Version classiqueVersion mobile

Gustave Gustavovitch Chpet

 | 
Maryse Dennes
, 
Françoise Teppe

Le Phénomène et le sens

IV. Vers la question de la méthode

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La phénoménologie, grâce à la rigueur et à la pureté de son objet absolu, obtenues après toutes les réductions, s’avère être une discipline rigoureusement close sur elle-même, libre non seulement de tous présupposés théoriques et pratiques, mais travaillant seulement sur un matériau qu’elle peut établir pour elle-même. Étant le fondement de tout savoir, philosophique aussi bien que particulier, la phénoménologie ne « reçoit » rien, c’est elle-même qui « prend ». À cet égard, nous avons dit plus haut que la phénoménologie peut toujours utiliser l’objet de n’importe quelle attitude pour ses propres buts, mais il va sans dire qu’en ce qui concerne le contenu, elle « transforme » tout selon son propre esprit et ses propres finalités. Cela s’applique non seulement aux objets de la phénoménologie, mais aussi à ses moyens et à ses méthodes. Eux non plus ne peuvent être « empruntés » et ne peuvent s’appuyer sur les fondements d’autres sciences et d’autres attitudes. Si la phénoménologie doi...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search