Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Deuxième partie. Le tennis en Gironde : de la généralisation de la pratique à la diversité des dynamiques associatives

Le tennis en Gironde de la généralisation de la pratique à la diversité des dynamiques associatives

Texte intégral

Les obstacles économiques – si importants soient-ils dans le cas du golf, du ski, du yachting, ou même de l’équitation et du tennis – ne suffisent pas à expliquer la distribution de ces pratiques entre les classes : ce sont des droits d’entrée mieux cachés, comme la tradition familiale et l’apprentissage précoce, ou encore la tenue (au double sens) et les techniques de sociabilité de rigueur qui interdisent ces sports aux classes populaires et aux individus en ascension des classes moyennes ou supérieures et qui les rangent parmi les plus sûrs indicateurs (avec les jeux de société chics tels que les échecs et surtout le bridge) de l’ancienneté dans la bourgeoisie.
Pierre Bourdieu. La distinction. Paris : Édit. de Minuit, 1979, p. 240.

1Si le recours à l’histoire traverse l’ensemble de l’étude, l’échelle nationale en constitue le préalable. L’approche locale contemporaine, favorise, elle, l’exploration des lieux où se vivent les pratiques sportives. Ce sont des organisations – ici les clubs – qui créent les conditions quotidiennes d’apprentissage, de perfectionnement et de rencontres compétitives ou non, pour des pratiquants qu’il reste à identifier le plus précisément possible. Élaborée à partir et en direction de publics de plus en plus divers et versatiles, l’action sportive organisée produit des résultats dont la compétition est la forme la plus visible.

2Pour examiner localement le processus de diffusion sociale du tennis, ainsi que les composantes de son expression associative, des raisons historiques, sportives et scientifiques ont présidé au choix de la Gironde.

  • 206 Parmi les joueurs bordelais qui atteignirent les plus hauts niveaux, Jean Samazeuilh (1921), Raoul (...)
  • 207 Créé en 1979, par J.-P. Derose, le tournoi Passing Shot, étape de l’ATP Tour, (Association des ten (...)

3La Gironde, et plus particulièrement Bordeaux, ont été dès l’origine impliquées dans le développement du tennis en France. Sous le double aspect de l’organisation d’épreuves prestigieuses et de la production de champions, la continuité de la présence nationale et internationale de Primrose est particulièrement remarquable206. Après l’organisation des championnats de France en 1909, la SAVP a reçu un match de Coupe Davis en 1923, ainsi qu’à l’occasion de grands tournois les meilleurs joueurs mondiaux en 1949, 1950, 1951 et 1957. Le National s’est également déroulé 6 fois à Primrose (1956, 1959, 1963, 1966, 1970, 1973). En 1994, près d’un siècle après sa création, la Société Athlétique de la Villa Primrose (SAVP) est toujours présente à l’échelon national avec ses équipes participant aux championnats de France (4 joueurs en 1ère série dont une femme, 27 en 2ème série dont 9 femmes). C’est aussi sur ses installations que se déroule le Grand Prix Passing Shot qui en est à sa 16ème édition207.

  • 208 Reneaud M., Rollan F. 1985, p. 54-85 ; Reneaud M. 1986 ; Reneaud M., Rollan F. 1987, p. 19-22 ; Re (...)
  • 209 Augustin J.-P. 1978 ; 1981, p. 291-312 ; Callède J.-P. 1982 ; 1987 ; 1991 ; 1993 ; Chesnel M. 1982 (...)
  • 210 Sous la forme de reconversion au tennis – pendant la période de développement intensif de ce sport (...)

4Cette recherche prolonge des travaux effectués sur les activités physiques et sportives à Bordeaux et en Aquitaine208 et s’appuie sur ceux d’autres chercheurs bordelais209. Enfin, c’est à partir de plusieurs années d’observation-participante210 en milieu sportif et en tennis que s’est affirmé le désir d’approfondissement des connaissances se rapportant à ce département.

  • 211 Reynaud A. 1981 ; Auriac F. 1986 ; Barel Y. 1986 ; Brunet R., Sallois J. 1986 ; Frémont A. 1988 ; (...)
  • 212 Thomas R., Haumont A., Levet J.-L. 1987 ; Pociello C. 1981 ; Société Française de Sociologie du Sp (...)

5La démarche a consisté à croiser les outils, méthodes, résultats et modèles théoriques de la socio-géographie211 et de la sociologie du sport212. Dans un premier temps, il s’est agi de préciser l’analyse socio-spatiale du développement du tennis en utilisant les données girondines historiques et actuelles. Puis, pour mieux connaître les caractéristiques sociodémographiques et sportives des associations, mais aussi celles des pratiquants les plus jeunes, la réalisation de 2 enquêtes (sur les clubs girondins de tennis affiliés à la FFT en 1987 et auprès des enfants des écoles de tennis en octobre 1988) a complété ces investigations.

  • 213 La région Aquitaine comprend 2 Ligues de tennis : la Ligue de Guyenne qui regroupe la Dordogne, la (...)
  • 214 Ministère de la Jeunesse et des Sports. Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports de l (...)

6La Gironde, avec ses 1 213 499 habitants en 1990, est le 11ème département par sa population, mais le 6ème pour le nombre de licenciés tous sports confondus, soit un taux de sportivité de 21,7 % comparable à la moyenne nationale (21,6 %). Le département de la Gironde représente 43,4 % de la population de la région Aquitaine et 40 % des licenciés d’Aquitaine, pour l’ensemble des sports. Plus de la moitié de la population (53,3 %) et 55 % du nombre des licenciés de Gironde, résident dans les 20 communes de plus de 10 000 habitants, dont 4 seulement sont hors agglomération bordelaise (l’une étant Libourne, les 3 autres sont des communes du bassin d’Arcachon). Le tennis arrive au second rang des disciplines pratiquées (derrière le football) comme à l’échelon régional et au niveau national. Par rapport aux autres départements, avec 33 900 licenciés tennis, elle arrive au 8ème rang en France, derrière les Yvelines (54 895), le Nord (49 247), le Rhône (40 815), l’Essonne (40 442), les Hauts-de-Seine (37 752), les Bouches-du-Rhône (35 336) et la Seine (34 822). Au total près de la moitié (48,3 %) des licenciés tennis d’Aquitaine213 et 40,3 % des clubs de tennis sont situés en Gironde. La même répartition entre la Gironde et l’Aquitaine est observée pour des sports très répandus comme le football et le judo. Les effectifs du tennis en Gironde qui étaient à peu près stabilisés depuis 1984214, ont chuté en 1994.

Photo 20• Équipe féminine de la Villa Primrose en 1912.
(Archives SAVP)

Photo 21• La Villa Primrose en 1907.
(Archives D. Lawton)

Photo 22• Équipe fmasculine de la Villa Primrose en 1912.
(Archives SAVP)

Notes

206 Parmi les joueurs bordelais qui atteignirent les plus hauts niveaux, Jean Samazeuilh (1921), Raoul Blanchy (1923), champions de France en simple et les 2 ensemble en double (1923). Les résultats sportifs des joueurs et des équipes de la SAVP demeurent spectaculaires au cours des années d’après-guerre. Il faut citer en particulier Roland Journu, Guy Delhomme, Philippe Frémiot et l’étonnante famille Jauffret : le père, Jean, et ses quatre fils. À la fin des années soixante les frères Jauffret figurent parmi les meilleurs français (trois sont en même temps classés 1ère série, ce sont Jean-Paul, Pierre et François). François est entre 1960 et 1970, 7 fois champion de France et no 1. Un autre sociétaire de Primrose, P. Dominguez, s’est également classé no 1 français à partir de 1976.

207 Créé en 1979, par J.-P. Derose, le tournoi Passing Shot, étape de l’ATP Tour, (Association des tennismen professionnels) se déroule à Primrose. Yannick Noah en est le premier vainqueur.

208 Reneaud M., Rollan F. 1985, p. 54-85 ; Reneaud M. 1986 ; Reneaud M., Rollan F. 1987, p. 19-22 ; Reneaud M., Rollan F. 1988, p. 11-14 ; Reneaud M. 1988, p. 25-32 ; Mandard G., Reneaud M. 1990, p. 9-31 ; Rollan F. 1988 ; 1990 ; 1995.

209 Augustin J.-P. 1978 ; 1981, p. 291-312 ; Callède J.-P. 1982 ; 1987 ; 1991 ; 1993 ; Chesnel M. 1982 ; Thibault J. 1972.
La Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine coordonne depuis 1991 un programme de recherche « Sport ».

210 Sous la forme de reconversion au tennis – pendant la période de développement intensif de ce sport – des carrières sportives bordelaises d’une nageuse et d’une athlète.

211 Reynaud A. 1981 ; Auriac F. 1986 ; Barel Y. 1986 ; Brunet R., Sallois J. 1986 ; Frémont A. 1988 ; Rollan F. L’espace social dans l’agglomération bordelaise dans l’Atlas Social des Bordelais.

212 Thomas R., Haumont A., Levet J.-L. 1987 ; Pociello C. 1981 ; Société Française de Sociologie du Sport. 1983 ; Société Française de Sociologie du Sport-UEREPS. 1987 ; Sciences sociales et sports, 1988 ; Callède J.-P. 1987, p. 7-10 ; Jamet M. 1991. Sport, relations sociales et action collective. 1995.

213 La région Aquitaine comprend 2 Ligues de tennis : la Ligue de Guyenne qui regroupe la Dordogne, la Gironde, le Lot-et-Garonne et la Ligue Côte Basque-Béarn-Landes qui gère le tennis dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes.

214 Ministère de la Jeunesse et des Sports. Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports de la Gironde. 1994.

Table des illustrations

Légende Photo 20• Équipe féminine de la Villa Primrose en 1912.(Archives SAVP)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Photo 21• La Villa Primrose en 1907.(Archives D. Lawton)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Photo 22• Équipe fmasculine de la Villa Primrose en 1912.(Archives SAVP)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search