Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Deuxième partie. Le patrimoine éducatif exploré par les historiens

Chapitre 11. Les objets de l’école, xixe-xxe siècles

Une approche matérielle de la culture scolaire

Renaud d’ Enfert

Texte intégral

  • 1 Bresler Henri, « Du tableau noir au tableau vert de l’école, ou l’histoire du mobilier scolaire », (...)
  • 2 Jacquet-Francillon François, Instituteurs avant la République. La profession d’instituteur et ses r (...)

1Si les ouvrages pédagogiques et les manuels scolaires constituent une part du patrimoine éducatif français amplement exploitée par les historiens de l’enseignement, force est de constater, en revanche, que les objets matériels qu’utilisent, manipulent ou seulement côtoient quotidiennement les enseignants comme les élèves n’ont pas connu le même succès auprès des historiens. Pourtant, l’école, la salle de classe, recèlent tout un ensemble d’objets – mobilier, matériel pédagogique ou didactique, fournitures, etc. – qui composent, avec les locaux scolaires, le cadre matériel de l’enseignement et des apprentissages dont ils sont pleinement partie prenante. Comment ces objets – et lesquels – ont-ils pénétré l’école ? Où sont-ils conservés ? Dans quelle mesure leur étude peut-elle contribuer à l’histoire de la culture scolaire ? En nous concentrant plus particulièrement sur le xixe siècle et le début du xxe, nous nous attacherons à restituer, dans ses grandes lignes, l’évolution de l’équipement des locaux scolaires, avant d’esquisser quelques directions de recherche susceptibles, non seulement de valoriser cette part essentielle du patrimoine scolaire, mais aussi d’envisager une histoire de l’enseignement soucieuse d’appréhender la dimension matérielle du quotidien des classes. Le xixe siècle correspond en effet à un mouvement de fond d’aménagement et d’équipement des locaux scolaires – et notamment des salles de classe – mais aussi à la mise la place d’un système de normes régissant les dispositifs matériels de l’enseignement. Le développement d’un enseignement collectif plutôt qu’individuel, son élargissement à de nouvelles matières scolaires, le renouvellement des méthodes, les évolutions techniques, le contrôle de plus en plus serré de l’État, sont autant de facteurs qui font que, tant dans le primaire que dans le secondaire, la salle de classe de la fin du xixe siècle n’a plus grand-chose à voir avec celle du xviiie siècle1. En même temps qu’elle devient un espace ordonné, celle-ci se remplit progressivement d’objets divers – mobilier scolaire, matériel d’enseignement – qui tendent à se normaliser, mais aussi, pour partie, à se spécialiser2.

Mobilier et matériel scolaires : l’impulsion de l’enseignement mutuel (1815-1830)

  • 3 Jomard Edme-François, Abrégé d la méthode des écoles élémentaires ou Recueil pratique de ce qu’il y (...)
  • 4 Lamotte Louis, Meissas Achille, Michelot Auguste, Manuel des aspirants aux brevets de capacité de l (...)

2C’est essentiellement à partir de la Restauration que les acteurs de l’éducation commencent à se préoccuper du matériel d’enseignement et de l’équipement des écoles et des classes (voire des élèves). Porté par la vogue de l’enseignement mutuel à partir de 1815 puis par la loi Guizot de 1833, le développement de l’instruction primaire s’accompagne d’une prise en charge de ses aspects matériels, considérés comme essentiels pour la bonne marche de l’enseignement. Le système d’enseignement mutuel promu par la Société pour l’instruction élémentaire, qui vise à confier plusieurs centaines d’élèves à un seul maître secondé par des moniteurs, repose en effet sur une organisation et des dispositifs matériels strictement codifiés. L’Abrégé de la méthode des écoles élémentaires d’Edme-François Jomard, l’un de ses principaux promoteurs, comme le Guide de l’enseignement mutuel du docteur Bally fournissent ainsi les caractéristiques des objets dont les salles de classes doivent être pourvues – et qui y pénètrent effectivement –, mobilier scolaire et matériel d’enseignement formant à leurs yeux un tout indissociable3 : bancs et pupitres, dont les dimensions et l’agencement sont précisées, mobilier spécial pour le maître, mais aussi divers matériels à usage pédagogique, tels que crayons et ardoises – celles-ci peuvent incrustées dans les pupitres –, plumes, encre et papier pour les élèves les plus avancés, baguettes et signaux (ou « télégraphe ») pour les moniteurs, tringles de fer cintrées pour le travail (debout en groupes) aux « cercles » (ou « demi-cercles »), pendule pour régler l’enchaînement des exercices, etc. L’utilisation de « tableaux », sortes d’affiches imprimées fixées au mur ou sur des panneaux mobiles, pour l’enseignement de la lecture et de l’arithmétique, mais aussi des matières nouvelles comme le dessin linéaire ou la géographie (ce qui n’exclut pas l’usage de livres pour la lecture à haute voix), constitue par ailleurs une alternative économique à l’emploi de manuels scolaires. Au total, c’est l’espace de la classe tout entier qui est mobilisé, en vue d’exposer aux yeux des élèves les objets de leurs apprentissages. Comme le recommande le Manuel des aspirants aux brevets de capacité de l’enseignement primaire, « les murs de l’école [mutuelle] doivent être utilisés ; ils offriront sans cesse aux yeux des enfants les voyelles ou signes des sons, les neuf premiers chiffres, des sentences remarquables, et les cartes murales de la France, de l’Europe et de la mappemonde ; ces cartes, de la plus grande dimension qu’il sera possible, serviront à l’enseignement de la géographie4. »

  • 5 Conduite des écoles chrétiennes, divisée en trois parties, s. d. Manuscrit français 11759 [dit de 1 (...)
  • 6 De La Salle Jean-Baptiste, Conduite des écoles chrétiennes, Paris, Moronval, 1828, p. 72
  • 7 « Rapport fait par M. Francœur à la Société d’instruction élémentaire, sur l’enseignement du dessin (...)
  • 8 Nicolas Gilbert, Le Grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris (...)
  • 9 Sarazin Louis-Charles, Manuel des écoles élémentaires, ou Exposé de la méthode d’enseignement mutue (...)
  • 10 Chalopin Michel, L’Enseignement mutuel en Bretagne. Quand les écoliers bretons faisaient la classe, (...)
  • 11 Lamotte Louis, Meissas Achille, Michelot Auguste, op. cit., p. 341 et 352. Notons que la Conduite d (...)

3Les promoteurs de l’enseignement mutuel ne sont pas les seuls à s’intéresser aux aspects matériels de l’enseignement. Les écoles dirigées par les Frères des écoles chrétiennes, qui pratiquent l’enseignement « simultané », sont également concernées. Les éditions contemporaines de la Conduite des écoles chrétiennes, qui en régit le fonctionnement, renferment un chapitre, en réalité fort ancien puisqu’il date de l’édition princeps de 1720, intitulé « De la structure, de l’uniformité des écoles [chrétiennes] et des meubles qui y conviennent », ainsi qu’une annexe spécialement consacrée aux « meubles classiques » à partir de 1823. Si les écoles chrétiennes – et plus généralement les écoles dites simultanées – apparaissent moins gourmandes en mobilier et matériel scolaires que l’enseignement mutuel, elles prescrivent en revanche un élément de mobilier qui devient progressivement un objet incontournable de l’enseignement collectif au cours du xixe siècle : le tableau noir. Originellement dévolu à l’enseignement de l’arithmétique – un manuscrit de la Conduite du début du xviiie siècle prévoit à cet effet une « table » accrochée au mur et comprenant deux pans « peints en huile de couleur noire afin qu’on puisse écrire les règles dessus avec de la craie5 » –, celui-ci voit son usage étendu à d’autres disciplines et généralisé au-delà des écoles chrétiennes. « Le maître expliquera les règles et les principes de l’écriture, et en donnera les démonstrations sur le tableau d’arithmétique au commencement de l’écriture du matin », indique ainsi l’édition de 1828 de la Conduite des écoles chrétiennes6. La méthode de dessin linéaire introduite à partir de 1819 dans les écoles mutuelles recommande quant à elle, entre autres choses, que les élèves « dessinent debout sur un tableau noir, rangés comme dans les demi-cercles de lecture7 ». Mais c’est surtout après 1830 que le tableau noir commence véritablement à se répandre dans les salles de classe. Comme le souligne Gilbert Nicolas : « Le tableau noir naît vraiment sous la monarchie de Juillet8. » Outre les nouvelles éditions de la Conduite des écoles chrétiennes, qui en précisent les usages, le Manuel des écoles élémentaires de Louis-Charles Sarazin, qui codifie alors l’enseignement mutuel, préconise à son tour l’emploi de tableaux noirs9. En Bretagne, par exemple, ceux-ci commencent à apparaître dans les écoles mutuelles à partir de 183310. Il semble toutefois que les normes d’usage soient nettement différenciées selon le mode d’enseignement suivi : tableau unique placé près du maître dans les écoles simultanées ; tableaux en nombre égal aux nombres de cercles – et placés en leur centre – dans les écoles mutuelles11.

  • 12 Lorain Paul, Tableau de l’instruction primaire en France, Paris, Hachette, 1837, p. 117.
  • 13 De La Salle Jean-Baptiste, op. cit., p. 189.
  • 14 Circulaires du 1er décembre 1838, dans Circulaires et instructions officielles relatives à l’instru (...)
  • 15 Bulletin de la Société pour l’instruction élémentaire, t. 8, no 91-92, juillet-août 1836, p. 269 et (...)
  • 16 Une description en est donnée par l’inspecteur général Jean-Jacques Rapet dans le Journal des insti (...)
  • 17 Maire Simon, « Escalier métrique », dans Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’i (...)

4L’introduction du système métrique décimal, porté en 1833 au nombre des matières de l’instruction primaire élémentaire et dont l’usage exclusif devient obligatoire à partir de 1840 (loi du 4 juillet 1837), le développement parallèle de l’enseignement du dessin linéaire, qui permet une initiation précoce à la géométrie, conduisent par ailleurs à l’introduction d’objets de démonstration destinés à en faciliter l’apprentissage : tableaux représentant les différentes mesures métriques, collections de poids et mesures, instruments de géométrie, séries de solides géométriques en bois ou en plâtre, pénètrent les établissements primaires. Une fois encore, la nécessité d’un apprentissage par les sens – tant tactile que visuel – est invoquée. Il apparaît essentiel d’enseigner le système métrique « en mettant sous les yeux et entre les mains des élèves, des modèles de mesures et de poids légaux dont le maniement journalier leur rend cette connaissance sensible et familière12. » C’est ainsi que l’édition de 1837 de la Conduite des écoles chrétiennes prévoit, pour les « grandes classes » : « une toise divisée ; un pied ; l’aune du pays ; un mètre divisé ; un litre cylindrique ; un décimètre et centimètre cubiques en fer-blanc ; un grand compas ; une équerre et un rapporteur de grandes dimensions13. » En 1838, le ministère de l’Instruction publique fait envoyer dans chaque école normale d’instituteurs une « collection de tous les poids et mesures métriques » confectionnée par Parent, balancier-mécanicien à Paris, ainsi que des tableaux de système métrique pour les écoles primaires14. Du matériel spécifique pour l’enseignement du dessin linéaire et/ou de la géométrie fait également son apparition. À Paris, par exemple, le comité d’instruction primaire décide, en 1836, de compléter les instruments usuels de dessin linéaire en usage dans les écoles de la ville avec « un niveau d’eau, une équerre de maçon et une collection des étalons des diverses mesures usitées » ainsi qu’avec un « choix de solides de géométrie » – ceux-ci seront réalisés en carton-pierre15. Des appareils (ou des meubles) spécialement dédiés à l’apprentissage du système métrique, par la vue ou la manipulation des mesures usuelles (ce que ne permettent pas les tableaux), verront ensuite le jour sous le Second Empire, comme le « Nécessaire métrique » conçu par l’inspecteur primaire Carpentier16 ou encore l’« Escalier métrique » de l’instituteur parisien Auguste Demkès, sorte d’armoire composée de quatre marches, qui « met constamment sous les yeux les mesures métriques et, par leur disposition, montre clairement leur concordance17 ».

Vers une réglementation officielle (années 1830-années 1860)

  • 18 Notons que le matériel scolaire fait aussi l’objet d’une attention particulière lors de l’enquête G (...)
  • 19 Arrêté du 25 avril 1834, Bulletin universitaire, t. 3, 1832-1843, p. 435.
  • 20 Bouillon Auguste, De la construction des maisons d’école primaire, Paris, Hachette, 1834.
  • 21 Lamotte Louis, Meissas Achille, Michelot Auguste, op. cit., p. 340.

5C’est précisément dans les années 1830, à un moment où le ministère de l’Instruction publique déploie un important effort en faveur des constructions scolaires, que l’équipement des classes commence à être encadré par l’administration scolaire. Le Statut sur les écoles primaires élémentaires communales, du 25 avril 1834, lance le mouvement. Son article 12 porte tout spécialement sur le matériel scolaire18. Il prend acte des évolutions depuis près d’une vingtaine d’années : « Il y aura dans toute école au moins un grand tableau noir, sur lequel les élèves s’exerceront à écrire, à calculer ou à dessiner. Sur une portion de mur appropriée à cet effet, ou sur des tableaux mobiles, seront tracées les mesures usuelles, la table de multiplication, la carte de France, la topographie du canton19. » Des publications, que l’on peut qualifier de semi-officielles – elles sont notamment éditées par le libraire Louis Hachette, proche de Guizot –, paraissent parallèlement en direction des instituteurs et/ou des administrateurs locaux, contribuant également à établir les normes d’équipement des écoles. C’est le cas par exemple de l’ouvrage de l’architecte Auguste Bouillon sur la Construction des maisons d’école primaire, qui comprend de longs développements sur le mobilier scolaire ainsi que sur le matériel de gymnastique qu’il préconise d’y installer20. Il en va de même du Manuel des aspirants aux brevets de capacité, dont le chapitre « Méthodes d’enseignement » décrit aussi bien le matériel nécessaire à une école mutuelle que celui convenant à une école simultanée, « sans doute moins dispendieux, mais indispensable pour maintenir l’harmonie des exercices21 ».

  • 22 Instructions du 31 octobre 1854, dans Gréard Octave, La Législation de l’instruction primaire en Fr (...)
  • 23 Circulaire du 17 août 1851, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 3, p. 483.
  • 24 Ibid. Pour des adaptations locales du règlement de 1851, voir Archives nationales, F/17/10351-10355 (...)

6Les années 1850 ouvrent le temps d’un encadrement plus serré de l’équipement des écoles primaires. La question matérielle apparaît de plus en plus décisive : « Le défaut d’espace […], l’absence de mobilier d’enseignement indispensable risquent de paralyser les efforts de l’instituteur dévoué, et le maître négligent allègue ces motifs comme des excuses pour expliquer la situation peu satisfaisante de son école », explique une instruction de 185422. La loi Falloux du 15 mars 1850 impose à chaque commune de fournir aux instituteurs non seulement un « local convenable » pour la tenue de l’école, mais aussi « le mobilier de classe ». L’année suivante, un règlement modèle pour les écoles primaires, destiné à servir de base pour la rédaction des règlements scolaires départementaux, en donne le détail : « Les tables, en plan légèrement incliné, devront être larges d’environ quarante centimètres et ne contenir qu’un rang d’élèves, en sorte qu’ils se trouvent tous en face du maître. Les bancs seront attachés aux tables23. » L’école doit par ailleurs disposer d’« au moins un tableau noir » pour les exercices d’écriture, d’orthographe, de calcul et de dessin linéaire, tandis que « des maximes religieuses et morales, les mesures usuelles du système métrique, la table de multiplication, les cartes géographiques de la France et du département » doivent figurer sur les murs de la classe24. On retrouve là les principales composantes de l’équipement de base d’une école primaire, tel qu’il s’est dessiné au cours des décennies précédentes : la réglementation des années 1850 entérine et généralise plus qu’elle n’innove.

  • 25 Circulaire du 9 avril 1836, dans Luc Jean-Noël, La Petite enfance à l’école, xixe-xxe siècles. Text (...)
  • 26 Pape-Carpantier Marie, Notice sur l’éducation des sens et quelques instruments pédagogiques, Paris, (...)

7Les salles d’asile, qui commencent à se développer sous la monarchie de Juillet, participent du même mouvement. Une circulaire de 1836 puis un arrêté ministériel de 1838 en déterminent très précisément l’organisation matérielle (la salle doit notamment être pourvue de gradins) et les objets dont celles-ci doivent être pourvues – une nouvelle réglementation sera ensuite édictée en 1855. Si les outils pédagogiques prescrits y sont relativement analogues à ceux recommandés pour les écoles primaires – « une planche noire sur un chevalet et des crayons blancs » est ainsi prévue –, ils comprennent aussi un « boulier compteur ayant dix rangées de dix boules chacune25 ». Objet scolaire emblématique de l’initiation, voulue résolument concrète, à la numération et au calcul élémentaire, celui-ci fera l’objet d’essais d’amélioration dans la seconde moitié du xixe siècle, à l’instar du « boulier numérateur » inventé par l’inspectrice générale des salles d’asile Marie Pape-Carpantier, dont les tiges supportant les boules (celles-ci étant de grosseur graduée) sont courbées à angle droit de façon à présenter une partie verticale et une autre horizontale26.

  • 27 Le Cœur Marc, « La chaire et les gradins. De la salle de classe à la salle de cours dans les lycées (...)
  • 28 Arrêté du 30 mai 1843, Bulletin universitaire, t. 12, année 1843, p. 135-138.
  • 29 Circulaire du 30 mai 1843, Bulletin universitaire, t. 12, année 1843, p. 133.
  • 30 Voir par exemple l’autobiographie de Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, 1973, p. 234 (...)

8À l’inverse, la dynamique initiée par la vogue de l’enseignement mutuel n’a pas d’effet immédiat sur l’enseignement secondaire, pour lequel les mesures concernant le mobilier scolaire et celles relatives au matériel d’enseignement apparaissent en outre plus nettement dissociées. Selon Marc Le Cœur, les premières propositions en matière d’espace et de mobilier scolaires pour les établissements secondaires émanent d’initiatives individuelles, avec le Traité élémentaire de construction Joseph-Antoine Borgnis (1823) ou le Plan d’éducation de l’abbé Nicolle (1834), et n’ont donc rien d’officiel27. Il faut attendre 1843 pour que le ministère de l’Instruction publique donne des indications sur l’aménagement des locaux et dresse un « état du mobilier à fournir pour l’établissement d’un collège royal28 ». Les élèves doivent être « placés sur des gradins en face du professeur » et avoir « devant eux des tables en chêne de soixante-sept centimètres de largeur, supportées par des tiges en fer29 ». En revanche, il n’est pas fait mention du tableau noir, dont l’usage à cette époque dans l’enseignement secondaire, notamment pour les mathématiques, est pourtant avéré30. Des cartes murales de géographie et des tableaux chronologiques, du matériel pour la physique, la chimie et l’histoire naturelle, des modèles de dessin, des appareils pour les exercices de gymnastique, sont par ailleurs prévus.

  • 31 Chamoux Henri, « Les cabinets scientifiques dans les lycées au xixe siècle et leur conservation », (...)
  • 32 Duris Pascal, « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802) », Rev (...)
  • 33 Arrêté du 4 septembre 1821, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseignement secondaire frança (...)
  • 34 Circulaires des 16 janvier et 29 août 1821, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseignement s (...)
  • 35 Arrêtés du 27 décembre 1842 et du 27 janvier 1843, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseign (...)
  • 36 Listes des instruments et autres objets de démonstration nécessaires au développement des programme (...)
  • 37 Liste des plâtres, gravures, modèles et fac simile […] à employer dans les lycées, les collèges com (...)

9En fait, dans la première moitié du xixe siècle, l’effort en termes de matériel didactique concerne principalement les sciences31. Déjà, les écoles centrales créées en 1795 pour remplacer les collèges d’Ancien Régime – et où les études scientifiques figuraient en bonne place –, étaient tenues de posséder chacune un cabinet de chimie et physique expérimentale et un autre d’histoire naturelle. Leurs équipements pouvaient alors provenir de l’ancien collège, de cabinets privés, d’achats d’instruments32. Sous la Restauration, le développement de l’enseignement des sciences physiques et la création du baccalauréat ès sciences conduit l’administration scolaire à imposer dans les collèges royaux la présence d’un cabinet de physique et d’un laboratoire de chimie, une collection élémentaire d’histoire naturelle devant « autant que possible » leur être jointe33. Des listes détaillant les instruments de physique – plus d’une centaine – et de chimie qui doivent les composer, avec leur prix et le nom de leurs constructeurs, sont également publiées34. À partir des années 1840, et jusqu’au début du xxe siècle au moins, ces listes seront régulièrement mises à jour par le ministère de l’Instruction publique afin d’accompagner les évolutions de l’enseignement des sciences35. Étendues aux collèges communaux, elles seront également étoffées, intégrant notamment le matériel pour les sciences naturelles, ainsi que celui pour l’arithmétique, la géométrie pratique, la cosmographie, la mécanique36. Sous le Second Empire, la publication de listes officielles de matériel, issues éventuellement du travail de commissions composées de spécialistes, est par ailleurs étendue à d’autres disciplines, comme le dessin ou encore la gymnastique37.

Une prolifération d’objets scolaires, mais qui restent sous contrôle (années 1870-1900)

  • 38 Le Cœur Marc, « La chaire et les gradins… », art. cit., p. 104. Trois textes, de 1861, 1881 et 1891 (...)
  • 39 Arrêté du 17 juin 1880, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 5, p. 180-190.
  • 40 Guillaume Eugène, Pillet Jules, L’Enseignement du dessin, Paris, Impr. nationale, 1889, p. 11-12 et (...)
  • 41 Levasseur Émile, Himly Auguste, Rapport général sur l’enseignement de l’histoire et de la géographi (...)

10L’avènement de la Troisième République – et de l’instruction obligatoire – marque un nouveau seuil en termes de mobilier et de matériel scolaires. Dans la mesure où les innovations en matière de mobilier scolaire « n’eurent pas d’effet immédiat dans l’enseignement secondaire »38, on se concentrera ici sur l’enseignement primaire. Comme pour l’architecture scolaire, la réglementation devient plus précise, plus normative aussi. Les classes doivent être équipées de tables-bancs, dont les dimensions sont strictement définies en fonction de la taille des élèves39. Les nouveaux programmes de l’école primaire de 1882, qui rendent obligatoire l’enseignement de matières auparavant facultatives, comme les sciences, le dessin, la gymnastique (l’histoire et la géographie sont obligatoires depuis 1867), et en introduisent de nouvelles, comme le travail manuel ou les exercices militaires, tout en renouvelant les méthodes d’enseignement, démultiplient les besoins en matériel scolaire. Pour l’enseignement du dessin, par exemple, une commission nommée par Jules Ferry fixe la collection des modèles (dont la plupart sont des moulages en plâtre tirés de la collection de l’École des beaux-arts) destinés aux écoles primaires40. Le matériel pour l’enseignement géographique avait quant à lui fait l’objet d’une attention particulière dès les années 1870, suite au rapport d’Émile Levasseur et Auguste Himly préconisant dès 1871 de doter l’ensemble des écoles primaires de cartes murales et de globes terrestres41.

  • 42 Article 46 de l’instruction spéciale du 18 janvier 1887 concernant la construction, le mobilier et (...)

Figure 1 - Objets devant composer le mobilier et le matériel d’enseignement des écoles primaires en 188742
« Les objets qui, dans toute école primaire élémentaire, doivent composer le mobilier de classe et le matériel d’enseignement et être fournis par les communes, sont :
1 ° Pour chaque classe :
Un bureau avec estrade pour le maître ou la maîtresse ;
Des bancs-tables en nombre suffisant pour tous les élèves fréquentant la classe ;
Un tableau noir, craie et éponges ;
Une méthode de lecture en tableaux (pour les classes de la division élémentaire seulement) ;
Un tableau de système métrique ou un compendium métrique ;
Des cartes géographiques : le département, la France, l’Europe, la mappemonde ou le planisphère ;
Un poêle ou un calorifère avec grille, un seau pour le charbon ;
2 ° Les outils les plus simples des principaux métiers ;
Les objets et les matières premières nécessaires pour l’enseignement des travaux manuels, conformément aux programmes ;
Des fusils scolaires et un râtelier pour ces fusils (pour les écoles de garçons) ;
Des agrès et appareils de gymnastique : portique, petit mât, gros mât, haltères, anneaux, échelles, corde à nœuds, barres à suspension, barres parallèles fixes, poutre horizontale, perches, bâtons, trapèze ;
3 ° Tous les objets indispensables pour la propreté de l’école, tels que balais, seaux, plumeaux, arrosoirs, pelles à main ;
4 ° Une armoire-bibliothèque ;
5 ° Des portemanteaux pour les vêtements et des rayons pour les paniers et les sacs à provisions ;
6 ° Les registres et imprimés scolaires, tels que registre matricule, registre d’appel ou de présence, registre d’inventaire du mobilier de l’école et du matériel d’enseignement, catalogue des livres de la bibliothèque scolaire, registre des entrées et des sorties, registre des recettes et des dépenses ».

Figure 2 - L’école de garçons d’Ault (Somme), 1903.

Figure 2 - L’école de garçons d’Ault (Somme), 1903.

Source : Musée national de l’Éducation, no d’inv. 1979.13864.

  • 43 Serrurier Gustave, Les Musées scolaires, Paris, Impr. nationale, 1889, p. 6. Dans les années 1880, (...)
  • 44 Fatalot Albert, « Musées scolaires », dans Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire…, op. cit., 1ère (...)
  • 45 Instructions du 20 juin 1923, BAMIP, t. 114, 1923, p. 113.
  • 46 Senthiles Armelle, « L’audiovisuel au service de l’enseignement : projections lumineuses et cinéma (...)
  • 47 Décret du 29 janvier 1890, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 6, p. 225-230. Cette l (...)

11Mais c’est surtout du côté des sciences, dont l’enseignement, via la méthode de la « leçon de choses », est alors fortement promu, que le mouvement joue à plein. Il conduit notamment à la constitution par les instituteurs mais aussi par les élèves, sous le nom de « musées scolaires » – plus de 13 000 sont recensés en 188843 –, de collections d’objets variés, naturels ou industriels, essentiellement de provenance locale, « destinés à donner aux enfants des idées nettes, exactes, sur tout ce qui les entoure44 ». Des planches murales en couleur représentant les objets qu’il n’est pas possible de montrer « pour de vrai » peuvent également en faire partie, comme celles du « Musée industriel scolaire Dorangeon » ou du « Musée scolaire pour leçons de choses » d’Émile Deyrolle et ses fils. Dans la première moitié du xxe siècle, les textes officiels rappelleront l’importance du musée scolaire pour l’enseignement des sciences : « Très rares sont les écoles qui ne possèdent pas leur musée scolaire. Et, de plus en plus, on comprend que ce musée n’est pas une salle où l’on expose aux yeux des enfants, en les priant de ne pas y toucher, des objets plus ou moins extraordinaires. Un musée scolaire, c’est un petit laboratoire, c’est l’endroit où l’on range après la classe, les matériaux que les enfants ont manipulés, les appareils qu’ils ont fait fonctionner. On comprend aussi qu’un tel musée doit être bien pourvu et qu’il doit renouveler fréquemment ses collections », indiquent ainsi les instructions de 192345. C’est également sous la Troisième République que se développe l’enseignement par les projections lumineuses avec des vues sur verre (remplacées dans les années 1930 par les « films fixes »), ainsi que l’emploi du cinématographe46. Paradoxalement, malgré cette extension significative des moyens d’enseignement à partir des années 1870-1880 – dont l’instruction spéciale de 1887 citée plus haut prend temporairement acte –, le matériel (à usage collectif) dont les écoles primaires doivent obligatoirement être pourvues apparaît fort réduit à la fin du siècle : selon la liste établie par le décret du 28 janvier 1890, celui-ci comprend, outre le mobilier scolaire proprement dit, un tableau noir, un tableau du système métrique et une carte murale de la France47.

  • 48 Règlement du 1er novembre 1881, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 5, p. 330. C’est (...)
  • 49 Circulaires du 13 août 1864 et du 17 mai 1872, dans Grandière Marcel, Paris Rémi, Galloyer Daniel, (...)
  • 50 Circulaire du 3 avril 1882, dans Grandière Marcel et al., La Formation des maîtres…, op. cit., p. 3 (...)
  • 51 Archives nationales, F/17/9673. Écoles normales. Organisation du travail manuel, 1885-1886.
  • 52 . Celles-ci figurent en annexe de : ministère de l’Instruction publique, Règlement et instruction s (...)
  • 53 Ministère de l’Instruction publique, Rapport de la commission d’enquête des sciences physiques et n (...)
  • 54 Haraucourt Célestin, « Physique », dans Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire…, op. cit., 1ère par (...)
  • 55 Instruction du 15 novembre 1854, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseignement secondaire…, (...)
  • 56 Instructions du 25 avril 1898, dans Grandière Marcel et al., La Formation des maîtres…, op. cit., p (...)
  • 57 Ibid., p. 542. Serrurier Gustave, Les Musées scolaires, op. cit., p. 55-58, donne la liste du matér (...)

12L’école primaire élémentaire n’est pas seule concernée par cette prolifération d’objets et d’outils didactiques, incarnée par ailleurs par la création à Paris, en 1879, du Musée pédagogique, « centre d’information sur l’instruction primaire » comprenant notamment une section consacrée au « Matériel scolaire (plans de maisons d’école, types de mobiliers de classe) » et une autre aux « Appareils d’enseignement (tableaux, modèles, collections géographiques ; scientifiques et technologiques)48. » Les écoles primaires supérieures, les écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, où se multiplient les salles spécialisées (pour les sciences, le dessin, le travail manuel, etc.), doivent également disposer d’un matériel d’enseignement en phase avec le renouvellement pédagogique qui s’opère dans les années 1880. Non pas que ces établissements en aient été démunis auparavant : sous la monarchie de Juillet, les Écoles normales d’instituteurs pouvaient déjà disposer d’un cabinet de physique ou d’un laboratoire de chimie et, dans les années 1860-1870, celles-ci avaient été invitées à se doter d’instruments de météorologie et d’appareils de gymnastique49. Mais avec l’arrivée de Jules Ferry au ministère de l’Instruction publique en 1879, l’effort consenti par l’administration scolaire en termes de matériel d’enseignement prend une tout autre ampleur. Pour les écoles normales, le ministre fait renouveler le matériel de géographie, distribuer celui pour l’enseignement du dessin, procéder à la « reconstitution progressive du matériel scientifique50 ». Des ateliers pour le travail du bois et du fer y sont installés et équipés avec du matériel spécifique : établis, tours, forge, étaux, etc.51 À l’instar de l’enseignement secondaire, des listes officielles du matériel requis pour la plupart des matières enseignées, ainsi que des instructions pour son emploi et sa conservation, sont établies52. Dans le cas de l’enseignement des sciences, voulu résolument expérimental (et pour lequel des catalogues de collections types sont établis dès 188053), les professeurs d’École normale sont toutefois incités à utiliser du matériel simple et peu coûteux, voire des objets d’usage courant : « Il faut initier le futur instituteur à la connaissance des instruments les plus usuels […] lui montrer l’exemple en ajoutant dans les leçons, aux expériences classiques faites avec les appareils de laboratoire, d’autres expériences réalisées avec des appareils plus simples et, quand c’est possible, avec des appareils que l’on peut partout se procurer », peut-on lire à l’article « Physique » du Dictionnaire de pédagogie de F. Buisson54. L’exhortation n’est pas sans rappeler celle du ministre Fortoul en 1854, qui dénonçait les « appareils de luxe » utilisés dans les lycées et demandait que les professeurs construisent eux-mêmes leurs appareils « toutes les fois qu’ils le peuvent55 ». Les élèves-maîtres des Écoles normales sont quant à eux amenés à réaliser des collections de sciences naturelles (herbiers, collections géologiques, etc.) destinées à servir ensuite à leur enseignement à l’école primaire. Ainsi en zoologie, où l’étude des insectes utiles ou nuisibles « pourra être progressivement complétée par des excursions où chaque élève devra recueillir et classer les espèces les plus communes offrant un intérêt agricole, il constituera ainsi la collection type destinée à servir plus tard à son enseignement à l’école primaire56. » C’est également à l’école normale que les élèves-maîtres peuvent réunir – et emporter au terme de leurs études – « les principaux objets, produits et appareils simples qui permettent de réaliser les expériences [de chimie] propres à l’école primaire57 ».

Figure 3 - Salle de dessin de l’école primaire supérieure Sophie-Germain (Paris), début xxe siècle (collection particulière).

Figure 3 - Salle de dessin de l’école primaire supérieure Sophie-Germain (Paris), début xxe siècle (collection particulière).
  • 58 Sur l’installation d’ateliers dans les écoles techniques, voir notamment Savoie Philippe, « L’ensei (...)
  • 59 Chartier Anne-Marie, « La lecture et ses apprentissages », dans Jacquet-Francillon François, d’Enfe (...)
  • 60 Grimault Freddy, « L’arrivée de la “calculatrice électronique de poche” en milieu scolaire, en Fran (...)

13C’est donc un patrimoine d’objets matériels de grande ampleur qui se constitue au cours du xixe siècle. Encore ce bref panorama, brossé à grands traits, ne concerne-t-il que l’enseignement primaire et dans une moindre mesure l’enseignement secondaire, laissant de côté l’enseignement technique58. De plus, en mettant surtout l’accent sur le matériel d’enseignement à usage collectif, n’avons-nous pas ou peu évoqué les fournitures scolaires – à usage individuel – pas plus que les objets destinés à récompenser les élèves pour leur travail ou leur conduite (médailles, cartes d’honneur, bons points, etc.). C’est, par exemple, à partir des années 1850 que sont diffusés les plumes métalliques (qui remplacent les plumes d’oies) et le papier de cellulose « qui fait chuter le prix des cahiers59 ». Bien sûr, la constitution de ce patrimoine scolaire ne s’interrompt pas après 1900. Le mobilier scolaire se transforme – la table-banc est condamnée dans les années 1930 puis réhabilitée en 1950 –, intègre de nouveaux matériaux. De même, si certains instruments ou outils didactiques restent employés tout au long du xxe siècle et même encore aujourd’hui – pensons au tableau noir ou aux grandes cartes murales de géographie –, non sans évoluer, de nouveaux objets continuent de pénétrer les classes, comme la pointe Bic ou les réglettes Cuisenaire dans les années 1960 ou, plus récemment, la calculatrice de poche et le micro-ordinateur60. Que reste-t-il de ce patrimoine scolaire ? Dans quelle mesure son étude peut-elle enrichir l’histoire de la culture scolaire ? C’est à ces questions que nous allons tenter de répondre maintenant.

Vers une approche matérielle de la culture scolaire

  • 61 Voir notamment Gaulupeau Yves, « Objets et images », dans Charmasson Thérèse (dir.), L’Histoire de (...)
  • 62 En ligne sur http://www.inrp.fr/she/instruments/index.htm (consulté en juillet 2014).
  • 63 À ce jour, l’ASEISTE a ainsi recensé 4 093 objets ou instruments scientifiques :http://www.aseiste. (...)
  • 64 Voir notamment Grandière Marcel (dir.), La Formation des maîtres aux xixe et xxe siècles. Guide de (...)
  • 65 En ligne sur : http://www.patrimoine-aquitain-education.fr (consulté en juillet 2014).
  • 66 En ligne sur : http://bibnum-bu.univ-artois.fr/ (consulté en juillet 2014).
  • 67 Voir la page web : http://memoiresdauteuil.free.fr/memoiresdauteuil/Expositions.html (consulté en j (...)
  • 68 Voir par exemple le site de l’Association pour l’histoire du lycée Livet de Nantes : http://www.liv (...)

14D’une façon générale, les objets scolaires qui sont parvenus jusqu’à nous sont conservés dans des musées, le plus souvent spécialisés, ou dans leur établissement d’origine. Le Musée national de l’Éducation, établi à Rouen, possède ainsi 35 000 pièces de mobilier scolaire et de matériel pédagogique, et 45 000 documents relevant de l’enseignement « par l’aspect » puis audiovisuel, dont le catalogue – et parfois des images – est accessible en ligne via la base de données Mnemosyne61. De nombreux autres musées, de nature locale et souvent dédiés à l’école primaire, possèdent également des collections d’objets, mais il est difficile d’appréhender la richesse et la diversité de leurs fonds, faute d’inventaires en ligne. Les établissements d’enseignement post-élémentaire, plus souvent que les écoles primaires, constituent également des lieux de conservation de ce patrimoine scolaire, pour peu que les acteurs locaux, notamment les personnels, aient pris la mesure de la nécessité et de l’intérêt de les sauvegarder. Les efforts institutionnels ou associatifs semblent toutefois s’être concentrés sur les collections scientifiques, essentiellement celles des lycées. Si le Service d’histoire de l’éducation de l’INRP a bien réalisé, dans les années 1990, l’inventaire photographique de plus de 1 200 instruments scientifiques anciens appartenant à 130 lycées et instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) répartis sur l’ensemble du territoire62, l’activité de l’Association de sauvegarde et d’étude des instruments scientifiques et techniques de l’enseignement (ASEISTE), créée en 2004, ne concerne a priori que les établissements d’enseignement secondaire ou supérieur63. Pour autant, le patrimoine des autres types d’établissements est loin d’être laissé en jachère, même si les initiatives restent relativement dispersées et que l’on manque encore d’inventaires systématiques. Les fonds anciens des IUFM, héritiers des écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, font ainsi l’objet d’une attention soutenue, due en bonne partie à une opération menée à l’échelle nationale par le Service d’histoire de l’Éducation dans les années 1990-2000. Non seulement des archives ou des ouvrages, mais aussi du matériel scolaire ont ainsi pu être inventoriés et préservés64. Plus récemment, des projets régionaux ont entrepris de valoriser le patrimoine des anciennes écoles normales. En témoignent les expositions virtuelles réalisées à partir des fonds anciens des laboratoires de sciences du centre IUFM de Bordeaux-Caudéran dans le cadre d’un projet sur le patrimoine aquitain de l’éducation65, ou encore la mise en ligne de planches murales de la maison Deyrolle conservées à l’IUFM Nord-Pas-de-Calais66. De même, certains IUFM ont marqué leur intérêt pour leurs collections de modèles pour l’enseignement du dessin en organisant des expositions, comme à Paris en 2010-201167. Il reste que ces initiatives n’épuisent pas la diversité des lieux d’enseignement des xixe et xxe siècles. Le patrimoine des anciennes écoles techniques ou primaires supérieures, mais aussi des anciens collèges communaux, moins prestigieux que les lycées, doit tout autant être identifié, protégé et valorisé68.

  • 69 Chervel André, La Culture scolaire : une approche historique, Paris, Belin, 1998.
  • 70 Le Cœur Marc, « La chaire et les gradins… », art. cit. ; Bresler Henri, « Du tableau noir au tablea (...)
  • 71 Senthiles Armelle, « L’audiovisuel au service de l’enseignement… », art. cit. ; de Pastre Béatrice (...)
  • 72 Voir : http://www.inrp.fr/she/instruments/index.htm, ainsi que http://www.aseiste.org/ (consulté en (...)
  • 73 Fatet Jérôme, « Instruments scientifiques anciens et manuels scolaires : quels liens construire, qu (...)

15Aujourd’hui pièces de musée ou de collection d’établissement, les objets de l’école sont aussi des sources et des objets d’étude pour une approche matérielle de l’histoire de la culture scolaire69. Il s’agit alors d’étudier leur fonction, leurs usages, la façon dont ils s’intègrent dans des dispositifs globaux d’enseignement et d’apprentissage, mais aussi leur production et leur diffusion effective au sein des établissements ou salles de classe. La démarche nécessite de les confronter aux autres traces laissées par l’enseignement : textes officiels, manuels scolaires, revues d’enseignement, travaux d’élèves, documents d’archives, sources iconographiques, doivent être mis à contribution. Le mobilier scolaire, tant dans le secondaire que dans le primaire, le tableau noir, ont ainsi fait l’objet d’études spécifiques restituant leurs caractéristiques, leur inscription dans l’espace de la classe, leur impact sur celui-ci70. Des travaux sur les supports et les appareils audiovisuels destinés à l’enseignement (projections lumineuses, cinéma, etc.) ont également été entrepris, qui examinent aussi bien leur développement au sein de l’institution scolaire que les savoirs qu’ils transmettent71. Dans une perspective relevant davantage de l’histoire des sciences et des techniques, la réalisation depuis les années 1980-90 d’inventaires de collections d’instruments scientifiques, loin de se limiter à de simples recensements, a conduit à la description détaillée d’un grand nombre d’entre eux, et même à la réalisation de petits films les mettant en scène, permettant d’en comprendre le principe et le fonctionnement72. La façon dont ces instruments furent réellement utilisés dans les classes, les dispositifs d’ensemble dans lesquels ils s’inséraient, restent néanmoins bien souvent à éclaircir. Les manuels scolaires, quand ils décrivent les protocoles expérimentaux, peuvent à cet égard s’avérer fort utiles. On peut également regarder avec intérêt la tentative, menée à l’IUFM du Limousin, de réplication de l’expérience mettant en évidence les rayons X avec du matériel datant du début du xxe siècle (tube de Crookes, générateur électrique, appareil photographique, etc.), mais qui pose néanmoins la question de sa préservation73.

  • 74 Chartier Anne-Marie, L’École et la lecture obligatoire. Histoire et paradoxes des pratiques d’ensei (...)
  • 75 Savaton Pierre, « Les travaux pratiques de sciences naturelles des années 1900 à 1930. Des textes a (...)
  • 76 Luc Jean-Noël et Nicolas Gilbert, Le Temps de l’école. De la maternelle au lycée, 1880-1960, Paris, (...)
  • 77 Ibid.
  • 78 D’Enfert Renaud et Lagoutte Daniel, Un art pour tous…, op. cit., p. 54-61.

16Mais c’est aussi et surtout la contribution effective de ces instruments – et plus généralement du matériel scolaire – à l’apprentissage des disciplines qui doit être examinée. Ce qu’il s’agit alors de restituer, c’est moins l’usage théorique (ou scientifique) des objets « en soi » que leur utilisation didactique dans les classes, leur articulation avec les autres moyens d’enseignement (parole du maître, manuels scolaires, etc.) et les pratiques pédagogiques qu’ils induisent. Anne-Marie Chartier a ainsi montré dans quelle mesure la diffusion des plumes métalliques et du papier de cellulose, à partir des années 1850, a permis l’enseignement conjoint de la lecture et de l’écriture, et contribué à la transformation non seulement des méthodes de lecture, mais aussi de la conduite de la classe puisqu’il devient dès lors possible « d’occuper un groupe silencieusement, sur un exercice qui peut être contrôlé après coup par le maître74. » Certains travaux sur la réforme de l’enseignement secondaire des sciences de 1902 ont pour leur part mis en évidence les conséquences, à la fois pédagogiques et matérielles, de l’introduction d’« exercices pratiques » au cours desquels les professeurs doivent faire manipuler leurs élèves avec un matériel simple. Pierre Savaton a notamment montré comment, dans la première moitié du xxe siècle, les contraintes matérielles ont amené les professeurs de sciences naturelles à intégrer, dans le cours de leurs leçons, des projections lumineuses de préparations microscopiques, transformant ainsi l’observation individuelle prônée par les instructions officielles en observation collective75. Les documents iconographiques représentant des scènes de la vie scolaire (tableaux, gravures, photographies) s’avèrent particulièrement précieux pour saisir l’interdépendance entre dispositifs matériels et pratiques scolaires : « L’atmosphère de travail d’une classe ou la pratique pédagogique peut aussi se deviner à travers la composition et la disposition du mobilier, l’utilisation du matériel didactique et la décoration des murs », expliquent ainsi Jean-Noël Luc et Gilbert Nicolas à propos des sources photographiques76. Mais ils en soulignent aussi les limites : « L’intervention d’un administrateur ou d’un enseignant a pu organiser, au préalable, un tableau de la vie scolaire plus ou moins éloigné de la réalité77. » De fait, si l’on observe, pour ce qui est de l’enseignement du dessin d’imitation, une assez bonne corrélation entre les scènes scolaires saisies vers 1900 par la photographie et ce que disent les autres sources – textuelles ou matérielles –, force est de constater que, le plus souvent, ces scènes nous montrent ce qu’il y a de plus emblématique dans la discipline telle qu’elle est alors promue et enseignée : des élèves réunis en demi-cercle qui dessinent d’après un modèle en relief, généralement en plâtre78. En revanche, les photographies de l’époque donnant à voir des élèves dessinant d’après des modèles plans, gravés, sont, à notre connaissance, quasi-inexistantes, ce qui donne en retour une image partielle – et partiale – de la discipline.

  • 79 Voir à ce propos : Profit Geneviève, Lheureux Rosine, Muth Olivier, Condette Jean-François (dir.), (...)
  • 80 Nicolas Gilbert, Le Grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris (...)
  • 81 Savaton Pierre, « Les travaux pratiques de sciences naturelles… », art. cit.

17La diffusion effective des objets scolaires dans les classes ou les établissements doit par ailleurs être évaluée : s’agit-il d’objets banals, fréquemment présents dans les classes, ou bien ceux-ci étaient-ils l’apanage d’une minorité d’établissements bien dotés ? Les traces écrites générées par les objets scolaires – listes de matériel publiées par le ministère, mais aussi inventaires de mobilier et de matériel établis par les responsables d’établissements, registres de réception et de distribution des fournitures scolaires, factures, etc. –, peuvent sur ce point fournir d’utiles renseignements79. Le coût du matériel, celui de son entretien comme des consommables sont déterminants. Il n’est pas certain, par exemple, que le Nécessaire métrique de l’inspecteur Carpentier, relativement onéreux (entre 60 et 75 francs), ait connu une grande diffusion dans les écoles primaires : seulement 5 % des instituteurs ayant répondu à la consultation sur les besoins de l’instruction primaire organisée en 1860 par le ministre Gustave Rouland souhaitaient l’acquérir, ceux-ci étant bien davantage préoccupés par les carences en mobilier ou en tableaux noirs80. Selon Pierre Savaton, au collège d’Auxonne, dans les années 1920, « les 150 francs annuels du laboratoire de sciences étaient entièrement consommés pour l’achat de la verrerie et des produits chimiques81. » Mais il convient aussi de s’interroger sur le statut des objets qui nous sont parvenus : pourquoi ont-ils été conservés ? Est-ce parce qu’ils ont rarement servi et n’ont donc pas été trop détériorés ? S’agit-il au contraire d’objets fréquemment utilisés pour l’enseignement, et qui, de ce fait, on fait plus que d’autres l’objet d’un renouvellement fréquent ? Là encore, les archives des établissements relatives au mobilier et au matériel scolaires peuvent nous informer sur la « vie » de ces objets.

  • 82 Chamoux Henri, « Les cabinets scientifiques dans les lycées… », art. cit. Voir également, dans Gire (...)
  • 83 Chamoux Henri, « Les cabinets scientifiques dans les lycées… », art. cit.
  • 84 Voir par exemple, Librairie de L. Hachette et Cie, Catalogue des livres classiques et autres public (...)
  • 85 Mollier Jean-Yves, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, p. 22 (...)
  • 86 Ibid., note 12, p. 478. La maison Delagrave possédait des usines en Haute-Saône.
  • 87 Voir par exemple, ministère du Commerce, de l’Industrie et des Colonies, Exposition universelle int (...)

18Étudier les objets de l’école renvoie inévitablement à leurs fabricants. Comme pour la librairie scolaire, le marché du mobilier et du matériel d’enseignement constitue un secteur en plein développement au xixe siècle, avec ses ateliers, ses entreprises. Pour autant, ce monde de fabricants reste sous-étudié. Seuls les constructeurs d’instruments scientifiques, dont certains travaillèrent avec des savants réputés, semblent avoir à ce jour retenu l’attention82. Essentiellement parisiens, ils connaissent leur âge d’or sous le Second Empire : « Leur nombre se multiplie, leur production s’étend […] sous la forme d’objets de plus en plus variés », observe Henri Chamoux83. L’implication des éditeurs scolaires dans ce domaine d’activité reste également à étudier. Outre des manuels, leurs catalogues comprennent non seulement des cartes géographiques et des tableaux muraux, mais aussi des globes terrestres, des instruments de mathématiques et de physique, des modèles en bois pour l’étude de la mécanique, des collections d’histoire naturelle (herbiers, animaux empaillés, fossiles, minéraux, etc.), des produits chimiques, ainsi que des ardoises, du papier, des crayons, des bouliers, des compendiums, et bien d’autres choses encore84. Dès 1835, Louis Hachette s’associe avec Jacques-Frédéric Saigey pour « la fabrication et la vente d’instruments de mathématiques, d’arpentage, de physique, de chimie et de minéralogie85. » C’est encore la maison Hachette qui commercialise le boulier-numérateur de Marie Pape-Carpantier, et l’éditeur Godchaux le Nécessaire métrique de l’inspecteur Carpentier. Certains éditeurs se lancent également dans le mobilier scolaire, comme Delagrave « qui fonda la réputation de sa maison sur la valorisation du fonds géographique puis sur la qualité de son mobilier scolaire ergonomique86. » Les catalogues de fabricants ou de libraires, leurs éventuelles archives, les annuaires, mais aussi les inventaires et les registres de comptabilité des établissements, constituent des sources essentielles pour saisir l’activité de ces producteurs de mobilier et de matériel scolaires ainsi que la pénétration effective de leurs produits dans les classes. De leur côté, les revues d’enseignement (où figurent, en outre, de nombreux encarts publicitaires) et, pour la seconde moitié du xixe siècle, les rapports effectués dans le cadre des expositions universelles, permettent d’en mesurer la réception et le rayonnement et de repérer d’éventuelles innovations87.

19Les objets de l’école constituent donc un patrimoine riche et varié qu’il convient de sauvegarder et de valoriser, mais aussi une voie d’accès privilégiée pour saisir la matérialité de la culture scolaire, pour peu que leur étude soit menée conjointement avec celle des autres traces – écrites, iconographiques – du passé éducatif. On ne peut que souhaiter que ceux-ci rencontrent davantage l’intérêt des chercheurs, contribuant ainsi à une compréhension plus fine de l’histoire de l’école.

Notes

1 Bresler Henri, « Du tableau noir au tableau vert de l’école, ou l’histoire du mobilier scolaire », dans Châtelet Anne-Marie (dir.), Paris à l’école, « qui a eu cette idée folle… », Paris, Picard, 1993, p. 107.

2 Jacquet-Francillon François, Instituteurs avant la République. La profession d’instituteur et ses représentations, de la monarchie de Juillet au Second Empire, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999, p. 150.

3 Jomard Edme-François, Abrégé d la méthode des écoles élémentaires ou Recueil pratique de ce qu’il y a de plus essentiel à connaître pour établir et diriger des écoles élémentaires selon la nouvelle méthode d’enseignement mutuel et simultané, Paris, Colas, 1816, p. 89-106 ; Bally Victor, Guide de l’enseignement mutuel, Paris, Colas, 1819 (3e éd.), p. 16-39.

4 Lamotte Louis, Meissas Achille, Michelot Auguste, Manuel des aspirants aux brevets de capacité de l’enseignement primaire élémentaire et de l’enseignement primaire supérieur, Paris, Hachette, 1836 (3e éd.), p. 350.

5 Conduite des écoles chrétiennes, divisée en trois parties, s. d. Manuscrit français 11759 [dit de 1706] de la Bibliothèque nationale de France (en ligne sur le site Gallica). Voir également Conduite des Écoles chretiennes. Édition comparée du manuscrit dit de 1706 et du texte imprimé de 1720, Rome, Cahiers lassalliens, no 24, 1965.

6 De La Salle Jean-Baptiste, Conduite des écoles chrétiennes, Paris, Moronval, 1828, p. 72

7 « Rapport fait par M. Francœur à la Société d’instruction élémentaire, sur l’enseignement du dessin », Journal d’éducation, t. 6, no 10, juillet 1818, p. 208.

8 Nicolas Gilbert, Le Grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris, Belin, 2004, p. 204.

9 Sarazin Louis-Charles, Manuel des écoles élémentaires, ou Exposé de la méthode d’enseignement mutuel, Paris, Colas, 1831, p. 20.

10 Chalopin Michel, L’Enseignement mutuel en Bretagne. Quand les écoliers bretons faisaient la classe, Rennes, PUR, 2011.

11 Lamotte Louis, Meissas Achille, Michelot Auguste, op. cit., p. 341 et 352. Notons que la Conduite des écoles chrétiennes, Paris, Moronval, 1838, préconise l’installation de plusieurs tableaux dans les « grandes classes » : « six tableaux peints en noir, un de deux mètres de longueur et un mètre cinquante centimètres de largeur ; les autres d’un mètre de longueur sur soixante-quinze centimètres de largeur » (p. 189).

12 Lorain Paul, Tableau de l’instruction primaire en France, Paris, Hachette, 1837, p. 117.

13 De La Salle Jean-Baptiste, op. cit., p. 189.

14 Circulaires du 1er décembre 1838, dans Circulaires et instructions officielles relatives à l’instruction publique, Paris, Delalain, 1863-1900, t. 2, p. 699-700.

15 Bulletin de la Société pour l’instruction élémentaire, t. 8, no 91-92, juillet-août 1836, p. 269 et t. 12, no 142, octobre 1840, p. 378.

16 Une description en est donnée par l’inspecteur général Jean-Jacques Rapet dans le Journal des instituteurs, no 19, 6 mai 1860, p. 297-300.

17 Maire Simon, « Escalier métrique », dans Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, 1ère partie, t. 1, p. 903.

18 Notons que le matériel scolaire fait aussi l’objet d’une attention particulière lors de l’enquête Guizot de 1833 : « Si c’est la méthode mutuelle, le mobilier de classe est-il suffisant ? Se compose-t-il des tableaux et autres objets d’enseignement envoyés dès l’origine par l’une des sociétés pour l’instruction primaire, ou bien les tableaux ont-ils été renouvelés ? Par qui ces tableaux ont-ils été publiés ? […] Quels sont les objets dont manque l’école ? Quels sont les moyens de les lui procurer ? ». Questions que M. les inspecteurs auront à résoudre sur chaque école, 26 août 1833, Bulletin universitaire, t. 3, 1832-1843, p. 339.

19 Arrêté du 25 avril 1834, Bulletin universitaire, t. 3, 1832-1843, p. 435.

20 Bouillon Auguste, De la construction des maisons d’école primaire, Paris, Hachette, 1834.

21 Lamotte Louis, Meissas Achille, Michelot Auguste, op. cit., p. 340.

22 Instructions du 31 octobre 1854, dans Gréard Octave, La Législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Paris, Delalain, 1889-1902 (2e éd.), t. 3, p. 610-611.

23 Circulaire du 17 août 1851, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 3, p. 483.

24 Ibid. Pour des adaptations locales du règlement de 1851, voir Archives nationales, F/17/10351-10355. Règlements scolaires départementaux, 1851-1882.

25 Circulaire du 9 avril 1836, dans Luc Jean-Noël, La Petite enfance à l’école, xixe-xxe siècles. Textes officiels relatifs aux salles d’asile, aux écoles maternelles, aux classes et sections enfantines (1829-1981), Paris, INRP/Économica, 1982, p. 63.

26 Pape-Carpantier Marie, Notice sur l’éducation des sens et quelques instruments pédagogiques, Paris, Delagrave, 1878, p. 17-18. Pour une étude récente, voir Regnier Jean-Claude, « Le Boulier-Numérateur de Marie Pape-Carpantier », Bulletin de l’APMEP, no 447, 2003, p. 457-471.

27 Le Cœur Marc, « La chaire et les gradins. De la salle de classe à la salle de cours dans les lycées au xixe siècle », Histoire de l’éducation, no 130, 2011, p. 85-109.

28 Arrêté du 30 mai 1843, Bulletin universitaire, t. 12, année 1843, p. 135-138.

29 Circulaire du 30 mai 1843, Bulletin universitaire, t. 12, année 1843, p. 133.

30 Voir par exemple l’autobiographie de Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, 1973, p. 234, qui évoque, dessin à l’appui, le « tableau de la salle de mathématiques […] une ardoise de six pieds sur quatre, soutenue à cinq pieds de haut par un châssis fort solide. » Dans son Plan d’éducation ou projet d’un collège nouveau (Paris, Gosselin, 1834), l’abbé Nicolle prévoit, pour chaque salle de classe, une « grande planche noire » placée derrière le professeur (p. 55).

31 Chamoux Henri, « Les cabinets scientifiques dans les lycées au xixe siècle et leur conservation », dans Actes des journées d’étude « Cabinets de curiosités, collections techniques et musées d’arts et métiers : origines, mutations et usages, des Lumières à la Seconde Guerre mondiale », à paraître ; Gires Francis (dir.), L’Empire de la physique. Cabinet de physique du lycée Guez de Balzac d’Angoulême, Niort, ASEISTE, 2006.

32 Duris Pascal, « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802) », Revue d’histoire des sciences, vol. 49-1, 1996, pp. 23-52 ; Balpe Claudette, « Constitution d’un enseignement expérimental : la physique et chimie dans les écoles centrales », Revue d’histoire des sciences, vol. 52-2, 1999, pp. 241-283.

33 Arrêté du 4 septembre 1821, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseignement secondaire français. Textes officiels, 1789-1914, Paris, INRP/Économica, Paris, 1995, p. 103-108.

34 Circulaires des 16 janvier et 29 août 1821, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseignement secondaire, op. cit., p. 98-103.

35 Arrêtés du 27 décembre 1842 et du 27 janvier 1843, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseignement secondaire, op. cit., p. 181-191.

36 Listes des instruments et autres objets de démonstration nécessaires au développement des programmes officiels de l’enseignement scientifique dans les lycées et collèges, et particulièrement en vue de l’enseignement spécial, Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique (désormais BAMIP), t. 6, 1866, p. 643-664. Voir également, au tournant du siècle : ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Catalogue du matériel scientifique des lycées et collèges de garçons, Paris, Impr. nationale, 1900 (un catalogue similaire est publié la même année pour les établissements secondaires de jeunes filles).

37 Liste des plâtres, gravures, modèles et fac simile […] à employer dans les lycées, les collèges communaux, les écoles primaires et les cours d’adultes, BAMIP, t. 7, 1867, p. 170-190 ; Liste des instruments nécessaires à la gymnastique dans un grand lycée, un petit lycée ou un grand collège communal et un petit collège, avec indication des prix, BAMIP, t. 6, 1866, p. 833.

38 Le Cœur Marc, « La chaire et les gradins… », art. cit., p. 104. Trois textes, de 1861, 1881 et 1891, réglementent la construction et l’aménagement des lycées.

39 Arrêté du 17 juin 1880, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 5, p. 180-190.

40 Guillaume Eugène, Pillet Jules, L’Enseignement du dessin, Paris, Impr. nationale, 1889, p. 11-12 et 22-26 (les écoles normales et primaires supérieures sont également concernées, de même que les lycées et collèges). Sur ce point, voir d’Enfert Renaud, Lagoutte Daniel, Un Art pour tous. Le dessin à l’école de 1800 à nos jours, Lyon, INRP, 2004 (avec la collaboration de Myriam Boyer), p. 36-65.

41 Levasseur Émile, Himly Auguste, Rapport général sur l’enseignement de l’histoire et de la géographie adressé à M. le ministre de l’Instruction publique et des Cultes, Paris, Paul Dupont, 1871 ; circulaires du 24 septembre 1872 et du 22 avril 1875, dans Circulaires et instructions officielles, op. cit., t. 7, p. 206-207 et 464-465. Sur l’usage de la carte à l’école primaire, voir notamment Chevalier Jean-Pierre, Du côté de la géographie scolaire. Matériaux pour une épistémologie et une histoire de l’enseignement de la géographie à l’école primaire en France, thèse d’habilitation à diriger des recherches, université Paris 1, 2008.

42 Article 46 de l’instruction spéciale du 18 janvier 1887 concernant la construction, le mobilier et le matériel d’enseignement des écoles primaires élémentaires, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 5, p. 835.

43 Serrurier Gustave, Les Musées scolaires, Paris, Impr. nationale, 1889, p. 6. Dans les années 1880, la création de « musées d’art scolaires », composés de moulages, gravures et photographies d’œuvres d’art est également à l’ordre du jour. Cf. Mantz Paul, Les Petits musées d’art scolaires, Paris, Impr. nationale, 1889.

44 Fatalot Albert, « Musées scolaires », dans Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire…, op. cit., 1ère partie, t. 2, p. 1991-1993. L’auteur propose d’en classer les objets de la façon suivante : produits alimentaires ; industries diverses ; matériaux de construction ; chauffage et éclairage ; géologie et minéralogie ; botanique ; zoologie ; agriculture ; chimie ; physique.

45 Instructions du 20 juin 1923, BAMIP, t. 114, 1923, p. 113.

46 Senthiles Armelle, « L’audiovisuel au service de l’enseignement : projections lumineuses et cinéma scolaire, 1880-1940 », La Gazette des archives, no 173, 1996, p. 165-182 ; de Pastre-Robert Béatrice, Dubost Monique, Massit-Folléa Françoise (dir.), Cinéma pédagogique et scientifique. À la redécouverte des archives, Lyon, ENS Éditions.

47 Décret du 29 janvier 1890, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 6, p. 225-230. Cette liste comprend également, pour les écoles de filles, l’étoffe nécessaire à l’enseignement de la couture (des listes concernant les écoles maternelles, primaires supérieures et les écoles normales sont également fournies). Une nouvelle liste est publiée en 1936, mais elle n’est guère plus étoffée. Outre les tables, sièges, tableaux noirs et armoires, elle comprend : « Le matériel nécessaire à l’enseignement (cartes géographiques, planisphère, compendium métrique, etc.) et le matériel pour l’enseignement élémentaire du travail manuel et des arts ménagers » (Instruction du 24 août 1936, Journal officiel de la République française, no 201, 28 août 1936, p. 9222).

48 Règlement du 1er novembre 1881, dans Gréard Octave, La Législation…, op. cit., t. 5, p. 330. C’est à la même époque que sont créés des « Musées cantonaux » à l’instigation d’Edmond Groult, avocat à Lisieux.

49 Circulaires du 13 août 1864 et du 17 mai 1872, dans Grandière Marcel, Paris Rémi, Galloyer Daniel, La Formation des maîtres en France, 1792-1914. Recueil de textes officiels, Lyon, INRP, 2007, p. 200-201 et 241-242.

50 Circulaire du 3 avril 1882, dans Grandière Marcel et al., La Formation des maîtres…, op. cit., p. 371

51 Archives nationales, F/17/9673. Écoles normales. Organisation du travail manuel, 1885-1886.

52 . Celles-ci figurent en annexe de : ministère de l’Instruction publique, Règlement et instruction sur l’administration et la comptabilité des écoles normales primaires d’instituteurs et d’institutrices, Paris, Impr. nationale, 1890, p. 339-382. Certains ouvrages donnent également des listes de matériel : Leblanc René, Manipulations de chimie. Leçons pratiques à l’usage des de élèves des établissements d’enseignement spécial, professionnel et primaire supérieur, Paris, André-Guédon, 1891, p. 5-9.

53 Ministère de l’Instruction publique, Rapport de la commission d’enquête des sciences physiques et naturelles, Paris, Impr. nationale, 1880, p. 44-47. Je remercie Jean-Michel Martinez de m’avoir mis sur la piste de ce document.

54 Haraucourt Célestin, « Physique », dans Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire…, op. cit., 1ère partie, t. 2, p. 2369-2372. Sur l’enseignement des sciences dans les écoles normales, voir Egginger Johann-Günther, « L’introduction de l’enseignement des sciences à l’école primaire et ses implications financières dans les écoles normales rénovées de la France septentrionale (1881-1940) », dans Condette Jean-François (dir.), Le Coût des études. Modalités, acteurs et implications sociales, xvie-xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 99-113.

55 Instruction du 15 novembre 1854, dans Belhoste Bruno, Les Sciences dans l’enseignement secondaire…, op. cit., p. 351-352.

56 Instructions du 25 avril 1898, dans Grandière Marcel et al., La Formation des maîtres…, op. cit., p. 538. Voir également dans ce recueil le rapport du 10 février 1886 sur les collections botaniques et géologiques formées par les élèves des écoles normales primaires d’instituteurs (p. 420-422).

57 Ibid., p. 542. Serrurier Gustave, Les Musées scolaires, op. cit., p. 55-58, donne la liste du matériel scientifique emporté par les élèves-maîtres de l’école normale de Grenoble à l’issue de leur scolarité.

58 Sur l’installation d’ateliers dans les écoles techniques, voir notamment Savoie Philippe, « L’enseignement technique industriel en France : l’influence des écoles d’arts et métiers », dans Bodé Gérard, Marchand Philippe (dir.), Formation professionnelle et apprentissage (xviiie-xxe siècles), hors-série de la Revue du Nord, Coll. « Histoire », no 17, 2003, p. 129-141.

59 Chartier Anne-Marie, « La lecture et ses apprentissages », dans Jacquet-Francillon François, d’Enfert Renaud, Loeffel Laurence (dir.), Une Histoire de l’école. Anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France, xviiie-xxe siècle, Paris, Retz, 2010, p. 289.

60 Grimault Freddy, « L’arrivée de la “calculatrice électronique de poche” en milieu scolaire, en France dans les années 70 », mémoire de master 2, EHESS, 2011 ; Dimet Bernard, Informatique : son introduction dans l’enseignement obligatoire, 1980-1997, Paris, L’Harmattan, 2003.

61 Voir notamment Gaulupeau Yves, « Objets et images », dans Charmasson Thérèse (dir.), L’Histoire de l’enseignement, xixe-xxe siècles. Guide du chercheur, Paris, INRP/CTHS, 2006, p. 631-658. De nombreuses photographies d’objets conservés au Musée national de l’éducation figurent dans Id., Le Patrimoine de l’éducation nationale, Charenton-le-Pont, Flohic, 1999.

62 En ligne sur http://www.inrp.fr/she/instruments/index.htm (consulté en juillet 2014).

63 À ce jour, l’ASEISTE a ainsi recensé 4 093 objets ou instruments scientifiques :http://www.aseiste.org/(consulté en juillet 2014).

64 Voir notamment Grandière Marcel (dir.), La Formation des maîtres aux xixe et xxe siècles. Guide de recherche sur les écoles normales de l’académie de Nantes, Paris, INRP, 1998, p. 23, où sont mentionnés des appareils de laboratoire. Des guides analogues pour les académies de Toulouse et de Reims ont également été publiés sous la direction d’Hervé Terral (2006) et de Gilles Rouet (2007).

65 En ligne sur : http://www.patrimoine-aquitain-education.fr (consulté en juillet 2014).

66 En ligne sur : http://bibnum-bu.univ-artois.fr/ (consulté en juillet 2014).

67 Voir la page web : http://memoiresdauteuil.free.fr/memoiresdauteuil/Expositions.html (consulté en juillet 2014).

68 Voir par exemple le site de l’Association pour l’histoire du lycée Livet de Nantes : http://www.livet-histoire.fr/rubrique119.html (consulté en juillet 2014). Ce lycée est l’héritier d’une institution fondée en 1846 par Eugène Livet et transformée en école nationale professionnelle en 1909.

69 Chervel André, La Culture scolaire : une approche historique, Paris, Belin, 1998.

70 Le Cœur Marc, « La chaire et les gradins… », art. cit. ; Bresler Henri, « Du tableau noir au tableau vert… », art. cit. ; Billouet Pierre, « L’invention moderne du tableau scolaire », Penser l’éducation, no 23, 2008, p. 5-18.

71 Senthiles Armelle, « L’audiovisuel au service de l’enseignement… », art. cit. ; de Pastre Béatrice et al. (dir.), Cinéma pédagogique et scientifique…, op. cit. ; Nourrisson Didier, « La Loire, un patrimoine éducatif », dans Berger Gérard, Nourrisson Didier (dir.), La Loire, un territoire en quête d’identité, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2007, p. 197214 ; Caumeil Jean-Guy, « Films fixes de sports et d’éducation physique : une innovation à l’école dans les années soixante ? », dans Carlier Ghislain, Bouthier Daniel, Bui-Xuän Gilles (dir.), Intervenir en éducation physique et en sport : recherches actuelles, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2006, p. 250-254. Un colloque intitulé « Pour une histoire de la Radio-télévision scolaire » s’est tenu à l’université Paris Diderot en novembre 2012.

72 Voir : http://www.inrp.fr/she/instruments/index.htm, ainsi que http://www.aseiste.org/ (consulté en juillet 2014).

73 Fatet Jérôme, « Instruments scientifiques anciens et manuels scolaires : quels liens construire, quels apports pour l’épistémologie des sciences ? », communication à la journée d’étude « Livres et disciplines scolaires », IUFM du Limousin, 19 octobre 2011. Je remercie ce dernier pour les renseignements complémentaires qu’il m’a aimablement communiqués.

74 Chartier Anne-Marie, L’École et la lecture obligatoire. Histoire et paradoxes des pratiques d’enseignement de la lecture, Paris, Retz, p. 126.

75 Savaton Pierre, « Les travaux pratiques de sciences naturelles des années 1900 à 1930. Des textes aux pratiques », à paraître. Pour les exercices pratiques de physique, voir Balpe Claudette, « Les exercices pratiques dans la réforme de 1902 », dans Belhoste Bruno, Gispert Hélène, Hulin Nicole (dir.), Les sciences au lycée…, op. cit., p. 153-168 ; Fauque Danielle, « De l’instauration des exercices pratiques à l’évaluation des savoir-faire expérimentaux », dans Hulin Nicole (dir.), Physique et « humanités scientifiques », op. cit., p. 101-118. Voir également, bien que ne portant pas sur l’enseignement primaire ou secondaire : Lehman Christine, « Les multiples facettes des cours de chimie en France au milieu du xviiie siècle », Histoire de l’éducation, no 130, 2011, p. 31-56 ; Tomic Sacha, « Le cadre matériel des cours de chimie dans l’enseignement supérieur à Paris au xixe siècle », Histoire de l’éducation, no 130, 2011, p. 57-83.

76 Luc Jean-Noël et Nicolas Gilbert, Le Temps de l’école. De la maternelle au lycée, 1880-1960, Paris, Éditions du Chêne, 2006, p. 11.

77 Ibid.

78 D’Enfert Renaud et Lagoutte Daniel, Un art pour tous…, op. cit., p. 54-61.

79 Voir à ce propos : Profit Geneviève, Lheureux Rosine, Muth Olivier, Condette Jean-François (dir.), Deux siècles d’enseignement public à Paris, xixe-xxe siècles, tome 1, Les Archives des écoles primaires. État des versements, Paris, Direction des services d’archives de Paris, 2013, p. 36.

80 Nicolas Gilbert, Le Grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris, Belin, 2004, p. 219.

81 Savaton Pierre, « Les travaux pratiques de sciences naturelles… », art. cit.

82 Chamoux Henri, « Les cabinets scientifiques dans les lycées… », art. cit. Voir également, dans Gires Francis (dir.), L’Empire de la physique, op. cit. : Blondel Christine, « Les instruments de physique au xixe siècle, du constructeur à la salle de classe », p. 25-30 ; Pierron Sébastien, « Pierron, la maison du matériel éducatif depuis 1871 », p. 31-33 ; Gires Francis, « Constructeurs des instruments scientifiques du cabinet de physique du lycée Guez de Balzac », p. 35-39.

83 Chamoux Henri, « Les cabinets scientifiques dans les lycées… », art. cit.

84 Voir par exemple, Librairie de L. Hachette et Cie, Catalogue des livres classiques et autres publications, Paris, Hachette, 1848, p. 61-64 (section intitulée « Matériel d’école et instruments de physique ») ; Catalogue spécial de mobilier, matériel scolaires et accessoires de classes, Paris, Delagrave, 1890.

85 Mollier Jean-Yves, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, p. 227-228.

86 Ibid., note 12, p. 478. La maison Delagrave possédait des usines en Haute-Saône.

87 Voir par exemple, ministère du Commerce, de l’Industrie et des Colonies, Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Rapports du jury international. Groupe II. 1ère partie. – Éducation et enseignement. Classes 6,7,8, Paris, Impr. nationale, 1891, p. 203-324 et 542-547.

Table des illustrations

Titre Figure 2 - L’école de garçons d’Ault (Somme), 1903.
Légende Source : Musée national de l’Éducation, no d’inv. 1979.13864.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 3 - Salle de dessin de l’école primaire supérieure Sophie-Germain (Paris), début xxe siècle (collection particulière).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 438k

Auteur

Maître de conférences HDR, Université de Cergy-Pontoise, Études sur les sciences et les techniques, GHDSO (EA 1610).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540