Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Première partie. Le tennis en France : du jeu aristocratique à la pratique banalisée

Chapitre V. Typologie socio-spatiale de la pratique du tennis en France en 1992

Texte intégral

1La carte de la situation 1987 ou 1990 du tennis en France (figure 7), laisse apparaître des inégalités régionales : certains départements ont un faible nombre de clubs de tennis. Ces inégalités étaient déjà dessinées en 1934. Comment les expliquer ? Les zones de faible développement peuvent-elles être renforcées ? Le tennis s’étant diffusé d’abord dans les villes, le niveau d’urbanisation d’un département peut-il à lui seul expliquer les différences observées ? L’approche socio-géographique, qui prend en compte les équipements et leur localisation, le taux d’urbanisation, les licenciés, la comparaison avec le golf et les catégories socioprofessionnelles dominantes dans la population totale, doit permettre de répondre à ces questions et d’aboutir à une typologie par département de la pratique du tennis en France.

1• LES ÉQUIPEMENTS, LA POPULATION ET LES LICENCIÉS TENNIS

  • 190 Courson J.-P. 1990. p. 61-83 et p. 210-236. Pour chaque équipement il n’est indiqué que sa présenc (...)

2Les équipements sont un moyen d’approcher la pénétration du tennis dans la population. L’inventaire communal190 répertorie à part les terrains qui ont un usage exclusif pour le tennis, alors que les terrains de grands jeux englobent des terrains servant à différents sports collectifs (football, rugby, hockey, baseball,…) et les terrains de petits jeux regroupent des terrains de basket, handball, volley, badminton. L’éventail des sports pratiqués dans les salles couvertes est encore plus vaste, puisqu’il comprend aussi bien des sports collectifs déjà cités, que des sports d’opposition (escrime, judo, karaté, lutte, boxe), des sports de raquettes (tennis de table, badminton, squash, pelote basque) ou des sports individuels (gymnastique, danse, haltérophilie, musculation).

Les terrains de tennis : un équipement qui touche 86 % de la population française

  • 191 Il s’agit des communes urbaines au sens de l’INSEE : « sont urbaines les communes dont la majorité (...)
  • 192 Pour les terrains de grands jeux, si 88,1 % des communes urbaines sont équipées, ce qui représente (...)

3Les statistiques de 1988 indiquent 13 163 communes équipées en courts (couverts et/ou plein air), ce qui place les équipements de tennis au 3ème rang des installations sportives après les terrains de petits jeux (17 386) et les terrains de grands jeux (17 314). En tant que terrains mono-utilisation, ils arrivent au 1er rang. La population de ces communes représente 86,1 % de la population française, contre 90,9 % pour les terrains de grands jeux et 87,1 % pour les terrains de petits jeux. Plus de 72 % de la population résidant dans une commune urbaine est aussi desservie par un tennis couvert. C’est dire l’importance de la diffusion du tennis et de son accessibilité par l’ensemble de la population française alors que les salles couvertes ne touchent que 76,3 % de la population et les piscines, 57,9 %. Pourtant cette généralisation des courts n’est pas uniforme sur le territoire français, car si près de 83 % des communes urbaines191 sont équipées (soit 97,4 % de leur population), le pourcentage tombe à 28,8 % pour les communes rurales (soit 54,9 % de leur population) et à 26,1 % pour les communes rurales non-chef-lieu (soit 49,6 % de la population). Ces valeurs sont beaucoup plus faibles que pour les terrains de sports collectifs de ces mêmes types de communes192.

4La figure 10 traduit graphiquement la progression des équipements et des licenciés et leur rapport à la population totale entre 1977 et 1990.

Fig.10 • LES ÉQUIPEMENTS, LES LICENCIÉS TENNIS ET LA POPULATION EN FRANCE 1977-1990

Fig.10 • LES ÉQUIPEMENTS, LES LICENCIÉS TENNIS ET LA POPULATION EN FRANCE 1977-1990

Sources : Ministère de la Jeunesse et des Sports. 1977, 1990.
INSEE. Recensement Général de la Population. 1975, 1990.
Cartographie : F. ROLLAN

5L’évolution récente montre qu’en général, l’équipement des communes s’est formidablement accru entre 1977 et 1990. Mais de grandes inégalités subsistent et cette évolution se fait toujours dans le même sens. Ainsi, les secteurs les mieux équipés en 1977, Île-de-France, Bretagne, Provence-Côte d’Azur, Isère, Rhône, Gironde, Landes se retrouvent encore renforcés en 1990. La Normandie et le Nord-Pas-de-Calais qui étaient les régions les mieux équipées (hormis la Côte d’Azur) en 1929 sont aujourd’hui très en retrait. L’équipement des départements n’est pas toujours en rapport avec la population totale du département. Ainsi le Nord qui, avec 2 500 000 habitants, est le département le plus peuplé de France est passé de 22 % de communes équipées en 1977 à 42 % seulement en 1990 alors que la Haute-Garonne passait de 20 à 46 %. Durant cette période, les équipements de la Bretagne, de la Côte Atlantique jusqu’au sud des Landes, du Languedoc-Roussillon, de la Provence-Alpes-Côte d’Azur, de Rhône-Alpes ont été renforcés.

6Les départements du Centre, certains du Massif Central et des Pyrénées, ainsi que tout le Nord et l’Est de la France sont très faiblement équipés. Ainsi le record du sous-équipement est détenu par la Meuse avec 10,6 % des communes équipées en courts, la Haute-Saône, 13,6 %, le Jura 14,3 %, la Haute-Marne 14,9 %, l’Aisne, la Somme, les Ardennes, la Nièvre et la Côte d’Or sont en dessous de 20 %. Les Hautes-Pyrénées, la Creuse, la Lozère, l’Orne, la Saône-et-Loire, le Pas-de-Calais ont moins de 25 % de communes équipées. Or le Pas-de-Calais et les Vosges ont été parmi les premiers départements où la pratique du tennis s’est développée au début du siècle.

7L’accroissement annuel de la population depuis 1975, fournit un élément d’explication. Les départements où la population n’augmente pas ou bien là ou elle diminue, sont les plus mal équipés en 1990. Pourtant des exceptions existent : l’Aveyron qui, bien qu’ayant perdu plus de 7 000 habitants depuis 1975, a un taux d’équipement supérieur à 50 % grâce à la mise en place d’une politique en faveur du tourisme vert. La Haute-Vienne, qui n’a gagné que 1 500 habitants, a elle aussi, dépassé la barre des 50 %.

Les licenciés : à proximité des grandes régions urbaines, des secteurs de fortes pratiques

8Si le nombre brut des licenciés par département est intéressant, son rapport à la population totale permet de relativiser et de déterminer les lieux de plus forte pratique (figure 10). En général les plus grands nombres de licenciés tennis sont logiquement associés aux départements les plus peuplés et donc ceux qui abritent les grandes agglomérations urbaines comme Lille-Roubaix-Tourcoing, Metz-Nancy, Strasbourg, Lyon, Grenoble, Marseille, Toulon, Nice, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Le Havre-Rouen, et ceux de l’Île-de-France (sauf la Seine-St-Denis) et de la Seine-et-Marne.

9La part des licenciés dans la population totale renseigne sur les secteurs les plus favorables à la pratique du tennis. Alors qu’en 1977, dans 72 départements, la part des licenciés tennis dans la population totale n’atteignait pas 1 %, aujourd’hui elle est toujours supérieure à 1 % ; dans 70 départements elle est au moins égale à 2 % et dans 32, elle atteint 2,5 %. Ceci prouve bien le formidable bond en avant du tennis durant les quinze dernières années.

10Les zones de plus faible pratique sont les Pyrénées dans leur ensemble, le cœur du Massif Central, le Jura, les Vosges, les plateaux de la Saône, les Ardennes, la Picardie et la Corse. Un département comme les Landes, peu peuplé, hyper équipé du fait de ses nombreuses stations littorales, a un taux de pratique supérieur à 3 %. Le même taux observé dans l’Ain et la Drôme, peut s’expliquer par leur situation à proximité de Lyon et de Marseille, qui fait que de nombreux résidents de ces deux villes s’y retrouvent le week-end et où les clubs leur offrent de meilleures conditions de pratique que ceux des grandes métropoles (surcharge moindre, cotisation moins élevée, proximité).

2• APPROCHE SOCIO-GÉOGRAPHIQUE DU TENNIS ET DU GOLF DANS LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE EN 1992

11La figure 11 tente une approche plus fine du phénomène tennis et de son évolution avec notamment une comparaison avec la diffusion du golf qui aurait détourné une partie des joueurs de tennis.

L’évolution des licenciés : une période faste (1977-87) suivie d’un ralentissement sinon d’une chute (1987-1992)

12Le croisement de l’évolution annuelle des licenciés tennis durant la grande période de croissance (1977-1987) avec celle de la période récente du déclin relatif (1987-1992) permet de différencier les départements qui ont connu un accroissement continu depuis 1977, ceux qui après une période faste, ont vu leurs effectifs se réduire ou encore ceux qui après des taux d’accroissement relativement modestes eu égard au phénomène ont subi une chute sérieuse.

13Durant les années 1977-1987 tous les départements voient leurs effectifs grossir avec des taux annuels supérieurs à 10 %, sauf pour 7 d’entre eux qui sont : Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-St-Denis, le Val-de-Marne, les Alpes-Maritimes, le Vaucluse et la Lozère. Les taux supérieurs à 14 % ont été observés dans 35 départements, dont 25 départements de l’intérieur, la plupart appartenant à des zones rurales délaissées comme par exemple la Creuse, le Cantal, le Lot, l’Aveyron, la Haute-Loire, les Hautes-Alpes, la Haute-Marne… Des taux dépassant les 18 % étaient observés dans 10 départements, le maximum étant atteint par l’Aveyron avec 22,9 %.

14Les années 1987-1992 ne gardent que 31 départements avec une croissance positive ou nulle, dont 19 inférieurs à 1 %. Le Vaucluse et les Hautes-Alpes détiennent le record avec respectivement 3,3 % et 4,6 %. S’il ne faut pas dramatiser la diminution des effectifs de licenciés tennis, il est certain que pour le moment la croissance est, partout en France, très fortement ralentie, sinon arrêtée. Sur les 16 départements qui ont plus de 25 000 licenciés en 1992, seuls 4 restent avec un taux annuel très légèrement positif. Ce sont : le Nord, la Seine-et-Marne, Paris et les Alpes-Maritimes. La perte de 30 500 licenciés pour ces départements représente 5,3 % de l’effectif 1987, alors que la perte pour la France entière n’est que de 5 %. Une partie des départements qui apparaissaient comme sous-équipés sur la figure 10, voient malgré tout une progression du nombre de leurs joueurs de tennis. C’est le cas de la Manche, du Calvados, de l’Orne, du Pas-de-Calais, du Nord, des Ardennes, de la Meuse, de la Haute-Marne, des Vosges, de la Haute-Saône, de la Côte-d’Or, du Jura, de l’Yonne, des Hautes-Alpes, de l’Ariège et du Puy-de-Dôme. D’autres départements relativement mieux équipés ont continué leur progression. Ce sont l’Ille-et-Vilaine, la Mayenne, la Vienne, le Tarn-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques, l’Aude, l’Hérault et le Vaucluse.

15Le niveau d’équipement ne peut à lui seul expliquer l’évolution du nombre des licenciés. La crise économique a-t-elle des répercussions sur la pratique organisée du tennis ? Qui pratique le tennis aujourd’hui ?

Une superposition des équipements de tennis et de golf en liaison avec une forte représentation des cadres

  • 193 Cf. l’annexe 3 qui donne les valeurs pour chaque département.

16La comparaison des équipements tennis et golf montre leur superposition pour la région parisienne, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, la côte Atlantique et la Bretagne qui demeurent les mieux pourvues. Par contre deux autres régions émergent pour les terrains de golf : la Normandie et le Nord-Pas-de-Calais. Même si le climat est particulièrement favorable à la pousse de l’herbe, il est intéressant de noter que ce sont ces mêmes régions qui étaient à l’avant-garde des équipements et de la pratique du tennis au-début du siècle. Le rapport du nombre de licenciés tennis par licencié golf montre les secteurs où le golf est bien ancré193. Le record est obtenu par la Seine qui a plus de golfeurs que de tennismen sans avoir un seul terrain de golf. Les autres départements de l’Île-de-France sont, il est vrai, bien équipés. Le Sud-Ouest de la France, la Côte-d’Azur, les Alpes et le Jura, les Vosges, l’Île-de-France, le Loiret, l’Oise et la Seine-et-Marne, le Cher, la Corrèze, le Calvados, ainsi que les Côtes-d’Armor et le Morbihan sont les zones où il y a relativement peu de licenciés tennis par rapport aux licenciés golf. Ce sont souvent les mêmes départements qui cumulent les deux pratiques mais ils sont aussi fortement urbanisés.

Fig.11 • LES LICENCIÉS TENNIS ET GOLF ET LA SOCIÉTÉ EN 1992

Fig.11 • LES LICENCIÉS TENNIS ET GOLF ET LA SOCIÉTÉ EN 1992

Sources : Ministère de la Jeunesse et des Sports. 1977, 1990, 1994.
INSEE. Recensement Général de la Population. 1990.
Cartographie : F. ROLLAN

17La carte de la population urbaine rend parfaitement compte de ce phénomène. Les effectifs les plus forts de licenciés tennis sont associés aux départements les plus urbanisés. Le golf est également bien implanté dans ces départements mais pas uniquement. Ainsi il est fortement représenté dans les Pyrénées-Atlantiques et en Savoie qui ont un taux d’urbanisation inférieur à 70 %. Pourtant des départements du Nord-Est, de l’Est et du Centre déjà cités, bien qu’ayant peu de pratiquants tennis, ne sont pas gagnés par le golf, ce qui n’exclut pas un renforcement de la pratique du tennis. Autrement dit la poussée du golf n’explique pas seule la perte des licenciés tennis puisque là où les licenciés golf sont les plus nombreux, ils le sont aussi en tennis. Une pratique n’exclut pas l’autre. Il y a redoublement des pratiques du fait de la présence de certaines populations (cadres) ou encore à cause d’un héritage historique (stations réputées balnéaires, de montagne et thermales des Pyrénées-Atlantiques et des Alpes).

18Une tentative d’explication peut être donnée si, sur une carte, sont reportées les catégories socioprofessionnelles les plus significatives. Les départements où un taux au moins égal à 11 % de cadres, de professions intellectuelles supérieures et de professions intermédiaires (cadres moyens dans l’ancienne nomenclature) est observé, ont en général une forte proportion de licenciés. En effet le tennis est surtout pratiqué par ces catégories. À l’opposé un vide tennistique apparaît là où des taux supérieurs à 4 % pour les agriculteurs et à 15,5 % pour les ouvriers (taux supérieurs à la moyenne nationale) sont notés. Les agriculteurs et les ouvriers sont peu enclins à la pratique du tennis, mais préfèrent le football ou le rugby, selon les régions. Si les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes ont peu de licenciés tennis, bien que présentant plus de 11 % de cadres, c’est que leur population est très faible (moins de 140 000 habitants). Un département qui a une structure très contrastée (fortes proportions de cadres et d’ouvriers), peut présenter un taux de pratique élevé du tennis. C’est ce qui se passe en Seine-Maritime, dans l’Eure, en Alsace, dans le Doubs, l’Ain et la Haute-Savoie.

3• TYPOLOGIE SOCIO-SPATIALE DE LA PRATIQUE DU TENNIS EN FRANCE

19Ces analyses partielles se devaient d’aboutir à une typologie des départements, en fonction de la pratique et de l’évolution du tennis, permettant de déduire des modalités d’action à entreprendre pour stabiliser sinon pour renforcer les effectifs du tennis dans certains cas. L’utilisation de l’analyse multidimensionnelle a rendu possible l’établissement de cette typologie car cette méthode statistique synthétique prend en compte simultanément et en leur accordant le même poids, un grand nombre de variables.

  • 194 Les catégories socio-professionnelles (CSP) définies par l’INSEE sont : la CSP1, celle des agricul (...)
  • 195 Ces valeurs sont fournies par l’inventaire communal de 1978 et celui de 1988, qui répertorie tous (...)

20Les hypothèses de base issues des analyses précédentes, qui ont présidé au choix des variables, sont les suivantes : le tennis est plutôt pratiqué par des populations vivant dans les villes, certaines catégories socioprofessionnelles seraient plus intéressées par le tennis que d’autres, même si le tennis s’est aujourd’hui démocratisé. Il existe des différences de pratique et donc de croissance selon les régions et selon les époques, comme cela a été observé dans le passé. Le tennis entre en concurrence avec le golf. Ici les principales données utilisées sont : les catégories socioprofessionnelles de la population active en 6 postes194, le pourcentage de population urbaine, le pourcentage de communes équipées en courts de tennis195 en 1978 et en 1988, la part des licenciés tennis dans la population totale en 1977 et en 1990, la croissance annuelle des effectifs entre 1977 et 1987 et entre 1987 et 1992, le nombre de licenciés tennis en 1977 et en 1990, le rapport du nombre de licenciés tennis par licencié golf en 1992 et le nombre de pratiquants par terrains de golf.

21Une gradation croissante de la pratique du tennis (comme du golf d’ailleurs) semble s’établir du groupe 1 au groupe 6, la plus forte étant atteinte par les groupes 5 et 6 et la plus faible par les groupes 1 et 2.

22Mis à part pour le groupe 6, le pourcentage de communes équipées en courts est faible en 1977 pour l’ensemble des départements et plus particulièrement pour les départements du groupe 2. En 1988, il augmente partout mais reste très inférieur à 20 % pour le groupe 2. Pour les groupes 1 et 4 il demeure inférieur à 40 %. Pour le groupe 6, il passe de 52,2 % à 76,5 %.

23Il faut noter une augmentation de la part des cadres, professions intellectuelles supérieures, des professions intermédiaires, des employés et de la population urbaine du groupe 1 au groupe 6. Si le nombre de licenciés tennis en 1992 est rapporté au nombre de licenciés golf, une augmentation du nombre de golfeurs est observée du groupe 1 au groupe 6. Autrement dit, plus on va vers le groupe 6 plus le nombre de golfeurs tend à se rapprocher du nombre de joueurs de tennis, voire à le dépasser. Ainsi le rapport est de 1 à 10 pour le groupe 1 et de 1 à 4 pour le groupe 6, avec pour Paris un rapport inversé puisque les golfeurs sont plus nombreux que les licenciés tennis, même si Paris ne possède aucun golf. Le nombre de terrains de golf par département augmente aussi du groupe 1 au groupe 6 mais également la pression sur ces terrains (nombre de pratiquants par terrain).

24Il semblerait qu’il existe une relation inverse entre le pourcentage annuel de croissance des licenciés tennis entre 1977 et 1987 et le taux d’urbanisation du département, plus l’urbanisation est faible plus le taux de croissance est fort. Cela provient probablement du fait que ces départements avaient un nombre très faible de licenciés en 1977. Des exceptions existent comme la Lozère qui avait moins de 800 licenciés en 1977 et dont la croissance annuelle a été l’une des plus faibles (9 %).

25Il apparaît une corrélation positive entre le pourcentage d’actifs dans la population et le pourcentage de licenciés tennis. Plus la part des actifs est importante plus la part des licenciés l’est aussi. Ainsi les groupes 1, 2 et 4 qui ont un total d’actifs inférieur à la moyenne nationale, ont les pourcentages les plus bas de licenciés tennis (entre 1,8 et 2,1 %). Dans le Pas-de-Calais qui n’a que 36,9 % d’actifs les joueurs de tennis ne représentent que 1,1 % de la population totale. À l’opposé les groupes 3, 5 et 6 qui ont un total d’actifs supérieur à la moyenne nationale (42,7 %) ont les pourcentages les plus hauts de licenciés tennis (entre 2,4 et 2,8 %). À titre d’exemple, le département des Yvelines avec 47,9 % d’actifs a le taux le plus fort de licenciés tennis (4,4 %). Il arrive au 1er rang pour les effectifs tennis (55 000 licenciés) et au 2ème rang pour le golf (19 500 licenciés contre 8 200 pour l’Essonne son suivant).

26GROUPE 1 : un faible équipement et la catégorie socioprofessionnelle d’agriculteurs exploitants la plus forte, peu de licenciés tennis.

27Aveyron, Cantal, Corrèze, Côtes-du-Nord, Creuse, Dordogne, Gers, Haute-Loire, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Manche, Mayenne, Nièvre, Orne, Saône-et-Loire, Deux-Sèvres, Tarn-et-Garonne, Vendée.

28Ce sont des départements peu peuplés (moins de 300 000 habitants en moyenne) et à croissance démographique faible (0,2 % par an de 1975 à 1990).

29Leur équipement est faible, tant en courts puisque seulement 15 % en 1977 et 36 % en 1988 des communes étaient équipées qu’en golfs (3,4 par département). Ce groupe compte peu de licenciés : un peu moins de 6 000 en moyenne, sauf la Manche et la Vendée (aux environs de 12 000 en 1992). La proportion de licenciés tennis dans la population totale est aussi parmi la plus faible 2,1 %. Si la croissance annuelle 1977-1987 a été très forte, 13,9 %, avec un record proche de 23 % pour l’Aveyron, la période 1987-1992 a enregistré le taux négatif le plus fort,-1,7 %, ce qui représente une perte de près de 10 000 licenciés.

30Le golf est peu développé : avec moins de 600 licenciés en moyenne par département et une croissance annuelle relativement modeste de 1987 à 1992 (+7,8 %), ce ne sont pas les 3 500 joueurs de golfs supplémentaires qui peuvent expliquer la perte de 10 000 licenciés tennis. Ces départements ne sont pas encore gagnés par le golf puisque le rapport est de 10 joueurs de tennis pour un de golf et que la pression sur les greens est la plus faible de toutes (176 joueurs par terrain). On est loin des 1 100 sur les greens des Hauts-de-Seine.

  • 196 Reneaud M., Rollan F. 1988 ; Dumontier F., Valdelièvre H. 1989 ; Irlinger P., Louveau C. Métoudi M (...)

31La population urbaine étant la plus faible de tous les groupes (moins de 45 % en moyenne même si la Saône-et-Loire atteint 61 %), rien d’étonnant à ce qu’il soit faiblement représenté, puisqu’il est un sport développé plutôt en milieu urbain ou pratiqué par des citadins196. Ce qui caractérise ces départements c’est la forte proportion d’agriculteurs exploitants (5,6 %, soit plus de 2 fois la moyenne française), ainsi que celle d’artisans, commerçants, chefs d’entreprise (supérieure à la moyenne). À l’opposé, la part des cadres, professions intellectuelles supérieures est la plus faible (2,5 %) comme pour le groupe 2, ainsi que celle des professions intermédiaires et des employés. La croissance ayant été artificiellement forcée entre 1977 et 1987, s’est arrêtée et la pratique du tennis est retombée car elle n’était pas solidement ancrée, du fait de l’absence de tradition dans ces départements.

32GROUPE 2 : le plus faible équipement et la catégorie socioprofessionnelle d’ouvriers la plus forte, peu de licenciés tennis.

33Aisne, Ardennes, Aube, Jura, Haute-Marne, Meuse, Haute-Saône, Somme, Vosges.

34Ce groupe ne comprend que des départements assez peu peuplés (326 000 habitants), qui ont globalement vu leur population légèrement diminuer, entre 1975 et 1990. Il est caractérisé par le pourcentage de communes équipées en courts, le plus faible en 1977 et en 1988, respectivement 6,7 et 16,7 %. Les terrains de golf sont aussi absents (moins de 3 par département). Le nombre moyen de licenciés tennis est aussi le plus faible (moins de 5 700 en 1992) sauf dans la Somme où il atteint 10 500. La proportion de licenciés tennis dans la population totale en 1977 et 1990 est la plus faible (respectivement 0,5 et 1,8 % seulement). Si la croissance annuelle 1977-1987 a été relativement bonne (+ 12,5 %), la période 1987-1992 est marquée par un taux légèrement négatif (-0,4 %). La chute des effectifs ne date que de 1990. Le golf bien que faiblement développé, avec 700 licenciés par département et 8 joueurs de tennis pour un de golf, a beaucoup augmenté (18,1 % par an). Si le tennis a perdu 1 000 licenciés, le golf en a gagné 3 600.

35La part des cadres et professions intellectuelles supérieures est aussi faible que dans le groupe 1, celle des artisans, commerçants, chefs d’entreprise est la plus faible (moins de 3 %), par contre, la part des ouvriers est la plus forte de toutes (16,9 %). Pour tous les départements de ce groupe la proportion d’ouvriers est supérieure à la moyenne nationale (entre 14,9 % et 18,9 %). La classe ouvrière pratique peu le tennis, ce qui peut expliquer les faibles valeurs observées.

36GROUPE 3 : un équipement assez moyen, mais des proportions de cadres, professions intellectuelles supérieures (CSP 3), de professions intermédiaires (CSP 4), d’employés (CSP 5) plus fortes que pour les groupes 1 et 2, assez peu de licenciés tennis.

37Allier, Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche, Ariège, Aude, Charente, Charente-Maritime, Cher, Indre, Landes, Loir-et-Cher, Morbihan, Sarthe, Tarn, Vienne, Yonne.

Fig.12 • LA TYPOLOGIE SOCIO-SPATIALE DE LA PRATIQUE DU TENNIS EN 1992

Fig.12 • LA TYPOLOGIE SOCIO-SPATIALE DE LA PRATIQUE DU TENNIS EN 1992

Cartographie : F. ROLLAN

38Les départements de ce groupe sont à peine plus peuplés (340 000 habitants en moyenne), mais ont une dynamique démographique positive (0,3 % par an). Si l’équipement des communes a progressé (de 16,8 % en 1977 à 40 % en 1988), il reste moyen, sauf pour le Morbihan (72 %), y compris pour les golfs (4 par département, 8 pour le Morbihan).

39Le nombre moyen de licenciés tennis est encore peu élevé (7 600), sauf pour la Charente-Maritime et le Morbihan qui sont des départements côtiers et où il dépasse 12 300. Mais le rapport licenciés/population totale est bon (2,4 %) avec un maximum de 3,2 % pour les Landes, alors qu’il était autour de 0,6 % en 1977. La croissance annuelle des licenciés entre 1977 et 1988 a été la plus forte (14,8 % par an), mais depuis 1990 un solde annuel négatif élevé (-2,9 %) est apparu. Les 7 100 nouveaux licenciés golf entre 1987 et 1992, dont 6 000 de 1987 à 1990 ne sont pas tous des transfuges du tennis qui lui, a perdu 7 400 joueurs entre 1990 et 1992. Malgré tout, le nombre de licenciés tennis pour un licencié golf reste élevé, ce qui est le signe que le tennis reste solidement implanté.

40Il s’agit de départements assez peu urbanisés (54,5 %). D’ailleurs les agriculteurs exploitants sont bien représentés, (3,1 %) ainsi que les artisans, commerçants, chefs d’entreprise (3,7 %). Les autres catégories socioprofessionnelles sont inférieures à la moyenne française, bien que plus élevées que pour les groupes 1 et 2. Les catégories des employés et des ouvriers tendent à s’en rapprocher. La tendance rurale est moins marquée que pour le groupe 1 mais elle existe tout de même.

41GROUPE 4 : un équipement assez moyen et les catégories de cadres, professions intellectuelles supérieures, de professions intermédiaires et d’employés bien représentées, bon nombre de licenciés tennis.

42Ain, Hautes-Alpes, Calvados, Corse, Côte d’Or, Doubs, Drôme, Eure, Eure-et-Loir, Finistère, Gard, Ille-et-Vilaine, Loire, Maine-et-Loire, Marne, Moselle, Nord, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Vaucluse, Haute-Vienne.

43Le groupe 4 est composé de départements beaucoup plus peuplés (650 000 habitants en moyenne), au solde démographique positif (0,5 % par an) et urbanisés (69,1 %).

44Il est caractérisé par un équipement assez moyen des communes (39 %), mais il a une moyenne de 6 golfs par département. Le nombre des licenciés tennis est déjà important (13 700 en moyenne), dont le Nord, avec près de 50 000, mais c’est le département le plus peuplé de France.

45Cependant la part des licenciés dans la population totale est aussi faible que pour le groupe 1 (2,1 % en moyenne et 2 % seulement pour le Nord). La croissance annuelle 1977-1987 a été malgré tout assez forte, 12,9 % et la période 1987-1992 a enregistré le taux négatif le plus faible, - 0,1 %. Comme pour les groupes 2 et 3 la baisse des effectifs n’est globalement à noter qu’après 1990. Par contre ici, le golf commence à être bien implanté : 8 licenciés tennis pour un de golf, une moyenne de plus de 1 600 licenciés, un accroissement de près de 12 % par an et toujours une pression faible sur les terrains (moins de 270 joueurs par terrain). Si le tennis a perdu 2 300 licenciés entre 1987 et 1992, le golf en a gagné 17 000.

46La composition socioprofessionnelle de ces départements est assez proche de la moyenne nationale, pour l’ensemble des catégories. Les agriculteurs exploitants représentent encore 2,2 % de la population (2,7 % pour la France), les artisans, commerçants, chefs d’entreprise ont la même proportion que la moyenne nationale (3,4 %), les cadres, professions intellectuelles supérieures avec 3,4 % sont pratiquement au niveau national (3,5 %), les catégories de professions intermédiaires et d’employés sont légèrement supérieures et la part des ouvriers est un peu plus faible (14 % contre 14,3 %).

47Le niveau d’équipement ne semble pas correspondre au potentiel de pratiquants de ce groupe. Ainsi la Côte d’Or, qui a près de 67 % de population urbaine, 4,3 % de cadres supérieurs et 8,6 % de professions intermédiaires, n’a que 1,9 % de pratiquants dans sa population totale, mais à peine 20 % de ses communes sont équipées en courts. Le sous-équipement est sans doute au moins partiellement responsable de la faiblesse de la pratique.

48GROUPE 5 : un équipement des communes élevé et de forts taux de cadres, professions intellectuelles supérieures, de professions intermédiaires et d’employés, beaucoup de licenciés tennis.

49Gironde, Indre-et-Loire, Isère, Loire-Atlantique, Loiret, Meurthe-et-Moselle, Oise, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Savoie, Haute-Savoie, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Territoire de Belfort.

50Les départements qui composent ce groupe ont plus de 770 000 habitants en moyenne et sont en croissance rapide (0,9 % par an). Ils sont urbanisés à plus de 76 %. L’équipement en courts est moyen bien que légèrement supérieur aux communes des groupes précédents (44,3 %). Le nombre de golfs par département est de 8, donc bien supérieur à celui des autres groupes.

51La moyenne des licenciés tennis est élevée (près de 20 000 en 1992), sauf pour le Territoire de Belfort (2 700). La croissance annuelle 1977-1987 est relativement faible par comparaison avec les groupes précédents, 12,3 %, ce qui s’explique par la forte proportion de licenciés tennis dans la population dès 1977 (1 %). Mais la perte annuelle moyenne de pratiquants pour la période 1987-1992 est aussi importante (-1,1 %) que celle des groupes 3 et 6. En valeur absolue, ces départements du groupe 5 accusent un solde négatif global de 16 400 pratiquants (contre 23 000 pour le groupe 6). Le principal responsable est l’Isère qui a perdu 4 800 licenciés tennis, qui ne peuvent se comparer aux 1 000 licenciés supplémentaires du golf. Dans le même temps et globalement, le golf ne gagnait que 6 000 licenciés (3,7 % par an). C’est que lui aussi était déjà plus développé qu’ailleurs en 1987 (plus de 2 000 licenciés par département).

52En dépit de ces mauvais résultats, la proportion de joueurs de tennis dans la population totale reste avec 2,7 %, la plus élevée. Parallèlement les licenciés golf augmentent notablement : 2 500 par département et une pression supérieure à 330 par terrain, avec un maximum de pression en Meurthe-et-Moselle (855) et 7 joueurs de tennis pour un golfeur seulement.

53Il faut noter, une part très faible des agriculteurs (1,1 %), une part inférieure à la moyenne des artisans, commerçants, chefs d’entreprise (3,1 %), une forte proportion des autres groupes, y compris des ouvriers. La population active est importante (44,6 % au lieu de 42,7 % en moyenne).

54GROUPE 6 : un équipement des communes très bon et les catégories de cadres, professions intellectuelles supérieures, de professions intermédiaires et d’employés les plus fortes, beaucoup de licenciés tennis.

55Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Hérault, Rhône, Paris, Yvelines, Var, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise.

56Tous les départements de ce groupe sont très peuplés (près de 1 260 000 habitants en moyenne et tous supérieurs à 800 000) et ont une croissance démographique annuelle de 0,6 %. L’urbanisation est maximale puisque ce groupe ne comprend que les grandes villes et les départements fortement urbanisés (sauf le Nord).

57L’équipement des communes y est très bon (76,5 %) et les golfs sont nombreux aussi (10 par département). Si le nombre moyen de licenciés pour ces départements est très élevé (31 400 en 1992), sauf pour l’Hérault (aux environs de 17 000), la croissance annuelle 1977-1987 a été la plus faible (10,1 %). La diminution des effectifs tennis est continue depuis 1987 à raison de 1,1 % par an. Par contre le golf augmente rapidement à raison de 14 % l’an. Alors que le tennis perdait 23 000 licenciés, le golf en gagnait 47 000. Il faut dire qu’il est solidement implanté dans ces départements (7 500 licenciés en moyenne) qui n’ont que 4 licenciés tennis pour un de golf en dépit de la forte pression sur les greens (800 joueurs). Ainsi, Paris qui n’a aucun terrain de golf, a plus de golfeurs que de joueurs de tennis (38 600 contre 34 800 en 1992). Cependant la proportion de licenciés tennis dans la population totale était la plus forte en 1977 (1,1 %) et elle demeure une des plus élevée (2,6 %).

58Le profil socioprofessionnel se caractérise par l’absence d’agriculteurs et la plus faible part d’ouvriers (11 %). Les taux les plus forts des cadres supérieurs (7,4 %), des professions intermédiaires (plus de 10 %), des employés (plus de 14 %) y sont observés. La part de la population active est aussi la plus grande (46,3 % contre 42,7 % pour la France). Il y a une assez bonne corrélation positive entre le pourcentage de population active et la proportion de pratiquants tennis et golf.

4• UN ESPACE TENNISTIQUE CALQUÉ SUR L’ESPACE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL NATIONAL

  • 197 Cf. la carte de l’espace français caricaturé, d’après R. Brunet, et présentée par A. Frémont dans (...)
  • 198 Cf. la carte de la rémunération moyenne par salarié en 1983, extraite de l’Atlas de France du GIP (...)
  • 199 Frémont A. Op. cit., p. 112.
  • 200 Frémont A. Op. cit., p. 113.
  • 201 Pumain D., St-Julien Th. 1990, p. 81.

59La France du tennis ressemble à la France économique et voit se détacher la région parisienne, l’Alsace, la région Rhône-Alpes et la côte méditerranéenne. L’axe du chemin de fer du PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) de la fin du xixe siècle, prolongé par celui des chemins de fer de l’Ouest qui a tant favorisé les échanges et donc la diffusion du tennis entre la capitale, la Normandie et la Côte d’Azur, est encore l’axe qui partage la France en deux197. Au Nord d’une ligne Le Havre-Lyon-Marseille, une France socialement plutôt favorable à la pratique du tennis (la France des hauts revenus)198 et au Sud une France moins favorable, à l’exception des régions urbaines de Nantes, Bordeaux, Toulouse et Montpellier et des régions côtières. En ce qui concerne les zones maritimes, si « les bourgeois français découvrirent les plages au xixe siècle et fondèrent les premières stations », les littoraux des « quatre régions de Provence-Alpes-Côte d’Azur, de Languedoc-Roussillon, d’Aquitaine et de Bretagne accueillent un peu plus de la moitié des journées de vacances d’été des Français auxquels s’ajoutent de très nombreux étrangers européens199.» Ainsi s’explique l’équipement de certains départements côtiers, disproportionné eu égard à leur population et à leur composition sociale. La montagne alpine est aussi devenue « un vaste espace de loisirs200 » d’hiver comme d’été, ce qui a nécessité des équipements nombreux et notamment de tennis pour distraire la masse qui investit la montagne en été. Or ce sont plus particulièrement les classes moyennes qui investissent ces secteurs, alors qu’il semblerait que les ouvriers soient plus attirés par la campagne. Cependant au Nord de la ligne Le Havre-Lyon-Marseille, des poches de faible pratique subsistent tout de même. Elles correspondent toujours à des zones en dépression démographique et à faible taux de population active. Il faut remarquer que tous les départements de faible pratiques sont presque toujours soit ruraux soit ouvriers et situés sur l’autre diagonale qui va des Hautes-Pyrénées à la Meuse, « la diagonale du vide201 », une zone peu dynamique tant démographiquement qu’économiquement.

  • 202 Frémont A. 1988, p. 182.
  • 203 La Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français, réalisée entre novembre 1988 et fé (...)
  • 204 Caritey B. La construction d’une géographie politique sportive. Regards sociologiques, 1994, n ° 7 (...)
  • 205 Bourdieu P. 1979.

60Né en ville, le tennis demeure en France un sport de citadins assez aisés. La bourgeoisie des PME de province et des professions libérales donne le ton entre autres par ses pratiques : « le tennis, le cheval, le golf ou le bateau202.» Les classes populaires semblent peu attirées par sa pratique. Il a des difficultés à pénétrer en milieu rural, même si les équipements sont là203. Pourtant il a réussi à séduire les classes moyennes dont le mode de vie est proche de celui des classes aisées. Pour ces dernières, il entre en concurrence avec le golf qui permet, comme le tennis au début du siècle, de se retrouver entre « gens de la bonne société », maintenant que les clubs de tennis se veulent être ouverts à « tous » et que de ce fait la pratique se transforme ou plutôt que les « bonnes manières » (discrétion, fair-play) se perdent. Car il est bien là le problème du tennis, « sport aristocratique » avec son étiquette qui lui colle à la peau. « On ne peut considérer le processus de diffusion de la pratique sportive dans l’espace géographique comme s’il n’avait aucune incidence sur la pratique. De la même manière que les modalités de pratique sont transformées lorsqu’elles sont appropriées par des groupes sociaux aux caractéristiques nouvelles, elles ne peuvent que subir des transformations comparables dès lors qu’elles diffusent du monde urbain en direction du monde rural204.» Le golf, par sa pratique en milieu naturel, par la sociabilité qu’il favorise, séduit tout particulièrement les cadres qui l’incluent dans leur mode de récupération du stress et dans leur stratégie professionnelle. La preuve en est fournie par la région parisienne qui a proportionnellement le plus grand nombre de golfeurs et de cadres. Ainsi plus le tennis recrute vers les classes moyennes, plus les classes aisées s’en détournent. Le processus de renouvellement du recrutement des sports répond à des mécanismes de distinction et de recréation de différences205.

Notes

190 Courson J.-P. 1990. p. 61-83 et p. 210-236. Pour chaque équipement il n’est indiqué que sa présence ou son absence dans chaque commune. Le nombre réel de terrains ou de salles n’est pas connu.

191 Il s’agit des communes urbaines au sens de l’INSEE : « sont urbaines les communes dont la majorité des habitants vivent dans une agglomération de population de plus de 2 000 habitants. L’aggomération est définie par la continuité de l’habitat. »

192 Pour les terrains de grands jeux, si 88,1 % des communes urbaines sont équipées, ce qui représente 98,4 % de leur population, ce sont 41,1 % des communes rurales (70,3 % de la population) et 38,7 % des communes rurales non-chef-lieu (soit encore 66,7 % de la population de ce groupe). Les terrains de petits jeux ne sont pas loin derrière avec 84,6 % de communes urbaines équipées pour 96,2 % d’habitants ayant accès, et 41,8 % de communes rurales avec 62,3 % de leur population. Ce sont tout de même 40 % de communes rurales non-chef-lieu qui possèdent un terrain de petits jeux, ce qui représente 58,9 % de leur population. Cf. Courson J.-P. 1990, op. cit.

193 Cf. l’annexe 3 qui donne les valeurs pour chaque département.

194 Les catégories socio-professionnelles (CSP) définies par l’INSEE sont : la CSP1, celle des agriculteurs exploitants, la CSP2 qui regroupe les artisans, commerçants et chefs d’entreprise, la CSP3, les cadres, les professions intellectuelles supérieures, la CSP4, qui comprend les professions intermédiaires, la CSP5 qui est celle des employés et la CSP6 celle des ouvriers (y compris les ouvriers agricoles).

195 Ces valeurs sont fournies par l’inventaire communal de 1978 et celui de 1988, qui répertorie tous les équipements et activités des communes. L’inventaire communal ne note que la présence d’un équipement et non pas sa quantité, donc une commune qui possède un terrain où l’on joue au tennis est dite « équipée ».

196 Reneaud M., Rollan F. 1988 ; Dumontier F., Valdelièvre H. 1989 ; Irlinger P., Louveau C. Métoudi M. 1987.

197 Cf. la carte de l’espace français caricaturé, d’après R. Brunet, et présentée par A. Frémont dans son ouvrage, La France. Géographie d’une société, paru en 1988, p. 202.

198 Cf. la carte de la rémunération moyenne par salarié en 1983, extraite de l’Atlas de France du GIP RECLUS, et présentée dans France. Les dynamiques du territoire. sous la direction de R. Brunet et J. Sallois, paru en 1986, p. 229.

199 Frémont A. Op. cit., p. 112.

200 Frémont A. Op. cit., p. 113.

201 Pumain D., St-Julien Th. 1990, p. 81.

202 Frémont A. 1988, p. 182.

203 La Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français, réalisée entre novembre 1988 et février 1989 par Démoscopie auprès d’un échantillon de 5 000 individus de 15 ans et plus, montre bien que la pratique du tennis, comme la pratique sportive en général, augmente avec la taille de la ville et avec le diplôme. Alors que seulement 9 % des pratiquants tennis habitent une commune rurale, 11 % une ville de moins de 20 000 habitants, 12 % une ville de 20 à 100 000 habitants, ils sont 16 % dans une ville de plus de 100 000 habitants, 18 % dans l’agglomération parisienne hors Paris et 20 % pour Paris intra-muros. Par ailleurs, si 4 % des pratiquants tennis n’ont pas de diplôme, 12 % un CAP, 23 % le BEPC, 27 % ont le baccalauréat et 26 % ont fait des études supérieures. Lettre de l’Économie du Sport. 27 juin 1990, no 81, p. 1-2.

204 Caritey B. La construction d’une géographie politique sportive. Regards sociologiques, 1994, n ° 7, p. 85.

205 Bourdieu P. 1979.

Table des illustrations

Titre Fig.10 • LES ÉQUIPEMENTS, LES LICENCIÉS TENNIS ET LA POPULATION EN FRANCE 1977-1990
Légende Sources : Ministère de la Jeunesse et des Sports. 1977, 1990.INSEE. Recensement Général de la Population. 1975, 1990.Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Fig.11 • LES LICENCIÉS TENNIS ET GOLF ET LA SOCIÉTÉ EN 1992
Légende Sources : Ministère de la Jeunesse et des Sports. 1977, 1990, 1994.INSEE. Recensement Général de la Population. 1990.Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig.12 • LA TYPOLOGIE SOCIO-SPATIALE DE LA PRATIQUE DU TENNIS EN 1992
Légende Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search