Version classiqueVersion mobile

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Première partie. La diversité du patrimoine éducatif

Chapitre 9. Les archives des universités (1968-2012)

Charles Mercier

Texte intégral

1Dans un ouvrage collectif de 2008, consacré à la mémoire et à la culture matérielle des universités, Christian Hottin, conservateur du patrimoine, écrivait après avoir pointé la fréquente négligence des universités et des universitaires pour leurs archives :

  • 1 Hottin Christian, « Le bicorne et la tête à claque. Création du patrimoine et construction identit (...)

« On voudrait seulement mieux comprendre ce qui apparaît comme un double déficit de légitimité des archives universitaires françaises : par rapport aux autres formes de patrimoine dans notre pays et par rapport aux archives des universités des pays voisins. Cette question est intéressante au plus haut point pour l’historien de l’enseignement, dans la mesure où elle peut constituer une introduction à une histoire critique des sources de son objet d’étude1. »

  • 2 Farge Arlette, Le Goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1997, p. 70-71.

2Ces quelques lignes percutantes attirent notre attention sur le fait que les archives universitaires ne sont pas seulement, pour reprendre les mots d’Arlette Farge, « un stock dans lequel on puiserait2 » pour écrire un récit, elles sont aussi le produit d’une longue chaîne d’activités qu’il s’agit d’interroger pour mieux comprendre la manière dont les membres d’un établissement conçoivent leur identité professionnelle mais aussi l’importance que la société globale accorde à leur activité.

  • 3 Nous ne procéderons pas à l’inventaire détaillé du contenu des archives des universités que l’on p (...)
  • 4 Association des archivistes français, Abrégé d’archivistique : principes et pratiques du métier d’ (...)
  • 5 Charle Christophe et Verger Jacques, Histoire des universités, Paris, PUF, Coll. « Que sais-je ? » (...)
  • 6 Ministère de l’enseignement supérieur, Établissements d’enseignement supérieur et de recherche [en (...)

3Cette contribution vise à interroger le lien entre l’histoire des institutions et la fabrique d’archives dans un cadre thématique, géographique et temporel volontairement restreint : celui des universités françaises de 1968 à 20123. Par « archives des universités », on entendra l’ensemble des documents, quels que soient leur forme, leur support et leur date, qui y ont été produits et reçus au cours de la période d’étude4. Par « universités », un mot dont, comme l’ont souligné Christophe Charle et Jacques Verger, la définition est « introuvable » tant il sert à désigner des réalités qui diffèrent en fonction des lieux et des époques5, nous désignerons les établissements d’enseignement supérieur pluridisciplinaires, dotés d’une certaine autonomie, accessibles à toute personne titulaire du baccalauréat, dont les origines remontent à la loi Faure du 12 novembre 1968. Au nombre de soixante-quinze au terme de notre période d’étude6, ils ne représentent qu’une partie de l’enseignement supérieur français, et se distinguent des écoles et des grands établissements (École nationale des chartes, École des hautes études en sciences sociales, etc.) dont il ne sera pas question ici. Nous voudrions montrer qu’à une période de désintérêt relatif (années 19701980) - succède un moment de progressive sensibilisation à l’importance des archives (années 1990) qui conduit les universités à s’impliquer dans leur gestion (depuis 2000).

Des archives négligées (du début des années 1970 au début des années 1990)

  • 7 Circulaire du ministre de l’Éducation nationale aux recteurs, no 70-215, publiée au Bulletin offic (...)

4Peu avant la naissance des établissements universitaires pluridisciplinaires destinés, suite au vote de la loi Faure, à remplacer les facultés, Olivier Guichard, alors ministre de l’Éducation nationale, signe, le 28 avril 1970, une circulaire relative aux archives. Celle-ci comporte des dispositions spécifiques pour l’enseignement supérieur. Dans un contexte de bouleversement institutionnel, il est demandé aux chefs d’établissement de verser aux Archives départementales ou nationales (pour Paris) tous les documents antérieurs à 1940, à quelques exceptions près. Pour les documents produits ou reçus entre 1940 et 1968, une liste de pièces à conserver pour versement au réseau des archives publiques après expiration de leur délai d’utilité administrative est établie : procès-verbaux des différentes instances, correspondance, budgets, dossiers relatifs à des contentieux avec les étudiants, documents produits par la scolarité et dossiers personnels de carrière. Il est aussi demandé d’adjoindre, si possible, « les papiers privés des professeurs, remis ou légués à la faculté » et « les dossiers qui ont pu être constitués sur la vie étudiante et qui ne relèvent pas de l’administration (tracts, journaux, bulletins, affiches). » Des échantillons représentatifs de dossiers étudiants doivent être conservés7. Les rédacteurs de la circulaire sollicitent enfin une vigilance toute particulière pour les documents qui sont en train d’être produits :

  • 8 Ibid.

« Les transformations en cours dans l’enseignement supérieur depuis 1968 (période transitoire et période d’application de la loi d’orientation) imposent des conditions particulières en ce qui concerne les conditions de conservation et de classement des documents. […] À défaut de ces précautions, l’étude historique des transformations actuelles de l’enseignement serait très gravement compromise8. »

  • 9 Voir : Thuiller Guy, « Les archives de l’enseignement : le rapport Renouvin en 1969 », Revue admin (...)

5Cette circulaire, qui devait beaucoup aux capacités de persuasion de l’historien Pierre Renouvin9, pouvait faire espérer une fructueuse coopération entre l’administration des nouveaux établissements et les services d’archives publiques. La réalité est cependant assez différente : au cours des vingt premières années de l’histoire des nouvelles universités, leurs responsables ne mettent pas en place de véritable politique archivistique.

  • 10 Geneste Pascal, « Les archives paradoxales de l’Éducation en Gironde de 1850 à nos jours », À la r (...)
  • 11 Say Hélène, « Les archives de l’enseignement en Meurthe-et-Moselle : bilan et perspectives », dans(...)
  • 12 Rollet Laurent, « À la recherche des archives de l’enseignement supérieur à Nancy », dans Choffel- (...)

6Concernant les archives héritées des anciennes facultés, les versements par les universités semblent avoir été très inégaux et parcellaires durant cette période 1970-1990. En Gironde, les Archives départementales parviennent à obtenir les fonds des facultés de lettres, sciences et médecine, mais pas celui de la faculté de droit (qui ne sera versé qu’à la fin des années 1990)10. En Meurthe-et-Moselle, les transferts sont beaucoup plus ponctuels : en 1977, Nancy I verse les documents produits par les collèges royaux de chirurgie et de médecine entre 1751 et 1793 ; au début des années 1980, Nancy II se « dépossède » de fonds relatifs à la faculté de droit et de sciences économiques11. La majeure partie de la documentation reste conservée par les deux universités, dans des conditions peu satisfaisantes, à l’image des archives de la faculté des sciences, entreposées sans avoir été inventoriées ni triées dans des locaux attenants aux bâtiments administratifs12. Une autre partie importante des fonds antérieurs à 1970 semble avoir été éliminée, un cas que l’on retrouve, selon Jean-François Condette, dans le Nord-Pas-de-Calais :

  • 13 Condette Jean-François, « De l’Université de Lille aux universités lilloises. Archives en souffran (...)

« Les “facultés mères”, installées au cœur du tissu urbain lillois, sont amenées à migrer vers les campus périphériques dans les années 1960 et 1970, ce qui entraîne bien souvent des éliminations sauvages ou des pertes involontaires liées aux circonstances (stockage dans les locaux humides, pourrissement, etc.)13. »

  • 14 Benrekassa Hélène et Charmasson Thérèse, « Archives des administrations et des établissements scol (...)

7L’enquête menée en 1981 par Hélène Benrekassa et Thérèse Charmasson révèle que, onze ans après la publication de la circulaire d’Olivier Guichard, peu d’universités ont mis en application les injonctions concernant le patrimoine archivistique dont elles héritaient14.

  • 15 Rohfritsch Anne, entretien avec l’auteur, 6 mars 2013.
  • 16 Legois Jean-Christophe, « Retranscription des débats au cours de la journée d’études “Archives et (...)

8Qu’en a-t-il été pour les documents produits et reçus au cours des années 1970 et 1980 ? La circulaire ne détaillait pas vraiment la conduite à tenir. L’impression générale, c’est que les universités stockent les documents dont les services n’ont plus l’utilité courante dans des sous-sols, sans en faire d’inventaire préalable15. À Paris X-Nanterre, durant cette période, le sort des documents dont les services administratifs n’ont plus l’utilité courante varie en fonction des services producteurs. Avant transfert dans les caves, ceux produits par la présidence et le secrétariat général (correspondance, procès-verbaux des instances de direction, etc.), sont bien ordonnés et regroupés dans des sous-chemises et des chemises et sont conditionnés en boîtes d’archives. Ceux produits par les unités d’enseignement et de recherche semblent avoir une destinée beaucoup plus aléatoire : entassement sans classement ou benne à ordures. La différence ne s’explique pas seulement par le prestige plus important des archives des instances dirigeantes mais aussi par le sous-encadrement administratif des différentes composantes internes de l’université par rapport aux services centraux16. Quoi qu’il en soit, dans les deux cas, l’absence d’inventaires rend compliquée l’utilisation administrative ou scientifique de ces documents.

  • 17 Morisson Marie-Annick et Monfort Jacqueline, « Les archives à l’École des hautes études en science (...)
  • 18 Bayle Nadia et Billoux Claudine, « Le nouveau classement thématique des archives de l’École polyte (...)
  • 19 Université de Montréal, Service des archives : historique » [en ligne], disponible sur : http://ww (...)
  • 20 Association des archivistes français, Abrégé d’archivistique, op. cit., p. 62.
  • 21 Hiraux Françoise, « Des archives pour participer au devenir universitaire. Record management et ac (...)

9La situation contraste avec celle des grandes écoles et des grands établissements. L’EHESS crée un service d’archives en 197617. À Polytechnique, le patrimoine archivistique fait l’objet d’une grande attention : en 1982, la direction décide du reclassement des fonds et de la réalisation d’un inventaire général avec l’aide du service historique de l’Armée de terre. À l’issue de la réorganisation, en 1984, un véritable service d’archives est organisé et ouvert au public18. La situation des universités françaises diffère aussi de celles de leurs homologues étrangers. En 1970, l’université de Montréal met en place un véritable service des archives, chargé de « la gestion de l’ensemble des documents administratifs de l’Université, qu’ils soient actifs, semi-actifs, inactifs ou historiques ainsi que ceux qu’elle acquiert (fonds privés)19. » Sont confiés à un seul service à la fois le record management, c’est-à-dire la gestion des archives courantes (documents dont l’administration a besoin pour travailler) et intermédiaires (dossiers clos mais dont l’administration reste susceptible d’avoir besoin), et l’archivage historique, c’est-à-dire la préservation à des fins patrimoniales et scientifiques des documents qui n’ont plus aucune utilité pour leur producteur20. Toujours dans le monde francophone, l’Université catholique de Louvain emploie un archiviste à partir de 1982. Alors que la loi belge n’impose pas aux universités de coopérer avec les services d’archives publiques, il s’agit d’organiser la conservation, au sein de l’université, de documents historiques considérés comme des éléments de patrimoine21.

  • 22 Picard Emmanuelle, « Les archives de l’enseignement supérieur français à l’époque contemporaine », (...)
  • 23 Mercier Charles, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), [thèse (...)

10Pour Emmanuelle Picard, la spécificité des universités françaises tient à des facteurs culturels, forgés par l’histoire de l’enseignement supérieur français depuis les lendemains de la Révolution française. La gestion centralisée, à la fois des carrières, des budgets et des parcours de formation, ne prédispose pas les personnels à prendre des initiatives pour gérer les archives qu’ils produisent et reçoivent, dans la mesure où l’administration centrale a longtemps effectué cette mission. Par ailleurs, la prééminence de la logique nationale favorise l’identification des universitaires à leur discipline plutôt qu’à la structure locale à laquelle ils sont rattachés. La faiblesse de la culture d’établissement fait que les archives ne « peuvent représenter un enjeu en termes de mémoire22 ». Malgré la volonté du pouvoir politique de créer des nouvelles universités autonomes en 1968, on peut faire l’hypothèse que l’habitus centralisateur continue à prévaloir chez les universitaires d’autant que, malgré les déclarations d’intention, le ministère en charge de l’enseignement supérieur a du mal à rompre avec les pratiques « jacobines23 ».

Une sensibilisation progressive (années 1990)

11Malgré ce faible intérêt initial des universités nées de 1968 pour leurs archives, ces dernières bénéficient d’un intérêt croissant à partir du début des années 1990. Des archivistes extérieurs aux établissements sensibilisent la communauté universitaire à l’importance de leur sauvegarde.

  • 24 Say Hélène, « Les archives de l’enseignement en Meurthe-et-Moselle : bilan et perspectives », op. (...)
  • 25 Nora Pierre, « L’ère de la commémoration », dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, t. 3, P (...)
  • 26 Archives départementales des Hauts-de-Seine, « Présentation du fonds de l’université de Paris Oues (...)
  • 27 Douat Frédéric, « Le fonds de l’université Paris X-Nanterre », La Gazette des archives, 2002, no 1 (...)
  • 28 Ibid., p. 118-119. Des initiatives analogues ont lieu dans cinq autres départements : Ille-et-Vila (...)

12Au début des années 1990, les universités se retrouvent à nouveau confrontées à des problèmes de locaux. Ceux-ci, qui datent souvent des années 1960 et 1970, ont mal vieilli, ou se révèlent trop étroits face à la croissance des effectifs. Cela entraîne des déménagements ou des travaux qui obligent les établissements à se poser la question du devenir de la production documentaire accumulée. Là où il n’y a pas de travaux ou de déménagement prévus, l’empilement des papiers conduit fréquemment à une saturation des espaces dédiés à l’archivage et est parfois perçu comme un risque, lorsqu’une commission de sécurité « dénonce vigoureusement la surcharge des planchers et la surchauffe des bâtiments24. » Dans le contexte d’une demande sociale de patrimoine, particulièrement vive depuis le début des années 198025, la perspective d’éliminations sauvages suscite des résistances. La mise en danger des archives engendre une prise de conscience de leur fragilité ainsi que des initiatives pour les sauvegarder. D’où des prises de contact, par des membres de la communauté universitaire, avec des archivistes publics. À Paris X-Nanterre, les Archives départementales interviennent au début des années 1990. Un premier versement couvrant les archives de la présidence et du secrétariat général sur la période 1964-1985 est effectué en 199226. Du fait de l’absence de personnel universitaire disponible, c’est celui des Archives départementales qui réalise les travaux de classement et d’inventaire. Pour préparer l’avenir et permettre que les futurs versements s’effectuent dans de meilleures conditions, le directeur adjoint des Archives, Frédéric Douat, propose des tableaux de gestion susceptibles de permettre un pré-archivage27. Cependant, les responsables universitaires ne semblent pas encore convaincus « de l’intérêt administratif et historique des documents qu’ils gèrent28 ».

  • 29 Poinsotte Valérie, « Les archives de l’université d’Angers », La Gazette des archives, 2002, no 19 (...)
  • 30 Ibid., p. 126.

13À Angers, le transfert de la présidence de l’université et de l’UFR de lettres provoque une première intervention des Archives départementales en 1996-1997 : « Une jeune femme traite toutes les archives administratives pour effectuer des éliminations, des versements et une conservation sur place des archives intermédiaires29. » L’université prête son concours en offrant des contrats aux étudiants de la formation en archivistique qui a été créée en son sein en 1993 et en ayant recours à un objecteur de conscience. L’opération ne va pas sans tensions. La proposition d’audit faite par les Archives départementales à l’UFR de sciences est « très mal vécue ». Des membres du personnel administratif accusent les archivistes d’avoir perdu des documents qu’ils ne parviennent pas à retrouver30.

  • 31 Le service des archives du rectorat de Paris, créé en 1959, a été une mission des Archives nationa (...)
  • 32 Méchine Stéphanie, « Archives et amiante : l’expérience de la sauvegarde des archives du campus de (...)
  • 33 Que je remercie très vivement pour la relecture attentive de cet article.

14À Jussieu, en 1998, c’est la perspective des travaux de désamiantage qui poussent les membres de l’un des laboratoires de Paris VI (l’Équipe d’analyse) à entrer en relation avec les services d’archives publiques afin de sauvegarder les dossiers de travail et de publication du grand mathématicien Marcel Brelot, fondateur de la théorie du potentiel. La situation des universités de Paris intra-muros est spécifique en cela qu’elles doivent verser leurs papiers aux Archives nationales et ne sont donc pas en lien avec les archives de ce département-commune. Dans ce contexte, la demande est orientée vers le service des archives du rectorat de Paris31. Progressivement, les différents protagonistes élaborent un plan plus global de sauvegarde de tous les documents des UFR et des laboratoires de Jussieu stockés dans les placards techniques destinés à être désamiantés. Thérèse Charmasson, conservateur en chef du patrimoine détachée à la Cité des sciences et de l’industrie, et Stéphanie Méchine, responsable des archives du rectorat, munies de combinaisons, de masques à ventilation et aidées par deux techniciens, « procèdent à l’inspection systématique des placards desquels sont extraits des dossiers, tantôt bien tenus, tantôt composés de papiers sans rapport les uns avec les autres et opèrent un tri rapide entre les documents à conserver et ceux à éliminer32. » À l’issue des opérations, 37,5 mètres linéaires sont transférés dans le dépôt d’archives du rectorat et sont classés. Thérèse Charmasson et Stéphanie Méchine33 s’emploient à valoriser cet important travail : elles établissent des instruments de recherche, dont un répertoire numérique, et participent à des journées d’études afin de sensibiliser la communauté universitaire. Ces initiatives aboutissent à des résultats contrastés en ce qui concerne les responsables des deux universités qui se partagent le campus, Paris VI et Paris VII. La nouvelle présidence de Paris VI ne manifeste pas immédiatement d’intérêt pour les démarches entreprises. En revanche, les secrétaires généraux successifs de Paris VII créent un service interne d’archives et recrutent, dès 2002, un archiviste pour le diriger.

L’implication de plus en plus forte de la communauté universitaire (depuis 2000)

  • 34 Université de Haute-Alsace, Archives et mémoires étudiantes, l’expérience de l’UHA [en ligne]. Dis (...)
  • 35 Il s’agit de la formation MECADOCTE (Métiers de la Culture, des Archives et de la Documentation po (...)
  • 36 Poinsotte Valérie, « Les archives de l’université d’Angers », op. cit., p. 123.
  • 37 Université Toulouse I-Capitole, La Mission archives [en ligne]. Disponible sur : http://www.ut-cap (...)
  • 38 Picard Emmanuelle, « Les archives de l’enseignement supérieur français à l’époque contemporaine »,(...)
  • 39 AURORE, Présentation du réseau Aurore [en ligne], 11 juin 2009. Disponible sur : http://www.univ-p (...)

15Dans le cas de Paris VII, l’organisation du déménagement de l’université conjuguée à la mobilisation de chercheurs internes à l’établissement et à l’action d’archivistes extérieurs particulièrement dynamiques et investis, aboutit à une sensibilisation des instances dirigeantes de l’université qui décident d’affecter des moyens pour la gestion des archives. Cet exemple illustre une tendance à l’implication de plus en plus forte des communautés universitaires dans la prise en charge de leurs archives au début des années 2000. En la matière, l’université de Haute-Alsace (Mulhouse) fait également figure d’établissement pionnier. Dès octobre 2000, sa direction sollicite l’aide d’un étudiant de la formation en documentation et en archivistique pour mettre en place sa politique d’archivage34. Comme à Angers, on note que l’existence de ce type de formation au sein de l’établissement35, constitue un élément facilitateur (sans être pour autant décisif) : d’une part, elle incite certains enseignants et étudiants à s’intéresser à la production documentaire de leur institution, d’autre part, elle offre à l’établissement un vivier d’étudiants employables pour « des petits boulots archivistiques36 ». En 2003, Toulouse I crée à son tour une mission archives. Les objectifs consistent à améliorer l’accès à la documentation et à gagner de l’espace en procédant aux éliminations réglementaires des documents. Après avoir « jugulé l’arriéré », l’équipe « collecte, classe, conserve et communique » les archives. Celles-ci sont consultées tant par les services administratifs que par les chercheurs. Le choix a été fait de ne pas verser les fonds aux Archives départementales mais de les conserver, par convention, sur place37. Le mouvement de création de services internes d’archives universitaires s’accélère à partir de 2007. Parmi les soixante-quinze universités recensées début 2013, on ne comptait que trois services d’archives en octobre 200638. Ils sont vingt-deux à la fin de l’année 2012, structurés par le réseau Aurore (Archivistes des Universités, Rectorats, Organismes de Recherche et mouvements Étudiants) créé en février 200739 et devenu récemment une section de l’association des archivistes français.

  • 40 Voir Patrimoine universitaire Nord-Pas-de-Calais, Enseigner, rechercher [en ligne], disponible sur (...)

16Dans certaines régions, la politique de conservation, de collecte, d’inventaire et de classement s’effectue dans un cadre mutualisé. C’est le cas dans le Nord-Pas-de-Calais, où une mission « patrimoine » a été créée au sein du PRES Université Lille Nord de France40.

  • 41 Disponible sur : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000774334 (...)
  • 42 Oppermann Fabien, « La loi Faure, les archives et les universités » et Condette Jean-François, « S (...)

17La création, depuis 2000, de services d’archives internes aux universités est, dans une certaine mesure, la résultante des dynamiques observées dans les années 1990 et analysées ci-dessus : saturation des espaces, vogue du patrimoine et travail de sensibilisation effectué par des membres entreprenants de services publics d’archives. Elle est aussi à mettre en lien avec des évolutions propres aux années 2000 qui sont à la fois externes et internes au monde universitaire. Parmi les facteurs externes, il faut mentionner les impulsions venues du pouvoir politique et notamment la circulaire interministérielle du 2 novembre 2001, relative à la gestion des archives dans les services et établissements publics de l’État41. Ce texte signé par le Premier ministre, Lionel Jospin, affirme avec force qu’une politique archivistique rigoureuse est indispensable au bon fonctionnement des services publics, au respect des droits du public à accéder à l’information et enfin, à la recherche en sciences humaines et en particulier en histoire. Elle enjoint les différents établissements publics à développer en leur sein la fonction archivage, et à prendre spécifiquement en charge la gestion les documents d’âge courant et intermédiaire. Les responsables sont invités à créer « un service ou une cellule spécifique qui doit apparaître clairement dans l’organigramme et être placé à un niveau lui permettant d’exercer efficacement sa mission » et à aménager des « locaux […] dotés des équipements adéquats pour la conservation des archives intermédiaires ». Il s’agit non seulement de permettre un meilleur fonctionnement de l’administration mais aussi de préparer la conservation définitive des documents parvenus à l’âge historique, conservation qui reste du ressort des services d’archives publiques. Pour faciliter la mise en œuvre de cette circulaire en milieu éducatif, une instruction, datée du 22 février 2005, cosignée par les ministres de l’Éducation et de la Culture, fournit aux différents services et établissements concourant à l’éducation nationale des tableaux de gestion (appelé « tableaux d’archivage ») permettant un traitement adéquat de la production documentaire. Pour chaque type de document produit ou reçu, les tableaux indiquent la durée d’utilité administrative (DUA), c’est-à-dire le temps de conservation dans l’établissement, ainsi que le sort final, c’est-à-dire le traitement à l’issue de la DUA : versement aux services d’archives publiques, tri, destruction. Un important travail de sensibilisation est parallèlement mené auprès des présidents d’université et des différents acteurs de l’enseignement supérieur42.

Figure 1 - Les services d’archives au sein des universités françaises en 2012

Figure 1 - Les services d’archives au sein des universités françaises en 2012
  • 43 AMUE, La gestion des archives au sein d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche (...)
  • 44 Musselin Christine, La Longue marche des universités, Paris, PUF, 2001, p. 106.
  • 45 Que je remercie très vivement pour la relecture attentive de cet article.
  • 46 Rohfritsch Anne, entretien avec l’auteur, 6 mars 2013. Sur la description et l’analyse du travail (...)

18En synergie avec ces stimulations externes, des facteurs internes au monde académique ont aussi favorisé l’émergence d’une nouvelle attitude des établissements vis-à-vis de leurs archives. Dans un contexte marqué par l’augmentation de l’autonomie universitaire, depuis la circulaire sur la contractualisation de mars 1989 jusqu’à la loi relative aux libertés et responsabilités des universités d’août 2007, le souci de professionnalisation de la gouvernance conduit les équipes dirigeantes à développer la fonction documentation et archivage moins dans une perspective scientifique et culturelle que gestionnaire. C’est ce qui ressort dans l’enquête menée début 2010 par le réseau Aurore auprès de seize établissements d’enseignement supérieur : faire face à « l’engorgement des locaux » et aux « difficultés de communication », « rationnaliser l’archivage » figurent parmi les raisons les plus souvent invoquées pour expliquer l’institutionnalisation de la fonction archives43. Il ne faut pas pour autant évacuer les enjeux identitaires et patrimoniaux, qui constituent sans doute une motivation secondaire importante dans un contexte où, selon Christine Musselin, la culture d’établissement se développe parallèlement à l’autonomie44. Anne Rohfritch45 est recrutée en 2008 comme archiviste de l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense (ex-Paris X) sur une fiche de poste où ne figure aucun objectif patrimonial. Pourtant, les initiatives qu’elle prend dans cette direction sont très bien accueillies par sa hiérarchie, comme si la dimension mémorielle constituait une attente implicite46.

  • 47 Luc Jean-Noël, « Les archives des universités au service d’un nouveau chantier » dans Méchine Stép (...)

19Au-delà des équipes présidentielles des universités, on assiste au cours de ces années 2000 à un engagement de chercheurs, souvent historiens, en faveur des archives universitaires. Il s’agit, pour reprendre l’expression de Jean-Noël Luc, de sauvegarder les matériaux d’un « chantier historique foisonnant47 ». Au risque d’oublier des noms, on peut mentionner trois initiatives qui, pour être modestes en moyens humains, n’en sont pas moins significatives.

  • 48 GERME, GERME : une association [en ligne], disponible sur : http://www.germe.info/germe/germe.html (...)

20En marge des structures institutionnelles classiques, le GERME (Groupe d’Études et de Recherche sur les Mouvements Étudiants)48, animé notamment par Jean-Philippe Legois, joue un rôle pionnier pour sensibiliser le monde académique et le pouvoir politique à la question des archives étudiantes (qui constituent une partie des archives universitaires) notamment par l’organisation de journées d’études intitulées « Archives et mémoires étudiantes : état des lieux » en 2000 et 2001.

  • 49 Picard Emmanuelle, Le Programme d’histoire de l’enseignement supérieur du Service d’histoire de l’ (...)
  • 50 Picard Emmanuelle, Héloïse : European Workshop on Historical Academic Databases [en ligne], dispon (...)

21En 2004, le Service d’histoire de l’éducation de l’Institut national de la recherche pédagogique (INRP) décide de lancer un programme en lien avec l’enseignement supérieur. Sous la conduite d’Emmanuelle Picard, un vaste travail est entrepris autour des sources de l’histoire des universités. Une enquête destinée à établir le bilan des versements effectués aux Archives départementales est notamment entreprise. Pour promouvoir les initiatives et les projets, pour mettre en synergie les différentes initiatives, un Réseau des archives des mondes universitaires, scientifiques et étudiants (RAMUSE) est constitué49. Les liens entre membres du réseau se construisent à travers des rencontres scientifiques (journées d’études, séminaire) et des échanges électroniques, qui permettent de mutualiser les informations. Depuis l’intégration de l’INRP, rebaptisé Institut français de l’éducation (Ifé), au sein de l’École normale supérieure de Lyon, le travail continue au sein de l’équipe histoire de l’éducation du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), notamment par la constitution d’un réseau européen consacré à l’histoire sociale des universités en Europe depuis le Moyen Âge (Héloïse). Ses fondateurs se donnent notamment pour objectif de réfléchir « à la mise en œuvre des outils et solutions techniques permettant une collaboration efficace dans la production, le traitement et la mise à disposition des données et archives numériques50. »

22Enfin, dans le contexte commémoratif du quarantième anniversaire des universités franciliennes, la chancellerie des universités de Paris a suscité plusieurs manifestations scientifiques importantes en partenariat avec plusieurs universités. Parmi celles qui ont un rapport direct avec les archives, il faut citer la journée d’études du 8 juin 2011, co-organisée par Stéphanie Méchine et Jean-Noël Luc, qui a permis de regrouper une centaine de personnes autour du thème « Nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement et de la recherche, les archives universitaires ». Une autre manifestation pilotée par Loïc Vadelorge et Jean-Philippe Legois a permis, le 16 mars 2012, de poser la question de la fabrication d’archives orales en milieu universitaire. L’opération apparaît indispensable pour disposer des informations qui ne laissent pas de trace écrite (les convictions personnelles et les tempéraments, les ambiances d’un conseil d’université, rarement consignées dans un compte rendu officiel, les motivations de telle ou telle décision…) mais elle suppose des moyens qui font pour l’instant défaut. En synergie avec les initiatives de la chancellerie, Loïc Vadelorge et Florence Bourillon ont constitué un réseau de chercheurs et d’archivistes qui coopèrent dans le cadre d’un atelier consacré à la transformation de la Sorbonne au tournant des années 1960 et 1970. Grâce au soutien financier de la Conférence des présidents d’université, une historienne a pu être recrutée pour alimenter une base de données sur les personnels dirigeants des universités franciliennes entre 1966 et 1976.

23À travers ce rapide panorama, on perçoit comment l’évolution de l’attention portée aux archives révèle en creux l’histoire des universités françaises et notamment l’émergence progressive d’une autonomie et d’une culture d’établissement.

  • 51 En introduisant la journée d’étude « Nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement et de la (...)
  • 52 Poinsotte Valérie, « Les archives de l’université d’Angers », op. cit., p. 127.
  • 53 Bosman Françoise, « Retranscription des débats au cours de la journée d’études “Archives et mémoir (...)
  • 54 Gallois Isabelle et Luce Marie-Caroline, « Archives des enseignants-chercheurs, des pratiques de c (...)

24Ce mouvement, survenu sur fonds de patrimonialisation générale, a sans doute permis de sauver du naufrage une partie non négligeable des archives administratives produites entre 1960 et 2000, et de préparer dans des conditions satisfaisantes les futurs versements en prévoyant dès la production des documents leur devenir final. De nouveaux défis s’ouvrent maintenant. Nous en mentionnerons trois. L’élargissement du traitement des archives administratives aux laboratoires et aux UFR, dans lesquels la situation reste encore très précaire, constitue un premier chantier d’envergure51. La préservation des archives pédagogiques et scientifiques est un deuxième grand enjeu. En effet, les traces de ce qui fait le cœur de la vie universitaire, à savoir l’enseignement et la recherche, sont difficiles à collecter. Comme le soulignait Valérie Poinsotte, « on saura très bien comment fonctionne l’université mais on ne saura absolument pas ce qui s’y fait : on aura donc le fonctionnement mais pas l’activité52. » Au-delà des capacités limitées des services des archives, qui ont déjà fort à faire pour gérer la production administrative, ce manque est révélateur du lien personnalisé qu’entretiennent les enseignants et les chercheurs avec leurs archives : « c’est quasiment la prunelle de leurs yeux, leur propriété privée53. » La situation commence néanmoins à évoluer et des politiques de collecte de papiers d’enseignants-chercheurs ont récemment été mises en place, notamment à Paris I, Paris VI54 et Paris VII. Enfin, à l’ère du numérique, la conservation des documents électroniques (courriels, pages web, etc.) constitue un troisième grand défi, tant la dématérialisation peut constituer aussi bien une chance qu’une menace pour la transmission.

Notes

1 Hottin Christian, « Le bicorne et la tête à claque. Création du patrimoine et construction identitaire au sein des établissements d’enseignement supérieur parisiens », dans Choffel-Mailfert Marie-Jeanne et Rollet Laurent (dir.), Mémoire et culture matérielle de l’université : sauvegarde, valorisation et recherche, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2008, p. 39.

2 Farge Arlette, Le Goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1997, p. 70-71.

3 Nous ne procéderons pas à l’inventaire détaillé du contenu des archives des universités que l’on pourra trouver dans d’autres articles, notamment dans : Charmasson Thérèse et Méchine Stéphanie, « Les sources de l’histoire des universités, du désordre à l’ordre », dans Luc Jean-Noël (dir.), « 40ème anniversaire des universités de Paris et d’Île-de-France », Paris-Sorbonne, 8 juin 2011, « Nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche : les archives universitaires », [disponible en ligne à l’adresse : http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/CRHXIX/LUC_et_al__dir__-_Les_archives_universitaires_-_2013.pdf]

4 Association des archivistes français, Abrégé d’archivistique : principes et pratiques du métier d’archiviste, Paris, Association des archivistes français, 2007, p. 11. Les archives sont officiellement définies dans la loi no 79-18 du 3 janvier 1979 sur les archives, Journal officiel du 5 janvier 1979, p. 43-46.

5 Charle Christophe et Verger Jacques, Histoire des universités, Paris, PUF, Coll. « Que sais-je ? », 2007, p. 4.

6 Ministère de l’enseignement supérieur, Établissements d’enseignement supérieur et de recherche [en ligne], disponible sur : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid49705/etablissements-enseignement-superieur-recherche.html (consulté le 19 mars 2013). Certains établissements, qui avaient le statut d’universités, ont récemment adopté un statut de grand établissement tout en continuant à s’appeler universités (Université Paris-Dauphine, Université de Lorraine).

7 Circulaire du ministre de l’Éducation nationale aux recteurs, no 70-215, publiée au Bulletin officiel de l’Éducation nationale le 14 mai 1970. Disponible en ligne à l’adresse : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/1006 (consultéle19mars2013).

8 Ibid.

9 Voir : Thuiller Guy, « Les archives de l’enseignement : le rapport Renouvin en 1969 », Revue administrative, juin 2000, no 315, p. 307-318.

10 Geneste Pascal, « Les archives paradoxales de l’Éducation en Gironde de 1850 à nos jours », À la recherche du patrimoine de l’Éducation sous la dir. de Anne Lehmans, [Journée d’études], Bordeaux, 13 avril 2012, à paraître.

11 Say Hélène, « Les archives de l’enseignement en Meurthe-et-Moselle : bilan et perspectives », dans Choffel-Mailfert Marie-Jeanne et Rollet Laurent (dir.), op. cit., p. 46-47.

12 Rollet Laurent, « À la recherche des archives de l’enseignement supérieur à Nancy », dans Choffel-Mailfert Marie-Jeanne et Rollet Laurent (dir.), op. cit., p. 128-129.

13 Condette Jean-François, « De l’Université de Lille aux universités lilloises. Archives en souffrance mais archives d’importance », dans Méchine Stéphanie et Luc Jean-Noël (dir.), Nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement et de la recherche : les archives universitaires, journée d’étude, mercredi 8 juin 2011, plaquette d’accompagnement non publiée. Association de Solidarité des Anciens de l’Université Lille 1, « L’ASA et la mémoire de la Faculté des sciences de Lille et de l’Université de Lille 1 », Lille 1, 2012, numéro hors-série, p. 75 à 85.

14 Benrekassa Hélène et Charmasson Thérèse, « Archives des administrations et des établissements scolaires : bilan de dix ans de versements », Histoire de l’éducation, avril 1983, no 18, p. 61-62.

15 Rohfritsch Anne, entretien avec l’auteur, 6 mars 2013.

16 Legois Jean-Christophe, « Retranscription des débats au cours de la journée d’études “Archives et mémoires étudiantes : état des lieux” », La Gazette des archives, 2002, no 193, p. 147.

17 Morisson Marie-Annick et Monfort Jacqueline, « Les archives à l’École des hautes études en sciences sociales », Gazette des archives, 2008, no 212.

18 Bayle Nadia et Billoux Claudine, « Le nouveau classement thématique des archives de l’École polytechnique », Revue d’histoire des sciences, 1985, no 1, p. 76.

19 Université de Montréal, Service des archives : historique » [en ligne], disponible sur : http://www.archiv.umontreal.ca/information/historique.html (consulté le 22 mars 2013).

20 Association des archivistes français, Abrégé d’archivistique, op. cit., p. 62.

21 Hiraux Françoise, « Des archives pour participer au devenir universitaire. Record management et action patrimoniale à l’Université catholique de Louvain », Gazette des archives, 2005, no 200, p. 20.

22 Picard Emmanuelle, « Les archives de l’enseignement supérieur français à l’époque contemporaine », dans Choffel-Mailfert Marie-Jeanne et Rollet Laurent (dir.), op. cit., p. 58-61.

23 Mercier Charles, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), [thèse], Paris I-Panthéon Sorbonne, 2011, p. 407-422.

24 Say Hélène, « Les archives de l’enseignement en Meurthe-et-Moselle : bilan et perspectives », op. cit., p. 42.

25 Nora Pierre, « L’ère de la commémoration », dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, t. 3, Paris, Gallimard, Coll. « Quarto », 1997, p. 4702-4703.

26 Archives départementales des Hauts-de-Seine, « Présentation du fonds de l’université de Paris Ouest-Nanterre La Défense » [document interne].

27 Douat Frédéric, « Le fonds de l’université Paris X-Nanterre », La Gazette des archives, 2002, no 193, p. 118.

28 Ibid., p. 118-119. Des initiatives analogues ont lieu dans cinq autres départements : Ille-et-Vilaine, Morbihan, Nord, Pas-de-Calais et Rhône.

29 Poinsotte Valérie, « Les archives de l’université d’Angers », La Gazette des archives, 2002, no 193, p. 124.

30 Ibid., p. 126.

31 Le service des archives du rectorat de Paris, créé en 1959, a été une mission des Archives nationales jusqu’en 1995. Voir : Charmasson Thérèse, « La mission des archives du rectorat de Paris », Histoire de l’éducation, no 13, décembre 1981, p. 45-53.

32 Méchine Stéphanie, « Archives et amiante : l’expérience de la sauvegarde des archives du campus de Jussieu », dans Choffel-Mailfert Marie-Jeanne et Rollet Laurent (dir.), op. cit., p. 87.

33 Que je remercie très vivement pour la relecture attentive de cet article.

34 Université de Haute-Alsace, Archives et mémoires étudiantes, l’expérience de l’UHA [en ligne]. Disponible sur : http://www.archives.uha.fr/accueil/Plaquette%20CPU.pdf (consulté le 25 mars 2013).

35 Il s’agit de la formation MECADOCTE (Métiers de la Culture, des Archives et de la Documentation pour les Collectivités Territoriales) créée en 1976 à l’échelle nationale et mise en place dans plusieurs universités.

36 Poinsotte Valérie, « Les archives de l’université d’Angers », op. cit., p. 123.

37 Université Toulouse I-Capitole, La Mission archives [en ligne]. Disponible sur : http://www.ut-capitole.fr/universite/presentation/histoire/la-mission-archives--321024.kjsp (consulté le 25 mars 2013).

38 Picard Emmanuelle, « Les archives de l’enseignement supérieur français à l’époque contemporaine », op. cit., p. 55. Emmanuelle Picard compte pour sa part cinq services d’archives, mais nous retranchons de la liste Paris IX-Dauphine et l’université de technologie de Mulhouse qui n’ont plus le statut d’université à l’heure actuelle.

39 AURORE, Présentation du réseau Aurore [en ligne], 11 juin 2009. Disponible sur : http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/Service_ archives/AURORE/Pr % C3 % A9sentation_ AURORE.pdf (consulté le 25 mars 2013).

40 Voir Patrimoine universitaire Nord-Pas-de-Calais, Enseigner, rechercher [en ligne], disponible sur : http://documents.univ-lille3.fr/files/espaces/services/culture/patrimoine/EnseignerRechercher.pdf (consulté le 25 mars 2013).

41 Disponible sur : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000774334&dateTexte=&categorieLien=id (consulté le 25 mars 2013).

42 Oppermann Fabien, « La loi Faure, les archives et les universités » et Condette Jean-François, « Sortir les fantômes du placard » dans Le Goff Armelle (dir.), Les Hommes et les femmes de l’Université : deux siècles d’archives, Lyon, INRP, 2009, p. 71 et p. 175.

43 AMUE, La gestion des archives au sein d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche [en ligne], 2010, disponible sur : http://w3.msh.univ-tlse2.fr/IMG/pdf/AMUE_Guide_Gestion_archives_2010.pdf (consulté le 26 mars 2013).

44 Musselin Christine, La Longue marche des universités, Paris, PUF, 2001, p. 106.

45 Que je remercie très vivement pour la relecture attentive de cet article.

46 Rohfritsch Anne, entretien avec l’auteur, 6 mars 2013. Sur la description et l’analyse du travail des archivistes universitaires, voir la très intéressante contribution de Stéphanie Méchine : « Les universités et le Rectorat de Paris, un modèle original de collaboration », dans Robert Olivier (ed.), Les Archives dans l’université. Actes du colloque international, Université de Lausanne, 30 et 31 octobre 2008, Berne, Peter Lang, 2009, p. 39-55.

47 Luc Jean-Noël, « Les archives des universités au service d’un nouveau chantier » dans Méchine Stéphanie et Luc Jean-Noël (dir.), plaquette citée.

48 GERME, GERME : une association [en ligne], disponible sur : http://www.germe.info/germe/germe.html (consulté le 26 mars 2013).

49 Picard Emmanuelle, Le Programme d’histoire de l’enseignement supérieur du Service d’histoire de l’éducation [en ligne], disponible sur : http://www.academia.edu/1982179/Le_programme_dhistoire_de_lenseignement_superieur_du_Service_dhistoire_de_leducation (consulté le 26 mars 2013).

50 Picard Emmanuelle, Héloïse : European Workshop on Historical Academic Databases [en ligne], disponible sur : http://heloise.hypotheses.org/ (consulté le 26 mars 2013).

51 En introduisant la journée d’étude « Nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement et de la recherche : les archives universitaires », citée ci-dessus, Jean-Noël Luc, ancien directeur de l’UFR d’histoire de Paris-Sorbonne (la plus grosse de cette université, avec plus de 3 500 inscrits) confessait avec humour n’avoir rien entrepris pour trier et classer les archives pendant son mandat de deux ans. Ni désintérêt, ni négligence, mais un manque de temps, face à une charge accrue par la mise en place de la réforme des concours et le déménagement provisoire d’une partie de l’UFR, l’absence de locaux adaptés et aussi l’absence d’un personnel capable de participer à cette tâche.

52 Poinsotte Valérie, « Les archives de l’université d’Angers », op. cit., p. 127.

53 Bosman Françoise, « Retranscription des débats au cours de la journée d’études “Archives et mémoires étudiantes : état des lieux” », op. cit., p. 148.

54 Gallois Isabelle et Luce Marie-Caroline, « Archives des enseignants-chercheurs, des pratiques de collecte différenciées », dans Méchine Stéphanie et Luc Jean-Noël (dir.), plaquette citée.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les services d’archives au sein des universités françaises en 2012
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search