Version classiqueVersion mobile

Bordeaux, ville paradoxale

 | 
Jean Dumas

Deuxième Partie. Paradoxe géographique : l'espace se joue du temps

Chapitre 5. L'émancipation périphérique

Texte intégral

« La Ville Latine est une, elle intègre harmonieusement ses fonctions mais aussi son histoire. Tel est l'archétype, nourri de réminiscences historiques et géographiques approximatives ; il n'est en effet pas sûr qu'ait, un jour, quelque part, existé cette ville idéale composée à base de souvenirs, tantôt médiévaux et tantôt italiens ».
Demain, l'espace, Rapport Mayoux, 1979.

1Il faut repartir de cette expansion urbaine qui est le trait marquant de ces trente dernières années et qui, nous venons de le voir, est si puissante que son rythme déséquilibre toutes les institutions d'organisation territoriale. À s'en tenir aux cadres formels de l'analyse spatiale, les densités en particulier, l'agglomération semble bien s'étaler à partir de son noyau central qui lui donne dynamisme et principe d'organisation.

2Les informations globalisées concourent à renforcer la référence à un modèle gravitaire d'expansion qui assimile l'expansion spatiale à un écoulement continu, à un véritable déversement d'hommes et de ressources vers la périphérie. Ainsi, revenant sur les structures d'aménagement constatera-t-on qu'en une vingtaine d'années l'accroissement de la population de la c.u.b. a pris un « retard » de 8 à 15 % sur les hypothèses de croissance, basse et haute, mais que le reste du s.d.a.u., donc l'auréole extérieure est « en avance » de 19 à 29 % sur ce qui avait été estimé. Cette poussée se trouve confirmée par l'évolution du nombre de logements vacants dans le parc immobilier durant ces mêmes années : il passe de 5 % à 12 % pour Bordeaux, de 3,6 % à 6 % pour le reste de la c.u.b., enfin de 6 % à 4,7 % pour la couronne extérieure du s.d.a.u. ce qui tend à confirmer la poussée périphérique des hommes.

  • 1 Demain, l'espace, l'habitat individuel péri-urbain, Rapport de la mission d'étude présidée par Jacq (...)

3Confirmation de l'apparence spatiale au-delà de laquelle s'impose un examen plus attentif des structures du fonctionnement urbain ; la question classique de l'usage réel de la ville et des rapports effectifs à une centralité imposée par le déroulement de l'occupation du sol se précise alors. Et si l'agglomération bordelaise vivait cette crise de la Ville Latine qu'en termes provocateurs exprimait dès 1979 un rapport officiel sur le développement de l'habitat péri-urbain ?1 L'appréciation de la qualité du phénomène peut diverger, on peut s'en féliciter ou au contraire le déplorer, il est bon de le connaître et de le comprendre.

4Malgré une organisation technique de mieux en mieux coordonnée et hiérarchisée, l'agglomération est parcourue de mouvements centrifuges dont la base est économique autant que sociale. Complexes, ils ne conduisent pas tous aux mêmes résultats, si bien que les formes de ce qu'il convient d'appeler l'émancipation périphérique ne sont ni cohérentes, ni coordonnées dans l'espace et dans le temps.

Être une banlieue bordelaise ?

5Observons tout d'abord qu'il en est de ce terme comme de la « province » : sa valeur dépend beaucoup de la position du locuteur. Il est généralement suspecté socialement même s'il se réfère à une réalité descriptive bien connue des géographes et professionnels de l'aménagement. Il est vrai, aussi, que depuis quelques années, la concentration des questions d'exclusion en un nombre limité de lieux à conduit la presse à parler de « problème des banlieues » par une synecdoque, redoutable procédé rhétorique qui consiste à prendre la partie pour le tout… et à rejeter la banlieue dans l'univers des problèmes sociaux et spatiaux difficiles à maîtriser. Et pourtant, la chose existe bien ; les descriptions actuelles préfèrent parler de périphéries bordelaises, proches ou lointaines, réalités géométriques et cartographiques qui laissent ensuite un large champ à une appréciation qui dépend autant des critères initialement retenus que de la réalité des choses.

  • 2 Projet d'agglomération, Analyse des périmètres en vigueur en 1991, uarba, document de travail, jui (...)

6L'affaire de la détermination de la périphérie est d'importance car la démarche peut être inversée. Dans la combinaison des critères, il ne s'agit plus d'ouvrir le champ des réflexions mais de décider ce qui est partie de l'agglomération et ce qui ne l'est pas, ou qui ne l'est guère, car l'extrême étalement est source de contradiction. Les travaux préliminaires aux débats sur l'établissement du « projet d'agglomération » sont très illustratifs de ces difficultés à être une périphérie de grande ville, sinon une banlieue2.

7La multiplicité des critères utilisables dans la détermination des périmètres possibles d'agglomération conduit à des emboîtements qui cernent et complètent les deux zones d'aménagement de référence, la c.u.b. de 27 communes ceinturée du s.d.a.u. en englobant 96. Ainsi la zone d'emploi définie par l'i.n.s.e.e. sur la base des migrations alternantes et des solidarités économiques, mais ancienne puisque construite en 1975, comprend 70 communes inscrites dans le s.d.a.u. ce qui tend à nuancer la pertinence du périmètre d'aménagement en terme de localisation d'activités, ou à le considérer comme trop lâche. Par contre les deux bassins d'habitat, définis plus récemment par les services de l'Équipement sur la base des migrations alternantes pour l'un (1985) et sur les dynamiques foncières des mises en chantier de logements (1981) pour l'autre, sont beaucoup plus englobant. Le premier est fort de 102 communes, le second de 135, c.u.b.. et bassin d'emploi s'y inscrivent, seules 2 communes du s.d.a.u. y échappent. Ils confirment l'épanouissement socio-spatial de la métropole aquitaine, reprenant largement les indications données par les travaux théoriques évoqués dans le chapitre précédent. Ils s'arrêtent avant le Bassin d'Arcachon, constitué a priori en domaine autonome par les modèles mathématiques utilisés, et également, par des mécanismes fonciers assez largement spécifiques.

8Plus étonnante est l'agglomération i.n.s.e.e., délimitée à partir des résultats du recensement de 1990 à partir des critères traditionnels de taille des communes (2 000 habitants au moins) et de continuité de l'habitat. Ses 44 communes ne parviennent ni à s'inscrire complètement dans le s.d.a.u. ni même à couvrir la c.u.b. dont 25 communes seulement sont concernées, ce qui tend à souligner l'importance des déchirures dans le système spatial bordelais. Alors, qu'est-ce qui prévaut dans les systèmes d'appartenance ? La proximité induite de la densité des constructions, les rythmes imposés par les lieux d'activité ou encore les tensions foncières ? À l'évidence, les choses ne concordent guère et les périphéries sont animées de mouvements contradictoires qui les font tantôt dépendantes (quand, par exemple, des lignes de transports routiers les lient aux banlieues plus proches et au centre), tantôt relativement autonomisées en sous-bassins d'emplois, celle de l'ouest particulièrement, avec l'aéronautique.

  • 3 Sud-Ouest du 21 juillet 1992, « Les Maires et le Grand Bordeaux », enquête de Benoît Lasserre.

9Les réflexions des élus communautaires eux-mêmes éclairent bien ces ambiguïtés. Interrogés à l'occasion de la préparation du Projet d'Agglomération ou, complémentairement, par la presse locale3, les maires manifestent un attachement à la Communauté Urbaine qui ne va pas sans quelque fatalisme. Si elle existe et fonctionne, c'est qu'elle structure des services nécessaires et jugés comme très lourds ; mais il n'y a guère de référence proprement spatiale en la matière. Bien au contraire, la relation de centralité avec Bordeaux est éludée car, d'une telle banalité vécue, qu'elle ne vaut plus la peine d'être soulignée… sauf par les élus bordelais eux-mêmes qui reviennent aisément sur les responsabilités et les charges de la ville-centre. Par contre, les périphéries concrètes s'enrichissent régulièrement de coopérations de proximité se traduisant par un certain nombre d'accords plus ou moins formels. Tout se passe comme si la liberté d'être de chaque commune résidait dans ses capacités à sortir du corset communautaire dans tous les domaines propices (c'est-à-dire non transférés obligatoirement) et à organiser des segments d'agglomération d'autant plus crédibles qu'ils débordent de l'étroite limite des 27 communes.

10Dans les faits, l'agglomération, complexe et diverse, s'impose comme facteur d'essor des solidarités communales de proximité. Par contre, les réalités liées à la centralité organisée semblent échapper aux politiques explicites comme elles échappent aussi à une bonne partie des populations résidentes : l'espace vécu quotidiennement reflète les discordances dans les critères recherchés pour définir l'agglomération.

Pratiques spatiales, pratiques sociales

  • 4 Michel Favory, La territorialité sociale dans l'espace urbain de l'agglomération bordelaise, Thèse (...)
  • 5 Demain l'espace, Rapport de la Commission présidée par P. Mayoux, La Documentation Française, 1979

11De quel point de vue peut-on, aujourd'hui, considérer que l'agglomération génère des habitants, « banlieusards » attachés à la fois à leur clocher et conscients d'une appartenance plus vaste fondée sur la reconnaissance de la grande ville ? Édifiée à la lumière des enseignements les plus récents des sciences sociales, la réponse fait bien apparaître la diversité des situations d'appartenance. Dans un travail extrêmement original, Michel Favory4 nous aide ainsi à mieux percevoir cet homme des périphéries urbaines que, plus tâtonnants, les rédacteurs du Rapport Mayoux5 esquissaient déjà. Combinant les habitants, les modes de vie, les ressources économiques et culturelles, trois grands types socio-spatiaux peuvent être dégagés :

  • le banlieusard de la ville. Habitant les communes limitrophes de Bordeaux, dans leurs quartiers les plus anciens et, généralement, les mieux bâtis, il est très attaché au centre-ville qu'il utilise régulièrement, sans pour autant négliger son « bourg » pour la satisfaction des besoins banals du quotidien. Très lié à la ville, il en comprend et utilise la diversité des usages par ses relations, son capital culturel et social, son ancienneté de vie dans une ville (à Bordeaux ou ailleurs). Pour ce type d'habitant de communes de banlieue, il y a continuité de l'espace urbanisé ; les distances-temps ne sont pas telles qu'elles conduisent à récuser cette pratique régulière qui consiste à « aller en ville » pour regarder, acheter, se promener, se restaurer dans une reconnaissance des lieux qui se fonde sur de longues pratiques et des hiérarchies aussi subtiles que personnalisées des magasins et des cheminements permettant de les atteindre : l'entrée dans le cœur bordelais n'est pas le même pour le Talençais qui l'aborde par la Place de la Victoire ou pour l'habitant du Bouscat qui y entre par la Place Gambetta. Mais les usages sont finalement identiques, et la diversité et la qualité des ressources urbaines est particulièrement appréciée par ce type de population.
  • le banlieusard en mal de ville. C'est un urbain, souvent plus jeune que le précédent, qui vit un décalage marqué entre des aspirations globales à la ville et des pratiques concrètes qui en sont éloignées, la pratique du centre bordelais devenant franchement exceptionnelle (à l'occasion d'un spectacle par exemple ou d'une soirée au restaurant avec des amis). Soit qu'il réside en deuxième couronne (ou aux extrémités de communes très allongées comme Pessac ou Mérignac), soit qu'il n'ait d'enracinement urbain que plus récent, soit que sa situation économique plus modeste le rende plus systématiquement dépendant de la grande distribution, cet habitant ne vit qu'occasionnellement la diversité d'une centralité urbaine qu'il reconnaît sans réellement la pratiquer. Individu de classes moyennes ou populaires, il ne remet pas en cause le modèle de la « ville latine » du Rapport Mayoux, mais parvient mal à la vivre concrètement par des relations sociales et culturelles plus étroites et discontinues que pour le type précédent. Il constitue, avec ses congénères, la base principale des revendications identitaires des communes de banlieue qui s'efforcent de s'affirmer en tant que « petite ville » autonome au sein de la trop grande agglomération.
  • le banlieusard perdu pour la ville. C'est, sur le mode parisien, l'habitant de la « grande banlieue », ou plus exactement du « périurbain » lié à la dilatation spatiale de l'habitat individuel. Malgré ses dépendances économiques, il doit souvent travailler dans la partie centrale de l'agglomération : sa relation à l'espace est essentiellement fondée sur sa maison et ses périphéries immédiates. Usager hebdomadaire et organisé des grands centres commerciaux de la périphérie, ses parcours de loisirs sont déterminés par les grands axes qui structurent les dégagements de la ville et en fixent l'éloignement plus que l'accès. La ville-centre constitue un univers lointain et, sûrement pas, un modèle de vie. Au contraire, ses références sont de type « villageois » par la valorisation de la proximité défendue et organisée ; l'esprit de quartier résidentiel donne une autre échelle à une insertion qui juxtapose des espaces de travail, de consommation, de loisir sans cohérence spatiale autre que l'usage systématique de la voiture qui supplée à l'extrême relâchement du réseau des transports en commun en ses extrémités.

Figure 9 - Banlieue ou banlieues

  • 6 Il y aurait beaucoup à chercher sur cette quête effrénée des avantages revendiqués de la continuit (...)

12Aux franges de l'espace urbanisé, le « rurbain » éloigné et isolé dans la faiblesse des densités constitue un sous-type exaspéré de la perte de sens de la ville. Sur le vaste plateau de l'Entre-deux-Mers, comme le long de la vallée de la Garonne ou tout autour du Bassin d'Arcachon, les Bordelais statistiques continuent à s'établir : ils s'installent à proximité de villages moribonds qui ont perdu leurs fonctions économiques et leur vie est rythmée par les contraintes de déplacements liées à l'usage, plus ou moins indispensable, d'équipements propres à un modèle urbain dont ils ne refusent pas les avantages mais qu'ils récusent par ailleurs, le vrai cadre de vie étant pour eux un ailleurs créateur de cette discontinuité spatiale de la ville contemporaine6.

13Il y a donc des manières d'être un habitant des banlieues d'une très grande ville. Un zonage précis apparaît impossible, bien que l'éloignement géographique du centre joue fortement, mais autant comme résultat que comme cause. Les choix résidentiels sont effet commandé par la richesse domestique, mais l'adhésion symbolique et pratique à l'usage des aménités urbaines est un facteur tout aussi important qui fait qu'à revenu de même type, on peut choisir la rénovation d'une échoppe bordelaise ou la construction sur quelques centaines de mètres carrés à 20 ou 30 km du centre. D'une certaine manière, on assiste bien à une émancipation périphérique d'une partie de la société contenue dans les critères d'agglomération savamment manipulés par les aménageurs. Et ce mouvement n'est pas unique car si les fonctions résidentielles induisent la diversification et la juxtaposition du style de vie, il en va de même des modes récents de distribution des activités économiques.

Technopôle et campus

14Malgré les succès incontestables de l'aéronautique, du spatial et de l'électronique, l'agglomération bordelaise souffre d'une image industrielle très floue, particulièrement dans la comparaison avec la métropole toulousaine proche. Aussi, à partir de 1982, l'irruption du concept de « technopôle » dans le volontarisme aménageur français paraît-il constituer le moyen de valoriser les spécialités déjà acquises en les renforçant d'une meilleure attache aux spécificités universitaires progressivement développées au sein des universités de Bordeaux I, pour les sciences de la matière, et de Bordeaux II, pour les sciences de la vie. Mais ce qui apparaissait, au départ, comme un désir d'insertion dans le mouvement d'émulation urbaine initié sur le modèle aménagé de Sophia-Antipolis et de Grenoble-Meylan se transforme rapidement en révélateur des tensions spatiales qui marquent une très vaste agglomération.

15En 1984 donc, le maire de Bordeaux est logiquement à l'origine de l'association « Bordeaux-Technopolis » où se retrouvent, aux côtés de la ville-centre, la Communauté urbaine, la Chambre de Commerce et d'Industrie, des industriels et des « experts » parisiens proches des initiateurs de Sophia-Antipolis. Toutes les conditions paraissent réunies pour établir un site prestigieux de mise en liaison de la recherche avec l'industrie, probablement fondé sur l'exploration des possibilités ouvertes par l'exploitation de nouveaux matériaux issus des besoins des activités aérospatiales.

16Cependant, l'incapacité à trouver une localisation acceptable au sein de la c.u.b. tant les exigences foncières des promoteurs scientifiques sont grandes et si fort est le souci de ne point avantager trop nettement une des communes disposant de la place nécessaire que la décision de principe se porte sur 1 200 hectares situés au sud de l'agglomération, sur les communes viticoles et modestement résidentielles de La Brède, Léognan, Martillac et Saucats. Dès lors le débat se déplace, et le département, présidé après les élections cantonales de 1985 par le Premier Adjoint de Bordeaux devient le véritable porteur d'un programme potentiel de développement : malgré une cohérence politique remarquable allant de la ville-centre jusqu'à la région (J. Chaban-Delmas et J. Valade intègrent la responsabilité de tous les exécutifs), le glissement spatial est notable puisqu'il traduit l'incapacité du système communautaire à produire un site à forte valeur symbolique susceptible de convenir aux 27 communes.

  • 7 Sur le débat juridico-politique voir Stéphane Chandes, Le site Montesquieu, le Technopôle comme «  (...)

17L'immense superficie retenue, car les ambitions des associés institutionnels et de leurs conseillers parisiens sont grandes, s'inscrit dans un espace sensible économiquement et socialement puisqu'il porte sur les franges pionnières de l'agglomération, là où elles sont le plus contraintes par l'existence du vignoble des Graves, bien assis par ses succès économiques. Dépassant les personnalités en cause, le conflit qui éclate avec les défenseurs du vignoble marque, fondamentalement, le manque de légitimité d'une opération trop coupée de ses véritables bases urbaines et sans le support d'intentions industrielles définies ; la cité peut certes éclater mais ses marges lointaines ne se constituent que discrètement et sans l'épreuve de force représentées par une énorme zone d'aménagement7.

18Avec le retour des socialistes à la tête du Département en 1988, et l'érosion de la majorité chabaniste à la c.u.b. en 1989, les conditions sont réunies pour faire apparaître le manque de crédibilité d'une opération enferrée dans des blocages administratifs inextricables. En se prononçant pour le concept, nouveau à l'époque mais repris par plusieurs métropoles depuis, de technopôle éclatée, puis de technopôle multipolaire, Philippe Madrelle, Président du Conseil Général, impose le département dans le rôle d'animateur éclairé en ce domaine. Ainsi, la création de la Société d'Économie mixte, Bordeaux-Technopolis, résulte d'un arbitrage spatial différé : par cet outil, se trouve instituée une répartition de sites tenant compte de mouvements d'émancipation périphérique suffisamment puissants pour neutraliser toute décision cohérente. Les six « pôles technopolitains » retenus figurent en tant qu'arbitrage original du niveau départemental sur « sa » métropole, et comme regard (prudent) porté sur un aménagement urbain suffisamment spécifique pour ne pas troubler les initiatives rurales fortement ancrées sur le reste du territoire girondin.

19L'ensemble des lieux finalement retenus constitue un éventail des marques industrielles de l'agglomération en même temps que des ambiguïtés de volontarismes aménageurs qui prétendent fixer la spécialisation productive dans une urbanisation fonctionnelle. Aux commencements était donc Bordeaux-Montesquieu, situé au sud mais en dehors de la Communauté urbaine, dernier avatar rétréci à une z.a.c. de 165 ha, dont 25 effectivement aménagés, de l'ensemble prestigieux qui déclencha toute la mécanique de l'intervention gouvernementale. Consacré aux sciences et techniques du vivant, son cœur est une pépinière d'entreprises, site encore bien ténu, isolé au cœur des lisières forestières sans grande occupation autre que l'exploitation, assez lâche, du bois.

  • 8 110 emplois y ont été localisés en deux ans, depuis son inauguration en novembre 1990, quelques di (...)
  • 9 Sur ce thème, une bonne discussion sous un titre qui ne convient guère, Georges Benko et Alain Lip (...)

20Face au manque de réalité économique du premier site8, mais profitant de l'effet d'appel et d'émulation, deux ensembles s'affirment, dans l'agglomération et témoignent de potentialités économiques de développement incontestables. L'un et l'autre se fondent, implicitement ou non chez leurs animateurs, sur un retour au concept de « district industriel », valorisant donc les caractères d'homogénéité, puisque développés au sein d'un corps aggloméré beaucoup plus vaste9. L'un est l'autre ont une origine politique, initiative de maires de communes puissantes de la périphérie, et trouvant donc un écho immédiat parmi des responsables socio-économiques soucieux d'une reconnaissance identitaire que les généralisations communautaires ne leur fournissent plus. Alors que Bordeaux-Technowest s'appuie sur le complexe aéronautique et spatial, Bordeaux-Unitec se propose d'organiser les transferts de technologie à partir du domaine universitaire, et dans les deux cas, se fondent sur une inter-communalité de proximité.

  • 10 Ce sont les trois fondatrices, Mérignac, Le Haillan et Saint-Médard-en-Jalles, auxquelles s'ajoute (...)

21À l'origine du premier, provoquant et justifiant l'initiative départementale en faveur de sites multiples, il y a la décision des communes de Mérignac, Le Haillan et Saint-Médard-en-Jalles de provoquer les sept grands donneurs d'ordre localisés sur leurs territoires communaux depuis une trentaine d'années. En octobre 1989, une rencontre très médiatisée et la venue du Ministre de la Défense J.-P. Chevènement attirent l'attention sur l'existence d'un pôle spécifique du développement de l'agglomération bordelaise en soulignant ses besoins d'aménagement. Ainsi, et face aux réflexions plus globales, s'esquisse une intercommunalité d'intention plus que d'action. Assemblant sept communes10, dont deux extérieures à la c.u.b., elle engage des travaux sur la gestion coordonnée de l'espace dans ses relations avec des activités très disséminées ; la venue de l'Institut de Maintenance aéronautique, département d'i.u.t. susceptible d'extensions, donne une référence universitaire aux ambitions du site. Mais, et c'est le thème de la spécialisation industrielle dans sa fragilité qu'il illustre bien malgré lui, parti sur les bases du développement et de la diversification à promouvoir c'est, trois années à peine après, sur celui de la conversion que Bordeaux-Technowest s'illustre. Par les plans sociaux de contraction des grands établissements, la désignation d'un délégué à la conversion, le site change de nature, sans toutefois ne rien abandonner de sa capacité à voir reconnaître des potentialités spatiales particulières à l'ouest de la métropole aquitaine.

  • 11 Les autres parties du domaine universitaire, avec leurs vastes périphéries, semblent plutôt, dans (...)

22Pour le second, Bordeaux Unitec, les choses vont à peu près de pair à quelques mois d'intervalle. Il y a d'une part, la volonté de développer et d'aménager de Pessac qui s'associe à Gradignan et Talence afin de cerner le site universitaire et de prendre en compte au mieux, les populations journalières d'un flux de 40 000 personnes. D'autre part, il y a les Universités bordelaises elles-mêmes, engagées dans une lourde, mais puissante opération de programmation des équipements débouchant sur la nécessité d'établir un véritable schéma d'aménagement du campus, et donc, retrouvant par là, le problème des circulations. La rencontre, sélective d'ailleurs puisque ne retenant que quelques aspects du développement des seules sciences de la matière11, se fait le long d'un « Boulevard technologique » fixant un « centre de ressources » et « un incubateur » capables de susciter les transferts depuis les principaux laboratoires vers la création d'entreprises. Ici, l'existence du « Campus » créé la différenciation et, au même titre que l'aéronautique, suscite le rapprochement communal et la réalisation d'un sous-ensemble finalisé par le développement des activités.

23Partant de ces trois sites, différents dans l'économie mais pourtant proches dans l'organisation territoriale, la politique départementale affirme ses rapports avec l'agglomération dans le dégagement de trois autres ensembles, en s'appuyant sur les mêmes modes de constitution, au moins dans leur principe. Ainsi, se trouvent définis et cartographiés, en équilibrant la nébuleuse agglomérée, Bordeaux-Haut de Garonne qui résout symboliquement l'équilibre de part et d'autre du fleuve et Bordeaux-Productic appuyé sur les activités localisées à Pessac, Gradignan, Cestas et Canéjan. Dans les deux cas, il y a débordement des limites communautaires et, mais ce n'est pas accessoire, appui sur deux bastions politiques de la majorité de l'assemblée départementale. Et comme ces tendances centrifuges ne s'expriment que dans une dialectique de l'affirmation à partir d'une dépendance éponyme commune, la reconnaissance du sixième site, Bordeaux-Centre donne un sens final aux développements potentiels de l'agglomération. En cela, le département se fait le dépositaire de la différenciation spatiale non hiérarchisée et, instituant l'écartèlement, il pallie l'absence d'une autorité proprement urbaine tout en consacrant des spécialisations territoriales souvent anciennes par des associations inter-communales spécifiques.

24La démarche de régulation spatiale est suffisamment globale pour dissoudre le concept initial qui fondait Bordeaux-Technopolis en ses débuts. Le transfert technologique ancré sur la recherche fondamentale cède la place au souci d'enrichissement de bassins d'emplois segmentés, fondés sur le regroupement des entreprises et leur articulation le long des infrastructures majeures, aménagement des Cinq-Chemins aux confins de Mérignac et du Haillan, Boulevard technologique « entre » Pessac, Talence et le Campus, rocade rive droite et autoroute A10 ou encore rocade et A63 pour Bordeaux Productic. Délaissée dans cette procédure organisatrice, la partie nord de l'agglomération s'organise sous l'égide de la Chambre de Commerce et d'Industrie et associe Bordeaux, Bruges, Blanquefort et Parempuyre dans Bordeaux-Atlantique, ce qui correspond à des activités liées à la reupture de charge océan-continent et complète l'auréole des périphéries organisables. Tout se passe comme si, à défaut d'une organisation étendue à un trop vaste espace aux cohérences spatiales trop abstraites, tendaient à se substituer des solidarités plus étroites fondées sur des logiques sectorielles plus concrètes, la production de savoir et l'Université ne constituant plus que l'une d'entre elles et dissolvant l'initiative « technopolisante » au lieu de la mettre en exergue en un choix bien identifié.

Mérignac, commune majeure de banlieue

  • 12 À la fin des années cinquante, le pouvoir de régler l'agglomération est réparti entre le député-ma (...)

25Première commune de banlieue, Mérignac symbolise toutes ces forces centrifuges parcourant une agglomération au développement de plus en plus éclaté. De 1968 à 1990, la population y passe de 45 604 à 57 273 personnes recensées et son poids croît de 8,43 % à 9,17 % au sein de la Communauté Urbaine. Chiffres significatifs mais non-décisifs, si ce n'est qu'ils recouvrent une croissance soutenue et jamais démentie. Plus caractéristique, sans aucun doute, est de considérer le rôle politique de cette banlieue dont le maire détient la présidence du Conseil de Communauté de 1977 à 1983, fonction qu'il exerce dans le cadre d'un contrat communautaire de répartition des responsabilités passé avec la ville-centre. De nouveau, à partir de 1989, le jeu politique conduit au retour du même contrat, le maire de Mérignac occupant la position de premier vice-président. Ainsi donc, héritage politique de relations antérieures à la c.u.b.12 et puissance économique se conjuguent pour faire de Mérignac l'expression symboliquement enviée de toutes les possibilités d'émancipation au regard de Bordeaux et selon des mécanismes qu'il convient de détailler afin d'en apprécier la reproductibilité à d'autres communes.

  • 13 Source assedic.

26L'évolution des activités de 1985 à 1990, moment où les avantages économiques de Mérignac s'affirment comme décisifs, traduit bien le renforcement d'un bassin d'emploi déjà bien constitué à partir de l'aéronautique. Ainsi durant ces années l'industrie s'accroît-elle à Mérignac ce qui fait que, avec 9 570 emplois13 on y trouve 16 % de l'ensemble communautaire, ou encore, 58 % de celui de Bordeaux. L'essor du tertiaire y est plus important encore, 72 % en cinq ans (contre 16 % pour l'industrie) et, avec 12 142 salariés, la commune groupe 9,2 % de l'emploi communautaire, et 15 % de l'emploi bordelais. Deux traits ainsi s'esquissent : Mérignac est le premier bassin communal industriel, le seul, avec les communes immédiatement voisines, qui n'ait pas été, jusqu'à la crise aéronautique de 1992, marqué par la contraction car, dans le même temps, le secteur tertiaire y connaissait un essor très considérable, particulièrement dans les services rendus aux entreprises (l'emploi y est multiplié par 2,5), ce qui est bien un indice d'émancipation au regard des fonctions classiques exercées par la ville centre.

27En effet, et en opposition à la fixité des espaces centraux et péricentraux bordelais, Mérignac s'avère être d'une très grande malléabilité, la diversification des activités y est peu contrainte. Avec une superficie de 4 817 hectares, la commune est légèrement plus vaste que Bordeaux, mais quatre fois moins peuplée. D'abord lié à l'aéroport et aux activités aéronautiques, son dynamisme actuel s'inscrit dans le phénomène de rocade autoroutière qui fixe les grandes distributions périphériques modernes et en fait la zone majeure d'articulation des relations de cette fin du xxe siècle, le transport aérien et la route conjuguant l'accessibilité à la métropole.

28Ainsi, et pour les décideurs aquitains, avant Bordeaux qui associe symbolique historique et puissance administrative, Mérignac par son aéroport est bien la « porte de l'Aquitaine » ouverte sur le monde et, plus banalement, sur les multiples rendez-vous parisiens imposés par la centralisation française. Chaque jour, les vastes parkings s'emplissent et se vident, alimentés par la bretelle autoroutière, au rythme des envols pour la capitale et pour les métropoles européennes. Mérignac y conquiert une présence que de multiples activités valorisent par cette position de rupture de charge ; ainsi, disponibilités en terrains aidant, les zones d'activité tertiaire se sont multipliées suscitant un ensemble hôtelier vivant des incessants regroupements de ces « technicocommerciaux » qui assurent la vente et le suivi de produits venus du monde industriel. Un tel site est donc actuellement unique et, seul, l'« effet tgv » autour de la gare Saint-Jean réorganisée, est susceptible dans les années à venir de rabattre certains flux sur le sud de l'agglomération… à la condition qui soit résolue l'articulation autoroutière.

29Mais, l'effet autoroutier n'en est pas resté à l'accrochage aéroportuaire. Aux proximités d'une des relations majeures avec le Bassin d'Arcachon, il a suscité l'essor d'un des plus grands ensembles commerciaux de France. Sans crainte d'une excessive modestie, « Mérignac-Soleil » affirme sa présence à travers une très grande surface, une galerie marchande et des commerces franchisés dans l'équipement de la maison et les loisirs. Concurrent avantagé par la situation et l'ancienneté d'équipements semblables situés au nord de Bordeaux, à Villenave d'Ornon et à Cenon respectivement au sud et à l'est de l'agglomération, il participe à la même procédure de dilatation de l'agglomération que les principaux sites de la « technopôle éclatée ».

Figure 10 - Mérignac, une centralité périphérique

30Ainsi, la vie mérignacaise, organisée en une dizaine de quartiers bien identifiés, se structure-t-elle en fonction d'un dédoublement des fréquentations principales : d'une part, la zone commerciale, qui, bien qu'en périphérie de l'urbanisation, assure un substitut aux services offerts traditionnellement par le centre de Bordeaux en matière de chalandise et de rêve consommateur ; d'autre part, le « civic center » constitué autour de la mairie et de ses multiples extensions, avec ses vastes équipements sportifs et sa salle de spectacle qui promeut Mérignac au rang de cité organisée et cohérente. Un demi-siècle de socialisme municipal efficace et bien assis sur de solides ressources fiscales a donné sens aux multiples biens collectifs initiés dans un souci de contrôle et de développement locaux. Successivement, l'action sociale, l'encadrement sportif, l'urbanisme et l'action économique, puis la vie culturelle ont assis une étroite vie de relation qui fait que chacun quel que soit sa position ou son rôle, parent ou jeune scolaire, retraité, chef d'entreprise ou animateur d'association, rencontre le système municipal et son expression spatiale et symbolique, l'Hôtel de Ville ou ses annexes.

Figure 11 - Mérignac interprété

31Si certains services sont trop encadrés par la réglementation générale pour se forger une véritable autonomie (état-civil, affaires scolaires, action sociale même), d'autres participent d'un « vouloir faire spécifique » que l'on retrouve dans la succession des bulletins municipaux. La municipalisation du sport au sein d'un grand club omnisport a doté Mérignac d'équipes fanions susceptibles d'entraîner l'émulation des plus jeunes et d'exprimer l'identité locale ; toutefois, et bien que la diversité des pratiques place la commune au premier rang parmi les banlieues, la diversité et la spécialisation des grands clubs de la ville centre continue à ramener le prestige du sport de haut niveau (si ce n'est toute sa réalité) sur Bordeaux. L'identification à l'autonomie est déjà plus significative en matière d'action économique : fondée sur l'accompagnement, et parfois l'orchestration, du développement spontané ou des mesures nationales liées au complexe aéronautique, s'appuyant sur les compétences communales en matière d'urbanisme, elle conduit Mérignac à user largement de ses disponibilités territoriales pour s'affirmer cité motrice de la modernité au sein de l'agglomération bordelaise. Le rôle de leader tenu dans le lancement de « Bordeaux Technowest » exprime cette affirmation et la traduit en un rapprochement des sept communes regroupées dans un véritable district industriel bien identifiable, sinon totalement autonome au sein de l'agglomération.

32Symbole de la réussite, résultat d'une longue prise de conscience, l'expression la plus achevée de l'accession à l'autonomie réside dans le succès de l'Espace Culturel du Pin Galant. Fort d'une capacité de 1 200 places, la salle accueille depuis janvier 1989 une programmation serrée autant qu'éclectique : en une saison plus de 200 manifestations vont de l'accueil de groupes locaux aux opéras et à la musique symphonique. Bénéficiant de la fermeture du Grand-Théâtre de Bordeaux durant deux années de réfection, le Pin Galant a pu fixer, grâce à une bonne politique d'abonnements spécialisés, un très large public de mélomanes et se hisser désormais au rang d'équipement alternatif vis-à-vis des salles bordelaises. Après l'échec relatif de la salle de Saint-Médard-en-Jalles, trop éloignée et aux programmations plus incertaines, Mérignac se hisse symboliquement au rang de pôle culturel autonome, consécration incontestable d'une émancipation réussie sinon totalement achevée.

  • 14 Richard Balme, L'action culturelle et ses incidences sur les systèmes politiques municipaux, le ca (...)

33Dorénavant, il est possible de parler d'un modèle mérignacais fondé tout à la fois sur la participation aux grandes négociations de la Communauté Urbaine et sur l'expression de dynamismes propres. Jouant d'une palette d'initiatives allant de l'urbanisme à finalités économiques à l'action culturelle en passant par le sport, les communes de la première couronne s'efforcent de se définir en tant qu'espaces d'initiatives autonomes. Si les réussites économiques demeurent aléatoires, même avec les zones très spécialisées, si le « ticket d'entrée » dans le sport emblématique du haut niveau est à la fois très élevé et demande de longues années d'effort, c'est actuellement par les équipements et les manifestations culturels que s'affirment le mieux ces politiques municipales que l'on retrouve à Bègles, Pessac, Le Bouscat, Eysines ou Cenon14. Exemplaire dans la réduction, cependant dynamique, est le cas talençais, empêtré dans ses efforts de création d'un centre urbain digne de ce nom mais s'affirmant dans une compétition internationale d'athlétisme, le décathlon de septembre, et dans les activités éclectiques du Centre Culturel de la Médoquine. Paroxystique, mais non dépourvue d'habiletés culturelles, est le cas de Floirac qui rompt son isolement de commune d'au-delà du fleuve, dans la reprise de la tradition bordelaise de tauromachie : scandale pour les uns mais adhésion pour d'autres, la commune est citée, discutée, montrée du doigt… elle existe au sein de l'agglomération bordelaise.

34Dans ce mouvement il y a, à l'évidence, un effet de taille conduisant chaque commune forte de quelques dizaines de milliers d'habitants à s'instituer en tant que lieu de vie et de reconnaissance. Mais il y a sans doute, beaucoup plus insidieusement, un effet de la Communauté Urbaine elle-même. Privant les communes de toute compétence en matière de gestion et d'équipement, elle réduit leur responsabilité à la revendication face à des services techniques très rigides. Par contre, laissant aux collectivités les compétences de l'action économique (et des principales retombées fiscales), du sport et de la culture, elle agit par une sorte d'effet de contrainte institutionnelle : la vie communale s'exprime dans ces domaines à très forte valeur emblématique, d'ailleurs beaucoup moins contraints que ceux des équipements où l'art de l'ingénieur impose ses règles. Joue alors pleinement l'émulation suscitée par la ville-centre dont les satellites s'efforcent de prendre certains des attributs… passée une lente période d'apprentissage.

35Le dépeçage des fonctions centrales ne s'esquisse que très progressivement, et pendant une quinzaine d'années les avantages historiques bordelais ne paraissent pas devoir être mis en question. Insidieusement cependant, des initiatives modestes et éclatées voient le jour qui s'épanouissent vivement avec la réussite mérignacaise, puis avec l'irruption du département comme organisateur des espaces de nouvelles technologies. Un interdit latent s'estompe sans être remis ouvertement en question : entre les consommations matérielles et les choix culturels l'agglomération éclate, kaléidoscope de pratiques spatiales partielles et sans besoin apparent de centralité principale.

Et les franges péri-urbaines ?

36Si l'on peut parler d'un mimétisme périphérique pour saisir le fonctionnement de la première couronne agglomérée, les choses changent quant on s'éloigne nettement de la ville-centre. Moindres densités, moindres ressources se renvoient mutuellement et se conjuguent pour donner une moindre urbanité. La dilatation de la ville produit suffisamment de modifications quantitatives pour entraîner une mutation dans les mécanismes communaux d'affirmation : d'une certaine manière Bordeaux est trop éloigné, en distance et en nature, pour constituer un quelconque modèle, les besoins principaux naissent du manque absolu d'ancienneté et de l'inorganisation qui en découle.

37Symbolique, mais allant bien au-delà du signe, est le langage de l'aménageur fixant le discours local. En première périphérie il est parlé de centre-ville, comme configuration à renforcer et à rendre plus aimable ; en grande périphérie on évoque systématiquement le bourg, traduction de la référence à un modèle villageois d'organisation sociale. Entre les deux, l'hésitation se marque, ainsi au Haillan ou au Taillan, à Saint-Médard ou à Gradignan, les documents d'aménagement parlent de centre (accolant souvent « ville ») mais les habitants, surtout les plus anciens, désignent le bourg. Au sein de l'agglomération, cette transition est le témoignage de l'existence d'une esquisse d' identité extra-urbaine qui prend ses racines dans le sentiment de ne pas être « de la ville ». À Carbon-Blanc comme à Ambarès ou à Parempuyre communes de la c.u.b., mais plus encore au-delà, dans le périmètre du s.d.a.u., le langage fuit la banlieue et inscrit le cadre local dans un autre univers, éloigné de toute référence à la dépendance du centre.

38Qu'est-ce qui commande cette perception des « banlieusards perdus pour la ville » pour reprendre l'expression de Michel Favory ? À l'évidence, l'éloignement et des pratiques de consommation qui s'arrêtent aux quatre grands pôles commerciaux périphériques jouant le rôle de bastions avancés dispensant de la fréquentation du centre urbain. Mais cette interruption dans l'usage courant de la centralité, d'ailleurs complétée et renforcée par le semis des commerces intégrés de moindre importance trouve son complément indispensable dans la reconnaissance des espaces de proximité et dans l'opposition qui s'y fait entre le « neuf » et l'« ancien ».

39En grande périphérie 80 % de l'habitat est individuel et date de moins de vingt cinq ans ; 70 % des ménages sont propriétaires ou accédants à la propriété : pour ce banlieusard-là, l'univers urbain c'est son lotissement à l'organisation géométrique avec ses rues aux appellations botaniques, plus rarement zoologiques ou inspirées de la seconde partie du Petit Larousse avec, en contre-champ, le bourg, symbole d'une commune ancienne, témoin d'une activité rurale souvent déclinante, mais toujours siège d'un pouvoir municipal qui, d'ailleurs, s'exerce en une « mairie » et non plus en un « hôtel de ville ». L'église est généralement proche, souvent sans grâce particulière ; mitoyennes et irrégulières, les maisons les plus anciennes enserrent ces deux édifices et constituent la marque héritée des habitudes du xixe siècle. L'école est là aussi, mais le collège, beaucoup plus récent, est plus éloigné, lorsqu'il existe bien entendu.

  • 15 Particulièrement les lois du 01/12/1988 sur le Revenu Minimum d'Insertion, du 31/05/1990 sur la mi (...)

40Dans cet univers de l'agrégation périphérique, où la disponibilité de terrain fonde la détention d'une maison neuve, où le droit de propriété s’exerce en son pré carré soigneusement borné et où les travaux d'achèvement constituent une bonne partie de l'occupation du temps libre, la constitution patrimoniale commandée par les mécanismes de la solvabilisation étalée dans le temps domine le développement des grandes périphéries urbaines. Mais c'est un des effets majeurs des dispositions législatives tendant à traiter de la question du logement des plus démunis que de s'appuyer sur la rénovation des « bourgs »15 : de nombreuses dispositions de réhabilitation s'emploient à convaincre les propriétaires bailleurs, parfois relayés par les municipalités, d’accepter des locataires et participer ainsi à la diversification des anciens centres ruraux. Et ce n'est pas un mince paradoxe que d'observer l'usage qui peut être fait du thème de l'« habitat social » dans l'univers des pavillons et des lotissements, car ce sont ainsi les clientèles captives de la non-solvabilité qui se voient assigner une fonction de rénovation dans des « bourgs » privés de caractère et de toute fonctionnalité. Il est vrai que si certaines communes fondent une large part de leur « urbanisme » sur ce repeuplement de leur centre, d'autres refusent absolument tout appel à des procédures de production de logement social, les petites résidences pour personnes âgées constituant un succédané partiel.

  • 16 On peut tenir pour particulièrement remarquable celle de la Ligue de Guyenne de Tennis qui s'est e (...)

41Cependant, les ambitions ne manquent pas, plus marquées de ruralité dans leur expression que d'émulation urbaine. En ces communes périphériques se retrouvent les politiques sportives et, moins systématiquement, les efforts culturels. Mais si l'on fait exception de Cestas et de Saint-Médard, remarquables par la qualité de certaines formations sportives (par ailleurs adossées à de puissantes entreprises) et par la qualité des recrutements qui l'accompagne, partout règne l'effet de proximité immédiate, d'affirmation étroite, d'isolement constitué au regard des communes immédiates, la lecture des pages sportives du lundi de Sud-Ouest constituant un bon panorama de cette dilution accompagnée, et souvent exacerbée, par les politiques des principales ligues sportives16.

42Tâche reconstruite dans l'observation cartographique, l'agglomération est suscitée par les rythmes du rassemblement des activités qui, distributrices de salaires, produisent continûment de la consommation d'espace et d'habitation. Toutefois, si l'expansion conduit à une mise en question radicale de la ville-centre, celle-ci est différente selon la situation géographique des périphéries. Volontariste et clairement affirmée pour les communes les plus puissantes de la première périphérie, elle tend à ne plus être qu'affaiblissement de sens et d'usages dès lors que l'on s'éloigne au-delà. Le sens de la ville se dilue au même titre que les bordures se font plus floues, la notion de banlieue disparaît au même titre que celle de ville ; mais contrairement à l'optimisme de certains aménageurs urbains, les références de remplacement sont plus celles d'un ruralisme anémié que d'un nouveau modèle… décidément on ne remplace pas la « ville latine » impunément, même si la centralité tend à être économique plus que sociale.

Notes

1 Demain, l'espace, l'habitat individuel péri-urbain, Rapport de la mission d'étude présidée par Jacques Mayoux, La Documentation Française, 1979.

2 Projet d'agglomération, Analyse des périmètres en vigueur en 1991, uarba, document de travail, juillet 1991.

3 Sud-Ouest du 21 juillet 1992, « Les Maires et le Grand Bordeaux », enquête de Benoît Lasserre.

4 Michel Favory, La territorialité sociale dans l'espace urbain de l'agglomération bordelaise, Thèse de Géographie de l'Université de Bordeaux III, 1992, p. 249 et ss.

5 Demain l'espace, Rapport de la Commission présidée par P. Mayoux, La Documentation Française, 1979.

6 Il y aurait beaucoup à chercher sur cette quête effrénée des avantages revendiqués de la continuité de services collectifs égalitaires appuyée sur le refus d'en accepter les contraintes fondées sur la continuité de l'organisation spatiale et sur les charges, financières et sociales, correspondantes.

7 Sur le débat juridico-politique voir Stéphane Chandes, Le site Montesquieu, le Technopôle comme « cheval de Troie » de l'urbanisation dans une agriculture en milieu péri-urbain, Mémoire de D.E.A. « Gouvernement local », c.e.r.v.l.-Institut d'Études Politiques de Bordeaux, 1990.

8 110 emplois y ont été localisés en deux ans, depuis son inauguration en novembre 1990, quelques dizaines de plus, depuis 1995.

9 Sur ce thème, une bonne discussion sous un titre qui ne convient guère, Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent, P.U.F., 1992.

10 Ce sont les trois fondatrices, Mérignac, Le Haillan et Saint-Médard-en-Jalles, auxquelles s'ajoutent Le Taillan et Saint-Aubin-du-Médoc et, hors c.u.b., Martignas et Saint-Jean-d'Illac… et donc un « bassin industriel » fort heureusement identifiable à la circonscription du député-maire leader.

11 Les autres parties du domaine universitaire, avec leurs vastes périphéries, semblent plutôt, dans un tout autre type de partenariat, avoir vocation à servir de « bassin d'étalement de fait » pour les gens du voyage repoussés de matière incessante par des communes peu soucieuses de se doter de zones d'accueil telles que prévues à l'art. 28 de la loi Besson de 1990.

12 À la fin des années cinquante, le pouvoir de régler l'agglomération est réparti entre le député-maire de Bordeaux et ses homologues de Cenon et de Mérignac, R. Cassagne et R. Brettes, La dévolution des zones industrielles est un des effets marquants de ces relations de « convivialité concurrente ».

13 Source assedic.

14 Richard Balme, L'action culturelle et ses incidences sur les systèmes politiques municipaux, le cas des communes de la C.U.B., Thèse de Science Politique, I.E.P. de Bordeaux, 1985, multigr.

15 Particulièrement les lois du 01/12/1988 sur le Revenu Minimum d'Insertion, du 31/05/1990 sur la mise en œuvre du droit au logement, du 13/07/1991, Loi d'Orientation pour la Ville.

16 On peut tenir pour particulièrement remarquable celle de la Ligue de Guyenne de Tennis qui s'est employée à favoriser systématiquement la multiplication des clubs municipaux dont les bases sont trop étroites pour avoir une vie indépendante et qui se disputent hargneusement leurs « pratiquants ».

Table des illustrations

Légende Figure 9 - Banlieue ou banlieues
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Figure 10 - Mérignac, une centralité périphérique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Figure 11 - Mérignac interprété
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search