Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Deuxième partie. Le tennis en Gironde : de la généralisation de la pratique à la diversité des dynamiques associatives

Chapitre II. Un recrutement socio-spatial diversifié

Texte intégral

  • 252 Bourdieu P. 1984.
  • 253 Enquête réalisée sur les micro-fiches de la Ligue de Guyenne de Tennis enregistrant les licences, (...)

1Une première approche sur l’état de la démocratisation du tennis en Gironde peut être faite à partir de l’étude des aires de recrutement des principaux clubs. L’hypothèse de base étant que le lieu d’origine du pratiquant est significatif de sa classe sociale d’appartenance252. Les licences ne portant pas mention de la catégorie socioprofessionnelle, c’est la tendance sociale de l’espace de résidence qui sert de référence. L’enquête a porté sur les 47 clubs de plus de 200 licenciés en 1987253, ce qui représente plus de 18 000 licenciés, soit 52,5 % de l’effectif du département.

2À partir des renseignements fournis par les licences, les adresses ont été codées par quartier INSEE pour les 4 communes découpées en quartiers (Bordeaux, Mérignac, Pessac et Talence) et par commune pour les autres. Sur les 47 clubs sélectionnés, 37 appartiennent à l’agglomération bordelaise ou à sa proximité et représentent 80 % de l’effectif examiné, cinq sont sur le bassin d’Arcachon et cinq sont situés en milieu moins urbanisé, à l’Est de la Garonne. Si l’espace du tennis en Gironde est fortement métropolitain, il n’est donc pas que cela. Ces clubs, sont regroupés en six secteurs géographiques : Bordeaux, le Nord, l’Ouest et le Sud, et la rive droite de l’agglomération bordelaise, le Bassin d’Arcachon et l’Est du département de la Gironde. Pour chaque secteur, une carte a été réalisée qui, pour chaque club, donne les effectifs licenciés au lieu de leur résidence (quartier ou commune). L’échelle des effectifs licenciés est la même pour les six cartes, ce qui autorise la comparaison de club à club. Pour les quatre cartes de l’agglomération, en fond est reportée la tendance de l’espace social.

1• UN ESPACE SOCIAL BOURGEOIS AU CENTRE DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE ET PLUS OUVERT EN PÉRIPHÉRIE

  • 254 Rollan F. 1995, L’espace social dans l’agglomération bordelaise ; in : Atlas social des Bordelais.

3L’espace social de l’agglomération bordelaise254 laisse apparaître les classes sociales aisées au centre (Bordeaux et quelques quartiers contigus des communes de la première couronne), les quartiers et communes des classes moyennes supérieures sur la rive gauche en périphérie, et les classes les plus défavorisées en bordure de la Garonne sur les deux rives et au-delà, sur le plateau de l’Entre-deux-Mers. Cependant, cette topographie encore bien marquée en 1975, tend de plus en plus à s’estomper. En effet, les transformations urbaines vont plutôt dans le sens d’un remodelage social de la ville-centre au profit des catégories les plus favorisées. La crise économique, responsable de la fermeture d’usines, a diminué le nombre des ouvriers sur Bordeaux et la proche banlieue, si bien que même les communes traditionnellement ouvrières, comme celles de la rive droite, sont conquises par les employés qui représentent presque partout le groupe le plus important. Le nombre croissant de femmes sur le marché du travail, notamment dans le groupe des employés et celui des professions intermédiaires, et leur diminution dans celui des ouvrières vont aussi dans ce sens.

4Les quartiers et communes à tendance bourgeoise présentent un nombre important d’artisans, commerçants, chefs d’entreprise, de cadres et professions intellectuelles supérieures mais peu d’ouvriers et d’employés et un nombre moyen de professions intermédiaires. Ce sont eux qui rassemblent le plus grand nombre de pratiquants de tennis. Ainsi pour l’ensemble de l’enquête, parmi ceux qui habitent Bordeaux, 84,4 % résident dans les quartiers à tendance bourgeoise. De la même façon, près 56 % des licenciés qui habitent Talence appartiennent à des quartiers bourgeois. C’est dans ces quartiers et communes que recrutent les grands clubs bordelais.

5Les quartiers et communes de classes moyennes dominantes se caractérisent par un nombre réduit d’artisans, commerçants, chefs d’entreprise, des taux assez forts de cadres et de professions intermédiaires et peu d’étrangers. Si à Bordeaux ce type est peu représenté, il domine au contraire à Mérignac et à Pessac. Plus des 3/4 des effectifs de l’enquête résidant à Mérignac sont originaires de ces quartiers de classes moyennes et à Pessac la proportion atteint même 82,3 %. C’est aussi le cas à Talence, des 44 % restant.

6Les quartiers et communes à tendance ouvrière ne sont plus vraiment ouvriers mais tendent à se rapprocher des classes moyennes, les employés y représentant une part généralement supérieure à celle des ouvriers. Cette évolution s’est produite entre 1975 et 1982. Ces secteurs ne fournissent que 22,8 % des licenciés des clubs étudiés.

7Il faut mettre à part deux quartiers qui ne ressemblent à aucun autre et n’ont en commun que les fortes proportions d’inactifs et d’étrangers. Celui de Bordeaux-Nord est caractérisé par une population jeune socialement défavorisée (camp des nomades), qui ne joue pas au tennis. Le quartier du domaine universitaire de Talence est composé d’étudiants (72,4 % de 20 à 39 ans). Les résidants et nombreux pratiquants de tennis du campus (étudiants, personnel des universités) n’appartiennent pas aux clubs de l’enquête.

2• UN ESPACE DE RECRUTEMENT TRÈS BOURGEOIS POUR LES CLUBS DE BORDEAUX

8Même s’ils ne sont pas tous localisés sur la commune de Bordeaux (figure 16), ils le sont sur des terrains de la ville de Bordeaux, comme le Tennis Club de Bordeaux (TCB), créé en 1934 à Talence ou le Stade Bordelais Université Club (SBUC), créé en 1889 au Bouscat. La Société Athlétique de la Villa Primrose (SAVP) était d’ailleurs elle aussi dans le même cas à Caudéran, ancienne commune très bourgeoise, qui a fusionné en 1965 avec Bordeaux.

9Au total, en 1987, la ville de Bordeaux comptait 8 clubs de plus de 200 licenciés, dont 3 clubs civils, la Société Athlétique de la Villa Primrose (SAVP), le Stade Bordelais Université Club (SBUC), le Tennis Club de Bordeaux (TCB), 2 clubs corporatifs, l’Association Sportive des P.T.T. (ASPTT), l’Association Sportive de Préparation Olympique du Midi (ASPOM), association des cheminots, un club municipal, le Club Athlétique Municipal (CAM) de Bordeaux, et 2 patronages, l’Union Saint-Bruno (USB) et l’Avant-Garde Jeanne d’Arc (AGJA). Quatre de ces clubs (CAM, SAVP, ASPTT, AGJA) sont installés sur Caudéran, qui, aujourd’hui, correspond à 4 quartiers habités par des populations très aisées. Un seul de ces 8 clubs est localisé sur un quartier à tendance populaire, mais à dominante d’employés plus que d’ouvriers, c’est l’ASPOM, dans le quartier de la gare, qui recrute aussi sur Bègles, commune à tendance populaire (à majorité d’employés aujourd’hui, alors qu’elle a été pendant longtemps la banlieue ouvrière type).

10Les aires de recrutement de ces clubs varient en fonction de leur rayonnement (réputation sportive, sociale, taille du club,…). Un indice de ce rayonnement peut être obtenu si le nombre de quartiers et communes d’origine des membres de chacun des clubs, est pris en compte. Cependant la proximité semble être le facteur le plus important.

Les aires de recrutement des clubs bordelais non localisés sur Caudéran

11Pour le TCB qui est localisé sur le quartier Bagatelle de Talence, si on retrouve ses membres dans 20 quartiers de Bordeaux (soit 40,1 % de l’effectif global) et les 6 quartiers de Talence (42,1 %), c’est principalement sur les quartiers de Nansouty, St-Genès et St-Jean pour Bordeaux, sur les 3 quartiers de classes aisées de Talence, et sur les communes voisines, Bègles et Gradignan qu’ils sont le mieux représentés. Au total près des 3/4 de ses membres proviennent de secteurs aisés de l’agglomération.

12Sur la commune du Bouscat est installé le plus ancien club omnisports de Bordeaux, le SBUC (Stade Bordelais Université Club), dont l’aire de recrutement s’étend majoritairement (69 %) sur les beaux quartiers (Quinconces, David-Johnston, Croix-Blanche, Parc Bordelais, Stéhélin) et sur la commune d’Eysines à tendance classes moyennes supérieures. La moitié des membres du SBUC résident à Bordeaux et 19,6 % au Bouscat.

13L’ASPOM situé dans le quartier Belcier-Carles Vernet est aussi représenté dans les quartiers St-Jean, St-Nicolas et St-Michel, à Bègles et à Villenave d’Ornon, tous quartiers et communes à tendance populaire. Bien qu’aussi présent sur le quartier bourgeois de Nansouty, l’ASPOM recrute à près de 73 % dans des quartiers populaires.

14Située au cœur de Bordeaux, l’Union St-Bruno (USB) est beaucoup plus éclatée dans l’espace, mais cela tient en partie au fait que ses terrains sont dans 3 quartiers différents, bien que proches. Ainsi sur 27 quartiers présents, 20 appartenant au centre de Bordeaux ont chacun plus de 20 licenciés tennis à l’USB. Les principaux sont : le quartier de la Croix Blanche, La Chartreuse-Ornano, St-Augustin. Près de 85 % des licenciés de l’USB habitent Bordeaux. C’est le plus fort pourcentage. Même s’il touche les quartiers de classes moyennes (Carreire) ou de classes populaires (Arlac à Mérignac), ce sont surtout les quartiers de classes aisées qui sont les mieux représentés (80,7 %).

Fig.16 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE BORDEAUX (de plus de 200 licenciés)

Fig.16 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE BORDEAUX (de plus de 200 licenciés)

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

Les aires de recrutement des clubs bordelais localisés sur Caudéran

15L’ASPTT est aussi très dispersé puisque ce club est présent dans 24 quartiers de Bordeaux (pour 55,5 % de ses membres), les 9 de Mérignac, 6 de Pessac et 5 de Talence et dans 10 d’entre eux il a au moins 10 membres. Il recrute dans les quartiers de Stéhélin, du Parc Bordelais et du Jeu de Paume, mais aussi dans des quartiers de classes moyennes et populaires de Mérignac et de Pessac et même de Bordeaux (Grand Parc). S’il a des licenciés dans 20 communes périphériques, c’est avec de faibles effectifs sauf à Eysines et St-Médard-en-Jalles. Seulement 57 % de ses licenciés habitent dans des secteurs aisés de l’agglomération.

16Le CAM (Club Athlétique Municipal), le plus gros club de Gironde, a plus des 3/4 de ses effectifs sur Bordeaux, et en particulier sur les quartiers les plus aisés, non seulement sur Caudéran (Stéhélin, Parc Bordelais, Jeu de Paume, Pasteur-Mondésir), La Croix Blanche, David-Johnston, mais aussi sur des secteurs plus éloignés comme St-Genès. Ainsi ce ne sont pas moins de 78 % des licenciés tennis du CAM qui habitent dans des secteurs à tendance aisée.

17L’AGJA (Avant-Garde Jeanne d’Arc) est surtout présente sur les quartiers d’origine du patronage, Stéhélin-Pins Francs et Parc Bordelais-St-Amand, et secondairement sur Mondésir-Pasteur, la commune du Bouscat et le quartier Capeyron de Mérignac, soit à 85 % sur des quartiers bourgeois.

18La SAVP (Société Athlétique de la Villa Primrose), le club le plus prestigieux de Bordeaux, de par son recrutement social, ses installations, ses effectifs (2ème derrière le CAM), ses résultats et son tournoi ATP, est présent dans 21 quartiers de Bordeaux dont 13 à plus de 10 licenciés. Un quart de ses effectifs habitent le quartier du Jeu de Paume (essentiellement composé d’hôtels particuliers), 12 % le quartier de la Croix Blanche, 10 % celui du Parc Bordelais et 6 % celui des Quinconces, pour ne citer que les principaux. Mais plus impressionnant encore, est le nombre de communes représentées, au total 22 autour de Bordeaux, sans compter Mérignac (4 quartiers à plus de 10 licenciés), Pessac (un quartier à plus de 10 licenciés) et Talence. Aussi remarquable est le nombre de membres (45 au total) résidant hors agglomération bordelaise (Gironde, Aquitaine, région parisienne et autres départements). Seul le Tennis Club d’Arcachon fait beaucoup mieux (113), mais cela est dû au grand nombre de Parisiens qui ont leur résidence secondaire sur le Bassin d’Arcachon. Au total la SAVP a plus de 85 % de ses membres, qui résident dans des quartiers ou communes bourgeoises de l’agglomération. À Bordeaux, l’ASPTT a 22 membres extérieurs et le CAM, 21. Les membres extérieurs à l’agglomération sont surtout des joueurs classés qui viennent renforcer les équipes et qui sont attirés par les structures des grands clubs et notamment les possibilités d’entraînement qu’ils offrent.

19En conclusion, les aires de recrutement des clubs de Bordeaux s’interpénètrent spatialement, sur les quartiers bourgeois de Bordeaux (plus particulièrement sur les 4 quartiers de Caudéran et sur le quartier de La Croix Blanche) et sur la commune du Bouscat. Socialement, il existe des différences parfois subtiles entre ces clubs, mais peut-être s’agit-il plutôt de différences culturelles ? Il est difficile de conclure à une grande ouverture sociale de ces clubs sauf pour les 2 clubs corporatifs, l’ASPTT et l’ASPOM, club des cheminots, ce dernier étant le seul club de Bordeaux recrutant presque exclusivement en secteur à tendance populaire.

3• UN ESPACE DE RECRUTEMENT DE CLASSES AISÉES POUR LES CLUBS DU NORD DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE

20Les aires de recrutement des clubs du Nord de l’agglomération bordelaise (figure 17) sont beaucoup plus simples que celles des clubs de Bordeaux. Globalement, il est possible de dire que les clubs du Nord ne recrutent que très peu hors de leur commune d’origine, sauf conditions locales particulières.

21L’Union Sportive du Bouscat qui, par l’origine sociale de ses membres (Le Bouscat est à forte connotation classes aisées), s’apparente aux clubs bordelais et a justement près de la moitié de ses licenciés qui n’habitent pas la commune dont 40,7 % qui résident à Bordeaux. Encore plus « bourgeois » que les clubs de Bordeaux, ses effectifs proviennent à 89 % (c’est le taux le plus élevé) de quartiers aisés. Il recrute dans 22 quartiers de Bordeaux, dont St-Seurin, David-Johnston, la Croix Blanche, le Jeu de Paume, le Parc Bordelais et Stéhélin, mais aussi dans le quartier des Chartrons qui, en dépit de sa coloration sociale de classes populaires dominantes, reste encore le quartier du commerce du vin, donc le quartier de résidence de quelques grands négociants.

22L’Entente Sportive de Bruges, avec 44 % de ses membres extérieurs à la commune, empiète surtout sur Le Bouscat et Eysines, communes voisines. Cela se produit parce que la charge sur les installations couvertes et de plein air, est moindre à Bruges, commune à tendance populaire, qu’au Bouscat, qui compte trois fois plus de licenciés tennis.

23Blanquefort, avec ses terrains couverts en terre battue, attire les joueurs de tennis des communes voisines, d’autant plus qu’elles ne sont pas toujours équipées, comme Le Pian qui, en 1987 n’avait ni court ni club. Mais Blanquefort recrute aussi plus loin, comme à St-Médard-en-Jalles. Cela s’explique par le grand nombre de salariés qui viennent travailler dans les entreprises des zones d’activités de Blanquefort, et donc qui jouent au tennis sur leur commune de travail. Les effectifs extérieurs à la commune ne représentent cependant qu’un quart du total, tout comme à Eysines ou à St-Aubin-du-Médoc.

24Le Taillan et St-Médard-en-Jalles recrutent eux sur place à plus de 82 % et Martignas-sur-Jalles, à plus de 93 %. C’est dire que leur rayonnement est beaucoup plus faible. Le Haillan déborde sur les communes voisines d’Eysines et St-Médard-en-Jalles.

  • 255 Rollan F. Ibid.

25Toutes ces communes sont représentées socialement par une tendance classes moyennes supérieures, où les pourcentages de cadres et de professions intellectuelles supérieures sont encore assez forts255. C’est le lieu de résidence des cadres des entreprises de haute technologie (SNIAS, Dassault, SNPE, Aérospatiale,…) installées dans ce secteur de l’agglomération. Le tennis fait partie de leur système de représentations et de pratiques.

4• UN ESPACE DE RECRUTEMENT ASSEZ VARIÉ POUR LES CLUBS DU SUD ET DE L’OUEST DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE

26Les clubs du Sud (figure 18) ressemblent aux clubs du Nord de l’agglomération en ce sens que leur aire de recrutement s’étale surtout sur les communes voisines.

27Cela est surtout vrai pour les clubs des communes à tendance populaire, comme Canéjan, Villenave-d’Ornon et Bègles, qui recrutent sur Cestas, Léognan, Gradignan, Pessac pour les 2 premiers et sur Bordeaux pour Bègles. Il faut noter que Bègles s’étend sur des quartiers à tendance populaire comme St-Nicolas et St-Jean et sur Villenave-d’Ornon, tous proches de son lieu d’implantation. Léognan, comme Martignas, a un rayonnement très faible.

Fig.17 •LE RECRUTEMENT DES CLUBS DU NORD DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)

Fig.17 •LE RECRUTEMENT DES CLUBS DU NORD DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

28Gradignan, par sa taille et par ses résultats est après Primrose (SAVP), le meilleur club de l’agglomération. Il s’étend sur Cestas, Talence et Pessac, toujours sur des secteurs de classes moyennes supérieures et surtout il a plus de 4 % de joueurs extérieurs à l’agglomération. Le SA Gazinet-Cestas très bien équipé et au cœur d’un complexe sportif, recrute lui, un tiers de ses licenciés sur les quartiers de Magonty et de l’Alouette à Pessac et sur Gradignan.

29Les clubs de l’Ouest, au nombre de quatre, sont installés sur Mérignac (le SAM), Pessac (le SPUC et le TC Camponac) et Talence (l’UST). Les 3 communes étant découpées en quartiers, leur implantation apparaît du même type que celle des clubs de Bordeaux.

30Le SAM, 3ème club de Gironde par ses effectifs (plus de 800 licenciés) est bien implanté dans tous les quartiers de Mérignac ainsi que dans le quartier Stéhélin (plus de 10 licenciés) et à un degré moindre dans 18 quartiers de Bordeaux, 6 de Pessac, 3 de Talence et dans 14 autres communes de l’agglomération. La différence avec les clubs de Bordeaux, c’est qu’il recrute dans des secteurs socialement très divers : quartiers à tendance classes moyennes supérieures (en majorité), quartiers bourgeois et quartiers ouvriers. Des clubs de l’Ouest de l’agglomération, le SAM est celui qui a le recrutement le plus étendu en terme de distance et le plus varié en terme d’espace social.

31Les 2 clubs de Pessac, de taille égale (autour de 200 licenciés), installés sur le même quartier (Pontet-Formanoir), se partagent de façon équivalente les mêmes quartiers de Pessac et de Bordeaux. Pour eux aussi l’espace est assez diversifié : majoritairement sur des secteurs de classes moyennes, ils apparaissent sur des quartiers plus populaires comme le Haut-Lévêque à Pessac ou Arlac à Mérignac et sur des quartiers bourgeois comme Les Échoppes à Pessac ou St-Genès à Bordeaux.

32L’UST à Talence est plus concentré. Ses joueurs habitent soit l’un des 6 quartiers de Talence (quartiers de classes aisées ou de classes moyennes) soit les quartiers St-Genès ou Nansouty (quartiers bourgeois), ou Carreire (classes moyennes) à Bordeaux.

33C’est avant tout la proximité qui détermine leur recrutement et ces quatre clubs se partagent très bien les quartiers de l’Ouest de l’agglomération, chacun restant à peu près sur son territoire d’origine. Seul l’espace de la commune de Pessac est partagé entre ses 2 clubs, dont les aires d’influence se superposent, et le SA Gazinet-Cestas qui empiète aussi sur les mêmes zones.

Fig.18 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE L’OUEST ET DU SUD DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)

Fig.18 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE L’OUEST ET DU SUD DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

5• UN ESPACE DE RECRUTEMENT À TENDANCE PLUTÔT POPULAIRE, POUR LES CLUBS DE LA RIVE DROITE DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE

34Dix clubs émergent sur la rive droite de la Garonne avec plus de 200 licenciés (figure 19). Les communes où sont implantés ces clubs, sont à tendance ouvrière pour 7 d’entre elles. Latresne appartient à la bourgeoisie traditionnelle, Artigues et Tresses aux classes moyennes supérieures. Les contrastes sociaux sont donc forts dans ce secteur.

35Avec ses 460 licenciés en 1987, l’US Cenon Rive Droite est le plus important, bien que loin derrière les grands clubs de la rive gauche. Pourtant son aire de recrutement est comparable à celle des clubs de Bordeaux, puisque seulement 43 % de ses licenciés résident à Cenon et que les autres sont présents dans 19 quartiers de Bordeaux, dont 10 % dans le quartier voisin de La Bastide-La Benauge, et dans 22 communes, dont encore 10 % à Floirac et 7 % à Lormont. Attirés par les performances du club, plus de 4 % de ses joueurs habitent hors agglomération, et certains, dans un autre département que la Gironde. L’origine sociale de ses membres est cependant très différente de celle des clubs bordelais puisque près des 3/4 de ses effectifs proviennent de quartiers populaires, essentiellement à majorité d’employés et d’ouvriers.

36Le CMO Bassens qui n’a que 36,8 % de ses membres résidant dans la commune n’a pourtant pas le même rayonnement que Cenon. C’est que Bassens dont les installations sont situées dans un cadre agréable, draine des joueurs des communes voisines (46,3 % de ses effectifs), Carbon-Blanc, Lormont, Ambarès, Ste-Eulalie et Cenon, mais va très peu au-delà. Bassens est, parmi les communes de la rive droite de la Garonne qui ont un grand club de tennis, celle dont la coloration sociale est la plus ouvrière (plus de 18 % d’ouvriers).

37Ambarès, St-Loubès ont un recrutement local très fort. Ce sont des communes à tendance ouvrière bien marquée (14 à 18 % donc un taux supérieur à la moyenne nationale), avec encore quelques agriculteurs et surtout une population très jeune. Lormont a aussi un recrutement essentiellement communal, hormis une petite avancée sur Cenon et comme Cenon, c’est une commune à forte proportion d’employés et d’ouvriers.

38Les clubs d’Artigues, Carbon-Blanc et Tresses sont installés dans des communes de classes moyennes supérieures. De ces 3 clubs, Artigues est celui qui a l’aire de recrutement la plus large. Il empiète sur Cenon, Lormont, Floirac et le quartier bordelais de La Bastide, secteurs populaires, et sur Yvrac, Tresses, Pompignac, qui sont des communes à fort pourcentage de cadres et professions intellectuelles supérieures et de professions intermédiaires.

Fig.19 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE LA RIVE DROITE DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)

Fig.19 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE LA RIVE DROITE DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)

Source   Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

39Le Tennis Club de Latresne recrute à 45 % dans les communes voisines pourtant équipées, mais dépourvues de grand club de tennis, notamment Floirac, Bouliac, Camblanes, Cenac, Quinsac. Comme Le Bouscat sur la rive gauche, Latresne appartient aux communes de la bourgeoisie traditionnelle. C’est cette bourgeoisie présente dans les environs qui vient grossir les effectifs du TC Latresne, installé sur un domaine ancien. St-Caprais recrute sur place à 72 %. Cependant il attire des joueurs de Cambes et de Tabanac, en nombre relativement élevé (plus de 10 pour chacune).

40En dépit d’une tendance ouvrière très marquée sur la rive droite de la Garonne, des clubs de tennis importants ont pu se développer, même en secteur populaire. Certains ont un rayonnement qui dépasse largement la région bordelaise comme Cenon. Ceci tendrait à prouver que le dynamisme des clubs n’est pas uniquement conditionné par le quartier d’implantation. Les politiques locales d’aide, le travail et la volonté des dirigeants ne sont peut-être pas étrangers au développement du club.

6• UN ESPACE DE RECRUTEMENT BOURGEOIS POUR LES CLUBS DU BASSIN D’ARCACHON

41Les cinq clubs du Bassin d’Arcachon qui ont plus de 200 licenciés (figure 20), sont numériquement, parmi les plus importants du département. Trois sont localisés au Sud (Arcachon, La Teste et Gujan-Mestras) et 2 au Nord (Andernos et Lège-Cap-Ferret). L’espace dans la forêt de pins étant vaste, ces clubs de stations balnéaires, bénéficient de magnifiques installations (82 terrains pour les 5 clubs, salle couverte et club house avec restaurant pour chacun d’eux), dont profitent les membres temporaires l’été.

Les clubs du Sud-Bassin

42Les aires de recrutement des clubs de Gujan et La Teste se recouvrent et s’étendent d’Arcachon au Teich et très peu sur l’agglomération bordelaise. Elles sont donc très locales. Pour le TC Gujan-Mestras, 65 % de ses membres habitent la commune, 16,4 % la commune voisine La Teste et 9,4 % viennent d’Arcachon et du Pyla. L’AS La Teste recrute 68,4 % de ses pratiquants sur place, 20,7 % sur Le Pyla (un quartier excentré) et 4,4 % sur Gujan-Mestras.

Fig.20 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DU BASSIN D’ARCACHON (de plus de 200 licenciés)

Fig.20 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DU BASSIN D’ARCACHON (de plus de 200 licenciés)

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

43Arcachon, 4ème club de Gironde par ses effectifs (800 licenciés), un des plus anciens du département, situé dans le plus beau quartier d’Arcachon (le parc Pereire), recrute essentiellement à Arcachon (56,5 %), au Pyla (14,6 %), quartier de résidences secondaires de la grande bourgeoisie bordelaise et parisienne, à La Teste (7,4 %) et hors du département de la Gironde (13,5 %, soit 108 membres en 1987, dont 75 parisiens). Le Tennis Club d’Arcachon avec ses 22 terrains (essentiellement des terres battues), possède les plus belles installations de la Ligue de Guyenne de Tennis. C’est comme Primrose un club de l’élite sociale.

Les clubs du Nord-Bassin

44Sur le Nord-Bassin, Lège également lieu de résidence de la bourgeoisie bordelaise, a un recrutement plus bordelais qu’Arcachon. Si 45 % de ses licenciés ont une résidence sur place, 40,7 % viennent de Bordeaux ou de l’agglomération. Ce sont les quartiers aisés qui sont les mieux représentés, comme pour les clubs de Bordeaux. Seulement 23 joueurs habitent hors agglomération. L’équipement de l’US Lège-Cap Ferret (22 terrains, comme Arcachon) peut sembler démesuré pour ses 300 membres, mais il est le siège de championnats régionaux et de stages de Ligue. Le Tennis Club d’Andernos a, pour plus des 3/4 de ses effectifs, un recrutement communal, ce qui s’explique car Andernos, comme Gujan-Mestras et La Teste, est un lieu de résidence permanente important. L’autre quart provient de communes ou de quartiers, pas toujours bourgeois de l’agglomération bordelaise. C’est qu’Andernos, situé au fond du Bassin d’Arcachon, a une réputation moins prestigieuse qu’Arcachon ou le Cap Ferret.

45Cependant il est certain qu’une partie des membres des clubs qui ont une résidence secondaire sur le bassin, n’ont pas systématiquement donné leur adresse permanente. Si cela était, il est probable que les quartiers bourgeois de Bordeaux ressortiraient plus nettement. L’espace social des clubs du Bassin d’Arcachon est proche de celui des grands clubs bordelais.

7• UN ESPACE DE RECRUTEMENT SEMI-RURAL POUR LES AUTRES CLUBS DE PLUS DE 200 LICENCIÉS

  • 256 Cf. figure 15.

46Les autres clubs de Gironde de plus de 200 licenciés sont tous situés à l’Est de la Garonne et sont bien répartis dans l’espace du département (figure 21). Leur taille est beaucoup plus modeste, puisqu’en 1987 ils ne dépassent pas 280 licenciés. Ce sont du Nord au Sud : le Stade Blayais, le Tennis Club de St-André-de-Cubzac, celui de St-Seurin-sur-l’Isle, l’AS Libourne et le Tennis Club de Gironde-La Réole. Excepté l’AS Libourne, ce sont des clubs de petites villes qui ont moins de 6 500 habitants. Installés dans un milieu encore rural, par leurs structures et leur taille, ils attirent des joueurs de villages environnants qui trouvent plus de partenaires de jeux que dans un petit club, quand il existe. Les clubs sont rares en secteur rural256.

47Ainsi sur les 23 autres communes des environs dont sont originaires les membres du Stade Blayais, 2 seulement ont un club en 1987. Sur les 22 communes qui envoient des joueurs à Gironde-La Réole, une seule a un club de tennis. À St-André-de-Cubzac ce rapport est de 6 sur 27, à St-Seurin-sur-l’Isle de 6 sur 20. À Libourne, bien que la proportion soit plus élevée, elle n’est encore que de 14 sur 38. Il faut dire que ces clubs sont installés dans des secteurs qui sont en dépression démographique, où la population diminue au moins depuis 1982 et depuis plus longtemps pour La Réole. De ces 5 clubs, le plus concentré dans l’espace est celui de Gironde-La Réole. Il faut dire que l’espace très rural qui entoure la ville est composé de communes très petites, à population vieillie, donc qui fournissent peu de joueurs de tennis. D’ailleurs comme le montre la figure 15, le nombre de clubs dans ce secteur du département est particulièrement réduit.

48St-Seurin-sur-l’Isle fait un peu figure d’exception et recrute plus largement puisque seulement 43 % de ses licenciés y habitent, bien qu’il existe plusieurs clubs autour. Le dynamisme du club qui organise un tournoi important, celui de la municipalité qui a favorisé les équipements (4 courts et une salle), la présence de plusieurs entreprises industrielles, ne sont pas étrangers à l’attraction qu’il exerce sur les communes environnantes.

49L’attrait de Libourne serait plus logique, car Libourne est la seule ville du département qui, hors agglomération et bassin d’Arcachon, dépasse les 20 000 habitants. Pourtant l’AS Libourne recrute 71,5 % de ses joueurs sur place. C’est que les clubs sont plus nombreux autour de Libourne, dans les communes plus petites. Mis à part Arveyres qui fournit 11 licenciés, les autres n’envoient que des individualités à Libourne. Le Tennis Club de St-André-de-Cubzac est celui qui a le recrutement le plus dispersé, avec 60 % de pratiquants extérieurs à la commune, dont 5 communes qui envoient entre 5 et 9 joueurs et 4 communes au moins 10 licenciés.

50Il faut remarquer que les aires d’influence de ces « grands » clubs ne s’entrecroisent pas. Cela est vérifié pour Libourne avec St-André-de-Cubzac et avec St-Seurin-sur-l’Isle et entre Blaye et St-André-de-Cubzac qui sont relativement proches.

8• CONCLUSION : UN VIDE TENNISTIQUE DANS LES SECTEURS À TENDANCE POPULAIRE

51Il est certain que, l’approche de l’espace social des clubs par la tendance de l’espace social des quartiers ou communes, n’est qu’une approche brute. Il n’est pas possible de conclure à une démocratisation totale. Même si le recrutement semble progresser dans des secteurs d’employés et d’ouvriers, rien ne prouve que les joueurs appartiennent à la classe ouvrière. Sur l’ensemble des joueurs qui sont inscrits dans un grand club et qui habitent Bordeaux, 84,4 % résident dans un quartier à tendance bourgeoise dominante, alors que pour Talence cette proportion tombe à 56 %. À Mérignac et à Pessac, ce sont les joueurs qui habitent des quartiers de classes moyennes qui dominent à plus de 75 %. Cette approche doit être complétée par une enquête fine sur l’origine sociale des enfants fréquentant les écoles de tennis.

  • 257 Bourdieu P. 1984, p. 187.

52Tous les clubs de plus de 500 licenciés sont sur la rive gauche de la Garonne ou sur le pourtour du bassin d’Arcachon. Toutes les cartes laissent apparaître un vide tennistique au niveau des quartiers à tendance populaire aussi bien ceux de Bordeaux, que ceux de Mérignac et de Pessac. Il en est de même des zones rurales de l’Est du département de la Gironde, où quelques clubs ont émergé grâce à la bourgeoisie locale qu’elle soit du vignoble (Libourne, St-André-de-Cubzac), de la terre (La Réole) ou de l’industrie (St-Seurin-sur-l’Isle). Quant aux secteurs forestiers landais du Sud de la Gironde, ils n’ont pas vu naître de grand club. Pour P. Bourdieu il existe, particulièrement en milieu rural, une corrélation entre la présence d’équipements et de clubs et l’action de la petite bourgeoisie qui voit là un moyen « d’accumuler ou d’entretenir un capital de notoriété et d’honorabilité toujours susceptible d’être reconverti en pouvoir politique257.» Ainsi les secteurs trop déprimés, qui ont été abandonnés par la petite bourgeoisie, ont peu de chance de voir se développer des équipements et des associations sportives en général, et a fortiori de tennis.

Fig.21• LE RECRUTEMENT DES AUTRES CLUBS DE LA GIRONDE (de plus de 200 licenciés)

Fig.21• LE RECRUTEMENT DES AUTRES CLUBS DE LA GIRONDE (de plus de 200 licenciés)

Source : Ligue de Guyenne de Tennis
Cartographie : F. ROLLAN

  • 258 Bourdieu P. Ibid., p. 194.

53Il est un aspect que les chiffres restituent mal, mais qu’un observateur attentif ressent très bien, c’est « l’ambiance club ». Certains clubs ont une vie associative active : les membres se rencontrent souvent au club house pour discuter, pour déjeuner, pour passer un moment entre « gens de bonne compagnie », pour jouer aux cartes,… Cette convivialité dépend beaucoup de la réputation du club et de la classe sociale d’appartenance de ses membres. Elle est plus grande en milieu urbain qu’en périphérie où on consomme les équipements locaux sans demander de contact après le jeu ce qui limite « l’esprit club ». C’est la grande différence entre les clubs les plus anciens où, comme à l’origine, la sociabilité dépasse le cadre de la pratique du tennis, et les « clubs champignons » où prévaut le désengagement associatif. C’est peut-être là, le contraste majeur d’attitude, entre les classes bourgeoises traditionnelles qui fréquentent les clubs les plus sélects et les classes moyennes/nouvelle bourgeoisie des clubs plus ouverts. Comme l’explique P. Bourdieu, pour les professions libérales et la bourgeoisie d’affaires de vieille souche les fonctions hygiéniques et esthétiques du sport se doublent de fonctions sociales, « les sports s’inscrivant, comme les jeux de société, ou les échanges mondains (réceptions, dîners, etc.), au nombre des activités gratuites et désintéressées qui permettent d’accumuler du capital social ». La forme extrême étant que la pratique du sport devient « une technique de sociabilité, au même titre que la pratique du bridge ou la danse258 ».

Notes

252 Bourdieu P. 1984.

253 Enquête réalisée sur les micro-fiches de la Ligue de Guyenne de Tennis enregistrant les licences, donc ne comportant que le nom, l’adresse, le sexe, la date de naissance et le classement. Les licenciés possédant 2 licences au même club, n’ont été comptés qu’une fois.

254 Rollan F. 1995, L’espace social dans l’agglomération bordelaise ; in : Atlas social des Bordelais.

255 Rollan F. Ibid.

256 Cf. figure 15.

257 Bourdieu P. 1984, p. 187.

258 Bourdieu P. Ibid., p. 194.

Table des illustrations

Titre Fig.16 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE BORDEAUX (de plus de 200 licenciés)
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig.17 •LE RECRUTEMENT DES CLUBS DU NORD DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Fig.18 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE L’OUEST ET DU SUD DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig.19 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DE LA RIVE DROITE DE L’AGGLOMÉRATION BORDELAISE (de plus de 200 licenciés)
Légende Source   Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig.20 • LE RECRUTEMENT DES CLUBS DU BASSIN D’ARCACHON (de plus de 200 licenciés)
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig.21• LE RECRUTEMENT DES AUTRES CLUBS DE LA GIRONDE (de plus de 200 licenciés)
Légende Source : Ligue de Guyenne de TennisCartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search