Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, ville paradoxale

 | 
Jean Dumas

Introduction générale

Origines

Texte intégral

« La rue conduit celui qui flâne vers un temps révolu. Pour lui, chaque rue est en pente, et mène, sinon vers les Mères, du moins dans un passé qui peut être d’autant plus envoûtant qu’il n’est pas son propre passé, son passé privé. Pourtant, ce passé demeure toujours le temps d’une enfance ».
Walter Benjamin, Le livre des passages, Trad. fr. 1989, p. 434.

1Villes imaginées, villes imaginaires mais aussi ville réelle. Telle la ville imaginée-imaginaire de Gilles Chambon figurant sur la couverture de cet ouvrage, le rêve se dégage de la réalité pour la nier tout en s’inscrivant en elle. Cette ville sereine et inquiétante tout à la fois, ordonnée, apurée mais sans organisation autre que celle des lignes de fuite arrêtées par un pan d’édifice c'est l’expression de l’embarras devant l’accumulation des formes ou, encore, de l’incapacité à traiter de l’expérience urbaine autrement qu’en s’en dégageant. Ainsi le tableau figure-t-il la complexité onirique tout en la reconstruisant par le savoir du dessinateur à la manière sans doute de la citation inaugurale de Walter Benjamin : le passé, l’expérience vécue, fixent inexorablement la représentation de la ville et donnent sens, relatif, à l’accumulation des formes et des signes.

2Constructions indistinctes et enchevêtrées, la ville offre d’abord un ensemble mal défini de cheminements sans objectifs et d’édifices multiples sans affectation généralement repérable, si l’on fait, bien entendu, exception des églises… ou des mosquées sous d'autres cieux. Volume et mouvement, telle la figuration de la couverture, la ville se perçoit de loin en une indistinction qui laisse entrevoir des usages possibles et des perceptions plus aiguës ; elle suggère qu’elle existe plus qu’elle ne dit ce qu’elle est.

3Et les plans se rapprochent en même temps que la vision devient plus précise. De l’ensemble se détachent les grands éléments, chacun portant ses caractères, les passages se font cheminements possibles. Et puis, le regard se faisant plus pénétrant, les détails se multiplient, même les personnages se fixent au centre de la place imaginaire. La ville se fait accumulation de faits, narration de lieux successifs, de possibles utilisations, de références au passé pour ceux qui possèdent, plus ou moins détaillée, une grammaire des formes architecturales.

4Et le paradoxe de la construction joue pleinement. Indistincte, ou mieux, indistinguée, la ville constitue un ensemble collectif aux caractères affirmés et décrits. Pénétrée en une plongée dans l’infinie diversité de détails constitutifs, elle se dérobe en éléments partiels, contradictoires et entrechoqués, tels les édifices articulés de l’aquarelle. La partie dévore le tout, l’ensemble ne paraît exister que dans l’approximation et la généralité.

5Plus irritante encore est la position des individus puisqu’ils ne figurent pas dans la totalité perçue et que, dès lors qu’ils apparaissent, en action, plus ou moins regroupés sur la place, ils absorbent, dans leur existence même, la totalité urbaine pour n'en faire qu’un spectacle isolable et partiel, intéressant sûrement mais anecdotique. Paradoxe du rapport entre le tout et ses constituants, paradoxe dans les changements d’échelle posant des problèmes autrement plus importants que ceux dérivés de la seule observation. Face à ces contradictions, quelle position peut adopter celui qui cherche à « dire la réalité » de la ville, alors que la plupart des pratiques de la vie quotidienne en milieu urbain ne rencontrent qu’approximativement la ville elle-même ? Est-ce à dire que le travail constructif de tous les spécialistes, ou présumés tels, ne serait qu’idéalisme, participation à un « enchantement » de la cité, se résorbant en un discours sans intérêt pour l’action ? Bien évidemment non.

6La démarche de cet ouvrage participe de la tentative (et de la tentation aussi) de contribuer à la résolution de cette irritante question en prenant à bras le corps le problème du rapport paradoxal entre la production d’un ensemble et ses parties constituantes, ou autrement dit ici, le problème de la relation entre la pratique d’une vie quotidienne énoncée plus haut dans une évidente continuité et la ville, en l’occurrence Bordeaux, telle que l’accumulation des recherches et travaux tend à en cerner la totalité.

7Ne s’agit-il pas là d'entrer dans des évidences, largement explorées par les sciences sociales, objectera-t-on ? Sûrement non à un certain niveau d'actualité, si l’on veut bien considérer que se débat de plus en plus le problème de ce fameux « sens de la ville » que d’aucuns, experts ou prophètes en savoir-vivre, penseraient s'accaparer. Et l’on remarquera alors, situation combien irritante, que la ville vécue est l’entassement de faits qui, dans leur succession aléatoire, constituent cette pratique de la ville sur laquelle bien des jugements s’appesantissent alors que, toute tentative pour dire la ville s’inscrit obligatoirement sur le mode de la référence historicisante dès lors qu’elle dépasse la plate énumération statistique. D’une existence bouillonnante, agitée et multiple, on ne passerait à l’essence de la cité que par les références aux acquis hérités.

8Considérant une dernière fois la couverture de ce livre, on se demandera ce qui oppose l’apparente unité fantastique de l’ensemble à la réalité figurée des personnages dont on peut toujours imaginer l'existence. Quelle situation est la leur au sein d’un cadre qui, à l’évidence, leur échappe et ne prend sens que par un effort de dénomination :

« Il est courant de dire que les lieux ont du génie et parfois même une mémoire : disons plutôt que nous les leur prêtons. Il faudra savoir pourquoi et dire quelle utilité nous trouvons à cette figure rhétorique qui s’impose parfois comme une vérité forte ». Denis Retaillé, Le monde du Géographe, 1989.

9Il y a paradoxale situation que celle de l’observateur qui ne peut saisir la diversité des usages urbains qu’en détruisant méthodiquement ce qui fait la possibilité d’un discours cohérent sur la ville et qui attache plus d’importance aux discontinuités de sens, aux failles expressives pour mieux approcher, en retour, ce qui fait identité quotidienne et vie tout de même organisée. Ainsi, on y revient toujours, l’ostentatoire façade des Quais anime-t-elle un propos unifié et grandiloquent sur le xviiie siècle qui n’a aucun rapport avec la situation de ceux qui vivent, mal, dans les immeubles la constituant, ni avec celle des automobilistes pris dans les encombrements qui la longent. Et cependant, ces réalités banales font la ville dans une inscription territoriale qui se dégage totalement de la désignation historique tout en l’acceptant : quand on désigne son trajet on va « prendre les Quais », les imaginant et anticipant les risques de ralentissements ou de gain de temps.

10Ces réflexions ne constituent nullement un exercice sur les relations conflictuelles d’une approche individualisée des choses avec les discours globalisants issus de l’activité raisonnable s’efforçant de produire une intelligibilité urbaine. Elles se proposent, s’appuyant sur ces ruptures contestables, de tenir un propos critique du discours apparent en l’inscrivant dans des réalités territoriales qui lui échappent dès lors, par exemple, que l’on change significativement d’échelle : là se trouve tout le champ d’un travail de construction qui rend compte de l’impossible continuité du temps avec la construction de l’espace et assume les ruptures et les lacunes.

11Ainsi entre représentation, jugement et usage concret s’esquisse un Bordeaux paradoxal. Il est fait de multiples maillons aux articulations difficultueuses, leurs intrications pour établies qu’elles soient dans les présentations ne vont pas de soi, et s’interrompent quand la vie quotidienne échappe trop aux grands classements formels : pourquoi aurait-on une prédisposition particulière à la sérénité modeste dès lors que l’on habite cette quintessence de la prudence spatiale bordelaise qu’est l’échoppe ? Et quels sont les rapports effectivement entretenus entre le cadre offert par les Chartrons, quintessence d’un xviiie siècle approximatif, et les caractères supposés d’une élite dirigeante qui s’y voit assimilée alors qu’elle n’y réside guère ?

12On le sent, la ville ne se construit pas sans la tentative d’un rapprochement difficile entre ses caractères admis par les recherches formelles qui la définissent et ses caractères prêtés par tous ceux qui y vivent, et qui y ont vécu, qui ont participé à son existence concrète, liaisons entre les aspects multiples d’une société locale et prenant consistance dans la forme qu’elle s’y donne. C’est le pari tenté dans cet ouvrage que de proposer un rapprochement permettant une évocation de ces aspects multiformes des existants urbains en les articulant de telle sorte qu’ils rendent acceptable la démarche. Certes, tout propos est susceptible d’être réfuté dès lors qu’il aménage logiquement des considérations fondées sur l’enchevêtrement et la complexité. Mais, aussi, il présente le mérite insigne d’exister et de se prêter au débat et à la réflexion.

13Le rythme de la démonstration a finalement retenu trois séquences, le TEMPS, l’ESPACE et l’ETRE ce qui paraîtra à la fois d’une assez grande trivialité pour qui connaît les interrogations formulées à partir du fait urbain, mais aussi d’une assez sommaire audace puisqu’il s’agit de mettre en question des approches scientifiques généralement séparées quant à leurs méthodes et à leurs objectifs. Tenter cette reconstruction, analytique dans l’apparence seulement, a pour elle d’être le moyen d’esquisser la rencontre entre les vécues successifs, les structures et les images données, jouant d’un entrelacs subtil, démêlant les nœuds de la correspondance au risque d’un certain durcissement des traits.

14Débuter en première séquence par les temps de la ville, c’est engager une géographie des possibles urbains ou encore des formes de son existence, là où les conditions classiques de situation et de site s’articulent donnant un Bordeaux inscrit dans un espace et le façonnant en même temps. Paradoxale est cette fixation qui fait du site urbain l’expression d’une continuité, établie presque d’évidence en ce qui concerne Bordeaux, lequel site, toutefois, doit s’en accommoder avec hésitations et discontinuités temporelles : que l’on se représente cette croissance portuaire, que ne joue-t-elle pas des figurations successives de la façade atlantique du continent européen, exprimant non pas une intangibilité spatiale, mais les soubresauts des rapports maritimes d’une France se constituant. Alors, la durée est l’expression physiquement sensible de ces aléas fortement soulignés par Fernand Braudel dans son « Identité de la France ».

15La seconde séquence, en un mouvement dialectique, se dégage de l’articulation des aléas de la constitution d’une situation pour en établir les contraintes constitutives ou mieux, les temporalités organisatrices. Car il y a bien des régularités dans toute inscription temporelle et elles jouent sur les changements d’échelle entre la situation soumise aux aléas de transformation globale et le site concret qui fixe la vie quotidienne des habitants et de leurs activités. L’agglomération considérée à la fois comme mouvement constitutif et comme résultat organisé de celle-ci procède d’une couverture spatiale en même temps que d’une coalescence communale. Le lien entre les deux est au cœur des rapports aussi contraints par la légitimité des représentations politiques que par la nature des questions d’organisation à régler.

16Logiquement, et comme nécessité dans l’esprit de l'auteur, arrive en troisième séquence la constitution identitaire du lieu, qu’est-ce que la réalité bordelaise ? Entre l’échelle de la proximité vécue et celle de la présence au monde n’y a-t-il pas là, une fois encore, quelque surprise paradoxale à constater qu’à l'aube du xxie siècle une vieille cité se redécouvre, incertaine au cœur même de ses héritages, physiques autant que culturels. Ainsi s’achèvera un parcours qui se veut de curiosité, d’investigation tout autant que de pénétration sensible tant il est vrai que l’approche urbaine, dès lors qu'elle ne s'arrête pas à l’énumération et à la figuration, implique un engagement qui, et ce sera l’interrogation finale et essentielle, joue de la raison scientifique au service de l’affinité et de la sympathie avec l’objet de son action.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540