Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Comparaisons européennes

Langue et territoire à travers les notions désignant les langues en situation minoritaire en France et en Russie1

«Язык и территория в понятиях, обозначающих языки в миноритарной ситуации во Франции и России»

Alain Viaut

Résumé

La comparaison entre les notions qui rendent compte du lien entre langues minoritaires et territoire en France et en Russie permet de mettre en évidence deux grandes tendances en Europe influencées par des paramétrages historiques différents. D’un côté, en France, des fondements universalistes et unitaristes de la nation ont contribué à déterminer une approche de type assimilationniste quant aux langues considérées. Ne pouvant pour autant les ignorer, elles ont été identifiées à travers des catégories qui, de façon réductionniste (« patois », « parlers ») ou intégrative (« langues de France »), restent liées au moule idéologique dont un des fondements est la mise en avant de l’unicité nationale y compris à travers un seul territoire politiquement possible, négateur, sinon par dérogation, d’autres liens particuliers, autonomes, entre langue et territoire. Néanmoins, des désignations telles que « langue régionale », « langues et dialectes à extension régionale délimitée », opérationnelles dans l’administration de l’enseignement, introduisent le concept de territoire dans ces désignations, et notre approche tente de préciser comment cela est négocié.
En comparaison, la tradition soviétique et russe, liée à des conceptions autres de la nation (Empire, Fédération soviétique, puis russe), quoique confrontées aux idées d’unité et, partant, linguistique, rend compte d’autres tendances qui ont mis l’accent sur des liens précis, voire voulus entre langue minoritaire, peuple (les peuples intégrés à l’ensemble dominé par ailleurs par le russe) et, de fait ou explicitement, territoire. Ces liens ressortent dans la terminologie : « mestnyj âzyk » (langue locale), « nacional’nyj literaturnyj âzyk » (langue littéraire nationale), « territorial’nyj âzyk » (langue territoriale), « âzyk avtonomnoj respubliki » (langue de République autonome), « âzyk men’šinstva » (langue de minorité), etc. Pour autant, si la terminologie française est finalement perméable au lien territorial spécifique, la terminologie russe, qui demeure ancrée dans sa tradition sémantique, intègre à la marge des locutions plus neutres quant à la relation au territoire qui vont au-delà de l’évocation de la nature sociolinguistique hors contexte de la langue, ne serait-ce que « isčezaûŝij âzyk » (langue en voie de disparition) ou « minoritarnyj âzyk » (langue minoritaire), qui reprennent des dénominations développées au départ plus à l’Ouest.

Сравнительный анализ понятий, показывающих связь между миноритарными языками и территорией во Франции и России, позволяет выделить две основные тенденции в Европе, вызванные различными историческими условиями. С одной стороны, во Франции универсалистские и унитарные основы нации (nation) способствовали позиции ассимиляции по отношению к данным языкам. Поскольку полностью игнорировать их было невозможно, они были заключены в идеологически окрашенные категории редукционистского «патуа» (patois), «говор» (parler) или интеграционного («языки Франции» (langues de France)), типов, одним из основных положений которых была идея продвижения национального единства, в том числе посредством существования единственно возможной политической территории, либо, в порядке исключения, путем создания особых автономных отношений между языком и территорией. Тем не менее, в такие названия как «региональный язык» (langue régionale), «языки и диалекты регионально ограниченного употребления» (langues et dialectes à extension régionale délimitée), используемых в системе образования, вводится концепт территории (territoire). Мы постараемся рассмотреть это явление.
Для сравнения приведём советскую и российскую традиции, связанные с другим пониманием нации (империя, Советская, затем Российская Федерация). Несмотря на то что для них также была характерна идея единства, все же существовали другие тенденции, которые сделали акцент на конкретных и намеренных связях между миноритарным языком, народом (народами, интегрированными в русскоговорящий блок) и эксплицитно территорией. Это явление проявляется в терминологии: «местный язык», «национальный литературный язык», «территориальный язык», «язык автономной республики», «язык меньшинства» и т.д. Однако если французская терминология пропитана идеей специфической территориальной связи, то русская терминология, придерживающаяся семантической традиции, включает в себя более нейтральные выражения по отношению к территории, выходящие за рамки социолингвистики вне языкового контекста (например, «исчезающий язык» или «миноритарный язык»), а также заимствует изначально более развитые в западной социолингвистике определения.

Texte intégral

  • 1 Nous avons bénéficié dans cette contribution des ressources de la base de données textuelles CLME ( (...)

1La relation entre langue et territoire signifie que l’on se réfère à l’inscription de langues à l’intérieur de limites avec lesquelles elles ont une relation obligée, soit que celles-ci les entourent, soit qu’elles les traversent. Ces territoires peuvent être ceux des langues comme ceux de pays ou de circonscriptions administratives. Cela suppose également que ces langues sont en même temps ancrées dans une durée suffisante propre à leur conférer une historicité admise tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ces espaces délimités par leur propre expansion ou par l’histoire.

  • 2 Bien que cela constitue un aboutissement majoritaire, il peut aussi y avoir deux variétés standard (...)

2Dans l’évocation des attendus d’une grille de lecture, on posera aussi que la « Langue » à laquelle on se réfère ici, d’un point de vue sociolinguistique, se compose de deux entités. Il y a celle qui correspond à l’ensemble de ses variétés constitutives de base ou historiques (primaires et secondaires), regroupables de façon commode sous le signifiant allemand de « Mundartbund », avec un territoire géolinguistique que nous qualifierons simplement de « traditionnel ». En même temps, l’autre entité découle de l’existence et de l’usage d’une variété standard de cette même langue, qui est d’ailleurs celle que l’on désigne le plus généralement, voire en priorité, lorsque l’on parle d’elle. Les deux frontières circonscrites, l’une par l’implantation historique de la langue traditionnelle, et, l’autre, par l’usage de sa variété standard, ne coïncident pas forcément (Viaut 2010). En revanche, les contours tant géographiques que fonctionnels de la « Langue », en l’absence de cette variété standard2, vont d’abord enserrer ceux de l’ensemble de ses variétés traditionnelles, ce qui est le cas, assez souvent, de langues minoritaires. L’occitan, le breton, le carélien, etc. sont, par exemple, dans cette situation.

3Ainsi, si l’on pose que l’ensemble « Langue » = sous-ensemble A (variétés A, primaires + secondaires) + sous-ensemble B (variété B, standard), ce dernier sous-ensemble peut être constitué, opérationnel ou en formation, comme il peut être vide ou insuffisamment rempli ; sa conception n’étant pas engagée ou la masse critique de ses éléments constitutifs n’étant pas atteinte.

  • 3 Comme le rappelle l’arrêté ministériel à valeur de programme du 27 décembre 2007 (BOEN no 3/2008) : (...)

4De fait, à travers les deux pays auxquels nous nous référons dans cette approche, nous aurons essentiellement affaire à des langues minoritaires – régionales, en situation minoritaire, etc. – dont les territoires linguistiques correspondent plutôt à la première des entités constitutives de la « Langue ». Ainsi en va-t-il de prime abord, aussi, pour l’allemand en France qui apparaît officiellement sous l’appellation, au pluriel, de « langues régionales d’Alsace et des pays mosellans », parfois scindées aussi en « langues régionales d’Alsace » et « langues régionales des pays mosellans » ; au ministère de l’Éducation nationale qui les associe à l’allemand standard3, et à travers les deux appellations séparées d’« alsacien » et de « francique mosellan » au ministère de la Culture et de la Communication par la DGLFLF (2013) qui les place d’ailleurs au même rang sociolinguistique de langue que les autres « langues régionales », basque, breton, corse ou occitan.

5Or, même dans ce cas, où les deux types de variétés (constitutives, et standard) sont en principe présents, le territoire linguistique pris pour référence est celui des variétés primaires, cela pouvant objectivement répondre à une logique politique dans la mesure où la présence effective d’une variété standard est entre autres conditionnée par des possibilités administratives propres d’extension et de fonctionnement. En attendant, la référence au standard n’est pas, dans ce cas, alléguée au titre d’un espace physique de communication mais dans le cadre interne d’une diglossie classique telle qu’elle a marqué de façon globalement consensuelle l’aire de langue qui est définie comme allemande.

  • 4 Comme il est précisé dans le Plan pluriannuel de développement des langues régionales 2010-2015 (ap (...)

6Nous insistons néanmoins sur ce fait que cette relation entre dialectes et langue (variété standard), liée à une configuration française de l’appréhension des langues régionales, dans ce cas géolinguistique de l’allemand, découle de l’adéquation suivante : langue régionale (d’Alsace et des pays mosellans) = dialectes allemands + « Hochdeutsh ». Or la validité de cette équation est relativisée par le fait que, dans le schéma d’aménagement linguistique propre à cette région de culture mixte allemande et française de France, s’il apparaît que le « Hochdeutsh » s’est substitué à ses dialectes en certains endroits comme c’est le cas dans la partie nord-est du département de la Moselle, ce standard y est bien reconnu comme « langue régionale » tout seul alors qu’il sera normalement considéré comme langue étrangère ailleurs4. Ainsi en va-t-il dans la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et les Vosges, comme ailleurs en France.

7Ce développement sur le lien entre langue et territoire est ici proposé dans la mesure où il prend un relief particulier dans la thématique des langues en situation minoritaire. Cette place a ainsi été déterminante dans les processus d’identification et d’« édification » (cf. infra) linguistiques tels qu’ils ont été développés en Union soviétique dans les années 1920. L’implantation actuelle d’écoles dites « nationales » en liaison, lorsque cela est effectif et opératoire, avec des versions à tout le moins normées de langues minoritaires (« ethniques », « petites », etc.) est dépendante de leur inscription géographique historique.

8Ce lien est premier et il est constaté dans les deux pays retenus ici. Pour autant, il fait l’objet de deux approches différentes dans les représentations et les nominations qui s’appliquent aux langues concernées.

La donne française

9Dans le cas français, le lien au territoire, pourtant affirmé dans les cas pratiques, notamment de l’Éducation nationale, a par ailleurs tendance à être ignoré, relativisé ou neutralisé.

La minorisation par la neutralisation de la référence au territoire

  • 5 Arrêté du 18 octobre 1991 fixant les modalités d’organisation du concours externe et du second conc (...)

10La minorisation s’applique à des langues dont le fait d’être catégorisées comme minoritaires est d’abord perceptible à travers les qualificatifs institués, car consacrés par un usage administratif voire courant, qui lui sont appliqués de l’extérieur, tels que « régionale », « locale », etc. Au-delà, la spécification « à extension régionale délimitée5 », qualifiant ces langues en France dans des arrêtés du ministère de l’Éducation nationale, dénote à leur égard, à travers l’emploi des adjectifs « régionale » et « délimitée », une perception d’abord gestionnaire ou administrative en relation avec des niveaux spatiaux dont on affiche ainsi le statut infra-territorial.

  • 6 Il s’agira essentiellement de langues de populations nomades ou sans lien territorial clairement fi (...)

11En référence aussi à l’inscription territoriale, la neutralisation que nous discernons comme un des paramètres actifs de la minorisation, découlera de l’aboutissement de deux tendances affichées et/ou effectivement mises en œuvre. Plutôt que de rejeter le lien entre une langue et un territoire – et il y des langues sans territoires directement assignables6 – elle résultera de la mise en œuvre de procédés labiles tels que ceux de la globalisation et de la dispersion/dilution qui relativisent plus qu’ils ne nient. La relativisation, dont on conviendra qu’elle vaut atténuation et neutralisation, agit non pas en estompant l’identification mais en l’inscrivant d’abord dans un cadre propre à la canaliser selon des schémas organisationnels qui n’émanent pas d’elle-même. Ce cadrage ou cette canalisation du lien identitaire premier entre langue et territoire vaut également ici neutralisation dans le sens d’une relativisation – non unique mais très claire à cet égard – du lien entre langue et communauté de locuteurs.

L’effet globalisation

  • 7 Décret no 2001-950 du 16 octobre 2001 modifiant le décret no 89-403 du 2 juin 1989 instituant un Co (...)

12En ce qui concerne la globalisation, dans le cas français, le fait que lesdites langues sont coiffées par la référence commune « France », à travers la notion de « langues de France », nous paraît devoir être retenu. Celle-ci est utilisée officiellement par le ministère de la Culture et de la Communication depuis 2001, depuis la transformation de la Délégation générale à la langue française en Délégation générale à la langue française et aux langues de France7. Elle agit, en effet, comme une sorte de « supra-identité ». En renvoyant à un territoire englobant, celui des « langues de France », elle revient quelque part à subordonner ces langues à un concept de type superstructurel, non induit à partir des langues en question mais créé et contrôlé par son promoteur régalien. Au titre des sèmes portés par cette formulation figure celui de la nation et du peuple indivis agissant comme une garantie allant dans le sens de la coexistence nationale unitaire. Figure également, découlant de cette prise en compte, l’intégration de ces réalités linguistiques dans un cadre institué et réglementé, censé proposer une politique générale d’offres. Sur un plan plus symbolique, les spécificités attachées à chacune de ces langues sont reliées à des signifiants employés au singulier (le patrimoine) exprimant en eux-mêmes une globalité et reliés à une unité ontologique (la France). L’emploi d’un signifiant exprimant le contraste et les paramètres de la discontinuité (diversité) est, et doit être, lui aussi relié au tout. La diversité, linguistique en l’occurrence, n’a sémantiquement lieu d’être qu’en référence à l’ensemble formant cette totalité. Elle procède d’un tout ou bien en constitue une des caractéristiques. Elle n’est pas en soi et sa mise en relief relève d’un choix ou d’une stratégie censée prendre la mesure de différents degrés de reconnaissance, de protection et de promotion.

  • 8 Les alinéas 1 et 2 de l’article 2 de la Constitution française : « La souveraineté nationale appart (...)

13Les composantes du tout postulé et constitutionnellement protégé8 sont ici conçues selon un schéma d’adjonction-fusion plutôt que d’adjonction-articulation quoiqu’il s’agisse, dans les deux cas, d’une subordination des parties au tout, conçue et ordonnée par les détenteurs de l’édifice régalien. La seule langue officielle d’État demeure la langue éponyme du pays dans son intégralité.

La neutralisation par la dispersion/dilution

14La notion de « langues de France » est soit conçue pour un emploi neutralisant ou bien pour être utilisée au pluriel ou, à tout le moins, pour être intrinsèquement associée à l’idée de pluralité tandis que le français est, lui, unique. L’approche politique du multilinguisme de l’Ukraine dans l’instrument de ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires remis en 2005 par le gouvernement de ce pays au Conseil de l’Europe a pu également être lue dans ce sens par ceux qui souhaitaient alors un statut plus favorable, voire de coofficialité, pour le russe :

  • 9 http://conventions.coe.int/Treaty/Commun/ListeDeclarations.asp?NT=148&CM=1&DF=2/27/2008&CL=FRE&VL=0 (...)

L’Ukraine déclare que les dispositions de la Charte s’appliquent, sans distinction quant à la place sociolinguistique des unes et des autres, aux langues des minorités ethniques d’Ukraine suivantes : Biélorusse, Bulgare, Gagaouze, Grecque, Juive, Tatare de Crimée, Moldave, Allemande, Polonaise, Russe, Roumaine, Slovaque et Hongroise9.

  • 10 http://www.dglflf.culture.gouv.fr/ (consulté le 02/05/2014).
  • 11 Les langues de France comprennent aussi les sous-ensembles des langues d’outre-mer (zone caraïbe, R (...)

15Cet emploi du pluriel – les « langues de France » par rapport au « français » au singulier – peut aussi se retrouver dans un autre cas pour désigner une langue. Cela s’est produit pour l’occitan comme en écho aux questions posées à la conception globalisante de l’occitan qui s’inscrivent dans une tradition ancienne. Le site de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF)10 ne se contentait pas, dans la deuxième édition de la fiche sur les « langues de France », dans les années 2005-2007, de citer l’occitan comme le basque ou le breton, mais le décrivait ainsi : « parlers d’oc ou occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat, limousin, vivaro-alpin) ». L’accent y était donc mis sur une ambivalence entre la dispersion, évoquée en premier, sur laquelle était ainsi focalisée la représentation de l’ensemble linguistique et une unité supposée. De façon amphibologique, cette formulation aurait pu être interprétée comme porteuse d’une intention objectivement consensuelle d’intégrer des conceptions contradictoires entre une mise en exergue des parties constitutives premières, indifférenciées, et l’enveloppe desdits parlers. La coordination « ou » opérait ici une relation d’équivalence entre des constituants et leur tout en laissant planer un doute sur la perception de ce glottonyme comprenant pas moins de trois substantifs : « parlers d’oc », « occitan », et l’ensemble des signifiants figurant entre les parenthèses, chaque composante du dernier désignant regroupé en un tout collectivisé étant régionalement inclusif par rapport à la première des désignations. Quoi qu’il en soit, l’emploi de « ou » induisait une ambiguïté foncière quant au statut de la langue désignée de cette façon. Langue, elle l’était et le demeure de ce point de vue et, dans ce contexte, puisqu’elle figure dans la liste des « langues régionales », constitutive avec les langues non-territoriales du sous-ensemble des langues de France métropolitaine11. Langue par conséquent mais se définissant d’abord par le fait très basique d’être la réunion d’une suite de parlers. À une autre époque, on aurait pu voir à la place de ces parlers, ce qui était perçu comme étant leurs équivalents structurels, à savoir des patois, signant franchement par là la place, le rôle et la fonction que l’on supposait d’eux.

  • 12 http://www.dglflf.culture.gouv.fr/ (consulté le 02/05/2014)

16En somme, dans cet exemple quasi paradigmatique de la nomination minorisante, deux signifiants, qui signalent et/ou retiennent des sèmes de dispersion, entourent celui qui identifie une entité au moyen d’un nom porteur d’unité. Le premier signifiant, « parlers d’oc », par l’indifférenciation dont il est porteur, s’il est intrinsèquement minorisant, exerce en sus une fonction neutralisante par rapport au lien réel ou envisageable entre la langue et un territoire. Le troisième signifiant – les six dialectes reliés entre parenthèses en une entité globale – attire l’attention sur un autre type de dispersion, celle qui résulte de l’identification donnée à voir des variantes géographiques dont on affirme ainsi les contours et l’identité. Poser la question au sujet de cette formulation complexe de la diversité interne de l’occitan n’est pas plus neutre que de parler de l’allemand en Alsace et Moselle à travers l’appellation « langues régionales d’Alsace et des pays mosellans ». L’occitan ne se perçoit pas aisément à travers une standardisation inaboutie, pas plus que la problématique de l’allemand, bien particulière dans son aire traditionnelle en France. Pour autant, la liste qui contient ces différents noms de langues, dont l’origine remonte à celle du Rapport Cerquiglini de 1999 (Sibille 2010 : 92-95) dans son rapport remis en vue de l’adhésion de la France à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe, et qui fut revue et consacrée ensuite dans son principe par la DGLFLF à partir de 200212, fait figurer le breton, le corse et le franco-provençal sous ces seules formes glottonymiques alors que leurs processus de standardisation connaissent également des configurations proches, à des degrés divers, de celles de l’occitan.

17L’évocation de la situation proprement sociolinguistique de l’occitan, qui n’est pas spécifique par conséquent, n’a rien en soi d’illégitime et témoigne de sa réalité polycentrique (Viaut 2007) mais apparaît tout simplement inadéquate, de prime abord, dans la mesure où l’on a affaire à une liste de langues et non à l’évocation, à travers des désignations censées être explicites voire explicitées, de situations linguistiques ; cela relevant a priori d’un autre exercice intellectuel. Il y a donc ici un hiatus entre la désignation de l’occitan et celle des autres langues pour une désignation, sans doute, difficile à trouver d’un point de vue politique et se voulant peut-être ainsi « consensuelle ». Et ce hiatus rappelle, de façon condensée, le lien parfois problématique entre langue minoritaire et territoire, entre la vision de chacune des composantes territoriales et celle du territoire global parfois perçu par certains comme une abstraction réductrice.

18En ce qui concerne l’occitan, la DGLFLF est revenue depuis 2008 à une présentation plus sobre, d’abord focalisée sur l’unité du domaine linguistique et, secondairement, entre parenthèses donc, sur sa diversité interne : « occitan ou langue d’oc (gascon, languedocien, provençal, auvergnat, limousin, vivaro-alpin) ». Un décalage apparaît d’ailleurs entre les présentations successivement diffusées par la DGLFLF et celle (« occitan (gascon, languedocien, provençal, auvergnat-limousin, alpin-dauphinois) ») qu’en avait faite Bernard Cerquiglini dans son rapport de 1999 (cf. supra), engageant une voie de compromis qui, en affichant la naturelle diversité interne de la langue, la donnait à voir cependant comme dispersion.

  • 13 On retiendra, à l’appui de cette émergence des langues d’oïl, les résultats concernant le picard da (...)

19Au-delà, la formulation de la DGLFLF, déployant ainsi tout un pan de la situation sociolinguistique de ce type de langues, valait d’être comparée à celle qui consacrait, et continue de consacrer chez elle, une autre dispersion, avec la même présentation entre parenthèses que pour l’occitan, à savoir celle qui a résulté de processus d’individuation linguistique dans la partie d’oïl du domaine roman français : « langues d’oïl (franc-comtois, wallon, champenois, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais, lorrain, bourguignon-morvandiau) ». La présentation typographique des langues d’oïl et de l’occitan est exemplaire dans ce rapport de deux configurations. Les parenthèses utilisées pour la présentation de la diversité fonctionnelle de l’occitan traduisent autant la personnalité des parties que leur inclusion dans l’unité. La mention « langues d’oïl » au pluriel avec, ensuite, les dénominations propres à chacune d’entre elles, était de nature à consacrer leur émergence au statut sociolinguistique de langue. Quoique non prises en compte dans l’enseignement au même titre que les langues régionales par le ministère de l’Éducation nationale, hormis pour le gallo en Bretagne historique, il s’agissait néanmoins de la reconnaissance d’une réalité encore tangible sur le terrain, en particulier dans le cas du picard13. Ces expressions linguistiques relevant de la catégorie des langues par élaboration (« Ausbausprachen ») ou, ainsi présentées, plus précisément des langues collatérales (Éloy 2004), de même nature sociolinguistique que ces dernières mais clairement identifiées par rapport à la langue dont elles sont proches (le français standard ici, sous sa forme historique de « langue d’oïl »). Ces présentations ne sont pas que de détail et trouvent aussi leur raison d’être dans des tactiques de la nomination linguistique ; nommer une langue revenant à l’instituer selon une conception préconçue en fonction d’un environnement social et politique particulier.

  • 14 « El castellano es la lengua española oficial del Estado. Todos los españoles tienen el deber de co (...)

20Par comparaison, ce type de neutralisation peut être mis en parallèle avec celui qui va découler, une fois posé le principe du monolinguisme officiel d’État dans l’alinéa 1 de l’article 3 de la Constitution espagnole de 1978 (« Le castillan est la langue espagnole de l’État. Tous les Espagnols ont le devoir de la connaître et le droit de l’utiliser14 »), à la fois par globalisation et par dispersion, des alinéas 2 et 3 suivants :

  • 15 « 2. Las demás lenguas españolas serán también oficiales en las respectivas Comunidades Autónomas d (...)

2. Les autres langues espagnoles seront également officielles dans les Communautés autonomes respectives en accord avec leurs Statuts. // 3. La richesse des autres modalités linguistiques de l’Espagne est un patrimoine culturel qui fera l’objet d’un respect et d’une protection particuliers15.

  • 16 « que será objeto de especial respeto y protección. »

21La connexion du syntagme « las demás lenguas españolas » (les autres langues espagnoles) de l’article 3.2 est, en outre, corrélé avec l’expression « modalidad lingüística » (modalité linguistique), également utilisée dans cet article 3. 3 (« qui fera l’objet d’un respect et d’une protection particuliers »), avec la notion rassembleuse de « patrimonio cultural » (patrimoine culturel)16.

La référence au non-territoire

22Plus ambiguë fut en son temps la référence récurrente à la notion de patois signant à la fois l’identité sociale infériorisée, voire péjorée, de l’expression linguistique ainsi désignée et l’identité territoriale indifférenciée et sans limites précisées ou clairement évoquées (les « patois du Midi » par exemple). Principalement employée pour l’ensemble des parlers romans de France, d’oïl, d’oc et franco-provençal.

  • 17 Voir Albert Dauzat, par exemple : « Les patois sont le résultat de la segmentation géographique d’u (...)
  • 18 Ainsi, dans les années 1970, Jean Marouzeau avait défini le mot « patois » ainsi : « On désigne d’o (...)
  • 19 Henriette Walter l’emploie sans restriction dans un ouvrage récent. À la question qu’elle pose ains (...)
  • 20 Ainsi dans son dictionnaire languedocien-françois, sous l’article « patés » (patois) : « [...] Ains (...)
  • 21 « Nous n’avons plus de provinces, & nous avons encore environ trente patois qui en rappellent les n (...)

23Le mot « patois » a couramment été utilisé par des linguistes français jusqu’aux années 195017, il a ensuite été concurrencé par « langue régionale » ou est devenu un objet d’étude de la sociolinguistique. Parfois employé dans la deuxième moitié du XXe siècle18, encore récemment même19, comme synonyme des substantifs « parler » ou « langue » pour désigner les variétés locales ou régionales des langues romanes de France susmentionnées, il a moins affecté le catalan et le corse. Globalement, il n’est plus guère utilisé de nos jours par les linguistes et n’est invoqué que comme représentation de la diglossie par les linguistes qui se sont impliqués dans l’étude de l’occitan, et ce depuis l’abbé Boissier de Sauvages au XVIIIe siècle20. Nous rappellerons pour mémoire que, pour André Martinet (1970, 152-153), le « patois », synonyme de parler local ou vernaculaire, est différent de la forme locale de l’idiome général – ce que Eugenio Coseriu nomme le dialecte tertiaire – résultant de la propre variation de la variété standard. Il est voué à la disparition à partir du moment où il entre en concurrence avec cette forme géographique du standard plus prestigieuse et potentiellement plus efficace sur le plan communicationnel dans laquelle il finit par se fondre si les deux systèmes sont proches. En revanche : « Une situation patoisante peut également être éliminée du jour où un parler local, ou une forme très voisine, acquiert, aux yeux de ceux qui le pratiquent, un prestige suffisant pour renverser le courant qui tend à le priver de son autonomie au profit du parler général » (Martinet 1970, 153). À ce moment-là, le « patois » n’est plus un parler sans autre image sociale que celle d’un code certes immédiatement utile, il lui est accordé du prestige dans la mesure où, aux yeux de ses locuteurs, il participe d’une autre catégorie linguistique reconnue comme langue. Il en devient une partie ou variante qui gardera ce statut ou bien évoluera vers une assimilation plus ou moins totale au standard. Ce qui était le patois, dans cette approche, ne change donc pas dans ces composantes linguistiques mais dans la représentation que s’en font ses usagers. Martinet, à cet égard, parle fort justement de situation patoisante et la trouve caractéristique de la France où a été entretenue une distance « considérable » entre la « langue nationale » et les parlers locaux qui étaient génétiquement liés à elle (ibid.). Dans cette logique, plus le patois est identifié en relation à un objet langue perçu en tant que tel, plus il disparaît en tant que représentation. Or le lien entre le locuteur et son expression linguistique première en passe par un changement de perception de l’assise socio-fonctionnelle et géographique de cette dernière. On pourra dire de ce point de vue que l’emploi récurrent du mot « patois » pour désigner une des facettes de la langue minoritaire a pu s’inscrire dans une stratégie, tantôt pensée (Grégoire 1794) tantôt devenue passive car inscrite dans des habitudes. Le recours à la minorisation par rapport à un territoire dévalorisé – les provinces avec leurs patois dans le Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française de l’abbé Grégoire21 – a été porteur en son temps d’une neutralisation dans le sens de l’empêchement à agir.

24Or si le questionnaire de l’abbé Grégoire ayant abouti à son rapport imposait l’emploi du mot « patois » dans une intention clairement politique, ses correspondants lui répondaient en utilisant aussi bien les mots « langue » « idiome » que « patois » pour se référer aux mêmes catégories linguistiques (de Certeau, Julia, Revel 1975 : 173-249). Cette minorisation s’est ensuite plus généralement exprimée en s’appuyant sur une vision scientifiquement légitimée d’une mosaïque des parlers romans du Nord au Sud de la France (Paris 1888) annonciatrice d’une conception très unitariste (Zantedeschi 2010) de la dialectologie romane de l’Atlas linguistique de la France du début du XXe siècle (Gilliéron, Édmont 1902-1910) et par l’absence de référence à des territoires linguistiques clairement délinéés et nommés en écho des échelons des communautés linguistiques historiques. Ces échelons sont ceux des territoires identifiés de continuums géolinguistiques cohérents d’un certain nombre de ces « patois » avec les bases communes de systèmes autonomes tant au niveau du dialecte et qu’à celui de la langue selon leur description topolectale première.

25De nos jours, l’usage du mot « patois » est néanmoins encore fréquent pour désigner autant des variétés locales d’oïl, que d’occitan ou de franco-provençal. Dans le cas de l’occitan, un maintien (surtout dans les zones de conservation de l’emploi traditionnel de l’occitan et en milieu rural) et un recul général quoique lent (plus rapide en zone urbaine) de l’emploi de ce terme peuvent être constatés par rapport à une progression de l’utilisation du glossonyme « occitan ». Ainsi, dans le sondage réalisé par l’IFOP en 2006 sur les langues régionales en l’Auvergne (IFOP, 2006), sur un échantillon de 804 personnes, le mot « patois » venait encore en premier avec 84 % des réponses, tandis qu’« auvergnat » était donné par 15 % des enquêtés, « occitan » par 9 % et « langue d’oc » par 4 %. En comparaison, dans la dernière enquête réalisée à la fin de l’année 2008 sur l’occitan par le Conseil régional d’Aquitaine sur un échantillon plus significatif de 6 002 personnes (Région Aquitaine 2009), la dénomination « occitan » était donnée par 20 % de l’ensemble des Aquitains enquêtés tandis que celle de « patois » l’était par 53 %. Or dans une enquête précédente diligentée par le même organisme, en 1997, en Aquitaine mais sur un échantillon de 1 300 personnes, « occitan » apparaissait avec le pourcentage de 14 % (Institut Médiapluriel 1997).

  • 22 Identifiables à travers le sigle ELCO, ou « Enseignement de langue et culture d’origine » : http:// (...)

26Mentionnons enfin, dans ce sens de la neutralisation en se référant au non-territoire, la dénomination « langue et culture d’origine22 », qui désigne administrativement, en réponse à l’utilité de regrouper ces langues et cultures en une catégorie spécifique ainsi qu’à une volonté assimilationniste, les langues d’immigration en amuïssant tant leur caractéristique migratoire que leurs noms liés aux pays de départ.

La donne russe

27En comparaison, la tradition soviétique et russe, liée à des conceptions autres de la nation (Empire, Fédération soviétique, puis russe) fut également confrontée aux idées d’unitarisme politico-administratif et, partant, linguistique. Le règne très autocratique d’Alexandre III, les phases de renforcement de la place du russe au milieu du XXe siècle, après une période très favorable aux langues des nationalités ou ethnies non-russes, ou actuellement, rendent compte de ces tendances. D’autres, enclines au respect du plurilinguisme, ont tout autant marqué l’histoire contemporaine russe et soviétique. Une des illustrations les plus marquantes en aura été la première période des années 1920 de l’« édification linguistique » (âzykovoe stroitel’stvo) (Simonato 2003) qui a vu la production de nombreux travaux de codification et la mise en œuvre de mesures d’aménagement linguistique résolues et nouvelles notamment en faveur des langues minoritaires sans écritures.

La hiérarchisation des statuts

  • 23 En témoigne dans cet ouvrage la contribution de Alexey Kozhemiakov (« The definition of Regional or (...)

28Les aboutissements les plus clairs de la rencontre de ces deux tendances auront été, d’une part, la prééminence de la langue russe et, d’autre part, un capital d’expériences, de conceptions et de terminologie appliquées aux langues minoritaires de cette vaste entité politique qui continue d’alimenter débats et projets autour de cette question23.

29Le statut de la langue russe, aux termes de la Constitution de 1993 est celui, unique, de « langue d’État » (Gosudartvennyj âzyk) de la Fédération de Russie dont la vocation affirmée, durant la période soviétique, de langue de communication entre nationalités (âzyk mežnacional’nogo obŝeniâ), est en outre bien ancrée. Parallèlement, les sujets de la Fédération qui ont le statut de république peuvent avoir une autre langue d’État, à leur échelon infra-étatique par conséquent. Cette situation correspond à celle d’une co-officialité hiérarchisée avec le russe comme langue officielle de l’État fédéral et les langues éponymes des républiques qui l’auront décidé. Enfin, les autres langues, sans ce statut régalien fédéral ou républicain, sont les « langues natives » (rodnoj âzyk), liées à la notion de « peuple » (narod) :

  • 24 « 1. Государственным языком Российской Федерации на всей ее территории является русский язык.
    2. Рес
    (...)

Article 68
1. La langue d’État de la Fédération de Russie sur l’ensemble de son territoire est la langue russe.
2. Les républiques ont le droit d’établir leurs propres langues d’État. Elles sont utilisées parallèlement à la langue d’État de la Fédération de Russie dans les organismes publics, dans les collectivités territoriales et dans les institutions d’État des républiques.
3. La Fédération de Russie garantit à tous ses peuples le droit de préserver leur langue native et de créer les conditions pour son étude et son développement24.

  • 25 « желательность и необходимость овладения языками межнационального общения и другими языками народо (...)

30Au-delà, ce statut fonctionnel de langue de communication entre nationalités a pu trouver sa consécration dans des textes à caractère politique ou légal concernant les langues d’État des républiques (cas possible de l’avar par exemple, à côté du russe, au Daghestan) comme dans la déclaration de 1991 sur les langues des peuples de Russie dans laquelle le Soviet Suprême de la RSFSR déclare, entre autres, « Le souhait et la nécessité de maîtriser les langues de communication entre nationalités et d’autres langues des peuples de la RSFSR, habitant sur le même territoire25. »

31Parallèlement à ce cadre d’ensemble qui définit les trois grandes catégories de langues d’un point de vue légal et où, à côté de la langue d’État de la Fédération, les deux autres catégories participent de celles qui sont minoritaires, le lien avec le territoire présente des différences importantes à notre sens par rapport à celui de la configuration française.

Le peuple et le territoire

32D’une part, on va rencontrer, surtout depuis ces dernières années, des notions calquées sur celles qui ont cours en Europe occidentale et qui sont, par exemple, répandues par le biais du Conseil de l’Europe et de la diffusion, en son sein, de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Ainsi, des calques de « langue minoritaire » (minoritarnyj âzyk) et de « langue régionale » (regional’nyj âzyk) existent mais c’est l’expression « âzyk men’šinstva » (littéralement « langue de minorité ») qui a été retenue dans l’intitulé en russe de cette Charte européenne des langues.

33D’autre part, il est frappant de voir une plus grande diversité d’expressions employées pour désigner, en fait, des cas de langues différents de ceux de France (plusieurs langues de communautés nomades, en particulier dans le Nord sibérien), des langues qui s’illustrent aussi par des statuts juridiques et des situations sociolinguistiques qui n’ont pas d’équivalents en France. De cela, il ressort que les désignations mettent tantôt l’accent sur le groupe ou la communauté linguistique en employant des locutions aussi bien du type substantif + substantif que du type adjectif + substantif. Dans le premier cas, la langue est focalisée sur le groupe de locuteurs en tant que tel avec, éventuellement, ses caractéristiques propres. Dans le second cas, qui correspond davantage aux habitudes en France, elle est d’abord focalisée sur elle-même. Comme exemples du premier cas de figure, outre « langue de minorité » : « âzyk maločislennogo naroda » (langue de peuple numériquement faible), « âzyki narodov RSFSR » (langues des peuples de la RSFSR). Comme autres exemples pour le deuxième cas de figure, outre la notion prototypique de « rodnoj âzyk » (langue native) : « malyj âzyk » (petite langue), « mestnyj âzyk » (langue locale), « mladopis’mennyj âzyk » (langue de littérisation récente), etc. Par ailleurs, des noms de catégories de langues minoritaires peuvent apparaître avec une double nomination comme avec « nacional’nyj âzyk » (langue nationale) à côté de « âzyk nacii » (littéralement « langue de nation »).

34Le lien entre la langue minoritaire et le territoire apparaît certes directement aussi et l’adjectif « territorial’nyj » (territorial) va qualifier autant « âzyk » (langue) que « dialekt » et « govor » (parler). Il se manifeste également à travers les noms d’entités administratives au génitif dans lesquelles ces langues sont présentes : « âzyk avtonomnogo okruga » (langue d’okroug autonome), « âzyk avtonomnoj respubliki » (langue de république autonome). Le lien à un territoire particulier comme on a pu l’observer en France avec le cas de l’Alsace n’apparaît pas en ces termes. L’idée de territoires délinéés qui est explicitement sous-jacente dans le terme « langue à extension régionale délimitée » n’est pas ici manifeste. En revanche, le recours fréquent à la notion de peuple, impossible en France où il n’y a qu’un seul peuple français, sans lien explicite à un territoire met en fait l’accent sur le caractère minoritaire du référent car il s’agit en règle générale de « petits peuples » (« âzyki malyh narodov Severa » : langues des petits peuples du Nord) parfois sans délimitations territoriales précises autres que celles d’aires de parcours s’articulant pour l’exercice de droits linguistiques avec les limites de circonscriptions administratives (république, oblast, etc.).

35Dans le cas français, le lien entre langue te territoire nous paraît participer plus clairement que dans le cas russe du champ sémantique de la minorisation linguistique. Si ce lien existe aussi, objectivement, en relation diglossique avec le russe, ne serait-ce qu’à travers l’emploi récurrent de l’adjectif « petit », il est tempéré par des formulations plus pragmatiques (taille, entité administrative concernée, vaste zone spécifique telle que le Nord, etc.) en raison sans doute de statuts juridiques globalement plus favorables durant la période de formation de ces terminologies. On ne trouve pas, par exemple, l’emploi d’un équivalent du mot « patois », longtemps légitimés par les propres linguistes sans considération de son étymologie et de son contenu sémantique politiquement très connoté. Les mots « govor » (parler) – cependant traduit, parfois, par « patois » – et « narečie » (variante linguistique, variante diatopique), présents dans le langage scientifique comme dans la langue courante, s’ils désignent clairement des variétés de langues héritées, non standardisées ou différentes des versions « littéraires » qui les coiffent, ne présentent pas un profil similaire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Deklaraciâ no 1808/I-I ot 25 oktâbrâ 1991 goda O âzykah narodov Rossii, Vedomosti S’’ezda narodnyh deputatov i Verhovnogo Soveta Rossijskoj Federacii, 12 dekabrâ 1991 [Déclaration no 1808/I-I du 25 octobre 1991 sur les langues des peuples de Russie, Registre du Congrès des députés du peuple et du Soviet Suprême de la Fédération de Russie, 12 décembre 1991], no 50, http://zakon.scli.ru/ru/legal_texts/all/extended/index.php ?do4 =document&id4 =279a4dbe-354d-4a02-a45d-e6f4bb559121 (consulté le 02/05/2014).

Plan pluriannuel de développement des langues régionales 2010-2015, http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/allemand/SiteLR/LURIANNUEL_DE_DEVELOPPEMENT_DES_LANGU_=%20ES%20REGIONALES_Version%20corrig%E9e_15%2012%202010-1.pdf

BERTILE V. (2010), « L’approche juridique française du rapport langue/espace », in VIAUT A., PAILHÉ J. (éds.), Langue et espace, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, pp. 69-84.

BLOT D., ELOY J.-M., ROUAULT T. (2004), « La richesse linguistique du nord de la France », INSEE Picardie, no 125, http://www.youscribe.com/catalogue/etudes-et-statistiques/education/la-richesse-linguistique-du-nord-de-la-france-1962620 (consulté le 02/05/2014).

BOISSIER DE SAUVAGES (abbé) P. A. (1785 [1756]), Dictionnaire languedocien-françois, Nismes, Gaude.

DE CERTEAU M., JULIA D., REVEL J. (1975), Une Politique de la langue, la Révolution française et les patois, Paris, Gallimard.

DAUZAT A. (1927), Les Patois. Évolution, classification, étude, Paris, Librairie Delagrave.

ÉLOY J.-M. (2004), « Des langues collatérales : problèmes et propositions », in ÉLOY J.-M., Des Langues collatérales. Problèmes linguistiques, sociolinguistiques et glottopolotiques de la proximité linguistique, Paris, L’Harmattan, pp. 5-25.

GILLIÉRON J., ÉDMONT É. (1902-1910, suppl. 1920), Atlas linguistique de la France, Paris, Champion, 9 vol. 

GRÉGOIRE (abbé) H. (1794), Rapport Sur la nécessité et les moyens d’anéantir le patois, et d’universaliser l’usage de la langue française, Séance du 16 prairial, l’an deuxième de la République une et indivisible ; Suivi du décret de la Convention nationale. Imprimés par ordre de la Convention nationale, Et envoyés aux autorités constituées, aux sociétés populaires, et à toutes les communes de la République, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/gregoire-rapport.htm (consulté le 02/05/20124).

GUIRAUD P. (1968), Patois et dialectes français, Paris, PUF.

IFOP (Institut français d’opinion publique) (2006), Pratiques et représentations des langues régionales en Auvergne (pour la Section régionale de l’Institut d’études occitanes), Paris, IFOP, http://archive.today/Q5OzJ (consulté le 02/05/2014).

INSTITUT MÉDIAPLURIEL (1997), Pratique et représentations de la langue occitane. Région Aquitaine, Montpellier.

MARTINET A. (1970 [1960]), Éléments de linguistique générale, Paris, Armand Colin.

PARIS G. (1888), « Les parlers de France », Revue des patois gallo-romans, pp. 161-175.

RÉGION AQUITAINE (2009), Enquête sociolinguistique. Présence, pratiques et représentations de la langue occitane en Aquitaine. Chiffres et données clés, Bordeaux, Conseil régional d’Aquitaine, http://www.aquitaine.fr/actions/territoire-durable-et-solidaire/culture-et-patrimoine/langues-et-cultures-regionales (consulté le 02/05/2014).

SIBILLE J. (2010). « “Langues de France” et territoires : raisons des choix et des dénominations », in VIAUT A., PAILHÉ J. (éds.), Langue et espace, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, pp. 85-107.

SIMONATO-KOKOCHKINA E. (2003), « Choisir un alphabet, une question linguistique ? Discussions sur le choix des système d’écriture en URSS (1926-1930) », in SÉRIO P. (éd.), Le Discours sur la langue en URSS à l’époque stalinienne (épistémologie, philosophie, idéologie), Cahiers de l’ILSLS, no 14, pp. 193-208, http://www2.unil.ch/slav/ling/colloques/02LSCB/Simonato.html (consulté le 02/05/2014).

VIAUT A. (2007), « L’occitan, sa diversité et son enseignement », in CHEVALIER G., GAUVIN K., MERKLE D. (éds.), Les Apports de la sociolinguistique et de la linguistique à l’enseignement des langues en contexte plurilingue et pluridialectal / Sociolinguistics, linguistics and the teaching of languages in multilingual and multidialectal contexts, Actes du 29e colloque annuel de l’ALPA-APLA 2005, Moncton, Revue de l’Université de Moncton, pp. 131-144, http://www.erudit.org/revue/rum/2007/v/nrum2172/017712ar.pdf (consulté le 02/05/2014).

WALTER H. (2008), Aventures et mésaventures des langues de France, Paris, Éditions du Temps.

ZANTEDESCHI F. (2012), « La dialectologie avant sa disciplinarisation : la Société pour l’étude des langues romanes Romania et le statut de la langue d’oc », Florence, European University Institute, http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/num5/articles/ZANTEDESCHI_2012.pdf (consulté le 02/05/2014).

ZHURAVSKY A. V. (2012), « Experiences from the implementation of the joint Programme “national Minorities in Russia: development of languages, culture, Media and Civil Society” », in KOZHEMYAKOV A., SOKOLOVSKIY S. V. (eds.), European Charter for Regional or minority Languages in the Russian Federation. Research, Reports, Recommendations Made in the Framework of the JP “Minorities in Russia: developing Languages, Culture, Media and Civil Society”, 2009-2012, Moscou, s. n.

Notes

1 Nous avons bénéficié dans cette contribution des ressources de la base de données textuelles CLME (Catégorisation des langues minoritaire en Europe, MSHA-IKER) accessible par le lien http://www.msha.fr/baseclme.

2 Bien que cela constitue un aboutissement majoritaire, il peut aussi y avoir deux variétés standard comme dans le cas du norvégien (bokmål et nynorsk).

3 Comme le rappelle l’arrêté ministériel à valeur de programme du 27 décembre 2007 (BOEN no 3/2008) : « La langue régionale existe en Alsace et en Moselle sous deux formes : les dialectes alémaniques et franciques parlés en Alsace et en Moselle, dialectes de l’allemand, d’une part, l’allemand standard, d’autre part. »

4 Comme il est précisé dans le Plan pluriannuel de développement des langues régionales 2010-2015 (applicable aux pays mosellans en Lorraine) : « Il importe cependant de préciser que le seul secteur où l’allemand standard peut-être considéré comme une langue régionale est la partie nord-est du département de la Moselle ; au-delà de cette frontière linguistique et dans les trois départements lorrains, en Meuse, Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges, l’allemand est appris comme une langue étrangère » (Volet 1.3).

5 Arrêté du 18 octobre 1991 fixant les modalités d’organisation du concours externe et du second concours interne de recrutement de professeurs des écoles, JORF, 20 octobre 1991, p. 13770, [article 4 bis, ajouté par : arrêté du 3 janvier 2002 modifiant l’arrêté du 18 octobre 1991 fixant les modalités d’organisation du concours externe et du second concours interne de recrutement de professeurs des écoles, JORF, 5 janvier 2002, p. 325, article 1er] : « Le concours externe spécial prévu à l’article 4 (1o) du décret du 1er août 1990 susvisé est constitué par : […] 2o Une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission portant chacune sur une des langues à extension régionale délimitée, dont la liste est arrêtée par chaque recteur parmi les langues suivantes : basque, corse, breton, catalan, créole, occitan-langue d’oc, langues régionales d’Alsace et des pays mosellans,... ».

6 Il s’agira essentiellement de langues de populations nomades ou sans lien territorial clairement fixé, et on parlera d’aire de déplacement (Roms en Europe, notamment) pour évoquer la relation de ces langues à l’espace. Il y a aussi les langues d’immigration (de migrants, de diaspora) dont la relation au territoire n’est pas directe et s’exprime sur le mode symbolique de la référence au territoire d’origine qui n’est celui du lieu de vie.

7 Décret no 2001-950 du 16 octobre 2001 modifiant le décret no 89-403 du 2 juin 1989 instituant un Conseil supérieur de la langue française et une Délégation générale à la langue française.

8 Les alinéas 1 et 2 de l’article 2 de la Constitution française : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. »

9 http://conventions.coe.int/Treaty/Commun/ListeDeclarations.asp?NT=148&CM=1&DF=2/27/2008&CL=FRE&VL=0 (consulté le 02/05/2014).

10 http://www.dglflf.culture.gouv.fr/ (consulté le 02/05/2014).

11 Les langues de France comprennent aussi les sous-ensembles des langues d’outre-mer (zone caraïbe, Réunion, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, îles Wallis-et-Futuna, Mayotte) et de la langue des signes française (LSF).

12 http://www.dglflf.culture.gouv.fr/ (consulté le 02/05/2014)

13 On retiendra, à l’appui de cette émergence des langues d’oïl, les résultats concernant le picard dans l’enquête Étude de l’histoire familiale réalisée en 1999 par l’INSEE et l’INED, que le recensement faisait apparaître un maintien relatif du picard dans le Nord de la France : 8,7 % chez les agriculteurs, 3,5 % chez les ouvriers et 3,7 % dans les professions intellectuelles (Blot et alii 2004).

14 « El castellano es la lengua española oficial del Estado. Todos los españoles tienen el deber de conocerla y el derecho a usarla. »

15 « 2. Las demás lenguas españolas serán también oficiales en las respectivas Comunidades Autónomas de acuerdo con sus Estatutos. // 3. La riqueza de las distintas modalidades lingüísticas de España es un patrimonio cultural que será objeto de especial respeto y protección. »

16 « que será objeto de especial respeto y protección. »

17 Voir Albert Dauzat, par exemple : « Les patois sont le résultat de la segmentation géographique d’une langue, qui, livrée à elle-même, a donné lieu à une multiplicité d’évolutions divergentes sur les divers points du territoire où elle est parlée » (Dauzat 1927, 5).

18 Ainsi, dans les années 1970, Jean Marouzeau avait défini le mot « patois » ainsi : « On désigne d’ordinaire de ce nom des parlers locaux employés par une population de civilisation inférieure à celle que représente la langue commune environnante ; d’où l’acception légèrement péjorative que prend le mot dans l’usage courant » (Marouzeau 1951, 169). Pierre Guiraud, dans Patois et dialectes français, en avait lui donné la définition suivante : « Les formes populaires du dialecte, coupées de leur tradition cultivée et littéraire, concurrencée par la langue nationale, constituent les patois » (Guiraud 1968, 8).

19 Henriette Walter l’emploie sans restriction dans un ouvrage récent. À la question qu’elle pose ainsi : « Mais qu’est-ce qu’un patois ? », elle répond en expliquant qu’il résulte sur une aire géographique limitée du contact entre une langue parlée par des envahisseurs et celle des vaincus réduite à une présence de type substratique (Walter 2008, 26-27).

20 Ainsi dans son dictionnaire languedocien-françois, sous l’article « patés » (patois) : « [...] Ainsi le patois normand, par ex., est un patois du françois [...] Il n’en est pas de même du gascon, ou languedocien, auquel on a donné la dénomination de patois par une espèce d’avilissement, par l’oubli où il est tombé depuis environ un siècle, faute de culture, ou d’encouragement ; tandis que depuis la même époque on s’est appliqué à perfectionner la langue française » (Boissier de Sauvages 1785 [1756]).

21 « Nous n’avons plus de provinces, & nous avons encore environ trente patois qui en rappellent les noms.
Peut-être n’est-il pas inutile d’en faire l’énumération : le bas-breton, le normand, le picard, le rouchi ou wallon, le flamand, le champenois, le messin, le lorrain, le franc-comtois, le bourguignon, le bressan, le lyonnais, le dauphinois, l’auvergnat, le poitevin, le limousin, le picard, le provençal, le languedocien, le velayen, le catalan, le béarnois, le basque, le rouergat & le gascon ; ce dernier seul est parlé sur une surface de 60 lieues en tout sens. Au nombre des patois, on doit placer encore l’italien de la Corse, des Alpes-Maritimes, & l’allemand des Haut & Bas-Rhin, parce que ces deux idiômes y sont très-dégénérés. Enfin, les Nègres de nos colonies, dont vous avez fait des hommes, ont une espèce d’idiome pauvre comme celui des Hottentots, comme la langue franque, qui, dans tous les verbes, ne connoît guères que l’infinitif. »

22 Identifiables à travers le sigle ELCO, ou « Enseignement de langue et culture d’origine » : http://eduscol.education.fr/cid52131/enseignements-de-langue-et-de-culture-d-origine-elco.html (consulté le 02/05/2014).

23 En témoigne dans cet ouvrage la contribution de Alexey Kozhemiakov (« The definition of Regional or Minority languages in the European Charter for Regional or Minority Languages: theoretical and practical aspects (An example of the simulation of implementation of the Charter in the Republic of Mordovia within the Joint Programme between CoE and EU in the Russian Federation) ») sur l’expérimentation de l’application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaire de 2009 à 2012, en Russie, qui a signé de ce texte en 2001, dans certaines régions (Mordovie, Altaï et Daguestan). Cet essai, placé sous les patronages conjoints du Conseil de l’Europe, de l’Union européenne et du gouvernement russe, riche d’enseignements, n’a pas débouché sur la décision de la Russie de ratifier cette convention (zhuravsky 2013).

24 « 1. Государственным языком Российской Федерации на всей ее территории является русский язык.
2. Республики вправе устанавливать свои государственные языки. В органах государственной власти, органах местного самоуправления, государственных учреждениях республик они употребляются наряду с государственным языком Российской Федерации.
3. Российская Федерация гарантирует всем ее народам право на сохранение родного языка, создание условий для его изучения и развития
. », http://zakon.scli.ru/ru/legal_texts/all/extended/index.php?do4=document&id4=15d4560c-d530-4955-bf7e-f734337ae80b (consulté le 30/04/2013).

25 « желательность и необходимость овладения языками межнационального общения и другими языками народов РСФСР, проживающих на одной территории » (Deklaraciâ no 1808/I-I 1991 : 174).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540