Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Comparaisons européennes

Contenu et perception de la notion de « langue de migrants1 » en France et en Russie

«Содержание и восприятие понятия “язык мигрантов” в России и Франции»

Antoine Pascaud

Abstract

Une réflexion est menée ici sur le contenu sémantique des notions utilisées pour désigner la langue propre aux migrants. Plusieurs termes sont en effet en concurrence pour nommer la même réalité. L’objectif est d’essayer de comprendre le métalangage employé afin de le rendre plus accessible. Il est procédé à une analyse comparée du contenu notionnel attaché aux langues parlées par les migrants en français et en russe. La recherche est centrée en trois étapes sur le contenu morphologique et sémantique des notions employées : collecter, trier et tester les combinaisons de variables. L’analyse linguistique des notions fait l’objet de trois approches : morphologique, syntaxique et sémantique, les modifications morpho-syntaxiques et morpho-sémantiques ont des conséquences sémantiques sur la notion.
Plus limité, le lexique russe est analysé en deux temps : recensement et comparaison de l’utilisation des notions dans les deux langues. Le champ lexical et sémantique russe paraît plus précis et l’usage des préfixes plus fréquent (langue d’immigration/langue d’émigration).
Cette analyse sert à comprendre une vision différente de l’approche sociolinguistique de ces langues.

Данная статья посвящена исследованию смыслового содержания понятий, используемых для описания языка мигрантов. Действительно, существует несколько терминов для обозначения одной языковой реалии. Наша цель состоит в том, чтобы попытаться понять используемый метаязык и сделать его более доступным. Мы использовали сравнительный анализ понятийного содержания, связанного с языками, на которых говорят мигранты, на русском и французском языках. Работа над семантическим и морфологическим содержанием используемых понятий проводилась в три этапа: сбор, сортировка и тестирование всех возможных комбинаций. Лингвистический анализ понятий является предметом трех подходов: морфологического, синтаксического и семантического. Морфо-синтаксические и морфо-семантические изменения отражаются на семантике понятия.
Отобранная нами и более ограниченная русская лексическая база была проанализирована в два этапа: учёт и сравнение использования понятий в обоих языках. Русское лексическое и семантическое поле нам кажется более точным, а использование префиксов более частым (язык иммиграции / язык эмиграции).
Этот анализ позволяет понять другую точку зрения социолингвистического подхода к этим языкам.

Full text

  • 1 Notion choisie arbitrairement pour des raisons de clarté (cf. partie I).

1Il est évident, lorsque l’on parle de « langue de migrants » en sociolinguistique, que les premiers centres d’intérêts du chercheur vont se tourner vers la pratique de la langue en elle-même. Les problèmes de contacts linguistiques ou d’enseignement de ces langues sur le territoire d’accueil seront centraux dans la démarche intellectuelle de ce dernier. Ce qui est d’ailleurs totalement logique puisque l’intérêt premier de la sociolinguistique est de comprendre la pratique des langues dans la société.

2Mais, comme souvent en linguistique, où l’objet d’étude est aussi l’outil permettant d’analyser ce dernier, des difficultés sont présentes dans le métalangage. Ainsi, très peu (aucun ?) de travaux ont vu le jour à propos du contenu sémantique des notions utilisées pour nommer théoriquement ces langues-là, contrairement aux travaux existants sur les langues régionales ou les dialectes par exemple. Souvent, d’ailleurs, ces recherches sont réalisées sous l’impulsion d’organismes, officiels ou non, de promotion des langues régionales telles la sociolinguistique catalane (SLC) avec les travaux sur la notion de « langue propre » (Solé i Durany 2007 : 111-120) ou la sociolinguistique occitane (SLO) pour les notions de dialectes et de patois, par exemple chez Boyer (2005 : 73-92).

3La démarche scientifique de cet article ira dans le même sens que ces derniers : une analyse du contenu notionnel attaché aux langues parlées par les migrants. Plusieurs dizaines de termes sont en effet en concurrence pour nommer cette même réalité et c’est pour cela que l’analyse se focalisera avant tout sur la langue française. L’approche comparatiste avec le russe sera là pour appuyer les différents problèmes présents en français.

4Une petite remarque se doit tout de même d’être faite avant de débuter cette tentative d’analyse. Le but de celle-ci n’est en aucun cas de juger l’utilisation des notions ainsi que les chercheurs qui en font usage. L’objectif est simplement d’essayer de comprendre le métalangage employé afin de le rendre plus accessible et donc, de permettre à la science d’être plus opérationnelle. Il en ira de même pour le russe et les chercheurs russes qui, il ne faut pas l’oublier, ont une approche certainement différente de celle des linguistes français au sujet des langues minoritaires. L’analyse qui va suivre sera donc essentiellement centrée sur le contenu morphologique et sémantique des notions employées.

Quelles notions en français ?

  • 2 Respectivement, Calvet 2000 : 16, Petek 2004 : 45, Deprez 2008 : 33, Veltman 1992 : 348, Zirotti 20 (...)
  • 3 Parler de synonymie ici peut paraître exagéré puisque les termes de « migrant », « migration » ou « (...)
  • 4 « S’il y avait des synonymes parfaits, il y aurait deux langues dans une même langue » (Dumarsais 1 (...)
  • 5 Principe de solidarité : dès que le signifiant change, le signifié change et vice-versa (Saussure 1 (...)

5« Langue de migrants », « langue des migrants », « langue d’immigration », « langue immigrante », « langue des immigrés », etc.2 : telle est la partie la plus visible de l’iceberg représentant le foisonnement lexical utilisé par les linguistes et chercheurs français ou francophones pour nommer les langues parlées par les migrants. Il suffit de lire trois articles différents sur le sujet pour y rencontrer deux ou trois notions morphologiquement – et donc sémantiquement – différentes pour nommer a priori cette même réalité. La racine restant invariable, la plupart des lecteurs ne seront pas gênés par ces modifications minimes du signifiant, mais il n’existe pas de synonymie3 parfaite4 dans une langue et, s’il y a différents signifiants, il y a différents signifiés, même minimes5. Partant de ce prédicat et de l’observation de ce foisonnement l’utilité d’une analyse sémantique et lexicale de ce champ va de soi.

  • 6 GRILME : Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur les Langues Minoritaires en Europe (Contrat de (...)
  • 7 http://www.msha.fr/baseclme/

6Toutefois, et avant de tirer des conclusions sans doute trop hâtives, un défrichement lexical, méthodique et minutieux, est indispensable à réaliser en amont. Pour ce faire, il faut recenser, collecter et trier toutes les notions usitées ci et là par les linguistes et tous les scientifiques s’intéressant aux langues parlées par les populations migrantes. Le travail réalisé par le GRILME6 et sa base de données sur la Catégorisation des langues minoritaires en Europe (CLME)7 va d’ailleurs dans ce sens. Mais, ce dernier, aussi bien soit-il fait, ne peut pas mettre en avant l’usage des notions tel qu’il est aujourd’hui et il faudra beaucoup, beaucoup de temps pour que ce corpus soit exhaustif. Comment faire alors ?

7Dans un premier temps, toutes les combinaisons possibles vont être listées de manière empirique. Pour ce faire, il suffit de prendre l’invariable [langue- + -migr-] puis de « l’habiller » avec toutes les modifications morphologiques possibles. En pratique, cela consiste à lister toutes les combinaisons envisageables comme cela est mis en évidence dans le tableau suivant :

8La variable 1, composée de l’élément vide (marqueur du singulier) et de la marque du pluriel, correspond à l’accord en nombre du terme langue. La variable 2 équivaut à la préposition qui amène le complément du nom [de/d’] suivi de la détermination [le/la/les] du nom formé par les variables 3, 4 et 5 et l’invariable 2. Pour des raisons phonologiques, la préposition et le déterminant peuvent être contractés en un seul élément (de + les = des). C’est d’ailleurs pour cela que ces deux éléments seront traités ensemble dans cet exposé. Elle compte l’élément vide qui est utilisé lorsque l’ensemble [variable 3 + invariable 2 + variable 4 + variable 5] est adjectif de l’ensemble [invariable 1 + variable 1]. Les variables 3 et 4 sont celles de la préfixation et de la suffixation de la racine [-migr-]. La variable 3 est aussi composée de l’élément vide car le préfixe n’est pas indispensable pour former les expressions. La variable 5 est celle de l’accord en genre ou en nombre du terme composé par les variables 3, 4 et 5. L’élément vide y figure, une fois de plus, comme marqueur du masculin singulier à l’instar de la première variable.

9Le tableau fonctionne donc ainsi : [langue+ variable 1 + variable 2 + variable 3 + -migr- + variable 4 + variable 5]. Dans la pratique, cela pourrait correspondre à une combinaison : [langue- + -ø + de + ø- + -migr- + -ant- + -s] qui donnerait [langue de migrants].

  • 8 Deux possibilités pour la variable 1, cinq pour la variable 2, trois pour la variable 3, quatre pou (...)

10Parmi les quelques 480 combinaisons possibles8, il est aisé de voir, sans faire de test de vérification, que la plupart de celles-ci s’avèrent être agrammaticales ou impossibles à former. À titre d’exemple, le suffixe -ation- de la variable 4, lui-même porteur de la marque du féminin, ne peut s’articuler avec les marqueurs de féminin -e et -es de la variable 5. Il en va de même pour le suffixe -atoire-. De plus, certaines expressions ne sont réalisables qu’avec le terme langue au singulier ou à l’inverse au pluriel. L’exemple de [langue- + -ø + ø + ø- + -migr- + -ant- + -es] est impossible à produire : *[langue migrantes]. Il en est de même avec la combinaison inverse [langue- + -s + ø + ø- + -migr- + -ant- + -e] : [langues migrante]. Ainsi, plusieurs combinaisons s’avèrent incompatibles pour diverses raisons.

  • 9 La liste complète se trouve en annexe de cette contribution.
  • 10 Par exemple : Rouquié 1974 : 133 pour « immigratoire » et Holz 1988 : 405 pour « émigratoire ».

11Une deuxième liste doit alors être faite. Celle-ci regroupera toutes les combinaisons de variables qui produisent des expressions grammaticales ou, du moins, qui ne sont pas incompatibles grammaticalement. Cette opération effectuée, le nombre d’expressions chute à 68 paires selon la distribution de la variable 1, certaines paires ne fonctionnant qu’au singulier ou à l’inverse qu’au pluriel. En résumé, il y a 60 expressions grammaticales au singulier [langue + …] et 50 au pluriel [langues + …]9. De plus, sont prises en compte dans ce recensement, des expressions telles que « langue immigratoire » ou « langue émigratoire » (paires 67 et 68 au singulier) qui paraissent agrammaticales de par l’inexistence dictionnairique des termes « immigratoire » et « émigratoire », et ce malgré leurs attestations à l’oral comme à l’écrit10. De même, figurent dans cette liste des expressions difficilement interprétables hors contexte (et donc co-texte). Ce problème sera résolu par l’usage : seulement les expressions pouvant accéder au titre de notions, donc interprétables hors contexte, seront retenues.

12L’étape 3 consiste à tester ces formules : savoir si elles sont effectivement utilisées par les chercheurs, et plus généralement par les locuteurs. S’il est simple de reconnaître de prime abord et a priori les expressions les plus utilisées, cette observation n’est pas suffisante et il faut mettre au point une méthode plus fiable de fréquence d’utilisation de ces dernières.

  • 11 Néanmoins, l’accès par le web aux extraits, résumés et titres de ces derniers est de moins en moins (...)
  • 12 Environ mille milliards de pages web indexées en 2008. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Google

13Il existe un moyen dont il est coutume de critiquer, à juste titre, les défauts mais qui a un avantage certain parce que très utilisé par les chercheurs et pas seulement par eux. Celui-ci permet d’avoir une idée instantanée sur l’usage et la fréquence d’utilisation de telle ou telle expression : Google . Même s’il n’est pas exhaustif, loin de là, et que tous les chercheurs ne publient pas leurs articles ou ouvrages sur le net11, il reste néanmoins l’outil informatique le plus utilisé au monde et celui qui recense le plus de pages Internet12. Pourquoi alors s’en priver ?

  • 13 Réduire le résultat brut aux pages les plus pertinentes. Pour ce faire, il suffit d’avancer dans le (...)

14La méthode est la suivante : taper l’expression entre guillemets afin qu’elle soit prise comme un bloc dans le moteur de recherche et, le nombre de pages trouvés13 indiquera si telle ou telle notion est utilisée marginalement ou bien en masse. Répéter l’opération avec toutes les expressions de la liste. Cette façon de faire n’est certes pas très scientifique à bien des égards mais permet tout de même d’avoir un aperçu de l’usage en vigueur. Pour plus de scientificité, la même recherche sera faite dans Google Scholar (http://scholar.google.fr/​, désormais Scholar) qui recense tout ou parties d’ouvrages, articles ou citations à vocation scientifique publiées sur Internet et déposés ici par leurs auteurs.

  • 14 Les recherches sur Google et Google Scholar ont été réalisées le 30 août 2010 et mises à jour le 22 (...)

15Ainsi, en utilisant ce procédé14, 23 expressions au singulier et 21 au pluriel ne donnent aucun résultat, ce qui fait chuter le nombre d’expressions grammaticales et en usage, respectivement à 37 et à 29. Ces données étant encore trop importantes pour en faire une analyse pertinente, il faut réduire ce chiffre. Et pour ce faire, quoi de mieux qu’un critère basé sur l’usage ? Seulement les paires d’expressions (selon l’accord en nombre du mot langue) ayant obtenu plus de 100 réponses dans Google seront retenues pour devenir les notions sur lesquelles l’analyse s’appuiera. Les résultats de Scholar viendront soutenir l’analyse. Le tableau suivant recense donc les 10 expressions étant dans le cas exposé ci-dessus (par ordre décroissant de pages) :

  • 15 Par exemple, dans l’arrêté du 18 octobre 1991 fixant les modalités d’organisation du concours exter (...)

16Évidemment, celles-ci ne sont pas toutes utilisées simultanément par les chercheurs, mais ces résultats apportent bien la preuve du foisonnement notionnel dénoncé plus haut. De plus, et avant d’essayer d’analyser le contenu sémantique de ces résultats et les conséquences que celui-ci peut avoir pour la recherche, il est important de signaler que ces derniers correspondent, à peu de chose près, aux notions relevées lors de la constitution du corpus du GRILME, préalablement cité. Cela prouve bien que, malgré ses défauts, l’utilisation de Google peut être d’une aide non négligeable pour le chercheur. Néanmoins, il est assez curieux d’observer que l’expression « langue(s) de l’immigration » ait autant de résultats. Que cela soit dans le corpus ou bien dans les nombreuses lectures effectuées, cette notion ne semblait pas être tant usitée. Les expressions « langue(s) d’immigration » et « langue(s) des migrants » qui ont une existence juridique en France et en Europe15 semblaient mieux placées que celle-ci. Il est utile de rajouter aussi que ces dix expressions sont toutes prises comme étant autonomes, c’est-à-dire comme étant des notions, bien que certaines peuvent être interprétées plus facilement avec du co-texte : « langue(s) de la migration », par exemple, est plus simple à comprendre avec un adjectif épithète attaché à migration : « langue de la migration portugaise ». Les exemples qui seront donnés plus bas apporteront la preuve de l’autonomie possible, mais contestable, de ces dernières.

17Au regard de ces résultats, plusieurs questions viennent à l’esprit. Y’a-t-il vraiment synonymie entre toutes ces expressions ? L’alternance des expressions est-elle purement stylistique ? Est-ce un choix arbitraire de l’auteur ? Ou au contraire y’a-t-il derrière cela, une contrainte sémantique inconsciente ?

Analyse sémantique des notions françaises16

  • 16 Cette dernière sera restreinte par souci de place. Une analyse plus complète est disponible dans la (...)
  • 17 Si deux synonymes sont deux termes parfaitement interchangeables quel que soit leur contexte d’util (...)

18L’analyse linguistique des dix notions relevées dans le tableau ci-dessus se fera selon trois approches : morphologique, syntaxique et sémantique. L’approche morphologique, qui ne sera pas répétée dans le détail puisque déjà exposée plus haut, sera le fil conducteur de l’analyse. Dans un premier temps, les trois approches seront confondues en vertu du principe de solidarité (cf. infra, Saussure 1995) puis, dans une seconde partie, l’approche sémantique sera reprise, en l’appliquant cette fois-ci au discours et non plus au lexique. Celle-ci tentera de mettre en évidence les rapports synonymiques ou para-synonymiques17 de toutes ces notions.

Analyse lexicale

19Avant de commencer et au risque de se répéter, un rappel semble utile. Ces dix notions sont toutes composées de la même manière : deux invariables [langue et migr] à laquelle il est possible d’ajouter une série de cinq variables, qui sont autant des modifications morphologiques et syntaxiques que sémantiques. L’analyse sera donc structurée de manière linéaire, suivant les modifications subies par les expressions.

20La première modification concerne l’accord en nombre de l’invariable 1 [langue-]. Celle-ci n’a pas de conséquences sémantiques ou syntaxiques très importantes pour le point de vue adopté dans cet exposé : que la notion soit prise au singulier ou au pluriel, son contenu ne change pas. Mais, peut-être peut-on voir dans une utilisation courante du singulier un signe de conceptualisation de l’expression. Pour faire court, ces notions sont souvent utilisées au pluriel puisqu’elles servent à catégoriser des types de langues en opposition à d’autres. Par exemple, les « langues régionales » (le basque, le catalan, le breton,…) et les « langues d’immigration (sic) » (le portugais, le turc, l’arabe,…) sont deux types de langues présentes en France et en opposition au sujet de la problématique liée à l’enseignement des langues minoritaires. Leur utilisation au singulier pourrait être une preuve que la notion ait accédé au rang de concept. Ce n’est que spéculation mais la place surprise de « langue de l’immigration », énormément utilisée au pluriel et assez marginalement au singulier, peut trouver une explication ici. Une analyse plus poussée permettrait sûrement de mettre en évidence cette hypothèse.

21La deuxième modification est la présence ou non d’une préposition entre le premier nom, langue, et le deuxième, celui formé avec la racine [migr]. Ici, dans les dix notions étudiées, deux seulement ne l’ont pas : « langue(s) immigrantes(s) » et « langue(s) immigrées(s) ». Syntaxiquement, cette différence n’est pas très importante : dans les deux cas il s’agit d’une expansion du nom « langue(s) » soit par le biais d’un complément du nom (désormais CdN), soit d’un adjectif épithète. Dans les deux cas, cette expansion apporte des précisions sur le nom qu’il qualifie (épithète) ou sur la relation d’appartenance de ce dernier (CdN).

22En revanche, au niveau de l’interprétation de ces deux types d’expansion, une distinction peut être faite. Le focus de ces dernières est différent selon que le syntagme nominal soit construit avec un adjectif épithète ou un CdN. Dans le cas de la construction adjectivale, l’épithète qualifie le nom qu’il suit. Ici ce sont les langues qui sont « immigrantes » ou « immigrées ». Le terme de « langue(s) » est pris comme étant celui qui réalise la migration. À l’inverse, avec un CdN comme dans « langue(s) des migrants » (ainsi qu’avec les notions F, G et J), si le focus est évidemment toujours placé sur « langue(s) », il s’est tout de même quelque peu déplacé sur son expansion. L’action de migrer est désormais réalisée par les personnes, les migrants : le premier nom, « langue(s) » appartient au second, « migrants ». Il en ira de même avec « langue de migration » (ainsi qu’avec les notions A, E et H).

23La troisième modification se situe au niveau de la préposition introduisant le complément du nom et de la détermination de ce même nom. Celle-ci est en fait double, comme cela a déjà été indiqué plus haut, mais est traitée conjointement car les deux éléments en cause peuvent être contractés en seul pour des raisons phonologiques (de + les = des). Sur les huit expressions concernées par cette modification (les deux restantes étant formées avec un adjectif épithète, cf. infra), cinq sont construites avec la préposition « de » suivie d’un article défini (notions A, B, F, G et H) et deux le sont avec la préposition suivie d’aucune détermination (E et I). La particularité de la notion J sera décrite plus bas.

24Si, syntaxiquement, le fait d’être ou de ne pas être déterminé n’est pas très pertinent, il semble qu’au niveau de l’interprétation sémantique une distinction doit être faite. Théoriquement, et il semble que cela est loin d’être le cas, seules les expressions sans article devraient être entendues et être élevée au rang de notions (avec celles construites avec un épithète). Il est en effet plus compliqué d’associer les notions avec déterminant à des concepts ou comme des génériques. L’intuition de chaque locuteur (ou auteur) est évidemment à prendre en compte ici, mais il semble que ces expressions marquent une migration ou des migrants en particulier, même si celle-ci ou ceux-ci peuvent être pluriels (à l’échelle d’un pays, d’une région ou même d’une période temporelle). L’intérêt de ces dernières est certainement à voir ici : englober un certain nombre de migration ou de migrants prédéfinis. À l’inverse, les notions E et I font référence à toutes les langues issues de la migration ou de l’immigration, quelles que soient ces dernières. Il est logique alors de les interpréter comme des concepts.

25Enfin, la notion J est particulière. De prime abord, elle serait à classer avec les notions E et I mais la marque du pluriel du complément pose problème. L’ellipse de la détermination (de + les = des ‒> de) est-elle purement stylistique ou bien est-elle faite à des fins de généralisation et de conceptualisation ? La seconde solution semble être la plus satisfaisante, si l’on en juge son utilisation majoritairement au pluriel.

  • 18 Il est curieux de noter que la langue française ne possède pas de mot inverse à celui de migrant qu (...)

26La quatrième modification touche avec la préfixation de la racine [-migr-]. L’ajout ou non d’un préfixe à celle-ci a des conséquences sémantiques importantes car comme tout le monde le sait, la migration est composée de deux facettes l’émigration et l’immigration, selon le point de vue adopté. Il en va de même avec les migrants, ils sont à la fois immigrant (ou immigré) et émigrant (ou émigré)18. Cet éclaircissement, a priori non nécessaire, aura toute son importance lorsqu’il sera question de la synonymie dans la partie suivante.

27Sur les 10 notions en présence, il est remarquable de constater qu’aucune n’est formée avec le préfixe [é]. Cette absence de terminologie pour les langues issues de l’émigration, c’est-à-dire les langues « qui partent » d’un pays ou d’une région est peut-être significative de la vision française de la migration, la France étant plutôt une terre d’accueil que de départ. Pour preuve, l’expression obtenant le plus de résultats avec ce préfixe « langue(s) des émigrés » (47) n’obtient que 43 résultats dans Google (singulier et pluriel confondus). Plus de détails seront donnés lors de la comparaison avec le russe.

  • 19 Un migrant est à la fois un immigrant et un émigrant. C’est le point de vue adopté qui en fait ce q (...)

28Les modifications morpho-sémantiques opérées ici sont donc au nombre de deux : soit il y a ajout du préfixe [im] pour indiquer que l’on parle d’une migration ou de migrants arrivant ou arrivés dans le pays, soit il n’y a pas d’ajout de préfixe, ce qui généralise la notion. Ainsi, la notion « langue(s) des migrants » (B) peut-être comprise comme une langue parlée par des migrants, et cela indépendamment du point de vue pris en compte : ils peuvent être aussi bien immigrants qu’émigrants, voire les deux, ce qu’ils sont de toute manière19. À l’inverse, « langue des immigrants » est interprétable grâce à son préfixe (et aussi son suffixe, voir plus bas) : langues parlées par les migrants qui arrivent dans un pays ou une région. L’analyse est la même pour les notions C et D.

29Néanmoins, l’opposition entre le préfixe [im] et l’absence de préfixe semble ne pas être pertinente en l’absence de la dichotomie immigration/ émigration. Sans cette dernière, qu’il y ait ou non un préfixe à la racine, le contenu sémantique paraît très proche (voir plus bas l’analyse contrastive avec le russe).

30La cinquième modification semble être la plus productive de par le contenu qu’elle modifie et la perception qu’elle offre par la suite. Trois oppositions sont ici remarquables.

31La première concerne la focalisation du terme : soit la notion pointe sur l’action ou la conséquence selon l’interprétation [ation], soit sur les personnes, les locuteurs (ou la langue, pour C et D) réalisant cette action [ant] et [é]. Une « langue d’immigration » est alors une langue parlée dans l’immigration alors qu’une « langue d’immigrants » ou une « langue d’immigrés » est une langue parlée par les immigrants ou les immigrés. Il est possible aussi d’interpréter « langue d’immigration » comme étant la notion qui subsume les deux autres. Elle aurait alors un caractère de généralisation, au contraire des deux autres qui pointeraient sur un cas particulier de population migrante et donc d’immigration.

32La deuxième opposition touche à la qualité des personnes (ou de la langue, pour C et D) effectuant la migration. Soit ceux-ci n’ont pas terminé leur migration [ant], soit elle est considérée comme un fait accompli [é].

33La troisième et dernière opposition en vigueur ici est à voir du côté de l’accord en nombre du terme formé à partir de la racine [migr]. Aucune notion se terminant en [ation] n’est au pluriel alors que toutes celles en [ant] ou [é] le sont, à l’exception de celles construites avec un adjectif qui peuvent être au singulier ou au pluriel. Cela paraît d’autant plus logique alors d’interpréter les notions suffixées en [ation] plus généralement que celles suffixées en [ant] ou [é].

34Plusieurs modifications morpho-syntaxiques et morpho-sémantiques sont donc en œuvre dans les notions qui viennent d’être analysées. Toutes ces alternatives morphologiques touchent, de près ou de loin, le contenu sémantique de ces dernières. Modifier le préfixe ou le suffixe du second invariable ou alors, mettre le premier au pluriel ou singulier a des conséquences sémantiques sur la notion. Du moins, lorsque la notion est interprétée hors contexte. Les hypothèses émises ici posent donc un problème : celui de la langue naturelle et des limites d’une analyse linguistique qui serait simplement théorique et intuitive. En effet, comment interpréter ces notions en les analysant seules ?

35Une analyse sémantique et discursive tentera de contrecarrer ce problème. L’analyse d’un corpus, réduit, combinée avec des tests de remplacement et de substitution fera apparaître des résultats bien différents de ceux obtenus ici.

Analyse sémantique (discursive)

  • 20 Ce qui n’interdira pas de récolter des données chez des géographes ayant travaillé sur les langues, (...)
  • 21 Pour des raisons de clarté, les notions ont été graissées ou mises en italique.

36Bien qu’indispensable à une analyse de ce genre, la sémantique lexicale n’est pas suffisante pour expliquer tous les phénomènes rencontrés. Certes, la morphologie des mots, ou des expressions apporte des renseignements indispensables à l’hypothèse émise dans cet article, mais ceux-ci restent d’intérêt restreint lorsque les notions sont prises de façon autonome et hors contexte. C’est pour cette raison qu’il semble bon de coupler cette dernière avec une analyse discursive. Ainsi, à partir d’extraits d’ouvrages ou d’articles scientifiques parus dans le domaine de la sociolinguistique au sens très large20 et plus généralement dans le domaine de la linguistique – en langue française originale – des tests de remplacement d’une notion par une autre vont être effectués. Ceux-ci démontreront assez aisément si les distinctions sémantiques vues plus haut se vérifient lorsque les notions sont interprétées en contexte. Vont donc suivre dix courts extraits représentant les dix notions analysées pour le besoin de cet article21.

37- Extrait 1 : « langue(s) de l’immigration »

De plus, une différence majeure distingue le français parlé par les jeunes des cités des argots traditionnels : la place de l’emprunt. En effet, alors que l’argot traditionnel recourt peu à l’emprunt, le français parlé dans les cités accorde au contraire une large place aux langues de l’immigration, et en particulier à l’arabe. (Liogier 2002 : 44)

38- Extrait 2 : « langue(s) des migrants »

Introduits au départ comme « aide linguistique » au retour au pays des enfants de migrants, les enseignements de langue et culture d’origine (Elco) connaissent, depuis, une évolution paradoxale. Participant à la reconnaissance de la diversité linguistique des enfants de migrants, ils tendent également à marginaliser l’enseignement des langues des migrants à l’école, et à les dévaloriser. 70 000 enfants sont concernés. (Petek 2004 : 45)

39- Extrait 3 : « langue(s) immigrante(s) »

Quant à la situation précise d’une minorité linguistique dans un pays d’accueil, quelques principes généraux peuvent guider le choix des hypothèses. D’une part, il semble fort logique que la proximité linguistique d’une langue immigrante et d’une langue d’accueil favorise une hypothèse plutôt « intégrationniste », alors que l’éloignement linguistique conduit logiquement à une hypothèse « rétentionniste ». (Veltman 1992 : 348)

40- Extrait 4 : « langue(s) immigrée(s) »

L’étude du contact des langues est donc inséparable de l’examen de l’espace occupé par ce pays et de son expansion. En outre, la présence en France des langues dites « territoriales » – nous emploierons « langues régionales » pour désigner les sept langues […] selon les explications données […] et « langues territoriales » ou « langues autochtones » pour les distinguer des « langues immigrées » – comme celle des langues immigrées est en rapport avec l’histoire. (Marcellesi 2003 : 176)

41Extrait 5 : « langue(s) d’immigration »

Il est clair, cependant, que l’entrée géographique régionale est plus propice à l’étude des langues du même nom qu’aux données sur les langues d’immigration qui obéissent à d’autres formes de répartition territoriale. (Deprez 1999 : 33)

42Extrait 6 : « langue(s) des immigrés »

La politique des langues participe ainsi d’une politique plus large, le rapport à la langue « nationale » s’inscrit dans le modèle culturel d’une société. Cette politique reste en France marquée par la préoccupation du maintien d’une communauté nationale unique. L’analyse du traitement des langues des immigrés tire bénéfice de l’examen de la réponse à la revendication du droit de vote pour les étrangers. (Zirotti 2006 : 89)

43Extrait 7 : « langue(s) des immigrants »

Il faut aussi préciser la politique linguistique suédoise très accueillante pour les langues des immigrants. La réforme de l’enseignement des langues maternelles adoptée en 1977 prévoit des mesures pour l’apprentissage des langues d’immigration. Le paragraphe 4 de l’article 5 de la loi sur l’enseignement de la langue maternelle stipule, en effet, qu’« au cas où, au domicile familial, l’un des parents de l’élève parle une autre langue que le suédois, et qu’ils utilisent cette langue comme moyen de communication quotidienne, l’enfant a droit à l’enseignement de sa langue maternelle […] » (Akin 2006 : 53)

44Extrait 8 : « langue(s) de la migration »

Les plus âgées, nées dans la première moitié du XXe siècle, ont été socialisées dans un contexte d’usage généralisé du patois au quotidien, le français étant réservé essentiellement au mode de production écrit, au domaine de l’école et à la communication avec les personnes extérieures à la communauté. Les plus jeunes, nés dans les années 1990, sont parfois bilingues (français-patois ou français-langue de la migration), mais la plupart n’ont plus qu’une compétence passive du patois, parfois très faible. (Elmiger & Matthey 2006 : 37)

45Extrait 9 : « langue(s) de migration »

Ce que nous pouvons retenir, eu égard à la problématique proposée ici, c’est que les élèves français ayant été en contact dans leur environnement proche avec une langue de migration ont davantage envie de l’apprendre à l’école quand ils ont bénéficié du programme Evlang. Si l’ensemble des résultats quantitatifs ne plaident pas systématiquement en faveur du programme Evlang, les observations qualitatives par le biais d’entretiens d’enseignants et d’élèves ou d’enregistrements de classes vont globalement dans le sens attendu. (Billiez 2002 : 97)

46Extrait 10 : « langue(s) de migrants »

[…] En France, les langues toujours oubliées lorsqu’on parle de plurilinguisme sont les langues de migrants, et en tout premier lieu, l’arabe. (Calvet 2000 : 16)

47Malgré les différents apports morpho-sémantiques ou le changement de focalisation, le sens des extraits ne subit pas de modifications sémantiques profondes lorsque l’on substitue une notion par une autre. L’intuition de chaque locuteur pourra évidemment faire préférer à certaines personnes telle ou telle notion car « elle sonnera plus juste » mais, il est évident et très net avec ces tests de substitution que chacune de ces notions sont interchangeables et cela, sans altérer le sens des textes. Preuve en est, l’extrait numéro 7 (Akin 2006 : 53), où l’auteur utilise consécutivement la notion de « langue(s) des immigrants » et de « langue(s) d’immigration » pour nommer exactement les mêmes langues. La contrainte stylistique du français qui veut supprimer autant que possible les répétitions semblent être en cause ici.

48Évidemment, et pour rappel, s’il y a différentes notions, il y a différentes significations (cf. Saussure, infra). Une analyse poussée montrerait certainement des différences sensibles de sens entre ces notions contextualisées, et donc entre les extraits lorsque l’on remplace la notion par une autre, mais, et il semble que cela soit le cas pour chacun d’entre eux, les chercheurs ayant écrit ces textes n’ont pas fait cette modification sémantique volontairement.

49Il est néanmoins clair que, si en français, les notions avec le préfixe [é] avaient plus d’usages, le problème ne serait pas le même. En effet, est-il possible d’interchanger les termes immigration et émigration (ou immigrants/immigrés et émigrants/émigrés) sans affecter réellement le sens du texte ? L’extrait serait tout à fait compréhensible mais la modification sémantique quand à la nature même de la migration ou des migrants serait relativement gênante. Cette non-utilisation, comme cela a été dit plus haut, va faire que les notions préfixées en [im] et celles non préfixées vont, de fait, devenir synonymes discursivement et ainsi faire disparaître les différences lexicales de ces notions.

50Ces tests ont donc fait apparaître une autre réalité : la dimension stylistique. Les auteurs utilisent-ils ce riche champ lexical à des fins de clarté discursive ? Cette question se doit d’être posée car le discours construit le sens et, si telle notion permet à l’auteur d’être plus clair, peut-être que le contenu sémantique de celle-ci n’est finalement pas si générique que cela. Il est presque sûr que si ces tests étaient construits différemment, c’est-à-dire avec des extraits « à trous » et avec un choix à faire entre ces dix notions, celle qui sera choisie en priorité par le locuteur sera la conséquence d’une intuition linguistique à propos de ce texte, et peut-être que l’une d’entre elle gênerait sa compréhension, sans pour autant en faire un texte agrammatical ou inacceptable. La question de la contribution sémantique de chaque notion prend alors tout son sens. Que cela soit fait arbitrairement ou sous une contrainte stylistique, ces notions diffèrent et doivent différer. Leurs proximités morphologiques et sémantiques peuvent induire en erreur mais la richesse de ce champ doit être exploitée plus finement. En effet, si toutes ces notions sont interchangeables, quel est l’intérêt d’en utiliser autant et d’essayer de les traiter distinctement ?

Un champ lexical utile ?

51Malgré une certaine explosion depuis le début des années 2000, les travaux sur les langues parlées par les communautés migrantes ne sont que marginaux aujourd’hui mais il est probable que d’ici quelques années, avec l’évolution logique de la sociolinguistique sur ce thème, une distinction de ces notions soit utile et peut-être même indispensable.

52Le domaine de la migration humaine, avec toutes ses composantes culturelles et linguistiques, est tellement complexe et immense qu’un champ lexical approprié à tous les cas est nécessaire. Cela est d’ailleurs le cas, avec toutes les modifications morphologiques, et donc sémantique, qu’il est possible d’ajouter à la racine [migr]. Il doit en aller de même pour les langues. Le gain de clarté, et donc de scientificité, serait énorme si toutes les notions vues jusque-là étaient clairement et distinctivement définies. À ce titre, il est possible d’imaginer une taxonomie des notions servant à nommer une langue ou un groupe de langues parlées dans la migration. Une macro-notion ou une notion-mère pourrait régir ce champ et toutes ses notions-filles définiraient un type de langues en particulier. Il n’est pas question de réaliser cette hypothèse ici mais il paraît assez clair que ce pan de la recherche mériterait d’avoir une base notionnelle plus homogène, à l’instar du champ lexical lui servant de modèle.

Quelles notions en russe ?

  • 22 S. Moskvitcheva, E. Nedopekina, N. Sadovova (RUDN, Moscou).

53Avant de se lancer dans l’analyse des notions utilisées en russe pour nommer les langues parlées par les migrants, un avertissement semble nécessaire. N’ayant une connaissance du russe que très limitée, il était impossible de réaliser ce travail comparatif seul, l’aide spontanée des collègues moscovites et bordelaises a en effet été indispensable22. De plus, cette incompétence linguistique amène inévitablement un changement de méthode de travail. Plus restreinte, l’analyse du russe sera traitée en deux parties : la première recensera les notions trouvées et attestées alors que la seconde essaiera de comparer l’utilisation de celles-ci dans les deux langues. Une analyse sémantique des notions russes, calquée sur celle réalisée en français paraissait impossible à faire sans une connaissance parfaite de la langue.

Recensement des notions

  • 23 Respectivement, Pcelineva 2010 (106), Anisova 2003, Oglenzneva 2009 (107), Donini 1979 (15) et Svej (...)

54Ne parlant donc pas la langue russe, la méthode de recensement des notions est moins poussée que celle mise en place pour le français : le corpus du GRILME servira ainsi de base à cet inventaire. Pour être plus complet, il sera complété par des extraits et attestations scientifiques de notions trouvés avec le concours du moteur de recherche Google. Pour ce faire, il a été nécessaire de forger d’autres notions, sur le modèle utilisé en français, et de vérifier leur existence avec Google. Ainsi, la vision du champ lexical et sémantique russe pour nommer les langues parlées par les migrants paraît relativement complète et juste. Par volonté de clarté, il a été décidé de ne travailler qu’à partir des notions réellement utilisées23 :

  • « Язык эмиƨраųuu [âzyk èmigracii] » : « langue d’émigration (ou de l’) »,

  • « Язык эмигрантов [âzyk emigrantov] » : « langue d’émigrants (ou des) »,

  • « Эмuƨранmскuŭ язык [èmigrantskij âzyk] » : « langue émigrante »,

  • « Язык uммuƨраųuu [âzyk immigracii] » : « langue d’immigration (ou de l’) »,

    • 24 La notion opposée à « эмuƨранmскuŭ язык [èmigrantskij âzyk] » : « langue émigrante », qui serait « (...)

    « Язык uммuƨранmоɞ [âzyk immigrantov] » : « langue d’immigrants (ou des) »24.

55À la lecture de ces cinq notions, et à l’inverse du français, le champ lexical et sémantique russe paraît beaucoup plus précis. Il n’y a pas ici une multitude de notions, a priori synonymes, employées arbitrairement par les chercheurs.

56Pour information, les résultats (singulier et pluriel confondus) de la « méthode Google » pour ces cinq notions sont les suivants (la méthode utilisée est exactement la même que pour le français mais dans Google Russie cette fois-ci) :

  • « Язык эмuƨраųuu [âzyk èmigracii] » : « langue de l’(d’) émigration » : 118.

  • « Язык эмuƨранmоɞ [âzyk èmigrantov] » : « langue des (d’) émigrants » : 232.

  • « Эмuƨранmскuŭ язык [èmigrantskij âzyk] » : « langue émigrante » : 63.

  • « Язык uммuƨраųuu [âzyk immigracii] » : « langue de l’(d’) immigration » : 30.

    • 25 « Иммuƨранmскuŭ язык [immigrantskij âzyk] » : « langue immigrante » : 0.

    « Язык uммuƨранmоɞ [âzyk immigrantov] » : « langue des (d’) immigrants » : 43825.

Analyse contrastive

  • 26 À l’exception de la notion numéro 3, qui, de par sa structure adjectivale, antépose l’adjectif.

57La décomposition morphologique des notions russes et françaises est identique : le mot [langue-] placé généralement avant la racine [-migr-], auquel on ajoute ou pas une série de variables26. Néanmoins, ces variables semblent être moins nombreuses qu’en français. Si l’accord en nombre du premier terme, [langue-] est identique, le lien entre les deux termes principaux de la notion est totalement différent.

58Pour rappel, le français peut utiliser une préposition, et accessoirement, un déterminant pour introduire le complément du nom. En revanche, le russe n’utilise aucun lien syntaxique entre le nom et son expansion : la flexion du complément indique l’accord singulier ou pluriel de ce dernier ainsi que son cas. Une perte sémantique est tout de même à constater puisque l’absence de choix pour déterminer l’expansion ne permet pas de savoir si la notion doit être interprétée de manière générique [langue- + de + -migr-] ou, à l’inverse, si elle nomme un particulier [langue- + des/de l’/de la + -migr-], à l’instar du duo de notions françaises « langue(s) d’immigration » et « langue(s) de l’immigration », très proches mais néanmoins opposables grâce à ce déterminant. Le locuteur, ou plutôt le traducteur, est laissé ici à son intuition.

59Autres remarques, plus conséquentes : l’absence de notions formées sans préfixe ainsi que la présence d’une dichotomie lexicale fortement marquée entre émigration/immigration et toutes les notions qui peuvent en découler. Si le français forme presque la moitié de ses notions sans préfixe, le russe préfère utiliser les deux facettes de l’immigration, et de ses notions dérivées, quasi inexistantes en français. Si évidemment la formation d’une expression du type « langue de migration » est possible en russe, l’usage scientifique ne l’utilise pas ou très peu, les recherches, Google ou Corpus, n’ont, pour preuve, pas donné de résultats probants.

60Comment expliquer cette différence majeure entre les deux langues ? Les linguistes russes ayant a priori beaucoup travaillé sur le russe en dehors de la Russie, en particulier dans les pays de l’ex-Union soviétique et de l’ex-CEI, mais aussi aujourd’hui en Europe occidentale ou aux États-Unis, il paraît normal de trouver beaucoup d’articles ou d’ouvrages contenant les notions du champ lexical de l’émigration. De plus, la Russie étant devenue aujourd’hui un pays d’accueil pour les populations asiatiques et africaines, entre autres, il est logique de trouver son champ lexical et sémantique inverse : celui de l’immigration.

  • 27 Dont beaucoup sont d’ailleurs revenus (cf. Indochine, Algérie).

61À l’inverse, les chercheurs français n’ont que très peu travaillé sur la langue française lorsque celle-ci se trouve en situation de migration, l’émigration française étant, soit très ancienne (Amérique du Nord, Afrique, Asie du Sud-Est, etc.)27, soit presque nulle aujourd’hui (fuite des cerveaux, défiscalisation, etc.). Le français est évidemment présent hors de France mais l’analyse sociolinguistique de ce dernier diffère totalement de l’approche russe : beaucoup de linguistes ont travaillé et travaillent sur les différentes variétés de français présentes à l’échelle mondiale mais en prenant la langue comme une variété autochtone et non comme une « langue d’émigration », la Francophonie n’ayant rien à voir avec l’émigration russe.

62Ces explications, certes intuitives, ont des conséquences lexicales sur les notions utilisées dans les deux langues. D’un côté, en français, il semble qu’il y ait une neutralisation entre les notions préfixées en [im-] et celles non préfixées. L’absence de dualité entre les deux préfixes amène une synonymie discursive entre, par exemple, « langue de migration » et « langue d’immigration ». À l’opposé, le russe semble avoir théorisé cette dichotomie. La liste, quasi-symétrique, des notions prouve cela, ainsi que les extraits disponibles en annexe.

63La dichotomie étant fortement marquée sémantiquement, et utilisée comme telle dans cette langue, l’hypothèse d’une notion qui subsumerait ces deux-là, mais qui ne serait pas usitée, pourrait permettre d’expliquer et de hiérarchiser sémantiquement l’ensemble de celles-ci. Cette hypothèse intensionnelle, possible en russe, aiderait sûrement à une analyse plus ordonnée du champ lexical français.

64Pour rappel, l’intension est un concept de logique utilisée en opposition à extension : l’intension étant le concept et l’extension les éléments constituants ce concept. Par exemple, le mot fleur est intensionnelle alors que les mots tulipe, rose ou jonquille sont extensionnelles. La notion-mère, l’intension, serait donc la notion non usitée en russe de « langue(s) de migration » ou de « langue(s) de migrants », suivant la focalisation souhaitée. Cette piste pourrait amener à repenser tout le champ lexical français, qui, cela a été dit, gagnerait à être plus ordonné et ainsi devenir plus accessible. Ainsi, le champ lexical français des notions nommant les langues parlées par les migrants pourrait s’analyser comme suit : « langue d’immigration » est l’extension de « langue de migration ». À partir de ce prédicat, toute la taxonomie de ce champ peut se construire et être utilisée comme tel théoriquement et discursivement.

65Avant de conclure cet exposé, une dernière remarque concernant les notions russes doit être faite. À l’inverse du français, toutes les notions ne sont pas interchangeables sans modifier le sens de l’extrait. Il existe une frontière discursive entre les notions de « famille » différente. S’il est possible de substituer « langue d’émigration » et « langue d’émigrants » sans bouleverser la teneur sémantique profonde du texte, il est en revanche plus compliqué de le faire entre « langue d’émigration » et « langue d’immigration », ce qui paraît somme toute logique après l’analyse faite ci-dessus.

Conclusion

66Pour conclure, il paraît évident que cet exposé, et les premières hypothèses qu’il essaie d’émettre, devra être complété par une recherche plus approfondie, en particulier pour le russe.

67Tout d’abord, l’instabilité notionnelle du français concernant les notions utilisées pour nommer les langues parlées par les migrants ou dans la migration a été mise en lumière. Ensuite, et avec l’aide du russe, il a été démontré que la sociolinguistique des « langues de migration » gagnerait à classer les notions selon le type de migration ou de migrants. Une utilisation optimale du champ lexical français sur la migration, appliqué aux langues, aurait sans doute des conséquences scientifiques dans l’étude de ces langues. Enfin, l’analyse comparée avec le russe a permis de comprendre une vision différente de l’approche sociolinguistique de ces langues et, du point de vue notionnel, la manière dont les linguistes russes abordent cette question aura aidé à comprendre le champ lexical du français, et peut-être, aura-t-il permis d’essayer de l’imaginer différemment.

Bibliography

Références bibliographiques

AKIN S. (2006), « La Charte européenne des langues, les “langues des migrants” et les “langues dépourvues de territoire” », Lengas, Revue de sociolinguistique, no 59, pp. 51-66.

BAYLON C., MIGNOT X. (2005), Initiation à la sémantique du langage, Paris, Armand Colin.

BILLIEZ J. (2002), « De l’assignation à la langue d’origine à l’éveil aux langues : vingt ans d’un parcours sociodidactique », Ville-École-Intégration Enjeux, no 130, pp. 87-101.

BOYER H. (2005), « “Patois” : continuité et prégnance d’une désignation stigmatisante sur la longue durée », Lengas, Revue de sociolinguistique, no 57, pp. 73-92.

CALVET L.-J. (2000), « La guerre des langues et les chances d’un véritable plurilinguisme », Panoramiques, no 48, pp. 10-16.

DEPECKER L. (2002), Entre signe et concept. Éléments de terminologie générale, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

DEPREZ C. (2008), « La transmission des langues d’immigration dans l’enquête sur l’histoire familiale annexée au recensement de 1999 », Cahiers de l’Observatoire des pratiques linguistiques, no 2, pp. 34-42.

DUMARSAIS CHESNEAU C. (1730), Traité des tropes, Paris, chez la Veuve de Jean-Batiste Brocas.

ELMIGER D., MATTHEY M. (2006), « La diglossie vue du “dedans” et du “dehors” : l’exemple de Bienne et d’Evolène », Travaux neuchâtelois de linguistique, no 43, pp. 23-47.

HOLZ J.-M. (1988), « La crise financière de Duisbourg, métropole sidérurgique de la Ruhr », Revue de géographie alpine, no 76 (4), pp. 403-418.

LIOGIER E. (2002), « Quelles approches théoriques pour la description du français parlé par les jeunes des cités ? », La linguistique, no 38, pp. 41-52.

MARCELLESI J.-B. (2003), Sociolinguistique. Épistémologie, langues régionales, polynomie, Paris, L’Harmattan.

PETEK G. (2004), « Les Elco, entre reconnaissance et marginalisation », Hommes et migrations, no 1252, pp. 45-55.

ROUQUIE A. (1974), « Immigration et politique dans “l’autre Amérique” », Revue française de sciences politiques, no 24 (1), pp. 132-136.

DE SAUSSURE F. (1916), Cours de linguistique générale, Paris, Payot (édition 1995).

SOLE I DURANY J. R. (2007), « La notion légale de langue propre en Catalogne », in VIAUT A. (dir.) Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, pp. 111-120.

VELTMAN C. (1992), « Insertion des immigrants au Québec et aux États-Unis », Démographie et différence, in Association internationale des démographes de langue française, Démographie et différence, Actes du colloque international de Montréal organisé par l’AIDELF (7-10 Juin 1988), pp. 343-348, http://www.erudit.org/livre/aidelf/1988/000870co.pdf (consulté le 15/04/2014).

ZIROTTI J.-P. (2006), « Enjeux sociaux du bilinguisme à l’école », Langage et société, no 116, pp. 73-91.

Bibliographie (en langue russe)

ANISOVA I. (2004), « Russkij âzyk èmigrantov » [La langue russe d’émigrants], Večernââ, Moskva, 18 novembre 2004, http://www.vm.ru/news/2004/11/18/yazik-russkih-emigrantov-4855.html (consulté le 15/04/14).

DONINI A. (1979), U istokov hristianstva (ot zaroždeniâ do Ûstiniana) [Histoire du christianisme (des origines à Justinien)], Perevod s ital., Moskva, Politizdat.

OGLEZNEVA E. A. (2009), « Âzyk russkogo vostočnogo zarubež’â v svâzi volnoobraznym harakterom èmigracii na vostok (k voprosu o social’noj obuslovlennosti âzykovyh âvlenij) » [La langue de l’étranger oriental russe en liaison avec le caractère ondulatoire de l’émigration à l’Est (de la question du conditionnement social des phénomènes linguistiques)], Vestnik AmGU, no 44, pp. 106-109.

PČELINCEVA M. A. (2010), « Ironiâ kak forma âzykovoj ocenki v tvorčestve russkih pisatelej-èmigrantov » [« L’ironie comme forme de l’évaluation linguistique dans l’œuvre des écrivains russes émigrants » ], in Sovremennye problemy nauki i obrazovaniâ [Problèmes contemporains de la science et de l’éducation], no 6, pp. 106-110.

ŠVEJCER A. D. (1976), Sovremennaâ sociolingvistika : Teoriâ, problemy, metody [Sociolinguistique contemporaine : théorie, problèmes, méthodes], Moskva, Izdatel’stvo Nauka.

Annexes

Annexe 1 : Tableau des expressions grammaticales formées avec [langue + -migr-] (français)

Le tableau fonctionne par paires par facilité descriptive et par ergonomie. Les expressions agrammaticales seront signalées par un astérisque (*) placé avant celles-ci.

SINGULIER

PLURIEL

1

Langue de migration

Langues de migration

2

Langue de migrations

Langues de migrations

3

Langue des migrations

Langues des migrations

4

Langue de la migration

Langues de la migration

SINGULIER

PLURIEL

5

Langue d’immigration

Langues d’immigration

6

Langue d’immigrations

Langues d’immigrations

7

Langue des immigrations

Langues des immigrations

8

Langue de l’immigration

Langues de l’immigration

SINGULIER

PLURIEL

9

Langue d’émigration

Langues d’émigration

10

Langue d’émigrations

Langues d’émigrations

11

Langue des émigrations

Langues des émigrations

12

Langue de l’émigration

Langues de l’émigration

SINGULIER

PLURIEL

13

Langue de migrant

*Langues de migrant

14

Langue de migrants

Langues de migrants

15

Langue de migrante

*Langues de migrante

16

Langue de migrantes

Langues de migrantes

17

Langue des migrants

Langues des migrants

18

Langue des migrantes

Langues des migrantes

19

Langue du migrant

Langues du migrant

20

Langue de la migrante

Langues de la migrante

21

Langue migrante

*Langues migrante

22

*Langue migrantes

Langues migrantes

SINGULIER

PLURIEL

23

Langue d’immigrant

*Langues d’immigrant

24

Langue d’immigrants

Langues d’immigrants

25

Langue d’immigrante

*Langues d’immigrante

26

Langue d’immigrantes

Langues d’immigrantes

27

Langue des immigrants

Langues des immigrants

28

Langue des immigrantes

Langues des immigrantes

29

Langue de l’immigrant

Langues de l’immigrant

30

Langue de l’immigrante

Langues de l’immigrante

31

Langue immigrante

*Langues immigrante

32

*Langue immigrantes

Langues immigrantes

SINGULIER

PLURIEL

33

Langue d’émigrant

*Langues d’émigrant

34

Langue d’émigrants

Langues d’émigrants

35

Langue d’émigrante

*Langues d’émigrante

36

Langue d’émigrantes

Langues d’émigrantes

37

Langue des émigrants

Langues des émigrants

38

Langue des émigrantes

Langues des émigrantes

39

Langue de l’émigrant

Langues de l’émigrant

40

Langue de l’émigrante

Langues de l’émigrante

41

Langue émigrante

*Langues émigrante

42

*Langue émigrantes

Langues émigrantes

SINGULIER

PLURIEL

43

Langue d’émigré

*Langues d’émigré

44

Langue d’émigrés

Langues d’émigrés

45

Langue d’émigrée

*Langues d’émigrée

46

Langue d’émigrées

Langues d’émigrées

47

Langue des émigrés

Langues des émigrés

48

Langue des émigrées

Langues des émigrées

49

Langue de l’émigré

Langues de l’émigré

50

Langue de l’émigrée

Langues de l’émigrée

51

Langue émigrée

*Langues émigrée

52

*Langue émigrées

Langues émigrées

SINGULIER

PLURIEL

53

Langue d’immigré

*Langues d’immigré

54

Langue d’immigrés

Langues d’immigrés

55

Langue d’immigrée

Langues d’immigrée

56

Langue d’immigrées

Langues d’immigrées

57

Langue des immigrés

Langues des immigrés

58

Langue des immigrées

Langues des immigrées

59

Langue de l’immigré

Langues de l’immigré

60

Langue de l’immigrée

Langues de l’immigrée

61

Langue immigrée

*Langues immigrée

62

Langue immigrées

Langues immigrées

SINGULIER

PLURIEL

63

Langue migratoire

*Langues migratoire

64

Langue immigratoire

*Langues immigratoire

65

Langue émigratoire

*Langues émigratoire

66

*Langue migratoires

Langues migratoires

67

*Langue immigratoires

Langues immigratoires

68

*Langue émigratoires

Langues émigratoires

Annexe 2 : Corpus russe

Langue d’émigration

PČELINCEVA M. A. (2010) « Ironiâ kak forma âzykovoj ocenki v tvorčestve russkih pisatelej-èmigrantov » [« L’ironie comme forme de l’évaluation linguistique dans l’œuvre des écrivains russes émigrants »], in Sovremennye problemy nauki i obrazovaniâ [Problèmes contemporains de la science et de l’éducation], no 6, p. 106.

«Наɯе uссле∂оɞанuе nосɞящено аналuзу форм u сnособоɞ языкоɞоŭ оųенкu реɞолюųuонноŭ эnохu, оmражённоŭ ɞ mɞорчесmɞе русскuх nuсаmелеŭэмuƨранmоɞ nерɞоŭ ɞолны. С начала 20-х ƨо∂оɞ оųенкu ɞ эмuƨранmскоŭ лumераmуре скла∂ыɞалuсь: 1) uз неnрuяmuя ноɞоƨо, «реɞолюųuонноƨо», 2) uз крumuкu uскаженuŭ, ɞознuкɯuх ɞ языке эмuƨраųuu»

« Notre recherche est consacrée à l’analyse des formes et des moyens de l’évaluation linguistique de l’époque révolutionnaire, reflétée dans les œuvres des écrivains russes, émigrants de la première vague. Dès le début des années 20 les évaluations dans la littérature russe émigrante se constituaient : 1) du rejet du nouveau, « révolutionnaire » ; 2) de la critique des déformations, apparues dans la langue d’émigration. »

Langue d’émigrants (des)

ANISOVA I. (2004), « Russkij âzyk èmigrantov » [« La langue russe d’émigrants »], Večernââ Moskva, no 159, http://www.vm.ru/​news/​2004/​11/​18/​yazik-russkih-emigrantov-4855.html (consulté le 15/04/14).

«Уже ɞ 40-е ƨо∂ы сmало ясно, чmо сущесmɞуеm ∂ɞа русскuх языка — соɞеmскuŭ u эмuƨранmскuŭ… В языке эмuƨранmоɞ nерɞоŭ ɞолны мноƨо слоɞ с усmареɞɯuмu значенuямu.»

« Dans les années 40 déjà, il est devenu clair qu’il existe deux langues russes : soviétique et émigrante… Dans la langue d’émigrants de la première vague, il y a beaucoup de mots avec des significations obsolètes. »

Langue émigrante

ANISOVA I. (2004), « Russkij âzyk èmigrantov » [La langue russe des émigrants], Večernââ Moskva, no 159, http://www.vm.ru/​news/​2004/​11/​18/​yazik-russkih-emigrantov-4855.html (consulté le 15/04/14).

« Эмuƨранmскuŭ язык нере∂ко назыɞаюm языком uзƨнанuя ».

« La langue émigrante est souvent nommée la langue d’expulsion ».

OGLEZNEVA E. A. (2009), « Âzyk russkogo vostočnogo zarubež’â v svâzi volnoobraznym harakterom èmigracii na vostok (k voprosu o social’noj obuslovlennosti âzykovyh âvlenij) » [« La langue de l’étranger oriental russe en liaison avec le caractère ondulatoire de l’émigration à l’Est (de la question du conditionnement social des phénomènes linguistiques) »], Vestnik AmGU, no 44, pp. 106-109, p. 107.

«Изɞесmна mочка зренuя, соƨласно коmороŭ язык русскоŭ эмuƨраųuu оmносяm к особоŭ nо∂сuсmеме русскоƨо лumераmурноƨо языка ХХ ɞ. Так nо∂хо∂um к русскому эмuƨранmскому языку ɞ заnа∂ном зарубежье Л.М. Граноɞская, указыɞая на ря∂ еƨо ɞажных оmлuчumельных nрuзнакоɞ (семанmuческuх, сmuлuсmuческuх, фразеолоƨuческuх, комnозuųuонноmемаmuческuх), nозɞоляющuх назɞаmь язык русскоƨо зарубежья nо∂сuсmемоŭ лumераmурноƨо языка».

« Il existe le point de vue selon lequel la langue d’émigration russe fait partie du sous-système particulier de la langue littéraire russe du XXe siècle. L. M. Granovskaya considère ainsi la langue émigrante russe de l’étranger occidental et indique un nombre de ses traits distinctifs importants (sémantiques, stylistiques, phraséologiques, compositionnels et thématiques) qui permettent de nommer la langue de l’étranger russe comme un sous-système de la langue littéraire. »

Langue d’immigration

DONINI A. (1979), U istokov hristianstva (ot zaroždeniâ do Ûstiniana) [Histoire du christianisme (des origines à Justinien)], Perevod s ital. [traduit de l’italien], Moskva, Politizdat, p. 15

«Ноɞыŭ язык uммuƨраųuu, оmлuчныŭ оm языка орuƨuнала, nрu∂аеm ноɞое зɞучанuе u∂еям, коmорые mолкоɞалu лю∂u, nоmерnеɞɯuе nораженuе на береƨах Мерmɞоƨо моря.»

« La nouvelle langue d’immigration, différente de la langue originelle, donne une nouvelle tonalité aux idées traitées par les personnes, mises en déroute aux bords de la Mer Morte. »

Langue d’immigrants (des immigrants)

ŠVEJCER A. D. (1976), Sovremennaâ sociolingvistika : Teoriâ, problemy, metody [Sociolinguistique contemporaine : théorie, problèmes, méthodes], Moskva, Izdatel’stvo Nauka, p. 29.

«Такоɞа, ɞ часmносmu, су∂ьба мноƨuх ро∂ных языкоɞ uммuƨранmоɞ ɞ Сое∂uненных Шmаmах, ƨ∂е ɞ резульmаmе nроɞе∂енuя nолumuкu амерuканuзаųuu наųuональных меньɯuнсmɞ u сɞязанноƨо с неŭ суженuя сферы uсnользоɞанuя uх языкоɞ, языкu эmu не mолько nо∂ɞерƨаюmся значumельноŭ ∂еформаųuu nо∂ ɞлuянuем ∂омuнuрующеƨо анƨлuŭскоƨо языка, но u нере∂ко ɞоɞсе ɞыmесняюmся uз уnоmребленuя у mреmьеƨо, а nороŭ u у ɞmороƨо nоколенuя uммuƨранmоɞ

« Tel est notamment, le destin de nombreuses langues natives d’immigrants aux États-Unis, où suite à la politique de l’américanisation des minorités nationales et la restriction du domaine d’utilisation de leurs langues liée à cette politique, ces langues ont non seulement subi une forte déformation sous l’influence de la langue anglaise dominante, mais souvent disparaissent de l’usage chez la troisième et parfois chez la deuxième génération d’immigrants. »

Notes

1 Notion choisie arbitrairement pour des raisons de clarté (cf. partie I).

2 Respectivement, Calvet 2000 : 16, Petek 2004 : 45, Deprez 2008 : 33, Veltman 1992 : 348, Zirotti 2006 : 89.

3 Parler de synonymie ici peut paraître exagéré puisque les termes de « migrant », « migration » ou « immigré », par exemple, appartiennent à la même famille de mot (champ lexical). Mais, en prenant les notions comme un bloc inséparable, il est justifié de les considérer comme étant des synonymes, ou du moins, des expressions candidates à la synonymie.

4 « S’il y avait des synonymes parfaits, il y aurait deux langues dans une même langue » (Dumarsais 1730). Voir aussi, Depecker 2002 : 131-132 et Baylon & Mignot 2005 : 106-109.

5 Principe de solidarité : dès que le signifiant change, le signifié change et vice-versa (Saussure 1995 : 176 et s.).

6 GRILME : Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur les Langues Minoritaires en Europe (Contrat de recherche du Conseil régional d’Aquitaine 2008-2013 Langues minoritaires et marges linguistiques en Europe LMMLE (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine / EEE-CRDEI-ERSSàB).

7 http://www.msha.fr/baseclme/

8 Deux possibilités pour la variable 1, cinq pour la variable 2, trois pour la variable 3, quatre pour la variable 4 et quatre pour la variable 5. Ce qui donne 2 x 5 x 3 x 4 x 4 = 480.

9 La liste complète se trouve en annexe de cette contribution.

10 Par exemple : Rouquié 1974 : 133 pour « immigratoire » et Holz 1988 : 405 pour « émigratoire ».

11 Néanmoins, l’accès par le web aux extraits, résumés et titres de ces derniers est de moins en moins marginal.

12 Environ mille milliards de pages web indexées en 2008. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Google.

13 Réduire le résultat brut aux pages les plus pertinentes. Pour ce faire, il suffit d’avancer dans les pages Google jusqu’à ce que le moteur de recherche réduise de lui-même ses résultats. Le premier chiffre donné par Google est de toute manière faux puisque l’accès à toutes ces pages est impossible.

14 Les recherches sur Google et Google Scholar ont été réalisées le 30 août 2010 et mises à jour le 22 février 2011.

15 Par exemple, dans l’arrêté du 18 octobre 1991 fixant les modalités d’organisation du concours externe et du second concours interne de recrutement de professeurs des écoles, JORF, 20 octobre 1991, p. 13770 (article 4) pour « langue(s) d’immigration » et dans la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992 du Conseil de l’Europe pour « langue(s) des migrants ».

16 Cette dernière sera restreinte par souci de place. Une analyse plus complète est disponible dans la thèse de doctorat (A. Viaut dir.), Langues d’immigration et rapport au territoire. Le cas des communautés migrantes européennes dans l’agglomération de Bordeaux, soutenue en janvier 2014.

17 Si deux synonymes sont deux termes parfaitement interchangeables quel que soit leur contexte d’utilisation, des para-synonymes sont, quant à eux, des termes interchangeables selon un contexte bien précis. C’est-à-dire que si leur contenu est proche sémantiquement, ils ont tout de même des nuances significatives.

18 Il est curieux de noter que la langue française ne possède pas de mot inverse à celui de migrant qui serait *migré, calqué sur l’opposition immigrant/immigré. Ce vide lexical est sûrement dû à des raisons d’incompatibilité sémantique avec le suffixe. Quand l’action de migrer est toujours en cours de réalisation, il est possible de juger la personne comme étant un migrant puisqu’il est à la fois émigrant et immigrant. Lorsque la migration est accomplie la personne ne peut pas être un *migré, cela n’aurait pas de sens : soit il est un immigré si l’on se place du point de vue du pays d’accueil, soit il est un émigré si le point de vue est celui du pays de départ (cf. II. 1. e.).

19 Un migrant est à la fois un immigrant et un émigrant. C’est le point de vue adopté qui en fait ce qu’il est.

20 Ce qui n’interdira pas de récolter des données chez des géographes ayant travaillé sur les langues, par exemple.

21 Pour des raisons de clarté, les notions ont été graissées ou mises en italique.

22 S. Moskvitcheva, E. Nedopekina, N. Sadovova (RUDN, Moscou).

23 Respectivement, Pcelineva 2010 (106), Anisova 2003, Oglenzneva 2009 (107), Donini 1979 (15) et Svejcer 1976 (29). Un extrait mettant en contexte chacune de ces notions ainsi que sa référence bibliographique sera disponible en annexe.

24 La notion opposée à « эмuƨранmскuŭ язык [èmigrantskij âzyk] » : « langue émigrante », qui serait « uммuƨранmскuŭ язык [immigrantskij âzyk] » : « langue immigrante », paraît ne pas exister en russe, ou du moins ne pas être utilisée.

25 « Иммuƨранmскuŭ язык [immigrantskij âzyk] » : « langue immigrante » : 0.

26 À l’exception de la notion numéro 3, qui, de par sa structure adjectivale, antépose l’adjectif.

27 Dont beaucoup sont d’ailleurs revenus (cf. Indochine, Algérie).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540