Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceptions

 | 
Hélène Soulier
, 
Sylvie Salles

Cadrages, vues, perceptions

Olivia Gaillot-Drevon

Texte intégral

1Cadrer, du latin quadrum, signifiant « carré » : s’ajuster à, avoir de la contenance, du rapport ; concorder, avoir un lien abstrait avec ; centrer.

2Comment aborder la diversité des situations qu’offre le campus ? Comment aborder cet espace manquant de repère, étendu et difficile à appréhender ?

3Lors de la découverte du campus, chaque expérience paraît unique, chaque lieu semble différent du précédent. En cheminant, je me sens écrasée par d’imposants bâtiments ou perdue dans un espace immense, mise à distance. Pourtant, en passant devant une salle de cours ouverte, j’ai pris conscience de l’importance du cadrage des vues sur l’extérieur. La relation à l’extérieur s’agençait au travers d’une série de cadres, avec un contre-jour tel que les vues semblaient abstraites.

4Qu’est-ce que je vois ? Comment est-ce que je comprends l’espace à travers ces cadrages ?

5Ces questions interrogent les relations entre l’étendue du site universitaire et la diversité des usages cachés derrière des façades homogènes. Derrière ces façades, il y a une diversité de situations, une diversité de vues depuis les halls, les fenêtres des salles de travail du rez-de-chaussée, les étages. Ces vues permettent une proximité aux façades, aux arbres, aux parkings et parfois des ouvertures sur de larges panoramas. Rapidement, des cadrages plus complexes apparaissent entre les bâtiments, depuis une voie, à travers un parking, entre des arbres. Ils révèlent un dialogue intérieur/extérieur qui organise l’ensemble des espaces du site universitaire, à travers des perspectives, des face-à-face, des frontalités.

ANALYSE PAYSAGÈRE

  • 1 Pechère René, Grammaire des jardins, Bruxelles, Éd. Racine, 1995, p. 17.

6Un point essentiel est la parfaite connaissance de la déformation de la perspective et des règles d’optique. Au niveau de la vision, un bâtiment est un volume que l’on contemple, le jardin, lui, est perspective fuyante. Il se produit alors un raccourcissement tel, qu’un carré en plan paraît un rectangle sur place et qu’un cercle paraît un ovale en perspective. […] Un plan joli sur papier « vu d’avion » risque d’être mauvais à l’exécution si on ne tient pas compte des déformations optiques. […] Opérer donc sur le site depuis le cadre ou la zone ou l’effet est voulu1. – René Pechère

7Des prises de vue systématiques, depuis l’intérieur des bâtiments vers l’extérieur ou entre les bâtiments, ont permis d’identifier les situations de cadrages du campus. Elles ont fait émerger des relations entre celui qui voit et ce qu’il voit, des vues identifiables ordonnant le paysage du campus.

Contrastes, fenêtre sur grands panoramas et face-à-face de proximité

8Depuis l’intérieur des bâtiments, deux situations de cadrages coexistent :

  • Les photographies de gauche montrent une large profondeur de champ. La ligne d’horizon est très dessinée, avec des éléments regroupés ou parsemés (arbres, voitures notamment). D’un bâtiment à un autre, d’un étage à un autre, les vues sont cadrées sur un large espace ouvert.

  • Les photographies de droite mettent en avant des situations de proximité, avec une profondeur de champ très réduite. Elles sont liées à des éléments architecturaux, à des boisements.

9Les vues sont souvent frontales ou abruptes, par manque de connexion entre les premiers et les arrière-plans. Tantôt la vue flotte comme si le cadre était trop grand. Tantôt la vue est stabilisée par l’épaisseur du cadre. Tantôt des éléments émergent et permettent d’ajuster la vue. Les yeux alors se fixent, on s’arrête, on observe, profitant de la vue grâce à un « repos de l’œil ».

Contraste : fenêtres sur grands panoramas et face-à-face de proximité

Processus de cadrage et repos oculaire

Grandes perspectives

10Dans les espaces extérieurs du campus, des situations de cadrages – dessinées par des alignements de façades et parfois rehaussées de quelques plantations – ouvrent de longues perspectives vers la pelouse centrale. Ici, la topographie du site et la pente du terrain viennent amplifier la perspective.

11Les cadrages sont généralement produits par les bâtiments, mais aussi par des masses boisées ou des arbres isolés au feuillage opaque. Ces éléments créent un cadre, masquant une partie de ce que nous voyons pour mieux révéler d’autres vues.

12La perspective facilite le repérage et aide à la lisibilité du site. Le but du cheminement semble évident. On se projette au bout de la perspective. On est ici physiquement et là-bas mentalement.

Parkings Bordeaux 1

Vue sur le clocher de Talence et Cenon

Espace central dégagé, accrétion d’éléments au nord et au sud (gauche et droite sur l’image), orientation donnée par de longues façades

Au-delà du champ

13D’autres espaces, dans le campus, échappent à tout cadrage. « Au-delà du cadre », ils sont saisissables par des panoramiques à 360°. Ils n’ont pas d’orientation, de point de fuite, ni de direction privilégiée. Aucun élément n’émerge. Tout est au loin, accumulé sur la ligne d’horizon. La majeure partie de l’image est occupée par le ciel et le sol, même si quelques éléments peuvent servir de repères. Dans ces espaces, le corps est désorienté. L’absence de point de fuite perturbe le mouvement.

Panoramiques sur le grand parc

CADRAGES ET DISPOSITIFS

Dispositifs de vision : la vue et le corps

14La notion de cadrage sous-entend la fragmentation de la vue, le rétrécissement du champ de vision. Certains éléments, perçus comme fixes, structurent le champ de vision et aiguillent la vue vers un point précis. Pourtant, dans une même situation de cadrage, plusieurs vues sont possibles selon la position du corps de l’observateur. De même, pour une même position d’observation, les vues peuvent être différentes selon les caractéristiques du cadre. Ainsi, une série de cadres alignés produit un tracé rectiligne, une perspective invitant au mouvement. À l’inverse, lorsque le cadre organise des vues frontales, les tracés sont plus fluides mais n’invitent pas au mouvement.

15Depuis les fenêtres des salles de cours, le regard plonge vers l’extérieur. Le corps s’y projette mentalement. Les informations recueillies par la vue (appréciation des distances, orientation, identification du type d’espace, qualités du sol, accessibilité, luminosité,...) servent à anticiper le déplacement corporel. La vue anticipe la traversée du cadre, qui lui permet de focaliser l’attention sur ce qui est au-delà.

16Ces cadrages, relais pour notre vue incitent au déplacement. Ce sont aussi des dispositifs paysagers qui permettent d’agencer l’espace, de définir des proportions, d’introduire des séquences, de rythmer le déplacement du corps. Le cadrage est un dispositif visuel privilégié dans l’art des jardins.

Dispositif cadrage simple

Dispositif cadrage simple

Dispositif cadrages en série

Dispositif cadrages en série

Cadrages alignés : perspective

Cadrages-vecteurs : déambulation

Dispositifs paysagers : les cadrages de l’art des jardins

1 — Les jardins du château de Versailles André Le Nôtre (XVIIe siècle)

17Les jardins de Versailles se caractérisent par la régularité et la symétrie des allées, la rigueur des parterres, la précision des tailles et l’imposante perspective qui, depuis les fenêtres du roi, s’étend au-delà du parc. Le jardin, considéré comme le prolongement du château, n’échappe nulle part au regard du roi.

18Le plan du jardin, très géométrique, exploite les connaissances en optique, avec un élargissement du bassin central au fur et à mesure que l’on s’éloigne du château. Le jardin est dessiné comme un édifice, avec des salles, des chambres, des vestibules que le visiteur traverse selon un parcours préétabli. Dans ce jardin, les massifs en topiaire, les allées d’arbres taillés en rideaux etc., sont aussi des dispositifs de cadrage qui imposent au regard une direction à suivre. Les parterres, très jardinés au premier plan, sont remplacés, vers le fond du parc, par des boisements et des prairies qui, par leur dimension, garantissent l’effet de l’arrière-plan. Le domaine du roi semble ainsi se prolonger vers la campagne environnante.

2 — Le jardin Rousham William Kent (XVIIIe siècle)

19Les jardins anglais, au XVIIIe siècle, sont influencés par les paysages pastoraux peints par william Turner ou Nicolas Poussin. Ces paysages utopiques, parsemés de temples antiques et parcourus par des bergers et des moutons, imposèrent un modèle paysager idyllique qui a été appliqué aux parcs paysagers. Contrairement aux jardins de Le Nôtre, ordonnés par de grandes perspectives ouvrant sur un « fond de scène », ces jardins anglais partent du terrain existant. Ils le « paysagent » par des interventions privilégiant un effet « naturel » voire « sauvage ». Les accidents du terrain sont préservés et exploités, le jardin s’ouvre sur la campagne environnante, qui d’ailleurs fait partie du jardin. Ces jardins s’organisent selon des cheminements sinueux ouvrant sur des points de vue pittoresques. Le parcours du promeneur est rythmé par des scénettes qu’il découvre le long du sentier à travers la végétation. La composition des points de vue répond aux règles de composition du tableau. Ce qui importe, c’est la recherche de l’équilibre des volumes, de la variété végétale, de l’accord des coloris.

3 — Le parc des Buttes-Chaumont Jean-Charles Alphand (XIXe siècle)

20Aménagé sur une ancienne carrière de gypse, le parc des Buttes-Chaumont est très vallonné, avec de belles perspectives sur le cœur du parc. Il est agrémenté de massifs floraux et de nombreuses essences d’arbres. Avec l’effet du relief, ils produisent des cadrages qui dévoilent des vues au fil de la promenade. Le cheminement se fait le long d’allées tortueuses. Son aménagement – avec grottes, cascades, passerelle, pont suspendu, promontoire et folie gréco-romaine – rappelle les jardins anglais juxtaposant des tableaux influencés par les paysages de Jean Honoré Fragonard ou d’Hubert Robert, le peintre des jardins de Rome.

1 — Les jardins de Versailles, XVIIe siècle.

2 — Jardin Rousham, XVIIIesiècle.

3 — Buttes-Chaumont, XIXe siècle.

HYPOTHÈSE DE PROJET

Le parc paysage du campus universitaire

21Dans ces jardins, le cadre met en rapport et connecte les éléments, les espaces et les vues. Ces effets étaient présents dans la trame orthogonale du plan de Sainsaulieu. Cet ordonnancement du campus a été bouleversé par le tracé du tramway, l’essor de la voiture, les récurrents agrandissements de l’université. L’hypothèse de ce travail propose de valoriser le site du campus par des cadrages s’appuyant sur les tracés d’origine. À l’image des parcs paysagers, des agencements, combinant végétation et bâti, peuvent ordonner le campus à l’échelle de chaque lieu comme à celle de l’ensemble du site.

Stratégie végétale

22Proposer une organisation du végétal et du bâti en fonction des situations de cadrages recensées sur le site universitaire.

1 — De grandes perspectives pour reconnecter Bordeaux 1

– État actuel

23Aujourd’hui, les bâtiments de Bordeaux 1 situés à l’extrémité du campus sont très peu connectés au reste de l’université. La trame dessinée par Sainsaulieu disparaît derrière une saturation de la vue par des éléments « parasites » et une omniprésence du stationnement. Les perspectives sont bouchées par des routes condamnées.

– Proposition

24Pourtant, une longue perspective se dessine au cœur du campus. L’affirmer, au travers d’un parc paysager, permettrait de retrouver l’unité du site universitaire et d’installer une continuité entre les différents espaces. Mettre en valeur cette perspective, c’est aussi lui donner des cadres orientant ou rythmant les vues et les déplacements à partir de l’agencement du végétal en allées d’arbres, massifs,… Cela nécessite :

  • de supprimer les éléments « parasites » – bosquets, petits massifs, arbres, matériel – qui obstruent la perspective ;

  • de réduire l’impact de la voiture et l’accumulation des « obstacles » qu’elle génère, en supprimant les parkings de l’avenue de l’université au profit d’une promenade piétonne ou en réorganisant les parkings en lien aux bâtiments ;

  • de créer une promenade, cœur de Bordeaux 1.

2 — Face-à-face de proximité : créer une façade végétale palliative

– État actuel

25À Bordeaux 1, près de la bibliothèque universitaire, et à Bordeaux 3, à l’arrêt Montaigne-Montesquieu, les agencements bâtis produisent des face-à-face entre des espaces et des bâtiments proches, mais séparés par la ligne de tramway. Cependant, au fil des années, cette proximité spatiale donnant une cohésion forte aux lieux a été occultée par de nouveaux bâtiments intercalés entre les façades.

– Proposition

26Il s’agit d’installer de nouveaux cadrages pour :

  • retrouver un dialogue entre les façades et une symétrie des espaces par une façade,

  • affirmer le statut d’entrée de ces deux espaces,

  • intensifier la proximité dans les cours de Bordeaux 1 par un couvert boisé dense et souligner le contraste entre ces espaces clos et l’ouverture des grandes perspectives.

27Un enchaînement d’écrans par des végétaux en « miroir » de chacun des côtés de la ligne de tramway.

– État actuel

28Les jardins recensés au sein des bâtiments de Bordeaux 1 sont des espaces sans réelle plasticité : ouverts mais clos, plantés sporadiquement, souvent en eau. Ils sont aujourd’hui majoritairement délaissés. Des dalles de bétons ont été mises en place afin de faciliter l’accès aux salles de cours.

– Proposition

  • Boiser intensément les nombreuses petites cours présentes au sein des bâtiments de Bordeaux 1. Ainsi naîtront par contraste des lieux dont les fortes proximités seront rendus par un couvert végétal important et des espaces de grandes perspectives ouverts à la vue.

  • Choisir des essences mesohygrophiles (frênes, aulnes) qui contribueront à assainir le sol.

29En rouge les récents bâtiments à Bordeaux 3 venus s’intercaler entre les façades d’origine en pointillés jaunes.

3 — Espaces belvédères pour lire le campus

– État actuel

30Situés en point haut, certains espaces sont des endroits clefs pour la compréhension de l’ensemble du site universitaire. Pourtant, les informations utiles au repérage (château d’eau, clocher de Talence,…) sont noyées dans une multitude d’éléments surchargeant la vue.

– Proposition

31Dans ces zones relais, il s’agit de réduire le champ de vision pour l’orienter vers les principaux axes de repères en :

  • densifiant les boisements, par une strate arbustive et buissonnante persistante, là où la vue doit se concentrer sur des points de repère préalablement choisis ;

  • requalifiant les situations de belvédères par la création de placettes, squares, terrasses, tables d’orientation,... ou l’installation d’équipements.

4 — De grandes perspectives pour connecter jardins et plaine

– État actuel

32L’espace vert central, pelouse parsemée d’arbres, constitue un espace marquant du campus, mais peu fréquenté par les étudiants et les promeneurs. À l’ouest de la voie du tramway, se succèdent des bâtiments, disposés autour de cours ou jardins, et des parkings ou routes qui s’ouvrent sur cette pelouse. Pourtant, la voie de tramway et la route isolent les bâtiments de Bordeaux 1 par rapport à cet espace vert central.

– Proposition

33L’objectif est ici de proposer des cadrages pour se réapproprier la trame dessinée par Sainsaulieu en 1963 et recomposer les liens qu’elle installait entre les bâtiments et la pelouse.

  • Mettre en place, par le végétal, une série de cadres ouvrant sur un parc central pour focaliser le regard.

  • Redimensionner l’espace central, trop vaste pour être perçu comme confortable.

  • Éliminer les éléments isolés (bosquets, petits massifs, arbres, matériels) qui bouchent les perspectives.

  • Supprimer les parkings de l’avenue des Facultés et diminuer l’emprise de la voierie au profit d’un espace enherbé piétonnier mettant en continuité les cours-jardins et le parc à travers Bordeaux 1.

34Ouvrir les écoles pour permettre les traversées de l’espace universitaire. Et, pourquoi pas, proposer une nouvelle entrée à l’esplanade des Arts et Métiers, particulièrement bien connectée au tramway, aux parkings de Talence, aux arrêts de bus,…

5 — Des fenêtres sur plaine pour relier les façades au parc

– État actuel

35Certains bâtiments de Bordeaux 1 font face à la pelouse centrale, selon un rapport frontal entre béton et herbe. L’accumulation de lignes parallèles (parking, route, trottoir, tramway, piste cyclable,…) fait obstacle à la traversée. Une fois cette succession de limites franchie, le contraste est saisissant par rapport à l’immensité plane de la pelouse. Cette opposition forte produit une sensation de malaise.

– Proposition

  • Mettre en place, par le végétal, des cadres le long de la voie du tramway, entre l’entrée des bâtiments de Bordeaux 1 et le bord du parc. Ces cadres constituent une série de plans rythmant et accompagnant le franchissement de la route et de la voie du tramway par des vues variées.

  • Faciliter la traversée du piéton en limitant les obstacles (bordures hautes, barrières,…) pénibles à franchir.

  • Installer des cheminements hors d’eau, accessibles toute l’année, dans le parc.

1 – Éléments qui cadrent
2 – Bordeaux 1
3 – Av. Facultés
4 – Tram/Vélos
5 – La plaine

Vues sur tram : ouvrir sur la plaine

36L’accent sur le premier plan constitue une puissante accroche pour le regard qui va ensuite explorer naturellement le reste de la composition dans la profondeur de l’image. À chaque vue devront être pris en compte les règles de la composition pour instaurer calme, harmonie mais aussi surprise afin d’inciter le promeneur à la marche.

37L’appropriation et l’accentuation des reliefs et des composantes du site (à la manière des jardins anglais) permettront de jouer avec une palette végétale riche. Les combinaisons entre eau et végétal garantiront l’attrait du parc.

38Les « fenêtres » ouvriront sur un ensemble de « scénettes » variées appelant le promeneur à la déambulation et à la détente.

39Penser la plaine comme un parc est une des manières de garantir sa préservation. C’est également l’endroit où se matérialise toute la richesse du site sur lequel s’inscrit l’université de Bordeaux, propice à communiquer l’image d’un cadre universitaire exceptionnel : un coin de nature aux portes de Bordeaux.

40La notion de cadrage ouvre sur un type de réponse centré sur la qualité et l’orientation des formes qui découle de l’observation de l’existant. L’analyse botanique, biologique et écologique du site menée par d’autres étudiants permettra de compléter cette réflexion en proposant une palette végétale pensée à partir des milieux recensés et assurera ainsi la pérennité du projet.

Arrêt tram « François Bordes » (Ligne B)

Arrêt tram « François Bordes » (Ligne B)

Notes

1 Pechère René, Grammaire des jardins, Bruxelles, Éd. Racine, 1995, p. 17.

Table des illustrations

Légende Contraste : fenêtres sur grands panoramas et face-à-face de proximité
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Processus de cadrage et repos oculaire
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Parkings Bordeaux 1
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Vue sur le clocher de Talence et Cenon
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Espace central dégagé, accrétion d’éléments au nord et au sud (gauche et droite sur l’image), orientation donnée par de longues façades
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Panoramiques sur le grand parc
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Dispositif cadrage simple
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Dispositif cadrages en série
Légende Cadrages alignés : perspective
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Cadrages-vecteurs : déambulation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 1 — Les jardins de Versailles, XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 2 — Jardin Rousham, XVIIIesiècle.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 3 — Buttes-Chaumont, XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende 1
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 2
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende 1 – Éléments qui cadrent2 – Bordeaux 13 – Av. Facultés4 – Tram/Vélos5 – La plaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Arrêt tram « François Bordes » (Ligne B)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Arrêt tram « François Bordes » (Ligne B)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7000/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540