Version classiqueVersion mobile

Tennis

 | 
Françoise Rollan
, 
Martine Reneaud

Première partie. Le tennis en France : du jeu aristocratique à la pratique banalisée

Le tennis en France du jeu aristocratique à la pratique banalisée

Texte intégral

C’est que le corps sportif est un corps social qui n’est lui-même pas sans rapport avec le corps productif et ses lentes métamorphoses sous l’effet de la mécanisation puis de l’automation. Il est aussi une image du corps à laquelle s’agrègent mille représentations diffuses, mille significations qui, à certains moments, basculent.
Frédérique Bredin. L’onde de choc du sport moderne. Pouvoirs, 1992, no 61, p. 17.

  • 57 Ministère de la Jeunesse et des Sports. Tome introductif. Avril 1994, p. 8 et p. 12.

1Avec 1 317 319 licenciés, le tennis est aujourd’hui, le second sport pratiqué en France, après le football (1 896 974 licenciés), et très loin devant le ski (3ème rang avec ses 625 683 pratiquants), la pétanque (476 840 licenciés), le basket-ball (432 588 licenciés) et le judo (419 056 pratiquants)57. Après des débuts dans des milieux socio-spatiaux sélectionnés, à la fin du xxe siècle, il est pratiqué dans tous les départements et dans toutes les classes sociales même si certaines ne le font que timidement.

2Inspiré de la paume et introduit en France par les Anglais, dans le dernier quart du xixe siècle, le tennis ou plutôt le lawn-tennis, fait ses débuts dans les milieux aristocratiques et bourgeois exclusivement. Dès ses débuts, le tennis est pratiqué indistinctement par les hommes comme par les femmes de la bonne société. C’est ce qui fait sa différence avec les sports comme le football, le rugby ou la course à pied qui se développent en même temps et qui sont eux, essentiellement masculins. Comme la paume au Moyen-Âge, le tennis a tout de suite suscité l’engouement. Cependant il est resté longtemps réservé à une élite sociale. Sa pénétration dans les classes moyennes est récente et sa percée dans les classes les plus modestes commence juste avec la multiplication de terrains et de clubs municipaux, accessibles au plus grand nombre. Même si aujourd’hui, il est possible de jouer au tennis à peu près n’importe où, la géographie de la pratique du tennis en France est encore marquée par l’existence de différences socio-spatiales, liées à la domination plus ou moins grande des classes les plus aisées dans certains départements.

Notes

57 Ministère de la Jeunesse et des Sports. Tome introductif. Avril 1994, p. 8 et p. 12.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search