Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceptions

 | 
Hélène Soulier
, 
Sylvie Salles

Le chemin d’une symphonie

Laurène Moraglia

Texte intégral

  • 1 Murray Schafer Raymond, Le paysage sonore, Paris, Éditions J. C. Lattès, 1979.

1Le monde est une immense composition musicale1.

2Campus, morceau(x) de ville, harmonie ou dissonance spatiale ? Difficile de trouver des repères et de comprendre le paysage du domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan. Cette vaste entité urbaine, sur trois communes, est un site à la lecture délicate. Plusieurs études ont tenté de simplifier et d’adapter son organisation, sans aboutir à un projet concret. L’agence d’urbanisme de Bordeaux – l’A’urba – a soumis en 1995 à la communauté urbaine de Bordeaux des « dispositions qualitatives relatives au schéma d’orientation d’aménagement » du campus. Il est présenté comme un lieu de projet pour le Plan Local d’Urbanisme. « L’enjeu pour le principal pôle métropolitain et régional d’enseignement et de recherche est de lui donner une meilleure image et un fonctionnement optimal dans une optique désormais plus qualitative : liaison entre le campus et son environnement, amélioration de la structure interne du campus, évolution et gestion du stationnement, mixité fonctionnelle. » En analysant l’identité sonore du campus, l’objectif est de trouver une approche moins conventionnelle pour comprendre ce site complexe. L’étude du paysage acoustique permet d’expérimenter une lecture du campus en prêtant attention à d’autres perceptions que la vue. L’éveil sensitif, proposé ici, fait naître un nouveau paysage. Corrobore-t-il ou contre dit-il l’identité spatiale actuelle, désorganisée et peu qualitative, soulevée par l’A’urba ? Cette compréhension particulière du lieu prend en compte une subjectivité qui interfère dans la réception des sonorités. Chacun de nous interprète et s’approprie différemment les sons environnants en développant son propre paysage acoustique. En conséquence, une partition doit être créée entre le paysage pragmatique et le paysage éprouvé par chaque usager. L’orchestration de la praxis et de la poïétique du lieu se fait en diminuant l’intensité de la pollution phonique, en encourageant les bruits stimulant l’imagination, l’univers psychique, par le biais d’une configuration spatiale adaptée.

EXPLORATION DU CAMPUS – EXPÉRIENCE SONORE

  • 2 Sansot Pierre, Variations paysagères, Éditions Klincksieck, Paris, 1983

3L’exploration du campus s’attache aux sonorités ambiantes, mais sans les isoler des perceptions visuelles auxquelles elles sont associées. Cette expérience sonore permet de dévoiler une spatialité plus dynamique, orientée vers la vie et le mouvement. Selon Pierre Sansot, elle assure la vie d’un paysage, alors que le visuel se charge de mieux l’agencer, le composer. « Si nous consentions à établir à nouveau une opposition un peu forcée entre le visuel et le sonore, nous dirions que le premier nous permet de mieux articuler le paysage tandis que le second nous assure de son existence. Le premier comporte malgré d’inévitables modifications un principe de permanence, le second nous installe dans la mouvance et les variations2. » L’itinéraire retenu entre la périphérie et le centre du campus permet de mettre en valeur des seuils entre les espaces du campus et ceux de la ville, tant d’un point de vue phonique que paysager. Chaque parcours sonore a été « disséqué » pour relever les différents types de sonorités, qu’elles soient artificielles, naturelles, constantes, ponctuelles, légères, lointaines, alarmantes, dominantes etc., Les audiogrammes – graphiques avec amplitudes des sons – sont peu révélateurs du véritable paysage acoustique du campus, du fait des interférences – chocs sur le micro, prégnance du fond venteux – qui masquent certaines sonorités ou en accentuent l’amplitude. Cette retranscription présente donc des limites. La réception du paysage sonore fait appel à notre ressenti, à une écoute spécifique en fonction de chaque son jugé plus ou moins agréable. Si le magnétophone est un outil objectif, transmettant des sonorités réelles, les données brutes nécessitent ensuite inévitablement une interprétation. Une retranscription visuelle de ce paysage acoustique est complexe. Des alternatives aux graphiques techniques sont à trouver pour illustrer les subtilités et les sensibilités de chaque sonorité. Pour chacun des parcours, des frises, associant le dessin d’une partition musicale et des coupes de paysage, permettent de rendre « visibles » les sons enregistrés durant le déplacement.

4Puis, pour une meilleure lecture de cette écoute, les différentes sonorités et leurs qualités sont identifiées par des couleurs et des symboles spécifiques (cf. légende) :

  • trafic routier (vagues de véhicules, passages ponctuels, fond constant)
  • tramway (passage, sonnerie signal)
  • soufflerie des ventilateurs
  • travaux
  • mes pas sur divers sols (trottoir en enrobé, feuilles mortes et glands, aiguilles et cônes de pins, herbe, gravillons)
  • oiseaux (cris aigus en continu, grave en signaux)
  • voix (dialogue continu, signal)

5Tous ces supports ont permis de déterminer le caractère du paysage sonore du campus, ses nuances, ses harmonies ou ses pollutions.

Frise graphique associée à la coupe du parcours du village 5 au RU « Sirtaki »

Graphisme de la qualité des sons, pour le parcours du village 5 à l’esplanade des Antilles

UNE MUSICALITÉ PAYSAGÈRE

Dissonance centre/périphérie

6Le campus est ceinturé par des axes routiers aux flux importants : l’avenue Docteur-Albert-Schweitzer au nord menant au centre de Pessac, l’A630 au sud et le cours de la Libération à l’est. Ce sont des limites très présentes qui referment le campus sur lui-même.

  • 3 Murray Schafer Raymond, op.cit.
    – Lo-fi : Abréviation de l’anglais low fidelity, basse fidélité, in (...)

7L’étude sonore des parcours montre une parfaite dissonance entre la périphérie routière et le cœur du domaine universitaire. Les bruits artificiels des vagues de véhicules avec de grandes amplitudes sonores (-0,45 : 0,45) monopolisent l’espace acoustique. Ces axes de circulations engendrent un paysage sonore lo-fi, opposé à celui du campus hi-fi3, dans lequel chaque son reste audible avec de faibles amplitudes (chant des oiseaux-0,15 : 0,15). La transition acoustique entre l’intérieur et l’extérieur du site est brutale. Ce décalage renforce la configuration sonore propre au campus. Il apparaît comme une entité spatiale et paysagère à part entière.

8Malgré son étendue, l’ambiance sonore se révèle par une intériorité forte.

Panorama acoustique

9Le paysage du domaine universitaire existe au travers d’une variété de sons produits par la coexistence de textures, de matériaux, d’équipements, de végétaux, d’usagers et d’animaux divers, ce qui lui confère une musicalité particulière. Chaque sonorité est clairement perçue du fait d’un faible niveau sonore ambiant, créant une perspective phonique avec un premier plan et un arrière-plan. Le mélange est délicat, sans violence auditive. Les espaces ouverts et les panoramas du campus permettent d’entendre les sons lointains. Une ambiance calme, rythmée par le chant des oiseaux et le bruit des feuilles agitées par le vent, compose le tableau sonore du campus. Ce paysage phonique qualifié de hi-fiest caractéristique de la situation en deuxième couronne de Bordeaux avec des îlots plus lâches, des vignes et de grands boisements.

  • 4 Ibid.

10Une écoute plus attentive révèle deux niveaux distincts de sons : les tonalités et les signaux4.

11La tonalité – fond de scène acoustique – du paysage du campus est produite par le constant trafic routier. Elle n’est pas nécessairement perçue de façon consciente. On l’entend sans l’écouter, comme une habitude auditive présente en permanence. Elle influe donc de façon subtile et profonde notre comportement et notre tempérament.

12Les signaux – sons de premier plan perçus consciemment et immédiatement – sont des avertisseurs acoustiques, vecteurs d’informations précieuses pour l’homme. Ils agissent tels des points de repère au premier plan du paysage acoustique. Dans le domaine universitaire, ils sont souvent artificiels (sonneries de tramways, passages ponctuels de véhicules, bruits de machines), même s’il existe quelques signaux naturels produits par des cris spécifiques d’oiseaux.

Carte des espaces végétalisés enveloppant le campus de Talence-Pessac-Gradignan

13Certains secteurs du campus où la concentration de signaux et de tonalités est trop forte sont caractéristiques d’un paysage lo-fi. Le paysage sonore manque de clarté car il existe des effets de masque dans des lieux aux configurations spatiales bien spécifiques et composés de matériaux réflecteurs de sons. Ces derniers peuvent agir comme des révélateurs, des conducteurs et des hautparleurs. Les bâtiments et le sol de la cour de Bordeaux 3 par exemple sont composés de matériaux semi-réfléchissants – crépi ou blocs de bétons rugueux – qui accentuent le bruit des voix et des pas des étudiants. Les discussions ont donc ici la même amplitude sonore que celle d’une voiture passant sur l’avenue Schweitzer (-0,8 ; + 0,8).

14L’espace devant la bibliothèque est, quant à lui, un carrefour sonore (lo-fi) où se condensent les signaux du tramway, le ronronnement de la ventilation du RU situé à proximité, le fort trafic routier de l’avenue Schweitzer et le bruit des conversations entre étudiants.

15Le tramway, le ventilateur du RU et l’avenue Docteur-Albert-Schweitzer, un carrefour de nuisances sonores au pied de la bibliothèque.

Bibliothèque Ventilateur du RU

Bibliothèque Ventilateur du RU

Carrefour de nuisances sonores au pied de la bibliothèque

1 – Espaces verts boisés utilisés par les usagers pour la détente
2 – BU
3 – BDX 3
4 – BDX 4
5 – Espaces clos, brouhaha étudiants + signaux tramway
Zone 1 de conflits sonores (cf. carte p. 182-183)

Audiogramme et frise graphique, du parvis de Bordeaux 3, à la bibliothèque, au RU en bordure de l’av. du Dr Schweitzer

Zones de conflits sonores
1 – lieu de détente et de travail : bibliothèque, RU de l’avenue Docteur-Albert-Schweitzer, Bordeaux 3, RU Sirtaki, nombreux espaces extérieurs de détente.
- nuisances sonores : tramway, espace ceinturé de routes (avenue des Facultés, esplanade des Antilles, avenue Docteur-Albert-Schweitzer), parkings, espaces clos résonnants (parvis, cours)
2 – lieu de détente et de travail : village 1 jouxtant l’avenue Docteur-Albert-Schweitzer avec un bâti perpendiculaire à la route, passerelle piétonne, RU1, espace extérieur utilisé pour la détente devant les Sciences des Technologies
- nuisances sonores : carrefour routier, tramway, nombreux parkings
3 – Lieu de détente et de travail : Sciences du Vivant de Bordeaux 1, bâtiments de recherche
- nuisances sonores : espace fermé acoustiquement par une organisation bâtie quadrangulaire où résonnent les bruits des ventilateurs, le trafic routier des avenues Docteur-Albert-Schweitzer et des Facultés, et le tramway.
4 – lieu de détente : parc central
- nuisance sonore : couloir venteux ouest/est trop ouvert d’un point de vue paysager.
5 – et 5bis :
- lieux de détente : Villages 4 et 5
- nuisance sonore : grande proximité de l’A630

16Les espaces avec des configurations bâties quadrangulaires, comme celui des bâtiments des Sciences du Vivant (Bordeaux 1), illustrent parfaitement un paysage lo-fi. Ces lieux, acoustiquement fermés, sont dépourvus de repères sonores. Le son est similaire dans tous les espaces de Bordeaux 1. Le bâti fait office de mur sonore. Il réverbère les bruits artificiels, technologiques et électriques : les ventilateurs installés sur les façades résonnent dans tout l’espace. L’ambiance acoustique qui en résulte est flottante car ce bruit artificiel, homogène est non spatialisant.

  • 5 Ministère de l’Urbanisme et du Logement, ministère des Transports, Bruit et Formes urbaines, propa (...)

17D’un point de vue phonique, il est préférable d’implanter les bâtiments en parallèle à la route afin que seulement 50 % de la façade soit exposée au bruit du flux routier5. Ailleurs, les barres du village 2 perpendiculaires à l’avenue Docteur-Albert-Schweitzer sont protégées par le bâtiment du CNRS faisant office de tampon sonore. Ces espaces dédiés au cours et aux logements subissent des nuisances acoustiques inconscientes, liées au ronronnement continu des ventilateurs et à la multiplication des signaux.

18Espace boisé du CNRS et village 2 dans un paysage hi-fi et zone 3 de conflits sonores, les Sciences du Vivant (cf. carte page précédente)

Frise graphique associée à la coupe du parcours de Bordeaux 3 à l’av. Schweitzer

Espace boisé du CNRS et village 2 dans un paysage hi-fiet zone 3 de conflits sonores, les Sciences du vivant (cf. carte p. 182-183)

INTERFÉRENCE-SUBJECTIVITÉ-APPROPRIATION

19Nos relevés sonores constituent le paysage sonore propre et les interviews le paysage figuré. Les usagers sont à la fois les auditeurs de sons objectifs et les producteurs de sons subjectifs ou modificateurs. Ils créent un paysage sonore vécu, éprouvé. Ils doivent inventer leur propre paysage sonore avec du presque rien, leur vécu sonore.

20La réélaboration de l’existant implique un travail de déformation, le plus souvent implicite. C’est un travail de mise à jour des données urbaines qui est fait par l’habitant, de la manière la plus ordinaire, la plus inconnue de lui-même.

— Jean-François Augoyard

21La perception du paysage sonore du domaine universitaire présente une grande part de subjectivité, influençant les comportements, les sensations et les utilisations des espaces.

22Les usagers développent un autisme face au paysage acoustique de leur lieu de travail. Ils ne prêtent aucunement attention aux sonorités environnantes, qu’elles soient agréables ou nuisibles. Étonnamment, ils se rappellent de sons marquants à l’intérieur des bâtiments, mais pas des sons extérieurs. La seule nuisance sonore identifiée lors des interviews est celle du brouhaha des discussions entre les nombreux étudiants. Les bruits de la circulation ne sont jamais mentionnés, semblant faire partie du paysage acoustique habituel et ne parasitant pas le calme ambiant. Les usagers se sentent excentrés de la ville de Bordeaux et apprécient de ce fait l’ambiance sereine associée aux vastes espaces végétalisés, qu’ils ne retrouvent pas en milieu urbain ou dans d’autres campus.

  • 6 Augoyard Jean-François, L’invention phonurgique ordinaire, actes du colloque « Paysage sonore urba (...)

23Jean-François Augoyard a travaillé sur des zones très bruyantes avec des habitants qui arrivaient à percevoir les sons très ténus d’un petit chant d’oiseau : « L’habitant façonne aussi son quotidien à partir de sons extrêmement ténus. Il en parle, il en souligne l’importance. Il dit quelle autre face du monde est ainsi indiquée :Au fond, la campagne n’est pas loin. C’est bien un travail de déformation, au sens où sont changées les valeurs de l’environnement sonore urbain6

Espace où les étudiants restent devant le RU : les bruits des flux routiers sont masqués par les dialogues (cf. carte p. 182-183).
Parc central désert, c’est un couloir venteux…

Pause déjeuner sur le parking de Bordeaux 3

24Paradoxalement, les usagers s’installent pour se détendre et à la pause déjeuner, dans des espaces situés en limite d’axes routiers, des parkings ou du tramway : autour des restaurants, des bibliothèques, entre Bordeaux 3 et 4. A contrario, le parc central reste souvent désert. Exposé ouest-est et faiblement arboré, c’est un couloir venteux qui n’incite pas à s’arrêter. Il n’est que traversé.

25Le domaine universitaire est particulièrement vivant, à proximité des espaces de travail des étudiants, des bâtiments de recherche et des secteurs d’habitat. Les usagers ne semblent pas ressentir les sonorités nuisibles. Le timbre du paysage phonique est jugé positif car les sons émanant de divers émetteurs (matériaux, équipements…) résonnent agréablement.

ORCHESTRATION

Partition paysagère

26Pour élaborer une « partition paysagère », les seuils sonores et spatiaux sont particulièrement importants, tant dans leurs rapports à la ville qu’à une échelle plus locale. Dans un site de cette taille, la qualité des transitions est essentielle.

27À certains endroits, les seuils entre la périphérie et le cœur du campus offrent des transitions acoustiques douces accompagnant progressivement l’usager d’un paysage hi-fi au paysage lo-fi extérieur. L’efficacité de ces seuils se relève dans certains parcours.

28La végétation est un élément-clé de l’efficience sonore des espaces et de leur transition. Ils forment des écosystèmes en lien avec les systèmes paysagers alentour. Ils questionnent la réalité du périmètre du campus en proposant une échelle d’analyse englobant la troisième couronne de Bordeaux. Avec ses vastes îlots arborés, elle baigne dans une ambiance sonore hi-fi, comme les autres secteurs végétalisés du campus.

29Ces espaces de transitions constituent ainsi des intervalles mélodiques, à une échelle locale et urbaine, grâce à la composition d’éléments paysagers : relief, végétation, matériaux…

Frise graphique et coupe du parcours de l’Av. du Dr Schweitzer au château d’eau

Graphisme de la qualité des sons pour le parcours de l’avenue du Docteur Albert Schweitzer à la zone du CNRS dans le campus, et château d’eau

  • 7 Codra, Bouzou Bernard, Fagart Laurent, Université de Bordeaux, Schéma directeur des sites universi (...)

30D’anciens projets d’aménagement du campus ont étonnement proposé des espaces ayant cette qualité phonique. En imaginant des entités de vie autonomes avec un seul accès routier raccordé à une voie principale dont elles sont éloignées, l’équipe Fagart-Bouzou, en 1991, a dessiné des seuils sonores autant par rapport à la périphérie qu’entre chaque secteur du campus. La desserte automobile était assurée exclusivement par la périphérie dans le scénario 4, ou relayée par une navette interne dans le scénario 37. De même, dès 1966, dans le Plan de l’Institut du Pin, l’espace des parkings était relégué aux confins du domaine. Les bruits artificiels du trafic routier étaient ainsi repoussés aux limites du campus, n’interférant pas sur les autres sonorités, pour en fausser les accords.

Audiogramme de l’Av. du Dr Schweitzer au château d’eau

Audiogramme du parvis de Bordeaux 3 à l’av. du Dr Schweitzer

Composition paysagère

31Les éléments du paysage servent de faire-valoir à l’ambiance acoustique d’un lieu. Ils doivent être agencés, hiérarchisés, créés pour conduire vers l’harmonie. Chaque entité spatiale doit avoir une ambiance acoustique propre aux activités qu’elle accueille. Des aménagements simples peuvent être réalisés dans des lieux alliant qualité phonique et paysagère.

32Le relief par exemple joue un rôle à la fois comme seuil sonore et comme transition paysagère : il diffuse des sonorités en contribuant à atténuer le bruit. L’espace boisé du CNRS et du village 2, en surplomb de l’avenue du Docteur Albert Schweitzer, empêche de percevoir les ronronnements des automobiles. De même, la topographie du parc central protège le village 5 des bruits de l’avenue des Facultés. Ailleurs, les espaces verts, entre Bordeaux 3 et 4 et au centre de Bordeaux 1, sont protégés, logés au creux de cuvettes. Ce sont aussi les plus utilisés.

  • 8 Murray Schafer Raymond, op. cit.

33Le campus est composé de près de 80 % « d’espaces verts », plantés d’espèces persistantes : bosquets de pins, haies d’arbustes et de végétaux caducs. Ensemble, ils émettent des sonorités subtiles, variées et changeantes8. La diversité végétale est un masque phonique et elle crée une ambiance paysagère qui accapare les sens.

  • 9 Agor Maia, loc. cit.
  • 10 Decourt Noël, « L’atténuation du bruit par la végétation », Revue forestière française, Nancy, Éco (...)
  • 11 Murray Schafer Raymond, op. cit.
  • 12 ministère de l’Urbanisme et du Logement, ministère des Transports, loc. cit.
  • 13 Delage Bernard, « Paysages sonores : écoutons voir... » entretien avec Naarbed Gaaled, Acoustique (...)

34Dans le domaine universitaire, les bosquets d’arbres ne sont regroupés qu’à quelques endroits : pelouse arborée au nord, espace en creux des Sciences et Technologies, et à l’est, entre la Maison de l’archéologie et le bois de Saige. Ils sont de plus en plus rares compte tenu de leur mauvais état sanitaire9, et toutes les strates végétales ne sont pas représentées. Pourtant, ce type de composition diversifiée s’avère être aussi le plus efficace pour atténuer les sonorités de la circulation. « Les bandes boisées, même denses, n’ont qu’une efficacité moyenne : 5 à 15 dB d’atténuation pour 30 mètres de large. Cependant des formations herbacées hautes (roseau, maïs) peuvent être plus efficaces10. » La gestion végétale peut ici être considérée tant d’un point de vue environnemental que phonique. Si la végétation participe au bien-être acoustique des usagers, elle est aussi source de multiples qualités spatiales (pluralité d’ambiances, apports d’ombre) et environnementales, favorisant la biodiversité, les nouveaux cycles biologiques de la faune (oiseaux, insectes, rongeurs…) et de la flore. Les oiseaux n’en seront que plus nombreux et, comme le rappelle Raymond Murray-Schaffer, leur chant apporte un sentiment commun de bien-être et de tranquillité : « Le langage et le chant des oiseaux ont fait l’objet de nombreuses études, […] aucun son de la nature n’est cependant lié, dans l’imagination de l’homme, au bienêtre et au bonheur comme l’est le chant des oiseaux11. » Ces chants diffèrent selon les espèces végétales en place : les pies dans les pins, les oiseaux à cris plus aigus dans les feuillus… Ils participent à la spatialité du site, maintenant une distance et créant une profondeur. Ce sont des signaux localisables, contrairement au ronronnement – artificiel, plat, indistinct et continu, sans premier plan ni arrière-plan – des ventilateurs des quadrangles bâtis. Ces espaces sont acoustiquement fermés, dépourvus de repères sonores et le son y est similaire en tous lieux. C’est un « espace acoustiquement morne où il y a peu d’éléments signifiants. Le bruit le plus caractéristique est le bruit de fond, bruit routier, ventilateurs, bruit du vent entre les bâtiments. Il n’a pas de lieu approprié, il devient fuyant et se répercute n’importe où12. » La végétation contribue donc à créer de nouveaux espaces sonores plutôt qu’à protéger des bruits environnants : « La greffe de sons venus d’ailleurs – musicaux ou pas – peut aussi avoir pour effet non pas d’accaparer l’attention et de gommer sa perception, mais de révéler le paysage », affirme Bernard Delage, acousticien, fondateur de Via sonora – Delage études acoustiques. Dans le film Music for Wilderness Lake de Raymond Murray Schaeffer, compositeur ayant inventé le terme de « paysage sonore », il garde en mémoire un passage illustrant cette caractéristique : « Les notes jouées par les cors – réverbérées par l’eau, renvoyées en écho diffus par les arbres serrés sur la rive – nous révélaient le paysage, ses dimensions, ses couleurs changeantes, sa définition, ses matières minérales et végétales, son organisation spatiale13. » Le vent fait aussi partie du paysage sonore du campus, vaste site ouvert et aéré. Il faut néanmoins aménager cet espace en fonction des expositions pour le rendre moins sensible aux bruits et tumultes de cet élément. Trop prégnant, le vent devient rapidement un masque, occultant les autres sonorités. Il empêche la musicalité du campus de s’exprimer, comme dans le parc central.

Carte des espaces végétalisés enveloppant le campus de Talence-Pessac-Gradignan – échelle 1/5000

35Les surfaces et les matériaux de sols sont également des éléments influents dans le paysage. Chaque matière a sa propre résonance sous nos pas. Elle accentue ou étouffe le bruit de la marche. Les tapis d’aiguilles et de cônes de pins ou les couverts de feuilles mortes et de glands émettent des craquements et des bruissements spécifiques. Ils rendent sensible le couvert végétal sur lequel on chemine. L’enrobé des dessertes automobiles réfléchit les sons et les gravillons crépitent. La prise en compte de ces sons dans l’aménagement serait donc qualitative, l’utilisation de surfaces absorbantes permettrait notamment un confort supplémentaire pour les usagers.

  • 14 Synesthésie acoustique, 3 agences en France (Bordeaux, Lyon et Issy-Les-Moulineaux) : Bureau d’Etu (...)

36Les matériaux peuvent également être le support d’un projet de signalétique sonore. Un parcours évolutif, avec des sonorités contrastées, peut identifier les transitions entre les lieux et les usages… Pour Didier Blanchard, fondateur de la société Synesthésie Acoustique14, c’est le parti pris de l’aménagement de seize parkings dans l’agglomération bordelaise. « Tandis que la plupart du temps, la signalétique est abordée de manière visuelle, l’idée est cette fois d’utiliser le son comme moyen d’orientation des usagers vers les entrées et sorties, ascenseurs et escaliers. Un dispositif original et innovant qui permet de guider les piétons et de leur apporter un plus grand confort. » Ainsi, il a positionné un micro dans le Jardin public de Bordeaux – lieu vivant et animé – et un autre dans le centre commercial Mériadeck – lieu passant et dynamique – afin de capter des sons ambiants. Il a ensuite transformé les sons, pour que cette création sonore en perpétuel mouvement accompagne le cheminement du piéton.

  • 15 Mariétan Pierre, « Composition pour un espace sonore limité », actes du colloque « Paysage sonore (...)

37Le compositeur Pierre Mariétan, en décembre 1979, a collaboré avec l’architecte Alain Sarfati pour mettre en place un parcours sonore dans une opération de 100 logements dans le quartier des Épinettes à Évry. « L’arrivant prenant conscience de son propre pas sur le sol, (re) trouve une échelle de perception auditive qu’il perd dans la rumeur urbaine. […] Le cheminement dans le jardin et sur la butte a une allure de divertissement avec des alternances et des progressions de pas assourdis ou résonnants sur des revêtements de sols variés : herbe, terre battue, asphalte, bois, gravier, avec des suggestions de parcours15… » Les espaces parcourus deviennent des évènements qui se distinguent les uns des autres.

  • 16 Delage Bernard, op. cit.
  • 17 Lassus Bernard, Le cas particulier : une approche paysagère, actes du colloque « Paysage sonore ur (...)

38Aujourd’hui, cette approche sonore est intégrée à des projets de paysage. Bernard Delage, acousticien de l’agence Via sonora, la paysagiste Mahaut De Laage, l’architecte Fabrice Antore et les bureaux d’études ATEVE Ingénierie et AVAL Consultants, ont utilisé cette approche dans la conception du parc de la Vallée de la Vaucouleurs à Mantes-la-Jolie. « Le maître d’ouvrage a demandé dès le concours d’imaginer un “parcours sonore” pour requalifier l’ambiance de la partie du parc qui est la plus “polluée” par le bruit du trafic automobile. Nous avons proposé de “donner un supplément de présence et d’esprit” aux sonorités du vent et de l’eau, qui suivent le cours de la vallée. Et nous avons concrétisé cela sous la forme de deux installations16. » Plus que de simples installations phoniques, les créations sonores participent au paysage et en magnifient le contexte vivant. À l’image des aménagements proposés par les paysagistes soucieux de valoriser la nature même d’un lieu, les aménagements acoustiques font naître une identité sonore, comme le prône Bernard Lassus : « Dire, montrer, faire entendre, c’est proposer d’autres lectures de ce qui nous entoure sans en modifier la présence physique. Aménager un lieu, c’est aussi tenter de substituer à des paysages que nous n’avons peut-être pas su percevoir, un paysage conçu17. »

UN PROJET PAR LE SON ?

39Le paysage sonore du domaine universitaire révèle une qualité phonique jusque-là ignorée. C’est un paysage hi-fioù les sonorités s’accordent sans aucune hégémonie et forment un ensemble identifiable de notes simultanées naturelles et artificielles. La mixité des éléments qui lui donne sa musicalité est caractéristique d’un paysage périurbain.

40Ce constat s’oppose à l’image peu qualitative du campus soulevée par l’A’Urba, en 1995. Une partition peut composer avec tous les bruits existants. Le projet est ici une démarche poïétique qui vise à révéler le plus justement possible chaque sonorité du campus. En jouant avec des dispositifs acoustiques, le projet de paysage compose aménagements et polyphonie des lieux. La partition se joue autant musicalement que spatialement. Les projets pouvant dévoiler les qualités spatiales de ce paysage sonore doivent traiter les rapports à la ville, en modulant les accords entre le campus et sa périphérie. Les espaces de végétation stratifiée sont des intervalles musicaux avec une richesse de sons qui favorise des bulles sonores perçues de manière plus intime.

41L’approche sonore ouvre un champ d’exploration sensorielle encore trop peu reconnue. Les approches tactiles et visuelles sont largement convoquées pour appréhender un site. Le tactile facilite nos mouvements et la vue s’impose au paysage, défini comme une étendue perceptible d’un seul coup d’œil. L’influence des sonorités d’un lieu sur son aménité est encore à explorer.

  • 18 Berque Augustin, Conan Michel, Donadieu Pierre, Lassus Bernard, Roger Alain, Mouvance. Cinquante m (...)

42« L’approche sonore joue, par sa grande part de subjectivité, un rôle essentiel de médiance entre la qualité du site en lui-même et sa réceptivité, son utilisation. » Bernard Lassus, paysagiste, défend l’idée d’approcher le site dans sa singularité et ses potentialités, en tentant de rendre visible et évident le non-visible : pratiques enfouies, patrimoine, perspectives spatiales18… Cette démarche pourrait aller plus loin encore, en s’attachant aux sonorités locales, et soulever de nouvelles hypothèses d’aménagements des espaces. Le paysage n’en sera que plus habité, de manière réceptive et plus seulement contemplative.

Notes

1 Murray Schafer Raymond, Le paysage sonore, Paris, Éditions J. C. Lattès, 1979.

2 Sansot Pierre, Variations paysagères, Éditions Klincksieck, Paris, 1983

3 Murray Schafer Raymond, op.cit.
– Lo-fi : Abréviation de l’anglais low fidelity, basse fidélité, indiquant un rapport signal/bruit insatisfaisant. Appliqué à l’étude du paysage sonore, un environnement lo-fiest celui dans lequel les signaux sont si nombreux qu’il en résulte un manque de clarté ou un effet demasque.
– Hi-fi : Abréviation de l’anglais hight fidelity, haute fidélité, indiquant un rapport signal/bruit satisfaisant. Appliqué à l’étude du paysage sonore, un environnement hi-fiest celui dans lequel les sons seront distinctement perçus, sans qu’il y ait encombrement ou effet de masque.

4 Ibid.

5 Ministère de l’Urbanisme et du Logement, ministère des Transports, Bruit et Formes urbaines, propagation du bruit routier dans les tissus urbains, CETUR, Paris, juillet 1981

6 Augoyard Jean-François, L’invention phonurgique ordinaire, actes du colloque « Paysage sonore urbain », ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie, Plan-Construction, Paris, 1981.

7 Codra, Bouzou Bernard, Fagart Laurent, Université de Bordeaux, Schéma directeur des sites universitaires, Scénarios d’aménagement, Principe d’aménagement, S. N., 1992.

8 Murray Schafer Raymond, op. cit.

9 Agor Maia, loc. cit.

10 Decourt Noël, « L’atténuation du bruit par la végétation », Revue forestière française, Nancy, École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, 1975.

11 Murray Schafer Raymond, op. cit.

12 ministère de l’Urbanisme et du Logement, ministère des Transports, loc. cit.

13 Delage Bernard, « Paysages sonores : écoutons voir... » entretien avec Naarbed Gaaled, Acoustique et Paysage.

14 Synesthésie acoustique, 3 agences en France (Bordeaux, Lyon et Issy-Les-Moulineaux) : Bureau d’Etudes en Acoustique | Consultant acoustique | Mesure acoustique | Traitement acoustique. Références de projets sonores pour bâtiments, industries, lieux musicaux, design sonore, environnement, bruits de chantiers...

15 Mariétan Pierre, « Composition pour un espace sonore limité », actes du colloque « Paysage sonore urbain », ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie, Plan-Construction, Paris, 1981.

16 Delage Bernard, op. cit.

17 Lassus Bernard, Le cas particulier : une approche paysagère, actes du colloque « Paysage sonore urbain », ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie, Plan-Construction, Paris, 1981.

18 Berque Augustin, Conan Michel, Donadieu Pierre, Lassus Bernard, Roger Alain, Mouvance. Cinquante mots pour le paysage, coll. « Passage », Éditions de la Villette, Paris, 1999.

Table des illustrations

Légende Frise graphique associée à la coupe du parcours du village 5 au RU « Sirtaki »
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Graphisme de la qualité des sons, pour le parcours du village 5 à l’esplanade des Antilles
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Carte des espaces végétalisés enveloppant le campus de Talence-Pessac-Gradignan
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Bibliothèque Ventilateur du RU
Légende Carrefour de nuisances sonores au pied de la bibliothèque
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende 1 – Espaces verts boisés utilisés par les usagers pour la détente2 – BU3 – BDX 34 – BDX 45 – Espaces clos, brouhaha étudiants + signaux tramwayZone 1 de conflits sonores (cf. carte p. 182-183)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Audiogramme et frise graphique, du parvis de Bordeaux 3, à la bibliothèque, au RU en bordure de l’av. du Dr Schweitzer
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Zones de conflits sonores1 – lieu de détente et de travail : bibliothèque, RU de l’avenue Docteur-Albert-Schweitzer, Bordeaux 3, RU Sirtaki, nombreux espaces extérieurs de détente.- nuisances sonores : tramway, espace ceinturé de routes (avenue des Facultés, esplanade des Antilles, avenue Docteur-Albert-Schweitzer), parkings, espaces clos résonnants (parvis, cours)2 – lieu de détente et de travail : village 1 jouxtant l’avenue Docteur-Albert-Schweitzer avec un bâti perpendiculaire à la route, passerelle piétonne, RU1, espace extérieur utilisé pour la détente devant les Sciences des Technologies- nuisances sonores : carrefour routier, tramway, nombreux parkings3 – Lieu de détente et de travail : Sciences du Vivant de Bordeaux 1, bâtiments de recherche- nuisances sonores : espace fermé acoustiquement par une organisation bâtie quadrangulaire où résonnent les bruits des ventilateurs, le trafic routier des avenues Docteur-Albert-Schweitzer et des Facultés, et le tramway.4 – lieu de détente : parc central- nuisance sonore : couloir venteux ouest/est trop ouvert d’un point de vue paysager.5 – et 5bis :- lieux de détente : Villages 4 et 5- nuisance sonore : grande proximité de l’A630
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Légende Frise graphique associée à la coupe du parcours de Bordeaux 3 à l’av. Schweitzer
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Espace boisé du CNRS et village 2 dans un paysage hi-fiet zone 3 de conflits sonores, les Sciences du vivant (cf. carte p. 182-183)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Espace où les étudiants restent devant le RU : les bruits des flux routiers sont masqués par les dialogues (cf. carte p. 182-183).Parc central désert, c’est un couloir venteux…
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Frise graphique et coupe du parcours de l’Av. du Dr Schweitzer au château d’eau
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Graphisme de la qualité des sons pour le parcours de l’avenue du Docteur Albert Schweitzer à la zone du CNRS dans le campus, et château d’eau
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Audiogramme de l’Av. du Dr Schweitzer au château d’eau
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Audiogramme du parvis de Bordeaux 3 à l’av. du Dr Schweitzer
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Carte des espaces végétalisés enveloppant le campus de Talence-Pessac-Gradignan – échelle 1/5000
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7006/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 591k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540