’option performance cimente les relations à l’intérieur du club en donnant une tonalité particulière à son ambiance, à sa culture265, la fréquence des adhésions de membres d’une même famille, dans le domaine du loisir comme dans celui de la compétition, peut être considérée comme un autre signe de cohérence de l’association.

La recherche manifeste de performances : un objectif dominant

10La décision de développer la compétition impose de créer et de mettre en œuvre les conditions adéquates d’entraînement, d’accompagnement et d’arbitrage, et donc de multiplier les secteurs où s’exerce l’action collective, ce qui témoigne déjà d’une certaine force et d’une stabilité minimale du club. Élément de reconnaissance de l’identité du club sur la scène locale, la dimension compétitive apporte donc également des connaissances sur sa dynamique interne et les choix stratégiques de ses dirigeants.

L’IMPLICATION DES CLUBS EN COMPÉTITION EN 1987

L’IMPLICATION DES CLUBS EN COMPÉTITION EN 1987

11Sont mentionnés ici les 28 clubs auxquels appartiennent des classés 1ère et 2ème série.

12L’indice combine le niveau et le nombre d’équipes jouant en championnats de France et régionaux selon la pondération suivante : 20 points par équipe en championnat de France, 10 points par équipe en 1ère série, 5 points par équipe en 2ème série, 3 points par équipe en 3ème série, 2 points par équipe en 4ème et 5ème série, 1 point par équipe en 6ème et 7ème série.

132 joueurs sont classés en 1ère série : Ronald Agenor (SBUC) et Catherine Mothes (CA Béglais).

  • 266 Pour composer l’indice « équipes », seules ont été prises en compte les équipes seniors (auxquelle (...)

14Au-delà du nombre de classés, le degré de pénétration compétitive du club peut être évalué à partir de la densité relative de son élite, constituée des 1ère et 2ème séries, et du croisement du nombre et des niveaux d’évolution en championnat de ses équipes représentatives266. Ainsi, la sélection des 28 clubs (59,6 % de l’échantillon) qui comptent parmi leurs classés des 1ère et 2ème séries fait déjà émerger une première stratification compétitive.

15En matière de poids compétitif, 4 groupes de clubs se détachent nettement lorsque l’on opère une classification fondée sur la quantité et la qualité des équipes masculines et féminines engagées en championnats. Deux clubs se distinguent incontestablement en tête : Primrose et le TC Gradignan. Derrière eux, le CAM, l’US Cenon, le SBUC et le TC Bordeaux se démarquent également d’un groupe de huit associations (AS Libourne, TC Arcachon, TC Pinsan-Eysines, US Lège et TC Pessac-Camponac, SAG Cestas, TC Villenave d’Ornon, SA Mérignac) encore fortement impliquées en compétition. L’engagement des 14 autres s’avère plus modeste ou plus fragile.

La stratégie « haut niveau » : percée des filles et poussée des clubs de jeunes

  • 267 Ce qui permet de faire jouer dans la même division tous les meilleurs éléments de l’association-mè (...)
  • 268 Il convient de le dissocier du label de « haut niveau » appliqué à l’athlète, qui donne lieu à une (...)

16La densité compétitive de Primrose, de Gradignan, du SBUC et du TC Bordeaux, est confirmée par l’engagement en championnat de leurs clubs satellites (respectivement TC Pyla, TC Ermitage, TC Ste-Germaine, TC Suzon)267. Lorsque l’on centre l’analyse sur les engagements et les résultats en championnats de France qui constituent pour les dirigeants le symbole du « haut niveau » collectif268 et que l’on intègre pour chaque club, une variable discriminante supplémentaire – la dynamique des résultats des meilleures équipes masculines et/ou féminines à la fin de la saison 1987 –, on peut construire une « échelle de prestige sportif » visant à restituer, pour l’année concernée, les positions significatives de la recherche de l’excellence sportive en interclubs. Seulement 8 clubs correspondent à ces critères. Le croisement avec le profil d’âge dominant dans le club permet en outre d’apprécier indirectement les politiques de détection, de formation et d’entraînement des jeunes à la compétition (figure 24).

Fig. 24 • LA HIÉRARCHIE DES CLUBS ET LA FORMATION DES JEUNES

Fig. 24 • LA HIÉRARCHIE DES CLUBS ET LA FORMATION DES JEUNES

Sources : Ligue de Guyenne de Tennis
Tennis en Guyenne.1987, no 7, p 4.
Graphique : M. RENEAUD

17Quatre d’entre eux sont des clubs de Bordeaux. Deux clubs de jeunes (TC Gradignan et US Cenon RD) s’intercalent entre les deux clubs historiques (SAVP, SBUC). Le caractère balnéaire du TC Arcachon et de l’US Lège limite leurs ambitions en matière de densité compétitive, mais leur permet cependant d’opter pour la carte du haut niveau avec un nombre suffisant de joueurs de 1ère et 2ème série.

  • 269 Analyse de Robert Reynolds, Président de la commission de classement de la Ligue, in : Sud-Ouest « (...)

18Dans le contexte global de la « percée des filles » à tous les niveaux du classement 1987269, la contribution de ces huit clubs à la production (par formation et/ou attraction) des 168 joueurs et joueuses de 1ère et 2ème séries de l’échantillon est déjà remarquable.

  • 270 1ère série, classée 19ème française début 1987 à 16 ans, et 15ème à la fin de la saison. Ceci s’ex (...)

19Alors que les clubs bordelais rassemblent 22,7 % des licenciés de l’enquête, 6 d’entre eux, parmi lesquels le TCB se distingue par son dynamisme, captent 37,8 % de l’élite. Cette concentration est surtout repérable en tennis féminin : 47,5 % (34,7 % chez les hommes). Dans ce groupe le rôle de la Villa Primrose est à souligner : l’excellence féminine y est en effet une dimension non négligeable de la distinction sportive. Déjà composé de 39,2 % de femmes, (ce qui en fait le centre de la polarité bordelaise constatée en matière de féminisation des effectifs de l’enquête) ce club affiche plus du tiers des classées 2ème série de l’échantillon (35 %). Pourtant, la meilleure joueuse de la Ligue, Catherine Mothes270 est alors paradoxalement licenciée au CA Béglais…

  • 271 Sud-Ouest. Primrose au sommet, 24 juin 1991.
  • 272 Maillot E. Eurobenjamins. Première édition. Mémoire de Diplôme Universitaire de Technologie « Tech (...)

20Chez les jeunes (2ème série), la dispersion des espoirs (3 à Primrose, 3 à Gradignan, un au TCB, un à Cenon) confirme la poussée du TC Gradignan. L’ascension de ce dernier, matérialisée par l’accession de l’équipe 1 masculine à la Division Nationale en 1987, repose sur une politique résolue de formation des jeunes qui composent la majorité de son effectif, ce qui lui permet de rivaliser efficacement avec Primrose, qui avec un profil d’âge inversé, a toujours tenu « à rester fidèle à sa tradition de pépinière de champions271 ». Cette cohérence gradignanaise a trouvé son prolongement dans l’organisation de la première édition du tournoi international Eurobenjamins272.

  • 273 Le dispositif scolaire a été complété à la rentrée 1988 par la création, en partenariat avec le TC (...)
  • 274 Salomon H. 1992.

21Au sein de la minorité des clubs (9 sur 47) à profil jeunes dominant, le TC Gradignan, le TC Bordeaux et l’US Cenon RD plus anciens, se démarquent par leurs résultats de haut niveau. Cette avance en matière de fabrication de champions n’est pas dissociable, pour les deux premiers, de la dynamique générée par le maillage technique et éducatif du périmètre Talence-Gradignan. En effet, les espoirs du tennis bénéficient, outre la formation reçue dans leur club, de la préparation effectuée par les cadres fédéraux ; par ailleurs, à cette période de la carrière sportive, se pose le problème de la conciliation de l’entraînement intensif, de la scolarité et de l’insertion socioprofessionnelle. Le réseau constitué par l’implantation dans leur secteur du centre d’entraînement de la Ligue (à Suzon), de la section Tennis-Etudes inter-régionale du lycée Victor Louis273, du CREPS, et des Universités, est un atout supplémentaire – au-delà du suivi de leurs meilleurs éléments – pour le TC Gradignan et le TCB274.

  • 275 Ainsi, Julie Lagarde et Xavier Pujo sont considérés comme des « éléments prometteurs d’envergure n (...)

22La montée sur le podium de l’US Cenon, consacre la vitalité de ce club-leader de la rive droite, qui par rapport à ce territoire stratégique et à ce quadrillage technique, occupe une position excentrée. Dans un contexte où les mutations inter-clubs des joueurs et joueuses de haut niveau se multiplient, même chez les jeunes, la permanence de ses résultats retient d’autant plus l’attention275.

Le tennis en famille : une dimension originale toujours présente

  • 276 Tennis des clubs = service public. Dépliant FFT 1984-1985.

23Sur la totalité des licenciés des clubs de cette enquête, dans 18,6 % des cas (soit presque un cinquième de l’échantillon), deux membres au moins de la famille nucléaire pratiquent le tennis dans le même club. Cette imprégnation familiale, telle qu’elle apparaît ici, même sous-évaluée, distingue nettement le tennis de la plupart des autres APS offertes dans le cadre fédéral, parce « qu’il est l’un des très rares sports qu’on puisse pratiquer de 5 à 6 ans à 80 ans (voire plus) et que les femmes peuvent le pratiquer à l’égal des hommes276 », ce qui favorise le mélange des générations et les pratiques mixtes.

ASPECTS DE LA DIMENSION FAMILIALE DES CLUBS EN 1987 (% de cas où 2 membres au moins d’une même famille sont licenciés au club)

ASPECTS DE LA DIMENSION FAMILIALE DES CLUBS EN 1987 (% de cas où 2 membres au moins d’une même famille sont licenciés au club)
  • 277 Cf. Deuxième partie, Chapitre 1.
  • 278 Cf. Deuxième partie, Chapitre 2. Un recrutement socio-spatial diversifié.
  • 279 Louveau C. 1985 ; Davisse A., Louveau C. 1991.

24Dans le groupe des clubs de Bordeaux, Primrose se démarque par sa composante familiale, très présente dès sa création277. Pour les clubs du Nord, de l’Ouest et du Sud de l’agglomération et pour ceux de la rive droite, l’ancrage familial s’accroît en même temps que l’éloignement par rapport à la ville-centre. Le faible score du CA Béglais, du CMO Bassens et de l’ES Bruges peut être imputé à la composition sociale des communes où sont implantés ces clubs278. Dans les milieux populaires la division sexuelle des pratiques sportives est encore très marquée279 et le tennis ne constitue pas alors un support de rassemblement familial.

  • 280 Irlinger P., Louveau C., Métoudi M. 1987 ; Garrigues P. 1988. Loret A. 1993.

25Au contraire, dans les clubs les plus récents, Canéjan, Martignas, Latresne, St-Caprais, Tresses, St-André-de-Cubzac et le TC St-Loubès, le dernier-né, la dimension familiale est également affirmée. Ceci peut être considéré comme une indication de l’évolution de la demande sociale en matière d’APS, accompagnée de services et d’animation annexes, ainsi que de la généralisation de l’intégration des pratiques sportives au mode de vie280.

3• DYNAMIQUE ASSOCIATIVE : L’ACTION SPORTIVE ENTRE INTÉGRATION ET CLASSEMENT

26Les résultats globaux de l’enquête proposent une lecture indirecte du construit sportif associatif et permettent de différencier plusieurs composantes et paliers de l’action sportive organisée au sein des clubs. L’intégration de nouveaux publics (jeunes, femmes) a nécessité des adaptations et suscité des changements de logiques, notamment en matière d’offre pédagogique d’initiation au tennis. La recherche conjointe de performance par équipes et de notoriété développe, elle, la sociabilité par l’intermédiaire de la multiplication des entraînements en commun et des diverses rencontres sportives, tout en provoquant inéluctablement la sélection à l’intérieur du club. Coûteuse en ressources humaines, notamment lorsque des équipes de jeunes sont engagées en compétition, elle doit prendre en compte les contraintes de recrutement, de formation et de rétributions directes ou indirectes des champions ainsi que la rémunération des entraîneurs. Comment aménager au quotidien un équilibre entre ces diverses dimensions ? Les chiffres bruts restituent un certain nombre des éléments de l’interaction offre-demande tennistique dans le cadre associatif.

L’élargissement des publics par l’intégration des jeunes et des femmes

  • 281 Tennis Info. Mars 1990, no 218.
  • 282 Cf. les figures 13 et 14.

27Avec un pourcentage de 41,3 % de jeunes, l’enquête ne se distingue guère du résultat national (42 %)281 et elle permet de constater la quasi-similitude de la répartition jeunes-adultes pour les deux sexes (garçons 41,2 %, filles 41,6 %). L’examen par zone de la proportion de jeunes confirme, outre les disparités démographiques générales, les effets des décalages chronologiques de la diffusion géographique du tennis282. La part des jeunes parmi les licenciés résidant sur la rive droite est de 48,7 % pour les effectifs masculins et de 53,6 % pour les effectifs féminins. À Saint-André-de-Cubzac les proportions respectives de jeunes sont encore plus éloquentes : 60,5 % (garçons), 72,5 % (filles). Ainsi dans les zones les plus récemment touchées par l’expansion des équipements et des associations, le rattrapage numérique semble s’être davantage réalisé par l’intermédiaire des jeunes et plus encore par celui des jeunes filles.

  • 283 L’estimation de la proportion de femmes parmi les licenciés – tous sports confondus – varie de 33, (...)

28Le taux de féminisation de l’enquête (33,8 %) est d’ailleurs légèrement supérieur au résultat national (33,4 %)283 et on peut distinguer trois voies privilégiées de féminisation des effectifs du tennis : les modalités « ville-centre » (Bordeaux, 35,5 % de femmes parmi les licenciés y résidant), « balnéaire » (Sud Bassin, 37,1 %) et « école de tennis » (St-André-de-Cubzac 41,2 %), déjà repérée précédemment.

La stratification sportive : recomposition permanente et rapprochement des pratiques masculines et féminines

  • 284 L’étude de la participation des non-classées aux tournois féminins des clubs de Bordeaux en 1983 m (...)

29L’observation de la proportion de classés n’autorise qu’une appréciation partielle de la réalité de la pénétration compétitive. Obtenu après une série de compétitions, le classement ne distingue qu’une fraction de participants à celles-ci284. Malgré cette sous-évaluation des compétiteurs et compétitrices, l’enquête apporte des indications sur les résultats de la recomposition exclusivement sportive effectuée par l’intermédiaire des tournois et des championnats, sur les investissements différenciés des hommes et des femmes, et – par extraction des données concernant les joueurs et joueuses classées en 1ère et 2ème série –, sur l’élite girondine (figure 25).

  • 285 Haumont A. La pratique sportive. 1987, p. 92.
    La Gironde compte 14 % de classés à la fin de la sais (...)

30Le classement apparaît d’emblée comme une variable très discriminante. Comparé aux 11,6 % de classés évalués en 1984 à l’échelon national285, le chiffre de 14 % (hommes 10,2 %, femmes 3,8 %) de l’enquête peut être expliqué par la forte tradition tennistique de la Gironde, la vitalité de la Ligue de Guyenne, mais aussi par l’augmentation, postérieure à 1984, du nombre des catégories inférieures du classement. La répartition est de 11,9 % d’adultes et 2,1 % de jeunes.

31Pour l’effectif masculin, la proportion de classés atteint 15,4 % (13,3 % d’adultes, 2,1 % de jeunes) alors qu’elle est de 11,1 % pour l’effectif féminin (9,1 % d’adultes, 2 % de jeunes).

32Les 20 % d’adultes classés sont répartis en 15 % d’hommes et 5 % de femmes. Plus d’un homme sur cinq pratique assidûment en compétition (22,7 %). L’attrait pour celle-ci est plus faible chez les femmes (15,6 % de classées).

33Les taux de pratique compétitive se resserrent chez les jeunes : alors que les 5 % de classés se distribuent en 3,4 % de garçons et 1,6 % de filles, la proportion de classés dans l’échantillon garçons est de 5,2 % pour 4,9 % chez les filles.

Photo 24• La compétition chez les jeunes : 5 % de classés. (Collection F. Rollan)

34L’élite des 1ère et 2ème séries représente moins de 1 % de l’effectif observé. Composée de 128 hommes et de 40 femmes, elle ne rassemble que 0,9 % du groupe des licenciés et 6,5 % du groupe des classés, ce qui donne la mesure de la sélection opérée par les formules compétitives (tournois et championnats) de la FFT, car à l’intérieur du groupe des 2 555 classés, les deux premiers étages de la pyramide se décomposent en 56 % de 4ème séries et 37 % de 3ème séries. Cependant, là encore, le processus de sélection se déroule chez les jeunes à l’avantage des filles, où les 2ème séries représentent 7,2 % de l’échantillon féminin, et seulement 0,7 % chez les garçons.

  • 286 Irlinger P., Louveau C., Metoudi M. 1987, p. 73 ; Davisse A., Lorenzi L., Renoux J. 1980.
  • 287 Establet R., 1988 ; Baudelot C., Establet R. 1992 ; Duru-Bellat M. 1990 ; Aubert N., Enriquez E., (...)
  • 288 Davisse A., Louveau C. 1991 ; Reneaud M. 1988, L’association sportive…, p. 245-253.

35Les pratiques compétitives des hommes et des femmes semblent donc se rapprocher malgré les écarts enregistrés chez les classés adultes et chez les 1ère et 2ème séries (1 % des effectifs masculins, 0,6 % des effectifs féminins). Ceux-ci confirment l’apathie traditionnelle des femmes vis-à-vis de la compétition, notamment lorsque son intensité s’accentue286. Il s’agit ici d’une transposition corporelle de mécanismes à l’œuvre dans les secteurs scolaire, professionnel, associatif et politique287. Cependant, la très faible différence enregistrée chez les jeunes laisse supposer une certaine évolution : on peut y voir un effet de génération (et donc une transformation des mentalités), et un effet d’apprentissage (les conceptions pédagogiques « mixtes » prévalant actuellement)288, sans toutefois perdre de vue que l’affirmation des rôles masculins/féminins se renforce à l’adolescence, ce qui peut réactiver le clivage.

Un aperçu de la mobilité sportive : logiques utilitaires et effacement de l’attachement au club

  • 289 En 1987, la section Tennis-Etudes est située au Lycée et au Collège Victor Louis de Talence, le ce (...)

36La pratique soutenue de la compétition et la recherche du meilleur niveau de pratique engendrent une circulation accrue des joueurs. Dans le contexte urbain, déjà caractérisé par une forte mobilité, celle-ci, spécifiquement sportive, est mise en évidence par l’enquête. Ainsi, la proximité à Talence du centre d’entraînement de la Ligue, de la section Tennis Etudes289, du CREPS Aquitaine, doublée de la localisation du campus universitaire sur Pessac, Gradignan et également Talence, n’est certainement pas étrangère à la domiciliation dans ce secteur d’une partie non négligeable de l’élite. D’autre part, parmi les 1ère et 2ème séries, plus d’un homme sur cinq (23,4 %) et une femme sur quatre, proviennent de départements, parfois lointains, extérieurs à la Gironde. Les données soulignent aussi le poids de Bordeaux en matière d’élite féminine (22,2 % des 1ère-2ème séries).

Fig.25 • LES ASPECTS DE LA DIMENSION COMPÉTITION DANS LES CLUBS DE PLUS DE 200 LICENCIÉS EN 1987

Fig.25 • LES ASPECTS DE LA DIMENSION COMPÉTITION DANS LES CLUBS DE PLUS DE 200 LICENCIÉS EN 1987

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Graphique : F. ROLLAN

37Si la qualité des infrastructures d’entraînement, la renommée de l’encadrement technique, la hauteur de la division nationale où évolue le club, ses capacités d’aides financières, sont les principaux critères de choix des champions, à un échelon plus modeste, la logique compétitive peut également déterminer la sélection du club, même s’il est éloigné du lieu de résidence, lorsque la motivation principale d’inscription est d’être assuré de jouer en équipe. Les clubs ont en effet deux façons d’être sportivement attractifs, soit parce que leur haut niveau de prestations stimule des champions déjà confirmés, soit parce qu’ils offrent, à un échelon plus modeste, le moyen de participer aux championnats, ce qui multiplie les chances de se classer et/ou de progresser dans le classement. Ces stratégies individuelles utilitaires expliquent les difficultés de plus en plus grandes des clubs à fidéliser ceux de leurs licenciés qui s’engagent en compétition.

38Tout ceci donne un aperçu de l’étendue du travail effectué globalement dans le cadre associatif et permet de mieux en apprécier la dynamique.

Recrutement « tous publics » et consolidation de la compétition : deux éléments indissociables de la structuration des clubs

39Les diverses combinaisons possibles des variables jeunes, adultes, hommes, femmes, classés, non-classés contribuent à mettre en évidence la diversité des actions des clubs. Elles renseignent sur les choix sportifs des dirigeants (élus et/ou cadres techniques), et sur le degré de développement de l’association, car les exigences organisationnelles varient sensiblement selon les options compétition et/ou loisirs.

  • 290 Cf. figure 22.

40On peut donc considérer que la présence de ces six variables, dans la composition d’un club définit un profil éclectique. Elle est l’expression d’une pénétration dans tous les gisements de licenciés virtuels, et d’une offre simultanée de loisirs et de compétition compatible avec tous les publics, qui, par son caractère multiforme apparaît comme un signe de maturité. Au contraire, du point de vue qualitatif, l’absence d’une ou plusieurs composantes permet de qualifier d’incomplet le profil d’un club, quelle que soit sa taille. Cette faiblesse peut, soit s’inscrire provisoirement dans un processus de développement délibérément programmé, soit témoigner de la jeunesse, de l’instabilité ou du déclin du club. Ces critères permettent de diviser l’échantillon des associations en deux catégories290.

  • 291 Sous l’impulsion de Florence Borgella, joueuse de 2ème série par ailleurs impliquée dans la prépar (...)

41La première est constituée par les 34 clubs (72,3 % de l’échantillon) dont le profil est éclectique. Parmi eux, 6 se démarquent, on l’a vu, par leur option « jeunes », ce qui laisse supposer la prépondérance d’une orientation pédagogique (visant à assurer l’apprentissage de la technique mais aussi de la compétition) dont St-André-de-Cubzac, est une bonne illustration291. Dans le sous-groupe des clubs majoritairement composés d’adultes, quelques particularités apparaissent comme le faible taux de féminisation de l’ASPTT, le plus bas de l’échantillon. On remarque à l’inverse la forte proportion de jeunes filles au SBUC et à Cestas. À Andernos, c’est le taux de jeunes garçons qui est élevé. Enfin, on constate des faiblesses à l’ASPOM (peu de jeunes garçons classés), à l’AGJA, au Haillan et à Villenave-d’Ornon (peu de jeunes filles classées). On ne retrouve aucun de ces déficits dans les 6 clubs composés majoritairement de jeunes, car ils ont développé rapidement des écoles de compétition et la mixité.

42Dans la deuxième catégorie des 13 clubs à profil incomplet, ce sont les classés qui font défaut chez les jeunes filles (CAM, SPUC, AS La Teste, Blaye, TC Gironde-Réole), chez les jeunes garçons (TC Canéjan, CA Lormont) et pour l’ensemble des jeunes (TC Jalle-Martignas, AS St-Aubin, TC Le Taillan). Dans les clubs à majorité de jeunes, c’est également le cas au TC Léognan (jeunes filles), au CA Béglais (jeunes garçons), tandis qu’au TC St-Loubès, club très récent, l’absence de classées est générale en tennis féminin.

43Si l’intégration de nouveaux publics est, en 1987, réalisée dans la majorité des clubs, le choix de l’option compétition constitue un point sensible du développement, car il exige l’implication d’un grand nombre de dirigeants. Il apparaît donc, comme un palier décisif de structuration du club.

4• LOGIQUES ASSOCIATIVES ET ENVIRONNEMENT MUNICIPAL : L’APPARENTE DIVERSITÉ DES MODES D’ACTION SPORTIVE CONCERTÉE

44Les informations apportées par l’enquête sur la structure des clubs et sur la façon dont ils traitent le domaine de la compétition démontrent sans ambiguïté l’originalité de chaque situation. La nature unisport ou omnisports de l’association ajoute à la spécificité des objectifs qu’elle poursuit et des résultats qu’elle produit.

Clubs : la singularité des logiques internes

  • 292 À cet égard la crise interne du Racing Club de France est révélatrice des enjeux actuels. En 1992, (...)

45La mise en œuvre de la pratique du tennis peut s’élaborer de façon autonome dans un club spécialisé : c’est le cas pour 18 des clubs étudiés (38,2 %). Elle peut au contraire s’insérer dans le dispositif plus complexe d’une association omnisports. La vie de la section tennis s’y inscrit alors dans un système d’interactions et d’interdépendances où chaque sous-groupe sportif affirme son identité et négocie son projet en utilisant des ressources fluctuantes, distinctes et parfois cumulables, telles que sa taille, ses résultats actuels ou passés, sa solidité financière, le prestige social et/ou sportif de ses membres etc... La définition des enjeux collectifs peut donner lieu à des conflits menaçant la cohésion du club292.

46Au-delà des déterminants liés au recrutement social du tennis, et compte tenu des multiples facteurs en jeu, la vie sportive associative actuelle se présente comme une véritable mosaïque ou « l’esprit club » tend à s’estomper au bénéfice de la relation impersonnelle de la prestation de services. La recomposition actuelle permet aussi, par exemple, de s’interroger sur la réalité des frontières entre clubs civils, clubs corporatifs, patronages. En effet, les « corpos » et les « patros » participent largement aux championnats civils et les exigences affinitaires ou corporatives de recrutement se sont considérablement assouplies.

  • 293 Cf. Bordeaux. Le sport. Guide pratique. Ville de Bordeaux, 1994.
  • 294 Reneaud M. 1986, p. 78-98.

47Le cas des 8 clubs bordelais de l’enquête rend compte de la complexité du paysage sportif local293. Des variantes de fonctionnement, de stratégies sportives et d’image caractérisent chacun d’entre eux et les distinguent de l’archétype constitué par Primrose294.

  • 295 Primrose s’enorgueillit d’être le club de province qui compte parmi ses membres le plus grand nomb (...)

48Tout converge toujours pour faire de la Société Athlétique de la Villa Primrose le club sélect de Bordeaux : sa naissance, son implantation dans le quartier le plus aisé de Caudéran, la qualité de ses installations sportives et annexes, ses conditions d’accès par parrainage, la hauteur des cotisations, mais aussi les performances individuelles de ses joueurs et joueuses et celles de ses équipes295, la co-organisation du Grand Prix Passing Shot (créé en 1979), ainsi que la complémentarité distinctive proposée par la présence d’une section hockey sur gazon. Ici, prestige social et prestige sportif continuent à se cumuler pour conforter la perception et l’étiquetage originels de club réservé.

  • 296 Fondé en 1889. Callède J.-P. 1993.
  • 297 Rugby, football, athlétisme notamment.
  • 298 Le passage éclair de J.-P. Derose, créateur du Grand Prix Passing Shot de Tennis, à la Présidence (...)

49Autre club historique296, socialement voisin, le SBUC n’a pas connu le même processus de développement : la taille de sa section tennis en témoigne. Environnée de sections puissantes297 et rivales, traversée par une crise interne en 1985-1986, elle a dû affronter, malgré un niveau de performances traditionnellement proche de celui de Primrose, une fonte de ses effectifs et une hémorragie de son élite. Le SBUC, dont les sections athlétisme et rugby affichent des ambitions de haut niveau, connaît des difficultés liées au financement de tels objectifs, ce qui déstabilise l’ensemble du club298.

  • 299 Sa création date de 1930.
  • 300 La gestion du Golf public de Bordeaux-Lac lui a été confiée.

50Tout autre est le parcours de la section tennis du CAM, dont la croissance a été explosive, et qui est titulaire en 1987 du record d’effectifs du « hit parade des clubs » de la Ligue de Guyenne. C’est sur impulsion de la mairie qu’elle a été créée beaucoup plus tard, en 1966. Corporatif à l’origine299, le CAM a progressivement modifié son recrutement initial d’employés municipaux, tout en devenant le vecteur privilégié de la politique de démocratisation du tennis (et du golf)300 entreprise par le maire, Jacques Chaban-Delmas. En plus de ses imposantes sections tennis et golf, le CAM en juxtapose d’autres (plus qu’il ne les rassemble), dont les recrutements sociaux sont très contrastés : boxe anglaise, cyclisme, escrime, gymnastique, haltérophilie, tennis de table.

  • 301 Les statuts de ces clubs prévoient que des membres respectivement « étrangers à la corporation » e (...)

51Corporatifs, mais évoluant également vers l’ouverture301, l’ASPTT et l’Association Sportive de Préparation Olympique du Midi (ASPOM) se distinguent l’une de l’autre, au-delà de leur localisation dans des quartiers socialement très distants, par la base professionnelle très différente de leurs adhérents virtuels. Toutes deux proposent grâce à des sections-loisirs destinées aux personnels et à leurs familles un registre très diversifié d’activités. Elles jouent des cartes différentes en matière de recherche de résultats en championnat civil : athlétisme, natation et voile à l’ASPTT, handball à l’ASPOM, qui s’est associée pour ce sport au Club Athlétique Béglais.

  • 302 Water-polo, natation synchronisée, badminton, gymnastique rythmique et sportive sont les pratiques (...)

52Parmi les patronages sportifs bordelais, seuls trois comptent une section tennis, et l’effectif du 3ème, les Coqs Rouges, n’atteint pas 200 licenciés en 1987. La palette des activités sportives proposées par l’ensemble des « patros » est très large mais certains d’entre eux ont choisi de développer des créneaux sportifs originaux. Ainsi, l’Union Saint-Bruno et l’AGJA ne se rapprochent guère que par leur section tennis malgré la disparité des tailles de celles-ci. Leurs stratégies sportives divergent au plan de l’offre : « club du centre-ville », régénéré par la transformation du quartier Mériadeck, l’Union Saint-Bruno développe des pratiques rares, tandis que l’éventail de l’AGJA reste traditionnel302.

  • 303 Cf. Partie II, Chapitre 2, paragraphe 2.
  • 304 Depuis décembre 1993, le centre régional de la Ligue est installé au CREPS et dispose de 9 courts.(...)

53Le TCB est le seul des huit clubs bordelais à avoir le statut unisport. Comme le SBUC, il n’est pas situé sur le territoire de Bordeaux303. Sa localisation au stade de Suzon, à Talence, lui confère l’atout technique indéniable d’être le club-support des entraînements de la Ligue de Guyenne, qui y est également installée304.

54On le voit, la vie interne des associations répond à la combinaison de facteurs très divers, mais elle est également influencée par la nature de ses relations avec la municipalité. Si la situation du CAM attire l’attention sur un mode particulier de lien, l’examen des cas des plus gros clubs de l’agglomération confirme la variété des formules de coopération communes-mouvement sportif.

Clubs et municipalités : des modes variés de coopération aux incidences indistinctes

  • 305 Loi du 16 juillet 1984, modifiée par la loi du 13 juillet 1992. Article 1er.
    Les opérations « 5 000 (...)
  • 306 En particulier sous forme de subventions, de mise à disposition d’équipements et de personnels. Ma (...)
  • 307 Dumas J. 1987, p. 171-187.

55Dans le contexte français où « le développement des activités physiques et sportives et du sport de haut niveau incombe à l’Etat et au mouvement sportif constitué des associations et des fédérations sportives, avec le concours des collectivités territoriales, des entreprises et de leurs institutions sociales305 » et où le rôle des communes en matière d’aides directes et indirectes aux clubs est prépondérant306, la structuration des relations locales entre les systèmes politico-administratif et sportif se réalise de façon très complexe en empruntant des cheminements variés307.

  • 308 Cf. figure 15.
  • 309 Leblanc M. 1983 ; 1992 ; Sport dans la cité. Revue de la FNOMS, hors série. L’OMS est un organe de (...)
  • 310 La filière sportive de la fonction publique territoriale, recrutant par voie de concours des opéra (...)

56S’il arrive que les politiques sportives d’équipements soient impulsées de manière volontariste par les maires, avant même la création d’associations, comme cela s’est produit pour la construction de courts de tennis dans un certain nombre de petites communes308, l’accroissement et la diversification de la demande sportive ont généralement conduit à mettre en œuvre des modalités plus ou moins formelles de concertation. Deux versions de relations municipalité-associations, correspondant au clivage partisan droite-gauche, sont généralement avancées dans les discours. L’une se traduit par le tissage et l’entretien par le maire de liens personnalisés avec les élus sportifs des clubs de la commune, sous couvert de libéralisme associatif et de pluralisme sportif : il est plutôt privilégié par les élus politiques de droite et s’accompagne le plus souvent du refus d’intégrer au personnel municipal des professionnels permanents de l’animation sportive. L’autre, celui de la municipalisation de la gestion et de l’animation des APS est historiquement marqué à gauche et se concrétise par la création d’offices municipaux des sports (OMS)309 et/ou de clubs municipaux, ainsi que par le recrutement de moniteurs par la mairie, bien avant la création d’une véritable filière sportive de la fonction publique territoriale310.

  • 311 Palard J. 1981. p. 316.
  • 312 Balme R. 1989, p. 80-108.
  • 313 Le cas du conflit entre le maire du Haillan et l’Association Sportive du Haillan en fournit un exe (...)
  • 314 La répartition des appartenances partisanes des 39 maires des communes où sont situés les clubs de (...)
  • 315 La plus récente enquête effectuée par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale démo (...)

57Au-delà de l’action sportive proprement dite, ces deux modalités de coopération s’inscrivent dans le « jeu des légitimations réciproques aptes à renforcer les positions de chacun des groupes d’acteurs311 » et dans les stratégies ambigües de contrôle des réseaux de relations312, qui débouchent parfois sur des conflits locaux aigus313. Toutefois, l’observation de la vie sportive locale permet de constater que les deux options, derrière les déclarations, donnent lieu sur le terrain, à des interprétations beaucoup plus nuancées, façonnées en partie par la stabilité ou au contraire la fréquence des alternances politiques314. Si l’on ajoute que la création d’un service municipal des sports autonome, instrument de mise en œuvre des décisions issues de la concertation, relève de la responsabilité du maire315, la graduation entre indépendance des associations et contrôle total de la mairie (par sur-institutionnalisation des relations) se décline de diverses façons.

  • 316 Lagroye J. 1973.
  • 317 M. Matharan.
  • 318 M. Lawton.
  • 319 M. Bime.
  • 320 Les Jeunes de Saint-Augustin ont été les pionniers de l’opération et les premiers à faire bénéfici (...)

58L’étroitesse des relations ne s’apprécie d’ailleurs pas nécessairement à partir de la multiplication des structures de concertation. Le cas de Bordeaux, à considérer dans le cadre plus vaste de l’emprise du maire sur sa ville316, en est déjà une illustration : le CAM, relais de la municipalité, est présidé par le maire-adjoint chargé de la jeunesse317, tout comme Primrose l’est par le maire-adjoint chargé des sports318, tandis que le secrétaire général de l’Union Saint-Bruno est, au moment de l’enquête, le directeur du service des sports de la ville319. Les circuits de communication sont donc raccourcis. Par ailleurs, l’intervention sportive de la municipalité bordelaise peut emprunter des détours : le secteur sport de l’ensemble des patronages bénéficie indirectement de la politique générale de développement de leur Maison de Quartier-support, déclenchée par la mairie de Bordeaux depuis 1983, et qui débouche notamment sur le recrutement de personnels spécialisés d’animation culturelle… et sportive320.

  • 321 Joubert J. 1988.

59A Gradignan, c’est la formule du Conseil Technique des Sports, commission extra-municipale rassemblant élus, partenaires et usagers sportifs, qui a été choisie, précédant la mise en place d’un véritable service des sports au sein de l’administration municipale, et sans recherche de rassemblement plus poussé des différents clubs de la commune321. Le TC Gradignan, comme les autres associations sportives de la commune, est consulté dans le domaine des projets sportifs.

  • 322 Les clubs omnisports ont créé leur propre structure fédérale de coordination dans le même but. Le (...)

60Avec une taille quasi équivalente à celle du TC Gradignan, l’US Bouscat est, elle, insérée dans un club omnisports comprenant 17 sections. L’absorption progressive des associations de la ville par un seul club est de plus en plus fréquente. Un tel regroupement, lorsqu’il s’effectue à l’initiative du mouvement sportif local, présente l’avantage d’additionner les forces sportives en vue de négocier plus efficacement avec les élus locaux, principaux bailleurs de fonds322.

  • 323 Réalisée en 1986.
  • 324 Également mis en œuvre avant l’alternance politique de 1983 à Talence, durant les trois mandats de (...)

61La « globalisation » du mouvement sportif local au sein d’un club omnisports est aussi une des voies possibles de la municipalisation : l’intégration du TC Mérignac au SAM en est un des exemples323, de même que la constitution du Sport Athlétique Gazinet Cestas et de l’Union Sportive Cenon Rive Droite. Dans le groupe des communes socialistes, Mérignac – qui présente la forme la plus complète d’imbrication –, Cestas, Cenon, Bassens, et à un moindre degré, Villenave-d’Ornon et Lormont (qui ont conservé leur pluralisme associatif), illustrent bien ce processus d’enchevêtrement institutionnel324.

62Toutefois, quel que soit le mode de négociation et de coopération retenu, la comparaison des tailles des clubs ou sections de tennis (ramenées à celles de leur commune d’implantation) ne permet de déduire aucun effet significatif et automatique de l’une ou l’autre des options (et variantes) de relations municipalité-associations sur leur développement numérique. Par ailleurs, la division droite-gauche n’explique pas totalement non plus les décalages chronologiques observés dans le phasage de ce développement. Ainsi, indépendamment de leur répartition dans l’espace girondin et de la tendance politique de leur commune d’appartenance, 26 des clubs de l’enquête étaient déjà nés avant 1970, 35 avaient atteint leur record d’effectifs avant ou en 1986.

5• LE CLUB : UNE STRUCTURE À REDÉCOUVRIR

63Les résultats de cette première enquête démontrent la diversité du contexte associatif du développement du tennis. Chaque club, en fonction de conditions et de circonstances locales, a composé sa propre partition sportive selon des dosages différents de micro-actions destinées à telle ou telle catégorie d’adhérents. C’est l’agrégation de leurs effets qui permet de repérer les voies de la croissance du tennis.

64Elle permet aussi de distinguer les divers paliers de l’orientation manifeste vers la compétition, de vérifier le rattrapage des femmes dans ce domaine, et de confirmer que le tennis, dans le registre des loisirs, peut rassembler un nombre non négligeable de familles.

  • 325 Dès 1975, le Bordeaux Etudiants Club a mis en place, le mercredi et pendant les vacances scolaires (...)

65À un moment où l’esprit club tend à s’estomper s’il n’est pas constamment réanimé, la connaissance approfondie de la composition interne de l’association peut guider les choix et aider à redéfinir des objectifs plus qualitatifs. Pour les atteindre, le partenariat s’impose avec les autres acteurs locaux impliqués dans l’organisation et la promotion des APS. C’est particulièrement vrai en matière de sensibilisation des très jeunes. Dès le milieu des années soixante-dix, les clubs et tout particulièrement les clubs omnisports325, ainsi que les municipalités, ont proposé avec l’appui de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, des formules innovantes de découverte des APS dont a pu bénéficier le tennis. L’augmentation de la proportion de jeunes dans les clubs de tennis trouve certainement dans ces opérations conjointes une de ses explications. Il reste cependant à repérer les milieux sociaux qui ont bénéficié des divers dispositifs et de la généralisation des équipements. La deuxième enquête réalisée auprès des plus jeunes licenciés, ceux des écoles de tennis, apporte des éléments de réponse.

Notes

259 Crozier M., Friedberg E. 1977, p. 278-283 ; Friedberg E. 1971 et 1993 ; Reynaud J.-D. 1989.

260 Le sigle Tennis Club de… indique le caractère unisport du club et une volonté d’autonomie.

261 L’accroissement numérique est actuellement lié au développement des pratiques « vétérans » et « 3ème âge » ; Chifflet P. 1990, p. 306-307.

262 Cf. Introduction.

263 Participent à cette action : le Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère de la Défense, le Ministère de la Jeunesse et des Sports, les Clubs et Fédérations, les Régions, Départements, Communes et les Entreprises.
Des dispositifs évolutifs témoignent de ce partenariat : les sections Sports-Études (1974) devenues en 1988 les Sections Scolaires du Sport de Haut Niveau (SSHN), les Centres Permanents d’Entraînement et de Formation (1985). En 1988, la circulaire portant sur l’organisation du sport de haut niveau en milieu scolaire, distingue les sections sportives et les SSHN. Circulaire 88-026 du 27 janvier 1988, du Ministère de l’Éducation Nationale. Cf. Dutil S., Herrera-Cazenave S., Reneaud M. 1994.
La classification officielle des athlètes de haut niveau, progressivement affinée (textes du 5 mars 1987 et du 31 août 1993), donne lieu à la publication d’une liste annuelle par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Cf. Performances Aquitaine du Comité régional Olympique Sportif Aquitaine et de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports. Janvier 1995.

264 Y compris les 2 équipes du TC Pyla, club satellite.

265 Callède J.-P. 1987, op. cit.

266 Pour composer l’indice « équipes », seules ont été prises en compte les équipes seniors (auxquelles peuvent bien sûr appartenir des jeunes) qui participent aux championnats régionaux et nationaux.

267 Ce qui permet de faire jouer dans la même division tous les meilleurs éléments de l’association-mère compte tenu de la limitation du nombre d’équipiers imposée par le règlement.

268 Il convient de le dissocier du label de « haut niveau » appliqué à l’athlète, qui donne lieu à une classification précise (Cf. Introduction de ce chapitre).

269 Analyse de Robert Reynolds, Président de la commission de classement de la Ligue, in : Sud-Ouest « Spécial Tennis-Guyenne ». Édition 1988. p. 2. Trois Girondines de moins de 18 ans sont classées 0, dont une du TCB, une du TC Gradignan et une de Primrose. Trois autres jeunes filles (13-16 ans) effectuent une avancée prometteuse : 2 de Primrose, une de Gradignan qui gagnent de 3 à 4 échelons et sont en 2ème série.
Lire également l’analyse de Michel Bouche, Conseiller Technique Régional : « Les filles à la rescousse » ; in : Sud-Ouest « Spécial Tennis-Guyenne ». Edition 1987. p. 2. Une jeune de 11ans, licenciée à Cenon est classée 15/2, une autre de 12 ans de Primrose est déjà classée 15/1. La même année, les benjamines de Guyenne, parmi lesquelles 2 joueuses de Primrose, sont championnes de France par équipe.

270 1ère série, classée 19ème française début 1987 à 16 ans, et 15ème à la fin de la saison. Ceci s’explique alors par une forte implication familiale au CA Béglais. En 1995, elle est classée 12ème française et licenciée à Primrose.

271 Sud-Ouest. Primrose au sommet, 24 juin 1991.

272 Maillot E. Eurobenjamins. Première édition. Mémoire de Diplôme Universitaire de Technologie « Techniques de Commercialisation ». Université de Bordeaux I, 1993.

273 Le dispositif scolaire a été complété à la rentrée 1988 par la création, en partenariat avec le TC Gradignan, d’un « Tennis-Etudes Départemental » au collège Monjous de Gradignan. Tennis de Guyenne. 1988, no 9, p. 15. Cette section sportive a disparu depuis. À la rentrée 1993, un Centre de Haut Niveau national féminin a été implanté au CREPS de Talence. Les benjamines qui y sont rattachées sont scolarisées au collège Victor Louis de Talence.

274 Salomon H. 1992.

275 Ainsi, Julie Lagarde et Xavier Pujo sont considérés comme des « éléments prometteurs d’envergure nationale » par M. Bouche, Conseiller Technique Régional, selon l’article paru dans Sud-Ouest, « Spécial Tennis Guyenne ». Édition 1988. p. 12.

276 Tennis des clubs = service public. Dépliant FFT 1984-1985.

277 Cf. Deuxième partie, Chapitre 1.

278 Cf. Deuxième partie, Chapitre 2. Un recrutement socio-spatial diversifié.

279 Louveau C. 1985 ; Davisse A., Louveau C. 1991.

280 Irlinger P., Louveau C., Métoudi M. 1987 ; Garrigues P. 1988. Loret A. 1993.

281 Tennis Info. Mars 1990, no 218.

282 Cf. les figures 13 et 14.

283 L’estimation de la proportion de femmes parmi les licenciés – tous sports confondus – varie de 33,3 % dans Irlinger P., Louveau C., Métoudi M. 1987, à 30 % selon les données du Ministère. 1988.

284 L’étude de la participation des non-classées aux tournois féminins des clubs de Bordeaux en 1983 montre que celle-ci varie de 23 à 69 %. Reneaud M. 1986, p. 44. La Ligue évalue à 20 % des licenciés, le nombre de participant(e) s aux Coupes de Guyenne. Tennis Info, 1990, no 13, p. 6.

285 Haumont A. La pratique sportive. 1987, p. 92.
La Gironde compte 14 % de classés à la fin de la saison 87 : Sud-Ouest, Spécial Tennis Guyenne. 1988, p. 8.

286 Irlinger P., Louveau C., Metoudi M. 1987, p. 73 ; Davisse A., Lorenzi L., Renoux J. 1980.

287 Establet R., 1988 ; Baudelot C., Establet R. 1992 ; Duru-Bellat M. 1990 ; Aubert N., Enriquez E., Gauléjac de V. 1986 ; Héran F. 1988 ; Sineau M. 1988.

288 Davisse A., Louveau C. 1991 ; Reneaud M. 1988, L’association sportive…, p. 245-253.

289 En 1987, la section Tennis-Etudes est située au Lycée et au Collège Victor Louis de Talence, le centre d’entraînement de Ligue, dans l’enceinte du complexe sportif de Talence-Suzon où est également installé le TCB. En 1988, un Tennis-Etudes départemental est créé au Collège de Monjous de Gradignan (section promotionnelle). En septembre 1993, un Centre de Haut-Niveau national féminin a été implanté au CREPS. Sud-Ouest, 1er décembre 1993. Le 4 décembre 1993, le Centre de formation et d’entraînement de la Ligue de Tennis a été inauguré au CREPS. Sud-Ouest, 8 décembre 1993. Enfin au CREPS sont également préparés les Brevets d’Etat d’Educateur Sportif donnant droit à enseigner contre rémunération.

290 Cf. figure 22.

291 Sous l’impulsion de Florence Borgella, joueuse de 2ème série par ailleurs impliquée dans la préparation des meilleurs jeunes de la Ligue.

292 À cet égard la crise interne du Racing Club de France est révélatrice des enjeux actuels. En 1992, l’élection à la présidence du Racing a vu s’affronter 2 tendances : le sport « professionnel » et le sport « loisirs », les sociétaires des sections golf et tennis refusant de supporter seuls le financement du sport de haut niveau. C’est l’ancien président de la section golf qui a été élu, face au président de la section rugby. Albouy G. Le Monde, 8 décembre 1992. Trois ans, après le débat et la réorganisation internes se poursuivent sur le mode conflictuel. Lemoine P. 2 février, 1995.

293 Cf. Bordeaux. Le sport. Guide pratique. Ville de Bordeaux, 1994.

294 Reneaud M. 1986, p. 78-98.

295 Primrose s’enorgueillit d’être le club de province qui compte parmi ses membres le plus grand nombre d’anciens joueurs internationaux faisant partie de l’International Club de France.

296 Fondé en 1889. Callède J.-P. 1993.

297 Rugby, football, athlétisme notamment.

298 Le passage éclair de J.-P. Derose, créateur du Grand Prix Passing Shot de Tennis, à la Présidence du SBUC omnisports (à la demande du comité directeur) en témoigne par sa brièveté : mai à décembre 1994.

299 Sa création date de 1930.

300 La gestion du Golf public de Bordeaux-Lac lui a été confiée.

301 Les statuts de ces clubs prévoient que des membres respectivement « étrangers à la corporation » et « non-cheminots » sont officiellement admis dans des proportions variables selon les sections.

302 Water-polo, natation synchronisée, badminton, gymnastique rythmique et sportive sont les pratiques rares proposées parmi d’autres à Saint-Bruno.
Football, sports collectifs de salle, gymnastique volontaire, aïkido à l’AGJA.

303 Cf. Partie II, Chapitre 2, paragraphe 2.

304 Depuis décembre 1993, le centre régional de la Ligue est installé au CREPS et dispose de 9 courts. Sud-Ouest, 1er décembre 1993. Une partie des entraînements de la Ligue et du Tennis-Études régional continue à se dérouler au TCB. Bulletin Officiel de la Ligue de Guyenne de Tennis, 1994, p. 4.

305 Loi du 16 juillet 1984, modifiée par la loi du 13 juillet 1992. Article 1er.
Les opérations « 5 000 courts » et « 1000 club house » offrent une illustration de ce partenariat. Tennis de Guyenne. Mars 1990, no 13.

306 En particulier sous forme de subventions, de mise à disposition d’équipements et de personnels. Malenfant-Dauriac C. 1977 ; Bonnes R. 1983 ; Sport et collectivités locales, 1984. Chazaud P. 1989.
Cf. également : Centre National de la Fonction Publique Territoriale. 1988. L’article de J.-P. Callède y analyse les différents âges de l’organisation communale du phénomène sportif, p. 213-220 ; Centre National de la Fonction Publique Territoriale. 1993 ; Bayeux P. 1993, p. 336-357 ; Quantin J. 1993.

307 Dumas J. 1987, p. 171-187.

308 Cf. figure 15.

309 Leblanc M. 1983 ; 1992 ; Sport dans la cité. Revue de la FNOMS, hors série. L’OMS est un organe de concertation, fonctionnant sous le régime de la loi de 1901 sur les associations. Cf. également Bonnes R. 1983 ; Michon B. 1992.

310 La filière sportive de la fonction publique territoriale, recrutant par voie de concours des opérateurs, des éducateurs et des conseillers territoriaux des APS a été créée en avril 1992. Cf. Journal officiel du 3 avril 1992. Le premier concours de recrutement des conseillers a eu lieu en 1994.

311 Palard J. 1981. p. 316.

312 Balme R. 1989, p. 80-108.

313 Le cas du conflit entre le maire du Haillan et l’Association Sportive du Haillan en fournit un exemple. Chateaureynaud Y. 1987, p. 179-187.

314 La répartition des appartenances partisanes des 39 maires des communes où sont situés les clubs de l’enquête en 1987 est la suivante : Droite : 13 (RPR : 10, Divers Droite : 2, PR : 1) ; « Opposition » : 4 ; « Sans étiquette » : 4 ; Gauche : 18 (PS : 17, PC : 1).

315 La plus récente enquête effectuée par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale démontre que, à partir de 30 000 habitants, toutes les villes possèdent un service des sports. C’est le cas pour 86 % des communes de 10 000 à 30 000 habitants. Entre 5 000 et 10 000 habitants, seulement 55 % des communes possèdent un tel service spécialisé. Cf. Bayeux P. 1993, p. 336-357.

316 Lagroye J. 1973.

317 M. Matharan.

318 M. Lawton.

319 M. Bime.

320 Les Jeunes de Saint-Augustin ont été les pionniers de l’opération et les premiers à faire bénéficier leurs sportifs de haut niveau de la création d’emplois à la Maison de Quartier.

321 Joubert J. 1988.

322 Les clubs omnisports ont créé leur propre structure fédérale de coordination dans le même but. Le Groupement Départemental des Clubs Omnisports siège à Mérignac. La Fédération Française des Clubs Omnisports s’est également installée à Mérignac en 1989.

323 Réalisée en 1986.

324 Également mis en œuvre avant l’alternance politique de 1983 à Talence, durant les trois mandats de l’ancien maire socialiste. Reneaud, M. 1983.

325 Dès 1975, le Bordeaux Etudiants Club a mis en place, le mercredi et pendant les vacances scolaires, la formule pédagogique « Éducation par le Sport » offrant aux enfants, à partir de l’âge de 6 ans, des cycles d’activités sportives variées, parmi lesquelles le tennis. Un réseau de transports mis au point avec le soutien de la Ville de Bordeaux a permis d’élargir le recrutement à tous les quartiers de la rive gauche de la ville. Cette approche polyvalente s’est généralisée par la suite dans les plus gros clubs omnisports et les écoles de sports municipales des principales communes de l’agglomération.

Table des illustrations

Titre Fig.22 • LA STRUCTURE DES CLUBS DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE EN 1987 (de plus de 200 licenciés)
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig.23 • LA STRUCTURE DES CLUBS DE LA GIRONDE HORS AGGLOMÉRATION BORDELAISE EN 1987 (de plus de 200 licenciés)
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre L’IMPLICATION DES CLUBS EN COMPÉTITION EN 1987
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 24 • LA HIÉRARCHIE DES CLUBS ET LA FORMATION DES JEUNES
Légende Sources : Ligue de Guyenne de TennisTennis en Guyenne.1987, no 7, p 4.Graphique : M. RENEAUD
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre ASPECTS DE LA DIMENSION FAMILIALE DES CLUBS EN 1987 (% de cas où 2 membres au moins d’une même famille sont licenciés au club)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7221/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Photo 24• La compétition chez les jeunes : 5 % de classés. (Collection F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7221/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig.25 • LES ASPECTS DE LA DIMENSION COMPÉTITION DANS LES CLUBS DE PLUS DE 200 LICENCIÉS EN 1987
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisGraphique : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7221/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search