Versión clásicaVersión móvil

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Première partie. La diversité du patrimoine éducatif

Chapitre 8. Les archives des mouvements éducatifs de jeunesse

Nicolas Palluau

Texto completo

1Peut-on éduquer au-delà des champs disciplinaires scolaires ? L’éducation n’est pas segmentée en disciplines académiques dans les mouvements de jeunesse, probablement parce que ces derniers se réclament peu des savoirs scientifiques. Ils proposent une éducation totalisante qui peut paraître antagoniste à celle de l’école. S’agit-il de concurrence ou de complémentarité ? À l’évocation de l’univers des mouvements, on décèle parfois dans le regard des enseignants un sourire vaguement teinté d’ironie ou bien parfois une nette hostilité. Tout se passe comme si cette totalisation était naturellement synonyme de totalitarisme. Nous sommes ici dans l’imaginaire du xixe siècle et plus encore du xxe siècle où l’individu s’est trouvé broyé par des logiques destructrices. C’est pourtant accorder beaucoup de crédit aux mouvements. Que proposent-ils aux garçons et aux filles qui, dans l’immense majorité des cas, les rejoignent volontairement ? Nous proposons ici de répondre à la question à travers les fonds d’archives accessibles aux chercheurs mais aussi aux amateurs éclairés pour qui les sites publics de conservation sont ouverts. Les mouvements éducatifs de jeunesse ont en commun la volonté de grouper des enfants et des adolescents selon une éthique confessionnelle ou laïque, autour de quelques pratiques sociales ou des activités physiques qui servent de lieu d’identification et dont les cadres mobilisent ces jeunes sur des finalités prédéfinies. Cette forme d’organisation est propre à la société industrielle du xxe siècle qui mêle production de masse et individualisme démocratique. La différence est notable vis-à-vis de l’éducation populaire à la définition difficile, davantage concernée par la démocratisation éducative discontinue depuis la Révolution française. Il est vrai que la culture identitaire que travaillent les mouvements donne le sentiment d’en appeler le plus souvent à l’ordre. Mais les fonds d’archives traduisent aussi l’adhésion enthousiaste des jeunes adhérents. Un mouvement forme des individualités, construit un imaginaire, mobilise des volontés. Les documents d’archives révèlent les contenus des projets éducatifs, paradoxe de lire la mise en mouvement des jeunes à travers le support fixe du papier. Notons que les traces de cette éducation ne transparaissent pas seulement dans les dossiers papiers mais aussi dans des supports comme les drapeaux, les insignes ou les tenues, ce qui caractérise bien l’univers symbolique dans lequel baignent alors les jeunes. Nous proposons, dans un premier temps, d’interroger la nature des documents conservés dans les fonds d’archives. Former, imaginer et mobiliser figurent déjà au xixe siècle dans les objectifs des organisations surtout religieuses. Les mouvements connaissent une forme de laïcisation dans la mesure où l’objectif religieux n’est pas unique. La deuxième partie traite des archives d’une famille d’associations, les mouvements liés au scoutisme dans les enjeux de leur fondation puis de leur développement. Les archives montrent aussi que ces associations obéissent à des rythmes temporels différents. Ainsi les archives des Auberges de jeunesse, mouvement emblématique du xxe siècle traduisent plusieurs rythmes temporels. C’est ce que nous verrons dans la troisième partie.

Quelles archives pour les mouvements de jeunesse ?

Éduquer et sauvegarder

2Avec la loi du premier juillet 1901 relative au droit d’association, les mouvements éducatifs sont le plus souvent constitués en association. Les documents d’instance constituent la base de leurs archives administratives (statuts, règlement général, comptes rendus d’assemblées générales, séances des conseils d’administration). Les imprimés, manuels, brochures et littérature pédagogique constituent les « classiques » de chaque organisation, ses références et son univers intellectuel. Certains de ces documents, les plus anciens méritent d’être reliés. Ils s’adressent surtout aux cadres adultes. Ceux destinés au jeune public sont des périodiques, les mouvements reflètent en effet le foisonnement de la presse sous la IIIe République. La périodicité plus ou moins bien respectée par la parution, les collections parfois lacunaires nécessitent de croiser les collections si on veut suivre une organisation sur une durée suffisamment longue. Les titres changent avec le temps mais la tranche d’âge concernée reste généralement la même. Les revues disent toujours quelque chose de « l’idéal jeune » du moment. Il est vrai qu’il s’agit souvent d’une vision d’en haut, plongeante. En revanche les bulletins, départementaux ou régionaux, offrent une vision proche de la réalité des activités. Le croisement des deux niveaux permet une analyse plus intéressante. Il faut aussi noter les papiers de différentes natures : correspondance, circulaires, tracts, photographies, livres d’or, comptes rendus de réunions, de cadres, programmes. Ces documents plus rares sont les plus intéressants car ils témoignent de l’évolution d’une association par les enjeux d’appareil et les tensions qui la traversent. Ils témoignent aussi de la vie d’une organisation voulant l’efficacité. Cette bureaucratie nomme des représentants, valide des compétences, arbitre des conflits, adopte puis diffuse une pratique plutôt qu’une autre, légitime une expérimentation, etc. La trace des dynamiques associative se niche dans ces documents rares, donc précieux. Or ce sont souvent eux qui, les premiers, font les frais des déménagements successifs de locaux. Les imprimés survivent généralement mieux car ils offrent une image plus rassurante quand à la pérennité de l’institution, plus idéale car plus construite. Il importe enfin de consulter les archives personnelles, notes, lettres et mémoires des dirigeants, ayant échappé aux péripéties institutionnelles.

3Ces documents ont échappé à la destruction à partir des années 1970 grâce à quelques dépôts dans des établissements publics. Une prise de conscience a eu lieu dans la décennie 1990, multipliant les sauvegardes d’archives. Était-ce la fin d’un cycle liant les mouvements de jeunes et la société industrielle ? Ces initiatives sont liées au départ des derniers témoins de l’époque considérée comme un âge d’or, celle où les mouvements étaient sans concurrents directs, certainement le marché des loisirs. C’est le moment où les Éclaireurs unionistes confient leurs archives à la Société d’Histoire du Protestantisme qui classe et inventorie. Au contraire, les Scouts de France ont choisi de conserver leurs documents dans leur siège social afin de conforter leur projet contemporain sur la légitimité historique. Soulignons le rôle qu’ont joué les anciens des mouvements dans ces entreprises. La plus significative est celle réalisée par le Pôle des Archives de jeunesse et d’éducation populaire, installé dans le cadre des Archives départementales du Val-de-Marne à Créteil. Il accueille depuis 1999 des dépôts d’archives et recense un grand nombre de fonds. Nous empruntons ici leurs données techniques concernant notamment le métrage linéaire des fonds. Quels sont les plus anciens mouvements de jeunesse ayant conservé leurs archives ?

Former une jeunesse, projet des mouvements

  • 1 Cf. Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, juillet-septembre 1997, t. 14 (...)
  • 2 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de l’Alliance nationale des unions chrétiennes de (...)
  • 3 Société d’histoire du protestantisme français, fonds de l’Alliance des équipes unionistes de Franc (...)

4Durant le siècle de l’industrialisation, les protestants français agissent tôt dans l’organisation des sociétés des jeunes. À Paris, en 1855, se tient la première conférence mondiale de l’Union chrétienne de jeunes gens (UCJG), Young Men’s Christian Association (YMCA) en anglais, mouvement mondial fondé à Londres en 1844. Leurs activités sont centrées sur le développement spirituel des adhérents – masculins jusque dans années 1950 – à travers les travaux de cercles d’études et de réflexion. À la fin du xixe siècle, les Unions développent les activités culturelles et intellectuelles (bibliothèques, cours du soir, théâtre) et sportives (basket-ball et volley-ball) puis au début du xxe siècle, le plein air (camping, randonnée et scoutisme1). Au début des années 2000, des militants des UCJG ont rassemblé les archives de l’Alliance nationale des Unions pour les verser au PAJEP. Le fonds est lacunaire pour la période fondatrice mais on peut suivre les premiers pas du mouvement notamment grâce aux rapports d’activité de l’Union de la Seine Les archives sont plus riches pour le xxe siècle2. La Société d’Histoire du Protestantisme Français (SHPF), lieu important de conservation des archives protestantes, renferme dans sa série T des documents intéressant l’organisation décentralisée des groupes régionaux dans des espaces fortement marqués par l’identité protestante comme les Cévennes, le Dauphiné, la Normandie, le pays de Montbéliard ou l’Alsace. Toutefois, dans la seconde moitié du siècle, les UCJG doivent affronter des formes d’opposition interne au protestantisme. En 1950, l’Alliance des équipes unionistes de France (AEUF) entendait réunir les jeunes protestants pour relancer leur évangélisation. Ces retrouvailles avec la dynamique entamée cent ans plus tôt est précisément refusée par les Unions chrétiennes qui n’y adhérent pas3.

  • 4 Martin Jean-Paul, La Ligue de l’enseignement et la République des origines à 1914, thèse d’histoir (...)
  • 5 Corbin Alain, Les Conférences de Morterolles (hiver 1895-1896). À l’écoute d’un monde perdu, Paris (...)
  • 6 Ligue de l’enseignement, fonds de la Ligue, non coté. Communication soumise à autorisation. 90 mèt (...)
  • 7 Institut catholique de Paris, archives Georges Goyau, 12 cartons. Bibliothèque historique de la vi (...)

5La Ligue de l’enseignement4 est fondée en 1866. Rapidement son centre de gravité – la bibliothèque populaire de Beblenheim – pivote de l’Alsace vers Paris – le cercle parisien de la Ligue. Elle regroupe des sociétés d’instruction populaire, formule déjà explorée par les protestants. En 1881, l’organisation centralisée relaie la politique scolaire républicaine en faveur de « l’instruction gratuite, obligatoire et laïque ». Les cercles laïques de la Ligue contribuent à diffuser le savoir rationnel et scientifique jusque dans les villages les plus reculés du territoire. Dès 1894, elle mobilise les œuvres postscolaires, champ dans lequel se déroulent « les conférences de Morterolles5 ». La Ligue n’est plus ainsi uniquement un mouvement de jeunes. Il existe plutôt par l’éducation civique et patriotique dans ses sociétés de gymnastique et de préparation militaire, illustrant sa devise Pour la patrie par le livre et par l’épée. Il est vrai que le rapprochement avec la Ligue des patriotes a échoué avec le boulangisme. Affaiblie par sa participation à l’Union sacrée, la Ligue fonde ses œuvres spécialisés à la fin des années 1920 (le sport avec l’UFOLEP en 1928, l’éducation artistique avec l’UFOLEA, le cinéma éducateur avec l’UFOCEL en 1933, l’image et le son avec l’UFOLEIS en 1933, les vacances avec l’UFOVAL en 1934 puis l’aviation avec le CLAP en 1938). La Ligue de l’enseignement conserve ses archives dans son siège social. Ses archives anciennes ont souffert de la Seconde Guerre mondiale. Certaines ont été détruites. Les papiers du président Joseph Brenier (1934-1943) sont conservés. D’autres ont été saisies par les Allemands, envoyées à Berlin puis récupérées par les Soviétiques en 1945. La Ligue a pu ainsi retrouver ces documents en 1990. Les documents du xixe siècle sont rares à l’exception des documents d’instance et des périodiques6. Les documents sur le fondateur Jean Macé sont dispersés7.

  • 8 Archives nationales du monde du travail, fonds de l’Association catholique de la jeunesse français (...)
  • 9 Archives nationales – site de Paris, fonds Albert de Mun 378AP. Communication libre pour articles (...)
  • 10 Michel Alain-René, La JEC , Jeunesse Étudiante Chrétienne (1938/1944) face au nazisme et à Vichy, (...)

6L’essor laïc ne se comprend pas sans l’aiguillon contemporain des mouvements catholiques. Dès 1886, l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) mobilise des étudiants catholiques dans un projet social et chrétien. Il répond à la place prise par le régime républicain dans la société8. Il est vrai que l’ordre social-chrétien n’y est pas frontalement opposé. Albert de Mun (1841-1914) a découvert le christianisme social durant sa captivité en Allemagne en 1870. Il fonde les cercles d’ouvriers pour diffuser son catholicisme ultramontain. Élu député de Pontivy, il rallie le boulangisme mais, après l’encyclique Rerum Novarum de 1892, il renonce à l’option monarchiste pour privilégier la politique sociale et religieuse9. C’est à ce titre qu’il fonde l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF). Peu nombreux, ces militants gagnent toutefois plus tard d’autres milieux que les héritiers, les ouvriers (JOC, 1927), les étudiants10 (JEC, 1929), les agriculteurs (JAC, 1929), les marins (JMC) et les « indépendants » (JIC, 1934). Ces formations affirment solidement leur personnalité et l’ACJF se dissout en 1956.

  • 11 Archives départementales des Hauts-de-Seine, fonds de la JOC 44J. 178 (1926-1987). Fonds de la JOC (...)
  • 12 Centre national des archives de l’Église de France, fonds de l’Aumônerie nationale de la JOC 54 CO (...)
  • 13 Archives départementales de la Loire, fonds Marcel Montcel 168J (1935-2000).
  • 14 Archives nationales du monde du travail, fonds de la JOC de Dunkerque 1999 016 Communication soumi (...)
  • 15 Archives nationales du monde du travail, fonds Hocquet-Duval 199 5064. 9 (1910-1994).
  • 16 Archives nationales du monde du travail, fonds de la JOC de Lille 200 0047. Communication soumise (...)
  • 17 Archives nationales du monde du travail, fonds de la JOC de Roubaix-Tourcoing 200 0019. Communicat (...)
  • 18 Archives départementales du Nord, fonds de l’abbé André Dekens 85J 14-36. 1 mètre linéaire (1974-1 (...)
  • 19 Archives départementales de Loire, fonds JOC de Saint-Étienne 113J. Communication soumise à autori (...)
  • 20 Archives départementales des Ardennes, fonds de la JOC-JOCF 27J. (1940-1978).
  • 21 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, fonds de la JOC-JOCF 111J. 3,7 mètres linéaires (...)
  • 22 Archives départementales des Vosges, fonds de la JOC 140J. 9 mètres linéaires (1927-2000).

7Parmi toutes ces organisations, la JOC est la plus riche en archives. Sur le modèle belge, un groupe de jeunes s’organise à Clichy en 1926, puis s’affilie en 1928 au groupe de Lille-Roubaix-Tourcoing pour former la JOC française. Mouvement catholique social, la Jeunesse ouvrière chrétienne forme les jeunes à l’apostolat actif à travers l’enquête de terrain, projet résumé dans la devise Voir, Juger, Agir. Les documents de la JOC sont conservés par les Archives départementales des Hauts-de-Seine. Le fonds 44J reflète les activités nationales et internationales de la JOC (1926-1987), ses relations avec l’Église, les mouvements catholiques et les syndicats. Le fonds 45J concerne le secrétariat de la JOC féminine (JOCF). Le fonds 46J, important sur le plan pédagogique, rassemble les imprimés sur la méthode du mouvement11. Dans les archives de l’Église, le fonds 54 CO déposé en 1998 rassemble les archives de l’aumônerie nationale (1927-1997) dont une collection complète de périodiques12. Notons l’existence du fonds Marcel Montcel (1912-2003), militant ouvrier chrétien, président de la JOC (1938-194313). Cette histoire est aussi régionale. Les fonds liés au Nord-Pas-de-Calais sont les plus importants (JOC de Dunkerque14, Rosendaël15, Lille16, Roubaix-Tourcoing17 et fédération du Nord18). D’autres fonds régionaux concernent Saint-Étienne19, les Ardennes20, les Pyrénées-Atlantiques21 et les Vosges22.

  • 23 Archives départementales des Hauts-de-Seine, fonds Jeanne Picard-Aubert 56J. (1958-1987).
  • 24 Archives nationales, fonds du Mouvement rural de la jeunesse chrétienne 2003 0070. Communication s (...)

8Lié à la méthode éducative de la JOC, le fonds Jeanne Picard-Aubert est à noter. L’ancienne secrétaire générale de la JOC féminine conserve des pièces sur les enquêtes auprès des adhérentes pour connaître leur milieu social en étudiant la question dans les cercles d’études23. Autre mouvement catholique, la Jeunesse agricole catholique (JAC), devenu le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC) dans la décennie 1960, conserve des dossiers d’instance et des archives sur les activités, spécialement les enquêtes et les stages, offrant de nombreux matériaux sur les mouvements de jeunesse en zone rurale24.

Construire l’imaginaire

  • 25 Guignet Philippe, « Éthique sociale, formation humaine et éducation au témoignage chrétien : l’heb (...)
  • 26 Archives de l’Église de France, fonds de l’Action catholique de l’enfance 18 LA. 23,2 mètres linéa (...)

9L’adhésion des jeunes s’explique aussi par la mise en scène d’un univers et d’une esthétique. Elle peut être liée à un média contemporain comme la presse. En 1928, les patronages catholiques créent pour les enfants l’hebdomadaire Cœurs vaillants dont le succès donne naissance à l’organisation du même nom25. Avec le mouvement féminin né autour du journal Âmes vaillantes, les deux organisations (200 000 adhérents en 1939) lancent, en 1945, la revue Fripounet et Marisette. Les périodiques pour enfants constituent, à ce titre, un vecteur privilégié de l’édification. La collection complète de ces revues (décennie 1920-décennie 1980) est accessible dans les Archives de l’Église26.

  • 27 Société d’histoire du théâtre, fonds Léon Chancerel. 10 mètres linéaires.

10Au xxe siècle, l’édification de la jeunesse passe aussi par l’importance de l’art dramatique. Dans l’école publique, la fête scolaire fait partie de l’édification des futurs citoyens. Sous la IIIe République, les chants et les fêtes scolaires se déploient sous le magistère d’un ordonnateur comme Maurice Bouchor. Hors de l’école, les mouvements proposent la « veillée. » Le rassemblement autour du feu de camp prend à contre-pied le jeu des éclairages possible au spectacle grâce à l’électricité. La chaleur et l’illumination par la flamme constituent à ce titre des conditions nouvelles d’édification de la jeunesse. C’est ce qu’a compris le dramaturge Léon Chancerel (1886-1965). Cet élève de Jacques Copeau tourne le dos à la professionnalisation du théâtre. Il trouve auprès du scoutisme catholique d’abord, des autres mouvements ensuite, les acteurs de son projet total à la fois esthétique et social. La compagnie des Comédiens Routiers née en 1929 marque la fondation d’un théâtre sociopédagogique au moins aussi important que celui d’une génération plus tôt avec Romain Rolland et Maurice Pottecher au Théâtre du peuple à Bussang. La Société d’histoire du théâtre conserve les archives de Léon Chancerel27.

  • 28 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds À Cœur Joie 565 J. (1936-1987). Archives municipal (...)

11Cette esthétique dépasse le cadre scout. Dans la pratique du chant choral par exemple, la politique culturelle de Vichy par le mouvement Jeune France donne naissance en 1947 à l’association À Cœur Joie. Ses importantes archives (50 mètres linéaires) sont conservées au siège lyonnais de l’association. Son fondateur Geoffray César (1901-1972), ancien élève du conservatoire de Lyon, est à la fois musicien, chef de chœur, compositeur et pédagogue. Maître de chant des Scouts de France, il anime leurs stages pour choristes et chefs de chœur. Le mouvement À Cœur Joie naît d’une cristallisation aboutissant en 1953 aux Choralies de Vaison-la-Romaine28.

  • 29 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de la Guilde française des flûtes de bambou 565J. (...)

12L’univers du choral, musical et dramatique lié au plein air s’est formé pendant la première moitié du siècle. Les fonds du PAJEP à Créteil conservent nombre de carnets de chant, ouvrage emblématique de cette culture éducative dont l’histoire reste à écrire. Un instrument de musique significatif comme le pipeau a connu une renaissance grâce au travail opiniâtre de la Guilde des faiseurs et joueurs de pipeaux. Ses archives indispensables pour comprendre la place de la musique dans l’éducation nouvelle ont été déposées en 2008 à Créteil29.

  • 30 Cf. le fonds des Presses Île-de-France, éditeur de la collection Diapason, dans les archives des S (...)

13Mais, à partir des années 1960, les mouvements subissent l’assaut de l’industrie musicale pour adolescents, le yé-yé, le rock et le folk. L’instrument emblématique de cette époque devient la guitare. Elle prend sa place dans le renouvellement du répertoire. C’est aussi le moment où débutent des chanteurs comme Hugues Aufray ou Pierre Perret, dont les textes figurent toujours au répertoire des mouvements et des colonies de vacances30.

Mobiliser par l’emblématique

14Les mouvements éducatifs mettant en jeu le corps mettent en scène une emblématique à travers chapeaux, tenues et insignes qui constituent autant de supports identitaires. Un vaste champ d’étude s’offre à l’historien sur ces thèmes dont les travaux de Michel Pastoureau ont posé les bases dans l’étude des couleurs. Les mouvements de jeunesse, en effet, cultivent la couleur. Alors que les gymnastes républicains se distinguent par leur vêtement blanc immaculé, le scoutisme entretient un rapport essentiel avec le foulard roulé autour du cou dont les couleurs s’inspirent du blasonnement d’Ancien régime. Les années 1920 voit l’essor des tenues dans les mouvements au moment où, dans l’école primaire, le règlement supprime la roupane des normaliens, sévère manteau dont les collets s’ornaient des palmes académiques. Les chamarrures des mouvements prennent-elles le relais des hussards noirs ?

  • 31 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds du Mouvement de l’enfance ouvrière 552J (1932-1987 (...)
  • 32 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de l’Union des pionniers de France 517J. 3 mètres (...)

15On peut le penser dans les organisations liées au mouvement ouvrier. En Autriche, au début du xxe siècle, les socialistes viennois organisent les Faucons rouges, Roten Falken en allemand. Leur République d’enfant est un camp organisé à l’image de la société socialiste. Cette utopie enseigne par le concret la démocratie socialiste. L’association française, le Mouvement de l’enfance ouvrière, débute à Draveil en 1932. Ses idées se diffusent dans les auberges de jeunesse ou à la Fédération Léo Lagrange31. Dans la seconde moitié du siècle, la contre-culture communiste s’empare des mouvements avec Les Pionniers de France), nom adopté en 1970 par les Vaillants créés en 194632.

  • 33 Siège national de l’Action catholique de l’enfance (ACE). Communication soumise à autorisation (19 (...)
  • 34 Il s’agit d’un uniforme complet d’éclaireuse FFE de 1937 et de l’uniforme de commissaire générale (...)
  • 35 Archives départementales des Alpes-Maritimes, fonds de l’Association des amis du musée niçois des (...)
  • 36 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Irène Almeras 558 J. (1934-2006).

16Avec les couleurs, les accessoires sont aussi mobilisateurs, à l’image des vêtements portés par les adhérents. Au siège de l’Action catholique des enfants (ACE), les archives de l’association conservent une collection d’insignes et de tenues portés par les jeunes et leurs cadres33. Dans les patronages, les enfants portant le béret illustrent une identité associative marquée. Il reprend aussi une banalité de la société française de l’entre-deux-guerres. Naturellement, la charge symbolique des accessoires évolue. Le béret est alors suffisamment évocateur pour que l’activisme théâtral du groupe Octobre, antithèse de gauche des Comédiens Routiers, raille l’accessoire, « un béret françaaaiiis » dans le film de Pierre Prévert, L’affaire est dans le sac (1936). L’anarchisme joyeusement révolutionnaire disqualifie le couvre-chef nationaliste. Il le rejette vers l’imaginaire conservateur avant son retour à gauche dans la Résistance. Une histoire culturelle des mouvements de jeunesse doit s’emparer de leur univers symbolique. La frontière devient alors poreuse entre papier et objet muséal. Le Musée Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris, conserve deux uniformes d’Éclaireuses des années 1930 et 194034. Les Archives des Alpes-Maritimes conservent le fonds des Amis du musée niçois des traditions scoutes qui comprend de nombreux objets (insignes, drapeaux, médailles et vêtements35). À Créteil, le fonds Irène Almeras possède des fanions du jamboree scout de Moisson en 194736.

Les archives du scoutisme

  • 37 Gauthe Jean-Jacques, Le Scoutisme en France. Inventaire de la bibliographie et des sources, Montpe (...)

17Nous présentons ici les archives accessibles des principaux mouvements français jusque dans les années 1960 sans prétendre à l’exhaustivité. Pour des détails notamment sur les fonds des archives départementales, nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage décisif de Jean-Jaques Gauthé37.

Mobiliser garçons et filles

Foi protestante et plein air

  • 38 Société d’histoire du protestantisme français, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs unionistes, non (...)
  • 39 Siège national des EU, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs unionistes, non coté. 20 m. mètres liné (...)

18En 1911, les Unions chrétiennes de jeunes gens transforment leurs sections cadettes en troupes d’éclaireurs. Le mouvement des Éclaireurs unionistes (EU) est alors une branche de l’association. Son autonomie complète est acquise au congrès de l’UCJG au Havre en 1920. Les EU se définissent comme un mouvement de jeunesse scout d’inspiration chrétienne et protestante. Les filles ont leur propre structure, la section unioniste de la Fédération des Éclaireuses. Les deux mouvements fusionnent en 1970. Le dépôt des archives à la Société de l’histoire du protestantisme français (SHPF) a débuté pendant la décennie 1960 grâce à l’association des Tisons, les Anciens EU. La SHPF conserve les documents des années 1910-1950 malgré l’absence d’archives d’instance. Le fonds est riche de plaquettes, annuaires, brochures et manuels. Il renferme aussi des sources sur la formation des cadres : cours des chefs, organisation du camp école de Cappy, cahiers de notes de stagiaires. Des dons ont enrichi ce fonds par des archives locales38. Le siège social des EU conserve la collection complète des périodiques et les archives d’instances depuis 195339.

Prolonger l’école

  • 40 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs de France 542J Commu (...)

19Les Éclaireurs de France (EDF, 1911-1964) puis les Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF) sont un mouvement laïque. En 1911, est préconisée l’organisation de troupes non confessionnelles d’éclaireurs. L’essor de l’association débute sous la présidence de Georges Bertier (1921-1937), marquée par le commissariat général d’André Lefèvre (1922-1940). Ce dernier anime aussi la Maison pour Tous de la rue Mouffetard, ancêtre des Maison des jeunes. Les Éclaireurs jouent un rôle décisif dans la création des CEMEA en 1937 puis des Francs et Franches Camarades (FFC) en 1944. En 1949, les Éclaireurs de France initient la mixité en invitant les Éclaireuses à les rejoindre, projet refusé. La fusion des deux associations en 1964 donne naissance aux Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF). L’important fonds déposé en 2007 au PAJEP contient des documents remontant à la création de l’association (assemblée générales et séances du comité directeur). Hors des périodiques, le fonds est incomplet jusque dans les années 1950. Il ne conserve pas d’archives d’instances de 1920 à 1940. Il conserve des sources sur la formation des cadres au camp école de Cappy (fiches de stagiaires, registre des comptes rendus de réunion). Les archives d’instances sont mieux conservées à partir de la fin des années 1940, et celles concernant les activités à partir de 1960. Le fonds enrichi par des dépôts de militants concerne aussi la vie régionale du mouvement40.

  • 41 Archives départementales de l’Orne, fonds André Chéradame 187J. (1909-1935).
  • 42 Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Albert Châtelet 81J. 8,3 mètres linéaires (1882-1 (...)
  • 43 Archives nationales, site de Paris, fonds Jacques Bador 627AP. Communication soumise à autorisatio (...)

20Des fonds personnels complètent ces archives. Les Archives d’Alençon conservent les documents du premier président, le militant nationaliste André Chéradame41. Les Archives du Pas-de-Calais conservent les papiers du mathématicien Albert Châtelet (1883-1960) directeur de l’enseignement du second degré sous le Front populaire et président des EDF (1937-1946). Le fonds déposé en 1999 par ses enfants comprend les documents sur sa carrière universitaire ainsi que sa correspondance et ses notes de président42. Les Archives nationales conservent les papiers de Jacques Bador (1920-2002) rédacteur en chef du journal EDF Le Routier à la Libération. C’est un proche du ministre Eugène Claudius-Petit qui le sollicite pour travailler à la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs immigrés (Sonacotra) où il dirige le service études et le service animation (1966-1974). Les archives de Jacques Bador se situent au croisement des mouvements de jeunesse et des politiques sociales du logement sous la IVe et la Ve République43.

Le monde catholique

  • 44 Scouts et Guides de France, fonds des Scouts de France. Communication soumise à autorisation. 500  (...)
  • 45 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Scouts et Guides de France, 549J Communication (...)

21Fondés en 1920, les Scouts de France est un mouvement catholique exclusivement masculin à l’origine, progressivement mixte. L’action du jésuite Jacques Sevin et du chanoine Cornette en fait la première association de scoutisme grâce à leur dynamisme et avec le soutien de l’Église bien que celui-ci varie selon les lieux et les époques. De 1940 à 1944, l’association bénéficie de l’appui du gouvernement de Vichy en zone sud. En 1962, ses effectifs atteignent un maximum de 125 000 membres. Les Scouts jouent un rôle important dans la maturation intellectuelle des catholiques ayant abouti au concile de Vatican II (1962-1965) et dans les politiques de jeunesse de la Ve République. En 2004, ils fusionnent avec les Guides de France pour créer les Scouts et Guides de France. Dans l’important fonds de 500 mètres conservé par l’association, les dossiers d’instances sont complets à partir de 1960. Le fonds contient aussi les fiches d’inscription aux stages de formation à Chamarande (Essonne) depuis 1942, la collection complète des revues reliées, les brochures, affiches et livres édités, un riche fonds photographique et cinématographique. Les archives comprennent enfin le fonds des Amis du père Doncoeur et le fonds des Presses Île-de-France44. En 2008, des documents ont été copiés pour le PAJEP45.

  • 46 Bibliothèque du Saulchoir, fonds Denis Forestier V-650. Communication soumise à autorisation. (191 (...)

22Des fonds personnels complètent ces archives. La Bibliothèque municipale de Moulins conserve le fonds Antoine-Louis Cornette (1860-1936), co-fondateur du mouvement après sa rencontre avec le jésuite Sevin. Après avoir étudié le scoutisme britannique, il lançait des unités catholiques à Lille. Cornette laisse à Sevin la direction pédagogique et cautionne le mouvement comme aumônier général. La Bibliothèque du Saulchoir conserve les papiers de Denis Forestier (1896-1976), dominicain ordonné prêtre en 1931, organisateur de la branche Route et aumônier général (1936-195546).

Éducation et judaïsme

  • 47 Centre de documentation juive contemporaine, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs israélites de Fra (...)
  • 48 Centre de documentation juive contemporain, fonds David Diamant CMXXV. (1939-1993).

23Les débuts des Éclaireurs israélites (EIF) sont liés aux patronages de la communauté juive. Une patrouille aboutit à la fondation de l’association en 1927. Les EIF sont reconnus par le Bureau interfédéral en 1938 et ont voix consultative au Scoutisme français à sa création en novembre 1940. En 1996, l’association a confié ses archives antérieures à 1967 au Centre de documentation juive contemporain et conserve les plus récentes47. D’autres fonds complètent ces documents tel celui de David Erlich. Ce militant communiste né en Pologne a émigré en France dans les années 1920, résistant sous le pseudonyme de David Diamant a rassemblé, après la guerre, des documents sur la résistance juive : Comité d’action et de défense de la jeunesse juive (CADJJ), Mouvement de la jeunesse sioniste, EI, Union de la jeunesse juive ou Jeunesse socialiste du Bund48.

Scoutisme et promotion féminine

24Les premières unités féminines apparaissent au sein des Unions chrétiennes de jeunes filles (UCJF) où une commission des éclaireuses est créée en 1912. Les bases d’un mouvement sont jetées à Lyon en 1920, puis à Épinal en 1921. La Fédération française des Éclaireuses (FFE) réunie les groupes « unionistes », attachés aux Unions chrétiennes, et les « neutres », indépendants sur le plan spirituel. En 1924 les unités israélites sont créées donnant à la FFE sa pleine dimension « UNI » (Unionistes, Neutres, Israélites). Dans les années 1930, la FFE organise le scoutisme d’extension, les « Éclaireuses malgré tout » parmi les malades. La FFE participe à l’essor d’organisations féminines comme, en 1946, le Mouvement jeunes femmes. La mixité progresse, spécialement pour les unités neutres proches de groupes EDF. Une convention est signée en 1948, puis rompue par la FFE. Dans la décennie suivante, les EDF créent des unités mixtes, attirant de nombreuses éclaireuses. En 1957, les clans libres pallient le manque de cheftaines. En 1964, la section neutre rejoint les EDF, accélérant la création des EEDF. À cette date, la section israélite de la FFE rejoint les EI pour constituer les Éclaireuses et Éclaireurs Israélites de France (EEIF). La section unioniste devient FFE-U, puis fusionne, en 1970, avec les Éclaireurs unionistes pour former la Fédération des éclaireuses et éclaireurs unionistes de France (FEEUF).

  • 49 Société de l’histoire du protestantisme français, fonds de la FFE. 10 mètres linéaires (1921-2010)
  • 50 Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, fonds de la FFE. Communication libre sauf c (...)
  • 51 Bibliothèque Marguerite Durand, fonds de la FFE. 10 mètres linéaires (1921-2010).
  • 52 Scouts et Guides de France, fonds de La Nef. Communication soumise à autorisation. (1952-2004).

25Les anciennes adhérentes de la FFE ont collecté et constitué trois dépôts d’archives comportant des documents personnels : cahiers de camps, programmes, notes, albums photos et comptes rendus de réunion. La SHPF conserve les archives d’avant la guerre49. La Bibliothèque de Strasbourg conserve les fonds sur la Seconde Guerre mondiale et la région Est50. Les fonds déposés à la Bibliothèque Marguerite Durand concernent surtout l’après-guerre et les fonds d’anciennes adhérentes51. Les Éclaireuses ont partagé avec les Guides de France la gestion du foyer féminin de La Nef pour l’accueil des guides et éclaireuses étrangères de passage à Paris52.

26Les Guides de France sont le mouvement catholique féminin créé en 1923. Elles inventent les pédagogies des Jeannettes (9-12 ans) et celles des Guides aînées (17-19 ans). Le château d’Argeronne (Normandie) est le camp école de l’association. En 1961, les Guides entament la reconstruction du hameau de Mélan, dans les Alpes de Haute-Provence. Plusieurs unités spécifiques sont créées à l’image des unités Arc-en-ciel et Vent du large ouvertes aux handicapés physiques et mentaux. Dès 1976, les Scouts de France et les Guides de France se rapprochent en créant la branche aînée Jeunes en marche (JEM), expérience abandonnée en 1981. Les deux associations fusionnent en 2004 pour créer les Scouts et Guides de France.

  • 53 Scouts et Guides de France, fonds des Guides de France. Communication soumise à autorisation. 300  (...)
  • 54 Scouts et Guides de France, fonds de la Conférence internationale catholique du guidisme. Communic (...)

27En 1996, des bénévoles autour de l’ancienne commissaire générale Marie-Thérèse Cheroutre, classaient d’importantes archives (plus de 300 mètres linéaires). Elles sont conservées au siège des Scouts et Guides de France. Les dossiers d’instances sont complets. Le fonds contient les fiches nominatives des cadres pédagogiques et territoriaux. Figurent les comptes rendus des travaux du Scoutisme féminin français depuis 1931 et du Scoutisme français depuis 1941. Au niveau international, les documents concernent les relations avec l’Association mondiale des guides et des éclaireuses (AMGE), les mouvements allemands, l’essor dans l’Empire. Il comprend aussi la collection complète des périodiques reliés, la quasi-totalité des imprimés édités, ainsi qu’un riche fonds photographique et cinématographique53. Le siège de l’association conserve aussi le fonds de la Conférence internationale catholique du guidisme (CICG), créée en 1965 pour coordonner l’action des mouvements scouts féminins catholiques. Le fonds concerne le fonctionnement, la pédagogie, les relations internationales et le Vatican54.

Rayonnement et crises du scoutisme

  • 55 Palluau Nicolas, La Fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939, Rennes, (...)
  • 56 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducatio (...)

28En 1937, l’action conjointe des EDF, de la FFE, de l’association Hygiène par l’exemple et de la Ligue de l’enseignement aboutit à un stage de formation pour les moniteurs de colonies de vacances55. Il s’inspire de la formule du camp école de chefs Éclaireurs dont il reprend le mode de formation mutuel et l’organisation en petites équipes de vie. Le commissaire général des Éclaireurs, André Lefèvre, anime les formations. Le stage prend le nom de « Centre d’entraînement pour la formation du personnel des colonies de vacances et des maisons de campagne des écoliers » et se nomme CEMEA en 1944. De 1945 à 1955, le nombre annuel de stages passe de 120 à 551. De 1998 à 2012, les CEMEA ont déposé aux Archives départementales du Val-de-Marne un peu plus de 300 mètres linéaires d’archives56.

  • 57 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de la Fédération nationale des Francas 547J. 130 m (...)

29La fondation des Francs et Franches Camarades par les Éclaireurs de France, en 1944, s’inscrit dans leur rayonnement au sein des œuvres laïques où les patronages doivent être renouvelés. Les premiers cadres viennent d’horizons voisins : Éclaireurs, Auberges, pédagogie Freinet, Éducation nouvelle ou Ligue de l’enseignement et permettent aux « Francas » de s’inspirer à la fois du scoutisme, de l’Éducation nouvelle et de l’éducation populaire. Le fonds des Francas, déposé en 2007 à Créteil, contient des documents remontant à leur création. Il conserve les dossiers statutaires, les archives d’instances et les périodiques. Pour la période fondatrice des années 1940-1950 où s’investissent les Éclaireurs, figurent des papiers sur le suivi et l’animation des groupes locaux et régionaux ainsi que sur la formation des cadres57.

  • 58 Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée, fonds Daniel Dupi (...)
  • 59 Archives nationales du monde du travail, fonds de l’Association nationale d’entraide féminine 2003 (...)
  • 60 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds de l’ANEF des Bouches-du-Rhône 199J. Non clas (...)
  • 61 Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée, fonds Victor Gira (...)

30Dans l’après-guerre, le projet éducatif du scoutisme contribue à établir la rééducation des jeunes délinquants d’après l’ordonnance de 1945. Les archives de l’avocat Henri Joubrel (1914-1983), sont décisives pour saisir la fondation de l’Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés (ANEJI). Son intérêt pour la sauvegarde de l’enfance débute chez les EDF dont il est commissaire pendant la guerre58. Pour la réadaptation des jeunes filles en semi-liberté, des cadres scouts (Henri Joubrel, Jacques et Françoise Astruc, Françoise de Cherisey) créent en 1952 l’Association nationale d’entraide féminine) (ANEF). Ses archives rassemblent des documents d’instance et la politique de formation59. On repérera la place locale des cadres scouts dans une section départementale60. Chez les Scouts de France, le psychiatre Victor Girard joue un rôle important dans la formation d’éducateurs spécialisés. Ses archives conservent les traces de ses activités et sa correspondance avec Jacques Astruc, commissaire pour l’enfance inadaptée61.

  • 62 À l’automne 1940, le Scoutisme français est le premier organisme de jeunesse agréé par Vichy. Aprè (...)
  • 63 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds du Scoutisme français 531J. 10 mètres linéaires (1 (...)

31L’après-guerre est une époque de rayonnement, visible à Créteil dans les dossiers du Scoutisme français62. Plusieurs sources concernent les relations internationales dont les activités en zone française d’occupation en Allemagne (1946-1949) et en Égypte, les débats sur la mixité et les refus d’affiliation63.

  • 64 Archives nationales du monde du travail, fonds de La vie nouvelle 60 AS ou 2000 006. Communication (...)
  • 65 Bibliothèque du Saulchoir, fonds André Cruiziat, non coté. Communication soumise à autorisation. 2 (...)
  • 66 Union nationale des associations régionales Études et chantiers, fonds d’Études et chantiers. Comm (...)

32En 1947, des cadres Scouts de France veulent continuer à vivre les activités et les valeurs du mouvement comme adultes. La Vie nouvelle est une association de formation chrétienne, civique, culturelle et éducative. En 1959, à l’initiative de Jacques Delors, elle crée les clubs Citoyens 60. À Roubaix, un riche fonds est la source principale sur ces activités64. Il doit être complété par les archives d’André Cruiziat (1908-1998), animateur de l’association jusqu’en 1973, orientant son action vers le développement du Tiers-Monde65. Dans le domaine des chantiers de jeunes, les Scouts de France et les Guides de France créent, en 1962, l’association Études et chantiers66.

  • 67 Archives municipales de Lyon, fonds Marc Météry 164 II 1-4. Communication soumise à autorisation ( (...)
  • 68 Bibliothèque du Saulchoir, fonds Pierre-André Liégé V-676. Communication soumise à autorisation 3, (...)

33La fin de l’unanimisme scout est contemporain de la fin de l’idéologie coloniale. Le scoutisme comme instrument de pédagogie impériale – Lyautey est président d’honneur de toutes les fédérations – est secoué par la fin de l’Empire. En plus des sources existantes au Centre des Archives d’Outre-Mer à Aix-en-Provence sur les colonies, il faut chercher les fonds qui témoignent de l’impact des guerres coloniales dans les mouvements. Aux Archives municipales de Lyon, le fonds Marc Métery, cadre régional EEDF, conserve des documents sur les rapports entre le Scoutisme français et les Scouts musulmans en Algérie jusqu’en 196267. Les archives du dominicain Pierre-André Liégé (1921-1979) permettent de comprendre le retentissement, en mai 1957, de la publication des lettres de l’appelé Jean Muller (scout tué en Algérie en 1956 et choqué par la torture) dans la revue La Route. Ceci entraîne l’exclusion de l’équipe nationale Route, y compris son aumônier Liégé. La crise, prélude à la décolonisation du mouvement, touche les organisations catholiques au sujet de l’Empire68.

Les archives des Auberges de jeunesse

34Au xxe siècle, les Auberges de jeunesse connaissent une histoire riche et mouvementée. Des associations se réclament d’une idée simple : héberger de jeunes adultes pendant les vacances, condition d’une expérience fraternelle de vie commune entre les classes, les genres et les peuples. L’essor du mouvement est contemporain des loisirs, caractère de la société industrielle de masse. Avec les Auberges, les mouvements sont plus que jamais le reflet des conditions socio-économiques de leur temps. Les archives parlent de l’enthousiasme qui saisit alors les usagers et la rhétorique de libération des publications. Le temps des Auberges est celui de la conquête de la liberté. On comprend pourquoi le mouvement a généré aussi ses propres mythes. Les murs de Mai 68 proclamaient : « Le mouvement populaire n’a pas de temple. » La jeunesse étudiante bousculant la société de l’expansion n’a pas connu les mêmes temples ayant libéré la génération précédente, sac au dos et en chantant.

  • 69 Heller-Goldenberg Lucette, Histoire des auberges de jeunesse en France des origines à la Libératio (...)
  • 70 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Lucette Heller 580 J. (1904-1990).

35La thèse de référence est celle de Lucette Heller-Goldenberg sur la fondation du mouvement69. Elle a confié ses documents en 2012 aux Archives départementales du Val-de-Marne (transcriptions d’entretiens, correspondances avec les militants, documents collectés et photographies70). Les Auberges témoignent de trois types de temporalité. Le temps long des Auberges est celui de la lente diffusion du modèle d’éducation par le plein air venu d’Allemagne. Son autonomie est acquise après 1945. Le temps intermédiaire est celui de la rencontre des Auberges avec les clivages qui partagent la société française, au premier rang desquels se trouve celui séparant le catholicisme de la culture laïque. L’antagonisme est aussi solide entre réformateurs et révolutionnaires. Le troisième rythme est celui des relations complexes entre d’un côté la gestion d’établissements, les auberges, et de l’autre les usagers, c’est-à-dire les jeunes qui les fréquentent. Les archives rendent comptent de cet emboîtement.

Acclimater le tourisme démocratique des jeunes Allemands

  • 71 Les Archives photographiques de Münster en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Bildarchiv Westfalen in Mü (...)

36Le temps long marque l’introduction des Auberges en France à partir du modèle allemand. Depuis la fin du xixe siècle, les jeunes randonneurs des Wandervögel renoncent temporairement aux artifices de la civilisation mécanique. Les héritiers se rapprochent du peuple par la contemplation de la nature, le goût de l’effort et la camaraderie. Ils appliquent le précepte du Faust de Goethe invitant la jeunesse à « conquérir l’héritage des pères ». Dans ce mouvement, l’instituteur Shirrmann (1874-1950) ouvre sa classe aux randonneurs puis dans le château d’Altena en Westphalie, une auberge au confort spartiate. Le modèle de la Jugendherberge tournée vers l’édification par les beautés de la nature prend significativement son essor dans la moyenne montagne proche de la puissante sidérurgie allemande de Westphalie. La première association d’auberges, Deutsche Jugendherbergswerk, dont Richard Schirrmann est la figure clé, naît en 1909. Les Auberges acquièrent une dimension internationale avec la fondation, en 1932, d’un Bureau international à Amsterdam. Il popularise le pictogramme universellement connu. Cette internationale est pacifiste. Mais en 1937, les Nazis exigent à leur profit l’éviction de Schirrmann de la présidence de l’Union internationale71.

  • 72 Institut Marc Sangnier, fonds Marc Sangnier MS. 16 mètres linéaires (1873-1969). Cotes concernant (...)

37L’introduction française est due à Marc Sangnier (1873-1950). Ce polytechnicien catholique a transformé le Sillon en un mouvement d’éducation populaire. Sangnier enseigne – prêche devrait-on dire – la responsabilité civique de chaque citoyen, condition de la réforme économique et sociale. Condamné par la papauté en 1910, il se soumet mais conserve son rôle de journaliste, source précieuse pour la connaissance de son œuvre, notamment à travers La Jeune République puis L’Éveil des peuples, périodiques au titre quasi-messianique. Député du Bloc national (1919-1924), il est minoritaire quand il défend la réconciliation franco-allemande. Son domaine familial de Bierville à Boissy-la-Rivière (Essonne) accueille des congrès internationaux pour la paix. Mais il échoue aux législatives de 1929. La même année, il ouvre dans ses murs l’auberge de l’Épi d’or pour incarner le pacifisme et son enseignement dans la jeunesse européenne. Dans ce but il crée en 1930 la Ligue française pour les auberges de la jeunesse (LFAJ). Vice-président de la Fédération internationale, il ne peut empêcher la mainmise nazie sur l’organisation. Les archives de Marc Sangnier sont conservées depuis 1991 à l’Institut Marc Sangnier à Paris. Ce fonds important concerne sa vie privée et son action militante, tant au Sillon qu’au sein des associations dont les Auberges. Il contient sa correspondance, ses discours et des documents de l’association (circulaires, revues, pièces officielles72). Il renferme aussi des éléments sur la participation de la LFAJ à l’internationale des Auberges jusqu’en 1940 et des matériaux sur Marc Sangnier pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • 73 Institut Marc Sangnier, fonds de la Ligue française pour les auberges de la jeunesse, non coté. Co (...)
  • 74 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Heller-Goldenberg Lucette 580J. Cotes concernant l (...)
  • 75 http://www.cndp.fr/mnemo/web/formSimple.php

38L’auberge n’est ni un hôtel, ni une colonie de vacances. L’itinérance est au cœur du projet ajiste marqué par l’étape en un lieu où l’on se repose quelques jours avant de repartir vers un autre gîte. L’esprit du Wandervögel se retrouve dans l’idée du passage temporaire en un lieu accueillant et fraternel. Sangnier préside la Ligue, Germaine Malaterre-Sellier, réformiste catholique et déléguée française à la SDN, est vice-présidente. Le comité de la LFAJ s’équilibre entre militants chrétiens, religieux et plusieurs réformateurs républicains dont René Cassin, Justin Godart et Albert Thomas. En 1940, l’association dissoute par Vichy en zone Sud est tolérée par l’occupant en zone Nord, tout au moins jusqu’au refus de Sangnier d’exclure les ajistes juifs, conduisant à la dissolution (octobre 1943). En 1945, la LFAJ se reconstitue et participe aux tentatives de regroupements de fédérations d’auberges qui aboutissent, en 1956, à la Fédération unie des Auberges de jeunesse (FUAJ). Le fonds de la LFAJ à l’Institut Marc Sangnier contiendrait peu d’éléments sur la fondation à cause d’un incendie survenu en 1938, à l’exception de la revue L’Auberge de jeunesse depuis 1936. Le fonds est plus riche pour la période postérieure à 194573. D’autres fonds complètent ces derniers, comme celui de Lucette Heller-Goldenberg74 ou les documents du Musée national de l’Éducation à Rouen75.

  • 76 Institut Marc Sangnier, fonds de L’Épi d’or, comité pour l’auberge de la jeunesse internationale M (...)
  • 77 Institut mémoire de l’édition contemporaine, fonds Joseph Rovan RVN. 12,60 mètres linéaires(1946-2 (...)

39Cette longue durée est moins connue après le conflit, notamment dans la reprise du dialogue franco-allemand après 1945. Quelle place prennent les Auberges dans les politiques de jeunesse ? Marc Sangnier meurt en 1950. Son souvenir est conservé par le comité de l’Épi d’or, constitué en 1951 pour remettre en service la première auberge ouverte en France76. Au même moment des cadres français de l’éducation populaire organisent ces activités dans la zone française d’occupation. Le militant catholique de Travail et culture Joseph Rovan (1918-2002) en est un, soucieux de l’apprentissage de la culture démocratique par les échanges de jeunes. Il se souvient alors avoir fréquenté les Auberges du Contadour animées par Giono avant la guerre. À partir de 1963, Rovan est administrateur de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse créé par le Traité de l’Elysée. Les archives de Joseph Rovan, déposé en 2002 à l’Institut mémoire de l’édition contemporaine et non communicables à ce jour, pourraient éclairer la question franco-allemande des Auberges d’un jour nouveau77.

Les Auberges et les clivages culturels français

  • 78 Voir au Centre d’histoire de Sciences politiques, le fonds Paul Grunebaum-Ballin PGB (1899-1955).
  • 79 Dans les fonds des Archives départementales du Val-de-Marne, le CLAJ apparaît aux cotes suivantes  (...)

40Le temps moyen des Auberges est dominé par le clivage qui structure déjà l’éducation populaire. Les Auberges pouvaient-elles échapper à l’antagonisme catholique/laïque ? Il faut y voir la preuve du succès de la formule dans la société française au moment de la généralisation des loisirs et leur assimilation dans la grammaire de la gauche par la politique du Front populaire. Pourtant, le spontanéisme libertaire des Auberges vient davantage de la culture allemande tamisée par la démocratie chrétienne que de l’arsenal scolaire de la République laïque. Il faut l’enthousiasme du conseiller d’État Paul Grunebaum-Ballin – haut fonctionnaire clé des lois sociales en faveur des loisirs populaires78 – pour aboutir, faute d’entente avec Sangnier, à la création en juin 1933 du Centre laïque des Auberges de jeunesse (CLAJ). L’association est d’ailleurs fondée dans les locaux du Syndicat national des instituteurs (SNI). En 1936, le CLAJ compte 205 auberges et 6 000 usagers. La partition politique entre le CLAJ – membre du Rassemblement populaire – et la LFAJ pour qui la morale résume toute position politique n’empêche pas la vision commune dans la recherche de l’adéquation entre démocratie politique et démocratie économique. En 1938, le CLAJ est fort de sa présidence de Léo Lagrange, alors ministre des Loisirs. L’utopie sociale de l’auberge de jeunesse s’incarne alors pleinement dans celle politique. Les archives du CLAJ n’existent pas à proprement parler. Il faut se reporter vers les fonds qui conservent des documents. Dans l’état actuel de nos connaissances, il s’agit pour l’essentiel des fonds de militants conservés à Créteil (Georges Douart, Lucette Heller-Goldenberg, Jacques Le Flem, Pierre et Lisbeth Rasquier, René Sedes et Maurice Tadier79).

  • 80 Aux Archives nationales, le fonds Henri Poumerol (24AR, 5,40 mètres linéaires1938-2002) conserve l (...)

41Après l’intermède autoritaire de Vichy, l’enthousiasme de la Libération ne résiste pas à la renaissance du clivage. Les Auberges conservent la partition entre gestion des bâtiments (UFAJ) et fédération d’usagers (MUAJ). Mais, dès décembre 1944, l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) fonde l’Office central des camps et des auberges de la jeunesse (OCCAJ) sous la présidence d’honneur de Marc Sangnier, alors figure du MRP80. Ce dernier est exclu du MUAJ. Le retrait des militants démocrates chrétiens ranime la tension entre laïques du MUAJ et catholiques de la LFAJ reconstituée.

  • 81 Cf. Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Maurice Tadier, spécialement 554J 31 (1946).
  • 82 Il contient les papiers de militants trotskystes, des périodiques, des circulaires et comptes rend (...)
  • 83 Archives départementales du Calvados, fonds André Vignet F6467-F6471. Archives départementales du (...)

42La renaissance du bornage par la question scolaire ne doit pas cacher d’autres fractures, marquées par la conjoncture politique. En avril 1945, les ajistes communistes créent les Ajistes et campeurs de France (ACF81). La participation des Auberges à la culture communiste est contemporaine de l’essor de la contreculture du PCF, regardant davantage le phénomène d’émancipation que l’origine germanique et catholique sociale. Dans une autre mesure, il en va de même pour les militants trotskystes qui, pour des raisons analogues, mobilisent aussi l’ajisme. Le credo révolutionnaire internationaliste peut s’inspirer du tourisme démocratique des jeunes Allemands dans la mesure où il s’oppose au modèle contemporain de RDA. Le Centre d’études et de recherches sur les mouvements trotskyste et révolutionnaires internationaux (CERMTRI) détient un fonds d’archives « Auberges de jeunesse82 ». Des militants trotskystes refusent la dualité entre organisme technique et mouvement d’usagers. Ils créent en 1945 le Mouvement laïque des Auberges de jeunesse (MLAJ), affilié à la Ligue de l’enseignement pour encadrer des caravanes de jeunes ouvriers afin de découvrir les vacances en auberges. Faute d’archives institutionnelles, la connaissance du MLAJ passe aussi par les documents de personnes physiques83.

  • 84 Les Archives nationales, fonds de la FUAJ 20000003 (1936-1992). Cf. Archives départementales du Va (...)

43Les discussions entre usagers et l’essor du parc immobilier contemporain de celui du temps de loisir des salariés rendent nécessaire la fédération des auberges et des militants en une seule organisation. L’État, intéressé par les normes croissantes d’accueil collectif, préfère aussi ne connaître qu’un seul interlocuteur. En 1956, la Fédération unie des Auberges de jeunesse (FUAJ) naît de ces négociations en groupant les principales associations d’auberges84. Mais les questions éducatives n’échappant pas à l’actualité. La LFAJ fédérée à la FUAJ la quitte dès 1959. Les Auberges n’échappent pas à la question du financement par l’État de l’école privée et aux positions sur la guerre d’Algérie, reflet de l’évolution de la gauche française sur le lien jusqu’alors évident entre République et colonialisme.

Le temps court des rapports entre usagers et équipement

44Dès la décennie 1930, les relations sont difficiles entre comités d’usagers et conseil d’administration du CLAJ. Ce conflit entre générations se double du clivage politique entre jeunes usagers révolutionnaires et anarchistes d’un côté et membres plus âgés du conseil d’administration, radicaux-socialistes et SFIO de l’autre. En 1938, le président du CLAJ Léo Lagrange légitime les plus jeunes, offrant une place aux usagers. L’auberge est-elle un bâtiment à usage éducatif animé par les usagers – l’ajisme – ou bien limite-t-elle sa vocation à l’hébergement bon marché des loisirs populaires, un « équipement socioculturel » géré raisonnablement par des organisations, mouvements, partis et syndicats, dès avant le succès de la formule sous les trente glorieuses ?

  • 85 Les documents accessibles sur les CDR sont consultables aux Archives départementales du Val-de-Mar (...)
  • 86 Les archives du MUAJ se consulte aux Archives départementales du Calvados, fonds André Vignet F 64 (...)
  • 87 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Lucette Heller-Goldenberg 580J 23 (1940-1947), Jea (...)

45En 1941, la politique autoritaire de Vichy crée deux organismes. Les Auberges françaises de la jeunesse (AFJ) gèrent techniquement les établissements. Les principaux mouvements de jeunesse liés au régime siègent au sein du comité. Pour animer les usagers, les Camarades de la route (CDR) rassemblent les groupes ajistes85. À la Libération, le maintien du système dual remplace les organismes de Vichy par deux mouvements, lun d’usagers, le Mouvement uni des auberges de jeunesse (MUAJ86) et, l’autre, une organisation technique, l’Union française des auberges de la jeunesse (UFAJ), qui prend en charge les installations87. La partition entre usagers et établissements marque les années de l’expansion économique et sociale des Trente glorieuses. Au point que l’essoufflement de l’ajisme pendant la décennie 1970 porte la marque de l’essor de la gestion professionnelle des établissements. On peut d’ailleurs se demander où sont aujourd’hui les militants des Auberges.

  • 88 Centre d’histoire du travail, fonds Michel Le Ravalec RAV (1945-1978) Auberges
  • 89 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds René Sedes 555 J, (1905-2006).
  • 90 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Maurice Tadier 554 J, (1934-2006).
  • 91 Institut Marc Sangnier, fonds Dominique Magnant DM. Communication soumise à autorisation. 5 mètres (...)

46Cette mémoire militante est conservée dans les fonds personnels, source indispensable sur les Auberges depuis 1945. Citons ici les fonds les plus notables. Au Centre d’histoire du travail, le fonds Michel Le Ravalec conserve les papiers de ce militant anarchiste, syndicaliste Force Ouvrière et militant des Auberges laïques. Les brochures, comptes rendus, notes, correspondances et tracts couvrent la période 1940-195088. Aux Archives de Créteil, les archives collectées par René Sedes, syndicaliste CGT, couvre les principaux mouvements d’auberges à partir de 1955, notamment la création et les premières années de la FUAJ89. À Créteil, les archives de Maurice Tadier (1920-2006), instituteur puis inspecteur de la Jeunesse et des sports, concernent les auberges laïques en région Centre et les politiques publiques à l’encontre des fédérations. Elles apportent aussi des informations sur les relations entre fédérations employeurs de personnel – la professionnalisation des parents aubergistes – et syndicats de salariés90. L’Institut Marc Sangnier conserve aussi les archives personnelles. Celles de Dominique Magnant, polytechnicien et président de la LFAJ (1978-1985) éclairent la continuité de la LFAJ des années 1930 aux années 1980. Le fonds concerne les relations entre associations et la Fédération internationale. Il conserve aussi les papiers d’Arne Björnson-Langen, figure centrale des Auberges avant et pendant la guerre91.

  • 92 Institut Marc Sangnier, fonds Paul Sangnier PS. Communication soumise à autorisation. (1927-1939).
  • 93 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Jean Bernard, 574J (1947-1970).
  • 94 Archives départementales du Calvados, fonds André Vignet F 6466-F 6471, F6522-F6524 (1944-1957).
  • 95 Archives départementales d’Indre-et-Loire, fonds de l’Auberge de jeunesse de Tours 80J. Communicat (...)
  • 96 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Lucette Heller-Goldenberg, cotes concernant les Au (...)

47Les archives régionales permettent de mesurer plus précisément les termes du débat entre militants et établissements. C’est notamment vrai pour quelques régions (Île-de-France, Normandie, Centre, Provence) pour lesquelles existent les documents sur plusieurs auberges. L’Institut Marc Sangnier conserve le fond du fils cadet de Marc Sangnier, Paul Sangnier (1917-1938), secrétaire du comité régional Île-de-France de la LFAJ92. À Créteil, le fonds Jean Bernard, militant des auberges laïques, contient un dossier riche sur l’auberge de La Hacquinière transformée en 1959 en relais culturel93. En Normandie, les papiers d’André Vignet conservés à Caen concernent les auberges du Calvados94. L’auberge des Tours offre l’exemple d’un fond continu de documents sur presque 40 ans depuis sa création en 194895. En Provence, les Auberges du monde nouveau sont constitués en 1934 sous la présidence d’honneur de Jean Giono. Elles rassemblent peu d’auberges mais les Archives du Val-de-Marne conservent les documents de l’auberge Regain tenue par le père aubergiste François Morénas96.

48Les Auberges de jeunesse, les mouvements de scoutisme, la JOC portent une forme d’utopie sociale exprimée dans le rapport nouveau entre les classes ou entre les peuples. Ces mouvements sont souvent des fraternités internationales fondées sur une vue commune de la place des jeunes dans les sociétés occidentales. Ils mobilisent des jeunes marqués par cette forme sociale de rassemblement qui, pour être hors du politique n’en est pas moins métapolitique. Sans doute est-ce pour cette raison que les mouvements de jeunesse sont peu présents dans le débat public français si on les compare à la place omniprésente de l’école. Leur discrétion résulte du fait que les politiques publiques ont peu de prise sur l’organisation de tels mouvements alors que l’institution scolaire semble vouée à obéir aux majorités parlementaires. Or les archives des mouvements disent dans toute leur riche diversité les débats, les tensions et les enjeux qui les animent. Il s’agit en effet de construire en leur sein la société parfaite, débarrassée de toutes les contradictions. Un rêve peut-être. Mais que l’étude des archives offre de lire à livre ouvert.

Notas

1 Cf. Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, juillet-septembre 1997, t. 143 sur les mouvements de jeunesse, pp. 327-551.

2 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de l’Alliance nationale des unions chrétiennes de jeunes gens 540J. 25 mètres linéaires (1844-2003).

3 Société d’histoire du protestantisme français, fonds de l’Alliance des équipes unionistes de France 024Y. 6,8 mètres linéaires. (1945-1986).

4 Martin Jean-Paul, La Ligue de l’enseignement et la République des origines à 1914, thèse d’histoire, contemporaine, Institut d’études politiques de Paris, 1992.

5 Corbin Alain, Les Conférences de Morterolles (hiver 1895-1896). À l’écoute d’un monde perdu, Paris, Flammarion, 2011.

6 Ligue de l’enseignement, fonds de la Ligue, non coté. Communication soumise à autorisation. 90 mètres linéaires (1868-2008). Ce fonds comprend les archives de Joseph Brenier (12 mètres linéaires).

7 Institut catholique de Paris, archives Georges Goyau, 12 cartons. Bibliothèque historique de la ville de Paris, papiers Charles-Louis Chassain MS 1617-1645. Papiers Adrien Duvand, 29 cartons. Bibliothèque nationale de France, cotes concernant Jean Macé, MS 16972, MS 16973-16976, MS 13543. Mairie de Beblenheim, archives Jean-Macé, non classées. Institut mémoire de l’édition contemporaine, fonds Pierre-Jules Hetzel.

8 Archives nationales du monde du travail, fonds de l’Association catholique de la jeunesse française (microfilms), 34 AS (1891-1936)

9 Archives nationales – site de Paris, fonds Albert de Mun 378AP. Communication libre pour articles 1-9, soumise à autorisation pour articles 10-16 (xixe-xxe siècles).

10 Michel Alain-René, La JEC , Jeunesse Étudiante Chrétienne (1938/1944) face au nazisme et à Vichy, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1988.

11 Archives départementales des Hauts-de-Seine, fonds de la JOC 44J. 178 (1926-1987). Fonds de la JOCF 45J. 55,4 mètres linéaires (1928-1987). Fonds JOC/JOCF 46J. 12,6 mètres linéaires Cf. fonds J. Picard-Aubert 56J (1958-1987).

12 Centre national des archives de l’Église de France, fonds de l’Aumônerie nationale de la JOC 54 CO. Communication soumise à délai. 28,4 mètres linéaires (1927-1997). Cf. papiers abbé Guérin 53 CO. 6,1 mètres linéaires (1897-1996).

13 Archives départementales de la Loire, fonds Marcel Montcel 168J (1935-2000).

14 Archives nationales du monde du travail, fonds de la JOC de Dunkerque 1999 016 Communication soumise à autorisation. 10 mètres linéaires (1927-1990).

15 Archives nationales du monde du travail, fonds Hocquet-Duval 199 5064. 9 (1910-1994).

16 Archives nationales du monde du travail, fonds de la JOC de Lille 200 0047. Communication soumise à autorisation. 10 mètres linéaires (1970-1990).

17 Archives nationales du monde du travail, fonds de la JOC de Roubaix-Tourcoing 200 0019. Communication soumise à autorisation. 6 mètres linéaires (1945-1995) Fonds 2003 003. Communication soumise à autorisation. 10 mètres linéaires (1949-1983). Fonds A. et E. Patin-Dhalluin 1994 030. Communication soumise à autorisation. 2 mètres linéaires (1929-1991).

18 Archives départementales du Nord, fonds de l’abbé André Dekens 85J 14-36. 1 mètre linéaire (1974-1979).

19 Archives départementales de Loire, fonds JOC de Saint-Étienne 113J. Communication soumise à autorisation. 14 mètres linéaires.

20 Archives départementales des Ardennes, fonds de la JOC-JOCF 27J. (1940-1978).

21 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, fonds de la JOC-JOCF 111J. 3,7 mètres linéaires (1934-1990).

22 Archives départementales des Vosges, fonds de la JOC 140J. 9 mètres linéaires (1927-2000).

23 Archives départementales des Hauts-de-Seine, fonds Jeanne Picard-Aubert 56J. (1958-1987).

24 Archives nationales, fonds du Mouvement rural de la jeunesse chrétienne 2003 0070. Communication soumise à autorisation. 95 mètres linéaires (1923-1981). Pour la période la plus récente voir aussi la Mission Archives du ministère de la Jeunesse et des Sports, fonds du Mouvement rural de la jeunesse chrétienne, cote interne 2007 039. Communication soumise à autorisation du MRJC lorsque le fonds sera classé. 64 mètres linéaires (1976-1997).

25 Guignet Philippe, « Éthique sociale, formation humaine et éducation au témoignage chrétien : l’hebdomadaire Coeurs Vaillants de l’apogée du milieu des années 1950 au début du concile Vatican II et à la transformation du titre », dans Guignet Philippe et Chanet Jean-François (éd.), Jeunesse, éducation et religion au xxe siècle. En mémoire à Alain-René Michel, numéro hors-série de la Revue du Nord, 2009, pp. 109-138.

26 Archives de l’Église de France, fonds de l’Action catholique de l’enfance 18 LA. 23,2 mètres linéaires (1929-1989)

27 Société d’histoire du théâtre, fonds Léon Chancerel. 10 mètres linéaires.

28 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds À Cœur Joie 565 J. (1936-1987). Archives municipales de Lyon, fonds César Geoffray 69 II 1-28 et 1 II 416 1. 2,9 mètres linéaires (1909-1979).

29 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de la Guilde française des flûtes de bambou 565J. Communication libre sauf documents portant atteinte à la vie privée (1930-2004).

30 Cf. le fonds des Presses Île-de-France, éditeur de la collection Diapason, dans les archives des Scouts et guides de France conservées au siège parisien de l’association (1920-2010).

31 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds du Mouvement de l’enfance ouvrière 552J (1932-1987). Cf. à l’Office universitaire de recherche socialiste le fonds Liliane Perrein 87 APO (1934-1966).

32 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de l’Union des pionniers de France 517J. 3 mètres linéaires (1945-1991). Cf. archives de Christiane Macé, une des fondatrices des Vaillants et Vaillantes (515J. 5 mètres linéaires 1940-1996). Voir aussi Archives de Seine-Saint-Denis, papiers Roland Leroy, 263J 16-22 (1959-1971).

33 Siège national de l’Action catholique de l’enfance (ACE). Communication soumise à autorisation (1941-2011).

34 Il s’agit d’un uniforme complet d’éclaireuse FFE de 1937 et de l’uniforme de commissaire générale de la FFE. Don de Madame Geneviève Lamon, figure de l’association à l’origine des dépôts d’archives.

35 Archives départementales des Alpes-Maritimes, fonds de l’Association des amis du musée niçois des traditions scoutes 92J. 4,7 mètres linéaires (1910-1994).

36 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Irène Almeras 558 J. (1934-2006).

37 Gauthe Jean-Jacques, Le Scoutisme en France. Inventaire de la bibliographie et des sources, Montpellier, Centre régional d’histoire des mentalités, 1997.

38 Société d’histoire du protestantisme français, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs unionistes, non coté. 5 mètres linéaires (1911-2001).

39 Siège national des EU, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs unionistes, non coté. 20 m. mètres linéaires (1912-2007).

40 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs de France 542J Communication libre sauf documents touchant à la vie privée. 138,5 mètres linéaires (1911-1995).

41 Archives départementales de l’Orne, fonds André Chéradame 187J. (1909-1935).

42 Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Albert Châtelet 81J. 8,3 mètres linéaires (1882-1979).

43 Archives nationales, site de Paris, fonds Jacques Bador 627AP. Communication soumise à autorisation. 14 mètres linéaires (1893-2000).

44 Scouts et Guides de France, fonds des Scouts de France. Communication soumise à autorisation. 500 mètres linéaires (1920-2010).

45 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Scouts et Guides de France, 549J Communication libre pour les périodiques et soumise à autorisation pour les documents audiovisuels. 5 mètres linéaires (1923-2008).

46 Bibliothèque du Saulchoir, fonds Denis Forestier V-650. Communication soumise à autorisation. (1918-1971). Cf. fonds de la province des dominicains de France - Administration centrale III-O. Cotes concernant Denis Forestier : no 29 (1936-1955).

47 Centre de documentation juive contemporaine, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs israélites de France. Siège national des EEIF, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs israélites de France, non coté. Communication soumise à autorisation.

48 Centre de documentation juive contemporain, fonds David Diamant CMXXV. (1939-1993).

49 Société de l’histoire du protestantisme français, fonds de la FFE. 10 mètres linéaires (1921-2010).

50 Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, fonds de la FFE. Communication libre sauf cote SNQ, soumise à autorisation (1921-2010).

51 Bibliothèque Marguerite Durand, fonds de la FFE. 10 mètres linéaires (1921-2010).

52 Scouts et Guides de France, fonds de La Nef. Communication soumise à autorisation. (1952-2004).

53 Scouts et Guides de France, fonds des Guides de France. Communication soumise à autorisation. 300 mètres linéaires (1923-2010). Cf. Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Scouts et Guides de France 549J. Communication libre pour les périodiques et soumise à autorisation du producteur pour les documents audiovisuels. (1923-2008).

54 Scouts et Guides de France, fonds de la Conférence internationale catholique du guidisme. Communication soumise à autorisation. 15 mètres linéaires (1965-2008).

55 Palluau Nicolas, La Fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939, Rennes, PUR, 2013.

56 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA) 512J. Communication soumise à autorisation. 300 mètres linéaires (1937-2000).

57 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds de la Fédération nationale des Francas 547J. 130 mètres linéaires (1944-2000).

58 Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée, fonds Daniel Dupied/Henri Joubrel/AIEJI 3C 2002062. 8,5 mètres linéaires (1945-1990). Concerne sa correspondance (3C 11-26, 1945-1957), des publications (3C 27-37, 1954-1962), des conférences (3C 1-10, 3C 38-43, 1947-1957) et son action au sein du service de protection de l’enfance des EDF (3C 44 - 78, 1944-1980). Voir aussi Archives départementales du Val-de-Marne, fonds des Éclaireuses et Éclaireurs de France. Cotes concernant Henri Joubrel : 542J 346 (1945-1950), 542J 772-784 (1943-1984). Voir aussi Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée, fonds Jacques Guyomarc’h 1C - 2002060. Cotes concernant Henri Joubrel : 1C 772-784 (1943-1984)

59 Archives nationales du monde du travail, fonds de l’Association nationale d’entraide féminine 2003 044. 15 mètres linéaires (1952-1999).

60 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds de l’ANEF des Bouches-du-Rhône 199J. Non classé. 2,5 mètres linéaires (1952-2006).

61 Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée, fonds Victor Girard 7 C-2002066. 8 mètres linéaires (1947-1997).

62 À l’automne 1940, le Scoutisme français est le premier organisme de jeunesse agréé par Vichy. Après la Libération, le Scoutisme français fédère les associations membres des instances mondiales du scoutisme et du guidisme : Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS) et/ou Association mondiale des guides et des éclaireuses (AMGE). En 2012, le Scoutisme français fédère les Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF), les Éclaireuses et Éclaireurs israélites de France (EEIF), les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France (EEUF), les Scouts et Guides de France (SGDF) et les Scouts musulmans de France (SMF).

63 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds du Scoutisme français 531J. 10 mètres linéaires (1930-2000).

64 Archives nationales du monde du travail, fonds de La vie nouvelle 60 AS ou 2000 006. Communication libre sauf 60 AS 70-95 et 140-200 sur autorisation. 21,5 mètres linéaires (1947-1977).

65 Bibliothèque du Saulchoir, fonds André Cruiziat, non coté. Communication soumise à autorisation. 20 mètres linéaires (1927-1995).

66 Union nationale des associations régionales Études et chantiers, fonds d’Études et chantiers. Communication soumise à autorisation (1962-1989).

67 Archives municipales de Lyon, fonds Marc Météry 164 II 1-4. Communication soumise à autorisation (1936-2004).

68 Bibliothèque du Saulchoir, fonds Pierre-André Liégé V-676. Communication soumise à autorisation 3,7 mètres linéaires.

69 Heller-Goldenberg Lucette, Histoire des auberges de jeunesse en France des origines à la Libération (1929-1945), thèse de doctorat d’État en histoire (dir. André Nouschi), Université de Nice, 1985.

70 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Lucette Heller 580 J. (1904-1990).

71 Les Archives photographiques de Münster en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Bildarchiv Westfalen in Münster) conservent un important fonds de clichés sur Richard Schirrmann et les auberges (1910-1950), http://www.lwl.org/LWL/Kultur/LWL-LMZ/Bildarchiv/

72 Institut Marc Sangnier, fonds Marc Sangnier MS. 16 mètres linéaires (1873-1969). Cotes concernant la LFAJ : MS 41-44 (1929-1948). MS 67-89 (correspondance générale de Marc Sangnier).

73 Institut Marc Sangnier, fonds de la Ligue française pour les auberges de la jeunesse, non coté. Communication soumise à autorisation. 20 mètres linéaires (1945-1989).

74 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Heller-Goldenberg Lucette 580J. Cotes concernant la LFAJ : 580J 20 (1930-1945).

75 http://www.cndp.fr/mnemo/web/formSimple.php

76 Institut Marc Sangnier, fonds de L’Épi d’or, comité pour l’auberge de la jeunesse internationale Marc Sangnier EO. Communication soumise à autorisation. (1948-1983).

77 Institut mémoire de l’édition contemporaine, fonds Joseph Rovan RVN. 12,60 mètres linéaires(1946-2000).

78 Voir au Centre d’histoire de Sciences politiques, le fonds Paul Grunebaum-Ballin PGB (1899-1955).

79 Dans les fonds des Archives départementales du Val-de-Marne, le CLAJ apparaît aux cotes suivantes : Georges Douart, 573J 1 (1942-1958), Lucette Heller-Goldenberg, 580J 15-18 (1933-1979), Jacques Le Flem, 576J 2 (1952), Pierre et Lisbeth Rasquier, 581J 1 (1935-1938), René Sedes, 555J 2 (1937-1940) et 555J 3 (1937-1944), Maurice Tadier 554J 11 (1936-1940) et 554J 12 (1942-1943).

80 Aux Archives nationales, le fonds Henri Poumerol (24AR, 5,40 mètres linéaires1938-2002) conserve les archives de ce militant ajiste de l’OCCAJ acteur du tourisme populaire (FFTP) puis des Villages vacances familles (VVF).

81 Cf. Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Maurice Tadier, spécialement 554J 31 (1946).

82 Il contient les papiers de militants trotskystes, des périodiques, des circulaires et comptes rendus de congrès, de la correspondance. MIAJ : (1950-1960) FUAJ : (1956-1965) MLAJ : (1945-1949) CLAJPA : (1949-1951) MIAJ : (1950-1960).

83 Archives départementales du Calvados, fonds André Vignet F6467-F6471. Archives départementales du Val-de-Marne, Olivier Barillier 572J 1 (1937-1954), Georges Douart 573J 1 (1942-1958), Lucette Heller-Goldenberg 580J 21 (1945-1950), INJEP (Revues anciennes d’associations) 568J 57 (1947), Jean-Lou Lefèvre 575J 3 (1945-1948), Émile Orain 577J 2 (1947-1950), René Sedes 555J 8 (1946-1949). Centre d’histoire du travail, fonds Michel Le Ravalec RAV 36bis (1945-1949).

84 Les Archives nationales, fonds de la FUAJ 20000003 (1936-1992). Cf. Archives départementales du Val-de-Marne : Jean Bernard 574J 5 (1958-1968), Georges Douart 573J 1 (1956-1964), INJEP (revues anciennes d’associations) 568J 3 (1963-1966), 568J 60 (1966-1967) et 568J 63 (1958-1969), Jacques Le Flem 576J (1959-1986), Jean-Lou Lefèvre 575J 4 (1949-1960), Émile Orain 577J 5 à 8 (1961-1987), René Sedes 555J 21 à 37 (1956-2006), Maurice Tadier 554J 40 à 43 (1952-2000). Voir aussi le Centre d’histoire du travail, fonds Michel Le Ravalec, RAV 36bis (1962-1965).

85 Les documents accessibles sur les CDR sont consultables aux Archives départementales du Val-de-Marne dans les fonds personnels aux cotes suivantes : Olivier Barillier 572J 1 (1937-1954), Lucette Heller-Goldenberg 580J 14 (1941-1945), Jean-Lou Lefèvre 575J 1 (1943-1946), René Sedes 555J 5 (1941-1944), Maurice Tadier 554J 13 à 17 (1941-1944).

86 Les archives du MUAJ se consulte aux Archives départementales du Calvados, fonds André Vignet F 6466 (1945) ainsi qu’aux Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Olivier Barillier 572J 1 (1945), Georges Douart 573J 1 (1945), Lucette Heller-Goldenberg 580J 22 (1944-1945), Jean-Lou Lefèvre 575J 2 (1945), Émile Orain 577J 1 (1944-1945), René Sedes 555J 6 (1945), Maurice Tadier 554J 24 (1944-1945).

87 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Lucette Heller-Goldenberg 580J 23 (1940-1947), Jean-Lou Lefèvre 575J 1 (1943-1946), Émile Orain 577J 1 (1944-1951), René Sedes 555J 7, Maurice Tadier 554J 26 à 554J 30 (1945-1956). Des documents sur l’UFAJ sont aussi conservés au Musée national de l’Éducation.

88 Centre d’histoire du travail, fonds Michel Le Ravalec RAV (1945-1978) Auberges

89 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds René Sedes 555 J, (1905-2006).

90 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Maurice Tadier 554 J, (1934-2006).

91 Institut Marc Sangnier, fonds Dominique Magnant DM. Communication soumise à autorisation. 5 mètres linéaires (1930-1990).

92 Institut Marc Sangnier, fonds Paul Sangnier PS. Communication soumise à autorisation. (1927-1939).

93 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Jean Bernard, 574J (1947-1970).

94 Archives départementales du Calvados, fonds André Vignet F 6466-F 6471, F6522-F6524 (1944-1957).

95 Archives départementales d’Indre-et-Loire, fonds de l’Auberge de jeunesse de Tours 80J. Communication soumise à autorisation (1948-1983).

96 Archives départementales du Val-de-Marne, fonds Lucette Heller-Goldenberg, cotes concernant les Auberges de jeunesse du monde nouveau : 580J 9 (1938-1980)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search