Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceptions

 | 
Hélène Soulier
, 
Sylvie Salles

Un campus cent limites ?

Floriane Charles

Texte intégral

1À première vue, l’organisation de ce campus est simple : plusieurs unités d’enseignement ceinturent un vaste parc central. Certaines unités sont cependant plus excentrées que d’autres et le tissu urbain vient s’inscrire, sous forme de poches, dans cette entité. Dès les premières explorations du site, le campus est apparu découpé, délimité par les circulations, mais aussi morcelé par de nombreuses clôtures, par des haies et un mobilier hétéroclite.

2Peut-on ainsi encore considérer ce campus comme une entité unique et cohérente ?

Portraits d’objets-limites

APPROCHER LE CAMPUS PAR SES LIMITES

3En observant de plus près la composition des unités d’enseignement, on constate que chacune d’elles se compose d’éléments similaires : bâtiments d’enseignement, restaurants, logements étudiants, parkings, espaces verts, boisements et espaces résiduels. Pour se les représenter, l’analogie formelle entre l’organisation des cellules végétales et celle des unités d’enseignement est rapidement devenue opportune. En effet, elles ont un fonctionnement qui leur est propre et entretiennent des relations particulières entre elles et avec l’extérieur : la ville.

  • 1 Péré-Christin Évelyne, Le mur, un itinéraire architectural, Paris, Éditions Alternatives, coll. «  (...)

4En soulevant la question de la cohérence du campus, il me semblait intéressant d’explorer les membranes de ces cellules, c’est-à-dire leurs limites. Ces limites physiques, topographiques, parfois virtuelles sont très largement observables sous différentes formes, avec des épaisseurs variables dans le campus. Elles sont si présentes dans nos environnements quotidiens, si familières, que l’on en oublie de les regarder et de les apprécier. Pourtant, la limite comme élément urbain a traversé le temps et mérite d’être réévaluée. Il en va ainsi du mur : « Au cours des siècles, les mêmes fonctions sont remplies par des formes ou des expressions diverses mais qui témoignent toujours du même rapport dual : le mur inscrit dans l’espace les relations entre le dedans et le dehors, le permis et le défendu, le sacré et le profane, l’ici et le là1. »

Modèle d’une unité d’enseignement du campus
1 – Espace vert identifié
2 – Cheminements doux
3 – Vide résiduel
4 – Logements étudiants, restaurants
5 – Bâtiments d’enseignement
6 – Voitures ponctuant l’unité d’enseignement
7 – Voitures stockées sur les aires de stationnement
8 – Boisements
9 – Les multiples limites du campus

Détail de la membrane d’une cellule végétale Détail des multiples limites du campus.

Détail de la membrane d’une cellule végétale Détail des multiples limites du campus.
  • 2 Dictionnaire Larousse, 1996.

5La limite est usuellement définie comme une « ligne séparant deux pays, deux territoires, deux terrains contigus. Ligne qui circonscrit un espace, qui marque le début ou la fin d’une étendue, d’un espace de temps. Bornes, points au-delà desquels ne peuvent aller ou s’étendre une action, une influence, un état que l’on ne peut dépasser2. » Ici, la limite a une réalité matérielle : c’est un objet physique qui nous renseigne de multiples façons sur le territoire. Elle découpe l’espace en créant une rupture, un événement dans notre champ visuel. Elle apporte un repère, une échelle, et nous renseigne sur la profondeur du lieu. Elle peut être le marqueur des processus de gestion et des époques de construction. Elle marque l’appartenance du lieu par un individu ou par un groupe d’individus. Elle crée une démarcation entre différents modes de gestion, elle nous renseigne sur la vocation des espaces et leur degré d’ouverture.

6À première vue, les limites semblent être des objets anecdotiques, parfois insolites dans le paysage. Cependant, le paysagiste appréhende la variété de ces limites pour approcher la complexité et la qualité des espaces publics, pour comprendre le processus d’évolution du lieu, mais aussi pour rendre compte des rapports que les individus entretiennent avec ces espaces.

7Dans le domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan, il questionne l’approche du site, les rapports qu’entretiennent le campus et la ville ainsi que les pratiques des individus.

8Clôtures, haies, murs, bordures, bâtis, routes, rocade… sont autant d’éléments permettant de comprendre la forme et les dynamiques de cet espace.

EXPLORATION, UNE RELATION VISUELLE À L’OBJET

9Le campus a été exploré à partir de sept parcours différents au travers du cœur du campus, des cellules d’enseignement et des lieux de contacts avec la ville. Ces explorations ont permis un premier relevé des limites physiques. La première relation à l’objet « limite » s’est faite par la vue. Je les observais à distance pour mesurer leurs épaisseurs et leurs rapports les plus directs aux lieux. L’utilisation des autres sens a été plus volontaire. En m’en approchant, je prenais la mesure des textures, des matières, des couleurs et de la chaleur que dégageaient les objets.

10J’ai choisi de les capturer par la photographie et de les mettre au premier plan. Ainsi, les clichés sont des prises de vues rapprochées dans lesquelles chaque limite est présentée comme l’élément principal de la composition. Ils ne donnent à voir que la matière et la relation la plus directe que l’objet entretient avec son environnement. Les soixante-dix photographies, organisées et classées en séries, ont permis de décrypter la segmentation du campus.

11Cette approche sensible de la matière a fait apparaître cinq catégories d’objets-limites.

  1. Certaines limites se matérialisent par des glissières de sécurité en béton, épaisses et suffisamment hautes pour être infranchissables par les automobilistes. Situés au contact des voies de circulation et des larges pelouses du parc central, ces objets, de plus en plus nombreux au fur et à mesure des années, créent une ondulation continue de plus en plus importante et présente.
  2. D’autres, tels les gros rochers, renforcent les glissières de sécurité pour restreindre le passage. La matière de cet objet est particulière : blanche à l’origine, elle se teinte et devient le support de mousses, d’algues et de lichens. Cet objet massif possède une texture agressive, avec des angles acérés.
  3. D’autres limites sont matérialisées par des clôtures basses, en bois, le long des parois externes du campus. Elles sont également de plus en plus présentes à l’intérieur des unités d’enseignement. L’objet, de faible hauteur, a une épaisseur assez grossière et ses teintes se fondent dans leur environnement. Cette limite a une texture douce au toucher et son impact dans l’espace est assez faible.
  4. Certaines limites sont accumulées de façon chaotique, le plus souvent au contact des aires de stationnement. Les matières, les formes, les hauteurs et les états sont très variés. Ces éléments ne limitent plus les usages et ne délimitent plus les espaces. Leur accumulation résulte d’une mise en place successive.
  5. Pour finir : murs, clôtures hautes, haies clôturées et alignement d’arbres sont les éléments physiques les plus visibles. Érigées, elles sont très prégnantes, notamment par leur hauteur qui peut atteindre trois mètres pour les murs et quinze mètres pour les alignements d’arbres. Ces objets sont utilisés dans les parties du campus les plus excentrées, ainsi que dans les tissus urbains alentours. Les matières sont très diverses et renseignent sur les époques de construction : murs en pierre du XVIIIe siècle, haies grillagées des années soixante-dix, clôtures hautes des années quatre-vingt-dix.

Cinq catégories d’objets-limites

12La perception de ces objets-limites est une expérience sensible qui nous renseigne sur leur matière, leur couleur, leur mise en œuvre et leur rapport au lieu. Ils ont un impact dans la configuration de l’espace, qu’ils soient seuls ou associés les uns aux autres.

13Il est intéressant de comprendre comment les limites qu’ils constituent – obéissant à des usages, à des besoins et des pratiques – peuvent nous aider à caractériser les espaces du campus.

14Explorer le rôle que jouent ces objets-limites dans la qualité et la compréhension des espaces permet de passer de l’objet-limite en lui-même à la limite située dans l’espace et à la configuration spatiale du campus.

L’OBJET-LIMITE DANS LE LIEU

15La photographie a permis d’analyser la matérialité des objets-limites, mais ne nous renseigne pas sur l’environnement de ces objets. Leurs épaisseurs dans l’espace, leurs qualités spatiales et les configurations spatiales qu’ils produisent se représentent plutôt par le croquis et le schéma.

16Les parcours dans le campus ont permis d’identifier trois types de limites : les limites suggérées, fermes et aléatoires.

171 Les limites suggérées se situent essentiellement sur la frange ouest du site, à l’intersection entre la ville et le campus. L’objet-limite utilisé pour borner ces deux espaces a un faible impact visuel, par sa petite taille et sa texture. Pour autant, sa présence est déterminante dans la lisibilité de l’espace et des relations entre la ville et le campus, permettant d’identifier le domaine universitaire sans le couper de la ville.

18Ainsi, le long de l’avenue du Docteur Albert Schweitzer, la clôture mise en place par Bordeaux 1 se prolonge aux abords du CNRS, de Bordeaux 4 et des parcelles gérées par le Crous 1. Cette limite physique se juxtapose à une limite topographique. Le relief aidant, les tissus urbains de la ville, en contrebas, sont à peine perceptibles. Seul apparaît le houppier de quelques arbres. L’absence de visibilité des troncs donne de la profondeur à l’espace et les pavillons semblent alors très éloignés. Paradoxalement, la petite clôture en bois prend de l’importance dans la composition. Le parti pris des différents gestionnaires du campus d’installer des clôtures similaires tout le long de la frange ouest du campus est intéressant. Il estompe le découpage du campus en cellules autonomes et, de fait, la façade du campus présente une unité en vis à-vis de la ville.

19Au nord, cette limite physique est accompagnée d’un cortège d’objets. La clôture haute côté ville et le massif planté au milieu des voies de circulation constituent des événements rapprochés ; succession qui atténue la confrontation du campus avec la ville. De part et d’autre, les bâtiments sont similaires (hauteurs, traitement des façades, ouvertures…), ce qui induit un rapport d’égalité dans le vis-à-vis entre la ville et le campus. La limite devient alors une interface.

Croquis, vue d’ensemble en limite ouest du campus. La ville, en contrebas, est estompée par la topographie.

— Une limite nette entre le campus et la ville
— Un campus qui surplombe la ville
— Une unité du campus perceptible

  • 3 Péré-Christin Évelyne, op. cit., p. 124.

20Ces limites suggérées, matérialisées, signalent des appropriations de l’espace. Évelyne Péré-Christin3 souligne que : « en matérialisant une limite, le mur instaure une différence et crée deux entités ». Ainsi, la limite suggérée est un moyen de donner à voir la qualité des lieux. Ce type de limite met en avant la capacité qu’ont des unités autonomes et distinctes à interagir dans l’espace.

Vue depuis la route du vis-à-vis entre les logements de Bordeaux 1 et la ville

— Schéma de l’interface ville/campus

212 Les limites fermes existent principalement dans les parties les plus excentrées du campus et dans les ensembles pavillonnaires. Elles sont constituées d’objets qui sont des éléments incontournables du paysage, marquant l’espace par leurs matériaux et leur hauteur. Cet impact physique fort résulte d’une volonté affirmée de réduire ou d’interdire les accès. Ces limites produisent des cellules fermées, plus ou moins ouvertes vers l’extérieur. Ainsi, une hiérarchie s’opère entre des espaces indépendants.

  • 4 Cellule de gauche : propriétaire/ministère de l’Éducation nationale et gestionnaire/Bordeaux 1 et (...)

22Au nord, rue Pierre Noailles, le contact entre deux unités d’enseignement de Bordeaux 1 est intéressant. Un mur en pierres apparentes fait face à un grillage sur muret de part et d’autre de la voie de circulation pour matérialiser le périmètre des propriétés4. Les hauteurs de ces deux objets-limites sont identiques et apportent une cohérence en termes de composition spatiale, malgré des matières et des textures variées. D’un côté, l’écran qu’est le mur arrête la perception, tandis que, de l’autre côté, la vue traverse les barreaux jusqu’au bâtiment d’enseignement. Dans la même université, deux unités se juxtaposent, isolées l’une de l’autre par la présence forte de ces objets-limites. L’autonomie des cellules est ici privilégiée.

Coupe présentant les limites dans leur contexte. L’espace apparaît contracté.

Vue très limitée entre deux unités de Bordeaux 1. Elles s’enferment derrière des murs.

Le parc du campus et la ville sont juxtaposés, et les connexions sont très étroites.

Croquis des objets composant la limite ferme entre la ville et le parc.

23Au centre et à l’est du parc, une longue limite ferme a été aménagée en même temps qu’un lotissement pavillonnaire dans les années 1990-2000. Les objets limites sont très diversifiés : murs clôturés, haies, façade bâtie et mur béton, avec des hauteurs, textures et des degrés d’opacité tout aussi variés. Cette délimitation complexe marque une rupture nette entre le campus et la ville, qui est accentuée par le recul de la grande pelouse. Cela augmente d’autant plus la fragmentation. On observe une juxtaposition d’espaces, sans connexion ni interface.

  • 5 Péré-Christin Evelyne, op. cit., p. 124

24Trois habitants, interrogés au sujet des clôtures de leurs jardins, estiment d’abord qu’elles sont le moyen de séparer leur parcelle de celle de leur voisin, déterminant leur espace privé. Dans un second temps, ils disent que la limite leur permet de se cacher des regards. Une limite ferme permet de se repérer dans un espace connu, maîtrisé que l’on s’approprie. Elle offre une protection : « schématiquement, il y a d’un côté du mur ce qui est de bon, précieux, vulnérable, et de l’autre ce qui est inconnu, mauvais et dangereux. Le mur devient alors le rempart, l’abri derrière lequel l’homme trouve refuge5 ».

25Ces entités autonomes, marquées par des limites très prégnantes, participent à la fragmentation du campus de Talence, Pessac et Gradignan et accentue son isolement du fait de liens très ténus (portillons, portails, brèches...) entre les espaces.

263 Enfin, les limites aléatoires se rencontrent au cœur du campus, le plus souvent à proximité des voies du tramway. Elles résultent d’une accumulation d’objets limites hétéroclites – clôtures basses, bornes, piquets et double glissière de sécurité – à des endroits précis. Le champ de visibilité n’est pas atténué, mais l’amoncellement intrigue et perturbe les repères.

27Avenue des Facultés, entre le parc du campus et les bâtiments d’enseignement de Bordeaux 1, (Sciences du Vivant), cette accumulation est produite par : deux glissières de sécurité en béton longeant la route et le tramway ; une clôture basse en béton et d’acier marquant l’aire de stationnement ; une nouvelle série d’objet-limites au cœur même de Bordeaux 1. L’œil est attiré par la multitude de ces objets-limites insolites qui se sont multipliés au fil du temps, avant et après le tramway. Les glissières de béton ont été installées les unes après les autres, d’abord pour sécuriser les voies de circulation, puis, pour éviter l’installation des gens du voyage sur les grandes pelouses du parc. Aussi, en front de parc, la répétition d’objets-limites toujours identiques banalise et uniformise la complexité spatiale de l’agencement des différentes unités d’enseignement.

Au sein du campus, les limites s’amoncellent.

Coupe présentant les multiples limites, au contact du tramway, entre le parc du campus et les unités d’enseignement.

UN CAMPUS AUX UNITÉS D’ENSEIGNEMENT PRONONCÉES

28Les différentes unités d’enseignement du campus présentent une diversité de rapports entre elles et avec la ville. Ces rapports spatiaux sont notamment orchestrés par les gestionnaires ou propriétaires, par les objets limites qu’ils implantent.

  • 6 Évolutions du campus, de 1970 à 2000.

29La variété de limites physiques mises en évidence dans le campus est tout à fait révélatrice des modes de gestion des espaces et de la superposition des transformations du site6. Cet inventaire souligne l’importance de l’objet-limite, à la fois comme signe d’appropriation de l’espace et comme repère dans la transition entre les espaces. Les différentes limites – fermes, aléatoires, floues – et les relations spatiales qu’elles soulignent, aident à identifier le domaine universitaire comme une entité cohérente, avec, par endroits, des liens forts avec la ville, ailleurs, des unités d’enseignements centrées sur elles-mêmes, ou encore, des limites dégradées par des aménagements successifs.

30Cette double approche des limites, au travers des usages et des relations spatiales, constitue un outil de qualification des espaces extérieurs du campus par des interventions ponctuelles qui révèlent ou organisent la cohérence du campus et de ses unités d’enseignements.

LE PROJET DE PAYSAGE PAR LA LIMITE

31La focale de la limite a fait émerger une réalité spatiale du site : morcellement de l’espace, diversité des objets et des modes de gestion, diversité des rapports entre les espaces, variété des franchissements,... Cette démarche, considérant la limite comme un indicateur, implique de questionner et d’évaluer les objets qui font limites pour ensuite amorcer la qualification des espaces.

32Plusieurs interventions sont envisageables, selon que les limites sont suggérées, fermes ou aléatoires pour amorcer une réflexion prenant en compte ces limites dans les aménagements.

Seuil entre ville et campus, au centre ouest, à requalifier

  1. Les limites suggérées sont présentes principalement à l’interface de la ville et du campus au nord-ouest du site. L’objectif est de préserver la qualité des contacts et des situations spatiales en balcon. Le maintien d’une respiration végétale, tampon entre la ville et le campus, participe à la mise en scène des espaces de la ville et du campus. Cela implique d’anticiper les processus de dépérissement des boisements, côté campus, ou d’envisager leur régénération dès maintenant.
  2. Les limites fermes, autour des écoles, entretiennent des rapports particuliers avec la ville. Ici, l’intervention doit porter sur les seuils qui permettent le franchissement. Ce sont les seules connexions possibles entre l’espace du dedans et celui du dehors. Certains seuils, du fait de leur position dans le campus près d’un accès au tramway, à proximité d’un parking, au contact d’un cheminement doux…, sont potentiellement des lieux de projet où la limite doit orienter notre perception, par sa porosité ou son ouverture.
  3. Au centre, vers l’ouest, la limite ferme entre la ville et le parc est brutale. Dans ce cas, c’est le parc qui peut jouer un rôle d’interface, en prolongeant les jardins des particuliers par un verger qui ferait le lien avec le parc boisé.
  4. Les limites aléatoires, au contact du tramway, sont dans un espace de circulation et de stationnement qui apparaît confus. Ici, la matérialité et la lisibilité des limites sont à renforcer : en remplaçant les glissières par des noues plantées, en rendant les protections accueillantes à l’usage, en les remplaçant par des murets ou objets faisant office de banc, etc. La limite, ici, est au cœur de la composition de l’espace public.

Pavillon individuel, jardin Clôture, haie Entre-deux Parc boisé

Jardin Limite de la ville Traitement de la transition Interface plantée d’un verger Parc boisé

Noue plantée et passerelle en bois permettant d’accéder au parc/Chemin en limite conservé

Aire de stationnement diminuée/Aménagement d’une interface plantée avec muret-banc

LA LIMITE : UNE RESSOURCE DE PROJET ?

33Étudier les espaces extérieurs du campus, c’est en comparer les limites, leur matière, et les confronter aux usages, aux relations entre les espaces,… C’est approcher la complexité du lieu. Observer l’espace du campus par la focale de sa limite constitue ainsi une clé d’entrée de lecture mais aussi de projet. Le support matériel que représentent ces éléments de séparation ou de protection permet l’observation en filigrane des périodes successives de l’aménagement du campus en même temps que reflète les préoccupations de sécurité et d’identification des micro-territoires, liés à l’enseignement. Enfin, ce support d’analyse traduit de manière très efficace la multiplicité des propriétés foncières, et des gestions qui leur sont associées. On peut donc se demander légitimement s’il possible au regard de ces données, de requalifier UN campus…

Notes

1 Péré-Christin Évelyne, Le mur, un itinéraire architectural, Paris, Éditions Alternatives, coll. « Lieux-dits », 2001, p. 9

2 Dictionnaire Larousse, 1996.

3 Péré-Christin Évelyne, op. cit., p. 124.

4 Cellule de gauche : propriétaire/ministère de l’Éducation nationale et gestionnaire/Bordeaux 1 et cellule de droite : propriétaire et gestionnaire/Bordeaux 1.

5 Péré-Christin Evelyne, op. cit., p. 124

6 Évolutions du campus, de 1970 à 2000.

Table des illustrations

Légende Portraits d’objets-limites
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Modèle d’une unité d’enseignement du campus1 – Espace vert identifié2 – Cheminements doux3 – Vide résiduel4 – Logements étudiants, restaurants5 – Bâtiments d’enseignement6 – Voitures ponctuant l’unité d’enseignement7 – Voitures stockées sur les aires de stationnement8 – Boisements9 – Les multiples limites du campus
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Détail de la membrane d’une cellule végétale Détail des multiples limites du campus.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Cinq catégories d’objets-limites
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Légende Croquis, vue d’ensemble en limite ouest du campus. La ville, en contrebas, est estompée par la topographie.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende — Une limite nette entre le campus et la ville— Un campus qui surplombe la ville— Une unité du campus perceptible
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Vue depuis la route du vis-à-vis entre les logements de Bordeaux 1 et la ville
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende — Schéma de l’interface ville/campus
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Coupe présentant les limites dans leur contexte. L’espace apparaît contracté.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Vue très limitée entre deux unités de Bordeaux 1. Elles s’enferment derrière des murs.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Le parc du campus et la ville sont juxtaposés, et les connexions sont très étroites.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Croquis des objets composant la limite ferme entre la ville et le parc.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Au sein du campus, les limites s’amoncellent.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Coupe présentant les multiples limites, au contact du tramway, entre le parc du campus et les unités d’enseignement.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Légende Seuil entre ville et campus, au centre ouest, à requalifier
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Pavillon individuel, jardin Clôture, haie Entre-deux Parc boisé
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Jardin Limite de la ville Traitement de la transition Interface plantée d’un verger Parc boisé
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Noue plantée et passerelle en bois permettant d’accéder au parc/Chemin en limite conservé
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Aire de stationnement diminuée/Aménagement d’une interface plantée avec muret-banc
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6994/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540