Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, ville paradoxale

 | 
Jean Dumas

Première Partie. Paradoxe historique : le temps comme justification et comme contrainte

Paradoxe historique : Le temps comme justification et comme contrainte

Texte intégral

Contrepoint : « Mode de composition dans lequel une partie mélodique étant donnée, une ou plusieurs autres parties évoluent simultanément autour d'elle, chacune d'elles présentant un son mélodique satisfaisant ».
Marc Pincherle,
Petit lexique des termes musicaux, Choudens cd., 1973.

1Bordeaux est de ces grandes villes de France reconnues de toutes les géographies comme de toutes les observations. Son nom, mondialement associé à celui du vin, en fait une expression de l’ancienneté d’une tradition de savoir-faire et d’influence commerçante, un symbole de distinction et de bien-vivre. Entrée d’une belle banalité pourra-t-on objecter. Cependant, malgré tous les compléments apportés, n’est-elle pas la première indication apportée à l’être urbain bordelais ?

2Saisir une ville par ce qui en est dit, et en chercher le rapport avec ce qui s’en est fait, voilà l’objet de cette approche en contrepoint autour du thème central de la grande ville, modernisé par celui de la métropole, qui fixe une série d’originalités reconnues. Cette approche qui précède l’analyse des mécanismes et des fonctions s’efforce de situer les choses par leur renommée, donc par leur durée.

3Quoi de plus significatif, en effet, que d’approcher une cité importante par ce fait d’évidence qui est son identité et la reconnaissance de ce qu’il faut bien appeler ses mérites longuement mûris par le temps. L’histoire, surtout parce qu’elle est simplifiée, hachée et utilisée, constitue un fil conducteur permettant de s’introduire peu à peu dans l’esprit du lieu urbain, mentalité autant qu’espace, d’en saisir la forme et de s’interroger sur sa consistance.

4L’espace en tant que cicatrice de l’histoire ? Certes, mais en évitant tout génétisme et en s’intéressant à la production de représentations et à ses rapports avec la société concrète. Bordeaux offre l’exemple d’une histoire source d’éléments potentiels de puissance et, à tout le moins, d’effets de représentation répétés qui soutiennent la grande ville provinciale en l’affirmant au regard de Paris. Sur cette base se construisent des discours identitaires, utilisables pour chaque projet de gouvernement ou d’aménagement : de ce point de vue, et ce n’est paradoxal que dans l’apparence, les piétinements qui caractérisent l’aménagement des rives du fleuve s’expliquent par l’abondance des références à un passé riche et trop complexe et à la difficulté de rompre avec l’évocation des gloires portuaires.

5Mais il est possible de pousser plus loin les réflexions en se demandant en quoi la consistance des appréciations historiques ouvre-t-elle sur une possible compréhension des choses. Il s’agit de passer de la représentation imaginée du passé à l'inscription concrète dans la société : une chose est d’affirmer la « vocation » ultramarine de Bordeaux, autre chose est de prendre les moyens d’en saisir la consistance sur la cité elle-même, et sur son arrière-pays. Et si le discours sur la puissance et sur l’identité impliquait beaucoup de faux-semblant, et tout le moins un décalage marqué entre ce qui ressort de l’affirmation politique et ce qui est du domaine de l’économie ?

6Paradoxe sans doute, et combien répété, parfois avec une malignité certaine, que ce décalage, ou plutôt ce manque de continuité logique. Entre l’affirmation d’une évidente reconnaissance historique et son hésitante traduction actuelle il y a un effet d’étirement intéressant : le terme même de métropole porte cette difficulté. Pour le monde actuel, le fait est là, Bordeaux ne peut prétendre à la reconnaissance qu’en mobilisant les ressources culturelles tirées de son passé pour compléter ce que l’actualité économique n’apporte pas d’évidence ; c’est en s’arc-boutant sur un xviiie siècle bien marqué dans son espace que la ville se trouve dotée d’attributs de dynamisme et de volontarisme.

7Travail de la mémoire donc, travail d’élucidation sur le récit historique qui en découle. Qu’est-ce que la ville parlée et caractérisée, et pourquoi ce récit des origines contribue-t-il à fixer le discours de l’action, c’est-à-dire étaye-t-il de références les assurances politiques ? Déroulant ses citations il constitue, pour reprendre les schémas économiques de l’ancienne géographie, une évocation de la situation de Bordeaux, préalable indispensable à une entrée sur le site. Cette mise en place, temps et lieu tout à la fois, donne consistance à la ville qui s’inscrit dans un aboutissement et dans des citations territoriales : les caractères bordelais prennent forme au regard d’espaces simultanés ou successifs, la France, l’Europe mais aussi l’Atlantique. Une géographie historique imaginée et exprimée permet de saisir la réalité culturelle bordelaise. Elle se nourrit du jeu des oppositions, parfois subtiles, parfois brutales, entre une série d’événements politiques segmentés presque saccadés (chap. 1) et un écoulement plus continu quoique marqué d’inflexions de l’économie, c’est-à-dire des jeux de la production et de l’appréhension de la richesse (chap. 2). De leur contrepoint, naît une ligne du discours sur Bordeaux et une mémoire des lieux qui appellent les références en les inscrivant dans un espace bien actuel. La diversité des sites et des références monumentales se vit dans la transformation de la cité (chap. 3) ; la ville vécue et désignée constitue un espace cité, expression d’un ensemble stratifié mais remis dans la perspective d’un usage quotidien des lieux. La marque héritée, le symbole monumental entrent dans une trivialité des usages et, cependant, continuent à exprimer l’essence particulière d’une société localisée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540