Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Première partie. Le tennis en France : du jeu aristocratique à la pratique banalisée

Chapitre II. Des débuts prometteurs, une diffusion rapide

Texte intégral

  • 77 Cochet H., Feuillet J. 1980, p. 26-28.
  • 78 Quidet C. 1976, p. 18-20. L’acte officiel étant établi, il fait éditer, le mois suivant, un mode d (...)

1C’est au major Wingfield que revient l’idée de codifier un jeu, qui se pratiquait un peu partout en Europe entre gens de la bonne société, sur les bases de l’ancien jeu de paume qui avait perdu de son panache avec l’évolution des modes de vie. En effet il semble que plusieurs années avant le dépôt de brevet du major Wingfield, on pratiquait dans des propriétés particulières et des châteaux, en Grande-Bretagne, en France, en Russie et dans d’autres pays, des jeux dérivés de la paume, selon des règles variées77. Mais les historiens anglais contestent au Major Wingfield la paternité du tennis. Selon eux, dès 1858, le Major Harry Gem, clerc à la cour de justice de Birmingham, dessine une sorte de terrain de tennis sur la pelouse de sa propriété d’Edgbaston et pratique en plein air un jeu assez voisin de la longue paume. En 1870, le Major Gem s’installe dans sa résidence de Leamington et y aménage un nouveau terrain que les Anglais qualifient de Lawn-Tennis (traduction : paume de pelouse). En 1872, le Major Gem ouvre son terrain de Lawn-Tennis à quelques amis et un croquis de l’époque témoigne de la réalité du Leamington Lawn-Tennis Club, premier de l’histoire. Le Major Wingfield, pour sa part, pratique également, depuis 1863, une sorte de tennis sur un terrain qu’il a aménagé dans sa résidence de Londres, à Landsdowne House. Si le Major Wingfield l’emporta, dans les mémoires sur le Major Gem, c’est qu’il déposa les principes du jeu au bureau de la commission des patentes78.

photo 2• Berck-Plage (Pas-de-Calais). Au pied du poteau, « la malle du major Wingfield » contenant le matériel. (Collection F. Rollan)

photo 3• La « malle du major Wingfield » de chez Williams (Catalogue Williams 1914). (Collection J.-P. Callède)

  • 79 Quidet C. 1976, op. cit. p. 37.
  • 80 Let. 1907. p. 4-5.

2À peine né le tennis s’organisa. Afin de remédier aux défauts qui se faisaient sentir, de nouvelles règles furent établies et en 1877, en Angleterre, à Wimbledon, eut lieu le premier championnat de tennis organisé par le All England Crocket Club qui, souffrant de difficultés financières, avait dès 1875, développé le tennis, jeu de société qui faisait fureur79. Ce premier championnat reçut 22 compétiteurs. Le deuxième se déroula en 1878 avec 34 compétiteurs80 et ce, avec des règles, à peu près définitivement fixées conjointement par le Marylebone Cricket Club et le All England Crocket Club. Ce dernier avait été créé en 1868, pour jouer au croquet. Mais, le tennis ayant supplanté le croquet, il prit en 1882, le nom de All England Lawn-Tennis and Crocket Club, et depuis 1877, il demeure toujours l’organisateur du tournoi international de Wimbledon.

Au lendemain de la finale de la première édition du tournoi de Wimbledon, qui imaginerait que, cinq générations plus tard, près de quatre cent mille personnes suivraient une compétition sportive retransmise par satellite dans le monde entier ?
GIRAUDO A. Le Monde, 27-28 février 1994, p. 2.

1• IMPORTATION ET ADOPTION DU TENNIS EN FRANCE

  • 81 C’est au Havre que, sous l’influence d’étudiants d’Oxford et de Cambridge, a été fondé le Havre At (...)
  • 82 Sarge J.-P. 1993, p. 72.
  • 83 Sarge J.-P. Idem.

3En France, au Tennis-Club du Havre fondé en 187281, on jouait au tennis dès cette date, dit-on, selon des principes, très proches de ceux que le major Wingfield devait breveter deux ans plus tard. Toutefois, les premiers « courts » furent installés, par de jeunes Anglais en villégiature, sur la plage de Dinard à marée basse, au cours de l’été 187582. Le matériel utilisé sortait d’une malle imaginée par Walter Clopton Wingfield. La malle contenait quatre raquettes de paume légères, une réserve de balles creuses en caoutchouc, un filet avec des piquets et des bandes pour tracer le terrain83.

  • 84 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 229. Il s’agit des propriétés de M. Edouard Lawton et de M. Da (...)
  • 85 Let. Op. cit., p. 14.
  • 86 Decamps D. 1987, p. 13.

4À Bordeaux dès 1875, le tennis était pratiqué entre gens de la bonne société, sur des terrains aménagés dans des propriétés privées84. Par ailleurs, il semble que l’on jouait au tennis à Pau dès 187685. Vers 1880, six terrains probablement grossièrement aménagés, auraient existé sur le terrain de golf de Billère à côté de Pau86 . Mais les deux premiers courts de tennis de France furent construits à Dinard en 1877 par les Anglais qui créèrent le Tennis-Club de Dinard. En même temps, d’autres joueurs britanniques, fondaient à Paris, le Décimal Club, qui disparut quelques années plus tard, mais qui a permis de lancer le tennis dans la région parisienne.

Photo 4 • La propriété des Amy à Royan prêtée pour le championnat de Royan de 1907. (Archives D. Lawton)

  • 87 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 240.

5À Lyon, des hommes d’affaires britanniques introduisirent le tennis en 1878 au parc de la Tête d’Or. Mais, dès 1864, Britanniques et Français avaient ensemble créé un club pour jouer au cricket. La vogue du cricket déclinant, le club menacé de fermeture, fut sauvé par l’admission du tennis, au printemps 1879. Après avoir pratiqué sur gazon, les joueurs de tennis obtinrent deux courts couverts en 1894. En 1898, l’association devint le Lyon’s Tennis Club87 .

  • 88 Bourdon G. 1906.

6Ce n’est qu’en 1886 que fut fondé à Paris le Cercle des Sports de l’Île de Puteaux avec deux courts. Dans l’année, le club enregistra 200 adhésions et en 1900, il en comptait 1 200 et possédait dix courts. Le Racing-Club de France, créé en 1882, eut en 1887 deux courts en gazon, sur la pelouse de la Croix-Catelan, où le club était installé depuis 1886. En 1889, le Racing organisa le premier championnat international de tennis en France. En 1893, il obtint l’installation de tennis couverts à la Galerie des Beaux-Arts, au Champ de Mars, et porta à 5 le nombre de courts à la Croix-Catelan. En 1898 le Racing a 7 courts et plus de 200 joueurs de tennis88 . Créé en 1883 pour la pratique de l’athlétisme et spécialement de la course à pied, le Stade Français installa en 1888 un tennis dans le Jardin des Tuileries. En 1890, l’année qui suivit l’Exposition universelle, le Stade put installer à la Galerie des Machines le premier court couvert de France. En 1891, il en créa trois dans la galerie Desaix. C’est à cette époque que le Tennis-Club de l’avenue Bosquet (terrain couvert), le Tennis-Club du boulevard Lannes et l’Olympique ouvraient leurs portes. En 1895 le Tennis-Club de Paris naissait avec deux courts couverts en parquet et trois terrains en terre battue. La pratique du tennis dans les grands clubs parisiens de sports athlétiques est difficile à maintenir faute de terrains permanents. Ainsi entre 1898 et 1902, le Stade Français qui n’avait aucun court pour jouer en été depuis 1893, absorbe le Messanger Lawn Tennis Club situé près de la gare de Colombes avec 3 terrains en asphalte. En 1902, le Stade Français après avoir obtenu la concession de la Faisanderie dans le Parc de St-Cloud y aménage 5 courts de tennis et un terrain de longue paume qui sera vite transformé en 2 nouveaux courts.

  • 89 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 250.

7Sur la Côte d’Azur, qui à cette époque, ressemblait à une colonie britannique, ce sont des Anglais, les frères Renshaw, qui s’étaient illustrés à Wimbledon en 1881, qui furent à l’initiative de deux premiers courts de tennis. Ils furent construits en 1881, dans le parc de l’hôtel Beau Site, à Cannes. Leur succès fut tel que le nombre des courts se multiplia rapidement sur la Côte et que les champions de tous pays prirent l’habitude de venir tous les hivers pour continuer à jouer et participer aux tournois de Cannes, Nice, Menton, Monte Carlo…89

photo 5• L’hôtel Beau Site à Cannes : le point de départ du tennis sur la Côte d’Azur. (Collection F. Rollan)

  • 90 Bernasconi J., Sartucci A., Cassard B. 1987, p. 165.

8C’est l’époque où les princes russes et la Reine Victoria découvrent la « French Riviera » et son climat. Alors que Monte-Carlo ne possède qu’un seul café en 1885, le lawn-tennis y est introduit en 1886. Le premier « court » est installé sur la pelouse du Tir aux Pigeons. La saison de tir terminée, un filet est tendu et les lignes sont sommairement tracées. Ce n’est qu’en 1893 que sont construits 2 véritables courts avec vestiaire, derrière l’Hôtel de Paris et qu’en mars 1896 a lieu le premier tournoi qui voit la participation de 39 joueurs. Ce tournoi se dispute ensuite tous les ans et rassemble les meilleurs joueurs. En 1906 d’autres courts sont aménagés sur un autre terrain et contribuent durant 15 ans au développement du tennis90 .

  • 91 Quidet C. 1976, p. 46.

9À Nice un groupe d’Anglais, « obtint de la Municipalité la location d’un terrain qui est aujourd’hui la place Mozart. Pour un franc de location par an, les Anglais y construisent des courts et organisent le premier tournoi international de Nice en 189091

Le lieu était sélect, à l’orée de la campagne niçoise. On y venait tout équipé car les vestiaires n’étaient pas encore inventés. Madame jouait en couleur claire et portait un grand chapeau qu’elle tenait d’une main. Sa robe, soigneusement fermée au col et aux poignets, balayait le terrain. La taille de guêpe était de rigueur. Monsieur se présentait en pantalon flottant et portait, sous la jaquette, une chemise à col dur. Mieux que le port des bretelles – qui sentait le débutant – il était de bon goût d’avoir une large ceinture à « poches multiples » où l’on pouvait ranger des objets précieux ou inutiles.
La façon de jouer consistait à avoir l’élégance de ne point paraître produire un effort brutal. La finesse et la précision constituaient les qualités auxquelles se reconnaissait le pratiquant de qualité. Et pour ce faire, il était de bon ton d’user de la raquette « Driva » peu tendue qui coûtait 37,50 F.
QUIDET, C. La fabuleuse histoire du tennis. Paris : Éditions ODIL, 1976, p. 46-47.

  • 92 M’en Avison. 1990, p. 122.

10À Menton, le Menton Lawn Tennis and Croquet Club est fondé en 1901 et organise son premier tournoi international en 190292 .

  • 93 Des jeux de paume sont construits aux Tuileries en 1862 et en 1880, à Cannes en 1875, à Deauville (...)
  • 94 Decamps D. Op. cit., p. 7-13.

11Pau, dans le Béarn, réputée pour la douceur de son climat, accueille aussi les étrangers en hiver. Pau qui se dit « Reine des sports », se doit d’innover pour lutter contre la concurrence des grandes stations comme Nice et Biarritz. Ainsi en 1887, la municipalité accorde à la Société du Jeu de Paume, la concession d’un terrain de 3 000 m2 pour aménager un jeu de paume et 2 terrains de lawn-tennis en terre battue. La paume est redevenue à la mode en France93 et se développe aux États-Unis et en Angleterre. Pau se doit de suivre à défaut d’innover. Le bâtiment du jeu de paume est construit en 1887. Les joueurs de tennis peuvent s’y réfugier en cas de pluie. Si en hiver le jeu de paume n’est fréquenté que par la haute société française et étrangère, du fait des tarifs très élevés, en été, les tarifs s’abaissent pour la société locale. Les sports régionaux (trinquet, pelote à main nue) et le tennis y sont pratiqués. Dix ans après sa création, le jeu de paume recule à Pau, comme ailleurs en France, devant la concurrence du lawn-tennis94 .

  • 95 Désert G. 1983, p. 252.
  • 96 Gobert A. 1929, p. 2-5.
  • 97 Il faut être abonné au casino et payer en plus une cotisation de 30 F pour la saison ou de 20 F pa (...)
  • 98 Le Sporting Club est présidé par le roi de Grèce et le Prince Murat. La cotisation est de 50 F pou (...)

12Le Tennis-Club de Lille date de 1890. À Deauville, dès 1880, les estivants pouvaient jouer au tennis sur les pelouses du casino et sur un terrain spécialement aménagé95 . En 1892 est installé à Étretat un court en terre sur les pelouses de la Passée où venaient jouer Guy de Maupassant et Marcel Prévost. En 1894, le Tennis-Park de Lyon se transporta sur le terrain de courses. À Dinard deux nouveaux courts sont construits. À Étretat, en 1895, se créa le Lawn Tennis-Club qui posséda 9 courts dès sa fondation96 , mais n’était ouvert qu’à un monde choisi97 . À Coutainville est créé en 1898, un Tennis club. À Deauville, le Sporting Club, fondé en 1912 met à la disposition de ses membres dix courts en terre battue et six en gazon98 . Partout dans la décennie qui précède la guerre, le tennis gagne du terrain.

  • 99 Désert G. Ibid.

13Ainsi le nombre des courts augmente rapidement. Dès la fin du xixe siècle, une typologie peut être établie en fonction de leur appartenance : certains appartiennent à des casinos, d’autres à des associations sportives et d’autres enfin à des hôtels99 .

  • 100 Troncin G. 1961, p. 447-464.

14Le premier championnat de France de tennis organisé par l’Union des Sociétés Françaises des Sports Athlétiques (USFSA), fondée en 1887, eut lieu en 1891. Le titre fut remporté par un joueur du Stade Français contre un joueur de la Société de l’Île de Puteaux100.

  • 101 Callède J.-P. 1993, p. 48.
  • 102 Callède J.-P. Op. cit., p. 52.

15À Bordeaux, le Sport Athlétique Bordelais (SAB), fondé en 1892, qui recrute dans les milieux de négociants et de marchands de la vieille ville et qui attire des Anglais employés dans les entreprises portuaires, aménage, sur un terrain loué en 1896 pour pratiquer les sports athlétiques (notamment football-rugby et course à pied), 2 courts de lawn-tennis101. À l’initiative du Stade Bordelais, créé en 1889, pour la pratique des sports athlétiques et affilié à l’USFSA, le premier championnat du Sud-Ouest de tennis (sous l’égide du Comité du Sud-Ouest de l’USFSA) est joué en juillet 1896. Il réunit 10 joueurs dont 4 du Sport Athlétique Bordelais, 4 du Stade Bordelais et 2 du Saint-Georges Athlétic Club de Royan. Les éliminatoires ont lieu sur les terrains du SAB et les finales de simple et de double sur le terrain du Stade Bordelais. Les premiers titres reviennent aux Stadistes. Cinq ans après Paris, le tennis de compétition naît à Bordeaux102.

  • 103 La propriété de la famille Lawton s’appelait La Cruz et celle de la famille Guestier, Bel Sito.
  • 104 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 229.

16Parallèlement, l’activité sportive familiale voyait se développer dans les propriétés privées du bordelais, dont celle d’Edouard Lawton et celle de Daniel Guestier, situées toutes deux à Floirac103, sur la rive droite de la Garonne, la pratique du lawn-tennis entre gens de la bonne société. Elle donna naissance, en 1897, à la Société Athlétique de la Villa Primrose, (SAVP), qui est encore un des plus importants clubs de tennis de France et qui fait de Bordeaux un centre dont l’histoire est inséparable de celle du tennis104. Parmi les membres fondateurs figuraient les meilleurs joueurs de paume, le jeu de paume de Bordeaux étant toujours fréquenté par l’aristocratie du vignoble et la grande bourgeoisie liée au commerce du vin, en étroite relation avec l’Angleterre. Très vite c’est autour de la SAVP que va désormais s’organiser le tennis de compétition à Bordeaux.

17Le tennis était lancé en France et tout de suite c’est l’engouement pour ce sport. En dépit des critiques acerbes formulées dès 1887, contre ce nouveau sport, par Guy de Maupassant, celui-ci fut un des premiers joueurs du court de la Passée à Étretat en 1892… La mode du tennis avait-elle réussi à gagner celui qui cinq ans plus tôt, décrivait ses pratiquants comme des détraqués mentaux ?

  • 105 Chevallier J.-P. 1986. L’affiche de Merlimont date de 1895, les autres de 1900.
  • 106 Callède J.-P. 1987, p. 92

18Dès la fin du xixe siècle et le début du xxe des affiches fleurissent partout qui célèbrent le nouveau jeu et vantent les mérites de tel ou tel équipement en vente chez Tunmer ou Old England, ou encore de tel ou tel site où il est possible de pratiquer le tennis. Ainsi sur les affiches de Merlimont-Plage dans le Pas-de-Calais à 4 km de Berck-sur-Mer ou d’Étretat à 4 heures de Paris par les chemins de fer de l’Ouest, ou encore de St-Raphaël que l’on atteint par le Paris-Lyon-Méditerranée, ou encore de tel grand hôtel comme le Cachat’s-Majestic à Chamonix105, des personnages symbolisant la bonne société sont représentés dont une femme tenant une raquette de tennis. « Chaque discipline sportive, selon les lieux et les moments, selon les époques aussi, s’accompagne d’une image sociale plus ou moins nette qui s’inscrit en outre dans le champ – imaginaire mais assez cohérent – de la pratique sportive106.» Les accessoires, le cadre de la pratique et l’allure de ses pratiquants tels qu’ils apparaissent sur les affiches du début du siècle font du tennis (à côté du golf, du ski et des bains de mer) un signe de distinction sociale.

Autrefois on allait à la mer pour prendre des bains et nager. Aujourd’hui, on vient sur les plages pour se livrer à un exercice d’une nature toute différente et qui ne demande pas le voisinage de l’eau. Du matin jusqu’au soir, on rencontre dans les rues du village marin et sur les routes avoisinantes, dans les prés, par les champs, au bord des bois, partout, des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards, des vierges et des mères de familles déformées par cinq ou six accidents de reproduction ; les hommes vêtus de complets en flanelle blanche, les femmes d’un petit uniforme à jupe courte en flanelle noire et tous portant à la main une raquette.
Cette raquette, l’odieuse raquette, cauchemar affreux, on ne peut faire un pas dehors sans la voir. Tous l’ont au bout du bras du matin jusqu’au soir, ne la quittent pas, la manient comme un joujou, la font sauter en l’air, la brandissent, s’assoient dessus, vous regardent à travers comme derrière la grille d’une prison, ou la raclent comme une guitare. Vous la trouverez dans les maisons, dans toutes les maisons, sur les tables, sur les chaises, derrière les portes, sur les lits, partout, partout…
Après l’avoir vue tout le jour on en rêve toute la nuit, et à travers des songes tumultueux on aperçoit toujours la main, rien qu’une main, immense et folle, agitant, dans le firmament vide, une raquette démesurée.
Ces gens, ces pauvres gens, qui portent ce signe particulier de leur folie comme autrefois les bouffons déments agitaient un hochet à grelots, sont atteints d’un mal d’origine anglaise qu’on appelle le lawn
tennis.
Ils ont leurs crises en des prairies, car un grand espace est nécessaire à leurs convulsions.
On les voit, par troupes, s’agiter éperdument, courir, sauter, bondir en avant, en arrière, avec des cris, des contorsions, des grimaces affreuses, des gestes désordonnés, pendant plusieurs heures de suite, maintenus par un filet qui arrête leurs emportements…
C’est ainsi qu’on s’amuse et c’est pour se livrer à ces crises quotidiennes et convulsives qu’on vient aux bains de mers en l’an1887.
Guy de Maupassant, Gil Blas, 6.9.1887.
cité dans : Le sport à la une. 1870-1914. Textes réunis par Nicole Priollaud. Paris : Liana Lévi, Sylvie Messinger, 1984, p. 83-84, (Les reporters de l’Histoire, no 4).

2• DU JEU AU SPORT : L’ORGANISATION DE CHAMPIONNATS ET DE TOURNOIS RÉGULIERS

19Le vrai démarrage n’est cependant observé en France qu’à partir de 1900. À Paris les clubs se multiplient, alors qu’à Lyon, Bordeaux, Nancy, à Lille, Roubaix, Valenciennes, Tourcoing et sur les plages fréquentées du Nord se créent de nouvelles sociétés. Le mouvement ne fait que s’accroître jusqu’à la Première Guerre mondiale.

  • 107 Fos F. 1903, p. 277-280.
  • 108 Champ P. 1905, p. 330.

20En 1902 des tournois et/ou des championnats ont lieu au Tennis-Club de Paris qui possède des courts couverts, au Racing-Club de France, à la Société des Sports de l’Île de Puteaux, à Monte-Carlo, à Étretat, à Dinard et sur toutes les plages de la Manche dont Boulogne, Le Crotoy, Le Tréport, Mers, Dieppe, Saint-Valéry-en-Caux, Fécamp, Le Havre, Deauville, Trouville, Houlgate…107 L’année 1904 voit la confirmation du développement du tennis dans la région du Nord où des tournois interclubs très nombreux alternent avec les épreuves officielles. La Fédération des Clubs de Tennis du Nord, composée du Lawn-Tennis-Club de Lille, du Tennis-Club de Valenciennes, du Tennis-Club de Lille, du Roubaix-Lawn-Tennis-Club, de la Société des Sports de Douai et du Racing-Club de Roubaix, ainsi qu’en 1903 du Tennis-Club de Denain et de l’Iris-Stade-Lillois, décide de s’affilier à l’USFSA. Cette nouvelle organisation permet aux joueurs de participer aux championnats de l’Union et par là même une diffusion du tennis dans le Nord108. En 1907 sont cités parmi les plus beaux clubs de Paris, le Cercle de l’Île de Puteaux, le Racing-Club, le Stade Français, le Tir aux Pigeons.

  • 109 Gobert A. Op. cit. p. 4-5.
  • 110 D’ailleurs paraît à cette époque le premier numéro de La Santé par les Sports, Revue illustrée d’h (...)
  • 111 Champ P. Op. cit., p. 323.

21Dès cette période, des saisons de tennis se créent avec chaque année de plus en plus de joueurs. Saison d’hiver sur la Côte d’Azur et à Paris sur courts couverts, où le Tennis-Club de Paris, le Sporting-Club de Paris et le Lawn-Tennis-Club de France se partagent les championnats officiels ; saison de printemps, avec les championnats de France au Racing-Club, les Championnats du monde au Stade Français, et les Championnats régionaux dans toute la France ; saison d’été sur toutes les plages fréquentées, dans les villes d’eaux du Centre, de l’Est et du Sud-Ouest, où se jouaient des tournois multiples et répétés109. Les stations balnéaires normandes, à l’égal de celles de la Côte d’Azur, voient s’illustrer les joueurs français et étrangers les plus illustres lors de multiples tournois et championnats qui s’y déroulent en juillet et en août. Il faut dire que la nécessité de faire du sport est à la mode110. Il semble que dès 1904, le Lawn-Tennis a enfin conquis parmi les sportsmen français ses galons de « Sport »111. Or on vient de découvrir que le lawn-tennis est un sport, écrit Fernand Bidault dans Les Sports modernes, en mai 1908.

Photo 6• Les championnats du Monde organisés par l’USFSA sur les terrains du Stade Français à St-Cloud du 1er au 9 Juin 1912. Plus de 4 000 spectateurs y ont assisté. (Archives D. Lawton)

  • 112 Decamps D. Op. cit., p. 13-16.

22Le premier tournoi de tennis organisé à Pau, au printemps 1903, est un succès mondain et voit la participation de joueurs venus de Bordeaux, Biarritz et Cannes. Le tournoi est un tel succès que les adhésions arrivent pour la création d’un club de tennis permanent, qui devient le Tennis et Lawn-Tennis Club, où le jeu de paume ne constitue plus qu’une section du club112.

  • 113 Dès 1905, l’almanach des sports signale l’organisation de championnats régionaux sur les excellent (...)

23À Bordeaux des tournois sont régulièrement organisés par la Société Athlétique de la Villa Primrose (SAVP) et par le Stade Bordelais qui a construit son stade de tennis tout près du domaine de la SAVP113. Tous les joueurs se retrouvent ensuite à Royan pour le Tournoi du Garden Tennis Club à partir de 1912. Ce tournoi de Royan existait avant 1910, mais se déroulait sur la plage, à marée basse, car Royan jusqu’en 1939 restera la plage des Bordelais de la bonne société.

Photo 7• Le tournoi de Royan sur la plage de Pontaillac à marée basse en 1908. (Archives D. Lawton)

  • 114 Le style bordelais était fait des balles coupées, coup qui venait du jeu de paume, auquel les Bord (...)

24La présence d’une forte colonie anglaise à Bordeaux et des liens très étroits avec l’Angleterre, par l’activité portuaire du commerce du vin ont favorisé le développement du tennis comme des autres sports athlétiques ainsi que la création de grands clubs dans la ville, qui, jusqu’en 1914, rivalisent avec les clubs parisiens en tennis, comme en rugby ou en athlétisme. La réputation des joueurs de tennis, est telle qu’on leur reconnaît un style particulier114. Le comportement des Bordelais de la Villa Primrose, qui sont arrivés en finale en simple et en double, aux Championnats de France de première série en 1908, a tellement impressionné les Parisiens qu’ils ont accordé à la SAVP le droit d’organiser les championnats de France en 1909. Le tableau montre que les seuls provinciaux représentés en première série étaient les joueurs de Bordeaux.

Photo 8• Les championnats de France de 1ère série à Bordeaux sur les terrains de la Villa Primrose en 1909. Le tableau et les 4 demi-finalistes (D. lawton et J. Samazeuilh de la SAVP ; Germot et M. Decugis de Paris). (Archives SAVP et D. Lawton)

  • 115 Articles de presse, 1911, 1912. Archives de M. Daniel Lawton.

25La presse de 1911 signale que l’équipe de double, composée de Daniel Lawton et Jean Samazeuilh, (2 joueurs de la Villa Primrose), les 2 seuls représentants de province aux championnats de France a été difficilement battue par les parisiens Gobert et W. Laurentz. Cette même équipe bordelaise, peu après, battait lors de la coupe de Primrose, l’équipe parisienne Germot-Gault, particulièrement réputée. En 1912, lors des championnats de Primrose, l’équipe Lawton-Samazeuilh triomphait encore et était choisie pour représenter la France dans le match France-Belgique115. C’est dire le niveau du tennis bordelais à cette époque.

Photo 9• Deauville : 30 terrains de tennis en 1925. (Collection F. Rollan)

  • 116 Désert G. 1983, op. cit., p. 253.
  • 117 Désert G. 1992, op. cit., p. 114.
  • 118 Désert G. 1992, op. cit., p. 119.
  • 119 Désert G. 1983, p. 253.
  • 120 Le tournoi de 1920 est doté d’un prix de 12 000 F et d’une coupe de 10 000 F pour le champion masc (...)

26Sur le littoral normand la pratique des « jeux sportifs » ou de sports « mondains » est ancienne. Les sociétés sportives qui se créent, ont surtout une activité saisonnière. Après la guerre, rares sont les plages à ne pas posséder de tennis. Le nombre de courts ouverts au public reflète la hiérarchie entre les stations balnéaires. « Aux trente installés, au milieu des années vingt, à Deauville ou aux vingt existant à Dieppe, s’opposent les trois d’Arromanches, en passant par les dix-neuf d’Étretat, les douze du Garden Tennis Club de Cabourg, ou les sept de Saint-Valéry-en-Caux et Granville116.» Entre 1921 et 1941, il faut noter sur le littoral normand un glissement vers l’ouest en faveur des stations balnéaires de la Côte de Nacre entre Orne et Seulles117. Dans les années postérieures à la Première Guerre mondiale, le tennis se développe mais demeure un sport « bourgeois » pratiqué, dans les villes et les stations balnéaires118. Pourtant le tennis est le moins mondain des sports puisque contrairement au tir aux pigeons et au golf il donne lieu à des compétitions qui se déroulent devant le grand public. Ces matchs font partie des « fêtes sportives » par opposition aux « fêtes mondaines » ou aux « fêtes artistiques119.» En 1920, se déroule à Deauville un tournoi international richement doté et en 1923, les épreuves finales de la Coupe Davis, alors que la finale européenne de cette coupe a lieu à Cabourg en 1926120.

  • 121 Let. Op. cit., p. 15.

27La diffusion du tennis est rapide en France. « Aujourd’hui le tennis existe partout où l’on peut planter un filet ; sur nos plages normandes ou bretonnes, dans nos villes d’eau et de garnison, tout le long de la côte d’Azur, été et hiver, partout où se groupent Anglais et Français, surgit un Tennis, aussi populaire chez nous que chez ses inventeurs121. »

  • 122 Gobert A. Op. cit., p. 1.
  • 123 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 30.
  • 124 En 1900, au Canada, le tennis est déjà un sport apprécié et bien organisé, puisqu’il existe des cl (...)

28Pour A. Gobert le tennis est de tous les sports athlétiques individuels récents celui qui s’est développé le plus rapidement et qui est devenu le plus populaire dans tous les milieux. Et il poursuit : « Universellement connu, aimé et pratiqué, il est pour les uns une distraction, un passe-temps, une hygiène, pour les autres un véritable sport122.» Pour H. Cochet et J. Feuillet, « ce qui devait amener le tennis à bénéficier d’une faveur universelle, c’est sa qualité propre, l’intérêt que suscitent chez ses pratiquants les parties les plus modestes, les avantages que les joueurs peuvent en tirer pour leur équilibre et leur santé, le fait qu’on peut y jouer à tout âge, homme ou femme, jeune ou vieux, fort ou faible, en y faisant toujours figure honorable grâce à la possibilité de chacun de compenser partiellement les efforts physiques qui ne peuvent être fournis, par l’intelligence et la tactique123.» Car si le tennis s’est développé rapidement en France, il en a été de même dans d’autres pays comme les États-Unis et le Canada notamment124.

  • 125 Fournier G. 1894, p. 178.

29La relative facilité d’installation d’un court vu le coût des matériaux recommandés et celui de la main-d’œuvre pour le fabriquer au début du siècle, le peu d’exigence des premiers pratiquants, en matière de qualité des terrains, le faible nombre de joueurs pour une partie, comparé aux autres « sports anglais » ont sans doute été pour beaucoup dans la diffusion rapide de ce sport. Tous les manuels du début du siècle spécifiaient que toute surface plane faisait l’affaire, pourvu que l’on dispose d’environ 34 mètres sur 19 mètres125.

Photo 10• L’aménagement d’un court dans une école au début du siècle..
(Collection J.-F.Pée)

Photo 11• Un terrain peu coûteux pour les vacances au Verdon (Gironde) en 1936. (Archives M. Cassou-Mounat)

L'aménagement d'un terrain de lawn-tennis, d'un cours, n'est pas extrêment coûteux, à moins que des terrassements ne soient nécessaires pour rendre le sol absolument plan.
Il faut tout d'abord creuser sur une profondeur de 50 à 80 centimètres et remplir la fouille sur une hauteur de 20 à 50 centimètres par des morceaux de briques ou des plâtras provenant de démolitions. Cette couche est soigneusement pilonnée, puis on achève de remplir par un lit de mâchefer concassé en petits fragments. On arrose et on dame soigneusement. Enfin on établit la couche de couverture, le sol cours. Dans le nord de la France la couche de couverture est généralement faite de résidus provenant de la fabrication de potasse recouverts de brique pilée ou de pyrites de verreries. On emploie utilement de la boue de route soigneusement débarrassée au tamis des cailloux, des morceaux de silex et des débris qu'elle contient. Le sol du cours ainsi terminé donne une surface bien plane et très élastique, mais nécessite des arrosages fréquents (1). On a essayé, pour éviter la poussière, de goudronner le terrain en employant un mélange d'un tiers de sable et de deux tiers de cendres amalgamées avec du goudron (2) ou bien d'étendre à chaud une couche de goudron saupoudrée ensuite de cendre et de sable fin (3). Ces deux procédés ont l'inconvénient, par les chaleurs, de laisser apparaître des taches noires de goudron qui marquent sur les balles. Si on ne dispose pas de boue de routes, on obtiendra de bons résultats d'un cours fait en alternant les lits de briques pilées et de plâtras de démolition sur une profondeur de 40 centimètres successivement roulés et aplanis, en terminant par un lit de 5 centimètres composé d'un mélange de terre de plâtras réduits en poudre et de chaux dans la proportion d'un cinquième de terre, un cinquième de chaux et trois cinquièmes de plâtras. Le tout devra être fortement arrosé au fur et à mesure, et finalement la surface sera recouverte d'une couche de briques pulvérisées mélangée de sable (4). Il existe en France aussi quelques cours en ciment ou en asphalte (5). Ces cours sont fatigants pour les joueurs par suite de leur manque d'élasticité, et les balles y ont un bond très différent. Les cours en gazon, encore en usage en Angleterre, demandent un entretien énorme et sont par suite peu employés en France (6).
Le lawn-tennis se joue également sur des cours couverts, formés d'un plancher aux lames étroites de bois de chêne (7). On a cherché, à l'aide de combinaisons d'éclairage, plafond lumineux, projections électriques, à jouer au lawn-tennis le soir sur des cours couverts, sans obtenir de résultats pratiques, l'ombre portée par les balles dénaturant absolument le jeu.
(1) Cours du Racing-Club de France, du Tennis-Club de Paris.
(2) Cours Tennis-Club de Boulogne-sur-Mer.
(2) Cours Tennis-Club de Boulogne-sur-Mer.
(3) Cours des Lawn-Tennis-Club de Péronne.
(4) Cours de la Société de sports de l'île de Puteaux.
(5) Tennis-Club de Colombes ; (6) Tennis-Club de Dieppe ; (7) Tennis-Club de Paris.
Paul Champ. Lawn-Tennis. In : Les sports modernes illustrés, P. Moreau, G. Voulquin (sous la dir.). Paris : Larousse, 1905, p. 200-206.

Notes

77 Cochet H., Feuillet J. 1980, p. 26-28.

78 Quidet C. 1976, p. 18-20. L’acte officiel étant établi, il fait éditer, le mois suivant, un mode d’emploi de son invention, le jeu de « Sphairistike ». Son invention est protégée pour 3 ans et consiste en un équipement qui comprend : des balles, 4 raquettes, un filet et un mode d’emploi sommaire (dimensions et forme du terrain, du carré de service, hauteur du filet sont précisées). Les règles ne sont pas encore codifiées. Dans la période d’austérité du régime victorien, le Lawn-Tennis encourage mieux la fantaisie que le traditionnel croquet. Wingfield publie en 1875, la liste des personnalités qui ont fait l’acquisition de son « Sphairistike ». En moins d’un an le Lawn-Tennis, appellation préférée à celle de « Sphairistike », conquit ses lettres de noblesse. (op. cit. p. 20)

79 Quidet C. 1976, op. cit. p. 37.

80 Let. 1907. p. 4-5.

81 C’est au Havre que, sous l’influence d’étudiants d’Oxford et de Cambridge, a été fondé le Havre Athletic Club, première association sportive d’avant le divorce du football et du rugby. (Bredin F. 1992, p. 8). Ainsi les relations étroites avec l’Angleterre et sa proximité expliquent la précocité de la création d’un club de tennis au Havre.

82 Sarge J.-P. 1993, p. 72.

83 Sarge J.-P. Idem.

84 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 229. Il s’agit des propriétés de M. Edouard Lawton et de M. Daniel Guestier, toutes deux situées à Floirac, à 4 km de Bordeaux.

85 Let. Op. cit., p. 14.

86 Decamps D. 1987, p. 13.

87 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 240.

88 Bourdon G. 1906.

89 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 250.

90 Bernasconi J., Sartucci A., Cassard B. 1987, p. 165.

91 Quidet C. 1976, p. 46.

92 M’en Avison. 1990, p. 122.

93 Des jeux de paume sont construits aux Tuileries en 1862 et en 1880, à Cannes en 1875, à Deauville en 1876. Decamps D. Op. cit., p. 5-7.

94 Decamps D. Op. cit., p. 7-13.

95 Désert G. 1983, p. 252.

96 Gobert A. 1929, p. 2-5.

97 Il faut être abonné au casino et payer en plus une cotisation de 30 F pour la saison ou de 20 F par mois. Désert G. 1983, op. cit., p. 253.

98 Le Sporting Club est présidé par le roi de Grèce et le Prince Murat. La cotisation est de 50 F pour la saison. Désert G. op. cit., p. 253.

99 Désert G. Ibid.

100 Troncin G. 1961, p. 447-464.

101 Callède J.-P. 1993, p. 48.

102 Callède J.-P. Op. cit., p. 52.

103 La propriété de la famille Lawton s’appelait La Cruz et celle de la famille Guestier, Bel Sito.

104 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 229.

105 Chevallier J.-P. 1986. L’affiche de Merlimont date de 1895, les autres de 1900.

106 Callède J.-P. 1987, p. 92

107 Fos F. 1903, p. 277-280.

108 Champ P. 1905, p. 330.

109 Gobert A. Op. cit. p. 4-5.

110 D’ailleurs paraît à cette époque le premier numéro de La Santé par les Sports, Revue illustrée d’hygiène rationnelle, de médecine naturelle et de développement corporel, annoncée comme « organe de la régénération de la race » dont l’administrateur est le docteur Desbonnet, auteur d’un ouvrage sur les bienfaits de la culture physique.

111 Champ P. Op. cit., p. 323.

112 Decamps D. Op. cit., p. 13-16.

113 Dès 1905, l’almanach des sports signale l’organisation de championnats régionaux sur les excellents courts de la Villa Primrose.

114 Le style bordelais était fait des balles coupées, coup qui venait du jeu de paume, auquel les Bordelais avaient l’habitude de jouer.

115 Articles de presse, 1911, 1912. Archives de M. Daniel Lawton.

116 Désert G. 1983, op. cit., p. 253.

117 Désert G. 1992, op. cit., p. 114.

118 Désert G. 1992, op. cit., p. 119.

119 Désert G. 1983, p. 253.

120 Le tournoi de 1920 est doté d’un prix de 12 000 F et d’une coupe de 10 000 F pour le champion masculin et d’une de 5 000 F pour le champion féminin. Désert G. 1983, p. 254.

121 Let. Op. cit., p. 15.

122 Gobert A. Op. cit., p. 1.

123 Cochet H., Feuillet J. Op. cit., p. 30.

124 En 1900, au Canada, le tennis est déjà un sport apprécié et bien organisé, puisqu’il existe des clubs dans pratiquement toutes les provinces, affiliés à la Canadian Lawn Tennis Association (CLTA), qui organise des championnats nationaux masculins, féminins et juniors. Howell M.L., Howell R. A. 1985, p. 185.

125 Fournier G. 1894, p. 178.

Table des illustrations

Légende photo 2• Berck-Plage (Pas-de-Calais). Au pied du poteau, « la malle du major Wingfield » contenant le matériel. (Collection F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende photo 3• La « malle du major Wingfield » de chez Williams (Catalogue Williams 1914). (Collection J.-P. Callède)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Photo 4 • La propriété des Amy à Royan prêtée pour le championnat de Royan de 1907. (Archives D. Lawton)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende photo 5• L’hôtel Beau Site à Cannes : le point de départ du tennis sur la Côte d’Azur. (Collection F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Photo 6• Les championnats du Monde organisés par l’USFSA sur les terrains du Stade Français à St-Cloud du 1er au 9 Juin 1912. Plus de 4 000 spectateurs y ont assisté. (Archives D. Lawton)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Photo 7• Le tournoi de Royan sur la plage de Pontaillac à marée basse en 1908. (Archives D. Lawton)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Photo 8• Les championnats de France de 1ère série à Bordeaux sur les terrains de la Villa Primrose en 1909. Le tableau et les 4 demi-finalistes (D. lawton et J. Samazeuilh de la SAVP ; Germot et M. Decugis de Paris). (Archives SAVP et D. Lawton)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 9• Deauville : 30 terrains de tennis en 1925. (Collection F. Rollan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Photo 10• L’aménagement d’un court dans une école au début du siècle..(Collection J.-F.Pée)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Photo 11• Un terrain peu coûteux pour les vacances au Verdon (Gironde) en 1936. (Archives M. Cassou-Mounat)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7194/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search