Version classiqueVersion mobile

Gustave Gustavovitch Chpet

 | 
Maryse Dennes
, 
Françoise Teppe

Préface

Maryse Dennes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre philosophique de Gustave Chpet [Shpet, Schpet, Špet] est restée longtemps méconnue et même ignorée des philosophes russes et occidentaux. Fusillé le 16 novembre 1937 à Tomsk, après avoir été contraint d’abandonner l’enseignement de la philosophie en 1929, puis accusé d’activités contre-révolutionnaires en 1935 et envoyé en exil en Sibérie, Gustave Gustavovitch Chpet (1879-1937) ne fut réhabilité que lentement et progressivement, à partir de 1956, et définitivement en 1990, lorsque fut reconnue officiellement la date exacte de son exécution. Les premières mentions de ses écrits, dans les années 1960-1970, se rapportèrent principalement aux domaines de la sémiotique et de la linguistique, mais ce n’est que dans la dernière décennie du xxe siècle que l’on a pu parler d’une reconnaissance et d’une réhabilitation de son œuvre philosophique, jusqu’à ce que la première décennie du xxie siècle, pût apparaître, dans l’histoire de la philosophie russe, comme la décennie de Gustave Chp...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search