Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceptions

 | 
Hélène Soulier
, 
Sylvie Salles

« Central park » ou « Plaine de moscou »

Maia Agor

Texte intégral

  • 1 Lima de Freitas, Edgar Morin et Basarab Nicolescu, « Charte de la transdisciplinarité », Convento d (...)

1La vision transdisciplinaire est résolument ouverte dans la mesure où elle dépasse le domaine des sciences exactes par leur dialogue et leur réconciliation non seulement avec les sciences humaines mais aussi avec l’art, la littérature, la poésie et l’expérience intérieure1.

UNE LECTURE TRANSDISCIPLINAIRE DU TERRITOIRE

  • 2 Étude phytosanitaire réalisée par l’ARGEFO (Agence régionale de la gestion forestière), 2004.

2Parmi les différentes manières d’interroger un terrain, le paysagiste privilégie l’analyse du vivant comme indice de lecture plus général du territoire. Il s’intéresse à des connaissances et savoir-faire issus de plusieurs disciplines : l’écologie, la botanique et la pédologie, auxquelles s’ajoute son expertise de l’espace. Cette démarche d’inventaire2 des milieux – entendus comme entités écologiques différentes – et de l’état phytosanitaire de la végétation relevée se confronte à la perception qu’en ont les usagers.

  • 3 Inventaire : « Opération qui consiste à recenser l’actif et le passif d’une communauté. L’inventair (...)

3Les données récoltées ont permis de dresser le portrait d’un campus dans le temps, en comparant sa biodiversité actuelle à une étude similaire datant de quelques années3. Elles mettent en avant des pratiques de gestion par les gestionnaires du site qui, associées aux différents milieux, sont apparues très rapidement comme les leviers d’un possible projet de paysage. La biodiversité peut-elle être un outil de projet valorisant un réseau de régénération des espaces à partir du site du campus ? De ces regards portés sur la diversité du vivant et des espaces du campus va émerger une façon singulière de faire projet. Le vivant est la matière d’une réflexion qui, par des interventions minimalistes, met en cohérence un site et son projet.

Une traversée sud-nord ; du bois de Thouars vers le parc du campus au travers des écoles : des bois humides et secs à la plaine mésophile.

LA GÉNÈSE D’UN INVENTAIRE PARTICULIER

4Le site du campus a été parcouru à pied, en choisissant des trajectoires de lecture pertinentes du point de vue de la gradation des milieux et de la végétation, de la ville vers le parc central, et du relief, des points hauts vers les points bas.

5Cette découverte se fait donc de manière progressive, de l’extérieur du campus vers le centre, du sud vers le nord et de l’ouest vers l’est. L’inventaire réalisé sur l’ensemble du domaine recense la diversité de la végétation, les ambiances des milieux, l’état de la végétation et les modes de gestion. Deux itinéraires dévoilent la gradation de la végétation et des milieux de la ville vers le parc central. Ces parcours font émerger un contraste entre la richesse de milieux et la diversité végétale, observées au contact du campus et de la ville, et la pauvreté de milieux et de végétation, lorsque l’on est au cœur du campus.

Du bois de Thouars vers le parc du campus. Une traversée sud-nord des écoles : depuis les bois à la plaine mésophile4

  • 4 Mésophile : cet adjectif se réfère à un organisme qui croîtdans des conditions de température modér (...)

6Dans le bois de Thouars, toutes les strates végétales sont présentes : des herbacées aux arbres. De nombreux milieux sont représentés, avec des zones humides, plus sèches et acides. Nous pouvons apercevoir des carex, roseaux, saules, frênes, aulnes, chênes des marais, puis des chênes pubescents et pédonculés, et enfin des ajoncs, bruyères et pins maritimes. Ces milieux ont une dynamique plus ou moins « naturelle » et participent à une mise en scène d’écosystèmes riches et diversifiés qui offrent une diversité d’ambiances.

7Dans l’enceinte des écoles, le relief remonte avec douceur et le terrain paraît plus drainé. Il existe un contraste significatif entre l’espace engazonné pauvre et très entretenu au centre et les espaces en friches accueillant une diversité végétale importante aux abords du site. Des ambiances boisées mêlées à des friches s’y installent librement. Ce sont des espaces largement investis par les étudiants. On y trouve de nombreuses herbacées spontanées, tandis que les arbres, importés, appartiennent à une palette végétale plus exotique : cèdre du Liban, magnolia, chêne rouge d’Amérique,… Dans le parc, plus l’on se rapproche du centre, plus la diversité végétale est faible. C’est un vaste espace pauvre, engazonné et ponctué de quelques bosquets ou alignements d’arbres très abîmés. Ce terrain mésophile accueille quelques vieux robiniers et chênes dépérissants, mais à l’architecture remarquable.

Du bois de Saige au parc du campus

8Une gradation des milieux liée au relief : depuis le bois humide à la pelouse humide au centre du parc, en passant par les points hauts secs et acides de Bordeaux 3.

9Le bois de Saige a un double visage : libre et diversifié, du côté de la commune de Pessac, et, entretenu et abîmé, à proximité du domaine universitaire.

10Une zone humide évolue librement vers la rocade : des saules, des phragmites, des robiniers investissent largement le site. De vastes colonies de chênes pédonculés marquent la limite entre la ville et le campus. Des bosquets d’arbres se posent ici et là sur un tapis ondulant et verdoyant. L’ombre et la lumière se succèdent. Une odeur d’humus et de champignons nous rappelle que nous sommes sur un sol vivant.

11Plus l’on se rapproche du campus, moins le sous-bois est présent. L’espace est très géré et les arbres souffrent des nombreuses blessures liées à un entretien excessif. Plus l’on pénètre dans le campus, moins la végétation est présente. Elle sert essentiellement à délimiter des espaces, orienter le regard, ombrager les parkings. La végétation est très abîmée, parfois utilisée de façon incohérente, avec des plantations de végétaux non adaptés au climat et dont la croissance est difficile, comme par exemple devant la Maison de l’Archéologie (cyprès, oliviers).

12Pourtant, les espaces du campus révèlent une diversité des milieux intéressante : des zones sèches et acides à des milieux mésophiles. Lorsque le relief s’élève, la présence de pins maritimes et de bruyères nous indique que le socle est plus sec et acide. Puis, quelques derniers pins isolés marquent la transition entre les universités et le parc.

13Le parc central est une immense plaine gorgée d’eau pendant la saison humide. C’est un espace très entretenu et très pauvre du point de vue diversité végétale. Malgré cela, de nombreuses espèces indicatrices révèlent qu’il s’agit d’un espace riche du point de vue de la diversité des milieux. En effet, la présence de saules, d’aulnes, puis de bosquets de chênes indiquent une gradation de zone humide à mésophile. Une ambiance fraîche se dégage. Des aigrettes survolent le plan d’eau et se posent à proximité. Les odeurs sont particulièrement douces.

Enceinte des écoles

14Ces deux itinéraires révèlent un double inventaire. D’un côté, il témoigne d’une gradation dans la qualité des espaces végétalisés : des plus riches aux abords du campus aux plus pauvres vers le centre. De l’autre, il montre une diversité de milieux particulièrement intéressante au centre du campus : des zones humides aux espaces plus secs et acides, en passant par des zones mésophiles.

Transition université/parc

Transition université/parc

UN CAMPUS DUAL ET MORCELÉ

15Cette gradation et cette pauvreté des espaces végétalisés masquent une diversité de milieux. Sont-elles réellement perçues et comment ? L’université de Talence-Pessac-Gradignan utilise largement l’image du « parc » pour valoriser son domaine. Les inventaires démontrent qu’il s’agit de l’espace le plus pauvre du campus et de celui qui est le plus en mauvais état. Qu’en est-il des regards portés sur ce site ? Deux appréciations s’opposent : celle des gestionnaires et celle des étudiants, enseignants et chercheurs. Les gestionnaires apprécient ce parc qu’ils nomment « Central Park » car celui-ci apparaît propre, aéré et ouvert sur le reste du campus. Les étudiants, enseignants et chercheurs ont une autre opinion. Ils l’appellent « plaine de Moscou » car ils le trouvent triste, sans intérêt et aussi immense que les autres équipements composant le campus.

Le point de vue des étudiants, enseignants et chercheurs

Le point de vue des étudiants, enseignants et chercheurs

« La “plaine de Moscou”, c’est comme cela qu’on appelle cette vaste prairie ornée de quelques vieux arbres abîmés. »

La perception des gestionnaires

La perception des gestionnaires

« Nous appelons ce parc : “Central Park”. Il semble appuyer une centralité. C’est une chance d’avoir un espace libre aussi vaste en plein cœur d’un domaine universitaire. »

  • 5 Budget du SIGDU de 2009 (Service Interuniversitaire de Gestion du Domaine Universitaire) : 800 000  (...)
  • 6 Budget du CNRS de 2009 (Équivalent aux budgets des écoles) : contrat avec une entreprise : 2 400 € (...)

16Cette enquête révèle deux positions contradictoires : celle qui favorise la diversité végétale et des ambiances, et celle qui considère qu’un beau site est un espace maîtrisé où la friche n’a pas sa place. Nous constatons aussi que les espaces les plus entretenus, tel que le parc, ne sont pas forcément les plus appréciés. Cette dualité de la perception des espaces révèle deux modèles de gestion présents sur le campus. Le modèle des universités Bordeaux 2, 3 et 4 et du parc est estimé par les gestionnaires. C’est un espace très entretenu qui ne favorise pas l’épanouissement du végétal5. Le modèle des écoles est apprécié par les étudiants. Il privilégie une gestion raisonnée des espaces qui favorise une diversité des ambiances végétales. C’est une gestion qui reste beaucoup moins coûteuse que celle du premier modèle6. Ces différents modèles de gestion, appliqués sur un site découpé en différents domaines, entraîne un morcellement des espaces du campus.

17Effectivement, sur le site du campus, il existe deux propriétaires, dix-sept attributaires, un gestionnaire responsable des espaces communs (SIGDU) et dix-sept gestionnaires. Ce découpage induit une multitude d’interventions, sans réelle réflexion d’ensemble. Dans le parc central, les modes de gestion, contraignants et coûteux, ne favorisent pas l’unité du site et la valorisation du patrimoine végétal.

EXPÉRIENCES DE RÉGÉNÉRATION DU SITE PAR LE VÉGÉTAL : DU PARC À LA VILLE

  • 7 Clément Gilles, Le Jardin en Mouvement, Édition Pandora, Paris 1990.

18Le Jardin en Mouvement s’inspire de la friche : espace de vie laissé au libre développement des espèces qui s’y installent7.

19Gilles Clément fait l’éloge d’une nature respectée qui évolue librement, observée et guidée par le jardinier qui ne cherche qu’à mieux la connaître. Le parc du campus possède ces potentiels d’évolution avec une diversité de milieux intéressants, mais la gestion appliquée aujourd’hui appauvrit cette richesse naturelle. L’évolution libre des milieux du cœur du parc peut participer à la mise en scène de différentes ambiances végétales, du plus humide au plus sec. Le parc peut devenir la colonne vertébrale du domaine universitaire à partir d’axes végétalisés forts s’étirant vers d’autres réserves végétales, comme les bassins de rétention du campus. Il s’agit aussi de favoriser la continuité des espaces et la gradation de la végétation entre les différents milieux. Dans le périmètre du parc actuel, certains espaces, qualifiés de « moins intéressants » du point de vue de la diversité des milieux, peuvent servir de réserves foncières pour de futurs locaux universitaires.

  • 8 Ibid.

20La qualité du projet paysagiste, ici, est de proposer des interventions minimalistes qui révèlent l’identité du site tout en répondant à un besoin. Ces interventions moins onéreuses nécessitent en contrepartie une bonne connaissance des milieux et des végétaux qui les composent, ainsi que de l’évolution des écosystèmes en place. L’expérimentation est nécessaire à la compréhension de la dynamique et des interactions qui peuvent exister dans un écosystème. Dans un « jardin en mouvement », le jardinier a pour objectif de « faire le plus possible avec le moins possible8 ». Le jardin en mouvement est soumis à une évolution résultant de l’interaction de ses différents composants dans le temps.

21L’objectif du jardinier est de maintenir et d’accroître la diversité biologique, source de richesse et d’étonnement, garante d’un futur stable et équilibré. Il faut pour cela être attentif à la qualité biologique des substrats – eau, terre, air – et intervenir avec la plus grande économie de moyens : limiter les intrants, les dépenses d’eau, le passage des machines,… Cet état d’esprit conduit le jardinier à observer plus et à jardiner moins. Il est indispensable de mieux connaître les espèces et leurs comportements pour mieux exploiter leurs capacités naturelles, sans dépense excessive d’« énergie contraire » et de temps. Les élèves de l’ENSP Versailles ont contribué à la restauration et la mise en place de différents espaces en friches au site des transformateurs à Saint-Nicolas-de-Redon en Bretagne. Il s’agit d’une reconquête des friches industrielles et agricoles du quartier de la Digue. La règle était simple : faire, ensemble, avec tout ce qu’il y a sur place. Ainsi des projets ont été expérimentés : un jardin potager, un bois, des haies champêtres, aux prés marais pâturés…

EXPÉRIENCES DE RÉGÉNÉRATION DU SITE PAR LE VÉGÉTAL  :
BLOC DIAGRAMME

EXPÉRIENCES DE RÉGÉNÉRATION DU SITE PAR LE VÉGÉTAL  : BLOC DIAGRAMME

BLOC DIAGRAMME ANNÉE N + 5. La consolidation des milieux

BLOC DIAGRAMME ANNÉE N + 5. La consolidation des milieux

BLOC DIAGRAMME ANNÉE N + 10. Les milieux se rejoignent pour former le « parc »

BLOC DIAGRAMME ANNÉE N + 10. Les milieux se rejoignent pour former le « parc »

EXPÉRIENCES DE RÉGÉNÉRATION DU SITE PAR LE VÉGÉTAL  :
BLOC DIAGRAMME

EXPÉRIENCES DE RÉGÉNÉRATION DU SITE PAR LE VÉGÉTAL  : BLOC DIAGRAMME

22Milieu sec et acide : La régénération du pin n’est pas assurée et le sous-bois est très peu présent. Cependant, de nombreux arbres centenaires possèdent des architectures remarquables.

23Milieu mésophile : Un alignement de robinniers et de chênes pédonculés dépérissants se présentent seuls sur une étendue engazonnée. La régénération des essences n’est pas engagée.

24Milieu humide : Un plan d’eau se dessine au niveau du point le plus bas du campus. Quelques aulnes et saules se dressent timidement autour de celui-ci. L’espace est pauvre en termes de diversité végétale.

COUPE ANNÉE N + 5. La consolidation des milieux

COUPE ANNÉE N + 5. La consolidation des milieux

25Milieu sec et acide : Une parcelle de pins plantés, arbres à croissance rapide, favorise la régénération active des milieux secs.

26Milieu mésophile : Un périmètre protégé est délimité autour d’arbres semenciers sélectionnés. Ceci permet la régénération naturelle du chêne et la mise en place d’un sous-bois.

27Milieu humide : La végétation s’installe de manière naturelle sur le pourtour du plan d’eau protégé. Des carex, des phragmites installent rapidement de nouvelles ambiances humides.

COUPE ANNÉE N + 10. Les milieux se rejoignent pour former le « parc »

COUPE ANNÉE N + 10. Les milieux se rejoignent pour former le « parc »

28Milieu sec et acide : Un éclaircissage est effectué, les pins à supprimer peuvent être utilisés pour compléter d’autres espaces du parc.

29Milieu mésophile : Le chêne se régénère et de nouvelles ambiances boisées se profilent.

30Milieu humide : Les arbres se régénèrent (aulne et saule). De nouveaux couloirs végétalisés se dessinent et s’étirent jusqu’à d’autres espaces tels que les bassins de rétention.

31En tirant partie de la richesse des milieux, il est possible d’expérimenter dans le domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan des transformations « naturelles ». Le parc central, aujourd’hui très pauvre et peu diversifié, peut être au centre de ces expérimentations.

32L’objectif de l’expérience est de permettre, dans un premier temps, l’épanouissement de chacun des milieux, pour imaginer ensuite leur connexion. Cette expérimentation porte sur l’installation de la zone humide, de la plaine mésophile et de la butte sèche et acide. Chacun de ces milieux est d’abord protégé par une clôture afin de favoriser la croissance d’une base végétale suffisamment vigoureuse, qui pourra ensuite évoluer plus librement et se connecter aux autres biotopes du parc.

  • 9 Biocénose : En écologie, une biocénose est un ensemble d’êtres vivants de toutes espèces, végétale (...)

33Dans la zone humide située entre l’ENSAM et Bordeaux 1, il s’agit de favoriser l’installation des plantes pionnières à proximité du plan d’eau : des herbacées (carex, phragmites) et autres végétations spontanées. Puis, les arbres en place, aulnes glutineux et saules, se régénèreront naturellement. Dans le milieu mésophile, beaucoup de chênes sont abîmés, mais quelques beaux sujets peuvent être sélectionnés pour une régénération naturelle. Le sous-bois est à favoriser de manière à enrichir la biocénose9 et à solidifier le socle végétal.

34Dans les milieux plus secs et acides, le sol est mieux drainé. Une strate arbustive va venir coloniser le sous-bois des bosquets de pins maritimes. Des genêts, des ajoncs et des bruyères vont apporter, en plus d’une diversité plus importante, des touches colorées et des odeurs intéressantes. Le pin est une essence qui a besoin de lumière. De ce fait, sa régénération sera différente de celle du chêne. Nous pouvons imaginer une pépinière de pins plantés rapprochés de manière à les faire grandir rapidement. Au bout de cinq ans, une éclaircie permettra de supprimer certains sujets pour que les autres aient suffisamment de place. Ces sujets à supprimer pourront être déplacés vers d’autres espaces végétalisés du campus, créant ainsi un système de production végétale propre au campus et adapté à ses milieux.

35Une fois les milieux en place, le végétal sera limité naturellement. La composition du sol et l’exposition seront les principaux facteurs de gradation de la végétation du parc, du plan d’eau à la butte.

36Il s’agit d’un projet qui respecte le site et qui installe à long terme un socle végétal viable et en harmonie avec le site. Cette progression sur plusieurs années s’illustre par une série de blocs diagrammes et de coupes.

LE JARDINAGE COMME MODE DE TRANSFORMATION DU SITE

37La diversité du vivant devient un outil de projet. Cette traversée des échelles, du végétal au site, a permis de déceler les dynamiques du site, ses qualités et ses incohérences. Cette première recherche fine sur le végétal interroge non seulement la gestion du site et de ses ressources à l’échelle de l’arbre et à l’échelle du site. Elle remet également en question l’organisation spatiale générale du campus et la façon d’y envisager les projets. Il ne s’agit plus de projeter à partir du vide, mais à partir du vivant et de ses lois.

38Cet angle de vue renverse les réflexions en démontrant que c’est le projet du campus qui s’inspire du parc et non le parc qui subit les nombreux projets qui se juxtaposent, indépendamment de l’unité du site. Le végétal a la capacité de réorganiser un site avec douceur, tel ce qui est proposé pour le domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan. Le jardinage permet une meilleure connaissance des ressources et des qualités du site. Il permet de construire une nouvelle manière de projeter l’espace puisque le jardinier s’empare des qualités du site pour proposer un projet qui s’inscrit dans un site et met en scène une transformation lente et raisonnée. Il s’agit d’accompagner le cycle du végétal. Le jardinier, concepteur et accompagnateur, transmet aussi son savoir par le jardinage.

39Ainsi, du concepteur à l’utilisateur en passant par le gestionnaire, le jardinage permet, de façon simple et efficace, la transmission des codes complexes de composition ou d’évolution des milieux. Le processus de transformation du site s’enrichit avec tous les acteurs qui contribuent à le compléter.

Notes

1 Lima de Freitas, Edgar Morin et Basarab Nicolescu, « Charte de la transdisciplinarité », Convento de Arrabia, Portugal, 2-6 novembre 1994.

2 Étude phytosanitaire réalisée par l’ARGEFO (Agence régionale de la gestion forestière), 2004.

3 Inventaire : « Opération qui consiste à recenser l’actif et le passif d’une communauté. L’inventaire scientifique peut être défini par le recensement de toutes les espèces animales ou végétales vivant sur un territoire donné. L’inventaire phytosanitaire recense l’état de la végétation. » Dictionnaire Larousse.

4 Mésophile : cet adjectif se réfère à un organisme qui croîtdans des conditions de température modérée (entre 5 et 65 ° C). Classiquement, on parle de bactéries mésophiles lorsqu’elles croissent à des températures comprises entre 25 et 40 ° C.

5 Budget du SIGDU de 2009 (Service Interuniversitaire de Gestion du Domaine Universitaire) : 800 000 € dont 20 000 € consacrés aux espaces verts. (15 000 € : désherbeur thermique, 5 000 € : produits phytosanitaires). Fréquence d’entretien : 1 tonte toutes les 2 semaines à 2 tontes par semaine ; 10 personnes qui travaillent à l’année pour le nettoyage.

6 Budget du CNRS de 2009 (Équivalent aux budgets des écoles) : contrat avec une entreprise : 2 400 € par an 1 500 € : 8 tontes par an 500 € : taille des haies 400 € : élagage des arbres.

7 Clément Gilles, Le Jardin en Mouvement, Édition Pandora, Paris 1990.

8 Ibid.

9 Biocénose : En écologie, une biocénose est un ensemble d’êtres vivants de toutes espèces, végétale et animale, coexistant dans un espace défini (le biotope), et qui offre les conditions extérieures nécessaires à leurvie.
Un biotope et une biocénose constituent un écosystème. Pour un paysagiste, la qualité et la richesse d’une biocénose contribuent à une diversité des paysages et des ambiances.

Table des illustrations

Légende Une traversée sud-nord ; du bois de Thouars vers le parc du campus au travers des écoles : des bois humides et secs à la plaine mésophile.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Enceinte des écoles
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Parc
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Parc
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Le bois de Saige
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Parc central
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Transition université/parc
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Transition université/parc
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Le point de vue des étudiants, enseignants et chercheurs
Légende « La “plaine de Moscou”, c’est comme cela qu’on appelle cette vaste prairie ornée de quelques vieux arbres abîmés. »
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre La perception des gestionnaires
Légende « Nous appelons ce parc : “Central Park”. Il semble appuyer une centralité. C’est une chance d’avoir un espace libre aussi vaste en plein cœur d’un domaine universitaire. »
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre EXPÉRIENCES DE RÉGÉNÉRATION DU SITE PAR LE VÉGÉTAL  : BLOC DIAGRAMME
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre BLOC DIAGRAMME ANNÉE N + 5. La consolidation des milieux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre BLOC DIAGRAMME ANNÉE N + 10. Les milieux se rejoignent pour former le « parc »
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre EXPÉRIENCES DE RÉGÉNÉRATION DU SITE PAR LE VÉGÉTAL  : BLOC DIAGRAMME
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre COUPE ANNÉE N + 5. La consolidation des milieux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre COUPE ANNÉE N + 10. Les milieux se rejoignent pour former le « parc »
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6976/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540