Version classiqueVersion mobile

Gustave Gustavovitch Chpet

 | 
Maryse Dennes
, 
Françoise Teppe

Le Phénomène et le sens

I. L’intuition d’expérience et l’intuition idéale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ainsi, une des premières tâches qui s’offre à la philosophie concerne le problème du fondement sur lequel on pourrait construire tout l’édifice de notre savoir, philosophique comme scientifique, autant de la réalité que du « monde idéal ». « La philosophie dans son essence même est la science des vrais commencements, des origines, des ριξώματα πάντων1 ». Il est donc nécessaire en philosophie de se préoccuper de trouver le fondement, les « commencements » : dans son essence même et sa vocation, la philosophie « première » est vouée à parler de tels principes et de tels commencements. Mais tandis que l’affirmation initiale de la philosophie positive était la reconnaissance que la science des fondements de tout ce qui existe, donc de l’être lui-même, doit être la science philosophique « fondamentale », la philosophie négative a traité cette thèse fondamentale de façon négative. Dans sa pseudo-affirmation, c’est-à-dire dans un sophisme, elle n’a pas envisagé les tâches de la philosophie...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search