Version classiqueVersion mobile

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Première partie. La diversité du patrimoine éducatif

Chapitre 6. Le syndicalisme enseignant : archives, histoire et mémoire

Bruno Poucet et Yves Verneuil

Texte intégral

  • 1 Les archives de syndicats et des mouvements sociaux ont récemment fait l’objet d’un numéro spécial (...)

1Parler des archives du syndicalisme enseignant, c’est d’abord dresser une rapide cartographie historique de ce type d’organisation. Il est en effet difficile de comprendre comment se sont constituées les archives dans leur diversité, leurs différents modes de conservation, si l’on ne comprend pas la « fabrication » des organisations syndicales. Celles-ci oscillent entre une indépendance constitutive d’un système corporatiste et une adhésion à des structures confédérées qui les rapprochent du mouvement ouvrier. Certains enseignants ont refusé la structure confédérale de la CGT, marquée par l’anticléricalisme, et ont préféré se rapprocher des employés chrétiens réunis dans la CFTC ; ainsi a été créé le SGEN, en 1937. Il faut par ailleurs prendre garde au fait que l’enseignement ne se limite pas à l’enseignement public : la moitié des élèves du secondaire fréquentent dans l’entre-deux-guerres un établissement privé. Ce secteur comporte ses propres structures syndicales. Après une brève présentation historique des syndicalismes enseignants, on examinera successivement les archives du syndicalisme de l’enseignement public, puis celles de l’enseignement privé avant de s’interroger sur les enjeux de mémoire qui affectent des organisations au passé contrasté1.

Brève histoire des syndicalismes enseignants

Dans l’enseignement public2

  • 2 Les meilleures synthèses sur l’histoire du syndicalisme des enseignants du public restent celle de(...)

2Le syndicalisme des fonctionnaires a longtemps été interdit et les organisations corporatives ont d’abord pris la forme de journaux ou d’associations, telle l’Association fraternelle des instituteurs, institutrices et professeurs socialistes, au moment de la IIe République. Au xixe siècle, ces associations finissent toujours par être réprimées par les pouvoirs publics, même après 1880 et l’arrivée des républicains au gouvernement. Jules Ferry est très enclin à consulter les enseignants sur les questions pédagogiques, mais il ne tolère pas les associations à visée corporative. L’Association des maîtres répétiteurs, qui voit le jour en 1882, n’a été tolérée que parce qu’elle avait initialement vocation à réfléchir sur des questions pédagogiques. En 1887, sur l’initiative d’un instituteur parisien, M. Marchand, les statuts d’un Syndicat des instituteurs et des institutrices furent déposés à la préfecture de la Seine. Mais le ministre de l’Instruction publique, Eugène Spuller, répondit en 1887 par une célèbre circulaire condamnant de la façon la plus énergique tout essai d’organisation professionnelle dans l’enseignement public, syndicats et associations corporatives : ces organisations constitueraient un État dans l’État. En 1897, les pouvoirs publics interdisent de ce fait la Fédération des professeurs de l’enseignement secondaire qui vient de se constituer et en profitent pour dissoudre l’Association des répétiteurs. Ce n’est qu’au tournant du siècle, après l’Affaire Dreyfus au cours de laquelle le soutien des enseignants s’est révélé précieux, que les gouvernements républicains acceptent de voir les fonctionnaires constituer des associations sous le régime de la loi 1901.

3Les instituteurs les plus radicaux entendent cependant ne pas s’en tenir à cette modalité légale. En 1904, dans le Var, se fonde un syndicat d’instituteurs. En 1906, les premiers syndicats se fédèrent. À l’égard de la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs (FNSI), qui adhère en 1909 à la CGT, les pouvoirs publics oscillent entre tolérance et répression. La très grande majorité des instituteurs préfère rester dans le cadre des associations amicales, qui forment également une Fédération en 1906. De leur côté, les maîtres de l’enseignement secondaire s’en tiennent aux groupements amicalistes. La particularité de leurs groupements réside dans leur éparpillement : sans parler des associations de spécialistes et des associations de catégorie (telle la Société des agrégés, née en 1914), professeurs de lycée, professeurs de collège, répétiteurs de lycée et répétiteurs de collège forment, entre 1905 et 1907, des fédérations séparées. Seul le personnel féminin reste groupé et adhère en bloc à la Fédération des professeurs de lycée.

4En 1920, la Fédération des Amicales d’instituteurs se transforme en syndicat et devient le Syndicat national des instituteurs (SNI), auquel ne se rallient cependant pas la plupart des premiers syndicats d’instituteurs. Le SNI adhère à la CGT, tandis que la Fédération des syndicats des membres de l’enseignement laïque (FSMEL), qui regroupe l’ancienne FNSI et quelques membres des autres ordres d’enseignement, décide de quitter la CGT et d’adhérer à la CGTU (issue en 1921-1922 d’une scission de la CGT pour des raisons politiques) ; elle devient la Fédération unitaire de l’enseignement (FUE).

5Entre les deux guerres, les organisations corporatives de l’enseignement secondaire comme celles de l’enseignement technique, profitant de la tolérance annoncée par le Cartel des Gauches, se transforment à leur tour en syndicats. Le Syndicat national des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin refuse toutefois l’adhésion à la CGT, à la différence des syndicats respectifs des professeurs de collège et des répétiteurs de lycée ou de collège. Cependant, dès 1922, a été fondé par Ludovic Zoretti un Syndicat de l’enseignement secondaire et supérieur, qui adhère à la CGT. Transformé, en 1924, en Fédération de l’enseignement du 2e et du 3e degré, il contribue avec le SNI à la création, en 1928, de la Fédération générale de l’enseignement (FGE-CGT), au sein de laquelle se fonde un syndicat (confédéré) des professeurs de lycée. Ne parvenant pas à attirer le Syndicat national des professeurs de lycée dans la FGE, les cégétistes du syndicat confédéré fondent, en 1937, le SPES (Syndicat du personnel de l’enseignement secondaire, qui rivalise désormais avec le SNALCCS (Syndicat autonome des lycées, collèges et cours secondaires, futur SNALC). La majorité des professeurs de lycée persiste à accorder son soutien à ce syndicat (qui s’est élargi à d’autres catégories que les professeurs), mais cette attitude est désormais exceptionnelle : les syndicats majoritaires des autres catégories d’enseignants, dans l’enseignement primaire comme dans l’enseignement secondaire, adhèrent tous à la FGE-CGT, avec le désir de s’intégrer au mouvement ouvrier. En 1935, la FMEL a rejoint la FGE, préfigurant la réunification de la CGT qui a lieu l’année suivante.

6En 1948, la FEN, qui a succédé en 1946 à la FGE, prend son indépendance de la CGT, mais seulement pour éviter d’avoir à choisir entre la CGT et la CGT-FO : l’indépendance doit servir à la réunification syndicale. Subsiste néanmoins une fédération CGT et une toute petite fédération FO. Pendant les Trente Glorieuses, la FEN est largement majoritaire parmi les enseignants, voire hégémonique parmi ceux du primaire. Son influence est prépondérante dans les organismes paritaires mis en place après la Libération. La FEN estime donc représenter la profession enseignante.

7Cette prétention contribue à expliquer son hostilité envers le SGEN, né en 1937, d’autant plus que celui-ci, créé par des chrétiens de gauche, est suspect de ne pas être vraiment laïque. Comme les syndicats demeurés autonomes, le SGEN réunit une minorité d’enseignants ; mais son influence est sans commune mesure avec son importance numérique. Syndicat multi-catégoriel, il a en effet été conduit précocement à réfléchir à une mutation des structures et des pratiques pédagogiques. Bien plus tard, en 1998, des débats internes autour de l’attitude de la CFDT sur le régime des retraites, aboutissent au départ de militants et à la création d’une nouvelle organisation plus radicale, SUD-Éducation, à laquelle adhèrent aussi des dissidents (provenant principalement de la tendance « École émancipée ») de la FSU.

  • 3 Cependant, en 2010, le SNETAA, syndicat de l’enseignement professionnel créé en 1949, qui avait pa (...)

8Cette dernière est issue de l’éclatement de la FEN. La prépondérance que cette fédération s’était assurée n’avait pas été entamée, en 1984, par la décision de FO de relancer en son sein la syndicalisation des enseignants (avec des syndicats de plus en plus dominés par des militants du Parti des travailleurs)3 ; mais elle s’accompagnait de fortes rivalités internes. Assurément, les conflits de tendance ne recoupaient pas complètement les rivalités catégorielles ; néanmoins la rivalité entre « primaires » et « secondaires » (auxquels il faut joindre les enseignants d’EPS groupés dans le SNEP) était particulièrement marquée. Ces tensions ont abouti à l’éclatement de 1992. L’année suivante, les minoritaires de la tendance Unité et Action (UA), exclus de la FEN, créent la FSU, tandis que la FEN s’élargit à des catégories extérieures au monde enseignant et contribue à la fondation de l’UNSA, au sein de laquelle notamment un syndicat des enseignants qui réunit premier et second degrés. Contrairement au schéma imaginé par les dirigeants de la FEN au moment de la scission, la FSU, qui regroupe notamment le SNES (second degré), le SNUIPP (premier degré) et le SNESup (supérieur), remporte la majorité des suffrages lors des élections professionnelles.

  • 4 Entre 1954 et 1978, c’est le SNALC qui a fait partie de la CGC.
  • 5 La FAEN regroupe notamment le Syndicat national des écoles publiques (SNEP), qui rassemble des ens (...)

9Au début du xxie siècle, l’émiettement caractérise donc le paysage syndical des enseignants du public. Encore faudrait-il ajouter à la succincte présentation précédente des syndicats minoritaires, comme la CGC (qui comprend notamment, dans le second degré, le CNGA, né du refus des « dérives » de Mai 1968)4, sans parler de petits syndicats comme CFTC-Éducation nationale ou encore de la Fédération autonome de l’Éducation nationale, mosaïque de petits syndicats de tous les degrés d’enseignement5. Par ailleurs, la Confédération syndicale de l’éducation nationale (CSEN) regroupe des syndicats autonomes : le SNALC (second degré), le SNE (premier degré) et AUTONOMESUP (ex-FNSAESR, fondée en 1948, pour l’enseignement supérieur).

Élections professionnelles de 2008. Résultats des suffrages exprimés dans le premier degré

Élections professionnelles de 2008. Résultats des suffrages exprimés dans le premier degré

Résultats des suffrages exprimés dans le second degré

Résultats des suffrages exprimés dans le second degré
  • 6 Il ne sera pas question ici de l’implication des enseignants syndicalistes dans la formation syndi (...)

10En dépit de l’éparpillement, l’ancienneté du syndicalisme enseignant, et parfois des organisations syndicales elles-mêmes, a contribué à la transmission de véritables cultures professionnelles. L’ancienneté des traditions est d’ailleurs parfois revendiquée : ainsi en va-t-il de la tendance « École émancipée », qui s’estime l’héritière des premiers syndicats d’instituteurs du début du xxe siècle et a perduré au sein de la FEN avant de rejoindre la FSU. Dans ces conditions, on comprend que le passé puisse être un enjeu. La filiation avec les origines est censée prouver une ardeur à porter ses convictions égales à celle des pionniers. De la part de syndicats tournés vers l’idée de progrès, la référence au passé pourrait paraître paradoxale ; mais l’ancienneté sert à justifier les combats actuels en montrant les acquis à défendre et la poursuite du combat qui reste à mener. Comme le mouvement ouvrier, le syndicalisme enseignant aime se référer à son histoire. Aussi les archives du syndicalisme enseignant du public constituent-elles un patrimoine inséré dans les enjeux de mémoire. Cela ne signifie pas pour autant, on le verra, que ces archives soient l’objet d’un classique conflit entre histoire et mémoire6.

Dans l’enseignement privé

  • 7 Pour une étude plus approfondie, on se reportera à Bruno Poucet, « La question syndicale dans l’en (...)

11Dans l’enseignement privé, les enseignants n’étant pas fonctionnaires, le syndicalisme ne leur a pas été interdit d’entrée de jeu7. Aussi, contrairement à une idée reçue qui associe enseignement privé essentiellement catholique et conservatisme, les syndicats de l’enseignement privé sont-ils apparus avant ceux de l’enseignement public. Comme dans l’enseignement public, on trouve deux traditions : celle de l’autonomie par rapport aux organisations de salariés et celle du regroupement dans une confédération. Mais, à la différence de l’enseignement public, la tendance majoritaire qui l’emporte est celle de la confédération. C’est peut-être tout simplement parce que les syndiqués, en majorité non-fonctionnaires, ne se comprennent pas sur le mode d’une corporation, mais comme des employés qui doivent affirmer des droits. Ces syndicats deviennent tous, dans les années 1950, multi-catégoriels et regroupent aussi bien des instituteurs que des professeurs d’université, des enseignants et des personnels d’éducation, d’administration et de service.

12Dès 1887, apparaît le premier syndicat des membres et employés de l’enseignement privé. Cela concerne le primaire. C’est la première tradition du syndicalisme : autonome. Toutefois, ces organisations sont souvent mixtes : elles comprennent en effet patrons et salariés et, après la loi de 1904, sont souvent propriétaires de leur établissement. Cela ressemble à un syndicat de copropriétaires. Ce syndicalisme majoritaire, autonome par rapport aux confédérations d’ouvriers et d’employés, est, en revanche, de plus en plus dépendant de la hiérarchie ecclésiastique, et s’est fédéré à partir de 1905 en une Fédération nationale des syndicats de l’enseignement libre. En 1928, elle se transforme en Fédération nationale des syndicats diocésains de l’enseignement libre. Elle regroupe presque tous les enseignants du primaire. C’est un syndicat confessionnel. Ce n’est qu’en 1946 qu’il cesse d’être mixte, se rend indépendant des directions diocésaines et devient la Fédération nationale de syndicats professionnels de l’enseignement libre (FNSPEL). C’est après quelques modifications, la forme sous laquelle elle existe encore aujourd’hui, en étant ouverte désormais à l’ensemble des enseignants et non-enseignants et non plus simplement aux instituteurs. Mais, c’est une fédération qui est restée autonome. Les autres ordres d’enseignement s’organiseront de leur côté à partir de 1902 en un Syndicat des membres de l’enseignement privé, supérieur secondaire et technique. Il s’agit d’un syndicat mixte. Il est dirigé par des laïcs et défend l’existence d’une profession libérale : il adhère ainsi à la Confédération des travailleurs intellectuels (fondée en 1920 et toujours existante) où il rencontre certains syndicats de l’enseignement public. Après une évolution importante, il se rapprochera de la CFTC et fusionnera avec celle-ci en 1945. Une seconde tradition est née en parallèle à la précédente. Deux courants existent : celui ultra-minoritaire, proche des bourses de travail et de la CGT, celui des employés qui aboutira à la fondation en 1919 de la CFTC.

13Une première tentative a eu lieu en effet à partir de 1872 avec le Syndicat des membres laïques de l’enseignement privé qui couvre tous les ordres d’enseignement laïque privé. Il adhère à la Bourse du travail et perdurera jusqu’au début du siècle. Il disparaîtra, puis renaîtra ensuite, en 1937 lors de la réunification de la CGT. Il n’est pas mixte, n’est pas ouvert aux ecclésiastiques et adhère à la FGE. Il perdure aujourd’hui, après quelques modifications, avec une adhésion au sein de la FERC-CGT. Il est principalement implanté dans l’enseignement technique.

14En revanche, dans l’enseignement privé confessionnel, majoritaire, une tradition syndicale s’est progressivement constituée au sein de la Fédération des employés et ce dès 1887, malgré l’hostilité de l’Église qui ne voyait pas d’un bon œil naître ce courant syndical. Ce n’est finalement qu’en 1938, que les diverses organisations syndicales existantes, parviendront à s’organiser en une fédération qui naîtra dans la capitale du catholicisme social, Lyon : la Fédération française des syndicats chrétiens de l’enseignement libre (CFTC). Elle n’est pas une organisation confessionnelle et refuse l’adhésion des ecclésiastiques. Elle deviendra progressivement, après la Seconde Guerre mondiale et après le ralliement d’une partie des syndicats autonomes du primaire et du secondaire, la première organisation syndicale de l’enseignement privé, en résultats électoraux et vraisemblablement, en adhérents. Elle le demeure encore aujourd’hui, sous l’appellation de FEP-CFDT (Fédération de la Formation et de l’enseignement privé) après un certain nombre d’avatars. En effet, le vote de la loi Debré en 1959, l’évolution de la CFTC qui devient, en 1964, la CFDT. Cela provoque des réactions de rejet et la création d’une nouvelle organisation, le Syndicat national de l’enseignement chrétien (SNEC-CFTC) qui, pendant les années 1970-1990, deviendra la première organisation de l’enseignement privé. Il appartient à la CFTC dite « maintenue » qui a refusé l’évolution vers la CFDT. À cette réaction conservatrice, la FEP-CFDT dut faire face à une réaction symétriquement inverse : en 1983, une organisation se créée dans le cadre de la future loi Savary (qui ne verra pas le jour), le SNUDEP-FEN qui, après des avatars disparaîtra ; quelques adhérents créeront alors une nouvelle structure proche de la FSU, le SNUDEC, puis, en 2003, aura lieu la création d’un autre syndicat, le SUNDEP, proche de SUD, au moment où, de nouveau, le débat sur les retraites bat son plein. Faute de pouvoir adhérer à la FSU qui s’y est opposée, c’est la FERC-CGT qui accueillera le SNUDEC dans le SNELP-CGT, le SUNDEP adhérant à l’Union syndicale Solidaires en 2009. Ces organisations sont restées très minoritaires et ne doivent pas faire oublier l’existence encore plus discrète de la CGT-FO (depuis 1975) et de la CGC (depuis 1969).

15Ainsi on a une idée du paysage syndical de l’enseignement privé : très majoritairement confédéré (70 % des voix aux élections), toujours multi-catégoriel, il revêt ainsi des traits caractéristiques par rapport à l’enseignement public. Des évolutions sont peut-être encore à attendre compte tenu des nouvelles lois concernant la représentativité des organisations syndicales : ces évolutions pourraient faire bouger les frontières avec l’enseignement public. Toujours est-il qu’aux dernières élections professionnelles de 2010, les résultats étaient les suivants, signe que malgré les évolutions et une certaine dispersion, les trois organisations initiales restent en tête, et de loin, dans les résultats électoraux :

Représentativité aux élections professionnelles 2010

Représentativité aux élections professionnelles 2010

Les archives du syndicalisme enseignant public

16Les syndicats enseignants du public collaborent avec l’administration de l’Éducation nationale, mais n’en font certes pas partie ; aussi leurs archives sont-elles privées. Toutefois, ces fonds privés peuvent être versés dans des centres publics d’archives. Par conséquent, soit les syndicats conservent eux-mêmes leurs archives, soit ils décident de les donner ou de les déposer (en ce cas ils en restent propriétaires) à un centre relevant du réseau des Archives de France.

Les archives conservées par les syndicats : l’exemple du SGEN-CFDT

17Comme l’essentiel des organisations rattachées à la CFDT, le SGEN conserve ses archives au niveau national au siège de l’organisation, au niveau départemental, dans les services d’archives publics parfois, le plus souvent dans les locaux syndicaux, voire chez les militants, mais également dans des structures privées qui collectent les archives syndicales.

  • 8 Il est situé au 47 avenue Simon Bolivar 75019 Paris.

18Au niveau national, l’ensemble des fédérations CFDT a fait le choix, dans les années 1990, de mutualiser leurs besoins et leurs moyens en créant un service d’archives interfédérales, sous la responsabilité d’une archiviste diplômée8. Chaque fédération dispose d’un correspondant archives, chargé de rédiger des bordereaux de versement. Les cartons sont ensuite inventoriés par le service et ouvert aux chercheurs qui en font la demande, sur autorisation de la fédération déposante. Il en va ainsi pour le SGEN.

19Celui-ci a déposé depuis sa création en 1937 les principaux documents que l’on trouve dans une organisation syndicale : la presse syndicale, très nombreuse et abondante, avec parfois des journaux envoyés par les syndicats locaux, des affiches, des tracts, des photographies, des enregistrements, et des objets (banderoles, crayons, cartes d’adhésion, etc.), les archives statutaires de l’organisation bien entendu : constitution, congrès, organes statutaires, commissions internes notamment pédagogiques dont le rôle, dans les années 1960, sera déterminant sur l’évolution de la réflexion en matière éducative ; on trouve aussi les documents de trésorerie, de suivi des adhérents, de suivi des organisations syndicales locales, relations internationales. Figurent aussi des documents ministériels : Conseil supérieur de l’éducation, commissions ministérielles diverses ; des documents provenant des autres syndicats du public (notamment de la FEN) et du privé. Ce n’est pas moins de 300 mètres linéaires qui sont à la disposition des chercheurs. Des inventaires encore partiels et au moins les bordereaux de versement permettent aux chercheurs et au SGEN lui-même de retrouver les documents souhaités. Il ne faut pas non plus négliger les fonds confédéraux qui concernent également le SGEN : la commission confédérale de l’éducation (8H : relation FEN/CNAL/projets de réforme de l’enseignement/enseignement privé), les archives du secteur éducation, mais également des organes de gouvernement confédéral, où le SGEN occupe des fonctions, notamment au Conseil national confédéral. Par ailleurs, des fonds personnels existent également, tels ceux de certains secrétaires généraux ou de responsables nationaux du SGEN ou de la CFDT, tels Jean-Michel Boulier, Jacques Georges, Edmond Maire (ex 15P77, 78, 98 : enseignement, FEN 1946-1981), Nicole Notat, Paul Vignaux (14P6 : dialogue CGT/CFDT). Une bibliothèque de recherche sur le syndicalisme, commune avec les archives de la Confédération, une photothèque et une collection d’affiches complètent le dispositif. Si l’essentiel des archives de l’organisation centrale du SGEN est conservé par ce service inter-fédéral, en revanche, les situations les plus diverses peuvent se rencontrer pour les archives des syndicats locaux : conservation dans les locaux syndicaux ou chez des militants, dépôt ou don aux Archives départementales. On trouve dans ces fonds des éléments concernant les relations entre l’organisation parisienne et l’organisation locale, les archives des commissions paritaires, des documents ayant trait aux relations avec la CFDT locale et, bien entendu, la plupart du temps, de la presse nationale et locale, des objets qui sont autant de traces de l’action revendicative que l’on trouve par ailleurs dans les dossiers d’actions collectives ou de défense individuelle du personnel. Il ne faut pas non plus ignorer l’existence de fonds de militants, déposés dans les Archives départementales. On signalera, par exemple, celui de Madeleine Singer aux Archives départementales de Lille qui lui a permis de rédiger les ouvrages historiques sur le SGEN ainsi que de nombreuses notices du Maitron : ce fonds contient une correspondance importante et des documents qui lui ont été adressés par des militants nationaux, par exemple Paul Vignaux. Ou encore, aux Archives départementales de la Somme, dans le fonds de l’URI (en cours de classement), des cartons concernent le SGEN (ex A28 SGEN, 1971-1985) ; aux Archives départementales de l’Oise, le fonds de l’URI comporte également plusieurs dossiers concernant le SGEN (19-28, 1977-1992 : bulletins du SGEN, Conseil académique, congrès).

20D’autres syndicats enseignants conservent leurs archives : CFTC, FO, SNALC, SUD. Mais aucun ne possède de structure développée comme la CFDT. Cependant, pour ses archives, le FERC-CGT travaille en lien avec l’Institut d’histoire sociale de la CGT.

Le versement aux Archives du monde du travail : l’exemple des archives de la FEN

21Principale fédération de syndicats enseignants de 1928 à 1992, la FEN a fait le choix de verser ses archives au Centre des archives du monde du travail (CAMT), localisé à Roubaix, qui relève des Archives nationales. Le dépôt des archives de la FEN a été concrétisé par la signature, le 25 novembre 1997, d’un contrat entre le directeur des Archives de France et le secrétaire général de la FEN, Jean-Paul Roux. Le déménagement à Roubaix s’est effectué à partir de 1998. Il a été facilité par la présence à la FEN d’un archiviste, Guy Putfin, qui a mis ses compétences professionnelles archivistiques au service de son organisation, avant de mettre ses connaissances du mouvement syndical au service des Archives nationales.

22À l’exception des archives de Ludovic Zoretti, fondateur et secrétaire général de la FGE, les archives de la FEN au CAMT concernent surtout la période de l’après-guerre. Le fonds comprend notamment les papiers des secrétaires généraux et des secrétaires nationaux, ainsi que les sténotypies des congrès et les publications fédérales. Il contient aussi des documents sonores et vidéos, puisqu’à partir de 1978 tous les congrès de la FEN ont été enregistrés en VHS. L’ancien secrétaire général André Henry a par ailleurs déposé un fonds spécial. Outre la production des organes statutaires, on trouve également une abondante presse syndicale : L’Enseignement public, L’École libératrice, etc.

23On ne sera pas surpris que le SNI, qui était le syndicat dominant de la FEN, ait également décidé le versement de ses archives au CAMT. Dépôt et classement sont en cours. À terme, le chercheur pourra trouver des fonds concernant les instances nationales, la vie des sections ou encore la correspondance, du moins essentiellement, comme pour la FEN, pour la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale.

Un cas mixte : les archives du SNES

24Principal syndicat des enseignants du second degré, le SNES a créé, en 1985, l’Institut de recherches historiques sur le syndicalisme dans les enseignements du second degré (IRHSES). Association loi 1901, cette structure, située au siège du SNES, au 46, avenue d’Ivry, dans le 13e arrondissement de Paris, est dirigée par un ancien professeur d’histoire en khâgne, Alain Dalançon. Elle a la responsabilité de conserver les archives du SNES depuis sa création en 1966 et ce qui subsiste des archives des syndicats qui l’ont précédé, comme le SPES, le Syndicat national des écoles primaires supérieures, le Syndicat du personnel de l’enseignement technique, le Syndicat national des collèges modernes ou encore le Syndicat national de l’enseignement technique (SNET).

  • 9 http://www.irhses.snes.edu/Textes/mai68/inventaire.html (consulté en juin 2014).

25L’IRHSES possède à peu près 600 mètres linéaires d’archives classées, ce qui représente environ 4 500 cartons d’archives. Le fonds s’accroît avec les versements des entités productrices. Il n’est pas intégralement inventorié, mais les cartons ont été classés au fur et à mesure des arrivages, en notant l’origine, le niveau de provenance, le sujet et les dates. Un fonds concernant les événements de Mai 1968 a été récemment constitué ; il fait l’objet d’un inventaire en ligne sur le site de l’IRHSES9.

26Outre ses fonds d’archives, l’IRHSES possède une bibliothèque qui comprend des collections de bulletins corporatifs et syndicaux. Même si les collections sont souvent incomplètes, on peut citer à titre d’exemple L’Université syndicaliste (depuis 1928), le Bulletin d’information du Syndicat du personnel de l’enseignement secondaire (1937-1940), le Bulletin de l’Enseignement primaire supérieur (1909-1916), le Bulletin de l’Enseignement professionnel (1919-1924 ; 1926-1932), le Bulletin de l’Enseignement primaire supérieur et professionnel (1932-1940), le Bulletin de l’Enseignement moderne (1945-1948), L’École technique (1933), Le Travailleur de l’Enseignement technique (1936-1939 ; 1944-1966), le Bulletin du syndicat national des professeurs des écoles normales d’institutrices et d’instituteurs, 1963-1964 ; 1969-1970, etc. Les bulletins des organisations concurrentes couvrant le champ syndical du second degré sont aussi présents. Ces collections complètent celles possédées par la Bibliothèque nationale de France, elles-mêmes lacunaires.

27Avant 2005, l’IRHSES était installé dans les anciens locaux des sections académiques de la région parisienne et disposait de beaucoup de place. L’exiguïté de sa nouvelle installation, rue d’Ivry, a conduit son président à envisager de déposer une partie des fonds auprès des services publics d’archives. L’exemple de la FEN n’est pas étranger à cette réflexion. Alain Dalançon, en outre, était soucieux de faciliter le travail des chercheurs en regroupant les archives syndicales dans un même lieu. Aussi le CAMT a-t-il été choisi. Toutefois, comme certains fonds ont été déposés aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis, les archives de l’IRHSES sont actuellement conservées dans trois lieux :

  • Dans des locaux appartenant au SNES.
  • Archives nationales du monde du travail à Roubaix. La majeure partie de ces archives a été numérisée. Un inventaire en ligne est disponible sur le site du CAMT.
  • Archives départementales de la Seine-Saint-Denis à Bobigny : il s’agit des archives des sections académiques et départementales de la région parisienne, ainsi que de fonds privés (Jacqueline Marchand, Marcel Bonin, Gérard Alaphilippe).

Le réseau des Archives de France

28Sans parler du versement de fonds privés dans des centres publics d’archives, il serait impossible de faire l’histoire du syndicalisme enseignant sans consulter les archives émanant des administrations publiques elles-mêmes. Depuis 1880, les enseignants ont en effet été associés à la prise de décision au sein des organismes consultatifs du ministère de l’Instruction publique, puis de l’Éducation nationale, comme le Conseil supérieur de l’Instruction publique (CSIP), puis le Conseil supérieur de l’Éducation nationale (CSEN). Les archives de ces organismes sont à Pierrefitte, au sein de la série F17, mais aussi F10 (Enseignement agricole et vétérinaire), F21 (Enseignement artistique) ou dans les versements contemporains (séries continues). Elles permettent de prendre connaissance des points de vue et des votes des représentants des enseignants. Les syndicats ont, par ailleurs, le monopole de la représentation du personnel dans les comités techniques paritaires créés après la Libération. Ces comités et les décharges syndicales qui ont été octroyées par le ministère font d’ailleurs l’objet d’archives. Ainsi la cote 19930325 art. 1-4 concerne-t-elle les sujets suivants : représentativité des personnels administratifs et enseignants dans les CAP (Commissions administratives paritaires) et les CTP (Comités techniques paritaires) : décharges de service : 1972-1985.

29Innombrables ont par ailleurs été les commissions et groupes de travail réunis par le ministère et comprenant des représentants des syndicats. Prenons un exemple, celui des commissions de la formation des maîtres qui se réunissent après Mai 1968 : Edgar Faure crée une première commission en 1968-1969, dont on trouve les archives aux cotes 19870201/14, 19870192/64 et 19780674/4 ; Olivier Guichard crée un groupe de travail syndical sur le même sujet, référencé à la cote 19800375/17. De façon générale, l’administration et les cabinets ministériels entretiennent des relations régulières avec les syndicats enseignants. Un exemple parmi d’autres : la cote 19880531, qui provient d’un versement opéré par le directeur général Bernard Toulemonde, porte sur les relations avec le SNES et avec la FEN, pour la période 1981-1984. On trouverait d’autres exemples dans les Archives présidentielles, sous la série AG5.

30C’est aussi aux Archives nationales que l’on peut trouver les résultats officiels des élections professionnelles, dans lesquelles les syndicats enseignants sont en compétition pour mesurer leur représentativité. La cote 20010369, art. 1-4, porte ainsi sur les élections professionnelles aux Commissions administratives paritaires nationales et Commissions administratives paritaires départementales communes aux corps des instituteurs et des professeurs des écoles entre 1984 et 1996. De même, l’article 19, cote 20090022 concerne les élections professionnelles entre 1994 et 2002.

31Les syndicats enseignants ont par ailleurs suscité l’intérêt de la police et des renseignements généraux. Aussi les cotes F7 13743 à 13749 sont-elles consacrées aux activités des syndicats d’instituteurs entre 1917 et 1936. Dans la même série, d’autres cotes portant sur les associations et syndicats de fonctionnaires concernent les syndicats d’instituteurs.

32Les Archives nationales conservent également des fonds privés pouvant intéresser le syndicalisme enseignant. C’est le cas du fonds Antoine Prost, coté 550 AP. Les cotes 1 à 5 concernent l’activité du célèbre historien au sein du SGEN entre 1956 et 1974.

33Outre les Archives nationales et le CAMT, le réseau des Archives de France comprend les Archives départementales (AD) et les Archives municipales classées (AM). Ces centres comportent souvent des fonds intéressant l’histoire du syndicalisme. Ainsi les Archives municipales de Saint-Denis possèdent-elles un fonds Georges Cogniot, dont certaines cotes concernent l’activité syndicale de cet agrégé d’histoire communiste.

  • 10 Fondé en 1992 pour faire suite au SGPEN-CGT créé lui-même en 1972, également connu sous le nom de (...)
  • 11 Inventaire sur le site : http://archives.seine-saint-denis.fr/IMG/pdf/227j__unsen-cgt.pdf (consult (...)

34Concernant les archives départementales, il importe d’insister sur le cas des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, car ces archives comprennent des fonds d’intérêt national. Ainsi, parmi les archives versées par l’Institut CGT d’histoire sociale de la CGT, on peut retenir le fonds de l’Union syndicale des syndicats généraux des personnels de l’Éducation nationale (UNSGPEN), 1973-201010. De même, les archives des syndicats antérieurs au FERC-CGT, le SNETP et l’UNSEN ont été remises au service des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis11, comme le sont les archives de la FISE (Fédération internationale syndicale de l’enseignement). Les AD 93 contiennent également deux fonds Gérard Alaphilippe : outre celui déposé par l’IHRSES, on trouve, dans la rubrique « personnalités », un fonds d’archives privées.

  • 12 Chave Isabelle, « Du retour aux sources ou l’histoire du syndicalisme enseignant en Picardie à tra (...)

35À partir des Archives départementales de la Somme, Isabelle Chave a, par ailleurs, montré toutes les ressources qui peuvent être utilisées pour l’étude du syndicalisme enseignant : ainsi la série M est-elle très précieuse pour voir émerger les premières associations professionnelles et les premières structures syndicales au début du xxe siècle. Les AD de la Somme possèdent également des revues (REV) et des périodiques (PER) syndicaux. Pour la période postérieure à 1940, les séries W et J sont particulièrement utiles. Les AD de la Somme contiennent notamment le fonds d’un ancien militant du SNESup, Christian Schnakenbourg (23 AJ), qui permet une étude de ce champ de syndicalisation trop délaissé par les historiens12.

Autres sources d’archives

  • 13 Sur l’intérêt et les difficultés épistémologiques posées par les archives de la police, cf. Berliè (...)
  • 14 Dreyfus Michel, Une Histoire d’être ensemble. La MGEN, 1946-2006, Paris, Éditions Jacob-Duvernet, (...)
  • 15 Chaumet Michel, MAIF : l’histoire d’un défi, Paris, Le Cherche Midi, 1998.
  • 16 Lerch Dominique, L’Enseignant et les risques de son métier. Un siècle d’histoire associative. L’Au (...)
  • 17 Lerch Dominique, Assurer les risques du métier d’enseignant : une société d’assurance mutuelle, l’ (...)

36D’autres lieux, tant publics que privés, recèlent des archives qui peuvent intéresser le syndicalisme enseignant. Parmi les fonds publics, on retiendra le cas des Archives de la Préfecture de Police. Ces fonds contiennent notamment des notes élaborées par les Renseignements généraux, à utiliser avec précaution13. Parmi les fonds privés, il ne faut pas négliger les archives d’assurances et de mutuelles, puisque la FEN avait constitué autour d’elle un véritable réseau associatif. Michel Dreyfus et Charlotte Siney ont ainsi utilisé les archives de la MGEN14, Michel Chaumet celles de la MAIF15 et Dominique Lerch celles de l’Autonome de Solidarité16 ainsi que celles de l’Union solidariste universitaire17.

37Par ailleurs, étant politiquement engagées, les principales fédérations du syndicalisme enseignant ont noué des relations avec les partis politiques, principalement de gauche. Les archives du PSU, déposées en partie aux Archives nationales, contiennent ainsi d’intéressants dossiers. Par exemple, le dossier 184 de la cote 581 AP 41 porte sur les points suivants : Documentation, SNES : tract (1959) ; SNI : motion du Rhône en vue du Congrès national de Paris (1968) ; Centre d’études et de documentation : brochures, circulaires (1968-1969) ; Groupe d’études pour la défense et la rénovation permanente de l’École maternelle : circulaires (1970). Les archives du PS conservées à la Fondation Jean-Jaurès ou les archives de la SFIO conservées à l’OURS, permettent de mieux comprendre les rapports entre ces organisations et le principal parti de la gauche, par exemple le fonds Guy Mollet.

38On voit qu’il serait difficile de faire un tour complet de l’ensemble des fonds touchant au syndicalisme enseignant. Il existe néanmoins une structure fédérative, le CODHOS (Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale). Certains centres d’archives que nous avons mentionnés y appartiennent, comme les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, le CAMT, le Centre historique des archives nationales et l’IRHSES. Parmi les autres centres d’archives concernant le syndicalisme enseignant, on peut relever les membres suivants :

  • ADIAMOS : Maison des Syndicats et de la Mémoire Ouvrière. ADIAMOS a été créée en mai 1993 à l’initiative d’enseignants-chercheurs de l’Université de Bourgogne et de militants des mouvements sociaux. Concernant le syndicalisme enseignant, elle conserve les archives du SNES de la Côte-d’Or.
  • Le Centre des Archives du féminisme. Créé en 2000 au sein de la Bibliothèque universitaire d’Angers par une convention de partenariat entre l’association Archives du féminisme (présidée par Christine Bard) et l’Université d’Angers, le Centre des Archives du féminisme contient notamment un fonds Marie Bonnevial (institutrice laïque, féministe, syndicaliste et socialiste, 1841-1918).
  • Les Archives de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), situées à l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, contiennent notamment quelques documents provenant du SNESup et du SGEN, concernant Mai 1968 ou le mouvement pour la paix.
  • Le CEMRTRI (Centre d’Études et de Recherches sur les Mouvements Trotskyste et Révolutionnaires) possède quelques collections de bulletins intéressant le syndicalisme enseignant, par exemple L’Internationale de l’Enseignement (1922-1935), L’École émancipée (1920-1939), L’Avant-Garde Syndicaliste (syndicat des enseignants de l’Hérault – décembre 1931), L’Émancipation : bulletin mensuel de la Fédération des syndicats de l’enseignement laïque (juin 1936, etc.).
  • Le CHT de Nantes, qui conserve le fonds Sauvageot et de nombreuses publications et brochures.
  • L’Institut français d’histoire sociale, basé au Centre historique des Archives nationales, comprend en particulier les fonds Louis Bouët, Maurice Dommanget, Jean Aulas, René Garny, Pierre Monatte.

39Insistons, pour terminer, sur l’importance des archives orales et, en particulier, sur le fonds constitué par l’ancien Service d’histoire de l’éducation de l’INRP. On trouve en effet de nombreux syndicalistes parmi les acteurs dont les témoignages ont été recueillis : citons Gérard Alaphilippe (témoin no 36), Louis Astre (témoin no 124), Jean-Claude Barbarant (témoin no 184), Étienne Camy-Peyret (témoin no 64), Denis Paget (témoin no 162), Jacques Pommatau (témoin no 31) ou encore Monique Vuaillat (témoin no 196). Ces enregistrements complètent ceux qui avaient été effectués dans le cadre du séminaire FEN/université Paris 1 et qui sont conservés dans les archives de la FEN.

  • 18 Karnaouch Denise, La presse corporative et syndicale des enseignants, 1881-1940, Paris, L’Harmatta (...)
  • 19 http://www.inrp.fr/presse-education/presentation. php (juillet 2014).

40Par ailleurs, l’étude des syndicats enseignants passe aussi par les bulletins qui sont édités par ces organisations. La BNF possède le plus souvent des collections de ces bulletins, mais elles ne sont pas toujours complètes. Pour qui s’intéresse à cette source, il faut mentionner le répertoire publié par Denise Karnaouch sur la presse corporative et syndicale des enseignants entre 1881 et 1940, qui, en dépit de son titre18, ne concerne que l’enseignement primaire, et qu’il faut donc compléter par les huit volumes de la Presse d’éducation et d’enseignement, xviiie siècle-1990, publiés par le SHE de 1981 à 2005, qui fait désormais l’objet d’une base de données sur le site du SHE19.

Les archives du syndicalisme de l’enseignement privé

41Les syndicats enseignants du privé collaborent non seulement avec l’administration de l’Éducation nationale, comme leurs homologues du public, notamment depuis l’entrée en vigueur de la loi Debré en 1959, mais aussi avec les structures ecclésiastiques, directions diocésaines et épiscopats – c’est de cette double façon qu’il faudra les considérer. On trouvera ainsi des archives dans les fonds privés, mais également dans les fonds publics.

42Il faut distinguer deux types d’organisation nationale – celle qui dispose d’un centre organisé et les autres. Deux ont déposé leurs archives dans un centre organisé, il s’agit de la FEP-CFDT, et de la CGT, les autres sont conservées dans les organisations concernées, mais sans archiviste, sans inventaire et peu accessibles aux chercheurs (SNEC, FN-SPELC, et autres syndicats plus petits).

43La FEP-CFDT conserve le métrage linaire le plus important (100 mètres), accessible grâce aux bordereaux de versements (il n’y a pas encore d’inventaire). Comme pour le SGEN, on y trouve les papiers des organes statutaires (congrès, assemblées générales, bureaux, secrétariat, trésorerie, élections), activités revendicatives, participation à des commissions ministérielles, au Conseil supérieur de l’éducation, au Conseil national de l’enseignement agricole, à de nombreuses réunions de concertation, mais également la trace de la participation aux organes statutaires de l’enseignement catholique (CNEC ou CNE, commissions diverses, par exemple), à des commissions paritaires de droit privé. On trouve également quelques de militants. Une presse abondante existe également : presse nationale (depuis 1902), presse des syndicats départementaux, fragment de la presse des autres organisations syndicales privées ou publiques, presse des organismes patronaux de l’enseignement privé, objets, exposition sur les 60 ans de la FEP et dossier de préparation de cet événement, archives orales (enregistrement avec retranscription écrite d’entretiens réalisés auprès de 33 militants).

44On trouve également trace de l’activité syndicale dans les fonds du Centre national des archives de l’Église de France : assemblées des cardinaux et archevêques, secrétariat de l’épiscopat, commission sociale, commission épiscopale de l’enseignement, secrétariat de l’enseignement catholique (syndicat de l’enseignement privé, 1929-1991, classement par organisation ; syndicats de l’enseignement public, 1976-1989). On en trouve également dans les archives de certaines congrégations religieuses, ainsi les Frères des écoles chrétiennes ont joué un rôle non négligeable dans la création du syndicat des employés, point de départ de la CFTC, mais aussi pour la FN-SPELC ou même pour les syndicats de chefs d’établissement, de collèges ou de lycées fondés ou dirigés un temps par des frères : on ne sera pas étonné d’en trouver des traces aux archives lasalliennes de Lyon (par ex. 0D367 : syndicats en Bretagne, à propos de la CFDT, du SNEC (1951-1976), syndicats de la région atlantique, 08 D596-598 : CFTC et CFDT, région lyonnaise 10D1391 : association de l’enseignement libre 1901-1905) ou aux archives romaines (KD 868 : syndicalisme chrétien, CFTC). On en trouve également des traces dans les archives de la Compagnie de Jésus (à Vanves) ou aux Archives de l’institut catholique de Lyon, lieu de création de la FEP (fonds Vialatoux).

45Le plus souvent, les organisations syndicales ont conservé des documents dans leurs locaux ou chez des militants, ces documents ne sont pas toujours classés ni réellement accessibles. Un certain nombre de ces archives a été déposé dans les services publics ou des associations dédiées à la collecte des archives syndicales que l’on retrouve dans le CODHOS. Ainsi, le Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes a recueilli les archives du Syndicat de l’enseignement privé des pays de Loire, l’un des plus importants de la fédération. Les archives départementales de la Somme ont accueilli le fonds du Syndicat de l’enseignement privé de la Somme (11 mètres linéaires) : il conserve, dans la sous-série 44 J, les documents constitutifs et les réunions statutaires depuis la création en 1961, les bulletins d’information, des documents liés à la formation, à l’action revendicative, à l’administration financière du syndicat, aux relations avec les administrations rectorales, académique et diocésaine. On trouve également, dans le fonds de l’URI-CFDT, des documents concernant l’enseignement privé – ce fonds est en cours de classement (ex. A86 enseignement privé 1984).

46On peut également retrouver des traces d’archives syndicales dans les fonds des archives diocésaines, notamment dans la série B (ainsi à Lille 2B101 : note sur la question syndicale dans l’enseignement libre, 1938) et dans la série J (7J, Le syndicalisme dans l’enseignement libre, 1937).

47Aux Archives nationales ou dans les archives départementales et municipales, on retrouve trace, comme pour les syndicats de l’enseignement public, de l’activité syndicale. Contrôle en préfecture de la création, rapport des renseignements généraux, audiences avec le rectorat et avec l’inspection académique, commissions mixtes départementales et académiques et diverses administrations. Bien entendu, il ne faut pas négliger les fonds de la presse locale qui rapporte grèves, audiences, manifestions diverses de syndicats.

Histoire et mémoire, historiens et militants

Le cas du syndicalisme de l’enseignement public

48La conservation des archives n’est pas destinée seulement aux historiens patentés. Aux yeux de certaines centrales syndicales, l’histoire doit aussi servir à la formation des militants. En avril 2012, le congrès du SNES à Reims a d’ailleurs décidé de mettre l’accent sur ce point et d’y inclure la dimension historique :

  • 20 http://www.irhses.snes.edu/La-formation-syndicale-au-congres.html (juillet 2014).

« La politique de formation syndicale, insiste la motion, constitue un enjeu national déterminant pour l’avenir du SNES. […] Dans le contexte du départ massif de générations militantes, l’impératif demeure d’un passage de la mémoire militante : comment et pourquoi se sont construites les revendications ? La connaissance de l’histoire du SNES, de la FSU, la compréhension de la particularité du syndicalisme enseignant dans le paysage syndical français et européen doivent permettre de donner des éléments pour débattre des évolutions nécessaires pour renforcer l’efficacité de notre syndicalisme20. »

  • 21 Ibid.

49L’IRHSES, dont le site internet contient une rubrique « formation syndicale », se félicite que son utilité proprement syndicale soit reconnue : « Enfin ! serions-nous tentés de dire, la vocation de l’IRHSES trouvera peut-être des applications21. » Ainsi l’histoire syndicale peut-elle avoir l’utilité de former des militants réflexifs. En écrivant une histoire du SNES, Alain Dalançon s’est efforcé, insiste-t-il, d’écrire une « histoire honnête » ; pour autant, il répudie l’attitude de l’historien enfermé dans sa tour d’ivoire. Pour lui, il s’est agi de :

  • 22 Dalançon Alain, Histoire du SNES, t. 2, Les Années tournant (1967-1973), Paris, IRHSES, 2007. p. V (...)

« donner un ensemble de points de repères aux plus anciens, pour les aider à un exercice de mémoire individuel et collectif, et aux plus jeunes, afin qu’ils comprennent dans quelles continuités et quelles évolutions se situent les problèmes auxquels ils sont confrontés aujourd’hui et pour mieux les persuader de la nécessité du syndicalisme22. »

  • 23 http://www.institut.fsu.fr/-Histoire-et-actualite-du-.html (juillet 2014).
  • 24 Curieusement, l’Institut de recherche du SGEN-CFDT, l’IREA, dont le comité scientifique comprend p (...)

50Le chantier « Histoire et actualité du syndicalisme enseignant » de l’Institut de recherche de la FSU, dirigé par l’agrégé d’histoire Laurent Frajerman, est également soucieux de relier histoire et formation des militants : « la réflexion syndicale a besoin d’être irriguée par un point de vue détaché des contingences de l’action quotidienne : comment les militants d’hier ont-ils surmonté ces difficultés ? Quelles expériences actuelles méritent d’être connues ?23 » Ce chantier de recherche possède lui aussi une rubrique « Formation des militants » et les membres du chantier participent aux stages de formation organisés par la FSU et ses syndicats, tant au plan local que national24.

51Dans ces conditions, on conçoit que l’histoire du syndicalisme enseignant soit un enjeu de mémoire. Le premier stage organisé par l’IRHSES, en mai 2012, est d’ailleurs intitulé « Mémoire militante et action ». Un enjeu de mémoire existe entre le SNES et le SNALC, qui revendiquent tous les deux la filiation avec la Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin, créée en 1905. Pour le SNALC, commémorer en 2005 son centenaire revenait à affirmer la légitimité de sa filiation. Toutefois, le conflit de mémoire le plus aigu oppose la FSU et l’UNSA-Éducation, du fait de la scission qui s’est opérée en 1992-1993.

  • 25 Frajerman Laurent, Bosman Françoise, Chanet Jean-François et Girault Jacques (dir.), op. cit., p.  (...)

52Ces enjeux de mémoire retentissent sur la question des archives syndicales. On pourrait se demander pourquoi la FEN, la première, a fait le choix de verser ses archives au CAMT. Une réponse pourrait consister à faire observer que la FEN a toujours prétendu incarner le service public ; qu’au contraire, la CFDT, attachée à la société civile, conserve elle-même ses archives, tout en les mettant à la disposition du public. De fait, comme l’a déclaré l’ancien secrétaire général de la FEN, puis de UNSA-Éducation Jean-Paul Roux, lors d’un colloque sur les archives de la FEN : « Il y avait une certaine idée de l’histoire à savoir que c’était à la fois notre histoire, donc nos archives, mais qu’en même temps elles ne nous appartenaient pas, en ce sens qu’elles participaient de l’histoire sociale de ce pays25. » Mais Jean-Paul Roux ajoute une autre explication au versement des archives de la FEN au CAMT :

  • 26 Ibid.

« L’idée qui se concrétise aujourd’hui, c’est qu’à la fois la Fédération et ses principaux syndicats nationaux (ce travail est en cours actuellement pour le SNI-PEGC) puissent conserver, dans un ensemble cohérent et continu, leurs archives des origines à nos jours, et d’avoir ainsi ce témoignage d’une grande continuité historique d’une organisation née avec la Fédération générale de l’Éducation-CGT (FGE-CGT), poursuivie avec la Fédération de l’Éducation nationale-CGT (FEN-CGT), puis la Fédération de l’Éducation nationale-Autonome (FEN-Autonome), et enfin la FEN-UNSA et l’UNSA-Éducation. Il y a donc un parallèle pour nous entre une continuité en termes d’archives qui est symbolisée par un dépôt ici, et la continuité historique que nous voulons incarner et qui est à la disposition des historiens et des chercheurs26. »

  • 27 Ibid., p. 263.

53Ainsi historiens et chercheurs doivent-ils corroborer la continuité historique que l’UNSA-Éducation prétend incarner, contre la FSU. Cette pourrait engendrer un conflit entre historiens et militants. Au vrai, certains anciens militants sont soucieux de la défense et de l’illustration de leur action passée. C’est le cas de Louis Astre, ancien secrétaire général du SNET, qui conserve d’ailleurs ses archives chez lui, au motif qu’elles lui permettent de répondre aux sollicitations des historiens : « Tant que j’ai mes archives avec moi, explique-t-il, et que je peux répondre aux diverses sollicitations, y compris à mon propre souci de revoir mon propre passé, je vis !27 »

54Ce témoignage permet de rappeler la valeur existentielle des archives pour certains militants ; mais il illustre aussi la potentialité d’une tension entre militants et historiens. Cependant, le plus souvent, ce conflit est évité. La confrontation entre histoire et mémoire, qui est le propre de l’histoire du temps présent, a, il est vrai, bénéficié de l’expérience de vingt ans du séminaire commun au Centre Henri-Aiguerperse de la FEN et au Centre d’histoire sociale de l’Université Paris 1. Consacré à l’histoire du syndicalisme enseignant, ce séminaire, longtemps animé par les historiens Jacques Girault et Antoine Prost, a servi de modèle au groupe de travail qui a entouré la rédaction de l’ouvrage de Guy Brucy sur l’histoire de la FEN :

  • 28 Prost Antoine, « Préface », dans Brucy Guy, Histoire de la FEN, Paris, Belin, 2003, p. 14.

« Nous avons donc imaginé, rapporte Antoine Prost, une structure de pilotage originale, un groupe composé pour moitié de militants syndicalistes, et notamment d’anciens secrétaires généraux de la FEN, et pour moitié d’historiens. Ce comité s’est réuni assez souvent en comité de lecture ; les différents chapitres de l’ouvrage lui ont été soumis les uns après les autres et il en a fait une lecture critique […]. Parfois vive, la discussion a été d’une rare fécondité : les historiens ont élargi le contexte, rappelé les précédents, proposé des hypothèses et des comparaisons ; les militants ont évoqué des souvenirs souvent révélateurs et beaucoup ont apporté à la documentation commune leurs archives personnelles. Les réunions du comité de pilotage ont été bien plus un groupe de recherche qu’une instance d’arbitrage28. »

55La dernière phrase suggère une recherche commune de la vérité qui dément l’idée d’une confrontation entre historiens et militants. De fait, les militants syndicaux sont aussi des enseignants, pour qui la recherche de la vérité est inhérente à l’identité professionnelle. Une présentation irénique des relations entre historiens et militants serait toutefois abusive, comme l’ont montré les vives réactions qui ont malgré tout entouré la sortie de l’ouvrage de Guy Brucy sur l’histoire de la FEN. Convaincus de porter la vérité historique, certains militants attendent des historiens une histoire qui convienne à leur organisation.

56La FEN (puis l’UNSA) n’est pas la seule à organiser le travail commun (ou la confrontation) des historiens et des militants. La FSU organise des colloques qui réunissent les deux types de participants. Ainsi en fut-il du colloque sur la grève organisé par le chantier « Histoire et actualité du syndicalisme enseignant ».

  • 29 Robert André D., « Conclusions », dans Frajerman Laurent (dir.), La Grève enseignante en quête d’e (...)

« Pour autant, remarque André Robert dans la conclusion des actes de ce colloque, personne n’a songé ici à tenir une position extrême en supposant l’homogénéité totale des savoirs syndicaux et des savoirs savants, […] position dans laquelle il n’y aurait rien à gagner […] que de la confusion entre logique de la connaissance et logique de l’action (même si les deux s’alimentent, doivent s’alimenter, heureusement, l’une l’autre)29. »

  • 30 Le Bars Loïc, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935) : aux origines du syndicalisme (...)
  • 31 Prost Antoine, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996, p. 92-100.

57Au demeurant, l’opposition entre histoire et mémoire est compliquée par le fait que d’anciens militants sont devenus historiens et qu’inversement des historiens sont eux-mêmes engagés dans le mouvement syndical. Dans la première catégorie, on peut citer Jean Battut, ancien instituteur, qui a soutenu en 2009, sous la direction de Jacques Girault, une thèse d’histoire sur son propre « itinéraire militant [d’]’instituteur socialiste nivernais ». Ainsi est-il passé, à l’aide d’archives personnelles, du statut de militant au statut de docteur consacré par l’université. Dans la seconde catégorie, on peut citer Loïc Le Bars, auteur d’une belle histoire de la Fédération unitaire de l’enseignement, qui est agrégé et docteur en histoire, mais aussi syndicaliste SNES30. Au vrai, l’enracinement existentiel de nombre de recherches n’est pas une spécificité de l’histoire du syndicalisme enseignant31.

58Par ailleurs, le conflit des mémoires, notamment entre l’UNSA-Éducation et la FSU, n’empêche pas la constitution de points de rencontre, comme l’Association pour l’histoire des militants associatifs et syndicaux de l’éducation-HIMASE, née en 2005, où collaborent les instituts de recherche de la FSU et de l’UNSA-éducation (Centre Henri-Aigueperse), mais aussi le Centre d’histoire sociale (CHS) du xxe siècle de l’université de Paris 1. L’HIMASE est présidée par Jacques Girault, professeur émérite à Paris 13 ; Claude Pennetier, chercheur au CNRS et directeur du Maitron, en est le vice-président ; Louis Weber, ancien président de l’institut de la FSU, le trésorier ; et Guy Putfin, responsable du département Histoire et Archives du Centre Henri-Aigueperse de l’UNSA-Éducation, secrétaire.

Le cas du syndicalisme de l’enseignement privé

59Dans le syndicalisme de l’enseignement privé, les enjeux de mémoire paraissent moins présents. Sans doute est-ce dû au fait que l’enjeu n’est pas, ici, la perpétuation du conflit qui a commencé en 1920 lors de la scission de Tours entre socialistes et communistes. Dans l’enseignement privé, on a affaire à des organisations réformistes qui se divisent à certains moments de l’histoire sur la position à adopter par rapport au statut et au rôle de l’enseignement privé.

60Pour autant, ces organisations ont revisité leur histoire, au plus simple en célébrant l’anniversaire de leur fondation, au plus complexe en allant jusqu’à organiser un colloque qui, sans le dire et grâce à un regard extérieur, mettait en perspective, les positions passées de l’organisation, comme ce fut le cas de la FEP-CFDT. On ne dispose par ailleurs d’aucune association spécifique de conservation de la mémoire syndicale de l’enseignement privé.

61Le premier a une histoire clairement affichée, centenaire depuis 2005. Cela a permis de publier des articles dans la presse syndicale nationale et une brochure – Historique et objectifs de la Fédération nationale des SPELC par le frère Louis Chevalier (1995). Il en va de même du SNEC-CFTC dont la mémoire est plus contrastée, en concurrence avec la CFDT : représente-elle bien la continuation de la CFTC, la vraie CFTC, ou le maintien d’un courant minoritaire qui n’a pas voulu s’intégrer à la CFDT ? Débats il y a eu et perdure parfois lors des anniversaires, en revanche, le SNEC n’a pas publié lui-même d’ouvrage sur son histoire, à notre connaissance.

  • 32 Voir site : http://biosoc.univ-paris1.fr/ (consulté en juillet 2014).

62Le cas de la CFDT est différent : elle s’est toujours posée en continuateur légitime de la CFTC (aucun syndicat n’a en effet quitté la fédération lors de l’évolution de 1964), mais elle s’est éloignée, à certains moments de l’histoire, de ses racines initiales démocrates-chrétiennes pour se rapprocher d’une sensibilité de gauche, proche du parti socialiste, voire d’autres partis plus à gauche et même du PC lorsque l’un de ses secrétaires généraux fut explicitement membre de ce parti (en 1980). Les positions de la FEP vis-à-vis de la nationalisation de l’enseignement privé entre 1974 et 1984 provoquèrent des divisions importantes dont les conséquences dépassèrent très largement les événements en question puisque cela a conduit à la création de syndicats certes très minoritaires, mais ouvertement concurrents. D’où les interrogations de la FEP sur son histoire et la difficulté de l’écrire dans un premier temps : aucune célébration des 50 ans de l’organisation n’a eu lieu. Les choses ont changé ensuite et une volonté de comprendre ce passé, de s’emparer de la mémoire s’est faite jour. On en lit des traces de ses interrogations dans une revue de réflexion créée en 1994 (disparue quatorze ans plus tard, Les Cahiers de la Cerf) où nombre d’articles s’intéressent au passé de l’organisation. Par ailleurs, la FEP s’est également intéressée à la mémoire des militants : des entretiens ont été effectués, conservés aux archives interfédérales, des notices biographiques ont paru (ou vont l’être) dans l’édition en cours du Maitron32, alors qu’aucune n’était parue dans les éditions précédentes.

63Un livre (Entre l’Église et la République), rédigé par un universitaire, a été publié, des articles ont paru dans des revues universitaires ou dans des actes de colloque, un colloque a été organisé par la FEP sur l’impulsion de l’auteur du premier livre où sont intervenus des universitaires de renom (Antoine Prost, André Robert, Émile Poulat et d’autres), les actes en ont été publiés. L’ouvrage est particulièrement explicite des enjeux de l’époque : Histoire et mémoire de la FEP-CFDT, Bâtisseurs d’avenir (L’Harmattan, 2001). Il s’agissait de célébrer avec éclat les 60 ans de l’organisation : le colloque qui a eu lieu rassemblait universitaires et militants de toute génération, y compris ceux qui avaient quitté l’organisation. Le livre sur l’histoire de la FEP, présenté par Émile Poulat, est paru le même jour, une exposition illustrée de nombreux documents a été organisée. L’objectif affiché était clairement politique : il s’agissait de recoudre les strates de l’organisation, afin de passer d’une mémoire conflictuelle à une histoire apaisée et consensuelle, permettant d’aller de l’avant. C’était, au fond, tirer un trait sur le passé afin de quitter la mémoire (toujours très vive) et entrer dans l’histoire, ou encore, pour le dire autrement faire que le passé ne vienne plus encombrer le présent : il s’agissait d’une manière d’exorcisme, compris et vécu comme tel par certains militants directement acteurs de ces événements. « Elle [la FEP] se souvient de son passé pour mieux construire son avenir » (SEP, 10 juillet 1997) : il s’agit d’une redéfinition de ses valeurs et de son identité. C’était aussi une manière de se faire reconnaître dans l’histoire générale du syndicalisme de l’enseignement, le syndicalisme de l’enseignement privé étant au mieux traité en quelques lignes dans les histoires générales du syndicalisme. On le voit, là comme ailleurs l’histoire peut jouer un rôle social et n’être pas seulement discours érudit, tout en respectant les règles admises par tout discours historique.

64Les archives syndicales émanent d’organismes privés, qui n’ont aucune obligation de mise à disposition du public. Et pourtant, les plus grandes fédérations syndicales enseignantes ont constitué des fonds d’archives ouverts au public, que ces fonds soient situés dans des locaux syndicaux comme à la CFDT ou bien qu’ils aient été versés à des centres publics d’archives (le versement des archives de la FEN au CAMT constituant à cet égard un modèle). Ainsi, certains syndicats enseignants (mais pas tous) ont-ils décidé de faire de leurs archives un patrimoine commun. De façon générale, les grandes centrales syndicales sont fières de leur histoire et estiment qu’elle peut servir à la formation (pour ne pas dire à l’édification) des militants. Mais l’intérêt pour l’histoire et le souci corrélatif des archives tient aussi à la nature du syndicalisme enseignant, composé de personnels portés à vouloir appuyer leur action sur la réflexion théorique.

65Cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de tensions entre histoire et mémoire, et encore moins qu’il n’existe pas, depuis la scission de 1992-1993 entre FEN et FSU, de guerre des mémoires ; la constitution des fonds d’archives eux-mêmes peut être un élément de ce conflit. La création d’instituts syndicaux voués à l’histoire syndicale pourrait perpétuer les tensions. Pourtant, là aussi, la spécificité du syndicalisme enseignant se fait sentir. Plus que d’autres, les enseignants estiment de leur devoir professionnel de rechercher la vérité, si bien que, assez souvent (mais pas toujours) la confrontation entre historiens et militants a précocement revêtu la forme d’une collaboration sans qu’aucune des parties ne se sente instrumentalisée.

66Cependant, perdure un héritage important : la coexistence des organisations du public et de celles du privé. Ce n’est pas simplement le reflet de la division de l’enseignement en France entre secteur public et secteur privé ; c’est aussi la conséquence de la conviction des principales fédérations, FSU et UNSA en particulier, d’être seules porteuses de l’intérêt général. Dans ces conditions, inexistantes sont les commémorations qui associent les deux secteurs du syndicalisme enseignant, même à la CFDT, qui comprend un syndicat du public (le SGEN) et un du privé (la FEP). Cette coexistence renforce l’émiettement du syndicalisme enseignant français, émiettement qui contribue à son tour à l’éparpillement des archives, malgré les tentatives de concentration au CAMT ou de fédération par l’entremise du CODHOS.

Notes

1 Les archives de syndicats et des mouvements sociaux ont récemment fait l’objet d’un numéro spécial de La Gazette des archives, no 221, 2011/1. Pour les archives de l’enseignement public, a par ailleurs eu lieu, en 2006, un important colloque sur les archives de la FEN : cf. Frajerman Laurent, Bosman Françoise, Chanet Jean-François et Girault Jacques (dir.), La Fédération de l’Éducation nationale (1928-1992) : histoire et archives en débats, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010.

2 Les meilleures synthèses sur l’histoire du syndicalisme des enseignants du public restent celle de Girault Jacques, Instituteurs, professeurs : une culture syndicale dans la société française (fin xixe-xxe siècles), Paris, Publication de la Sorbonne, 1996 et celle de Robert André D., Le Syndicalisme des enseignants, Paris, La Documentation française/CNDP, 1995.

3 Cependant, en 2010, le SNETAA, syndicat de l’enseignement professionnel créé en 1949, qui avait participé en 1993 à la création de la FSU mais en avait été exclu en 2002, a rejoint la confédération FO.

4 Entre 1954 et 1978, c’est le SNALC qui a fait partie de la CGC.

5 La FAEN regroupe notamment le Syndicat national des écoles publiques (SNEP), qui rassemble des enseignants du premier degré ; le Syndicat national des collèges et des lycées (SNCL), qui rassemble des enseignants du second degré ; le Syndicat indépendant de l’enseignement du second degré (SIES), qui s’adresse aux enseignants du second degré et du supérieur ; le Syndicat des agrégés de l’enseignement supérieur (SAGES), qui s’adresse aux professeurs agrégés du supérieur.

6 Il ne sera pas question ici de l’implication des enseignants syndicalistes dans la formation syndicale au sein de leur fédération ou de leur confédération. Sur les archives de la formation syndicale, cf. Hamelin David, « La recension des archives de la formation syndicale française : des pistes de recherches renouvelées », Le Mouvement social, no 235, 2011/2, p. 151-161.

7 Pour une étude plus approfondie, on se reportera à Bruno Poucet, « La question syndicale dans l’enseignement privé au xxe siècle : éléments pour une histoire », Le Mouvement social, no 195, avril-juin 2001, p. 79-99 ; et Id., Entre l’Église et la République, Paris, Éditions de l’Atelier, 1998.

8 Il est situé au 47 avenue Simon Bolivar 75019 Paris.

9 http://www.irhses.snes.edu/Textes/mai68/inventaire.html (consulté en juin 2014).

10 Fondé en 1992 pour faire suite au SGPEN-CGT créé lui-même en 1972, également connu sous le nom de CGT-ATOSS, ce syndicat général regroupe toutes les catégories de personnels non enseignants de l’Éducation nationale.

11 Inventaire sur le site : http://archives.seine-saint-denis.fr/IMG/pdf/227j__unsen-cgt.pdf (consulté en juillet 2014).

12 Chave Isabelle, « Du retour aux sources ou l’histoire du syndicalisme enseignant en Picardie à travers les fonds des services d’Archives de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme », dans Poucet Bruno (dir.), Revue du Nord, hors-série no 20 : Visages du mouvement enseignant au xxe siècle. Syndicats et association, 2005, pp. 63-70. Les Archives municipales d’Amiens conservent également des journaux syndicaux locaux. Pour un guide de recherche sur les archives éducatives de Picardie, cf. Id ., Mille ans d’éducation en Picardie. Guide de recherche en histoire de l’éducation, Amiens, Encrage, 2008.

13 Sur l’intérêt et les difficultés épistémologiques posées par les archives de la police, cf. Berlière Jean-Marc, « Archives de police/historiens policés ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2001/5, p. 57-68.

14 Dreyfus Michel, Une Histoire d’être ensemble. La MGEN, 1946-2006, Paris, Éditions Jacob-Duvernet, 2006 ; Siney Charlotte, Soigner autrement ? La politique médico-sociale de la MGEN (1946-1991), MGEN, 2007.

15 Chaumet Michel, MAIF : l’histoire d’un défi, Paris, Le Cherche Midi, 1998.

16 Lerch Dominique, L’Enseignant et les risques de son métier. Un siècle d’histoire associative. L’Autonome de Solidarité, 1903-2003, Paris, SUDEL, 2003.

17 Lerch Dominique, Assurer les risques du métier d’enseignant : une société d’assurance mutuelle, l’Union Solidariste Universitaire (1909-2009), Paris, SUDEL, 2009.

18 Karnaouch Denise, La presse corporative et syndicale des enseignants, 1881-1940, Paris, L’Harmattan, 2004.

19 http://www.inrp.fr/presse-education/presentation. php (juillet 2014).

20 http://www.irhses.snes.edu/La-formation-syndicale-au-congres.html (juillet 2014).

21 Ibid.

22 Dalançon Alain, Histoire du SNES, t. 2, Les Années tournant (1967-1973), Paris, IRHSES, 2007. p. VI.

23 http://www.institut.fsu.fr/-Histoire-et-actualite-du-.html (juillet 2014).

24 Curieusement, l’Institut de recherche du SGEN-CFDT, l’IREA, dont le comité scientifique comprend plusieurs spécialistes d’histoire de l’éducation (Anne-Marie Chartier, Claude Lelièvre, Bruno Poucet, Antoine Prost) n’a pas de chantier de recherche consacré à l’histoire syndicale.

25 Frajerman Laurent, Bosman Françoise, Chanet Jean-François et Girault Jacques (dir.), op. cit., p. 270.

26 Ibid.

27 Ibid., p. 263.

28 Prost Antoine, « Préface », dans Brucy Guy, Histoire de la FEN, Paris, Belin, 2003, p. 14.

29 Robert André D., « Conclusions », dans Frajerman Laurent (dir.), La Grève enseignante en quête d’efficacité, Paris, Syllepse, 2013, p. 159-160.

30 Le Bars Loïc, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935) : aux origines du syndicalisme enseignant, Paris, Syllepse, 2005.

31 Prost Antoine, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996, p. 92-100.

32 Voir site : http://biosoc.univ-paris1.fr/ (consulté en juillet 2014).

Table des illustrations

Titre Élections professionnelles de 2008. Résultats des suffrages exprimés dans le premier degré
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Résultats des suffrages exprimés dans le second degré
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Représentativité aux élections professionnelles 2010
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search