Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Perceptions

 | 
Hélène Soulier
, 
Sylvie Salles

Bordeaux TPG, la confusion des territoires

Sylvie Salles

Texte intégral

1Six regards paysagistes ont interrogé le campus TPG de l’Université de Bordeaux, ses évolutions, ses usages, son devenir au travers d’une focale d’exploration spécifique. Les perceptions, chacune très particulière, font émerger les occupations du site. Elles mettent en avant des accumulations, des traversées, des perspectives, des horizons, des contrastes, des lieux repères,… qui caractérisent le paysage du campus. Ces vues fines et informées nous parlent d’un site et de la complexité de son organisation territoriale. Au sens institutionnel du terme, le campus constitue un territoire particulier, repérable au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux : celui de l’Université de Bordeaux à la frontière des communes de Talence, Pessac et Gradignan. Pourtant, en explorant le lieu, ces différents regards paysagistes témoignent d’une organisation plus complexe. Une multitude de territoires compose un autre campus, dont les appropriations se révèlent dans des matières, des détails, des usages… Ce sont autant de signes renvoyant à la territorialité du campus, la dimension que prend le territoire lorsqu’il est habité. Le paysage du campus, au fil des articles, prend une épaisseur vécue.

2Est-ce qu’il y a une adéquation possible entre le territoire institutionnel du campus, les territoires des quatre universités ou des écoles et les territorialités qui les traversent ? D’un côté l’Université de Bordeaux et la Communauté urbaine de Bordeaux, chacune à leur manière, véhiculent une construction unitaire et globalisante. De l’autre, les regards qui partent du lieu témoignent d’éclatements, de partitions, d’imbrications. Cela rend la compréhension du site difficile. Quel campus privilégier ? Et surtout comment intervenir ?

3C’est la question que soulève chacun des articles, en posant les bases d’interventions ouvertes et de projets de paysage possibles pour le campus TPG.

UNITÉ VERSUS ÉCLATEMENTS

4Un campus cent limites, comme l’identifie Floriane Charles. Les délimitations présentes sur le terrain soulignent des partitions successives. Le campus est éclaté en quatre universités (Bordeaux 1, Bordeaux 2, Bordeaux 3, Bordeaux 4), en de nombreuses écoles et en centres de recherches. Des poches d’habitations (lotissements, résidences universitaires/villages) forment des enclaves. Le sol est partagé en une mosaïque de domanialités. Il est stratifié par des fonctions juxtaposées (stationnements, chaussées, pistes cyclables, cheminements). Cette fragmentation est accentuée par les amoncellements de clôtures ou de barrières qui jalonnent le campus. Le paysage dominant est produit par des accumulations d’objets, d’interventions ou de constructions installées au gré des nécessités. Ces accumulations caractérisent les territoires de l’Université, dont l’unité institutionnelle reste peu visible. Ce qui les réunit, c’est une même situation hors la ville, à l’image du paysage sonore du campus. Sous les enregistrements de Laurène Moraglia, le campus est un monde hi-fi, ceinturé par une couronne sonore (d’infrastructures) low-fi qui l’isole du reste de la ville.

5Pourtant la logique du lieu est autre. La réalité de son unité est topographique, avec un sol en pente continue descendant d’ouest en est. Le parc central, installé dans la pente, aide à la perception de l’unité du lieu. Mais, observée finement, cette unité s’enrichit d’une diversité de détails et de situations spatiales. Le territoire du campus devient complexe, tout simplement parce qu’il intègre la quotidienneté, le perçu, des représentations. D’un point de vue paysagiste, cette complexité matérielle et idéelle du paysage est la matière même du projet et de l’aménagement. C’est le sens de cet ouvrage qui vise à faire émerger des modes d’interventions qui partent du lieu et de sa réalité.

COMPLEXITÉ : UN TERRITOIRE OÙ TOUT EST LÀ

6Sous ces regards attentifs aux lieux, l’éclatement devient complexité. La réalité apparaît plus subtile que ce qui est vu au premier abord. Les logiques externes – imposées au territoire – d’abord dominantes, se confrontent à la qualité des substrats, à la matérialité des espaces, aux pratiques spatiales. Des logiques internes aux lieux émergent alors. Elles ont capacité à interagir les unes avec les autres dès lors qu’on les laisse exister et se développer.

7Maïa Agor décrit un campus fertile, avec une diversité de milieux et d’espèces végétales potentielles, qui est appauvri par des techniques de gestion. Il suffit de permettre aux espèces de pousser et de les laisser s’installer sur un sol adapté. Cela implique un renversement des logiques, entre logiques externes et logiques internes, dans la gestion. C’est un renouvellement des systèmes de représentation qui conduit à privilégier le sol à son occupation, à l’inverse des pratiques d’aménagement usuelles.

8Olivia Gaillot-Drevon et Thaïs Bonichon découvrent une spatialité à l’interrelation entre les espaces bâtis et les espaces non bâtis. Elles mettent en avant des agencements qui composent avec la vision et le mouvement du corps. Le plan de Sainsaulieu ménage des transitions – passage, seuil, cour – et ordonne des cadrages. Dans le campus, ce système se prolonge rarement vers les espaces extérieurs. Pourtant, l’art des jardins obéit à des principes de composition équivalents qui tiennent compte des mouvements du sol, des dénivelés, des perspectives. Les lieux sont agencés en fonction du plaisir et du confort des cheminements, des qualités d’usage et de la lisibilité des repères dans l’espace.

9Pierre Anquetil se saisit de cette expérience visuelle et sensible de l’espace comme d’un outil d’aménagement pour le tramway. Il met en avant la nécessité d’installer, dans l’aménagement des stations, des relations entre le proche et le lointain. Tout est là : une desserte performante, un temps réduit de liaison au centre-ville, des lieux à desservir, des amorces d’itinéraires. Pourtant, la ligne de tramway traverse plus qu’elle ne dessert. La distance du déplacement, entre la station et l’objectif que l’on cherche à atteindre, reste vécue comme éloignée. Les repères sont là, mais brouillés ou invisibles.

10Les qualités potentielles des espaces du campus sont occultées. Ce brouillage renforce l’éclatement des espaces. La complexité devient alors complication puisqu’elle entrave les usages. Pourtant, la complexité du campus qui transparaît au fil des articles n’a rien de compliqué. L’organisation d’un tel système complexe implique une attention aux singularités, pour laisser émerger ce qui est là. Henri Lefebvre pointe un nécessaire renouvellement des modes d’actions sur l’espace urbain. Ce renouvellement conduit à affronter la complexité du réel sans chercher à imposer un ordre extérieur qui serait forcément réducteur. L’appauvrissement des milieux présents sur le campus par des pratiques de gestion intensives et homogènes en est une parfaite illustration.

CONNEXIONS : INTERVENIR À PARTIR DU DÉJÀ-LÀ

11De ce point de vue, intervenir à partir de ce qui est déjà-là, c’est faciliter les émergences. Laisser apparaître devient plus important qu’aménager. L’inachevé devient un potentiel de composition, a fortiori lorsque la matière du projet est le vivant.

12C’est le sens de la proposition de Pierre Anquetil, pour qui la qualité de l’espace public est liée à sa capacité à réduire la distance vécue. Le moyen est d’intervenir à l’endroit même des connexions, entre la station et ce qu’elle dessert. Mais la relation va plus loin. Installer des continuités à l’échelle du campus, c’est installer un confort de déplacement. De la même manière, Laurène Moraglia propose des intervalles musicaux, avec des plantations à la transition de deux paysages sonores ; entre la périphérie du campus, où les nombreux signaux acoustiques sont brouillés, et le centre du campus, aux sonorités variées et claires. C’est un moyen pour améliorer le confort des lieux de conflits sonores, qui sont aussi les lieux où les étudiants se rassemblent à proximité des restaurants universitaires. La question posée ici est : où intervenir pour une plus grande qualité des espaces du campus ? C’est intervenir ponctuellement, à l’endroit où des espaces différents se juxtaposent, pour rétablir des transitions ou pour installer des repères. C’est intervenir juste là où on en a besoin, là où l’intervention agit comme un déclencheur, dans des endroits qui ont capacité à transformer ce qui les environne.

13Olivia Gaillot-Drevon et Thaïs Bonichon s’attachent à retrouver des transitions et des enchaînements entre les espaces bâtis et non bâtis. C’est une autre manière d’aborder les complémentarités entre les programmes et les déplacements qui y conduisent. Elle s’adresse à la façon dont nous percevons l’environnement du campus, à la lisibilité des repères qui agencent les espaces. Il s’agit d’accompagner et de rythmer les cheminements, en imbriquant les perceptions et les rapports d’échelles qu’elles induisent. L’unité du campus ne résulte pas ici d’un plan d’ensemble, mais de la capacité des différentes situations spatiales à combiner des rapports de grandeur antagonistes ; petit ou grand, proche ou lointain. Dans la pure tradition de l’art des jardins, il s’agit de composer avec le sensible. Maïa Agor ouvre concrètement la réflexion sur comment intervenir. Elle met en avant une imbrication entre logiques des milieux (secs, mésophiles, humides) et logiques d’habiter (gestion, usage, appropriation, plaisir). De fait la gestion devient l’outil privilégié pour intervenir à partir du déjà-là et pour projeter à partir de ce qui est à disposition sur le site.

ALLER PLUS LOIN…

14La réflexion initiée par cet ouvrage pose les bases de la connaissance du campus et explore de nouvelles voies pour projeter son paysage. Il s’agit de préparer le terrain – pour les plantes, pour l’usage, pour les constructions – et non pas d’occuper le sol pour ensuite aménager ce qui reste. Les pistes d’actions proposées par ces paysagistes inversent la démarche par rapport à des pratiques d’aménagement qui privilégient le statut du sol et planifient son occupation. Cette réflexion se poursuit dans l’Atelier Permanent Paysage. Elle sonde les capacités à projeter le paysage par la gestion.

Séance de travail en atelier. Séminaire « Territoires contemporains et pensée paysagiste ». Promotion 2010-2011

Auteur

Architecte et docteur en Etudes urbaines. Les sujets qu’elle aborde principalement sont liés à la représentation et là a construction de la ville par le projet de paysage. Après trois années à l’ensap Bx, elle est aujourd’hui maitre –assistant à Paris Val de Seine.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540