Version classiqueVersion mobile

Bordeaux, ville paradoxale

 | 
Jean Dumas

Conclusion générale

Bordeaux ou la sérénité inquiète

Texte intégral

« Bello cioè utile », La beauté d’une ville tient à son utilité.
Chroniques vénitiennes, xve siècle.

1La ville change tout en s’inscrivant dans la durée d’un espace bâti qui ne se transforme qu’insensiblement. Ses usages se modifient, tout comme les représentations que l’on s’en fait alors que sa structure générale reflète les stratifications des décennies écoulées plus que les possibilités envisageables de l’avenir. Ainsi s’achève un parcours qui s’est proposé de montrer quelques-unes des relations inscrites dans ce rapport entre la durée et les fixités d’une part, les modifications des instants vécues et des perceptions de l’autre.

2Si l’on considère que la ville est faite de transformations incessantes, d’aménagements sociaux continuels et de rencontres économiques toujours renouvelées, alors se pose bien la question du sens de l’évolution, non pas en terme de prospective mais, plus modestement, en forme de compréhension immédiate. Comment peut-on démêler l’écheveau des interrelations, thème des neuf chapitres qui ont précédé, afin de « dire du sens » comme les derniers se sont efforcés de le faire ? A partir de cela que conclure sur les multiples angles d’approche qui, du quotidien de la proximité aux positions très générales font l’utilité urbaine, c’est-à-dire l’existence pleine de la ville ?

L’effet « Palais d’Hiver »

3Il est, bien sûr, produit par la somptueuse « mise en lumière » de la place de la Bourse qui dote cette partie majeure de la façade des quais d’un prestigieux effet de mise en scène rappelant le mouvement des colonnes du Palais d’Hiver à Saint-Pétersbourg. Parallélisme nullement fortuit qui ancre plus fortement Bordeaux dans un destin européen élargi en témoignant d’une volonté non pas de reconquête des quais mais d’asseoir son existence sur un acquis spatial désormais assumé pour ce qu’il est et non pour ce qu’il rappelle.

4De nouveaux usages urbains du fleuve, décousus peut-être dans l’apparence, se multiplient : un marché forain dominical civilisant les abords surprenants du croiseur Colbert, des « salons » plus ou moins professionnels utilisant des hangars portuaires en cours de rénovation, un cheminement bordier où se retrouvent flâneurs, jeunes enfants avec leurs parents et sportifs dotés de roulettes diverses sous les pieds. Frémissements pittoresques et anecdotiques dira-t-on, mais qui dans notre approche sensible donnent du sens à la ville. Sans clefs de lecture antérieures, on ne saurait percevoir ces modestes mouvements, sociaux autant que spatiaux, qui marquent de nouvelles manières de se conduire dans la ville et vers ses bordures fluviales.

5Et l’utilité dans tout cela ? On la trouve si l’on considère désormais la ville, mais aussi les nombreux cœurs naissant ou croissant des principales communes périphériques comme autant d’enveloppes qui fixent et matérialisent la vie dans ses rythmes hebdomadaires. Alors que la « tertiairisation » accélérée de la vie économique, sa dépendance administrative toujours croissante, éloignent les activités productives d’une quelconque lisibilité urbaine, c’est, par renversement, le cadre lui-même, tel qu’il est, qui fixe désormais ce sens de la civilité en dégageant l’agglomération (en partie, bien sûr) d’une fonctionnalité immédiate pour asseoir une victoire de la forme sur la dématérialisation de l’économie.

6L’industrie se disperse et se fait discrète, le port s’est éloigné à Bassens, les activités commerciales se banalisent en ensembles d’enseignes et d’arrêts automobiles. Et la ville se fait dans un usage construit de fréquentations, d’usages et d’exigences : accessibilité et circulation, le débat sur le tramway n’est pas que fonctionnel mais hautement symbolique des attentes nouvelles d’un droit à la ville. Mais tout ne se concentre pas sur l’usage formel dès lors que l’action publique, attendue et démesurée, se mêle de la police des choses et de leur aménagement.

L’introspection générative

7Il existe des moments qui provoquent l’éclaircissement en accélérant l’obligation de faire, ou en provoquant la possibilité de l’affirmation de choix publics bien identifiés. Il en va ainsi des nouvelles procédures de planification qui, sans préjuger leur efficacité finale, conduisent à une reconnaissance de l’agglomération ce qui va servir de révélateur, finalement heureusement inopiné, à l’ensemble de la démonstration développée tout au long de cet ouvrage.

8À partir de 1982, la mise en œuvre de la décentralisation avait marqué le déclin de toute reconnaissance spécifique du fait urbain dans les procédures de planification (et de programmation pluri-annuelle avec l’État) tandis que les mécanismes de reconnaissance de compétences locales spécifiques amenaient une sorte de banalisation des initiatives communales, département plutôt que région s’instituant en arbitre-régulateur. C’est avec la préparation du plan 2000-2006, quatrième contrat de plan État-Région caractérisé par un véritable renouveau de l’aménagement du territoire, que la loi Voynet qui en est la manifestation cohérente décide d’identifier les agglomérations par des procédures particulières dont le principal objet est de conduire chaque région à tenir compte des entités urbaines les plus importantes. Ainsi, préparé en 1998-1999, naît un contrat d’agglomération pour la Communauté Urbaine de Bordeaux.

9A la différence des tensions spatiales du schéma d’agglomération qui procèdent de la relation conflictuelle entre la partie centrale des 27 communes et la périphérie soucieuse de liberté et, éventuellement, d’économies d’aubaine, la nouvelle démarche planificatrice se recentre sur la légitimité administrative et opérationnelle de la structure organisée de l’intercommunalité. Elle la conduit à passer de l’engluement dans la gestion à une démarche de projet, via les grands choix d’infrastructure proposés. Ce retour obligé par les procédures publiques conduit à une révélation de la capacité à tenter un discours cohérent sur la ville à travers les obligations de réalisation, dès lors que celles-ci s’inscrivent dans une démarche d’anticipation, c’est-à-dire de construction de l’avenir.

10On notera comment en cette extrême fin du xxe siècle le propos tenu marque le terme de ces évolutions engagées depuis un bon demi-siècle. La hiérarchie des opérations à programmer, autoroutes, TGV, franchissements du fleuve, s’inscrivent dans l’achèvement de la continentalisation des fonctions de l’agglomération ce qui est renforcé par la mise en évidence (enfin !) de l’importance des liens avec Toulouse ; l’organisme portuaire se trouve réduit à sa place première, asseoir des éventuelles ruptures de charges techniques, tandis que disparaissent les mirages de la façade atlantique et de toutes les « atlantitudes » superficielles. L’ancrage sur le continent est confirmé par la claire affirmation de la nécessaire polarisation de l’agglomération, choix culturel et politique en faveur de tâches spécifiques que la ville-centre doit continuer à tenir, même avec le concours partagé des principales périphéries, rupture, là aussi, avec les errements de toutes les « villes émergentes » fondées sur des usages économiques abstraitement déspatialisés. La métropolité, et c’est sans doute le point le plus faible de ce retour sur soi, est rappelée dans l’obligation du maintien industriel… dont on espère, à la lumière d’un passé relativement récent, qu’il sera la conséquence de la continentalisation de Bordeaux, particulièrement grâce aux classiques (mais à confirmer) plate-formes multimodales.

11De l’idée et du symbole des représentations quotidiennes, on revient aux structures spatiales telles qu’elles peuvent être appréhendées, ou traduites, par l’expertise publique. Une fois encore, engageant l’avenir, celle-ci peut être prise en tant qu’expression du jeu des grandes contraintes qui modèlent le développement de la ville. Ainsi une politique de la ville se fait-elle par l’articulation des objectifs et des représentations, cette gouvernance, pour se situer dans les termes à la mode, représentant la capacité collective à lier le jugement sur ce qui est et l’espérance de ce qui pourrait être dans une complexité urbaine s’accroissant.

La liberté dans la compréhension

12Une nouvelle fois, la cité se laisse percevoir dans la rencontre des possibilités du développement et de l’adaptation aux formes générales de transformation. Une fois encore, ce sont les lieux de fixation de tous ces possibles, aménagés ou pratiqués, ces espaces urbains qui sont susceptibles de matérialiser les modifications en cours de la ville qui se fait.

13Le paradoxe ultime vient de ce que cet espace objet et support d’organisation n’est pas en soi cette ville recherchée et reconnue. Pour l’observateur attentif autant que pour l’habitant ou l’usager plus éphémère, il existe bien, mais se résout en multiples usages qui font des relations aux espaces successifs des situations bien éclatées. Le lieu devient trace, mais trace constitutive de la société et ne peut être défini que par rapport à elle. Comprendre les systèmes d’organisation de cette interface socio-spatiale a ainsi été l’objet de cet ouvrage et s’est achevé sur un ultime retour sur les sens actuels de l’évolution urbaine tels qu’ils se dégagent de nouveaux usages, de nouvelles procédures.

14De ce chantier il apparaît possible de comprendre, en l’éclairant de multiples points de vue, la ville dans ses relations entre héritages, contraintes et possibles. Il apparaît possible également, mais avec moins d’assurance, d’établir ces points indispensables entre les grandes régularités qui font les structures de la ville et l’éclatement diversifié des comportements et des pratiques individuelles si tant est que l’on puisse établir qu’ils rendent compte, aussi, de l’identité urbaine. Par contre, nulle possibilité d’explication définitive au travers de ces cheminements compréhensifs : il n’y a pas de règles a priori rendant compte de la constitution de la ville, mais seulement des rencontres entre régularités structurantes et liberté historique.

15Le cas bordelais est hautement illustratif de cette complexité. Il y a eu des spécialisations passées, d’ailleurs pas toujours situées là où la mémoire collective les place, il n’y a pas de vocation bordelaise au sens d’un déterminisme socio-spatial. Les qualités administratives de la métropole sont indéniables et, qui plus est, tiennent une place croissante dans les activités urbaines, mais expriment la participation de la ville au renforcement continu d’interventions publiques articulées et hiérarchisées. Découplées de toute espèce de nécessité matérielle physique, proximité de matières premières ou de qualités précises du lieu, les activités productives vivent, croissent ou périclitent au rythme des marchés, des consommations et des initiatives, à l’exception notable des négoces du vin mais qui marque plus les campagnes proches que la ville elle-même, sauf en effet de notoriété. Autrement dit, la ville tend à devenir système local organisé par lui-même en effet de masse et de complexité, parce qu’il s’inscrit dans la vie organique, c’est-à-dire territoriale, du pays et, de plus en plus, de l’Union européenne.

16Et cependant, c’est ce qui a justifié cette entreprise, ces fonctionnalités désespérantes au regard de toute velléité d’action concrète sur le destin urbain ne prennent dimension humaine que dans une culture des lieux qui est à la fois espace et temps. L’espace est celui qui est pratiqué, c’est celui qui est dénommé, qui est topographié aussi imparfaitement soit-il dans les images et les représentations. Le temps est celui qui s’exprime dans les édifices, dans le bâti spectaculaire autant que dans ses aspects les plus modestes, c’est celui qui permet la répétition commentée des images de la ville, c’est finalement celui qui permet de la définir et d’en parler. C’est finalement cette historicité qui donne le moyen de parler et de décrire quitte à admettre que ce discours culturel ne vaut que comme narration urbaine et reste à l’extérieur de l’enchevêtrement des micro-décisions qui en font la réalité humaine. La tâche du chercheur se définit en assumant ces limites ce qui lui permet de définir « sa ville » construite et racontée en tant que champ construit de la liberté humaine dans son environnement, et celui d’une cité telle que Bordeaux est particulièrement prégnant, mais surtout dans ses possibles, ses libertés. Être bordelais c’est participer, volontairement ou non, d’un caractère collectif des lieux, c’est en être orienté et défini spatialement, en le sachant et même en le récusant. Ainsi s’établit la légitimité d’une démarche tentant l’inconciliable entre l’établissement de structures collectives intelligibles et le champ des adhésions particulières de destinées qui s’inscrivent dans la cité tout en y échappant de toute manière.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search