Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Première partie. Le tennis en France : du jeu aristocratique à la pratique banalisée

Chapitre IV. Les étapes de la diffusion du tennis en France 1913-1992

Texte intégral

  • 154 La principale source pour l’étude de la progression du tennis en France est celle de l’Union des S (...)
  • 155 Archives du Ministère de la Jeunesse et des Sports. DAG 8. Ni la FFT, ni le Ministère ne possèdent (...)
  • 156 Fédération française de Lawn-Tennis. Annuaire de 1929.
  • 157 Thibault J. 1991, p. 146-147.

1Si le développement du tennis est indissociable de l’histoire du sport dans notre pays, son étude particulière est utile car elle explique en partie l’implantation sociale et la géographie actuelle de ce sport. Elle permet de montrer aussi comment un sport d’« élite sociale » est progressivement devenu le deuxième sport pratiqué en club, sinon le premier en et hors structures associatives. La diffusion du tennis en France peut être abordée à partir des associations et à partir des licenciés. La statistique la plus continue et la mieux répertoriée dans l’histoire du sport en général, est celle des associations. C’est donc elle qui va servir de fil conducteur depuis 1913154 jusqu’à aujourd’hui. Les données concernant les licenciés ne sont enregistrées pour l’ensemble des départements au Ministère de la Jeunesse et des Sports qu’à partir de 1977155. À titre de comparaison et de point de repère, le nombre de pratiquants en 1929 qui semble le plus fiable de la période de l’entre-deux-guerres, est utilisé156. Dès le xixe siècle, des associations existent qui portent le nom de sociétés. Elles concernent d’abord les sports hippiques et le nautisme, puis la vélocipédie. Après la défaite de la guerre de 1870, naissent d’abord les sociétés de gymnastique et de tir, avant même celles des « sports anglais ». Toutes étaient soumises à des tracasseries policières puisque le droit d’association n’existait pas. La loi interdisait « les groupes de plus de vingt personnes, sinon après autorisation du gouvernement et aux conditions qu’il plaît à ce dernier d’imposer157. » Toutes proposaient la préparation militaire dans leurs activités, ce qui facilitait les formalités.

  • 158 Le Roux J. 1985, p. 39-43. Il s’agit ici de sociétés civiles athlétiques, qui pratiquent l’athléti (...)

2Une étude, sur les premières sociétés françaises de sports athlétiques affiliées à l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (USFSA), montre qu’en 1900, « les principaux points d’appui du sport civil sont Paris (120 sociétés), Bordeaux et Lyon (10) précédant un deuxième groupe d’environ 5 sociétés à Lille-Roubaix-Tourcoing, Le Havre-Rouen, Caen et Marseille158.» La carte des sociétés scolaires affiliées se superpose aussi à celle des sociétés civiles. En 1895, parmi les sociétés civiles créées avant 1890, 8 déclarent pratiquer, le tennis, 6 la longue paume ou la paume, 6 le football, 5 les sports athlétiques et la course. Parmi celles apparues entre 1891 et 1895, le tennis est cité 13 fois, le football 27 fois, les sports athlétiques ou la course 37 fois. Le tennis est pratiqué dans 19 sociétés créées de 1896 à 1900, mais le football dans 77 d’entre elles, la course dans 58 et les sports athlétiques dans 16. Ainsi à l’aube du xxe siècle, il existait bien des associations en dépit des restrictions liées aux procédures de contrôle lors de leur création notamment.

  • 159 Thibault J. 1991, ibid.
  • 160 Dumons B., Pollet G., Berjat M. 1987, p. 131.
  • 161 Callède J.-P., Dané M. 1991, p. 10.
  • 162 USFSA. Manuel d’exercices physiques. Annuaire 1913 et Code du Lawn-Tennis. Annuaire 1912.

3Mais si les clubs de tennis, comme d’ailleurs les autres clubs sportifs, ont pu rapidement se développer au début du xxe siècle, c’est à cause de la loi du 1er juillet 1901 qui autorise la libre constitution des Associations159. La méfiance du gouvernement était grande envers les groupements à caractère politique et tout groupement était alors surveillé afin qu’il ne s’y déroule pas de réunion politique. Cette liberté obtenue en 1901 était toute relative car la surveillance au moyen d’« indics » infiltrés dans les associations a continué160. La surveillance est assurée par la police municipale en liaison avec les services de la préfecture et l’existence de l’association est conditionnée par la présence de membres d’honneur et de responsables « au-dessus de tout soupçon » envers la République. « L’État exerce ainsi une fonction de prescription qui n’affecte pas directement la dimension culturelle de l’associationnisme sportif161.» En dépit de ces tracasseries policières la loi de 1901 a réellement permis à l’associationnisme sportif de se développer rapidement puisqu’en 1912, l’USFSA compte 1 226 clubs affiliés dont 133 déclarent la pratique du tennis parmi leurs activités162.

1• LA GÉOGRAPHIE DU TENNIS DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE À LA SECONDE (1913-1939) : UNE DIFFUSION SÉLECTIVE

4La géographie du tennis dans le premier tiers du xxe siècle (figures 3 et 4) fait apparaître une France sportive côtière et urbaine. Car le développement du sport en général, est concentré prioritairement dans les régions qui ont, soit une tradition de contact avec l’étranger, comme le Lyonnais, le Bordelais, le Béarn et la Côte d’Azur, soit une proximité avec l’Angleterre, lieu d’origine du sport, comme les côtes de la mer du Nord et de la Manche pour le tennis. Mais aussi, il est présent dans les stations balnéaires et les villes thermales où se concentre la bourgeoisie qui a les moyens de prendre des vacances à une époque où les congés payés n’existent pas, de se soigner et de faire du sport.

  • 163 Roland E. 1992, p. 92-93.
  • 164 Désert G. 1992, p. 102.

5En outre « le sport est né de la grande ville et c’est dans ce cadre qu’il est amené à se développe163 », la diffusion en milieu rural n’intervenant qu’après avoir conquis les centres intermédiaires. Une étude sur les activités sportives en Normandie signale que les clubs sportifs sont d’autant plus nombreux que la zone envisagée est proche de Paris. Si les centres urbains constituent les pôles du mouvement sportif, les gros bourgs et chefs-lieux de canton n’en sont pas exclus164. Le Calvados apparaît en 1914 comme le département le plus sportif de Normandie.

Les débuts du tennis en France 1913-1925 : une France côtière et urbaine

  • 165 Troncin G. Op. cit., p. 51-453.

6La figure 3 permet de visualiser l’extension du tennis d’avant la Première Guerre mondiale jusque durant les années folles et son redémarrage sitôt la guerre finie. Les points de départs sont : les côtes de la Manche et de la mer du Nord, le Nord, la région parisienne, la Bretagne, les Charentes, le Bordelais, le Béarn, le littoral méditerranéen dont surtout les Alpes-Maritimes, la région lyonnaise, la Meurthe-et-Moselle et les Vosges. Après la guerre, ces pôles sont renforcés notamment sur les côtes, ainsi que des secteurs de l’intérieur comme la Loire, le Puy-de-Dôme et l’Allier, les Savoies, les Vosges. Les deux départements alsaciens et la Moselle apparaissent après leur restitution à la France, ainsi que les Ardennes, la Marne et la Haute-Marne. La progression est cependant générale. Alors qu’avant la guerre, 38 départements (selon les frontières de l’époque) n’avaient pas de clubs de tennis, il n’en reste que 14 en 1925. Durant la même période les courts ont presque triplé : si en 1913, 491 étaient répertoriés, en 1925, les clubs affiliés possèdent 1 309 terrains. Les succès de Suzanne Lenglen, tant à Paris dès 1915, qu’à Wimbledon sur gazon en 1919 où elle reste invaincue jusqu’en 1926, ne sont pas étrangers à la diffusion du tennis165.

  • 166 . En 1920, l’USFSA compte 1 525 sociétés rassemblant de 180 000 à 200 000 membres. Callède J.-P. 19 (...)

7Jusqu’en 1920, le tennis fait partie de l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (USFSA), fondée en 1887 par le Racing Club de France, le Stade Français, sous l’égide du Baron Pierre de Coubertin et reconnue d’utilité publique en 1912. Mais en 1920, le sport a pris un tel essor que les structures de l’USFSA ne suffisent plus166. Celle-ci se transforme et décide d’individualiser une fédération par sport. C’est alors qu’est créée la Fédération Française de Lawn-tennis, reconnue d’utilité publique en 1923.

Le développement du tennis en France 1929-1934 : l’enthousiasme généralisé dans « la bonne société »

8La figure 4 permet de faire le point au début de la grande crise économique et avant la Seconde Guerre mondiale, au moment du Front populaire. Il semble que rien n’arrête la marée tennistique. Il faut dire qu’entre 1925 et 1929 les « mousquetaires » ont largement contribué au succès de ce sport et à sa plus grande diffusion un peu partout en France. D’ailleurs après leur victoire en Coupe Davis en 1927, est entreprise à Paris, sur un terrain donné par la ville de Paris, la construction d’un grand stade de tennis, digne de recevoir les plus grandes compétitions internationales, le stade Roland-Garros, achevé en 1928. C’est dire l’enthousiasme suscité par ce sport au niveau national.

Fig.3 • LES DÉBUTS DU TENNIS EN FRANCE 1913-1925

Fig.3 • LES DÉBUTS DU TENNIS EN FRANCE 1913-1925

Sources : Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques. Code Lawn-Tennis. Annuaire 1913
Fédération Française de Lawn-Tennis. Code officiel. Annuaire 1925.
Cartographie : F. ROLLAN

9Mais, encore une fois, la région du Nord, la région parisienne, la Normandie, l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Bordelais, la Côte d’Azur, les Bouches-du-Rhône, le Lyonnais, l’Alsace, les Vosges ainsi que le Puy-de-Dôme et l’Allier sont les principaux leaders en matière de tennis.

10La figure 5 montre la superposition de la France du tennis avec la France où se presse la « bonne société de l’entre-deux-guerres » pour ses loisirs et sa santé, car pour ses déplacements saisonniers, elle demande les mêmes commodités que celles de sa résidence principale. En effet c’est dans les départements où sont installées soit des stations balnéaires (côtes de la mer du Nord à la Méditerranée), soit des villes d’eau (Vosges, Allier, Puy-de-Dôme, Savoie, Haute-Savoie, Pyrénées), que le tennis se diffuse le plus vite. Ce sont aussi des villes où se pressent les étrangers, car les grandes stations jouissent d’une réputation internationale. Des tournois y sont d’ailleurs organisés tous les étés. À côté du tennis de nombreuses activités sportives sont proposées aux vacanciers et curistes : le golf, le tir aux pigeons, les courses de chevaux, parfois même le polo comme à Deauville, le yachting dans certaines stations balnéaires. À la vie mondaine sont aussi associés les casinos qui offrent outre les jeux, des spectacles et des concerts. Le nombre d’équipements pourrait sembler démesuré compte tenu du nombre habituel d’habitants, mais il indique la réputation de la station dont l’activité sportive et culturelle n’est que saisonnière.

11À ces zones, il faut ajouter les départements qui comptent soit une grande ville (Lille-Roubaix-Tourcoing, Strasbourg, Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille), soit une certaine concentration d’entreprises industrielles (Aube), soit des villes de garnison comme dans le Nord-Est de la France. Les capitaux sont là aussi bien pour la construction, l’entretien des terrains que pour la pratique, car le tennis est encore un sport peu accessible aux classes moyennes de la société de cette période. Ce sont les départements de l’Île-de-France, du Rhône et du Bas-Rhin qui ont le plus profité de l’expansion du tennis en doublant le nombre de leurs courts.

  • 167 Désert G. 1992, op. cit., p. 119.

12Dans l’entre-deux-guerres en Calvados, on note que le tennis avec 12,4 % de licenciés, arrive au 2ème rang des sports pratiqués dans les sociétés déclarées après le football (36,5 %)167. Alors que la Côte d’Azur voit se dérouler des tournois l’hiver, les côtes normandes voient affluer les mêmes champions qui viennent disputer des tournois l’été.

Fig.4 • LE DÉVELOPPEMENT DU TENNIS EN FRANCE 1929-1934

Fig.4 • LE DÉVELOPPEMENT DU TENNIS EN FRANCE 1929-1934

Sources : Fédération Française de Lawn-Tennis. Code officiel. Annuaire 1929.
Guide du Tennis 1934.
Cartographie : ROLLAN

  • 168 Rebourgeon P. 1981.

13À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la diffusion du tennis, bien que générale, se fait encore de façon sélective par renforcement de ces points forts. En 5 ans, le nombre de terrains a continué de croître rapidement, puisque la Fédération en recense 1 750 en 1929 et 2 300 en 1934. Parallèlement 200 nouveaux clubs ont été créés. Seuls quelques départements très isolés et très peu peuplés, comme les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence, le Cantal et la Lozère n’ont pas encore de clubs en 1934. Il faut dire que la période est marquée par les exploits des champions français, Borotra, Brugnon, Cochet et Lacoste qui multiplient leurs victoires en France et à l’étranger (Angleterre, États-Unis et Australie) et sur tout type de surface en simple et en double168.

Le sport en général et le tennis en particulier gagnent certains groupements de jeunes

  • 169 Caritey B. 1994, p. 86.
  • 170 Callède J.-P. 1993, op. cit., p. 109.

14Après la Première Guerre mondiale, l’intérêt pour le sport en général s’accroît. En Alsace Caritey montre que dans les campagnes, le sport qui reste limité à la gymnastique jusque dans les années vingt, s’étend au football et au cyclisme uniquement dans les années trente. Si les centres urbains fournissent le plus large éventail de pratiques sportives y compris les sports rares, entre 1922 et 1939, les sports anglais et les sports de montagne gagnent également les centres-relais de l’espace de réseau. « Il apparaît cependant difficile de distinguer ce qui découle de la dynamique propre à l’espace des pratiques sportives de ce qui découle de la dynamique historique du géosystème169.» Avec la diminution du temps de travail et donc l’augmentation du temps libre, l’attrait pour le sport est tel que l’État crée, sous les auspices du Ministère de la Guerre, un Commissariat à l’Éducation Physique, au Sport et la Préparation Militaire170.

  • 171 Callède J. P., Dané M. 1991, op. cit., p. 10.

15Les progrès du tennis durant cette période ne sont peut-être pas à séparer non plus des politiques sportives municipales menées dès 1925 pour démocratiser le sport et atténuer les inégalités sociales. C’est là que de grands équipements sont construits (stade, piscine, gymnase,…)171. Les initiatives publiques ne sont pas les seules. Très tôt les patronages catholiques et les écoles libres ont introduit le tennis parmi les sports pratiqués au sein de leurs associations.

Fig.5 • LE TENNIS ET LES STATIONS THERMALES, CLIMATIQUES ET BALNÉAIRES EN FRANCE EN 1929

Fig.5 • LE TENNIS ET LES STATIONS THERMALES, CLIMATIQUES ET BALNÉAIRES EN FRANCE EN 1929

Sources : Annuaire médical des stations hydrominérales, climatiques et balnéaires de France. 1929
Fédération Française de Lawn-Tennis. Code officiel. Annuaire 1929
Cartographie : F. ROLLAN

  • 172 FGSPF. Annuaire 1937, p. 343-736.

16Les patronages, affiliés à la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France (FGSPF), créée en 1898 et reconnue d’utilité publique en 1932, mènent une politique active d’éducation de la jeunesse ouvrière catholique. Ces patronages qui sont près de 3 000 affiliés en 1937, favorisent un certain nombre d’activités sportives dont l’athlétisme, la gymnastique, le basket, le football, le tennis et le tir, à côté des jeux, de la musique et de la préparation militaire. Plus précisément, 205, soit un peu moins de 7 % offrent la pratique du tennis. Mais ils sont inégalement répartis sur tout le territoire. Dans plus de la moitié des départements, le tennis n’apparaît pas dans les activités des patronages. En revanche cette offre est particulièrement importante à Paris (23 sur les 89 patronages affiliés), dans les Yvelines (16 sur 126), en Maine-et-Loire (18 sur 87) et surtout en Gironde où 43 % des patronages (30 sur 70) proposent le tennis parmi leurs activités172. Des conditions historiques locales ne sont pas étrangères à l’infiltration du tennis dans les milieux populaires. Là où elle existe, la pratique est bien structurée, car dès 1932 la FGSPF a organisé un championnat fédéral par équipe, ce qui prouve bien que le tennis est considéré comme un sport à part entière, que le niveau atteint par les pratiquants est bon et que leur nombre est important.

  • 173 L’UGSEL a été créée en 1908 et elle est une filiale de la FGSPF.
  • 174 FGSPF. Op. cit., p. 737-760.
  • 175 Clément J.-P. 1994, p. 80.

17Les écoles libres ont aussi très tôt introduit le tennis. En 1937, sur les 178 écoles supérieures et secondaires affiliées à l’Union Générale et Sportive de l’Enseignement Libre (UGSEL)173, près de 76 % proposent le tennis parmi les sports pratiqués dans l’établissement174, c’est dire l’avance du système privé catholique. Mais il faut ajouter que les enfants qui fréquentent ces écoles appartiennent à l’élite sociale, ceci pouvant expliquer cela… Dans l’enseignement public, alors que l’Office du Sport Universitaire (OSU) a été créé en 1934, qu’il a été relayé en 1939 par l’Office du Sport Scolaire et Universitaire (OSSU), le sport n’est pas encore légitimé en tant que « support éducatif de l’éducation physique scolaire ». Il faudra attendre les années soixante pour que les sports obtiennent le statut de « pratique universelle175.» En 1994, il faut noter que le tennis est pratiquement inexistant dans les écoles publiques.

2• LA GÉOGRAPHIE DU TENNIS DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE JUSQU’À LA FIN DES ANNÉES SOIXANTE (1939-1969) : UNE CERTAINE STABILITÉ, SINON UNE RÉGRESSION

  • 176 Dumons B., Pollet G., Berjat M. Op. cit., p. 37.

18Jusque-là, l’État se préoccupe peu d’une politique sportive. Certes un sous-secrétariat d’État aux Loisirs et aux Sports est confié à Léo Lagrange en 1936. Mais ce n’est qu’en 1945 qu’un décret institutionnalise la création d’une direction générale de l’Éducation Physique et des Sports au sein du ministère de l’Éducation nationale et qu’aux élections de juin 1946 est fondé un sous-secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports. Une autre période de l’histoire des sports va pouvoir commencer, c’est celle du sport de masse176.

19La figure 6 montre qu’en 1947, en dépit de l’interruption due à la guerre, tous les départements ont au moins un club de tennis. Entre 1934 et 1947, le nombre de clubs a continué d’augmenter à raison de 4,5 % par an (ce qui représente un accroissement relatif de 78,3 %), contre une croissance de 9,1 % par an pour la période 1920-1934 (soit une augmentation globale de 238,2 %), qui a vu s’illustrer les plus grands champions français dans les grandes rencontres internationales. Certains départements ont eu une ascension fulgurante : la Gironde est passée de 20 à 40, le Maine-et-Loire de 5 à 28, la Meurthe-et-Moselle de 5 à 17, le Nord de 20 à 38, l’Oise de 9 à 17, la Seine de 40 à 66, les Yvelines de 11 à 28, la Somme de 7 à 29, les Hauts-de-Seine de 45 à 59…

20Pourtant l’euphorie de la victoire passée, les vingt années qui suivent (1947-1966), sont difficiles pour les clubs. Une réduction de leur nombre (- 20,2 %) est observée jusqu’au début des années soixante. Pour certains départements il continue d’augmenter jusqu’en 1956, chute par la suite, et globalement, en 1966, le nombre de clubs demeure inférieur (-11,6 %) à celui de 1947, même si une reprise (10,8 %) est observée entre 1960 et 1966 (figure 6). C’est la région parisienne qui a été la plus touchée. Ainsi le département de la Seine qui avait 66 clubs en 1947, n’en comptait plus que 38 en 1966, après une chute à 20 en 1956. Durant la même période les Hauts-de-Seine passaient de 59 à 42, la Seine-Saint-Denis de 27 à 20, l’Oise de 17 à 9.

21Les autres régions ont également été touchées : la Gironde qui de 1947 à 1956 était passée de 40 à 55 clubs, n’en a plus que 38 en 1966, les deux Charentes de 24 en 1947 se retrouvent avec 16 clubs en 1966 après un passage à 34 en 1956, l’Isère descend aussi de 18 à 9, la Dordogne de 14 à 7, l’Aisne de 18 à 10. Même les Alpes-Maritimes voient le nombre de clubs décroître de 17 à 13. Toutes les régions sont touchées. Pourtant au milieu de ce marasme, dans les Bouches-du-Rhône le nombre de clubs a augmenté de 25 à 34, dans les Yvelines aussi de 28 à 33, ainsi qu’en Moselle de 11 à 21 et en Meurthe-et-Moselle de 17 à 23 avec un pic à 28 en 1956.

22Les statistiques sur les équipements font malheureusement défaut, ce qui aurait permis de confirmer cette tendance à la baisse, car le sous-équipement sportif est général en France au début des années soixante, alors que la poussée démographique s’amplifie. Même si l’État entreprend de conduire une politique planifiée d’équipements sportifs, le tennis, ne profitant qu’à un petit nombre et toujours muni de son étiquette de « sport aristocratique, sport de riches », est loin d’être une priorité. La vétusté des terrains de tennis par manque d’entretien, faute de moyens, est largement responsable de cette baisse. La demande en courts étant faible, les investissements en équipements sportifs se reportent vers d’autres sports plus en vogue et qui s’adressent à un plus grand nombre.

3• LA GÉOGRAPHIE DU TENNIS DEPUIS LES ANNÉES SOIXANTE-DIX : LE GRAND BOND EN AVANT

  • 177 Ni le Ministère, ni la FFT n’ont de données complètes par département pour la période 1967-1976.
  • 178 C’est à partir des effectifs globaux des licenciés que nous avons fait l’interpolation qui situe l (...)

23C’est la période de l’âge d’or du tennis (figure 7). Contrairement à ce qui a pu être observé durant la période précédente (1947-1966), le nombre de clubs n’a cessé d’augmenter de 1966 à 1990 dans l’ensemble de la France177. Pour situer l’importance du phénomène, l’accroissement annuel du nombre de clubs a été de 11,1 % pour la période 1966-77 et de 10,6 % de 1977 à 1987, avec une accélération entre 1977 et 82, à 13,5 %. Le démarrage se situe bien dans les années soixante-dix178. Même entre 1920 et 1934, l’augmentation annuelle n’était que de 9,1 % par an. Les chiffres sont encore plus éloquents pour les licenciés (annexe 2), puisque pour les 95 départements métropolitains ce sont 12,1 % de plus par an qui sont enregistrés entre 1977 et 87 et 19,2 % entre 1977 et 82. Ainsi entre 1977 et 1987, le nombre total de licenciés est passé de 435 000 à 1 343 000, soit une augmentation de 213,5 %. Le rapport des licenciés à la population totale a triplé en 13 ans (annexe 4). En effet, en 1977 les licenciés ne représentent que 0,8 % de la population totale contre 1,9 en 1982 et 2,4 % en 1990. En 1990, dans tous les départements, cette proportion est au-dessus de 1,1 % et atteint 4,4 % dans les Yvelines, alors qu’en 1977 elle ne dépassait pas 2,1 % (toujours dans les Yvelines). Parmi les bonds les plus spectaculaires, il faut citer l’Ain qui du 49ème rang est passé au 3ème, la Charente-Maritime du 77ème au 9ème, les Landes du 73ème au 4ème, le Loir-et-Cher du 44ème au 10ème, et la Haute-Marne du 71ème au 42ème.

Fig.6 • LA STAGNATION DU TENNIS EN FRANCE 1947-1966

Fig.6 • LA STAGNATION DU TENNIS EN FRANCE 1947-1966

Sources : Tennis. Almanach 1947
Cartographie : F. ROLLAN

L’explosion du tennis en France 1977-1990 : l’âge d’or du développement des clubs

24La figure 7 montre comment, géographiquement, la situation a évolué depuis 1966. La période 1970-90 a été marquée par un renforcement progressif de la région parisienne, du Nord-Pas-de-Calais (le Nord est passé de 39 clubs en 1966 à 115 en 1977 et 209 en 1987), des côtes de la Mer du Nord et de la Manche, de tout l’ouest atlantique (la Loire-Atlantique : 13 clubs en 1966, 71 en 1977, 224 en 1990) dont la Gironde est le principal pôle (38 clubs en 1966, 191 en 1977, 267 en 1987, 1er département français en nombre de clubs depuis 1977), de la Haute-Garonne (18 en 1966, 102 en 1977, 227 en 1987), de la côte méditerranéenne et surtout des Bouches-du-Rhône (34 en 1966, 104 en 1977, 242 en 1987), de l’Isère (9 en 1966, 63 en 1977, 165 en 1987), du Rhône (25 en 1966, 71 en 1977, 213 en 1987), de l’Alsace (Bas-Rhin : 16 en 1966, 59 en 1977, 160 en 1987) et de la Lorraine (Moselle : 21 en 1966, 53 en 1977, 176 en 1987).

25Les années quatre-vingt ont vu se dérouler l’explosion du tennis dans tous les départements. Si les grandes régions urbaines et les stations touristiques sont les grandes bénéficiaires, les zones rurales voient aussi se développer le phénomène tennis avec la création de nombreux clubs. Ainsi le Lot qui avait 13 clubs en 1977, se retrouve avec 43 en 1987 et plus de 380 % de licenciés en plus (716 licences signées en 1977, 3 435 en 1987). Le Gard, 20 clubs en 1966, 118 en 1987 et 534 % de licenciés en plus (1 921 licences en 1977, 12 175 en 1987). Citons encore l’Ain qui passe de 24 clubs en 1977 à 119 en 1987 et de 2 603 licenciés à 17 602 ou encore la Charente-Maritime, 30 clubs en 1977 pour 2 379 licenciés et 179 en 1987 pour 14 088 licenciés.

Un changement de politique de la Fédération Française de Tennis (FFT) et le tennis-passion

  • 179 Giraudo A. 6 février 1993.
  • 180 Maria P, Jolly P., Alteau. 1993, p. 8.

26Pourquoi ce changement du rythme de croissance ? Plusieurs faits sont à mettre à l’actif de cette croissance fabuleuse. Le premier est sans aucun doute dû au changement de politique de la Fédération Française de Tennis (FFT). En 1967 l’équipe dirigeante est remplacée par une nouvelle équipe, plus jeune et plus dynamique. D’abord Marcel Bernard, vainqueur à Roland Garros en 1946, prend la présidence de la FFT de 1968 à 1972. Pendant ce temps, un autre homme prépare aussi l’ère nouvelle du tennis français : c’est Philippe Chatrier qui devient de 1969 à 1972 capitaine de l’équipe de France de coupe Davis, avant de prendre la présidence de la FFT (1972-1993), puis celle de la Fédération internationale (1977-1991) et enfin celle du Conseil professionnel masculin (1979-1985). En 1968, il réussit à faire accepter le tennis open, c’est-à-dire le retour des professionnels dans les grands tournois. C’est ce qui a notamment permis de sauver les Internationaux de France en ramenant dans le stade les meilleurs joueurs et le public179. En mai 1968, Roland Garros devient le cadre du premier tournoi open de l’histoire. Le succès populaire est tel qu’en dépit de la grève des transports près de 100 000 spectateurs se pressent aux Internationaux de France180.

Fig.7 • L’EXPLOSION DU TENNIS EN FRANCE 1977-1990

Fig.7 • L’EXPLOSION DU TENNIS EN FRANCE 1977-1990

Sources : Ministère de la Jeunesse et des Sports. Clubs et licenciés 1977.
Ministère du Temps libre, de la Jeunesse et des Sports. Licences sportives et sections de clubs 1982.
Secrétariat d’État, chargé de la Jeunesse et des Sports. Licences sportives et sections de clubs 1987.
Ministère de la Jeunesse et des Sports. Licences sportives et sections de clubs 1990.
Cartographie : F. ROLLAN

27A partir de 1974 plusieurs grands champions vont passionner les foules et notamment les Français lors de leur participation à Roland Garros. C’est la période de la folie Borg, de Chris Evert, de Martina Navratilova et de leurs rencontres mémorables, de Jimmy Connors, de John Mac Enroe… L’année 1979 marque le début de la médiatisation des Internationaux de France, 1980 voit l’édification d’un central bis qui accueille 4 000 spectateurs supplémentaires et en 1983 Yannick Noah triomphe sur le central de Roland-Garros. Cette victoire enthousiasme les Français et la progression du tennis continue. Cette passion du tennis gagne des pratiquants un peu partout en France y compris dans les départements ruraux. La croissance des licenciés entre 1977 et 1982 est de 19,2 % par an pour la France entière. Ainsi le nombre de licenciés tennis passe de 435 000 à 1 048 000. Il faut parler d’une explosion du tennis en France.

  • 181 Circulaire du 21 novembre 1980 relative à la réalisation de 5 000 courts de tennis, du Ministère d (...)
  • 182 . Pour la même période le taux de féminisation du tennis en République Fédérale Allemande est de 45 (...)

28C’est aussi la période de l’opération « 5 000 courts », à réaliser en cinq ans, lancée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports et la Fédération Française de Tennis. Cette opération prolonge l’action de promotion engagée en 1978 par la convention signée avec la FFT. Elle répond à la demande des clubs affiliés, qui doivent faire face à un afflux de licenciés et elle doit aussi permettre une réelle démocratisation de la pratique du tennis, en favorisant la création de nouveaux clubs, notamment dans les zones rurales181. Elle n’est donc pas étrangère à la pratique accrue du tennis, car il est loin le temps où il suffisait d’un pré dont on coupait l’herbe grossièrement, sur lequel on tendait un filet et où l’on traçait des lignes soit avec des cailloux soit à la chaux. En 1980, des équipements de qualité sont demandés pour toute pratique sportive. Un court abîmé n’attire plus personne. De 1982 à 1987 la croissance se ralentit avec un taux de 5,4 % par an, soit un gain d’un peu plus de 300 000 licenciés. L’année du record des effectifs est 1986 avec 1 391 229 licenciés dont 34,7 % de femmes. Le fort accroissement est d’ailleurs en partie dû à la pratique féminine qui, entre 1975 et 1982, a représenté plus de 37 % des effectifs182. La médiatisation du tennis féminin n’y est sans doute pas étrangère.

La montée des vétérans et du tennis populaire

  • 183 Tennis-info, Bulletin mensuel de la Fédération Française de Tennis, 1989, n ° 207, p. 4.

29La pratique de plus en plus tardive du tennis favorise aussi l’accroissement du nombre des licenciés. Ainsi le nombre des vétérans est passé de 146 300 en 1984 à 183 500 en 1988, soit 25,4 % de plus en quatre ans. En même temps, le tennis a fait une percée étonnante dans le monde du travail puisqu’il est devenu le premier sport corporatif en 1988 avec 53 000 compétiteurs et plus de 10 000 équipes183.

  • 184 Talain C. 1982, p. 12-13.

30Le tennis populaire a aussi gagné du terrain. À titre d’exemple, il faut citer le tennis FSGT (Fédération Sportive Gymnique du Travail) qui, avec comme revendication le slogan, « Tous les sports pour tous », a vu le jour à Antibes en 1978, au sein de l’Avenir Sportif Ouvrier Antibois, après 20 ans de lutte pour la création de terrains municipaux dans une région où tous les clubs en étaient privés. La section tennis de ce club omnisports qui, après deux mois d’existence, comptait déjà 350 membres tous débutants, a d’abord bénéficié de la possibilité d’utiliser un court privé, puis a obtenu de la municipalité la construction de 4 courts en 1979, à usage exclusif du club. En 1981 le club, grâce à une gestion raisonnable, a pu financer deux courts supplémentaires184.

4• LE DÉCLIN RELATIF DES EFFECTIFS DE 1987 À 1992

31Depuis 1987, le mouvement s’est inversé. Le taux annuel observé pour la France entre 1987 et 1990 est de - 0,5 %, mais pour la période de 1987-1992, il est tombé à - 1 %.

  • 185 Ministère de la Jeunesse et des Sports. 1993, Licences sportives et sections des clubs. 1991.

32Comment expliquer la chute relative du nombre de licenciés en tennis depuis 1987 ? Y-a-t-il une réelle désaffection du public pour le tennis ? Le golf est-il le seul responsable ? A l’échelon national le bilan entre 1986 (année de tous les records pour le tennis) et 1992 fait apparaître une perte de 95 059 licenciés. À l’inverse le golf voit ses effectifs augmenter d’un peu plus de 119 000 licenciés. Pour le tennis et le golf, il n’existe pas de licence loisirs. Ce qui est sûr, c’est que le nombre de licences sportives (ouvrant droit à la compétition, ce qui est le cas pour le tennis et le golf) a tendance à diminuer en France depuis 1988185.

La montée du golf en tant que nouvelle pratique distinctive

33L’hypothèse généralement répandue selon laquelle, d’autres sports et notamment le golf (figure 8), attirent des joueurs de tennis n’est pas à négliger. Car le golf semble remplacer le tennis dans l’espace des représentations et des pratiques distinctives. Au moment où le tennis s’est généralisé et a atteint son maximum de pratiquants, le golf a vu ses effectifs progressivement gonfler. Il a aujourd’hui dépassé la barre des 200 000 licenciés. De nombreux sportifs, y compris les tennismen se sont mis au golf. Pour ce sport qui a vraiment décollé en 1987, on remarque sur les greens la même ambiance que celle qui régnait au début du siècle sur les courts de tennis, à savoir une pratique exclusive des classes aisées de la société. Pourtant tout semble être mis en route pour faire aimer le golf au plus grand nombre. Outre la médiatisation récente du golf, l’essai gratuit offert par la Fédération Française de Golf à tous les possesseurs d’une licence sportive 1994 est une tentative supplémentaire pour gagner encore de nombreux pratiquants avec comme accroche : « Le Golf, sport de tous les sportifs » et dans le dépliant est développée l’idée que le golf, c’est le respect (des autres, de l’environnement, de soi-même) et la convivialité (c’est le sport à pratiquer entre amis).

La dynamique des sports en France 1975-1992 : le tennis toujours en haut de l’échelle

  • 186 Bourdieu P. 1987, p. 203-204.

34« Pour comprendre un sport, quel qu’il soit, il faut connaître la position qu’il occupe dans l’espace des sports186. Pour construire cet espace, P. Bourdieu préconise d’utiliser des indicateurs comme par exemple « la distribution des différentes fédérations selon leur nombre d’adhérents ». La figure 9 essaie précisément de faire le point sur l’évolution des licenciés de quelques sports. Tous les sports subissent des fluctuations plus ou moins importantes. Le tennis en fait partie. Il faut donc relativiser la chute de ses effectifs. Si le phénomène de mode existe il faut le différencier d’un phénomène de société. L’ampleur des effectifs laisse à penser que le tennis est réellement un phénomène de société. Si au début du siècle, pratiquer un sport ou plutôt un jeu sportif, était à la mode dans le groupe restreint de l’aristocratie et de la bourgeoisie d’affaires, aujourd’hui, pratiquer un sport régulièrement est considéré par l’ensemble de la société comme une nécessité pour acquérir et ensuite conserver un bon équilibre de vie. La pratique du tennis par sa relative souplesse entre dans ce système. Mais l’offre sportive s’est aujourd’hui considérablement élargie et certains sports sont pratiqués plus particulièrement à certaines périodes de la vie, parfois de façon éphémère, ce qui peut expliquer en partie les fluctuations.

Fig.8 • L’ÉVOLUTION DES LICENCIÉS EN TENNIS ET EN GOLF EN FRANCE DE 1949 À 1992

Fig.8 • L’ÉVOLUTION DES LICENCIÉS EN TENNIS ET EN GOLF EN FRANCE DE 1949 À 1992

Source : Ministère de la Jeunesse et des Sports.
Cartographie : F. ROLLAN

35Les différents sports sont représentés (figure 9) en six groupes : d’un côté, les sports collectifs, les sports individuels et les sports d’opposition ; de l’autre côté, les sports de raquettes, les sports de pleine nature et les sports de glisse. Depuis 1979, le tennis arrive au second rang derrière le football. La 3ème place est occupée par le ski mais celui-ci intègre dans ses effectifs les licences loisirs (carte-neige), ce qui fausse la comparaison. Le judo et le basket se disputent la 4ème place des sports de compétition. Actuellement, la mode est aux sports de pleine nature, aux sports de glisse et aux sports venus des Etats-Unis.

  • 187 Mathieu B. 29 décembre 1992 et 24 novembre 1994 ; Clément G. 22 septembre 1992.

36Dans les sports collectifs, la montée du baseball est étonnante mais se place bien dans la ligne de la mode US des dix dernières années. Sa progression a été de 11,4 % par an, alors que pour tous les autres sports collectifs elle est inférieure à 4 % par an. Le basket, après un creux de 1987 à 1991, bénéficie de l’engouement suscité par les exploits de la « Dream Team » aux Jeux de Barcelone en 1992. Fort de 460 000 licenciés en 1994, il compte chez les jeunes et tout particulièrement chez ceux des quartiers défavorisés des milliers d’adeptes qui répugnent à s’inscrire dans les clubs traditionnels. Ils préfèrent le basket en liberté, sans entraîneur, sans club, sur les « playgrounds » des cités HLM, où 1 000 terrains de proximité ont été construits entre 1991 et 1992 et 500 autres en 1993187.

  • 188 David F. 11 février 1995.
  • 189 Pour le président de la Fédération Française de Cyclisme, « le VTT apporte au cyclisme un esprit c (...)

37Dans les sports individuels, seul le tir à l’arc, pratiqué par les hommes comme par les femmes, a augmenté de plus de 5 % par an. Cette dynamique ascendante est là encore, amplifiée par l’effet olympique, puisqu’après la victoire de Sébastien Flute à Barcelone, le nombre de licenciés est passé entre 1992 et 1993 de 36 800 à 43 673 et qu’en 1994-95 la fédération « frôle les 50 000 licenciés188.» Le cyclisme qui a atteint son maximum en 1980, suivi d’une perte de près de 25 000 licenciés, est en train de regagner des pratiquants, grâce au vélo tout terrain qui représente aujourd’hui le quart des adhérents189.

Fig.9 • LA DYNAMIQUE DES SPORTS EN FRANCE DE 1975 À 1992

Fig.9 • LA DYNAMIQUE DES SPORTS EN FRANCE DE 1975 À 1992

Source : Ministère de la Jeunesse et des Sports.
Cartographie : F. ROLLAN

38Dans le groupe des sports d’opposition, si le judo, 5ème discipline pratiquée, stagne, le karaté qui a connu une croissance fulgurante entre 1975 et 1976, plafonne depuis 1989. Cependant les dix dernières années font état d’une croissance annuelle de 6,1 %. L’escrime, qui s’est maintenue entre 1981 et 1989 autour de 33 000 licenciés, a gagné 9 000 licenciés entre 1989 et 1990, puis 34 000 et 14 000 les années suivantes, soit un accroissement annuel de 10,9 % entre 1983 et 1992.

39Dans le registre des sports de raquettes, le badminton, enseigné de plus en plus dans les établissements scolaires, a la plus forte progression (16,7 % par an), soit 16 000 licenciés supplémentaires entre 1986 et 1992. Il est suivi par le squash (7,7 % par an), qui est actuellement en perte de vitesse. En attirant aussi une partie des joueurs de tennis, le squash a sans doute gagné, entre 1986 et 1990, un peu plus des 7 000 pratiquants officiellement recensés, car pour jouer dans une salle de squash, ni l’appartenance à un club ni la licence ne sont obligatoires. Mais il a reperdu 4 000 pratiquants entre 1990 et 1992. La pelote basque, avec la réémergence des cultures régionales, a gagné près de 3 500 licenciés.

40Toutes les activités de pleine nature ouvertes à la compétition ont un taux d’accroissement annuel supérieur à 5 %. L’équitation et le canoë-kayak sont un peu surévalués par l’existence de licences loisirs. Le golf a une croissance moyenne annuelle de 14,5 % et se veut le sport « branché » dans la bonne société.

41Dans le groupe des sports de glisse, les nouvelles fédérations comme celle de surf et skate et celle de char à voile, ont les taux les plus forts de croissance (respectivement 14,8 % et 11,5 % par an). Mais elles ont aussi les plus faibles effectifs licenciés (moins de 10 000). Le surf et le skate, inexistants en 1975, se sont surtout développés à partir de 1986 avec l’organisation de compétitions internationales en France (en Aquitaine, pour le surf) et ont pu attirer une partie des jeunes qui, jusque-là, jouaient au tennis. Le patinage à roulettes progresse à un taux supérieur à 5 % par an. Les clips américains à la télévision montrant des jeunes sur de nouveaux patins avec les roues en ligne, puis l’arrivée de ce matériel sur le marché français, ont sans doute convaincu un certain nombre de pratiquants en mal de nouveauté.

Une demande pour le sport en « liberté »

42Il faut noter que la plupart des sports qui progressent sont ceux qui peuvent se faire hors structure organisée, bien souvent dans la rue. Si les courses sur routes attirent plus de participants que les stades n’est-ce pas aussi à cause de cela ? Le baseball a commencé en France, dans les terrains vagues autour des cités. Le skate, le patinage se font sur les espaces goudronnés ou pavés des cités. Le basket sous sa forme « libre » ne demande pas beaucoup de place et il est facile d’installer un panier contre un poteau, un mur ou un arbre. Les quelque 6 000 licenciés inscrits à la Fédération Française de Surf et Skate sont loin de représenter le nombre de pratiquants assidus de ces nouvelles disciplines.

43Tout se passe comme si la structure club était trop contraignante pour une pratique entre copains. Ainsi les sports collectifs traditionnels et les sports individuels de « base » ne progressent que faiblement. Dans les sports d’opposition la boxe, la lutte et le judo ont du mal à se maintenir. Le karaté, lui-aussi par l’idéal qu’il incarne, a permis de « récupérer » une partie des jeunes des cités. Le surf et le char à voile se pratiquent aussi généralement hors structure. Il semble que la pression compétition que les clubs ont tendance à faire peser sur les jeunes éloigne très vite une partie d’entre eux de la pratique sportive choisie.

44L’hypothèse, couramment admise, de la capture d’une partie des licenciés tennis par un autre sport, même si elle est vérifiée, n’est pas la seule. Depuis 1985, l’équipement en courts n’a pas été seulement le fait des communes, mais il a pris une forme privée par le biais de l’équipement des résidences ou des lotissements, en milieu urbain et périurbain afin d’attirer des acheteurs potentiels. Ces nouveaux habitants de résidence ou de lotissements n’ont donc plus besoin de s’inscrire dans un club, si leur but n’est qu’une pratique du tennis-loisirs. Enfin l’apparition dans les grandes villes, d’entreprises de loisirs sportifs et avec elle, la création de courts couverts et de plein air en location horaire explique aussi l’évasion d’un certain nombre de licenciés tennis.

45Avec la généralisation des équipements hors clubs, une partie, difficilement chiffrable, des joueurs de tennis-loisirs, ne prend plus la licence, d’où la chute dans les statistiques. Dans la mesure où seuls les clubs organisaient l’ensemble de l’activité de compétition et de loisir, tous les pratiquants étaient, en principe, comptabilisés. Mais une certaine souplesse d’accès ne permet-elle pas justement à un plus grand nombre de jouer au tennis ? L’élargissement à tous ceux qui refusent de se plier en permanence aux règles d’une structure et à tous ceux qui ne pratiquent qu’occasionnellement (lors de vacances,…) et dans des lieux différents est indéniablement un indicateur de popularité de ce sport. Ce processus observé dans le tennis ne procède-t-il pas du même phénomène que celui qui a amené les joggers du dimanche à participer aux courses sur routes alors qu’ils ne se seraient jamais inscrits dans un club pour pratiquer l’athlétisme et s’aligner sur un 10 000 m sur un stade. Le fait d’être inscrit dans un club de tennis ne semble pas procurer la plupart du temps d’avantages particuliers puisque des non-membres peuvent bénéficier de ses prestations (location de courts, leçons particulières et souvent au même tarif que pour les membres,…). La carte à jouer par les clubs serait justement celle de l’offre d’une assistance technique à prix réduit pour leurs adhérents, ce qui contribuerait probablement à récupérer des licenciés. En effet, les aspirations des 4 milions de joueurs de tennis en France, (selon les dernières estimations) ne sont peut-être qu’imparfaitement prises en compte.

Notes

154 La principale source pour l’étude de la progression du tennis en France est celle de l’Union des Sociétés Françaises des Sports Athlétiques (USFSA), puis de la Fédération Française de Lawn-Tennis, qui regroupent les clubs affiliés. D’autres clubs existent, mais en nombre réduit, qui ne sont pas affiliés et qui échappent donc à notre recensement. Le premier annuaire, retrouvé à la Fédération Française de Tennis, qui recense les clubs et les terrains de France et des colonies, date de 1912. Mais présentant beaucoup d’imprécisions, nous avons préféré utiliser celui de 1913, plus complet notamment en ce qui concerne les équipements. Il faut dire que ces annuaires étaient faits à partir des déclarations volontaires des clubs. Des oublis par négligence ont pu se produire et la liste n’est pas toujours exhaustive. Les premiers annuaires, jusqu’en 1930, donnent même le nombre de licenciés. Là encore le plus complet est celui de 1929. Peu fiable pour les autres années nous avons préféré ne pas utiliser cette donnée, qui n’est d’ailleurs plus mentionnée après 1929. À partir de la Seconde Guerre mondiale, ces annuaires n’existent plus et pour la vingtaine d’années qui suit la fin de la guerre, une source privée a été utilisée qui répertorie les clubs uniquement.

155 Archives du Ministère de la Jeunesse et des Sports. DAG 8. Ni la FFT, ni le Ministère ne possèdent de statistiques détaillées par département pour l’ensemble de la France avant 1977.

156 Fédération française de Lawn-Tennis. Annuaire de 1929.

157 Thibault J. 1991, p. 146-147.

158 Le Roux J. 1985, p. 39-43. Il s’agit ici de sociétés civiles athlétiques, qui pratiquent l’athlétisme et des jeux de balle et de ballon. Ne sont pas pris en compte dans l’étude, les sociétés hippiques et nautiques, ni celles de vélocipédie, pas plus que celles de gymnastique qui sont pourtant les plus nombreuses.

159 Thibault J. 1991, ibid.

160 Dumons B., Pollet G., Berjat M. 1987, p. 131.

161 Callède J.-P., Dané M. 1991, p. 10.

162 USFSA. Manuel d’exercices physiques. Annuaire 1913 et Code du Lawn-Tennis. Annuaire 1912.

163 Roland E. 1992, p. 92-93.

164 Désert G. 1992, p. 102.

165 Troncin G. Op. cit., p. 51-453.

166 . En 1920, l’USFSA compte 1 525 sociétés rassemblant de 180 000 à 200 000 membres. Callède J.-P. 1993, p. 111.

167 Désert G. 1992, op. cit., p. 119.

168 Rebourgeon P. 1981.

169 Caritey B. 1994, p. 86.

170 Callède J.-P. 1993, op. cit., p. 109.

171 Callède J. P., Dané M. 1991, op. cit., p. 10.

172 FGSPF. Annuaire 1937, p. 343-736.

173 L’UGSEL a été créée en 1908 et elle est une filiale de la FGSPF.

174 FGSPF. Op. cit., p. 737-760.

175 Clément J.-P. 1994, p. 80.

176 Dumons B., Pollet G., Berjat M. Op. cit., p. 37.

177 Ni le Ministère, ni la FFT n’ont de données complètes par département pour la période 1967-1976.

178 C’est à partir des effectifs globaux des licenciés que nous avons fait l’interpolation qui situe le démarrage dans les années soixante-dix. Cf. figure 8.

179 Giraudo A. 6 février 1993.

180 Maria P, Jolly P., Alteau. 1993, p. 8.

181 Circulaire du 21 novembre 1980 relative à la réalisation de 5 000 courts de tennis, du Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs. Journal Officiel du 12 décembre 1980.

182 . Pour la même période le taux de féminisation du tennis en République Fédérale Allemande est de 45 %, alors que pour l’ensemble des sports, il est de 31 %. Timm W. 1981, p. 28.

183 Tennis-info, Bulletin mensuel de la Fédération Française de Tennis, 1989, n ° 207, p. 4.

184 Talain C. 1982, p. 12-13.

185 Ministère de la Jeunesse et des Sports. 1993, Licences sportives et sections des clubs. 1991.

186 Bourdieu P. 1987, p. 203-204.

187 Mathieu B. 29 décembre 1992 et 24 novembre 1994 ; Clément G. 22 septembre 1992.

188 David F. 11 février 1995.

189 Pour le président de la Fédération Française de Cyclisme, « le VTT apporte au cyclisme un esprit convivial qui commençait à lui manquer ». Chenay (de) C. 18 février 1995.

Table des illustrations

Titre Fig.3 • LES DÉBUTS DU TENNIS EN FRANCE 1913-1925
Légende Sources : Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques. Code Lawn-Tennis. Annuaire 1913Fédération Française de Lawn-Tennis. Code officiel. Annuaire 1925.Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig.4 • LE DÉVELOPPEMENT DU TENNIS EN FRANCE 1929-1934
Légende Sources : Fédération Française de Lawn-Tennis. Code officiel. Annuaire 1929.Guide du Tennis 1934.Cartographie : ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig.5 • LE TENNIS ET LES STATIONS THERMALES, CLIMATIQUES ET BALNÉAIRES EN FRANCE EN 1929
Légende Sources : Annuaire médical des stations hydrominérales, climatiques et balnéaires de France. 1929Fédération Française de Lawn-Tennis. Code officiel. Annuaire 1929Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig.6 • LA STAGNATION DU TENNIS EN FRANCE 1947-1966
Légende Sources : Tennis. Almanach 1947Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig.7 • L’EXPLOSION DU TENNIS EN FRANCE 1977-1990
Légende Sources : Ministère de la Jeunesse et des Sports. Clubs et licenciés 1977.Ministère du Temps libre, de la Jeunesse et des Sports. Licences sportives et sections de clubs 1982.Secrétariat d’État, chargé de la Jeunesse et des Sports. Licences sportives et sections de clubs 1987.Ministère de la Jeunesse et des Sports. Licences sportives et sections de clubs 1990.Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7203/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig.8 • L’ÉVOLUTION DES LICENCIÉS EN TENNIS ET EN GOLF EN FRANCE DE 1949 À 1992
Légende Source : Ministère de la Jeunesse et des Sports.Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7203/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig.9 • LA DYNAMIQUE DES SPORTS EN FRANCE DE 1975 À 1992
Légende Source : Ministère de la Jeunesse et des Sports.Cartographie : F. ROLLAN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7203/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 414k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search