Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, ville paradoxale

 | 
Jean Dumas

Première Partie. Paradoxe historique : le temps comme justification et comme contrainte

Chapitre 3. L'espace cité : la mémoire habitante des lieux

Texte intégral

« Il y a un plaisir particulier à regarder une ville, si banale que puisse en être la vue. Comme un morceau d’architecture, la ville est une construction de l’espace ».
Kevin Lynch, L’image de la cité, Dunod, 1977.

1Si l’on veut bien considérer la ville actuelle au regard de ce que l’on sait d’elle dans ses épaisseurs temporelles, le problème est qu’il n’y a pas de correspondance entre les traits de la mémoire collective et l’éclatement des pratiques ordinaires de l’espace. Ainsi a-t-on dégagé ce qu’était la consistance du « Bordeaux au xviiie siècle », élément déterminant de la référence identitaire ; pour autant on chercherait vainement un usage concret des traces de cette même époque… sauf chez la minorité extrême habitant des immeubles significatifs et ayant pu, héritage ou achat, y entretenir un cadre d’époque. Et ce n’est pas, à proprement parler, une pratique de la ville mais un comportement patrimonial et culturel.

2Bien qu’il n’y ait pas de continuité absolue, ni rigoureuse, car la représentation que l’on peut se faire de la ville ne se construit pas sur des images mais sur des récits, il existe une relation à l’espace qui rencontre sélectivement ces lieux de mémoire sans toujours bien les organiser dans le temps, tout en les positionnant dans l’espace. Alors, le récit identitaire se déconstruit pour éclater en citations urbaines : l’espace de la cité devient un espace cité fondé sur la désignation des lieux, fréquentés ou fréquentables.

3Paradoxale, la citation territoriale inscrit dans une continuité de l’espace pratiqué quotidiennement des éléments de désignation temporellement disjoints mais cependant associés. Il en va ainsi des bords du fleuve, et l’on y reviendra, qui portent des usages circulatoires bien concrets tout en charriant des représentations prises aux xviiie et xixe siècles, en même temps qu'un discours insidieux sur le déclin du xxe siècle. Parce qu’il est cité, le lieu entre dans les mots qui le désignent et la ville entre confusément dans son histoire.

4Le problème, ici, ne sera pas de construire Bordeaux en lui donnant la lisibilité que procure la succession des strates constructives dûment identifiées, de nombreux ouvrages, savants ou de vulgarisation, l’ont déjà fait. Il n’est pas non plus, à la manière des guides touristiques, d’extraire de la matière spatiale les éléments significatifs et pittoresques qui renvoient à un échantillon de lieux établis comme intéressants au sein des catalogues historico-culturels. La question traitée est celle des rapports significatifs qui s’établissent entre les aspects variés et complexes de l’organisme urbain et la manière de les dénommer en les associant dans des valeurs qui retrouvent, avec plus ou moins d’intensité, des sens participant d’un usage identitaire des lieux. S’accrochant à des formes précises, à des images concrètes, ces dénominations créent un certain sens de la ville, imaginé et pratiqué, mais pas nécessairement dans le même temps, ni par les mêmes personnes.

5Ces citations territoriales sont donc ces mots de la ville par lesquels l’histoire rejoint l’espace en le désignant, en le valorisant, tirant de la diversité du passé, et non de son écoulement, les éléments d’un « dire » multiple qui porte à la fois les représentations et les usages sensibles et organisés.

Lieux communs : échoppes et xviiie siècle

6Commençons par le plus général, si ce n’est par les débuts. Dans les références les plus courantes et les plus banales, Bordeaux est la ville désignée comme le plus important ensemble du xviiie siècle de France, sinon d’Europe et c’est ce qui lui vaut ses trois étoiles dans les guides touristiques. Mais à Bordeaux se trouvent également associées les fameuses échoppes comme architecture vernaculaire, identifiant la cité girondine dans ses quartiers résidentiels, particularité que nulle autre ville ne partage avec elle. Cette association ne va pas sans poser immédiatement la question des rapports complexes et incohérents aux références historiques. Tandis que le xviiie siècle architectural exprime la puissance et la réussite orgueilleuse, l’échoppe bordelaise marque la discrétion des empreintes du xixe siècle, la révolution industrielle ne faisant, en quelque sorte, qu’effleurer morphologiquement Bordeaux, la vague des grandes concentrations urbaines venant s’y épuiser en un bâti modestement appliqué sur le sol. Ville Janus d’une certaine manière par la cohabitation des habitations médiocres issues d’une épargne elle-même médiocre avec les bâtiments ostentatoires d’une réussite collective antérieure (fig. 3).

7Cohabitation spatiale et littéraire, mais sans qu’il y ait de réelle confrontation visuelle car le Bordeaux du xviiie siècle et celui des échoppes sont étrangers, les espaces d’entre-deux, larges et complexes, séparant les effets de façade des modalités péri-urbaines de la résidence en habitat bas. Négociant et patricien, le classicisme bordelais, s’inscrit dans une représentation formelle qui ignore résolument les arrière-plans modestes témoins des épisodes plus ternes des siècles ultérieurs jusqu’à ce que les Trente Glorieuses ne contribuent à en accentuer les traits, à la fois ruraux et petits bourgeois, d’une ville mal engagée dans la révolution industrielle (fig. 3).

8Cela est donc acquis, et reproduit à l’infini dans les publications illustrées qui se multiplient, la centralité bordelaise s’organise en un système de présentation, tellement évident, qu’à chaque passage du Tour de France cycliste il donne occasion aux opérateurs de la télévision des mêmes effets toujours réussis de vues anciennes aussi belles que spectaculaires. Bordeaux se construit et se voit comme ville du fleuve par une prodigieuse continuité de façade en hémicycle rythmée à partir de l’élément central, organisateur et dominateur, de la place de la Bourse. Peu importe que les détails d’utilisation des rez-de-chaussée aient accumulé les ajouts et les reprises disgracieuses, ce qui compte est le discours spatial d’ensemble sur l’union passée entre une cité et ses activités, sur l’évidence du rapport entre le fleuve et le développement humain.

9Comme allant de soi, le rythme des quais se prolonge vers l’intérieur, s’appuyant sur quelques places décisives – Tourny, Gambetta, la Comédie et, plus éloignée, la Victoire – et sur ces éléments incongrus de l’ostentation politique que constituent les « portes » classiques d’une cité défendue et protégée, Porte Dijeaux, Porte de Bourgogne, Porte d’Aquitaine. Continuité de construction, entretenue par les façades néoclassiques des débuts du xixe siècle qui complètent le « triangle d’or » bordelais constitué par les cours de l’Intendance et Georges Clémenceau et les Allées de Tourny s’appuyant sur l’emblématique Grand Théâtre, mais continuité culturelle et touristique plus que réellement usagère. La façade donne donc un sens historique à la ville, sans toutefois lui donner un caractère autre que visuel.

10C’est que cette production unifiée par l’art continué des bâtisseurs successifs couvre près d’un siècle et des conditions économiques bien différenciées. À l’organisation des activités du négoce maritime, à leur mise en règle alors que la berge, nous l’avons vu, demeurera longtemps anarchique voire archaïque au regard des techniques de chargement des navires, succède le développement interne, affaire des parlementaires et des parvenus, enrichis grâce à des négoces variés dont la Traite, soucieux de respectabilité urbaine et de proximités citadines. Et la mémoire ne retient qu’une fusion, celle de la puissance, alors même que les éponymes originaux sont transférés dans des strates nouvelles de l’histoire : la Place Royale est devenue Place de la Bourse, de même que la Place Dauphine est rebaptisée Place Gambetta par la volonté célébratoire de la IIIème République ; seule la Place Tourny garde son nom de la période de mise en œuvre succédant au passage du grand intendant.

Figure 3 - Bordeaux xviiie , Bordeaux des échoppes

11Du xviiie siècle, donc, les traits de la ville officielle se marquent par une fusion, bien paradoxale pour l’ego citadin, entre d’autoritaires décideurs royaux, Tourny, Boucher, le Cardinal de Richelieu et, finalement, Dupré de Saint-Maur, et la capacité contributive vigoureusement sollicitée et augmentée des investissements particuliers entraînés par la fièvre des constructions.

12Rien de tel avec l’échoppe qui inscrit, au contraire, Bordeaux dans une médiocrité. Pas de symbole marqué, sinon la désignation vague des « quartiers d’échoppe » pour qualifier les périphéries de la grande ville : souvent mentionnés comme spécifiques ils participent d’un arrière-plan humble et cependant socialement qualifié. L’échoppe n’est pas identifiée aux quartiers ouvriers mais à des mélanges sociaux plus heureux où les employés, les petits fonctionnaires, les artisans et compagnons très qualifiés cohabitent en une société provinciale bien distincte des grandes régularités industrielles. Comme si l’orgueilleuse et télégénique ville classique se dégageait, unique, de l’obscurité laborieuse des temps ultérieurs qui, décidément, renforcent spatialement les regrets de l’âge d’or.

  • 1 Avec une grande finesse d’analyse urbaine, fortement calquée sur le dénombrement soigneux des quar (...)

13Que de pièges offerts, cependant, par cette modeste habitation reproduite toutefois à plus de 11 000 exemplaires dans la ville de Bordeaux et ses immédiates périphéries banlieusardes. Par homonymie et par assimilation typologique on a fait de l’échoppe bordelaise l’héritière matinée d’un peuple de petits artisans aux racines rurales, transportant en ville l’habitat de leur enfance1. Ainsi Bordeaux se campe, en dehors des excès urbains de la « cité carbonifère » chère à Lewis Monford, ville de lent mouvement des campagnes nourrissant des activités manufacturières modérées et proche de l’esprit de sagesse des artisanats traditionnels.

  • 2 Jacques Tribalat et Michel Pétuaud-Letang, L’échoppe bordelaise, A éditions, 1997.

14Récemment, fruit d’un enthousiasme vigilant et critique un tout autre regard a été porté, décapant les lieux communs idéologiques. Dans un très bel ouvrage2 Jacques Tribalat et Michel Pétuaud-Letang, professionnels avertis du bâti nous donnent pleinement à comprendre et à voir ce « Bordeaux, la ville aux dix mille échoppes » comme ils sur-titrent le livre. Au terme d’une enquête méticuleuse, ils établissent que l’échoppe est un habitat spécifiquement urbain qui prend naissance dès le xive siècle, d’abord en bordure des remparts de la ville. Il se développe, autonome, en même temps que la cité dont il constitue, au xviiie siècle, les premières extensions que l’on nommerait, aujourd’hui, périurbaine à la faveur d’une large disponibilité foncière puisque les périphéries, libres de contraintes seigneuriales s’ouvrent très largement aux pratiques pré-capitalistes du lotissement. Développant l’emploi et fixant la main-d’œuvre, la révolution industrielle s’inscrit de manière originale dans ces modalités d’habiter qui, unissant l’habitation et son petit jardin approchent, mais en ensembles beaucoup plus vastes, l’idéal recherché dans toute l’Europe, mais au prix de quelles difficultés, de la cité-jardin.

« La densité proposée dans les quartiers d’échoppes est certes faible, mais l’organisation par rues rayonnantes a permis une fluidité de la circulation, une respiration par une présence certes cachée au passant mais combien utile d’une végétation reposante… En fonction de leur prix d’origine, de leur situation dans la ville, les échoppes ont fourni des quartiers très marqués, très conviviaux, où tout le monde se connaît. Ils ont acquis des caractères et des personnalités étonnantes au point que l’accent et la parole sont parfois différents ».
L’échoppe bordelaise, p. xxix.

15Originale, à l’écart des grands types urbains, l’échoppe offre, jusqu’à la seconde guerre mondiale un mode d’habitat où se retrouvent ménages aisés et plus modestes. Acceptée de tous, peu contrainte par un espace sans grand relief elle fusionne l’espérance de la propriété et le placement d’investissements fonciers absorbant au passage les diverses modalités des aides publiques apparues avec les lois Ribot et Loucheur. Et ce n’est pas un moindre paradoxe que de constater que depuis une vingtaine d’années le « retour au centre » des générations nouvelles se manifeste par un engouement pour ces maisons aisément améliorables beaucoup plus que pour un centre patricien imposant des contraintes beaucoup plus lourdes, quant aux investissements et aux servitudes quotidiennes.

Cours, boulevards et barrières : circulations

16Si les constructions désignées en opposition parlent d’un Bordeaux reconnu et soupçonné tout à la fois, le fixant en archétypes historiques, la pratique des circulations fait entrer dans l’univers des signes pratiques de l’usage de la ville, c’est-à-dire de voies qui permettent d’aller en continuité d’une zone à une autre. Le maillage principal de ces circulations est lui-même sujet à appréciations divergentes : les guides et les descriptions touristiques soulignent à l’envie l’ordonnancement clair et majestueux des principales « avenues » bordelaises, tandis que l’automobiliste ou le gestionnaire des transports en commun en dénoncent l’extrême rigidité et les mauvais raccordements. Là, l’image historique et esthétisante de la ville s’oppose à ses usages, ou plutôt s’édifie aux côtés de ceux-ci en un jeu de représentations qui assurent la continuité entre le xviiie siècle et l’époque contemporaine, continuité de l’écoulement du temps en même temps que continuité organisée de l’espace.

17Le rythme de l’organisation est fourni par la combinaison des « cours », des « boulevards » et des « barrières », termes aux significations banales, presque triviales dès lors que l’on parle des villes, mais qui ici, inscrits dans un contexte urbain précis, se chargent de nuances sémantiques tout à fait particulières. La valeur donnée s’inscrit sur des paysages précis en même temps que sur des usages, réels ou figurés, empruntés et acquis par l’expérience (fig. 4).

18À l’origine bordelais, assurant une continuité avec le xviiie siècle, tel est le « cours ». Celui-ci inscrit une ceinture intérieure à la ville, séparant grossièrement le centre de faubourgs précocement assimilés. Œuvre du volontarisme des Intendants, parcouru par la ligne d’autobus la plus fréquentée de la ville, la succession des « cours », qui, entre Albret, Georges Clémenceau, Aristide Briand et Verdun ou Portal et Balguerie mêle une géographie étonnante d’éclectisme, constitue une percée à travers la ville, passage obligé pour qui arrive par « la » Gare Saint-Jean, car la métropole aquitaine, avec ses 700 000 habitants, n’a plus qu’une seule véritable station du chemin de fer. Elle se trouve, périphérique, accrochée au cœur de la ville par cette enfilade de cours qui distribuent les accès possibles en cernant les quartiers centraux tout en participant à ceux-ci. Lieux de fréquentation, ils sont pour la vie bordelaise une référence pour qui circule, accède à la ville et en craint les incommodités de circulation et de stationnement : afin d’améliorer les choses, d’ailleurs, en leur partie centrale la circulation n’y est plus continue mais à flux unique et renversé de part et d’autre de la place Gambetta : un nouveau hiatus s’introduit entre l’enserrement logique rêvé des urbanistes du xviiie siècle et l’usage pratique de l’automobiliste qui ne connaît que des segments au milieu de rabattements complexes.

Figure 4 - Cours, boulevards et barrières

19Il y a d’autres cours, on peut les grouper en trois ensembles spatiaux, mais tous concourent à cette liaison du xixe siècle entre tissu urbain ancien, protégé, et les ouvertures nécessaires aux extensions. Célèbres pour leur activité commerçante, il y a d’abord le couple constitué par le cours Victor-Hugo et le cours d’Alsace-Lorraine, saignées du milieu du siècle passé qui tentent d’ouvrir la cité sur son port (mais déjà celui-ci glissait-il vers l’aval) tout en justifiant la destruction des quartiers les plus anciens, effaçant la mémoire des lieux anglais puis parlementaires. Le second recouvre, par la référence aux grands affrontements de la Grande Guerre, Yser, Somme et Argonne, les très vitales relations avec le sud, les routes de Toulouse et d’Espagne, la seconde étant même recouverte de « cours » dans sa traversée de Talence et de Gradignan, alors que la route de Toulouse conserve son ancien nom en banlieue et que toutes les autres radiales sont, plus banalement, dénommées avenues. Le troisième, enfin, correspond aux dessertes du quartier de Bacalan, les cours de la Martinique et du Médoc de tradition vineuse et coloniale croisant les cours Saint-Louis, Louis Fargue et Balguerie Stuttenberg et assurant une autre ouverture sur les quais et leurs activités.

20Imaginée dès le xviiie siècle par ses administrateurs visionnaires, l’ample ceinture des Boulevards fut réalisée entre 1851 et 1897 matérialisant l’affirmation de la ville face à ses banlieues, ce qu’elle constitue toujours malgré ses dépassements administratifs vers Talence et, surtout, à Saint-Augustin et Caudéran. Au fil de 12 kilomètres de continuité ils ceinturent avec netteté Bordeaux depuis Brienne au sud jusqu’à Bacalan au nord où ils rejoignent le réseau quasi contemporain des « cours » de la desserte maritime Leur continuité habituelle, empruntée en segments successifs, est rythmée par les engorgements réguliers qui en font le symbole d’une circulation automobile s’inscrivant, avec quelque peine, dans l’espace urbanisé. L’ouverture, il y a une vingtaine d’années de la rocade autoroutière les allégea quelque temps, y supprima le trafic des poids lourds, mais l’augmentation inexorable des véhicules particuliers les confirma dans leur nécessité circulatoire.

21Par leur fonction de séparation, voulue initialement par les édiles, ils s’assument totalement dans le rythme des « barrières », autre originalité qui leur est indissociable. Au nombre de huit, elles sont un souvenir des temps des contrôles des marchandises où l’octroi était prélevé ; mais, surtout, elles inscrivent dans l’espace l’idée de double interruption et donc d’une quasi-orthogonalité de l’espace. À l’interruption, d’une part, entre un Bordeaux central et ses périphéries (même toujours administrativement bordelaises) se joint une seconde rupture, celle-ci dans le rythme même « du » boulevard. La barrière de Bègles étant isolée, trois ensembles s’organisent, les barrières de Toulouse, de Saint-Genès et de Pessac, les barrières Judaïque et d’Arès, et enfin les barrières de Saint-Médard et du Médoc. À partir de ces barrières se profile une organisation en sous-ensembles urbains authentifiés par l’existence de quartiers s’appuyant sur des comités et des associations de commerçants qui perpétuent des solidarités construites depuis un siècle, à l’époque où les tramways assuraient une large partie du déversement des banlieues sur la ville. Aujourd’hui, points de passage essentiels et rigides, elles rythment l’espace-temps de la mobilité urbaine en constituant autant de repères aux cycles d’engorgement réguliers ; elles perpétuent l’idée de la ville défendue, aujourd’hui par les encombrements, hier par les taxes, avant encore par les remparts, mais toujours reproduisant cette continuité politico-économique, d’un Bordeaux face à ses périphéries.

22Demeure, alors, un ultime tracé, isolé et pourtant englobant, le cours du Pavé-des-Chartrons devenu cours Xavier Arnozan par la reconnaissance de la ville à l’une de ses gloires médicales. Établi par la volonté de Tourny ce cours est, aujourd’hui, inutile au regard de l’organisation urbaine générale ; certes, participe-t-il aux mouvements locaux mais sans importance déterminante. Et pourtant, dans l’univers des lieux communs urbains ce « Pavé des Chartrons » illustre depuis les romans de François Mauriac et de Jean Balde jusqu’aux livraisons illustrées des magazines d’évasion le caractère « patricien » des beaux quartiers bordelais. L’alignement des austères façades et le boulingrin du large cours semblent illustrer et fixer dans l’espace un rêve de respectabilité acquise dans la force d’entreprises négociantes, tout en étant largement à l’écart des lieux banalisés du quotidien urbain. Essence du « cours » du xviiie siècle, expression emblématique d’un passé de puissance en voie de disparition lors de l’achèvement des constructions aux débuts du xixe siècle, isolat dans l’actualité des tracés et des circulations telle une image reconnue de l’extérieur mais si peu pratique.

Places en dignité hiérarchique

23Les cours et les boulevards, ainsi que d’autres éléments de liaison de moindre notoriété mais d’ancienneté similaire (rues de Pessac, d’Arès, Judaïque…), se trouvent articulés, mais très partiellement, autour de ces nœuds, assez piètres organisateurs au demeurant, que constituent les places bordelaises. Assez peu nombreuses dit-on par comparaison (approximative) avec les villes plus méridionales, elles présentent presque toutes un ordonnancement classique dont la régularité est peu propice, généralement, aux effets de mélange : la place bordelaise prête à l’ordre et à la mesure, elle sépare les flux plus qu’elle ne les mélange.

24On ne saurait éviter, au même titre qu’avec le Pavé des Chartrons, et par effet de proximité et d’association symbolique, de souligner l’évidence de l’exceptionnalité de la Place des Quinconces, la plus vaste d’Europe dit-on, car on a toujours évité de la dénommer esplanade, la ramenant dans l’urbanité ordinaire des « places »… dont elle se distingue à de multiples titres. Elle aussi repérée comme un des attributs remarquables de l’essence bordelaise, elle s’ouvre, béante sur la Garonne, repoussant son hémicycle au terme d’un immense quadrilatère insidieusement rongé par le séjour organisé des véhicules automobiles. Lieu des célébrations citadines, fêtes foraines et foires aux fleurs et brocantes ayant succédé ces trente dernières années aux renommées expositions et foires coloniales, les arrivées du Tour de France ayant été repoussées aux périphéries septentrionales de la ville, les Quinconces demeurent un lieu de tradition festive tout en étant au quotidien une rupture, inquiétante la nuit tombée (fig. 5).

25Que d’ambiguïtés en ce site qui semble fixer une large partie de l’inconscient collectif. Sa béance respectée est le résultat tout à la fois de la démolition en l’extrême fin du xviiie siècle de ce Château-Trompette qui marqua la suspicion royale à l’égard de la cité frondeuse et de l’incapacité locale à choisir entre les projets audacieux des deux grands bâtisseurs du « classique » bordelais, Victor Louis et André Lhôte. Et puis il y a les faux-semblants monumentaux d’un encadrement constitué des deux colonnes rostrales en proximité du fleuve, illusion de phares coiffés d’une proue de navire en pierre, appelant un service à la navigation parfaitement symbolique tandis que le fond s’ornemente, depuis un siècle, de l’imposant monument aux Girondins, superbe colonne au pied orné d’allégories aquatiques qui, jamais, ne reçut les statues des héros révolutionnaires, célébration ostentatoire et tout à la fois réservée au regard des références précises au passé. Cet ensemble ambigu est suffisamment adopté pour que son vide constitue une référence spatiale presque sacrée : à ce jour, tous les projets (il en existe depuis les années trente) tendant à l’organiser en fonction d’un nouveau pont le prolongeant et le projetant vers l’autre rive ont échoué, quasiment sacrilèges.

Figure 5 - Places majeures bordelaises

26Si les Quinconces interrompent tout en fusionnant obscurément des racines symboliques, la place de la Bourse, elle, est au cœur de l’évidence de l’ordonnancement classique de Bordeaux. Elle exprime cette beauté évidente de l’équilibre d’une monumentalité un peu froide reçue comme ce qui est la marque la plus sûre de la distinction européenne de Bordeaux ; dégagée du stationnement des automobiles en 1996, sa fonction emblématique s’accentue encore tandis que les savants éclairages nocturnes, soulignant ses verticales, la rapprochent, dans une genèse qui n’est pas fortuite, du Palais d’Hiver de Saint-Pétersbourg. En contrepoint plus terre à terre, la plus modeste place Jean-Jaurès voisine, plus discrètement engagée, est le nœud vital des lignes de tramways et, aujourd’hui, des autobus urbains ; le décor y cède le pas à l’usage concret du centre de la ville en ses multiples accès en une sorte de coulisse aux décors du voisinage, Quinconces, Bourse, façades des Cours.

27Et puis, à quelque distance, celle qu’il faut pour parcourir le cours du Chapeau Rouge, ou pour quitter le fond de l’hémicycle des Quinconces, on atteint les trois places qui fixent les angles du Triangle bordelais, nœuds de centralité qui donnent l’accès aux Cours qui les relient. La plus solennelle est la place de la Comédie structurée par un double signal monumental, l’immédiat Grand-Théâtre qui la borne et l’organise et, en perspective, le Monument des Girondins qui en fixe la fuite vers le vide des Quinconces ; c’est le lieu des rencontres, point de ralliement des manifestations et des émois sociaux, concentration traditionnelle des chars carnavalesques ; symbolique, la perspective en est bornée par l’imposante et austère Maison Gobineau qui abrite les organismes professionnels des vins de Bordeaux : symbolique en est la centralité distante de professions présentes et hautainement éloignées par la rigueur renfermée des façades. La plus active dans le jeu inextricablement mêlé des circulations est la place Gambetta, occupée en son centre par un assez ridicule petit square incongru dans l’univers minéral des héritages du xviiie siècle. Le regard, privé de l’harmonieuse perspective des façades en raison de la croissance des espèces végétales, est capturé par le flux continu des véhicules tournant autour du square ; car la place est incontestablement le point nodal de la circulation automobile de la ceinture des Cours tandis que le flot dense des piétons – autre conséquence de l’existence du fameux petit square – se concentre sur un seul côté de la place, celui qui s’appuie sur le cœur commerçant de Bordeaux. Plus spacieuse et mal équilibrée, trop dégagée par opposition à la précédente, est, enfin, la place Tourny principalement rythmée par le flot incessant des véhicules automobiles qui repousse impitoyablement toute envie de flânerie.

28Hiérarchie triangulaire donc, l’inégalité dans la dignité dépend, on vient de le voir, de rapports variés à l’imaginaire urbain fondé sur l’omnipotence du xviiie siècle pour ennoblir les choses ; dès qu’il est estompé, la banalité des fonctions immédiates l’emporte. Excroissance originale, mais cependant liée logiquement par la ceinture des Cours, la place de la Victoire participe du système central tout en le mêlant aux odeurs et bruits populaires. Jusqu’à la fin des années cinquante, elle fut, au même titre que la place Jean-Jaurès, au cœur de l’organisation des tramways, y ajoutant la présence de marchandes en plein air et celle, plus modeste, des étudiants accaparant quelques cafés à forte personnalité. Réaménagée, éventrée pour l’automobile, elle a largement perdu sa fonction d’accueil des banlieusards traditionnels mais elle est devenue la projection citadine du campus universitaire : depuis Talence, par les cours Gambetta et de l’Argonne, s’y transfère une convivialité surtout nocturne suffisamment séduisante pour modifier l’habitat des quartiers voisins découpé ou reconstruit en studios. Par la place de la Victoire, la vie étudiante exilée depuis une trentaine d’années se ré-approprie le sud de la ville en un mouvement qui gagne le quartier voisin des Capucins dont les activités commerciales déclinent inéluctablement.

29Appendices circulatoires du système des cours, deux places enfin projettent en péri-urbain une dilatation du système central dans des directions opposées tandis qu’une troisième inscrit, en contrepoint, l’épuisement d’une organisation se projetant vers les banlieues. La place Nansouty fusionnant le cours de l’Yser dans le cours de la Somme au sud, la place Paul Doumer assemblant le cours Évrard de Fayolle et le cours Portal pour constituer le cours de Verdun forment deux annexes actives et indispensables au système principal des relations structurantes ; elles sont là, comme des passages indispensables dans l’accès au centre en même temps qu’elles participent, au moins partiellement, du raccordement entre le bâti des débuts du xixe siècle, prolongement en continuité stylistique du xviiie siècle, et l’univers des échoppes. Le mélange est à la fois historique et social, il est fait d’agitation modérée et de transferts continus, il assure la continuité pratique de Bordeaux. Au-delà de « Nansouty » se trouve la barrière de Toulouse, la moins active, comme si les sept autres, beaucoup plus vivantes tiraient leur dynamisme d’une relation directe avec le noyau central et de l’absence de places intermédiaires et de relais spatiaux. La place Paul Doumer, elle, se projette vers la place Ravesies où se mêle le système des Cours et celui des Boulevards en une rencontre longtemps incertaine, mal appuyée sur une gare secondaire et qui n’a pris une consistance ambiguë qu’en tant que liaison avec les aménagements du Lac et comme entrée dans le système autoroutier commandé par le Pont d’Aquitaine : il ne s’agit plus, dès lors, de s’appuyer sur le fleuve mais de le franchir en tournant le dos à son rôle passé, autre effet des mutations locales fondées sur un détachement, parfois douloureux, des attachements aux marques héritées.

Banlieue en quête d’urbanité

30Tout autre est le rythme spatial des périphéries anastomosées inéluctablement, mais sans méthode aucune, par l’extension de l’agglomération. Ou plutôt, le développement à partir de la ville-centre se projette sur un solide tissu rural qui, faute de plans directeurs, impose le maillage préexistant de ses chemins ruraux. Dans de telles conditions, il n’est pas étonnant que les cheminements, une fois quittées les quelques radiales dotées du nom d’« avenues » ne puissent se faire que dans un dédale de décrochements et de ruptures.

31L’entrelacs toutefois, sans céder à un quelconque principe d’organisation autre que la desserte ancienne des grandes propriétés – nombreuses autour de Bordeaux – et des nombreux hameaux, semble être dominé par, autre héritage rural, des places qui s’efforcent de fixer la centralité communale de chaque banlieue. Ainsi, le désordre périphérique se trouve-t-il ponctué d’une auréole de petits lieux centraux qui perpétuent les identités particulières de l’entourage bordelais. Chaque place, également irrégulière car, ici, point d’organisation préétablie, s’établit, à l’exception de Bègles et de Bruges, en parvis de l’église paroissiale qui continue à lui donner son sens, complété le plus souvent par une partie des bâtiments administratifs communaux. Dans la dénomination, on trouve les grandes références de la toponymie semi-rurale, dès lors que la commune se dégage de l'indistinction des lieux villageois ; on dénombre ainsi trois places de l’Église (Talence, Blanquefort, Saint-Médard-en-Jalles), une seule place Gambetta (Le Bouscat) et une place Aristide Briand (Villenave d’Ornon) mais toute une série de références aux opérations militaires et aux institutions du pays : place de la Victoire (Eysines), place des Martyrs de la Résistance (Caudéran), place de la Liberté doublée, avec la présence de l’église, de la place du Maréchal Joffre à Bègles, place du Général de Gaulle à Mérignac et place de la Vème République à Pessac. Seule la commune de Bruges s’inscrit dans un modeste localisme, avec sa place Victor Genest.

32Nulle dépendance bordelaise en tout cela, mais une immersion plus générale dans l’identité collective nationale. Cette indépendance symbolique s’accroît du mode patronymique des paroisses qui continue à rythmer majoritairement, sinon les débuts de la vie, du moins les rendez-vous d’obsèques. Que dénombre-t-on, en effet ? Des protecteurs variés dont, aucun à l’exception de Notre-Dame à Talence ne se retrouve à Bordeaux, Saint-Amand (Caudéran), Saint-Romain (Cenon), Sainte-Clotilde (Le Bouscat), Sainte-Germaine (Bruges), et, surtout, deux Saint-Vincent (Mérignac, Floirac) et cinq Saint-Martin qui entourent littéralement l’agglomération en patronant Bègles, Pessac, Eysines, Blanquefort et, sur la rive droite, Lormont. La banlieue se constitue par les mécanismes économiques mais se conserve, autre que la ville génitrice, par ses références identitaires, son esprit de clocher étranger aux systèmes d’organisation qui prévalent à l’intérieur des Boulevards.

33Cependant, par un curieux retour des choses, ce Bordeaux « intra-Boulevards » n’échappe pas lui-même aux emprises de la banlieue et de ses formes d’organisation et tout se passe comme si le xixe siècle populaire y remplissait les interstices laissés libres par les grandes formes d’organisation antérieures, d’autant plus lâches qu’elles s’appuient sur un petit nombre de nœuds organisateurs. Aussi, une demi-douzaine de placettes, sans grand lien avec les circulations essentielles s’insèrent-elles dans la ville, dotées, chacune, de leur propre capacité d’organisation et de représentation ; elles ne participent pas de l’ossature générale de la ville mais elles créent de véritables villages de proximité, échappant à la fois aux dépendances du centre et aux débordements des banlieues, c’est Bordeaux dans un sentiment d’appartenance plus segmenté. Pour les places Belcier, Saint-Martial et du Sacré-Cœur la présence d’une église recrée clairement la référence villageoise, tandis que les places Simiot et Amédée-Larrieu, plus pauvres, s’inscrivent plus modestement dans une convergence de voies sans grande ampleur. La plus marquée dans cet écart identitaire est, sans nul doute, la place Belcier sise en arrière de la gare Saint-Jean, dans l’angle mort constitué par le rapprochement des Boulevards et des Quais : morceau de Bordeaux mais en même temps isolat replié sur un espace qui a échappé aux grandes continuités historiques et économiques.

34À l’évidence, qu’elles soient périphériques ou même bordelaise, ces places posent la question de la réalité mouvante de l’espace urbain vécu et représenté. Au tout de la ville qui s’inscrit dans un passé reconnu sinon complètement connu, où le xviiie siècle représente la trame de l’existence bordelaise, s’opposent les places « ruralisantes » qui se situent dans une absence de référence et de spécificité ; elles s’inscrivent dans les valeurs intemporelles de la vie communale, la proximité, une certaine solidarité autour de l’église et des bâtiments publics, l’emblématique républicaine… Il y a bien rupture entre les référents, la ville ne parvient pas à organiser son agglomération et les politiques municipales banlieusardes jouent largement là-dessus, non sans l’ambiguïté de vouloir, à leur niveau, créer de l’identité urbaine sans passé citadin. Mais cette histoire sera vue plus loin.

Signaux urbains, transformation du regard

35La fusion des diversités urbaines se produit par l’usage d’un petit nombre de citations spatiales unifiantes qui donnent son sens au discours sur la ville. Lieux symboliques, en même temps que sites bien réels, ils servent le langage concret de la ville, ils en constituent, d’une certaine manière, la syntaxe admise de tous ceux qui sont familiers de Bordeaux. Dégagés de référence fonctionnelle ces signaux spatiaux sont en même temps des portes de l’historicité urbaine car ils sont affectés d’attributs qui les établissent dans une évolution d’autant mieux utilisée qu’elle est forcément grossière. Le signal urbain peut être (le plus souvent) un point de repère aux qualités visuelles suffisamment marquées pour être immédiatement identifiées ; il est plus que cela car, s’insérant dans l’ordre du discours, il permet de désigner ce qui n’est point perçu immédiatement tout en donnant sens à l’ensemble de la ville.

36Dans ces conditions, la sémantique des signaux est révélatrice de la nature sociale des regards portés sur la cité, donc sur l’enchaînement des sens donnés aux lieux de référence, plus ou moins valorisés selon leurs usages perçus et jugés. Si bien que le regard urbain est à la fois culturel et historique dans la mesure où il s’appuie sur des jugements esthétiques transmis (les références au xviiie siècle sont exemplaires) et sur l’observation des usages des lieux (à quoi sert donc la façade des Quais !) donc à un jugement qui porte sur le couple déclin/développement. Bien sûr les modifications du sens des lieux sont certaines bien que suffisamment lentes pour s’inscrire imperceptiblement dans le jeu des mémoires et s’imposer dans la succession des générations. Telle quelle, chargée d’histoire et d’histoires, la ville de Bordeaux est productrice de ces lieux de sens et de mémoire, leur modification renvoie aux changements mêmes de l’identité urbaine ou, plus modestement, sur un impressionnisme urbain tel qu’un Albert Marquet le figura en ses tableaux bordelais du début du siècle.

37Reflet caractéristique d’une stabilité locale confinant à l’immobilisme, les signaux urbains bordelais ne changent guère durant toute la première moitié du siècle ; fondés sur les continuités historiques et l’assurance des permanences économiques ils inscrivent des références simples et bien hiérarchisées. Au cœur du système des valeurs spatiales il y a le port, le mouvement des bateaux et l’activité des quais rythmée par l’alignement des grues renforcé au gré des phases d’équipement. Souligné par la longue façade, c’est l’assurance tutélaire des permanences de la « porte océane » que les Bordelais inscrivent dans leurs certitudes. À quelque distance figure la puissance commerciale de la grande ville : la référence au Grand Théâtre est pour le plus grand nombre la proximité des « Grands Magasins » où se font les achats occasionnels de nature saisonnière, la rentrée des classes, les fêtes de fin d’année ; leur périphérie immédiate est celle des compléments plus spécialisés des rues commerçantes, les Cours pour les plus aisés, les rues Sainte-Catherine et Porte-Dijeaux pour le plus grand nombre (fig. 6).

38Au-delà du couple fondateur, port et chalandise, représenté, pratiqué, envié, les quartiers d’échoppes indifférenciés, véritable démocratie de la forme urbaine, sont repérables par la référence à leur limite (on parlera de la barrière de Bègles ou de la barrière du Médoc) et de manière intermédiaire par les principales églises autour desquelles ils se sont organisés (le Sacré Cœur, Sainte Geneviève, Notre-Dame des Anges). Cette homogénéisation de l’accord paisible des populations résidentes est seulement rompue, mais en ses marges, par les trois grands quartiers industriels parfaitement établis dans leurs fonctions et dans quelques appréhensions sociales autant que spatiales : les usines semblent étrangères à la tradition identitaire de la cité tout en étant parfaitement solidaires de son espace.

39Au nord il y a Bacalan, usinier mais aussi maritime par les bassins à flot ; tous les ans la bénédiction des « Terre-Neuvas » attire l’attention bordelaise sur l’existence d’un lieu particulier où se fixe une activité industrielle importante, un armement maritime spécifique et une vie sociale dont les particularités sont étrangères à la ville, Bacalan est considéré comme un bout du monde urbain, mais fait partie du pittoresque de la tradition portuaire. Au sud, il y a la gare Saint-Jean dont l’imposant bâtiment expression du voyage, exceptionnel ou quotidien pour une minorité, masque un quartier industriel profond et confus, articulé autour de deux signaux différents mais bien connus, l’un auditif, l’autre olfactif : les puissants Ateliers (de la Compagnie du Midi puis de la SNCF) rythment, quatre fois par jour, de leur vigoureuse sirène le travail de leurs centaines d’employés et la vie de toute la partie méridionale de la ville, tandis qu’aux extrémités béglaises de la zone une grande papeterie, la C.E.N.P.A. étend, plus largement encore, ses effluves de cellulose (de vieille soupe aux choux !) dès lors que le vent vient du sud… elle annonce le radoucissement de la température et, en été, la grosse chaleur. Il y a, enfin et surtout, la rive droite avec La Bastide et toutes les installations alignées le long des quais de La Souys et de Queyries. Vue depuis la rive gauche, elle représente un monde opposé aux alignements architecturaux avec sa succession de bâtiments bas et hétérogènes, sans unité autre que leur rejet dans l’au-delà du fleuve. Ce monde compliqué prend sens, périodiquement, quand les Chantiers de la Gironde procèdent, en grande pompe, au lancement d’un navire ; alors la foule accourt au pied des vastes superstructures métalliques et communie dans la réussite industrielle d’un quartier mal identifié dans l’entrelacs de ses voies ferrées et de ses ateliers désordonnés.

Figure 6 - Dilatation des signaux urbains

40Et puis, il y aurait aussi le retour sur la ville des métiers les plus divers dans un foisonnement indistinct. Autour de la « Flèche » (de l’église Saint-Michel) fourmillent les artisans, le négoce et le commerce, ils s’étalent aussi dans le quartier voisin de Saint-Pierre. Activités hétérogènes et distendues, certaines liées aux activités maritimes et fluviales par le ravitaillement des bateaux et la persistance des entrepôts et des hôtels à marins, d’autres, entraînées par le marché des Capucins prospérant au rythme des besoins alimentaires de l’agglomération. Fourmillant des multiples nuances des spécialités associées, depuis les marchands en beurre et fromages vers l’église Sainte-Croix jusqu’aux ateliers de confection proches du cours d’Alsace-Lorraine, ce centre exprime les activités courantes de la ville, celles qui en font un ensemble vivant élaborant produits et services de proximité. Le quartier de la Flèche et ses extensions est le Bordeaux du peuple affairé sur les arrières de la rive maritime du fleuve.

41Cette symbolique fusionnelle fait, pendant un bon siècle, de l’espace bordelais le reflet emblématique d’une continuité assurée et rassurante : sûre de ses origines, la ville l’est aussi de ses activités et de ses permanences. Quarante années plus tard, les certitudes économiques ont disparu, les relations au passé se sont distendues, l’emblématique spatiale s’est radicalement modifiée ; la référence à l’espace signifié a considérablement évolué comme si le vocabulaire servant à désigner s’était inscrit dans une syntaxe nouvelle reprenant les formes désignées et les distances pratiquées.

42Les quais ne sont plus au cœur des pratiques urbaines, leurs activités ne se situent plus au sommet d’une hiérarchie des compétences locales. Dépouillés de l’essentiel de leurs fonctions, ils alimentent le discours sur le déclin et la perte des traditions. Assimilés ordinairement aux encombrements automobiles les plus extrêmes, ils ne sont plus que les témoins d’un passé bien révolu, ce xviiie siècle hautain, dont les façades indissociables de celles de la place de la Bourse symbolisent l’activité portuaire de jadis. Aujourd’hui les débats d’assignation entre architectes, les manifestations culturelles (allant du Salon du Livre au passage des cirques sur les Quinconces) rejettent ces quais dans le trouble des mémoires : la présence du croiseur Colbert, avec ses visites populaires, accroît encore l’incongruité de la situation scellant le divorce de la ville et du fleuve encombré de cette imposante masse d’acier totalement étrangère à la tradition locale. Dans l’érosion des activités de référence le triangle industriel a disparu, Bacalan et la gare Saint-Jean dans ses prolongements vers la place Belcier ne font plus sens et sont devenus des territoires de l’incertain, rapidement traversés et contournés ; quant à la rive droite, ses déchirements renforcent encore l’expression centrale de la rupture historique. Alors que la tradition de construction navale s’estompe rapidement dans les mémoires (nombreuses sont les enquêtes qui en témoignent), le vaste ensemble de friches industrialo-portuaire fait de la rive droite de la Garonne un monde indistinct et sans lisibilité, échappé au destin industriel du xixe siècle et aux gloires du xviiie.

43Pourtant il n’y a pas que rétrécissement. S’il y a un incontestable déclin des usages centraux, le Grand Théâtre ne symbolisant plus l’accessibilité aux mirages et tentations des grands magasins, si la « Flèche » se réduit à des activités pittoresques (brocante et accueil des noctambules) mais somme toute subalternes, c’est le commerce qui est cependant à l’origine des nouveaux signes urbains et qui provoque une formidable dilatation de l’espace. Désormais les « phares » spatiaux jalonnant la ville sont « Mérignac Soleil », « Auchan Lac », les « Quatre-Pavillons » et, dernier venu, les « Rives d’Arcins » ; aux quatre points cardinaux, accrochés aux dessertes autoroutières, ces hypermarchés complétés de galeries marchandes constituent autant d’appels, géographiquement répartis mais toujours rythmés par le couple parking-linéaires de gondole, plus ou moins facilité selon les lieux. Lieux sans passé, identiques puisqu’ils sont banalisés dans la même unifonctionnalité, ils étendent la ville, la distendent même en la privant de son épaisseur : la modernité se fait sans l’identité, abandonnée aux déchirements des lieux de centralité.

44Et puis il y a aussi le triptyque des grandes opérations des années 1970-80 : aux antipodes l’un de l’autre, le quartier du Lac d’une part, le Campus de l’autre, Mériadeck entre les deux. Le premier est associé aux manifestations commerciales, foires et expositions, qui font vivre un centre hôtelier important ; mais il est aussi marqué par la présence d’organismes sociaux et professionnels très fréquentés durant la semaine et, enfin, par l’existence d’une base de loisirs nautiques : mélange de fonctions et d’usages, avec, entre les déploiements de foules décontractées de badauds et les grandes messes techniques à la gloire des affaires d’une part, les attentes inquiètes des dépendances bureaucratiques de l’autre… mais ce ne sont pas, généralement, les mêmes publics. Le second, depuis trente ans, pose un problème permanent et croissant d’insertion urbaine : durant une partie de l’année il génère des flux intenses de déplacements articulés principalement depuis la place de la Victoire, tout en constituant un univers aux pénétrations aérées mais peu évidentes au milieu des multiples bâtiments universitaires. Reconnu de Bordeaux, le campus est à la fois un lieu de grande autonomie spatiale en même temps qu’une référence au développement de l’agglomération par son intégration où la symbolique intellectuelle du progrès euphémise des modalités concrètes de fonctionnement bien délicates.

45Enfin, dans un entre-deux il y a, en centralité périphérique, le quartier Mériadeck issu de l’ère des rénovations lourdes des premières phases reconstructives des Trente Glorieuses. « Civic Center » incomplet et mal accroché au centre classique de la ville, complété par une grande surface, il se désarticule en unités diverses allant de la très belle bibliothèque municipale à la patinoire multi-fonctions, succédané culturel à l’absence de grande salle de concert, en passant par les rébarbatifs services fiscaux et par l’éperon austère et majestueux du bâtiment de la Région qui s’avance en proue vers le calme du cimetière de la Chartreuse. Dernière étape dans l’immatérialisation de signalements urbains qui se définissent dans l’abstraction de termes forts et simples, le Campus et Mériadeck se diluent en usages incomplets, partiels et contradictoires. En définitive, seul l’aéroport de Mérignac et ses usages simplifiés reconstitueraient, à la manière du xixe siècle, un site « unidimensionnel » où l’économie et l’usage social s’ancrent fortement dans un espace marqué par des signes évidents.

Sur un malentendu : l’humilité industrielle

46Ainsi l’espace bordelais peut-il être lu à travers cette association de formes, de références, d’usages dont les emboîtements contribuent à donner un sens aux lieux et à produire un espace-cité, et cette lecture conduit à poser la question englobante – elle concerne toute la ville – des « vocations » bordelaises et du sens général à donner à l’agglomération. La réponse paraît simple, et les travaux répétitifs des géographes vulgarisateurs concourent à l’ancrer dans les mémoires : Bordeaux est ville du négoce et des commerces les plus variés ; place marchande, ses quartiers reflètent la paisible hiérarchie des distributions sociales inscrites depuis le quartier des Chartrons et les activités portuaires. Tous les auteurs s’accordent cependant pour ajouter qu’il y a « également » une activité industrielle à Bordeaux, même si les textes hésitent à l’attribuer à des causes autres que subalternes, tandis qu’à l’évidence le négoce et les commerces qui en découlent sont liés au port et à l’intangible vocation maritime de la métropole aquitaine.

47Tout se passe comme si dans son rapport au passé on ne retenait pour la ville qu’une fonction quasi linéaire d’échanges, allant du commerce des « Isles » au récurrent négoce des vins, le reste des activités n’étant que banalités et arrière-plans, servitudes plus que réalités constitutives. De là découlerait cette relation univoque à ce qu’il conviendrait de considérer comme une histoire de l’économie fortement ancrée dans les mentalités et les représentations, tout tournant autour d’une absence de tradition industrielle bordelaise, contrepoint aux préséances négociantes et servant de modulation à toute destinée politique et sociale de l’agglomération en constitution continue depuis trois siècles. Or, l’espace concret considéré en tant que cadre de vie, s’inscrit résolument en faux avec ces simplifications autant politiques qu’idéologiques, les chapitres précédents se sont déjà efforcés de le montrer. Il y a dans l’espace bordelais une grande familiarité avec l’industrie et dès lors que l’on s’éloigne un tant soit peu des quais, c’est elle qui marque le plus banalement la structure urbaine.

48Si l’on revient aux années cinquante qui marquent, on l’a déjà vu, ce moment majeur d’inflexion à partir duquel la ville organisée par le xixe siècle se modifie sous l’effet d’une impressionnante dilatation spatiale, que constate-t-on ? À l’exception de l’hyper-centre des géographes, marqué par le commerce (mais peu par le négoce) et, plus discrètement, par l’administration et de quelques quartiers péri-centraux uniquement résidentiels (les quartiers Saint-Genès et Fondaudège, l’essentiel de la commune de Caudéran encore indépendante) le Bordeaux usager résulte d’une présence diffuse du fait industriel dans toutes les formes issues de l’expansion manufacturière européenne. Presque partout, les bâtiments abritant des productions extrêmement diverses s’immiscent au milieu de l’habitat, les toitures en sont plus élevées, mais le plus souvent en retrait, les façades aux proportions modestes sont bien achevées et couronnées, parfois, du nom du propriétaire. À Bègles, à Talence, au Bouscat, sur la rive droite, la même familiarité spatiale se retrouve, nuancée par les relatives spécialisations locales. Là où prédomine la métallurgie, les bâtiments sont plus grands et assurent la transition avec ceux, exigeants et exclusifs, qui marquent les principales zones spécialisées. Là où les industries alimentaires, du bois ou d’équipement de la personne sont prédominantes (à Talence et au Bouscat en particulier), les unités productives se font plus familières encore, s’insinuant dans les modestes îlots d’échoppes. Pour les habitants de ces quartiers la journée est rythmée par l’embauche des quelques employés, parfois quelques dizaines, par les modestes mouvements d’apport et d’enlèvement de marchandises parfois aussi, lorsque les produits s’y prêtent, par quelques ventes directes de proximité.

  • 3 Voir Jean Dumas, Les activités industrielles…, op. cit., premier volume.

49Insertion évidente donc, présence quasiment triviale de ces multiples installations dont la modestie s’accompagne d’une existence toujours renouvelée. Et le modèle va fonctionner : banalisée, l’industrie fait partie de ces « commodités » anglo-saxonnes, de ces services aussi évidents que présents. Il va de soi que l’on multiplie les fabrications à Bordeaux, leur extrême diversité, la place de certaines marques dans la vie quotidienne constituent autant de gages d’une présence qui ne s’accompagne pas, à la différence du négoce, d’une ostentation située et organisée3. Ce système spatial ne se dérègle que lentement, mais de manière régulière et quasiment inexorable, la ville devient lentement un Bordeaux usagé, le tissu urbain qui a trop servi tendant à se trouer avant que d’être raccommodé.

50Le déclin a commencé dès les années soixante avec la concentration dans les industries dites traditionnelles, ateliers de confection, de chaussures, distilleries. Il s’accentue dans les années soixante-dix avec la crise locale de la construction mécanique et la disparition des dernières unités, les plus importantes, de l’agroalimentaire, du bois ou, encore, de la chaussure. Étalée sur quelques années la cérémonie du départ du quartier est la même, d’abord brutale, la cessation d’activité, le silence des locaux et leur vieillissement, parfois leur dégradation s’ils sont peu gardés. Viendra ensuite la démolition, la remise à nu du terrain sur laquelle s’enchaîne plus ou moins vite la construction d’un ensemble immobilier composé d’appartements de plus en plus petits au fur et à mesure que l’on avance dans les années quatre-vingt. Et l’agglomération voit muter son espace, tous les quartiers d’échoppes et de maisons de ville à un niveau sont désormais marquées de constructions plus élevées, résidences sans continuité avec l’habitat traditionnel qui témoignent, pour les plus anciens des habitants, du départ de l’industrie.

51Le contact tangible et quotidien avec l’industrie disparaît à mesure que les activités manufacturières fuient pour diverses raisons la proximité immédiate de l’habitat. Dans l’inconscient collectif le fait industriel est devenu abstraction. Certes les activités ne sont pas totalement méconnues, au moins les plus prestigieuses, aéronautique, automobile, « industrie de pointe » célébrées ponctuellement par les médias locaux, mais elles se trouvent dans des périphéries éloignées et mal connues, dans des zones industrielles où le mélange des activités échappe aux rythmes courants des paysages urbains pour s’isoler en domaines aux cohérences fondées sur les transports et les équipements techniques. Éloignement industriel, éloignement portuaire, mais présence multipliée des bâtiments administratifs, tant à Mériadeck qu’au Lac, la ville concrète se coupe de son passé physique pourrait-on dire, pour ne plus se figurer qu’en métropole administrative retenant à elle l’évidence de son passé politique et écartant sur des marges incertaines les héritages des activités économiques ; ceux-ci sont rappelés avec constance mais l’agglomération les rejette en même temps qu’elle dissout les traces concrètes de leurs sites traditionnels.

Centre et centres

  • 4 Kevin Lynch, L’image de la Cité, trad. fr. Dunod, Paris, 1977, 222 p.
  • 5 Michel Favory, La territorialité sociale dans l’espace urbain de l’agglomération bordelaise, Thèse (...)
  • 6 Par exemple dans La vigne et la maison, Paris, Plon, 1922.

52Demeure alors la question du sens général donné à la ville. On l’a déjà rencontrée par les axes autant que par les sites remarquables mais sans, toutefois, poser l’interrogation transversale sur les représentations d’ensemble données à la ville. Fusionnant références historiques et valeurs politiques, on peut penser qu’elles articulent toutes les données rassemblées jusqu’alors en un catalogue raisonné des pratiques mêlant les utilisations concrètes avec les jugements portés sur les lieux. Ainsi peut être esquissée une géographie sensible de la cité qui emprunte à la fois au désormais classique Kevin Lynch4 et, surtout, aux recherches originales de Michel Favory sur la structuration des représentations urbaines5. Peu de retours en arrière possibles sur ce domaine si délicat, peut-être par des notations fugaces de François Mauriac ou de Jean Balde6, mais une approche bien contemporaine qui plonge dans l’achèvement social de la ville actuelle autour du lien majeur de la reconnaissance, celui de la centralité sérieusement mise à mal, nous l’avons vu, par les mutations économiques qui ont éclaté la polarité urbaine encore si évidente durant les années cinquante et qui continue encore, par un lent travail de mémoire, à marquer les plus anciens habitants, en voici un témoignage :

« Ce n’est qu’au cours des années que nous prîmes conscience du génie de l’Intendant Tourny qui réalisa, au-delà des murs d’enceinte de l’ancienne cité, un plan d’envergure dont l’élégance générale est la marque d’une civilisation éprise de clarté et de grâce.
Tant de villes importantes se sont développées au hasard des circonstances… Bordeaux est née d’une grande idée.
Toutes ces impressions pénétraient en nous par le cœur. Elles sont toujours vivantes. Ce n’est qu’à la fin d’une vie que j’en saisis l’importance ».
André Dufilho, Les rives de la Garonne. Voyages d’une mémoire, Auberon, Bordeaux, 1993, p. 136.

53Mais en même temps que la ville devenait agglomération, les choses se sont compliquées et Michel Favory montre que le sens des lieux devient de plus en plus complexe, mêlant subtilement les usages concrets de la ville, résidence, emploi, consommations, capital social et culturel et ancienneté. Les sites ne s’imposent pas de manière univoque, il existe des rapports et des jugements qui peuvent être assemblés en trois ensembles qui dégagent des manières d’être ou, phénomène plus récent, de ne pas être, partie prenante de l’ensemble bordelais considéré comme grammaire de signes spatio-temporels plus ou moins mobilisables.

54Le premier groupe, rassurant pour qui parle de la ville et de ses sens, qu’il soit décideur ou observateur, est citadin, qu’il habite dans la ville– centre ou dans sa périphérie immédiate ou, pourquoi pas, éloignée. Pour lui, la centralité est d’évidence, il a une perception d’ensemble de l’urbain qui s’organise à partir d’un centre-ville défini par ses attributs monumentaux, historiques mais aussi pratiques : il s’inscrit au sein d’un ensemble de connivences territoriales où la place de la Comédie et le signal du Grand Théâtre semblent être un nœud de distribution vers les sites commerciaux, ludiques voire festifs. La familiarité procure la sécurité et l’assurance, la ville s’organise dans une histoire plus ou moins connue mais toujours acceptée comme substrat de la lisibilité d’un espace fortement hiérarchisé. Pour certains, affaire d’âge autant que de sentiments, l’évidence du centre est telle qu’elle s’impose massivement à un univers où la différenciation de détail, quartier ou banlieue, n’est affaire que de reconnaissance d’usage ou toponymique, et l’on peut parler alors d’un style spatial ancien, ou hérité. Pour d’autres, la centralité principale et évidente s’accommode de « petites » centralités, ou de références secondaires qu’il s’agisse de points nodaux dans les quartiers (les Barrières, quelques places significatives telles Nansouty ou Paul Doumer) ou, surtout, des centres des principales communes de banlieue. Dans ce cas, la pratique de la ville est plus richement territorialisée car elle implique un grand sens de la hiérarchie et des emboîtements fonctionnels autant qu’historiques ; à l’usage la connaissance peut être beaucoup plus fine, car elle débouche sur l’appréciation qualitative des divers quartiers les uns vis-à-vis des autres et permet un enrichissement continu par les informations collectées lors des parcours citadins.

55Le second groupe est banlieusard, hérité de comportements bien connus pour le xixe siècle parisien, mais multiplié localement au fur et à mesure que s’affirmaient des politiques municipales identitaires ramenant l’urbanisation sur des lieux d’usages commerciaux et administratifs. La référence locale y est d’abord communale, villageoise même, tout le centre valorisé présente des attributs fondés sur l’ensemble église-mairie-place organisatrice des commerces voire du marché hebdomadaire. Pour ces habitants, la satisfaction résidentielle est grandement fondée sur des éléments de proximité immédiate pouvant tenir en la satisfaction d’un cadre assez étroit pour associer en une seule commune la résidence et l’usage de la cité selon un modèle de type villageois. Pour ce type, la ville éponyme et son centre sont bien connus, ils sont même pratiqués, mais en une position d’inversion, voire d’hostilité : « aller à Bordeaux » ce n’est plus « aller en ville » mais se voir imposer un certain nombre d’obligations spatiales se déroulant sur une scène assez bien identifiée dans ses principaux caractères mais sans grande familiarité. Ici, la centralité majeure est largement subie bien qu’acceptée en usages différenciés selon les âges et les obligations, des foires des Quinconces pour les plus petits et leurs parents aux braderies et manifestations commerciales. Le centre est alors un « autre » urbain accepté, plus ou moins dénommé mais mis en dehors d’un sentiment vécu qui ne se dénomme d’ailleurs pas en tant que tel : on est de Pessac, de Mérignac, on n’est pas banlieusard ou plutôt on ne l’est plus car ce sentiment de domination acceptée s’estompe progressivement avec les années cinquante-soixante.

  • 7 Demain, l’espace. L’habitat individuel péri-urbain, Rapport de la mission d’étude présidée par Jac (...)

56Et puis, dernier type, il y a le périurbain, ou mieux, l’urbain périphérique, celui qu’il y a une vingtaine d’années un rapport célèbre7 appelait de ses vœux. Pour lui règne un « imaginaire appauvri » : certes, le centre est connu et éventuellement fréquenté, de même que le centre communal, mais dans un rapport strictement fonctionnaliste de comparaisons avec les avantages tirés de la fréquentation des grands pôles commerciaux périphériques. Le sens historique et symbolique de la ville se rétracte sur les usages immédiats de la proximité vécue, le grand ensemble ou le lotissement. L’espace résidentiel, souvent évalué en terme sécuritaire, sans avenir évident, consacre une perte du sens de l’agglomération, un rapport à l’espace strictement unidimensionnel. La citadinité est imposée par les déplacements obligés, elle est inquiétante et évitée au gré des évasions de fin de semaine et de toutes les périodes de loisirs. Hostile et source de frustration, le cadre urbain fixe les lieux d’emploi mais aussi l’errance de sa recherche ponctuée par la fréquentation des agences de l’A.N.P.E. et des centres de formation, il contient les temples de la consommation, leurs tentations et leurs insatisfactions, leurs fréquentations en forme d’évasions ludiques et d’appels aux crédits à la consommation.

57Il serait vain de tenter un bilan quantitatif de ces types aux emboîtements subtils et aux frontières incertaines. L’âge, la situation familiale et professionnelle, la position résidentielle se combinent en une alchimie complexe dont le résultat est de produire des styles cognitifs bien différents qui font qu’au-delà des pratiques concrètes, les représentations et les appartenances urbaines évoluent en styles très différents. Phénomène culturel et historique pour ceux qui en essaient les définitions et les reconstitutions, la cité aquitaine n’appartient qu’à certains ou, plutôt, n’est imaginée qu’à travers le groupement d’informations aux transmissions subtiles.

58Le passé fait la constitution bordelaise, son essence. La rencontre avec les pratiques routinières ne donne sûrement pas l’unité mais une diversité de relations à l’espace dont la médiatisation par un usage généralisé de l’automobile renvoie à un étalement de plus en plus difficile à comprendre autrement que dans l’opposition entre une idéalisation construite et l’éclatement des comportements quotidiens. Le pont est assuré par l’espace, trace lisible en même temps que matrice des conduites particulières, assembleur et organisateur d’une société indépendante du passé en même temps que située par lui. Espace-lieu autant qu’espace-temps dont les structures s’enchevêtrent en d’étonnants paradoxes logiques qui constituent l’objet de la seconde partie.

Notes

1 Avec une grande finesse d’analyse urbaine, fortement calquée sur le dénombrement soigneux des quartiers, c’est, globalement, l’interprétation donnée par Pierre Barrère, dans Les quartiers de Bordeaux, Auch, Cocheraux Impr., 1956. Elle fut largement reprise et diffusée.

2 Jacques Tribalat et Michel Pétuaud-Letang, L’échoppe bordelaise, A éditions, 1997.

3 Voir Jean Dumas, Les activités industrielles…, op. cit., premier volume.

4 Kevin Lynch, L’image de la Cité, trad. fr. Dunod, Paris, 1977, 222 p.

5 Michel Favory, La territorialité sociale dans l’espace urbain de l’agglomération bordelaise, Thèse Université Michel de Montaigne, 1992, multigr., 441 p.

6 Par exemple dans La vigne et la maison, Paris, Plon, 1922.

7 Demain, l’espace. L’habitat individuel péri-urbain, Rapport de la mission d’étude présidée par Jacques Mayoux, La Documentation Française, 1979, 144 p. plus annexes.

Table des illustrations

Légende Figure 3 - Bordeaux xviiie , Bordeaux des échoppes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Figure 4 - Cours, boulevards et barrières
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 5 - Places majeures bordelaises
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 6 - Dilatation des signaux urbains
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540