Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, ville paradoxale

 | 
Jean Dumas

Deuxième Partie. Paradoxe géographique : l'espace se joue du temps

Paradoxe identitaire : l'inachèvement d'un sentiment de soi

Texte intégral

« Délibérément idéaliste, ce regard puise sa richesse dans l’intégration du mélange permanent du réel et de l’imaginaire. Il serait erroné de croire qu’avec la société contemporaine, l’homme devenu mobile, perd ses racines en vivant dans des environnements de plus en plus homogènes. Nous avons plutôt omis de valoriser la symbolique des lieux de nos vies contemporaines et leur épaisseur poétiques ».
Antoine Bailly, « La ville espace vécu » in Penser la Ville, Anthropos, 1996.

1Temps toujours inachevé, espace en perpétuelle évolution s’assemblent et s’entrelacent, tellement imbriqués dans la vie qu’ils déterminent le discours sur la ville.

2Dépassant le processus analytique qui conduit à évoquer d’abord la ville à travers le temps et puis à travers l’espace, on peut tenter une approche montrant que, certes, l’espace occupé c’est bien la ville mais que cette ville c’est aussi le produit d’un emboîtement de valeurs liées aux diverses époques de sa constitution.

3Au-delà des images, des accumulations descriptives et des jugements en forme de lieux communs comment dégager l’identité profonde de Bordeaux ? Marquée du très grand éclatement de son agglomération et de ruptures contemporaines trop profondes, Bordeaux constitue, en effet, un bel exemple de la complexité hésitante des cités ayant trop vécu pour se définir clairement dans leur état actuel.

4Là se trouvent les derniers paradoxes. Trop de références, trop de symboliques marquées, trop de propos assurés produisent l’hésitation et la confusion. Les jeux subtils des correspondances entre les temps écoulés et l’espace physique de la ville conduisent aux inquiétudes embarrassées sur l’avenir, c’est-à-dire sur la consistance de l’être bordelais : entre des habitants des banlieues se situant comme bordelais vis-à-vis de l’extérieur sans avoir aucune pratique concrète de la ville et des élites urbaines produisant des affirmations sur le maintien de vocations sans la moindre reconnaissance des cadres nouveaux du développement spatial, que peut-il se passer sinon l’empilement des références et l’explosion des comportements spatiaux ou économiques.

5L’abondance sémantique conduirait ainsi à l’appauvrissement des réalités construites sur l’identité bordelaise. La surabondance des références et des marques spatiales enchevêtrées produit le trouble de la conscience urbaine : à force de multiplier les citations, la grande ville devient confusément imprécise et perd toute identité précise. Définie schématiquement à partir de quelques évidences, la métropole atlantique de l’Aquitaine, la cité du vin et de l’administration régionale, au fur et à mesure que l’on s’efforce d’en affiner les caractères dégagés ceux-ci deviennent plus incertains, parfois plus contradictoires, qu’il s’agisse de la substance urbaine proprement dite, ou de la position vis-à-vis du reste du monde.

6Sur le plan du bâti (chap. 8), la production urbaine du xxe siècle apparaît comme un énorme chantier velléitaire qui, depuis les années trente, mélange sans réelle continuité des opérations participant au développement de l’agglomération sans toutefois la maîtriser. Les réalisations récentes de la ville, largement découplées des relations anciennes avec le fleuve correspondent à des équipements et des opérations qui participent d’une accumulation multipliant les assemblages sans grande lisibilité. Au gré des moments et des politiques, Bordeaux s’inscrit dans des mouvements généraux, le modernisme fonctionnaliste, la reconstruction, l’expansion économique, paraît s’y prêter, tout en restant en retrait, parfois même en franche opposition, que l’on songe, par exemple, à l’échec de la « dalle » du quartier Mériadeck. La cité s’étend, se modifie sans réelle conscience de devenir une agglomération sans unité socio-spatiale.

7Mais là ne s’arrête pas la confusion sur le sentiment d’être et de se faire. Elle s’accroît encore dans la relation au vaste monde (chap. 9) produisant ces visions incertaines soulignées par ceux qui observent Bordeaux de l’extérieur. Aux assurances, d’ailleurs bien ambiguës, tirées des événements passés succèdent des relations, nécessairement spatialisées, infiniment plus imprécises. L’Europe en constitue un révélateur car dès que l’on sort la métropole aquitaine de ses assurances hexagonales le doute survient et s’accroît avec les occasions de comparaison. Cité atlantique certes, porte de l’outremer, mais ouvrant sur quoi et pour qui ? Que veut dire le concept de métropole appliqué à des relations et à des fonctions qui s’avèrent décidément bien fuyantes. Ainsi, l’assurance de soi se dilue-t-elle en incertitudes et l’assurance du lieu construit par la conjonction de l’histoire et de la géographie cède-t-elle la place à une valse hésitation face aux nouvelles références, aux représentations mais aussi aux stratégies possibles du développement.

8La Ville hésite à se placer, faute de maîtriser les géométries nouvelles du développement, elle hésite à se faire, tant sont multiples les propositions possibles de façonnement. Son identité paradoxale résulte de trop nombreux assemblages qui créent un kaléidoscope de possibilités enchevêtrées.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540