Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, ville paradoxale

 | 
Jean Dumas

Première Partie. Paradoxe historique : le temps comme justification et comme contrainte

Chapitre 1. L’orgueil et l’introversion

Texte intégral

« Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard, Ne pas être obligé d'en rien rendre à César, Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite, Bref, dédaignant d'être le lierre parasite, Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! ».
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte 2, scène 8.

1On ne saurait approcher Bordeaux sans une immersion dans l’histoire, et plus précisément dans l’Histoire de France telle qu’elle figurait dans l’imaginaire collectif, transmise longtemps, et exclusivement, par l’école, diffusée plutôt, aujourd’hui, par l’environnement médiatique. C’est d’un regard appliqué, au sens que lui donne le bon élève, qu’il s’agit ; de celui qui fait, dans la tradition française, de la géographie la trace localisée de l’histoire écoulée et stratifiée.

2Bordeaux se dit et se représente dans des situations successives héritées de temps plus ou moins reculés et leur enchaînement fonde tout aussi bien une orgueilleuse représentation de soi qu’une propension évidente au repli vis-à-vis des autres : en l’occurrence, le Bordelais serait beaucoup plus attentif à la construction de son « moi-historique » qu’au souci des grandes mises en perspective, Stendhal mieux que Braudel à l’évidence.

  • 1 Paul VEYNE, Comment on écrit l'histoire, Seuil, 1979, rééd. Collection Points.

3Ainsi, le discours sur Bordeaux se construit dans un réseau d’à-peu-près historiques, fortement charpenté autour de thèmes représentatifs qui imposent une image de la ville et qui, valorisés et magnifiés servent de base aux représentations et aux projets locaux. La sélection des références au passé qui font le récit historique s’élabore selon les résultats obtenus, ou imaginés, si bien que l’énonciation du passé vient à l’appui, sinon au secours, de caractères urbains actuels, réels ou souhaités. On se trouve dans l’univers de la « rétrodiction » définie par l’histoire Paul Veyne1.

4Les caractères des références choisies s'inscrivent dans le registre positif de qualités affirmées. Les faits historiques retenus, ressassés bien souvent, procèdent d’une thématique de « l'âge d'or » ; ils se réfèrent à ces moments où Bordeaux fixe des événements particulièrement significatifs, des « riches heures » durant lesquelles la cité aquitaine est exemplaire, participant de cette « histoire de France » globalisée tout en s’y individualisant, en devenant un acteur particulier et bien identifié. Les siècles se succèdent, apportant chacun sa pierre à l’édifice de la mémoire et de la représentation. C’est donc à partir de là qu’on peut tenter une première approche, extérieure certes mais si indicative, de la présence du fait bordelais dans une sorte de « culture du passé quotidien », affleurant dans les lieux communs comme dans toute enquête journalistique. Il ne s’agit donc pas d’une histoire continue mais d’un essai de constitution du tempérament historique tel qu’il est construit au regard des références principales. Il est impossible de prétendre à l’exhaustivité mais, en dégageant des traits majeurs d’ouvrir sur la subjectivité de chacun : monde des représentations et des évocations toujours susceptible d’évolutions.

Aliénor d'Aquitaine

  • 2 Ill faut l'immense érudidion, le talent et la fougue du Professeur Robert ETIENNE pour camper un A (...)

5Ce nom suffit en lui-même à trouver l’histoire bordelaise. Nul article de quelque journal ou revue qui ne réussisse à glisser la référence magique parce fondatrice d’antériorités glorieuses. On peut même établir que tout commence par lui car, dans son énoncé, il lie la ville à sa région en fondant son rôle de métropole. Certes, auparavant, il y a Ausone, brillant universitaire qui connaît une grande (sinon longue) carrière auprès de l’empereur au ive siècle, propriétaire fin lettré en saint-émilionais. Mais le personnage décline en même temps que la culture latine de nos contemporains, et l’obscurité des institutions du Bas-Empire est telle qu’elle ne permet guère le jeu des références. La remarque vaut d’ailleurs pour la dénomination de l’espace car la grande Aquitaine de la Tétrarchie impériale correspond à des modalités de gouvernement qui mêlent progressivement l’ordre civil et le religieux ; le ive siècle connaît des hésitations successives qui bénéficient plus ou moins à Burdigala. Décidément ces choses sont trop anciennes pour les comprendre, et même chez les universitaires la référence à Ausone s'estompe, sauf chez les « littéraires »2.

6Quelques siècles plus tard, l’histoire s’ordonne autour d’Aliénor qui paraît simplifier les choses territoriales autant que culturelles. Étonnante vie que celle de cette puissante personnalité qui joue un rôle éminent dans les destins croisés de la France et de l’Angleterre féodales en faisant de ses possessions personnelles, la fameuse Aquitaine et son cœur politique la Guyenne, un territoire de référence sur lequel elle assoit la continuité de son influence sur ses deux royaux époux. Par elle, ses terres se trouvent être au cœur des aménagements incessants qui caractérisent cet Occident du xiie siècle ce qui ne manque pas de produire cette référence vaniteuse qu’il faut s’efforcer de détailler.

7Rappelons la longueur exceptionnelle de la vie de la reine, 1122-1204, durée étonnante dans la démographie médiévale et, plus encore, dans l’exercice du pouvoir puisqu’elle devient en 1137 duchesse d’Aquitaine et de Gascogne, comtesse de Poitiers, étendant son autorité sur dix-neuf départements contemporains, de l’Indre aux Pyrénées-Atlantiques. Ce long pouvoir est exercé dans des conditions suffisamment étonnantes pour en paraître romanesques aux yeux de la postérité : deux fois reine, elle apporte à ses époux successifs, le Français, puis l’Anglais, son immense domaine mais négociatrice entreprenante et rusée, elle s’appuie constamment sur les liens personnels qu’elle tient de son héritage. Ainsi fait-elle de cette Aquitaine, tour à tour, et selon les circonstances, un outil de puissance quand il faut lever l’impôt ou lever une troupe, un refuge éventuel quand les affaires du nord tournent mal entre deux royaumes à la recherche de leur assise.

8Tout ceci ne va pas sans déplacements incessants car la fidélité des vassaux n’est jamais définitivement acquise. Entre ses déplacements plus lointains, jeune femme vers l’Orient de la Croisade, dans la maturité vers l’Angleterre et même en Castille dans la vieillesse, les retours sont nombreux dans les domaines propres parcourus en voyages aux finalités principalement politiques. Et l’on observera que, si Bordeaux fixe volontiers l’intérêt de la reine, c’est en réalité à Poitiers que celle-ci séjourne volontiers. Si le mariage avec le futur Louis VII a bien été célébré dans la cité la plus importante, les Plantagenêts, mari Henri II, puis fils Richard, se méfient de la ville et de ses bourgeois trop habiles et ce n’est qu’à partir de 1199 que, devenu roi, le dernier fils Jean sans Terre s’appuiera dessus, se dégageant d’un Poitou passant sous influence française. Mais l’appropriation mémorable se produit bien, la ville majeure bénéficie de la situation politique de l’ensemble du territoire.

9La Reine Aliénor est toujours remarquée comme la princesse entourée de troubadours (certains participant directement à ses affaires embrouillées) qui chantent cet amour courtois venu du Midi. Sa délicatesse maniérée s’oppose aux mœurs encore rudes des cours du Nord ce qui fait de la duchesse d’Aquitaine l’expression civilisée des régions méridionales riantes et heureuses qui s’inscrit si naturellement dans la géographie imaginaire des Français. Et le transfert se produit de la femme à la ville qui s’en approprie les deux visages. Bordeaux s’établit comme capitale du midi, alliant puissance et civilisation, se démarquant décidément de ce qui est septentrional. Assimilation redoutable en soi, car ce sud porte aussi en lui le débraillé et la faconde... mais heureusement les influences londoniennes et les Plantagenêts vont être là pour policer tout cela : on est culturellement du sud, certes, mais avec la distinction en plus.

10Transmutation du lieu mais aussi transmutation du temps : Aliénor est à la fois jeune princesse et vieille reine, mêlant les caractères de la séduction et ceux de la permanence, c’est-à-dire tout ce que l’on peut rêver pour la cité qui l'accapare dans son imaginaire. C’est aussi la « faiseuse d'histoire » par laquelle se joue, dans la durée, l’organisation de l’Europe ; autour de sa vie, maris successifs, enfants nombreux et alliés multiples évoluent au gré de son infatigable activité. De l’histoire quotidienne à l’Histoire se noue un destin personnel, culturel en même temps que territorial dont le pivot est cette Aquitaine vaste et imprécise et sa métropole qui bénéficient de la correspondance simplificatrice du xxe siècle : la réforme administrative moderne fait s’effacer la poitevine devant celle qui ne peut être que bordelaise dès lors qu’elle s’intitule « d’Aquitaine ».

  • 3 Charles Higounet (dir.), Histoire de Bordeaux, Bordeaux médiéval I, Delmas, 1963, p. 67 et 68, et (...)

11Ces traits rapidement brossés expliquent le retour littéraire du personnage historique dans la culture locale. Les choses s’engagent de manière austère dans les savants travaux du professeur Charles Higounet, maître d’ouvrage de la monumentale Histoire de Bordeaux. Dans les deux volumes consacrés au Moyen-Âge il consacre lui-même quelques brèves pages acérées aux liens d’Aliénor et de Bordeaux, deux dans les débuts du premier tome, guère plus dans le second3. Peu de choses, donc, avec cependant des notations qualitatives bien intéressantes en ouverture des ouvrages qui vont suivre :

« Bordeaux, en fait, n’a guère intéressé les deux premiers Plantagenêts. A une époque où les problèmes d’autorité se posaient d’abord en termes militaires, la valeur stratégique de cette ville que personne ne menaçait était à peu près nulle. Ce n’était ni un port d’armement, ni une ville frontière ».
Bordeaux sous les Rois d’Angleterre, p. 22.

12Ce qui établit la place très personnelle de la cité aquitaine dans les entreprises propre d’Aliénor et, surtout, ce jugement plus annonciateur encore :

« ... plus d’invasions, plus de dangers immédiats, les linéaments d’une administration et d’une paix ducales, tempérées par l’éloignement du prince et la conscience d’un particularisme « girondin ».
Bordeaux pendant le Haut Moyen Age, p. 68.

13« Girondin », le particularisme est souligné dans l’anachronisme audacieux, aux regard de la froide technicité du reste du texte, qui ouvre la voie à de multiples développements plus vulgarisateurs. Ainsi pourrait-on déjà déceler dans la ville de la duchesse d’Aquitaine ces spécificités naissantes d’une identité par la suite consacrée dans le travail d’une mémoire lisant le passé en quelques schèmes explicatifs.

  • 4 Régine Pernoud, Aliénor d'Aquitaine, Paris, Albin Michel, 1966 puis 1981, 288 p.

14En 1966, Régine Pernoud publie son Aliénor d’Aquitaine, le succès est tel qu’il bénéficie d’une nouvelle édition en 19814. Le travail historique s’y affirme dans une vulgarisation chatoyante qui met en scène un personnage majeur et l’appuie sur ses racines locales. Des premières pages consacrées au fastueux mariage avec le futur Louis VII jusqu’aux dernières années assombries, la référence bordelaise est bien là. Qu’il s’agisse de la souligner dans l’opulence du palais de l’Ombrière, qu’elle assure le contrepoint à la tristesse de Paris ou à la rusticité londonienne, toujours Bordeaux est symbole de la joie, de la culture et d’un certain art de vivre et d’être en politique au milieu des guerres incessantes entre Capétiens et Plantagenêts. Et l’image, ainsi, se renforce, plaisante aux Bordelais qui y trouvent confirmation de ce qu’ils pensent de leur savoir-être !

« Sans doute, si rieuse et si résolue qu’elle [Aliénor] fût, eut-elle en se retournant un long regard pour la cité qui lui apparaissait à contre-jour dans le soleil couchant, quand elle eut à son tour traversé la Garonne : Bordeaux avec ses remparts remplis d’ombre et, se découpant sur le ciel doré, les clochers de sa cathédrale... tout ce coin de terre vénérable qu’on pouvait embrasser d’un coup d’œil au creux du fleuve arrondi et paisible... ».
Aliénor d’Aquitaine, p. 21.

« Quelle impression aura pu faire à cette méridionale le premier séjour en Angleterre, et cette couronne conquise à travers des chemins boueux, défoncés par les pluies, en luttant contre un vent de tempête pour arriver, coûte que coûte, vers la cité de Londres ? A-t-elle eu une pensée mélancolique pour les riants paysages des bords de la Garonne... ».
Aliénor d'Aquitaine, p. 115.

  • 5 Jacques Chaban-Delmas, La Dame d'Aquitaine, RMC Éditions, 1987, 193 p.

15Le champ est libre pour l’appropriation légitimée pour l’annexion municipale. En 1987, Jacques Chaban-Delmas publie à son tour La Dame d'Aquitaine5 dont le titre même, établit la connivence qui, au-delà des siècles fait de l’Aquitaine la terre bordelaise par personnage interposé. Clin d’œil de la continuité entre la duchesse d’Aquitaine et celui qui s’est inscrit comme analogique « duc d'Aquitaine » dans la construction du système régional. L’éponymie se trouve fondée sur des caractères, à la fois politiques et territoriaux, qui annexent définitivement le personnage médiéval à l’identité contemporaine, de la ville indissociable des entreprises de son maire.

« D’Aquitaine je suis : d’Aquitaine je reste ». La voilà la forme suprême de la fidélité et le modèle qu’elle [Aliénor] nous propose, le voici le grand dessein servi par une vaste intelligence, un caractère indomptable et une passion décevante ».
La Dame d'Aquitaine, p. 193.

16Identification évidente qui contribue à l’édification d’une authenticité régionale et qui, faute d’une assise territoriale, se moule dans la silhouette esquissée d’une femme hors du commun. Et le rapprochement va même jusqu’à la prémonition... ou, peut-être, jusqu’à l’expression d’une inquiétude reflétée par les difficiles dernières années de l’héroïne,

« Comment à l’inverse ignorer les effets souvent désastreux pour l’intérêt public de successions mal préparées ou pis négligées ? Certes, plus l’échelon dans l’État est élevé, plus il est central, plus la tâche est difficile, et l’accomplissement incertain ».
La Dame d’Aquitaine, p. 186.

17Mais le mythe est établi, à sa suite arrivent les « années anglaises » qui confortent les caractères initiaux, indépendance et particularisme.

Références anglaises

18Le 9 octobre 1453, la bataille de Castillon met fin officiellement à la Guerre de Cent Ans. Bordeaux capitule définitivement devant les troupes de France ; alors s’achève la période anglaise ouverte par le mariage d’Aliénor et d’Henri Plantagenêt en 1152 et le sacre à Westminster le 19 décembre 1153, trois siècles essentiels dans un travail de mémoire et de référence sur lequel il est important de s'arrêter tant ils continuent de jouer encore aujourd’hui.

  • 6 Yves Renouard (dir.), Bordeaux sous les Rois d'Angleterre, t. 3 de l'Histoire de Bordeaux, sous la (...)

19On peut, bien schématiquement, encore que pour l’historien scrupuleux6 les choses soient liées en échanges incessants et subtils, organiser cet héritage mémorisé en deux thèmes de mémoire qui vont parcourir les siècles et constituer les références d’un possible tempérament bordelais : la puissance politique et l’orgueil citadin semblent s’allier, se renforçant durant une période de révérence, longue et cependant réduite à quelques idées simplement utilisables pour qualifier une originalité qui sera confirmée ultérieurement.

20Que dire de mieux que ce bilan du xive siècle tiré par Pierre Capra, l’un des auteurs de la somme historique bordelaise ?

« Au total, le troisième quart du xiv e siècle donne à Bordeaux tous les attributs politiques les plus éminents, sauf la résidence d’un roi... Elle est un moment une des animatrices politiques de l’Europe médiévale, avec Londres, Paris et Avignon. Mais cette grandeur n’a-t-elle pas dépassé les possibilités concrètes de la cité et de son arrière-pays ? En tout cas, il en est resté, plus ou moins consciemment, un sentiment qui dépasse celui des métropoles dont le sort fut toujours provincial depuis le grand rassemblement de la France par les Capétiens ; et, devenu un réflexe dont la justification était obscurcie, cette mentalité mettra des siècles à s’atténuer ».
Bordeaux sous les Rois d’Angleterre, p. 403.

21C’est dès 1199 que, pressé par l’urgence des guerres, Jean sans Terre, Richard Cœur de Lion à peine disparu, accorde aux Bordelais une charte reconnaissant leurs premières libertés municipales. Confirmée et complétée chaque fois que la ville redevient une pièce maîtresse dans le dispositif territorial des Plantagenêts, au gré des entreprises militaires françaises et castillanes, elle assoit l’importance de ses institutions et de sa capacité à lever des contributions financières. C’est qu’en effet et ce, jusqu’aux ultimes péripéties de la Guerre de Cent Ans, Bordeaux a la réputation d’une ville imprenable, abritée derrière ses énormes remparts édifiés dès le ive siècle puis toujours renforcés. À commencer par Philippe Auguste, tous les rois de France, et bien des puissants chefs de guerre à leurs ordres, viendront jusqu’aux bords de la Garonne et préféreront ne rien tenter. Seul, en 1294, et pour dix ans, Philippe le Bel installe les Français dans la ville, mais c’est pacifiquement à la suite d’une rouerie juridique et parce qu’Édouard Premier guerroie contre les Gallois ; l’affaire est suffisamment importante pour qu’on voit se confirmer les privilèges anglais, ils sont même notablement étendus territorialement.

22Au cœur de ce qui, d’Aquitaine est devenu la Guyenne (via la contraction populaire de « Quienne »), Bordeaux se voit doté d’attributs tout à fait considérables, réels ou symboliques, ils lui donnent une position éminente au sein des possessions anglaises. Au cœur des désastres français, quand culmine la puissance anglaise, Bordeaux connaît son apogée politique quand Édouard III fait de l’énorme Aquitaine une principauté gouvernée par son fils, le Prince Noir, référence par excellence de la puissance locale. De 1362 à 1366, celui-ci tient une cour brillante, frappe monnaie, rend justice autonome, s’appuie sur un conseil à compétence parlementaire. Cette accumulation ne dure pas, les soubresauts de la guerre et des successions dynastiques, remettent en cause ce pouvoir. Mais sous la succession des gouverneurs, anglais désormais et non plus gascons, et jusqu’à la première arrivée des Français en 1451 qui annonce la fin, la ville vit sous les souvenirs et les signes de sa puissance.

23Ainsi se construit une représentation ramassée, indifférente à l’épaisseur du temps. Entre Aliénor et le Prince Noir, cinq générations royales anglaises se succèdent durant lesquelles, au gré des besoins de leurs expéditions continentales les « coutumes » bordelaises s’enrichissent de droits et, régulièrement affirmés, plus ou moins exercés au gré des pouvoirs dévolus aux gouverneurs successifs. Le déclin anglais ne change rien car si la culture française ne retient que peu de choses des luttes entre Lancastre et Tudor elle voit Bordeaux, et Bordeaux se voit, comme symbole d’une longue affirmation politique, d’un rêve d’occident atlantique finalement entraîné dans une coupure entre insularité anglaise et continentalité française.

24Cette puissance, fondée sur la permanence économique, plus encore que sur la réalité politique exception faite de quelques moments assez discontinus, s’exprime par un orgueil citadin, second trait politique de cet héritage anglais. Si la Commune de Bordeaux comprend, au xive siècle, 1 500 chefs de famille ayant la plénitude des droits civiques et donc des privilèges fiscaux, seule une minorité accède au Conseil des Trente puis à la Jurade dont le nombre est progressivement réduit de cinquante à seize membres par les Rois d’Angleterre. Domination des plus riches, car pour devenir jurat il faut posséder des revenus considérables qui établissent la reconnaissance et l’entrée dans le système de cooptation, lequel fonde la permanence de l’institution.

  • 7 Jean-Marc Soyez, Quand les anglais vendangeaient l'Aquitaine, Fayard, 1980, p. 76.

25Cette ploutocratie établit sa légitimité dans les appels successifs aux contributions financières qui se succèdent tout au long de la période. En 1216, la première exigée par Édouard III donne lieu à de subtils marchandages qui n’aboutissent que trois ans plus tard après confirmation des privilèges accordés par Jean sans Terre7. Sur des modes voisins, elle sera suivie de nombreuses autres qui, chaque fois, sont l’occasion d’affirmer la prééminence des intérêts marchands tout en contribuant au maintien de l’indépendance politique même s’il faut jouer pour cela de l’ambiguïté des droits éminents des royautés anglaises et françaises au cœur de l’exaspération des conflits aux xive et xve siècles. Que la tutelle anglaise s’alourdisse au xive siècle avec la principauté du Prince Noir, elle est supportée dès lors qu’elle garantit prestige et richesse ; son déclin conduit la ville à organiser elle-même sa défense, rejetant même une première fois les Français en 1451.

Figure 1 - Bordeaux en son Aquitaine

  • 8 Sa structure économique et territoriale sera étudiée dans le chapitre 2.

26Dominée par les querelles patriciennes, la vie locale ne parvient pas à une totale émancipation car Bordeaux est finalement un enjeu trop important dans l’affrontement des deux puissances royales en constitution. Mais, même constamment limité à des contributions de guerre et à la gestion des intérêts de proximité, ce pouvoir marchand8 constitue une référence durable : ayant rapidement expulsé la noblesse, il s’exprime en reconnaissance d’assemblées et en affirmation d’identité procédurière, jalouse de la forme plus encore que du fond. Orgueil citadin donc, qui fait de Bordeaux une ville ombrageuse, qui veut être tenue à part par ses références à un « caractère anglais » fondé politiquement alors, entretenu socialement plus tard dans ses expressions culturelles puis symboliques.

Montaigne, la ville et son maire

27En 1453 Bordeaux est « en punition », le roi Charles VII y fait édifier deux puissantes forteresses qui contrôlent et assurent désormais la continuité territoriale française. Mais le 10 juillet 1462 Louis XI rend les privilèges antérieurs, constitue le parlement de Bordeaux et encourage la reprise des relations avec l’Angleterre. La ville peut se retrouver, la mémoire va continuer à traiter de l’histoire, en décalage entre construction nationale et prétentions locales. Car, de l’Ancien Régime des historiens « modernistes » que retiennent les références bordelaises ? Quelques noms particulièrement célèbres, expression d’une réussite personnelle, mais aussi un contrepoint plus subtilement décalé, qui restreint les belles assurances bordelaises tant et si bien que l’un d’entre eux, Paul Courtault, a pu parler des xvie et xviie siècles comme des « années grises » bordelaises. C’est que, adossée à une réussite économique qui n’éclate véritablement qu’au xviiie siècle, la ville ne s’inscrit qu’avec difficulté dans une construction nationale essentiellement royale et, donc, parisienne.

28Bordeaux figure parmi ces grandes villes provinciales qui participent à la construction territoriale du royaume tout en s’efforçant de préserver leur identité et de jouer leur rôle dans un achèvement spatial qui les englobe et les dépasse. Cette sauvegarde de l’identité, inscrite dans un cadre territorial et un écoulement du temps, désormais français, va se réaliser à travers des acteurs — hommes célèbres — identifiables dans l’histoire nationale, mais restant des symboles d’un lieu et d’une époque : pour Bordeaux il y a, ainsi, Montesquieu et Tourny, il y a surtout Montaigne qui apparaît comme la personnalité fondatrice de la métropole entrant dans les temps modernes de la France. Peu de cités ont pu être identifiées à un nom célèbre, peu de carrières, à l’inverse, ne se conçoivent autant dans l’assimilation à une ville déterminée. Il n’est pas fortuit, sans doute, que les ouvrages érudits le concernant, abondants dès le xixe siècle, aient fait place, plus récemment, à des présentations où se retrouve le discours urbain créateur d’existence qui va participer d’une mise en scène des ingrédients nécessaires à la production d’un savoir-être bordelais.

  • 9 Jacques Chaban-Delmas, Montaigne, Michel Lafon, 1992.
  • 10 Stefan Zweig, Montaigne, (première éd. allem., 1960), Presses Universitaires de France, 1992, Quad (...)
  • 11 Jacques Chaban-Delmas, op. cit., p. 129 et ss.

29Significatif est l’ouvrage de Jacques Chaban-Delmas9 qui, à près d’un demi-siècle, reprend l’homme Michel de Montaigne évoqué dans le superbe essai de Stefan Zweig10 mais en lui rendant sa citoyenneté quotidienne, en le refaisant bordelais. Ce qui, dans le texte du romancier autrichien, était sentiment tragique d’une époque et référence désespérée à la conscience irréductible de sa fin, devient, dans cet ouvrage, humanité incarnée dans des lieux, et tout particulièrement dans cette ville-problème : il était quasiment inévitable que le premier magistrat, fort de sa durée et de son expérience puisse, sur la fin de sa longue carrière, interroger son illustre prédécesseur dans une approche, non d’assimilation, mais d’évidente continuité bordelaise. Après Aliénor d’Aquitaine, le voici interrogeant la seconde figure emblématique bordelaise, soulignant ses qualités urbaines, l’expression de sa citoyenneté. Rien de pesamment chronologique dans cette restitution mais un essai de caractère qui relève quelques permanences éclairant les situations présentes : « L’âme agitée de cette tracasserie publique »11 l'homme public nous apparaît dans sa clairvoyance détachée mais cependant attentive aux contingences urbaines : appelé par ses concitoyens il les défend avec sérénité, ne négligeant pas de nombreux déplacements à Paris. Gestionnaire certes, mais avec suffisamment de recul, Montaigne nous campe, à travers ses réflexions sur son action publique, la silhouette d’un maire de Bordeaux qui ne va pas sans être utilisé par son successeur-essayiste :

  • 12 Jacques Chaban-Delmas, op. cit., p. 162.

« Comment ne pas apprécier une telle sérénité, une telle dignité, une telle hauteur de vues dans la conception de la gestion des affaires publiques ? On imagine ce qu'eut écrit Montaigne confronté au brouhaha médiatique auquel, trop souvent, se résume l’action publique aujourd'hui... ».12

  • 13 Anne-Marie Cocula, Montaigne, maire de Bordeaux, Bordeaux, L'Horizon Chimérique, 1992.

30Bordeaux s’ennoblit donc de la présence d’un tel magistrat, même si tous les autres se sentent peu satisfaits à l’évocation de cette année 1585 durant laquelle le grand homme fuit sa ville ravagée par la peste. Moment difficile où le divorce entre la cité et son maire est consommé comme si le lieu s’échappait et, dans ses difficultés extrêmes, retrouvait sa liberté au regard de la continuité historique. Ce Montaigne-là, ce Bordeaux aussi pourrait-on dire, se trouvent repris par Anne-Marie Cocula dans un ouvrage réalisé par la ville de Bordeaux à l’occasion du quatrième centenaire de la mort du grand homme13. Ici encore, les circonstances s’y prêtant, l’avant-propos de Jacques Chaban-Delmas fixe l’usage de la figure historique qui se prête au jeu de l’assimilation, quoi de mieux que de se placer à l’ombre d’un tel prédécesseur, de la sagesse de ses fortes pensées sur l’action, de ses relations – oh combien modernisées ! – avec la cité :

  • 14 Id., op. cit., p. 5.

« ... l’actualité de Montaigne éclate sur le plan collectif, alors qu'elle ne saurait se discuter sur le plan personnel. Il est bien notre contemporain et notre meilleur compagnon de route ».14

  • 15 Jean Lacouture, Montaigne à cheval, Seuil, 1996, 330 p.

31C'est enfin, pourrait-on dire, le talent du bordelais fier de ses racines Jean Lacouture, qui dans un dernier ouvrage campe magistralement un « Montaigne à cheval »15, homme de son époque et de ses lieux physiques de vie. Dans une synthèse virtuose des multiples études antérieures, il dégage avec finesse et enthousiasmela personnalité attachante d'un humaniste engagé dans son époque, pour les petites et pour les grandes choses. Sollicitant ses écrits, à la suite de bien d'autres, il s'appuie sur leur concision toute latine pour les réinsérer dans un contexte, nous dirions socio-politique, qui les éclaire faute de toujours les confirmer avec certitude. Et l'art de la conjecture, conduit avec une virtuosité non dénuée d'une extrême délicatesse, établit une biographie d'épaisseur toute contemporaine.

32Tout au long du propos de Jean Lacouture, Bordeaux s'inscrit dans la destinée du grand homme et se lit dans le contrepoint politique magistral de sa vie. Et l'on ne sait ce qui l'emporte dans le dialogue, de Montaigne modérateur lucide ou de la ville, objet le déterminant en un contexte où pèse la dépendance d'un héritage spatial fortement rappelé. Que l'on en juge :

« Mais ce qui fait alors l'importance de la ville, c'est moins son génie du négoce et les merveilles de son vignoble que sa situation politique et militaire au carrefour des deux pouvoirs, au nord celui des Valois catholiques, au sud celui des Bourbons protestants. Entre les Pyrénées, l'Atlantique et une ligne qui relie La Rochelle aux Cévennes se joue l'avenir du pays. Bordeaux est au cœur du débat, et des opérations... Dix ans après les massacres de 1572, la ville compte encore un réformé sur sept habitants et reste l'un des rares terrains où pourrait s'amorcer cette coexistence dont Montaigne vient d'admirer la pratique dans quelques cités alémaniques.
C'est pourquoi le maire de Bordeaux ne saurait être, en cette fin de siècle, un édile décoratif ou un gestionnaire dévoué à sa communauté urbaine... La mairie de Bordeaux, au cœur des convulsions, est devenue un poste stratégique et diplomatique ».
Montaigne à cheval, op. cit., p. 228.

33La ville porte l'homme, le précise au gré des circonstances, du célèbre passage à la mairie d'abord à la position de conseiller du Maréchal de Matignon son successeur plus tard. Et dans ce jeu à deux on ne sait trop qui révèle l'autre et établit le mieux cette connivence. Mais Bordeaux s'inscrit bien comme scène propice, à nulle autre pareille à cette époque, au développement du génie littéraire d'un homme. Et cela, raccourcissant, concentrant et animant, Jean Lacouture le met en vie avec puissance.

Banalisation provinciale, affirmation économique

34Avec la consolidation progressive du pouvoir d'Henri IV, Bordeaux perd sa situation-charnière et s'installe dans une continuité territoriale qui ne sera plus remise en cause sous les Bourbons. Le pays est pacifié, l'attention se porte désormais sur son centre parisien, la province se banalise et la mémoire s'appauvrit, vidant de tout contenu l'écoulement du temps entre Montaigne et Montesquieu, l'autre grand homme tutélaire. Cependant, des brumes de l'indistinction se dégagent quelques traits, constantes plus que lignes maîtresses au sein d'un Ancien Régime mal articulé.

35Le poids politique de la vie bordelaise se réduit rapidement ; celle-ci perd sa dimension nationale, se contracte autour des intérêts provinciaux. Le pouvoir local est aux mains d'une oligarchie de mille à deux mille familles – selon les alliances et les fusions entre les générations – qui accèdent, ou peuvent accéder, aux charges municipales, participer au pouvoir et acquérir cette notoriété patricienne qui accapare l'attention de nombre d'études historiques... et justifie l'intérêt porté à la toponymie des quartiers centraux de la ville dont les rues et les hôtels particuliers constituent autant de rappels.

  • 16 Les auteurs des volumes consacrés aux xvie et xviie siècles de la grande Histoire de Bordeaux ne m (...)

36La consistance politique de Bordeaux va donc se limiter, de ce point de vue, aux vicissitudes du lent déclin de la Jurade et du Parlement. Institutions emblématiques d'un pouvoir local s'amenuisant, elles constituent des points d'ancrage de toute l'histoire locale, encore que leur histoire systématique, au sens où peut l'entendre une recherche contemporaine soucieuse de l'établissement de mouvements, de mutations et de ruptures, reste à faire16. Le travail de mémoire ne peut donc être que fort approximatif et les références indistinctes aux « jurats » et aux « parlementaires » expriment tout à la fois la vigueur des institutions locales, la puissance de ceux qui les exerçaient et un certain esprit de clocher face au grand mouvement d'unification des institutions royales.

  • 17 Sur ce dernier aspect, volet essentiel de la vie communale d'Ancien Régime voir l'ouvrage novateur (...)

37Pour mieux saisir la ville en tant que corps social, regardons de plus près ces institutions emblématiques. La Jurade, expression des franchises médiévales, comporte six membres issus de conseils obscurément représentatifs des catégories marchandes et de leurs privilèges économiques, elle exerce les pouvoirs de police du quotidien, d'ordre public dira-t-on, et, élément-clef, a la responsabilité des approvisionnements en grain et de la gestion des mesures et institutions visant à amenuiser l'indigence, au premier rang desquelles se trouve l'Hôpital Saint-André17. À l'élection et aux cooptations de la Jurade, s'oppose la détention personnalisée des charges du Parlement dont le ressort s'étend sur une large partie du sud-ouest du pays ; tribunal d'appel, il est aussi l'instance qui doit mettre en œuvre les décisions royales et qui, par cela, se trouve constamment au moins en suspicion, sinon en vigoureuse opposition, avec l'invraisemblable accumulation d'expédients fiscaux d'une royauté toujours à la recherche de nouveaux moyens. Et voilà posé, pour l'essentiel, le rôle de ceux auxquels se rattache l'identité bordelaise d'Ancien Régime : organiser la vie locale de telle sorte qu'elle garantisse les privilèges marchands et préserve des humeurs populaires, se défendre de l'augmentation de l'impôt et des empiétements royaux que sa perception entraîne. Jusqu'en 1789 la vie bordelaise peut être lue comme la succession d'oppositions et d'affirmations dans lesquelles Jurade et Parlement mêlent leurs représentativités différentes, leurs compétences et leurs pouvoirs dans des jeux complexes et changeants d'alliances et d'oppositions successives d'intérêts.

38Ambivalence d'une position où, d'un premier point de vue, tout gain du pouvoir central peut être vu comme un déclin de ces compétences locales qui retiennent tant l'attention actuelle et pour lesquelles Bordeaux paraît constituer un symbole à travers la lecture « girondine » de la chose. En fait, ces mêmes compétences, se trouvent être l'expression de la défense des privilèges d'une caste qui contrôle avec efficacité son maintien et son renouvellement et qui, à l'évidence, loin d'incarner cette bourgeoisie pré-capitaliste annonciatrice des essors du xixe siècle s'inscrit dans l'ordre parasitaire des prébendiers périphériques de la royauté.

39Heureusement, pour les certitudes locales, que dans ces ambiguïtés deux grands indicateurs autorisent la réconciliation ; en apparence dissemblables, ils figurent pourtant tous deux comme des organisateurs de la mémoire : il s'agit de l'Ormée, un épisode terminal de la Fronde, et du personnage tutélaire que constitue Montesquieu dans un rôle plus modeste mais significativement assez semblable à celui de Montaigne en sa mairie. De quoi s'agit-il ?

  • 18 Dans Les soulèvements populaires de 1623 à 1648, trad. fr., Paris, 1963.

40Pour l'Ormée, il s'agit d'une révolte, particulière à Bordeaux, qui se déroule de 1651 à 1653 et s'inscrit dans les ultimes soubresauts de cette opposition au pouvoir royal, essentiellement parisienne d'abord mais dans laquelle Bordeaux retrouve durant quelques mois ce rôle politique majeur, symbolique autant que stratégique, qui l'avait déjà caractérisé lors des Guerres de Religion, épisode qui flatte évidemment l'amour-propre local. À la fin des années cinquante, l'historien soviétique Boris Porchnev18 montre que ce mouvement aurait une base populaire incontestable qui, appuyée sur un système de conseils représentatifs, tendrait à rejoindre, à encadrer peut-être, à compromettre sûrement, les parlementaires alliés à la grande noblesse à l'origine de la révolte contre le Roi. Quelle belle perspective ouverte que d'envisager une liaison, même épisodique, entre une bourgeoisie institutionnelle et sa base économique locale ! Des révoltes ultérieures, contre les taxes ou contre la vie chère, permettront de pousser un débat tendant à inscrire les réalités bordelaises ailleurs que dans le maillage serré de privilège hargneusement défendus depuis les Rois d'Angleterre.

  • 19 Sur cet épisode si caractéristique du fonctionnement subtil des institutions locales voir Michel L (...)

41Quant à Montesquieu, sa personnalité œcuménique résout la tension des oppositions ambiguës avec Paris. Homme de la Régence, esprit éclairé reconnu des salons littéraires et philosophiques de la capitale à partir de 1710, il est aussi un parlementaire bordelais éminent de 1714 à 1725, tout en asseyant sa notoriété initiale sur ses propriétés périphériques à la manière de Montaigne. Devenu célèbre dès 1721 avec les Lettres persanes, Montesquieu entraîne la vie bordelaise dans le mouvement général ; il fait du Parlement et des notables urbains le milieu d'où sortent les idées nouvelles en s'appuyant, tout particulièrement, sur une institution toute nouvelle, l'Académie. Sur le mode parisien elle réunit des esprits éclairés et curieux des choses nouvelles ; le grand homme y restera attaché toute sa vie, la mêlant même, à l'occasion, aux querelles qui opposent ces privilégiés bordelais aux entreprises de l'intendant Tourny19. Et progressivement, l'homme de l'Esprit des Lois, acquiert par son œuvre une fonction représentative au regard de la vie bordelaise : propriétaire, parlementaire, académicien, il insère la ville dans le mouvement des idées européen, rendant par ailleurs un certain lustre à ce pouvoir urbain quelque peu mesquin et étroit en le rapprochant de Paris sans jamais abandonner toute autonomie.

42Demeure finalement la question des intendants, ces représentants du contrôle royal qui, très progressivement dès les débuts du xviie siècle, inscrivent leur présence en imposant et orientant de plus en plus fermement. Le paradoxe veut que l'orgueilleuse capitale de la Guyenne, menant un combat toujours renouvelé contre les empiétements de la royauté, finisse par être assimilée à l'œuvre des représentants de celle-ci. Dans l'histoire enseignée, le couple Bordeaux et Tourny tend à incarner un xviiie siècle fait de puissance et de réussite. Du passage à Bordeaux de Tourny de 1743 à 1757, la postérité retient une gestion éclairée de la ville, la marque identifiante d'un urbanisme grandiose et d'une architecture bourgeoise simple et de grande allure en même temps. Pareille vision omet la longue série de querelles avec les « pouvoirs locaux », à propos des impôts comme de la gestion quotidienne des lieux, querelles qui d'ailleurs s'achèvent par le départ, sur un échec terminal, du grand homme.

43Symbole de l'efficacité de la raison gouvernant, le représentant royal incarne en sa personne la lignée des quatre administrateurs, efficaces et énergiques, qui de Boucher à partir de 1720 à Dupré de Saint Maur jusqu'en 1785 inscrivent Bordeaux sinon dans une totale dépendance des ordres parisiens, le Parlement tient trop à ses prérogatives, du moins dans un grand mouvement d'organisation et d'ouverture. Tourny représente tout à la fois l'organisation, le développement et la transformation du visage urbain de Bordeaux. Ceci est sans doute le plus remarquable, qui conduit les présentations locales à s'intituler, en toute modestie, le « plus grand ensemble xviiie siècle d'Europe », faut-il rappeler que le Grand Théâtre servira de modèle à l'Europe entière. Ainsi de ce xviiie siècle où la cité est bel et bien assujettie au pouvoir royal, la mémoire ne retient, avec raison, que la puissance économique qui renforce l'orgueil identitaire de la ville : Bordeaux est devenue la première cité marchande et bourgeoise du royaume et son affaiblissement sur le plan politique tend à s'effacer devant cette réalité.

44Assis sur une solide base négociante, exprimée dans la reconnaissance des parlementaires et des jurats, les propriétaires des nombreux hôtels particuliers font le nouveau et fier visage de la ville tout en récriminant contre l'emprise démesurée du pouvoir central. Négligeant leurs récrimination contre l'emprise du pouvoir central, la postérité retiendra d'eux leur participation au grand œuvre initié par des administrateurs avisés, ouverts aux idées nouvelles mais représentants de Paris, et leur chance d'avoir compté parmi leurs assemblées un des esprits les plus brillants de son époque, bien introduit dans les cercles parisiens, et qui ouvrit, en quelque sorte, Bordeaux à la société cosmopolite européenne dominée, quelques décennies, par l'esprit français.

Bordeaux, capitale des temps difficiles

  • 20 Hélène Sarrazin, Le port de la Garonne, La Découverte, 1989.
  • 21 Bernard Allemandou et Jean-Jacques Le Pennec, 60 000 pauvres à Bordeaux ! La politique d'aide soci (...)

45La Révolution est dans l'imaginaire local le début des ruptures et des indistinctions des temps banalisés du xixe siècle. Bordeaux, comme précédemment au xviie siècle, reste reléguée au rang d'une grande ville provinciale, évoluant aux rythmes économiques de la France. À l'évidence, les disputes intestines et les conflits extérieurs portent préjudice à la puissance de la cité en même temps qu'à ses institutions. Le travail de mémoire peut être tenté, mais il s'agit de percées bien isolées. Dans le domaine romancé Hélène Sarrazin20 réussit une résurrection de la ville à l'époque révolutionnaire grâce à sa verve et à sa connaissance des archives locales ; à travers son récit, les jours se déroulent au gré des agitations venant par contrecoup des rythmes nationaux, la banalisation bordelaise, paradoxalement, se renforce à travers le roman. Confirmation s'il en est, mais sur le mode savant, l'étude de l'indigence21 en ces années constitue une percée dans l'envers du décor politique, au moment où, économie portuaire et jurade désorganisés, la pauvreté s'accroît devant des pouvoirs publics désemparés. Originalité en cela ? Sûrement pas, sauf à noter combien la ville souffrit particulièrement et visiblement de la fin des relations maritimes, ce qui permet de comprendre le manque d'enthousiasme dans sa participation fondamentale aux constructions politiques nationales. Décidément, cette ville ne peut être continentale, son destin la tourne coûte que coûte vers l'entreprise atlantique et cette marque s'incruste profondément dans les références locales qui, bien plus tard, contribuent à un aveuglement presque général face aux changements des conditions du développement : le port peut-il être séparé des destinées bordelaises ?

  • 22 Paul Viallaneix, "Michelet et les Girondins : révision d'un procès", dans François Furet et Mona O (...)

46Toutefois, de la geste révolutionnaire, demeure le mois de révolte fédéraliste des citoyens en juillet 1793 et la répression montagnarde qui s'ensuivit. Mais il faudra attendre les historiens romantiques libéraux, Michelet au premier chef22, pour que l'assimilation se fasse et que Bordeaux se glisse comme capitale de la Gironde, chef de file politique d'opposition aux exagérations parisiennes : et l'occasion est trop belle de renouer le fil du particularisme, de l'esprit de fronde et de la détention d'une authenticité locale. Et tout au long du xixe siècle, bien avant les débats contemporains sur l'aménagement du territoire et la décentralisation, Bordeaux devient le support géographique naturel des références libérales où s'exprime l'esprit girondin, celui que l'on dresse en opposition à la construction jacobine, centralisée, de l'état moderne.

47Autre trait, défini au tout début du xixe siècle et s'affirmant régulièrement au fil des ans, c'est le caractère cosmopolite de Bordeaux. Certes, celui-ci est reconnu anciennement, au même titre qu'à Marseille ou même à Bayonne, mais c'est sous le Consulat et l'Empire que se fait l'identification de ce quartier des Chartrons qui, désormais, va constituer un trait structurant des représentations bordelaises. S'il est remarquable par ses activités, il l'est aussi par sa capacité, depuis le xviiie siècle, à fixer des étrangers, chez les négociants venus du nord de l'Europe comme chez les tâcherons et les artisans plutôt originaires du sud. Ce mélange se fait dans une cohabitation remarquée par les observateurs et donne un grand caractère d'ouverture à Bordeaux. La lucidité, souvent acerbe, de la mère du futur grand philosophe Schopenhauer le souligne dès 1804 :

  • 23 Alain Ruiz, Johanna et Arthur Schopenhaver, Souvenirs d'un voyage à Bordeaux en 1804, Éditions de (...)

« C'est de toutes les provinces de France, de tous les pays d'Europe et même de toutes les contrées du monde civilisé que sont venus les habitants de Bordeaux qui vivent côte à côte, comme s'il en avait été toujours ainsi, dans un esprit de famille très agréable et empreint d'une grande sociabilité. C'est pourquoi celui qui ne fait qu'y passer se plaît tant, lui aussi, dans cette ville »23.

48Cette ouverture extérieure se trouve confirmée par les activités maritimes et fusionne le passé anglais, la vague négociante allemande et scandinave pour se sublimer dans un site emblématique, ces Chartrons qui fascineront, jusqu'à la période actuelle, tous ceux qui recherchent des clichés sur Bordeaux, la référence, autre richesse locale, étant fournis par le célèbre roman de François Mauriac, « Préséances » écrit en 1921. Mais là ne se trouve peut être pas le trait bordelais le plus original, encore que cette base tienne une place notable dans la constitution de l'inconscient collectif : simplifiés et embellis l'ouverture et le cosmopolitisme bordelais de ces débuts du xixe siècle représentent un des éléments récurrents de la fierté locale et des prétentions métropolitaines.

  • 24 Louis-Georges Planes et Robert Dufourg, Bordeaux, capitale tragique, Fayard, 1956 où les auteurs é (...)

49Dans une période contemporaine au sens des études historiques, xixe et xxe siècles, marquée par la continuité de la banalisation — Bordeaux est une des grandes villes françaises au même titre que cinq ou six autres — ce sont les événements majeurs de la guerre qui, à trois reprises, redonnent une spécificité nationale à la capitale de la Guyenne ou de l'Aquitaine. « Capitale tragique » selon la très juste expression d'historiens locaux24, elle l'est à trois reprises participant, à nouveau, d'une place tout à fait originale : du 23 décembre 1870 au 13 mars 1871, d'abord, avant l'établissement du gouvernement à Versailles, du 3 septembre 1914 au 7 janvier 1915 avant le retour à Paris dans l'organisation de l'effort d'une guerre stabilisée dans les tranchées, du 14 au 29 juin 1940 enfin, période la plus brève, la plus essentielle, aussi, au regard de l'unité nationale avant Vichy et Londres. À trois reprises donc le pouvoir s'exerce à partir de sièges bordelais, les pulsations de la grande histoire sortent la cité, de sa banalisation provinciale, la plaçant dans une situation singulière bien assimilée par la mémoire.

Chaban ou la synthèse politique

50Incarnant et personnalisant Bordeaux, « sa » ville, il revient à Jacques Chaban-Delmas de se faire catalyseur d'histoire au gré de son très long mandat municipal. Catalyseur, il donne sens à son action locale en l'inscrivant dans une ville rénovée parce que retrouvée dans son essence, restituée vis-à-vis d'un passé interprété comme organisateur de l'espace aussi bien que des fonctions urbaines. Quand le jeune maire de la Reconstruction s'interroge sur le sens à donner au développement de la cité, il rencontre les activités issues du passé, la plupart en crise, et une ville à la structure complexe, mélange ambigu d'ostentation patricienne, de sous-équipement voire d'inorganisation des rapports spatiaux essentiels, que ce soit avec le fleuve et la rive droite ou avec la couronne des banlieues.

51Un premier travail se fait, fixation emblématique de l'espace conquis et géré. Pour ce faire deux quartiers vont être mobilisés en permanence, références inversées de la compétence et de l'assimilation du maire à sa ville. Les Capucins, quartier commerçant populaire, appuyés sur le secteur de la place Saint-Michel (le quartier de « la Flèche »), symbolisent la ville médiévale activement accrochée à son port, et aux multiples métiers qui en vivent. Le marché urbain, mêlant le commerce de gros, le détail, la vente foraine des « marchandes des quatre-saisons » exprime la continuité d'une vie urbaine qui trouve son origine dans les racines de la ville : de là, sa mansuétude manifestée tout au long du débat visant à la séparation des fonctions et au déménagement du négoce de gros au sud de la ville, à Brienne. Dans ce lieu marchand, acquis politiquement grâce à de fidèles relais, le maire s'immerge dans les fonctions premières de la cité médiévale. Tout différent est le rapport, distingué et précautionneux, aux Chartrons.

52Avec Chaban, ce quartier devient la référence d'une assise bourgeoise construite patiemment et manifestée avec continuité. À la différence du fort ancrage physique qu'implique le mot quartier pour les Capucins, ici le mot dépasse la physionomie spatiale (à l'exception du très photogénique cours Xavier Arnozan) pour englober la reconstitution historique et sociale du passé négociant et cosmopolite de la ville. La « bourgeoisie du bouchon », le négoce colonial adossé, mais discrètement, à la traite des Noirs et la permanence des dynasties venues des pays de nord avec leur tempérament et leurs usages, tels sont les ingrédients d'une représentation globalisante dont l'éponyme spatial est, en réalité, si limité qu'il s'enrichit de nouvelles références. Le tennis de la Villa Primerose introduit un sport bourgeois du xixe siècle finissant qui confirme les pratiques anglo-saxonnes et favorise l'annexion culturelle, puis administrative de la commune résidentielle de Caudéran. Manifestation enviée autant que critiquée, le Mai musical contribue à la mise en scène de l'art de vivre éclectique de la même catégorie sociale à laquelle on attribue une large capacité intégratrice et référentielle.

53Ainsi Bordeaux, à travers campagnes municipales et allusions diverses, apparaît-elle comme la quintessence d'une tradition où se révèlent des oppositions aussi simples que pittoresques. Mais là ne s'arrête pas la référence historicisante ; au gré de la carrière nationale de Jacques Chaban-Delmas, elle s'élargit et se complète, participant de l'enrichissement de la carrière politique, au même titre que pour un Montaigne, conseiller des rois mais si profondément bordelais. Au sommet de son ascension politique, en ces débuts des années soixante-dix de la « Nouvelle Société », le maire de Bordeaux, Premier Ministre activement réformateur, est volontiers appelé le « Duc d'Aquitaine » en raison du leadership incontesté qu'il exerce à la tête des institutions régionales progressivement mises en place depuis, déjà, une quinzaine d'années. Attraction certes, mais aussi double retour aux sources pour l'homme du Comité d'Expansion puis du développement régional. Dès les tâtonnements esquissés du début des années cinquante, ce qui va devenir la Circonscription d'Action régionale est dénommée Aquitaine, et non Guyenne car le sud n'y trouverait son compte. Et par la dénomination s'engouffre Aliénor et les fastes anglais, tandis que se confirme l'existence d'une emprise bordelaise sur un arrière-pays dont il importe peu qu'il satisfasse, ou non, géographes et historiens.

54Mais là ne s'arrête pas la symbolique régionalisante. Au gré des débats sur la réforme de l'État, et particulièrement durant la période post-68, le site bordelais, désormais aquitain, devient aussi la référence girondine aux remises en cause du jacobinisme. Reprenant, mais avec modération, les intuitions d'un Robert Laffont défenseur de l'Occitanie, l'esprit novateur du Premier Ministre insiste sur une meilleure répartition des pouvoirs et une plus grande confiance accordée aux hommes. Pragmatisme et efficacité, souplesse mais lucidité, Montaigne et Montesquieu sont appelés à la rescousse en même temps que les Conventionnels fédéralistes, dont on retrouve les méfiances envers un Paris centralisateur.

  • 25 Ce qui éclate dans l'étude du laboratoire géographique Reclus de Montpellier. Réalisé pour la DATA (...)

55Bordeaux au passé symbolique tend à incarner l'essence de la province, ses résistances et ses combats face à Paris. Mobilisée par son premier magistrat, enrichie des étapes successives d'un grand débat national, la ville s'expose en garante des traditions : en 1965, elle est proclamée en « métropole d'équilibre » aux côtés de sept autres agglomérations avec pour mission d'équilibrer le poids de la capitale et d'organiser la structuration régionale. Mais avec l'élargissement de 1986 et la mise en concurrence des grandes villes de l'espace européen, Bordeaux se crispe face à des comparaisons qui tournent à son désavantage et s'inquiète d'un déclassement possible25. Alors on se retourne vers le xviiie siècle et ses fastes car, trop liées à l'édification de la France, les autres strates de la mémoire, Aliénor et Plantagenêts, Parlement et accueils gouvernementaux ne donnent qu'une assurance hexagonale.

56Demeure la grande affaire, celle qui hante des permanences structurantes et parle des vocations les plus évidentes, les rapports au fleuve et à la mer. Dans leur profonde mutation, ce sont également ces mêmes rapports qui conduisent le plus au sentiment d'abandon des sources historiques de l'essence même de Bordeaux. Deux citations, isolées parmi bien d'autres, en témoignent :

  • 26 Jacques Chaban-Delmas, "Bordeaux ville océane, métropole régionale", introduction au schéma d'amén (...)

« La vie de Bordeaux et sa richesse se sont de tout temps fondées sur l'Outre Mer, grâce à son port. Ainsi, adossée à ses terres, la ville s'ouvrait-elle au monde et au négoce qui assurait sa prospérité.
Si l'expression et les méthodes en ont changé, cette vocation n'en demeure pas moins actuelle ».26

57À la fin des années de grande croissance voici la référence identitaire par excellence, Bordeaux demeure porte océane malgré les changements du monde moderne. Le port, et « de tout temps » l'Outre-Mer, assurent une quasi-intemporalité à l'assise de la ville. Une nuance cependant est introduite par l'idée de changement et le retour à l'affirmation de « vocation ». Mais les années passent et les temps continuent à changer :

  • 27 Jacques Chaban-Delmas, "Un projet global pour les deux rives", Introduction au supplément spécial (...)

« Longtemps il m'a semblé, comme il semblait aux Bordelais, que le maintien d'une activité portuaire était nécessaire à la vie de la ville jusqu'à ce que les événements transforment en évidence une donnée économique inévitable : l'activité commerciale du port de Bordeaux n'avait plus sa place au cœur de la ville. Partant de là, il fallait imaginer un développement des rives et du quartier de La Bastide s'intégrant dans une vision prospective de l'agglomération ».27

58Bordeaux semble vaciller en son destin historique et son maire ne peut que constater le vieillissement des références. La cité atlantique voit sa base historique trahie par ce qui pouvait sembler immuable, son site et sa situations géographiques. C'est de l'espace que viennent les doutes politiques : quand vient l'obligation de réfléchir à l'aménagement des quais de Garonne, le passé s'estompe et son utilisation idéalisée ne sert plus de référence à l'action. C'est que l'économie a toujours entretenu des rapports bien ambigus avec la puissance politique bordelaise, même si celle-ci s'est appuyée régulièrement sur des avantages incontestables sans parvenir à les inscrire vraiment dans un espace structuré. Réussite politique incontestable, la reconnaissance d'un « duché d'Aquitaine » dans le mouvement de régionalisation traduit un système original de leadership politique autant qu'un mouvement profond d'organisation de l'efficacité locale, l'étude des structures productives va maintenant le montrer.

Notes

1 Paul VEYNE, Comment on écrit l'histoire, Seuil, 1979, rééd. Collection Points.

2 Ill faut l'immense érudidion, le talent et la fougue du Professeur Robert ETIENNE pour camper un Ausone significatif d'un esprit de l'Aquitaine, "province culturelle de la romanité". Loi du genre, ces quelques pages chaleureuses d'une synthèse expéditive et brillante, sont particulièrement caractéristiques : Charles Higounet (dir.), Histoire de l'Aquitaine, Toulouse, Privat, 1971, p. 107 et ss. (sous le thème "La douceur de vivre en Aquitaine"). On remarquera, cependant, que l'ouvrage accorde plus de pages au Burdigala d'Ausone qu'au développement industriel de l'Aquitaine au xxe siècle ! Décalage significatif sur lequel les chapitres suivants reviendront.

3 Charles Higounet (dir.), Histoire de Bordeaux, Bordeaux médiéval I, Delmas, 1963, p. 67 et 68, et Bordeaux médiéval II, Delmas, 1965, p. 21 à 24.

4 Régine Pernoud, Aliénor d'Aquitaine, Paris, Albin Michel, 1966 puis 1981, 288 p.

5 Jacques Chaban-Delmas, La Dame d'Aquitaine, RMC Éditions, 1987, 193 p.

6 Yves Renouard (dir.), Bordeaux sous les Rois d'Angleterre, t. 3 de l'Histoire de Bordeaux, sous la direction de Charles Higounet, Delmas, 1965, 586 p.

7 Jean-Marc Soyez, Quand les anglais vendangeaient l'Aquitaine, Fayard, 1980, p. 76.

8 Sa structure économique et territoriale sera étudiée dans le chapitre 2.

9 Jacques Chaban-Delmas, Montaigne, Michel Lafon, 1992.

10 Stefan Zweig, Montaigne, (première éd. allem., 1960), Presses Universitaires de France, 1992, Quadrige.

11 Jacques Chaban-Delmas, op. cit., p. 129 et ss.

12 Jacques Chaban-Delmas, op. cit., p. 162.

13 Anne-Marie Cocula, Montaigne, maire de Bordeaux, Bordeaux, L'Horizon Chimérique, 1992.

14 Id., op. cit., p. 5.

15 Jean Lacouture, Montaigne à cheval, Seuil, 1996, 330 p.

16 Les auteurs des volumes consacrés aux xvie et xviie siècles de la grande Histoire de Bordeaux ne manquent pas de le faire et de l'illustrer par des développements politiques hachés et se diluant en histoire anecdotique.

17 Sur ce dernier aspect, volet essentiel de la vie communale d'Ancien Régime voir l'ouvrage novateur de Bernard Allemandou et Jean-Jacques Le Pennec, La naissance de l'aide sociale à l'enfance à Bordeaux sous l'Ancien Régime, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1991.

18 Dans Les soulèvements populaires de 1623 à 1648, trad. fr., Paris, 1963.

19 Sur cet épisode si caractéristique du fonctionnement subtil des institutions locales voir Michel Lhéritier, Tourny, Paris, Alcan, 1920, t. 2, p. 363 et ss.

20 Hélène Sarrazin, Le port de la Garonne, La Découverte, 1989.

21 Bernard Allemandou et Jean-Jacques Le Pennec, 60 000 pauvres à Bordeaux ! La politique d'aide sociale sous la Révolution, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1995.

22 Paul Viallaneix, "Michelet et les Girondins : révision d'un procès", dans François Furet et Mona Ozouf, La Gironde et les Girondins, Payot, 1991, p. 73 et ss.

23 Alain Ruiz, Johanna et Arthur Schopenhaver, Souvenirs d'un voyage à Bordeaux en 1804, Éditions de la Presqu'île, 1992, p. 59.

24 Louis-Georges Planes et Robert Dufourg, Bordeaux, capitale tragique, Fayard, 1956 où les auteurs évoquent les journées décisives de 1940 en historiens ce qui, pour l'atmosphère urbaine du moment, est complété par le souvenir tardif de Julien Green, La fin d'un monde, Seuil, 1992.

25 Ce qui éclate dans l'étude du laboratoire géographique Reclus de Montpellier. Réalisé pour la DATAR il compare les villes européennes par la combinaison de nombreux critères. Bordeaux y figure à une place "honnête", mais après Toulouse !

26 Jacques Chaban-Delmas, "Bordeaux ville océane, métropole régionale", introduction au schéma d'aménagement de la métropole bordelaise, Urbanisme, no 139, 1973.

27 Jacques Chaban-Delmas, "Un projet global pour les deux rives", Introduction au supplément spécial de Sud-Ouest, juin 1994.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Bordeaux en son Aquitaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540