Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Première partie. Le tennis en France : du jeu aristocratique à la pratique banalisée

Chapitre III. Des débuts peu démocratiques

Texte intégral

  • 126 St-Martin (de) M. 1989, p. 22-32.
  • 127 St-Martin (de) M. Op. cit., p. 29-30.
  • 128 Désert G. 1983, p. 253.

1Le tennis au moment où il apparaît en France appartient à la catégorie des « sports nobles »126, comme l’équitation, l’escrime, le tir, le tir aux pigeons, le golf, le polo, le jeu de paume, le yachting. Les clubs ne sont ouverts qu’à un monde choisi. Le tennis est avec l’équitation et le golf, un des rares sports qui puissent être pratiqué par une femme du monde. À la fin du xixe siècle et au début du xxe rares sont les femmes qui osent se montrer en public, sinon celles de l’aristocratie où la séparation des sexes était beaucoup moins forte que dans la bourgeoisie et pour qui les activités sportives constituent un élément d’un style de vie127. Pourtant dès ses débuts, le tennis, à la différence du tir aux pigeons et du golf, donne lieu à des compétitions se déroulant devant le grand public128. C’est sans doute ce qui a permis au tennis de passer d’une pratique aristocratique exclusive à une pratique généralisée que le golf est loin d’atteindre en dépit d’une ancienneté de pratique identique.

1• UN JEU ARISTOCRATIQUE PRESQU’EXCLUSIF

  • 129 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 28-29.
  • 130 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 29.

2Avant même sa naissance officielle en 1874, le jeu qui était pratiqué dans les propriétés particulières et les châteaux était exclusivement réservé à une classe privilégiée de la société. Il était surtout prétexte à des mondanités. Les parties étaient organisées sur invitations. Pour celles-ci, seul le rang social était pris en compte, et non pas l’habileté au jeu. D’ailleurs tout étalage de force physique eût été mal venu dans une société qui prônait la grâce et l’élégance. Même après les débuts de la diffusion du tennis, les Anglais comme les Français maintinrent la discrimination à l’égard des classes populaires en n’acceptant dans leurs clubs que les gens issus de la meilleure société129. Le tennis dès le départ est un sport réservé à l’élite sociale et aucune promiscuité n’était admise. À ce sujet, H. Cochet et J. Feuillet citent l’exemple du club le plus important d’une grande ville française, où le professeur (qui n’avait été engagé qu’après avoir battu le champion du club) se vit affecter une pièce spéciale pour se déshabiller et se mettre en « blanc » avant d’entraîner ceux qui désiraient recourir à ses services. En effet sa présence ne pouvait être envisagée dans le vestiaire réservé aux sociétaires, qui, eux, étaient des gentlemen130.

Photo 12• Le Touquet-Paris-Plage au début du siècle. Les terrains de tennis et la « bonne société ». (Collection F. Rollan)

Photo 13• Royan (Charente-Maritime). Match de double-mixte sur la plage en 1907. (Archives D. Lawton)

  • 131 Fos F. 1903, p. 280.

3De nombreux auteurs du début du siècle présentent le tennis comme un jeu aristocratique, qui peut être pratiqué par tous, hommes et femmes. L. Manaud écrit dans l’Almanach des Sports de 1902, que si on a critiqué le football pour sa violence, la course à pied qui épuise les jeunes gens, il n’est jamais venu à l’idée de personne de critiquer le lawn-tennis, jeu mondain par excellence. Pour Fernand Fos (1903) c’est « un sport élégant et gracieux entre tous131. »

Le Croquet, — jeu de boules assez compliqué, — le Lawn tennis — jeu de paume dont les partenaires sont séparés par un filet, où leurs raquettes vigilantes doivent se garder de laisser choir la balle — sont aussi d’origine anglaise, mais ils ont réussi à s’immiscer dans nos habitudes. Auprès des dames, et surtout auprès des demoiselles françaises, ils jouissent d’une estime égale à celle que leur accordent les blondes misses et les ladies de Hyde Park et de Grosvenor Square. Cet honneur est légitime ; vous en conviendrez, s’il vous arrive, d’assister à leurs jolis ébats, en quelque villa des environs de Paris, sur une plage mondaine ou dans le carrefour paisible des grands bois de Saint-Cloud et de Versailles.
BARRON, L. Les jeux. Jeux historiques, jeux nationaux, sports modernes. Paris : Henri Laurens Éditeur, 1891 (imp.), p. 236.

Photo 14• Bois de Vincennes. Le tennis est aussi pratiqué dans les parcs publics.
(Collection F. Rollan)

Photo 15• Au Mont-Dore station thermale réputée au début du siècle, le tennis est considéré comme un jeu au même titre que le croquet. (Collection F. Rollan)

  • 132 D’après une carte postale retrouvée datant du début du siècle. (Collection F. Rollan).
  • 133 André E. 1907, p. 87.

4Pour Émile André, dans son ouvrage sur l’éducation physique et sportive des jeunes filles, paru en 1907, le tennis est considéré comme un jeu sportif, devenu indispensable de l’éducation mondaine. D’ailleurs le lycée de jeunes filles de Versailles, par exemple, l’enseigne132. Il convient à l’un et à l’autre sexe et ne nuit en rien à la grâce féminine. Il note comme lieu de rendez-vous particulièrement élégant pour les joueurs et les joueuses, le Cercle de l’Île de Puteaux organisé par le vicomte de Janzé. Parmi les « fines raquettes féminines » de Paris, on compte pas moins de 14 titres de noblesse (princesse, comtesse, vicomtesse, baronne, marquise)133.

  • 134 Bidault F. article paru dans la revue Les sports modernes, de mai 1908, in : Le sport à la une (te (...)

5Fernand Bidault écrit dans la revue Les Sports modernes de mai 1908 : « Toutes les personnes de la société élégante sont en train de devenir athlètes, du moins celles qui jouent au lawn-tennis134. » Ainsi à Bordeaux, comme dans les grands clubs parisiens, des équipes féminines de la Société de la Villa Primrose et du Stade Bordelais participent aux compétitions au plus haut niveau dès la première décennie du xxe siècle.

6Dès le début du xxe siècle, le tennis est intégré dans la formation des jeunes filles et des jeunes gens qui fréquentent les meilleurs collèges privés. Il est même reconnu dans les activités physiques de l’école militaire du Prytanée à La Flèche (Sarthe). Parmi les sports anglais, alors à la mode dans la haute société, le tennis est le seul avec le golf, qui puisse être pratiqué par tous et toutes. Son introduction dans les grandes institutions de l’enseignement privé est la preuve qu’on lui reconnait un rôle formateur, pour les fils et les filles de la grande bourgeoisie.

  • 135 L’établissement a fonctionné sur ce principe jusqu’en 1950. Aujourd’hui, il est devenu un centre d (...)
  • 136 Une carte postale représente des adolescents disputant une partie de tennis en aôut 1915. (Collect (...)

7Pourtant dans des conditions bien particulières des jeunes de condition plus modeste découvrent aussi le tennis. Dès le début du siècle, la Fondation Gréran de Pontourny, en Indre-et-Loire, accueille des jeunes Parisiennes issues de milieux ouvriers, (donc sans moyens financiers), en convalescence qui venaient respirer le bon air de la campagne pour se refaire une santé135. Reconnaissant des vertus hygiéniques au tennis, cette institution introduit même une initiation à ce sport. Les jeunes filles qui s’essayaient là au tennis ne faisaient bien évidemment pas de compétition et, sorties de l’établissement, n’avaient pas les moyens d’en continuer la pratique. De même de jeunes garçons qui participent en 1915, à une colonie de vacances de l’œuvre sociale « Le Chantier »136 sur les bords du lac Léman pratiquent ce sport. Ils étaient malgré tout, des privilégiés des classes laborieuses qui avaient goûté aux plaisirs réservés en principe, à l’élite sociale.

Photo 16• La Flèche (Sarthe). Éducation des jeunes militaires par le tennis au début du siècle. (Collection F. Rollan)

Photo 17• Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire). Initiation au tennis de jeunes filles de milieux modestes au début du siècle. (1908).(Collection F. Rollan)

2• UNE PRATIQUE GÉNÉRALISÉE PARMI L’ÉLITE SOCIALE

  • 137 C’est la loi du 23 avril 1919. Depuis la loi du 30 mars 1900, le travail des femmes et celui des e (...)
  • 138 Bredin F. Op. cit., p. 12.
  • 139 Gobert A. Op. cit., p. 1.

8Après la guerre de 14-18, s’impose l’image d’une jeunesse qui se doit d’être sportive. D’ailleurs c’est en 1919, que la journée de travail de 8 heures et la semaine de 48 heures deviennent réalité137 ce qui laisse plus de temps libre. Les corps se libèrent : les robes des femmes se raccourcissent et les corsets disparaissent. « L’accès de tous au sport devint surtout une vraie revendication, portée par le mouvement ouvrier, portée aussi par de Coubertin qui, dès 1919, réclamait des terrains municipaux ouverts à tout-venant, gratuits et dont l’accès ne nécessitait pas l’adhésion à un club138. » Pour André Gobert, champion de France et du monde en 1921, le tennis est en effet pratiqué par tous, jeunes gens ou adultes, femmes ou hommes, forts ou faibles. Dans les châteaux, sur les plages, dans les villes d’eaux, à la montagne, il se trouve des adeptes139. En 1929, la pratique du tennis est loin d’être aussi générale qu’il le laisse entendre, car qui fréquente les plages, la montagne, les villes d’eaux et les châteaux sinon une élite sociale ?

  • 140 Monitor L. 1929, p. 8.
  • 141 Monitor L. Op. cit., p. 9.

9En 1929 Louis Monitor nous indique que le lawn-tennis, venu de chez nos voisins depuis une cinquantaine d’années, les Français se sont engoués de lui, à cause surtout « d’une élégance, toujours recherchée par les désœuvrés d’un certain milieu140. » Ce qui plaisait aussi c’est la terminologie anglaise utilisée qui distinguait les profanes des pratiquants. Plus encore, il était de bon ton de ne pas regarder aux frais inévitables qui étaient attachés à son élégance tels que vêtements spéciaux, raquettes, balles, locations de courts, locations de terrains ou cotisations de sociétés. Et Monitor poursuit : « Le tennis, cependant, s’est démocratisé en ce sens qu’on le joue, maintenant, dans les jardins publics, sur les promenades des petites villes, sur le sable des plages, etc. Presque tout le monde joue au tennis, et c’est tant mieux141. » En fait il ne s’agit pas de « presque tout le monde », mais de « plus en plus de monde » appartenant à l’élite sociale.

  • 142 Callède J.-P. 1993, p. 113-114.
  • 143 Ibid.

10Dans les années vingt, il est très difficile de faire admettre l’ouverture sociale des sports en général, du tennis encore plus. À titre d’exemple, il faut citer, la lutte de 7 ans menée à Bordeaux, entre 1917 et 1924 pour la construction du Parc des Sports de Bordeaux-Lescure, qui comprenait un bâtiment pour la direction, un stade de grand jeu avec gradins et tribunes, une piste cycliste et un quartier des coureurs, un terrain d’athlétisme avec piste en cendrée, 5 courts de tennis, un petit bassin de natation, une salle de culture physique, une piste de bowling, des aires d’entraînement… Ce complexe sportif relève de l’initiative privée, avec le soutien des élites économiques de Bordeaux142. Pourtant cette réalisation a été retardée par l’opposition d’une partie des élites économiques et sportives qui appartenaient à de grands clubs omnisports comme le Stade Bordelais Université Club qui rayonnait sur la ville et craignait une désaffection du public pour son propre stade143.

  • 144 Mortane J. p. 127-136.

11Les succès de la Française Suzanne Lenglen, originaire du département du Nord, qui a gagné son premier match à 12 ans contre une adulte, a remporté 15 championnats du monde sur herbe, autant sur terre battue (dont les 2 premiers – en simple et en double-dames – à 15 ans), 2 championnats olympiques et 19 championnats de France144, ont aussi contribué au développement du tennis parmi les jeunes filles.

Sa valeur a suffi à attirer au tennis une foule qui le considérait jusqu’alors comme un sport mondain, accessible seulement à l’élite. Combien de jeunes gens et de jeunes filles ont consacré leurs efforts à l’art de la raquette dans l’espoir de rivaliser un jour avec leur étonnant modèle : “Pourquoi pas moi ?” se disaient-ils.
Mortane J. La femme dans le sport et l’aviation. Paris, Charleroi : Éditions Dupuis Fils et Cie, p. 136.

  • 145 Troncin G. Op. cit., p. 460.

12En 1961, Guy Troncin écrivait déjà : « On a beaucoup parlé, il y a vingt à vingt-cinq ans, du tennis « sport populaire ». Nous croyons qu'il n'est pas possible de considérer le tennis comme un sport bon marché. Si on veut faire des progrès, il faut jouer avec des bonnes raquettes, avec des balles neuves et sur un très bon court. Or tout cela est cher, et même très cher. »145

  • 146 La Grande Encyclopédie. Larousse, 1976, vol. 19, p. 12118.
  • 147 Callède J.-P. 1987, p. 92.

13Pourtant dès avant la Seconde Guerre mondiale, alors que le tennis est encore peu ouvert, certains, surtout des jeunes, arrivent à se fabriquer des terrains de fortune et à jouer malgré tout dans des prairies grossièrement aménagées, comme au début du siècle et sans tenue spéciale. Peu à peu le tennis semble pénétrer d'autres milieux sociaux. Avec le Front Populaire, la limitation à 40 heures de la semaine de travail, les 15 jours de congés payés par l'employeur146 ont beaucoup aidé à la diffusion d'un sport qui ne nécessitait pas d'aptitudes physiques particulières, qui plus est, sans limite d'âge, et qui pouvait être pratiqué en tout lieu. Les vacances à la mer ou à la campagne pouvaient justement être le lieu d'initiation. Ceci est un processus normal. « Le sport est à l'origine un passetemps de l'aristocratie et de la bourgeoisie. cette forme de loisir intègre ensuite d'autres milieux. Une partie de la moyenne bourgeoisie s'y intéresse et, bien plus tard, employés et ouvriers commencent à se familiariser avec ces pratiques147.

3• UN VIRUS QUI TOUCHE TOUTES LES CLASSES D’ÂGE DE L’ÉLITE SOCIALE

  • 148 Bourdieu P. 1980, p. 192.

14« Les sports "bourgeois" pratiqués principalement pour leurs fonctions d’entretien physique, et pour le profit social qu’ils procurent, ont en commun de reculer bien au-delà de la jeunesse l’âge limite de la pratique et peut-être d’autant plus loin qu’ils sont plus prestigieux et plus exclusifs (comme le golf) »148.

  • 149 Peloux (du) G. 1967, p. 1368.

15Pourtant dès les années trente, le tennis n’est plus seulement un sport d’adultes « bien nés », les jeunes se passionnent aussi pour lui, et peut-être est-ce par là, que passe la voie de la démocratisation. Les jeunes ne ressentent pas comme les adultes les barrières de classe et, plus audacieux, osent s’essayer à une pratique que leurs parents rejettent, parce que réservée à une élite sociale. Gérard du Peloux écrit en 1967 : « le tennis est le sport de tous les âges, de toutes les générations. Il n’est jamais abandonné par ses adeptes atteints d’un véritable virus et il peut être joué à n’importe quelle époque de la vie avec un égal plaisir149. »

  • 150 Peloux (du) G. 1967, op. cit. p. 1370.

16Cependant, pour certains, le tennis nécessite un parcours initiatique et de sa pratique, résulte encore l’appartenance à une caste. « Le tennis est le sport le plus mystérieux qui soit. Celui qui ne parvient pas à en saisir les secrets, à en épouser les finesses, ne réussira jamais à prendre place parmi l’élite, à figurer dans la légende dorée du sphairistike150. »

  • 151 Bourdieu P. 1988, p. 182-183.

17Pour P. Bourdieu le tennis appartient aux sports « chics », comme d’ailleurs l’équitation, le yachting et le golf. Sa pratique « doit sans doute une part de son intérêt, aujourd’hui autant qu’à l’origine, aux profits de distinction qu’elle procure ». D’autres sports sont dits « vulgaires » du fait de leur divulgation, alors qu’à l’origine ils étaient aussi réservés à l’élite. C’est le cas du football151. Le caractère distingué et distinctif est redoublé par le fait que la consommation de spectacles sportifs accompagne la pratique sportive pour le tennis, alors que pour le football elle en est déconnectée. En outre le tennis en tant que sport « distingué » est mieux défini par une image féminine associée à finesse et autorise la pratique mixte, le jeu se déroulant dans des espaces séparés.

  • 152 Peloux (du) G. 1967, op. cit., p. 1368.
  • 153 Giraudo A. 27-28 février 1994, op. cit., p. 2.

18Si sa pratique n’est pas encore généralisée, l’intérêt pour ce sport en tant que spectateur est mondialement reconnu. « Une petite balle blanche qui passe et repasse au-dessus d’un filet, retombe entre les lignes blanches d’un rectangle, suscite de par le monde un engouement assez extraordinaire. Seul le tennis provoque dans toutes les parties du monde et dans les régions les plus diverses de l’univers un tel attrait152 ». « En bref, le jeu " inventé" par Walter Clopton Wingfield a connu un succès auquel il n’aurait pu rêver : sortant du cercle intime de la bonne société, il est devenu l’un des sports professionnels les plus médiatiques sinon populaires153. »

19Il y a tout de même une similitude entre l’« acharnement » des joueurs de paume au xvie siècle et celui des joueurs de tennis pour la diffusion généralisée, l’organisation et la construction de terrains qui autorisent le jeu par tout temps pour éviter tout arrêt d’une pratique qui semble être comme une drogue. Ces constructions demandant un investissement important, et qui plus est, uniquement privé puisque le « sport » étant à peine né au début du xxe siècle, cette pratique ne pouvait être effectuée que par une élite sociale.

20De même la courte paume n’a pu être qu’une pratique aristocratique, alors que la longue paume, qui se jouait en plein air, a pu continuer à être pratiquée par le peuple.

Photo 18• Maynard : Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne). Le tennis : un virus qui touche les gens d’un certain âge (1906). (Collection F. Rollan)

Photo 19• Gradignan (Gironde). Le tennis : un jeu qui amuse aussi les très jeunes. (Collection J.-F. Pée)

Une discipline donnée peut varier selon les temps et les lieux de pratique qui la caractérisent, et donc selon les publics qu’elle intéresse. Son acceptation par un groupe peut infléchir son image initiale et jusqu’aux gestes et aux dispositifs matériels qui la définissent. En outre l’accroissement du nombre de pratiquants d’une discipline s’accompagne généralement d’une diversification sociale des modalités de pratique.
Callède J.-P. L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive. Bordeaux : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987, p. 102.

21La démocratisation du tennis, si elle a eu lieu, ne peut être antérieure à la fin des années soixante-dix, qui a vu l’union des politiques publiques nationales et des politiques lmunicipales pour faire du tennis enfin un sport pour tous. La médiatisation du tennis a largement contribué à la création d’une image favorable de ce sport dans les classes moyennes qui, en dépit des politiques publiques, auraient eu du mal à s’y sentir à l’aise. Le résultat a été un afflux de pratiquants vers cette « nouvelle » pratique sportive, afflux d’abord de la bourgeoisie dans les clubs anciens et réputés de la ville-centre, puis afflux de classes moyennes vers les nouveaux clubs plus ouverts des communes périphériques en cours d’urbanisation.

Notes

126 St-Martin (de) M. 1989, p. 22-32.

127 St-Martin (de) M. Op. cit., p. 29-30.

128 Désert G. 1983, p. 253.

129 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 28-29.

130 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 29.

131 Fos F. 1903, p. 280.

132 D’après une carte postale retrouvée datant du début du siècle. (Collection F. Rollan).

133 André E. 1907, p. 87.

134 Bidault F. article paru dans la revue Les sports modernes, de mai 1908, in : Le sport à la une (textes réunis par). Paris : Lévi et Messinger, 1984, p. 85-86, (coll. Les reporters de l’histoire).

135 L’établissement a fonctionné sur ce principe jusqu’en 1950. Aujourd’hui, il est devenu un centre de formation pédagogique et professionnelle de la DASS pour jeunes filles en difficulté scolaire et familiale entre 15 et 20 ans.

136 Une carte postale représente des adolescents disputant une partie de tennis en aôut 1915. (Collection F. Rollan).

137 C’est la loi du 23 avril 1919. Depuis la loi du 30 mars 1900, le travail des femmes et celui des enfants était de 11 heures par jour et celui des hommes de 12 heures. Le repos hebdomadaire était acquis en 1906, pour les ouvriers mais non pas pour les paysans. La Grande Encyclopédie. Larousse, 1976, vol. 19, p. 12118.

138 Bredin F. Op. cit., p. 12.

139 Gobert A. Op. cit., p. 1.

140 Monitor L. 1929, p. 8.

141 Monitor L. Op. cit., p. 9.

142 Callède J.-P. 1993, p. 113-114.

143 Ibid.

144 Mortane J. p. 127-136.

145 Troncin G. Op. cit., p. 460.

146 La Grande Encyclopédie. Larousse, 1976, vol. 19, p. 12118.

147 Callède J.-P. 1987, p. 92.

148 Bourdieu P. 1980, p. 192.

149 Peloux (du) G. 1967, p. 1368.

150 Peloux (du) G. 1967, op. cit. p. 1370.

151 Bourdieu P. 1988, p. 182-183.

152 Peloux (du) G. 1967, op. cit., p. 1368.

153 Giraudo A. 27-28 février 1994, op. cit., p. 2.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search