Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceptions

 | 
Hélène Soulier
, 
Sylvie Salles

Passage, seuil, cour

Thaïs Bonichon

Texte intégral

1Un cheminement est à la fois un parcours, un itinéraire, un trajet et l’action de suivre ce parcours, cet itinéraire, ce trajet. C’est un outil fréquemment utilisé par le paysagiste. Dans la phase d’analyse, c’est une action de découverte du site en le parcourant et, dans la phase de projet, il est objet mis en œuvre dans l’aménagement des circulations. Les chemins permettent une progression dans le site, voies aménagées pour aller d’un lieu à un autre. Mais ils expriment aussi des pratiques inscrites en filigrane ou de manière transgressive, entre présence et absence de l’usager. Ils portent en eux ce que le lieu exprime de son histoire ; absence d’usage ou présence à travers la trace. C’est aussi une mise en acte de la marche permettant de restituer les données sensibles du monde, la perception des lieux et leurs représentations.

Hall d’entrée (Bordeaux 3)

  • 1 Sansot Pierre, Variations paysagères, Paris, Payot et Rivages, 1983, 236 p.
  • 2 Brinckerhoff Jackson John, À la découverte du paysage vernaculaire, traduit de l’américain par Car (...)

2Le cheminement est développé par la phénoménologie1 au sens d’expérience du paysage, c’est-à-dire de ce qui est perçu par les sens. Il restitue au corps le rapport direct qu’il entretient avec le monde et vient questionner la relation de l’homme au monde et à la nature. Le cheminement est aussi l’objet d’une science, l’hodologie, développée par J.J. Brinckerhoff2. Il est considéré à la fois comme un élément qui sert à organiser le territoire et la vie des gens et comme une réflexion sur la façon dont les êtres humains se déplacent et réagissent à ces déplacements.

3Le cheminement est donc la capacité du site à exprimer des usages et des comportements et au-delà, il traduit une mise en réseau des lieux du quotidien. C’est une mise en acte de la marche qui restitue les données sensibles du monde, influence la perception des lieux et leurs représentations.

4La marche et le cheminement ont été expérimentés comme outils de perception, de représentation et d’aménagement de l’espace par les écrivains tels Baudelaire, les artistes surréalistes et situationnistes ou le groupe d’architectes et d’urbanistes Stalker. Ils proposent tous une façon de percevoir l’espace qui met en œuvre le sensible pour requalifier l’espace, donner de nouvelles qualités constituant l’espace vécu. L’analyse est appliquée aux architectures, aux espaces urbains, à leurs ambiances, à leurs significations dans le site, à leur rôle dans le paysage.

5À partir de ces définitions, ce travail a fait le choix de s’orienter vers l’étude du cheminement – en tant qu’action de cheminer et de marcher – pour l’appliquer au campus de Bordeaux 3. L’objectif est de déterminer ce qui se produit visuellement lorsque l’on chemine. Comment l’arpenteur choisit-il son parcours ? Comment comprend-il le site ? Comment l’interprète-t-il ? Comment se forme la compréhension du site et comment détermine-t-elle ce qui constitue l’identité du site ?

RENDRE COMPTE DE L’EXPÉRIENCE

6Cheminer, c’est être à pied. Je cherche à emprunter des espaces prévus pour les piétons ou des espaces accessibles au piéton. J’ai construit mon parcours au fur et à mesure, par la prise de repères et leur localisation, par l’estimation des distances et de la difficulté de la route.

7L’échantillonnage photographique des itinéraires et l’enregistrement du vécu durant l’arpentage m’ont permis de rendre compte de l’expérience du cheminement. Les clichés photographiques sont présentés en noir et blanc avec une manipulation de la luminosité et du contraste pour supprimer le maximum d’informations. Ceci permet de mettre en évidence les principales composantes de l’espace. Ces clichés sont associés à des fragments d’enregistrements témoignant du vécu de l’arpenteur. Ce récit image/mot fournit des éléments d’analyse des espaces du campus, des lois motivant l’action de cheminer et des indications de comportements pendant la marche. La reconstitution du parcours graphique et l’analyse de la perception permettent de proposer une cartographie de chaque type d’espace et de chaque phase de perception. Ces cartes restent au plus près de l’expérience. Elles ne cherchent pas à représenter le réel mais seulement ce qui en a été perçu. Cela donne lieu à une modification des surfaces, à une localisation partielle des éléments bâtis et à la métamorphose progressive de la perception des lieux. Pour chaque phase de perception, les composantes de l’espace perçues sont schématisées pour déterminer les types de situations qui sont porteuses d’enjeux et de qualités spatiales.

Carte 1 : Parcourir

Prendre des chemins de traverse.

Être au cœur des espaces clos, être au cœur de l’urbanisation.

Phénomène de porte, de passage, lumière.

Arriver sur un espace nécessite de se repérer, de chercher de nouveaux repères, de nouveaux éléments de curiosité.

Regarder au loin.

Au loin, pas de profondeur, pas de premier plan. Il n’existe qu’un unique espace.

Sans repères, on ne sait pas vers où l’on se dirige.

L’urbanisation forme un bloc tandis que le parking n’entrave pas la visibilité.

Continuité d’un chemin, le regard se focalise sur la direction indiquée par le chemin.

Jeux d’ombres et de lumières rythmant la coursive.

Une ouverture : espace intime ou lieu de passage ?

Une entrée, des escaliers.
Ils extraient de la place.
Sans être entré dans le bâtiment, on n’est déjà plus dehors.

CONSTRUCTION D’UN PAYSAGE D’EXPÉRIENCE

8Lorsque nous regardons, nous faisons appel à l’un des cinq sens, la vue. Ce mode de perception est mis en œuvre par l’œil et le cerveau. L’œil réagit comme un appareil photographique qui capte les informations visuelles élémentaires ; les couleurs, les mouvements, les formes et les contrastes. Puis ces informations sont interprétées par le cerveau qui fait la comparaison de ce qui est vu et de ce qui est connu. Il recrée ainsi la perception des grandeurs, des positions, des directions et de la profondeur. La perception visuelle est donc une combinaison entre l’apparition d’une image et son interprétation.

9De la même manière, durant la phase de compréhension d’un site, l’observateur applique aux lieux le circuit d’analyse de la perception visuelle. L’observation fournit des images du site. Ces images sont des projections de l’existant et non leurs exactes représentations. Les distances peuvent être différentes, des éléments de l’espace peuvent être niés, d’autres mal situés. Cela n’altère en rien la représentation. Chaque chose est perçue à la vitesse de la marche. L’esprit a le temps de construire des images de fonctionnement, d’organisation puis de détail qui constituent l’interprétation du site. Par cette démarche, l’esprit a intégré la compréhension du site et peut en faire la synthèse. Celle-ci constitue l’essence du site, où émergent des lieux signifiants et porteurs d’identité.

10L’étude porte sur le site de Bordeaux 3 et de ses abords. Il se présente comme un îlot urbain unitaire, au milieu de différents paysages du campus (tramway, plaine centrale, terrains de sport, villages universitaires, parkings). L’exploration des parties bâties permet d’en identifier les limites, les éléments de repère, l’organisation des trames, les espaces entre le bâti et les entrées vers l’espace intérieur. Cette exploration s’accompagne d’une expérimentation du parcours à travers l’espace bâti qui s’organise autour de trois dispositifs spatiaux : le passage, le seuil et la cour. Ces typologies spatiales sont directement liées au cheminement. Ce sont aussi des valeurs paysagères nécessaires à la perception des qualités d’un espace.

Circuit de la perception visuelle :

Circuit de la perception visuelle :

Circuit de la perception spatiale :

Circuit de la perception spatiale :

Des espaces liés au cheminement

11La façade nord et le cœur de Bordeaux 3 sont structurés à partir d’une succession de passages et de cours.

12Le passage signifie l’action de franchir, de circuler, d’aller d’un lieu à un autre. Il se matérialise par des trames, des voies bordées de bâtiments permettant de distribuer les espaces et de faciliter la circulation. C’est un espace public que l’on met en scène pour produire des situations urbaines particulières : croisements, cadrages, perspectives. Son aménagement en fait un lieu fermé et cadré. Il oriente le regard vers une issue, entraînant le sujet à se déplacer. Cela en fait un lieu de circulation, un lieu dynamique.

13La cour est un espace très important dans le campus. C’est un espace découvert, entouré de bâtiments ou ouvert sur un espace plus vaste. Ce qui en fait une cour, c’est le sentiment que l’on a du lieu. C’est un vide structuré, encadré, avec un centre dégagé où tout se voit d’un seul coup d’œil. C’est un espace de respiration, d’air et de lumière dans l’enchaînement des espaces. C’est un lieu d’échange et de rencontre. Cependant, par sa structure spatiale et son rôle de repère ponctuant les parcours, c’est un espace essentiellement statique.

14La succession des passages et des cours rythme la promenade et permet de comprendre le site en hiérarchisant les différents espaces. Cette succession produit également une mise en scène du site, en générant des effets d’ombre et de lumière, des perspectives et des cadrages.

Croisements, cadrages, perspectives

Croisements, cadrages, perspectives

Lieu de respiration

Lieu de respiration

Perspectives, cadrages

Perspectives, cadrages

15Il existe différentes typologies de passage qui permettent de hiérarchiser et d’identifier une diversité de formes et d’usage. Quant aux cours, selon leurs surfaces et leurs formes, elles accueillent différentes fonctions.

  • Passage, venelle, coursive : petite voie, ouverte ou couverte, aménagée dans un quartier pour faciliter les circulations piétonnes en proposant des raccourcis ou des rues intérieures.
  • Rue : élément majeur de la trame urbaine, c’est une voie bordée de bâtiments. Elle comprend une chaussée, réservée aux véhicules, bordée de part et d’autre de trottoirs à l’usage des piétons. Elle peut être piétonne, pittoresque ou ouverte.
  • Galerie : passage couvert servant à la promenade ou au passage. Elle peut être le support d’expressions artistiques (lumière, matériaux, décors) ou avoir un aspect monumental.

Cours et passages Rythmes de parcours (Bordeaux 3)

Valeurs héritées et perte de lisibilité

16La façade sud de Bordeaux 3 n’offre pas le même visage. Elle s’ouvre sur un large horizon de véhicules interrompu par la silhouette du village 5. La visibilité est saturée, ce qui rend le repérage difficile. Le piéton rencontre une accumulation d’obstacles qui entravent son parcours. Il n’y a plus de succession entre passages et cours. Lorsqu’il y en a, c’est l’encombrement des espaces qui prime. Le déséquilibre est bien réel entre les deux façades de Bordeaux 3. Sur le plan de Sainsaulieu, Bordeaux 3 s’organise à partir de deux trames est-ouest et d’une trame nord-sud. Ces trames distribuent l’espace et ordonnent les façades autour de grands axes et de cours. La régularité du plan reste bien réelle, mais elle est aujourd’hui gommée par le traitement de l’esplanade des Antilles, un parkway partiel peu en relation au bâti.

Photo aérienne (Google Maps), 2010.

D’après le schéma directeur, 1969.

Au loin, pas de profondeur, pas de premier plan. Il n’existe qu’un unique espace.

Perte de sens des espaces.

Perception des qualités spatiales

17L’équilibre et la lisibilité de l’espace sont liés à l’existence de zones de rencontre entre façades et passages, entre espaces bâtis et cours, entre passages et cours. Cet espace de rencontre est ce que l’on appelle le seuil.

18Le seuil est une transformation, le commencement et la limite de conditions spatiales particulières. C’est le moment clé du passage et le point d’accès à un lieu. Il sépare et accueille, ce qui signifie un échange des intériorités. Le seuil peut se dilater et, ainsi, se confondre avec l’espace qui mène à l’entrée d’un lieu. Il commence à la porte, au pied des bâtiments pour s’étendre au porche, à l’escalier, au parvis, mais aussi se fondre à la cour et à la fenêtre urbaine. La perception du seuil est à la fois visuelle et physique. Elle implique une concordance spatiale, perçue dans le cheminement, entre l’entrée dans le lieu et le vécu de l’arpenteur.

19La lisibilité des seuils permet une bonne perception des espaces et de leur organisation. Elle révèle les qualités spatiales d’un lieu en garantissant son unité et sa singularité.

VARIATIONS AUTOUR DES NOTIONS DE PASSAGE, SEUIL, COUR

VARIATIONS AUTOUR DES NOTIONS DE PASSAGE, SEUIL, COUR

Un héritage d’esplanades

20À Bordeaux 3, il est d’abord nécessaire de retrouver la structure de l’axe nord-sud du schéma directeur de Sainsaulieu, en créant de véritables esplanades entre l’esplanade des Antilles et la façade sud du bâtiment des Arts. Elles sont à installer à la croisée des cours et des parvis du CROUS, des bibliothèques et des UFR qui sont autant de seuils.

21En remettant en place cette ossature, Bordeaux 3 retrouve sa structure d’origine, pouvant alors ouvrir une façade sur le parc et vers le village 5 depuis leparkway qu’est l’esplanade des Antilles. Ces esplanades permettent la suppression d’une partie de la voie, qui sépare Bordeaux 3 du parc, pour relier le parc et le village 5 à Bordeaux 3. Le parc n’est plus une limite entre ces deux parties du campus, mais un seuil végétal par rapport aux espaces urbanisés. Les façades sont mises en relation par de larges passages qui forment des fenêtres urbaines et relient les cours des bâtiments universitaires aux cours des logements étudiants.

Façades sur parc

22Le parkway est un large espace planté servant de promenade urbaine et d’espace de stationnement. C’est aussi une opportunité pour proposer des stationnements limitant l’artificialisation des sols. Sur cet axe, se raccroche une succession d’espaces rythmant la promenade. Ils soulignent les entrées des bâtiments par des cours, encadrées de végétation ou de bâtiments, et interrompent le parkway par de larges traversées piétonnes.

Passages, seuils, cours : organisateurs de l’espace

23L’unité des espaces est accentuée par un traitement uniforme des revêtements. La lecture de la cour, désencombrée, est facilitée. La délimitation des cours, des passages et des fenêtres urbaines est réalisée par de larges trames végétales. La singularité « passage, seuil, cour » est soutenue par le contraste entre les espaces minéraux et végétaux.

Comment cheminement (action) et agencement spatial (espace) permettent-ils de faire projet ?

24De cette approche exclusive, on retient l’importance de la compréhension de l’espace par le déplacement du corps, qui souligne aussi l’importance de la place du piéton au sein du campus. À partir d’une démarche d’analyse focalisée sur le cheminement, le passage au projet devient spontané. La typologie des espaces – en passages, seuils, cours – permet l’émergence d’une structure d’espaces déjà qualifiés et donne la possibilité de renforcer cette structure. Le projet vise ici à faire ressortir les qualités des espaces existants en les rendant lisibles, en les prolongeant ou en améliorant les structures spatiales plus confuses.

Notes

1 Sansot Pierre, Variations paysagères, Paris, Payot et Rivages, 1983, 236 p.

2 Brinckerhoff Jackson John, À la découverte du paysage vernaculaire, traduit de l’américain par Carrère Xavier, Arles, Actes sud, 2003, 288 p.

Table des illustrations

Légende Hall d’entrée (Bordeaux 3)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Carte 1 : Parcourir
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Prendre des chemins de traverse.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Être au cœur des espaces clos, être au cœur de l’urbanisation.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Phénomène de porte, de passage, lumière.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Arriver sur un espace nécessite de se repérer, de chercher de nouveaux repères, de nouveaux éléments de curiosité.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Regarder au loin.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Au loin, pas de profondeur, pas de premier plan. Il n’existe qu’un unique espace.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Sans repères, on ne sait pas vers où l’on se dirige.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende L’urbanisation forme un bloc tandis que le parking n’entrave pas la visibilité.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Continuité d’un chemin, le regard se focalise sur la direction indiquée par le chemin.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Jeux d’ombres et de lumières rythmant la coursive.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Une ouverture : espace intime ou lieu de passage ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Une entrée, des escaliers.Ils extraient de la place.Sans être entré dans le bâtiment, on n’est déjà plus dehors.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Circuit de la perception visuelle :
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Circuit de la perception spatiale :
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Croisements, cadrages, perspectives
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Lieu de respiration
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Perspectives, cadrages
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Passages
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Cours et passages Rythmes de parcours (Bordeaux 3)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Photo aérienne (Google Maps), 2010.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende D’après le schéma directeur, 1969.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Au loin, pas de profondeur, pas de premier plan. Il n’existe qu’un unique espace.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Perte de sens des espaces.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre VARIATIONS AUTOUR DES NOTIONS DE PASSAGE, SEUIL, COUR
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6988/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540