Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Nommer et identifier l'un et le divers : l'exemple ouralien

La langue carélienne : modifications terminologiques. Langue ou dialecte ?

«Карельский язык : терминологические модификации. Язык или диалект?»

Svetlana Kovaleva y Aleksandra Rodionova

Resumen

Il s’agit ici de porter l’attention sur une certaine ambiguïté terminologique concernant la langue carélienne appartenant à la branche fennique de la famille des langues ouraliennes. Nous évoquons les problèmes de la répartition géographique et de la division dialectale de la langue carélienne. De nos jours, il n’y a pas d’unanimité sur le fait de savoir si la langue est divisée en parlers ou dialectes et quel est l’ensemble des plus petites unités linguistiques qui font partie de ces sous-systèmes.
Il existe une certaine cacophonie sur la définition des types de dialecte de la langue carélienne non seulement dans les sources linguistiques mais aussi dans les documents normatifs.
Nous avons également comparé les différentes traditions linguistiques russes et finlandaises.
La question de l’autodénomination et l’auto-identification ethnique des Caréliens dans la situation actuelle a été également abordée. Le groupe ethnogéographique des Caréliens se divise quoi qu’il en soit en groupes ethnolocaux plus petits, les membres desquels possèdent une claire conscience des frontières d’habitat et de parler propre.

Задача данной статьи — привлечь внимание к терминологической неопределенности в отношении карельского языка, принадлежащего к финской ветви уральской языковой семьи. Мы рассмотрим проблемы географического распределения и диалектного членения карельского языка. В настоящее время нет единого мнения по поводу деления языка на говоры, диалекты и еще более маленькие языковые единицы этих подсистем.
Существует определенная разноголосица при определении диалектных разновидностей карельского языка не только в лингвистических источниках, но и в нормативных документах.
Мы также показали в статье основное отличие отечественной и финляндской лингвистических традиций.
Вопрос о самоназванием и этнической самоидентификации карелвнынешнейситуациитожебылрассмотрен.Этногеографическая группа карелов делится на более мелкие этнолокальные группы, члены которых обладают ясным осознанием границ расселения и собственным простонародным наречием.

Texto completo

1Le carélien est une langue appartenant à la branche fennique de la famille des langues ouraliennes. La langue la plus proche du carélien est le finnois. La langue carélienne, comme d’autres langues fenniques, y compris le finnois et le vepse parlés en Carélie, est une langue agglutinante, mais avec des flexions relativement développées.

2L’histoire du développement de l’écriture carélienne permet de considérer le carélien comme une langue possédant une tradition écrite interrompue. La forme écrite du carélien a officiellement commencé son histoire à partir des années 1930, mais le développement de cette tradition a commencé plus tôt. Après une tentative infructueuse de création d’une langue carélienne littéraire unifiée à la fin des années 1930, la tradition écrite s’est interrompue pendant presque un demi-siècle. Ce n’est que vers la fin des années 1980 que de nouvelles possibilités de création d’écriture à base de l’alphabet latin sont apparues. Du point de vue de la reconstitution de l’écriture carélienne, le carélien est considéré comme une langue dont l’expression écrite est récente, car la nouvelle façon de l’écrire a été élaborée il y a seulement une vingtaine d’années. De plus, à la différence de l’expérience des années 1930, aujourd’hui l’écriture a été créée sur la base de deux dialectes : le livvi et le carélien proprement dit à l’aide de l’alphabet latin.

La division dialectale de la langue carélienne

3Dans la dialectologie finno-ougrienne russe, on distingue trois dialectes principaux de la langue carélienne : le carélien proprement dit, le lude et le livvi (ou olonetsien). Le premier est parlé par des Caréliens karjalaizet, habitant au nord et au centre de la Carélie et hors de la République. Ce sont des Caréliens de Valdaï (Novgorod), Tver et Tikhvine (Leningrad). Les locuteurs du lude se nomment Caréliens lüüdiköt (lüüdikot, lüüdilazet) et habitent sur le territoire qui s’étend le long de la rive orientale du lac Onega et ils sont voisins des Vepses au sud. Les Caréliens lüüdilazet ont beaucoup emprunté à la langue vepse. Les Caréliens livgiläzet (livviköit) qui parlent le dialecte livvi ou olonetsien occupent le reste du territoire de l’Isthme Olonetsien, qui jouxte la rive est du lac Ladoga. Dans le dialecte livvi, il y a aussi beaucoup de traits hérités de la langue vepse. Certes, d’un point de vue linguistique, les Caréliens du Sud (Onega et Olonets) sont proches, mais ils le sont d’autant plus des Vepses. Dans une certaine mesure, les Caréliens du Sud s’opposent aux Caréliens du Nord – Caréliens proprement dit, car dans leur langage il y a aussi beaucoup de points communs avec les dialectes de l’Est de la langue finnoise. Les Caréliens livgiläzet et les Caréliens lüüdilazet, à la différence des Caréliens proprement dit, n’ont jamais vécu hors des frontières de la Carélie.

  • 1 «Прuхо∂umся ƨоɞорumь о nяmu наречuях карельскоƨо языка: 1) nа∂анско-кемском (на осноɞе nлеменноƨо (...)
  • 2 «Карельскuŭ язык со∂ержum mрu наречuя: собсmɞенно-карельское (ɞ Сре∂неŭ u Сеɞерноŭ Карелuu, а mакж (...)

4La division dialectale de la langue carélienne citée là-dessus a été proposée par D. V. Bubrih. Les études scientifiques et la systématisation des données sur des différents dialectes des langues carélienne et vepse ont commencé à partir des années 1935. Un très volumineux Programme du recueil des données pour un atlas dialectologique de la langue carélienne a été publié vers 1937 et rédigé par D. V. Bubrih. Cet atlas contenait plus de 2 000 questions. Environ 150 localités ont été examinées selon ce programme. Presque toute la Carélie a été l’objet des études dialectologiques. En 1938, D. V. Bubrih a dessiné environ 200 cartes dialectologiques, qui reflétaient les particularités dialectologiques des dialectes et variétés linguistiques caréliens. En 1937 a été établie la division dialectologique du carélien. Lors de son intervention au premier colloque de linguistique sur la langue carélienne, Bubrih avait dit : « Il faut parler des cinq dialectes de la langue carélienne : 1) dialecte padany-kem qui a pour base la langue tribale karâla ; 2) dialecte de Kalinin (qui a pour base la langue tribale karâla sur un autre territoire que Padany et Kem) ; 3) dialecte de Uhta (qui a pour base la langue tribale karjala et le finnois) ; 4) livvi (qui a pour base la langue liugi) ; 5) lude (qui a pour base la langue tribale liugi et le vepse)1 » (Bubrih 1948 : 44). Par la suite, un énorme matériel dialectologique a permis à D. Bubrih de préciser le schéma de la division dialectologique du carélien : « La langue carélienne a trois dialectes : le carélien proprement dit (en Carélie centrale et Carélie du Nord, ainsi que dans les régions de Kalinin et ses régions voisines), livvi (rive orientale du lac Ladoga et Isthme Olonetsien) et lude (une zone étroite le long de l’aire est de dialecte livvi, à la proximité du lac Onega)2 » (ibid. : 44).

5Les variétés linguistiques sont assez différentes par la vocalisation finale des mots, le niveau de l’alternance des degrés des consonnes, fonctionnement de la loi d’harmonie des vocales et par certaines autres particularités phonétiques, grammatiques et lexiques (Itkonen 1971). Du point de vue de la linguistique aréale, le langage des Caréliens sur le territoire de la Carélie n’a pas de centre unifié avec des caractéristiques linguistiques divergeant progressivement. Il représente des aires définies avec des caractéristiques propres à chacune de ces aires. Ces particularités, comme cela a été indiqué ci-dessus, se reflètent dans la phonétique, la grammaire et le lexique. Dans certaines aires du carélien, on peut observer une opposition marquée, d’un côté, entre le carélien proprement dit, le lude et le livvi, de l’autre. D’ailleurs, cette opposition est tellement importante que, dans certains cas, l’intercompréhension des locuteurs de ces variétés linguistiques est difficile (Eliseev, Zajceva 2007 : 6). En même temps, le fond du vocabulaire général ainsi que les traits communs dans le système grammatical favorisent l’intercompréhension entre les locuteurs des diverses variétés du carélien.

La variété livvi

6La variété linguistique livvi se décompose en dialectes réunis dans les groupes suivants : le groupe méridional (les dialectes de Kotkozero, de Rypuškalisy, de Nekkuly, de Konduši) ; occidental (les dialectes de Tulmozero et de Vidlitsa). Le troisième groupe est le groupe septentrional avec les dialectes de Syamozero et Vedlozero. P. Zajkov donne de principaux traits caractéristiques des dialectes ci-nommés dans la préface de l’ouvrage sur le verbe dans la langue carélienne (Zajkov 2000 : 25) :

  • Le dialecte de Sâmozero est caractérisé par la présence de deux terminaisons qui se suivent dans un seul mot ;
  • Les dialectes de Rypuškalicy, de Nekkuli et de Kotkozero sont unis par la présence des diphtongues « ua », « üä », « iä », et par celle des consonnes chuintantes « š », « ž » après la voyelle « i » ;
  • Les dialectes de Vidlica et de Tulmozero se distinguent par la présence des longs « aa », « ää », « ee », qui se sont développés à partir de diphtongues ;
  • Dans le dialecte de Konduši, la voyelle finale « a », « ä » s’est transformée en « o », « ö ».
  • Le dialecte le plus septentrional du livvi est le dialecte de Sâmozero. Sur la partie est du lac Sâmozero passe la frontière livvo-lude à proximité de la rive ouest – la frontière, qui sépare l’aire linguistique livvi du carélien proprement dit (Orfinskij, Grišina 2008 : 25). La marginalité du siamozérien, son voisinage avec des Caréliens proprement dit et du peuple lude sont à l’origine du fait que ce dialecte de Sâmozero est devenu un amalgame des trois dialectes caréliens : le livvi, le carélien proprement dit et le lude. Cela se reflète surtout au niveau phonétique et se confirme aussi par des données morphologiques et lexiques. Les chercheurs finlandais distinguent dans le dialecte de Sâmozero les sous-dialectes de Sâmozero et de Munozero.

7En décrivant la variante livvi en général, le linguiste finlandais P. Virtaranta parlait des frontières géographiques assez précises de celle-ci. Au sein de cette aire, les différences entre les dialectes ne sont pas importantes. Apparemment, les Vepses ont été des habitants autochtones de l’Isthme Olonetsien, c’est pourquoi on considère que le dialecte livvi s’appuie sur le substrat ludo-vepse ou que c’est un dialecte de contact dans lequel est entré l’élément carélien proprement dit (Pyöli 1996).

La variété du carélien proprement dit

8La variété linguistique carélienne proprement dite de la langue carélienne occupe un territoire assez vaste. Il est d’usage de distinguer plusieurs groupes dialectaux : les dialectes nord-caréliens, les dialectes transitoires et les dialectes sud-caréliens (Zajkov 2000 : 27). A. Šegren, A. Genetc et K. Kar’âlajnen ont remarqué la différence entre les dialectes caréliens du Sud et ceux du Nord à la fin du XIXe siècle. Dans les années 1930, D. Bubrih a proposé de différencier les dialectes caréliens proprement dit. Il distingue celui de Padany, héritier direct de la langue ancienne carélienne, et celui d’Uhta, qui a été beaucoup influencé par le finnois (Bubrih 1932 : 16). En faisant la classification des dialectes de la langue carélienne et en s’appuyant sur ses particularités phonétiques, A. Belâkov parle des dialectes nord-caréliens, centraux, et des dialectes de Tver (Belâkov 1950). P. Virtaranta distingue les dialectes nord-caréliens ou ceux de Belomor, qui représentent la langue carélienne « pure », et ceux du Sud qui ont subi une grande influence du dialecte carélien lude et de la langue vepse. Ces derniers dialectes comprennent les dialectes transitoires et ceux du Sud, ainsi que les dialectes de la Russie centrale (Virtaranta 1972).

9Les dialectes nord-caréliens se présentent comme un complexus : les dialectes de Oulu, Kesten’ga, Tihtozero, Vyetajbol, Ouchta, Voknovolok, Kontokki. L’absence des consonnes sonores, l’usage fréquent de la consonne chuintante [s], l’absence des formes contaminées du verbe, la terminaison de la deuxième personne du pluriel à l’impératif « -k) küä », le suffixe possessif de la troisième personne au singulier et au pluriel dans les formes de l’illatif « -nse- », « -nsa- », « -s » sont caractéristiques de ce type de dialectes.

10Les dialectes sud-caréliens de la variété linguistique carélienne proprement dite sont les dialectes de Reboly, de Padany, de Rugozero, de Tunguda, de Porosozero, de Mândusel’ga. Parmi leurs traits communs, on note en particulier la présence de la diphtongue dans les formes de négation de la troisième personne du pluriel, ainsi que la possibilité de vocalisation de terminaison de troisième personne du pluriel du présent et de l’imparfait du mode indicatif. Les dialectes transitoires de la variété linguistique carélienne proprement dite sont ceux de Panozero, de Poudoj et d’Ûškozero.

  • 3 ««Проuсхож∂енuе, формuроɞанuе u разɞumuе собсmɞенно карельскоƨо наречuя mесно сɞязано с леmоnuсным (...)

11La variété linguistique carélienne proprement dite dans le plan linguistique est plus proche du finnois : « L’apparition, la formation et le développement de la variété linguistique carélienne proprement dite sont strictement liés aux chroniques de la tribu korela, qui a été identifiée depuis le premier millénaire de notre ère sur les rives nord-ouest du lac Ladoga3 » (Kočkurkina 2011 : 98).

Le lude

  • 4 ««Особенносmь лю∂uкоɞскuх ƨоɞороɞ заключаеmся ɞ mом, чmо онu сформuроɞалuсь ɞ резульmаmе наложенuя (...)

12Le territoire assez étroit occupé par le dialecte lude s’étend du Nord au Sud sur environ 200 kilomètres, de Palosel’ga à Mihajlovskoe, où les villages se suivent. À l’Ouest, la population lude voisine avec la population livvi, au Nord, avec les Caréliens proprement dit, et au Sud et à l’Est, avec des russophones. Quant à l’originalité du lude : « La particularité des dialectes ludes consiste en ce que leur formation résulte de l’interférence de deux composantes linguistiques : vepse et carélienne4 » (Krasnopol’skaâ, Orfinskij 1997 : 10). Pour le détail, le dialecte lude se distribue en variantes lude du nord, lude central, lude du Sud et lude de Mihajlovskoe. Et, comme traits communs de ce dialecte, on remarquera la densité des triphtongues ainsi que des formes syncopées et apocopées (Zajkov 2000 : 26).

13Les variantes lude du Sud et lude central ont été beaucoup influencées par le dialecte livvi, le lude du Nord par le dialecte Sud du carélien proprement dit et la variante de Mihajlovskoe par la langue vepse (Turunen 1947).

14Selon la tradition linguistique finlandaise, on parle des dialectes ludes et on les distingue de la langue carélienne, tandis que dans la tradition scientifique russe, le dialecte lude est considéré comme le sousensemble dialectal de la langue carélienne. Sa proximité avec le vepse fait que les premiers chercheurs finlandais Europeus et Arvid Genets considéraient les Ludes comme des Vepses. Le mot « lyydi » est considéré comme un emprunt du mot russe « люди » (lûdi : gens). A. Turunen distingue les dialectes proprement ludes (varsinaislyydi), les dialectes de Mihajlovskoe (Kuujärvi), de Prâža (Saavа Prääsä), de Lambasručej (Lohmoioja) et les dialectes des zones géographiques situées derrière les lacs (järventakainen murre) (Turunen 1946). Les linguistes finlandais contemporains considèrent que les dialectes de Girvas (Hirvas), Koykary (Koikari), Gallezero (Haljärvi), Svâtozero (Pyhäjärvi), Ladva (Latva) et de Mihailovskoe (Kuujärvi) font partie des dialectes ludes (Hänninen 2006).

Variété linguistique ou dialecte ?

15Dans les sources russes qui parlent de la division dialectale de la langue carélienne, on peut trouver les termes de « variété linguistique » (narečie) et de « dialecte » (dialekt). Le terme « variété linguistique » est utilisé pour la langue carélienne suivant la tradition de D. V. Bubrih. Cependant, le terme « dialecte » peut être utilisé dans le même sens. Les variétés linguistiques, selon D. V. Bubrih, se divisent en dialectes et, ces derniers, à leur tour en parlers (Bubrih 1948).

  • 5 ««ɞ насmоящее ɞремя ɞ карельском языке ɞы∂еляеmся 3 ∂uалекmа – собсmɞенно-карельскuŭ, лuɞɞuкоɞскuŭ (...)

16Ainsi, dans les travaux du célèbre chercheur sur la langue carélienne V. D. Râgoev, par exemple, dans le recueil d’articles Peuples finnois de la Russie apparaît la nomination « dialecte ». Dans l’article, consacré à la langue carélienne il écrit que : « En ce moment il existe trois dialectes de la langue carélienne : le carélien proprement dit, le livvi et le lude5 » (Klement’ev, Šlygina 2003 : 185).

17Les éditeurs du Dictionnaire de la langue carélienne (parlers de Tver’), A. V. Punzina, et du Dictionnaire de la langue carélienne (dialecte livvi), G. N. Makarov, ont aussi utilisé le mot « dialecte » dans leurs ouvrages (Makarov 1990 ; Punžina 1994). Les auteurs des dictionnaires, grammaires, manuels de la langue carélienne P. M. Zajkov, L. F. Markianova, V. P. Fedotova, T. P. Bojko utilisent le terme « variété linguistique » (Zajkov 1999 ; Fedotova 2002 ; Bojko, Markianova 2011).

18Il existe une certaine cacophonie sur la définition des types de dialecte de la langue carélienne non seulement dans les sources linguistiques mais aussi dans les documents normatifs. En effet, dès la fin des années 1980, la langue carélienne est entrée dans le système d’enseignement et donc, de nombreux actes, dispositions et programmes régularisant les fonctions de langue dans le domaine d’éducation sont apparus. Dans les documents on peut également rencontrer les deux termes : les variétés linguistiques et les dialectes de la langue carélienne.

19Il semble que le terme « variété linguistique » appliqué à la division dialectale de la langue carélienne souvent utilisé dans des travaux récents, est préférable, car ce terme définit la plus grande unité territoriale de division de la langue.

Variété linguistique (dialecte) ou langue ?

  • 6 ««Карельскuе u большuнсmɞо эсmонскuх uссле∂оɞаmелеŭ рассмаmрuɞаюm язык лю∂uкоɞ, ƨеоƨрафuческu расn (...)

20La plus grande différence dans les traditions linguistiques russe et finlandaise concernant la division dialectale de la langue carélienne vient de ce que le dialecte lude y est considéré par des linguistes finlandais comme une langue séparée qui aurait réuni les particularités des langues carélienne et vepse (Jeskanen 2011 : 352). Dans les recherches finlandaises, il s’agit successivement des parlers lude, et les données sur le lude y sont exposées séparément (Tuomo 2007 : 63). Les caractéristiques du lude ne sont pas incluses dans le Dictionnaire de langue carélienne (Karjalan kielen sanakirja), édité en Finlande. Pour l’éstonien T.-R. Viitso indique : « Les linguistes caréliens et la majorité des chercheurs estoniens considèrent que la langue du peuple lude, géographiquement située entre les langues carélienne et vepse, est un dialecte de la langue carélienne, et les Ludes eux-mêmes pensent que leur langue est carélienne6 » (Viitso 1997 : 96).

21En même temps, certains chercheurs finlandais considèrent comme des langues indépendantes d’autres dialectes de la langue carélienne. Et, pour le prouver, ils se basent sur des critères différents. P. Austin affirme que les différences phonétiques, morphologiques etc. des dialectes de la langue carélienne permettent de les considérer comme des langues différentes (Austin 2009). La création de l’écriture basée sur différents dialectes de la langue carélienne est devenue un facteur extralinguistique qui fut à l’origine de la reconnaissance des dialectes comme des langues indépendantes. Les formes écrites sont ainsi créées avec une base de dialecte livvi (dans la république de Carélie), carélien proprement dit (les parlers de Tver, dans la région de Tver et des parlers de Belomor dans la République de Carélie). De ce fait, on distingue le livvi (livvi) du carélien proprement dit (varsinaiskarjala) et belomor (vienan karjala) en tant que langues caréliennes (Jeskanen 2005).

  • 7 «Оmнесенuе… лuɞɞuкоɞскоƨо u лю∂uкоɞскоƨо языкоɞ к оm∂ельным языкам uлu ∂uалекmам о∂ноƨо языка ɞо м (...)
  • 8 «… uсnользуя более шuрокuе крumерuu, ɞ семье nрuбалmuŭско-фuнскuх языкоɞ можно ɞы∂елumь сле∂ующuе (...)

22Dans la préface de l’Atlas linguistique des langues fennique, il est indiqué que : « La prise en compte du livvi et du lude comme des langues indépendantes ou comme des dialectes d’une seule langue dépendait grandement du hasard et peut difficilement être expliqué linguistiquement7 » (Tuomo 2007 : 53). Dans cet ouvrage, il est aussi précisé qu’« en utilisant des critères plus vastes, dans la famille des langues fenniques on peut distinguer les langues et les dialectes suivants qui sont proches de langues indépendantes : le finnois, le carélien proprement dit, le livvi, le lude, le vepse, etc.8 » (ibid.). Il peut être difficile de trouver une frontière entre une langue et un dialecte. Cela s’explique par des raisons historico-linguistiques ainsi que par le fait que l’aire de diffusion des langues fenniques est relativement unifiée mais assez vaste.

Autodénomination et auto-identification des Caréliens

  • 9 «Налuчuе самоназɞанuя у ɞсех mрех ƨруnn карелоɞ Карелuu указыɞаеm на mо, чmо nре∂сmаɞumелu эmuх ƨр (...)

23Quand il s’agit de l’auto-identification, même si tous les groupes dialectaux des Caréliens ont l’autodénomination commune de « carélien », ils conservent leurs différences régionales et dialectales et gardent les autodénominations doubles. Parmi eux, seulement une partie des Caréliens, les représentants de la Carélie du Nord, sont des Caréliens qui parlent carélien ; les Caréliens livviköit sont ceux qui parlent livvi, les Caréliens lüüdiköt sont ceux qui parlent le lude, une partie des Caréliens proprement dit (Caréliens de la Carélie centrale) sont des Caréliens qui parlent le lopare. Comme le fait remarquer K. K. Loginov : « L’existence de l’autodénomination pour tous les trois groupes des Caréliens de Carélie indique que les représentants de ces groupes se distinguent de l’autre population carélienne au niveau ethnique9 » (Loginov 2008 : 94).

24Du point de vue de l’ethnologie moderne, les Caréliens de la République de Carélie forment un groupe ethnogéographique (ibid.). Le groupe ethnogéographique des Caréliens se divise en groupes ethnolocaux plus petits, dont les membres possèdent une claire conscience des frontières de l’habitat et du propre parler (ibid. : 93).

25Un de ces groupes locaux des Caréliens livviköit est un groupe ethnolocal des Caréliens de Sâmozero. Le nom de ce groupe provient du nom du plus grand lac situé sur le territoire de l’habitat des Caréliens de Sâmozero, le Sâmozero. Leur autodénomination leur a été donnée à l’origine par leurs propres voisins caréliens. La composante ethnique au sein du groupe des Caréliens de Syamozero était saami, dans la partie Sud et Est de Sâmozero, des anciens Vepses, ainsi que les Caréliens livviköit (Loginov 2008 : 95).

26À côté des Caréliens de Sâmozero est situé un groupe ethnolocal des habitants de Vedlozero, dont le nom en langue russe provient du lac le plus grand de la région, le Vedlozero.

27Parmi les Caréliens proprement dits, on distingue le groupe des Caréliens de Segozero, nom russe qui désigne également le lac situé sur le territoire de l’habitat de ce groupe (Segozero). Leur autodénomination est « Lappi », et de la part des autres Caréliens : lappalažet. Le groupe s’est formé sur la base de la composante ethnique saami, suivie par trois vagues consécutives de migrants Caréliens. Le territoire de diffusion du dialecte segozero et la géographie de l’habitat de ces locuteurs correspondent complètement (ibid.).

28Dans le cadre d’enquêtes linguistiques destinées à recueillir des données linguistiques sur la langue carélienne, et en vue de l’étude de la situation linguistique et de l’auto-identification des différents groupes des Caréliens, les auteurs des articles ont noté des particularités suivantes :

  1. En règle générale, les Caréliens lüüdiköt, qui habitent sur le territoire du village de Mihajlovskoe, Svâtozero et dans la région de Kondopožskij, se nomment eux-mêmes « Ludes », les habitants de Prâža, « Caréliens », même si, à Prâža, vivent des Caréliens livviköit et des Caréliens lüüdiköt ;
  2. Pendant l’enquête chez les Caréliens du Nord, dans la région de Louhi (Loukhi) de la République de Carélie, presque tous les informateurs ont répondu à l’unanimité qu’ils sont « Caréliens » à la question « comment vous nommez-vous ? ». Ils ont nommé les Caréliens livviköit : « les autres Caréliens ». Il faut noter qu’aucun des informateurs n’a utilisé le terme « livvi ».
  3. Les Caréliens livviköit eux-mêmes ont tendance à s’appeler « Caréliens ». Certains estiment qu’ils parlent « livvi ».

29Ainsi, donc, il existe une certaine ambiguïté terminologique concernant la langue carélienne dont l’écriture est récente, et qui est en ce moment en cours de développement. Cela concerne non seulement la division dialectale, à savoir si la langue est divisée en parlers ou dialectes et quel est l’ensemble des plus petites unités linguistiques qui font partie de ces sous-systèmes. Mais aussi cela concerne, dans une certaine mesure, la division statutaire de la langue carélienne, à savoir si ces sous-groupes de la langue sont des parlers (dialectes) ou les langues indépendantes. La question de l’auto-identification ethnique des Caréliens dans la situation actuelle mérite d’être étudiée aussi, quand, d’un côté, la charge fonctionnelle de la langue dans la société se développe, et que de l’autre, la population carélienne continue à diminuer, et donc, le nombre de personnes parlant carélien (la part des Caréliens en République de Carélie en 2002 était de 9,2 %, contre 7,4 % en 2010).

Bibliografía

Références bibliographiques

AUSTIN P. (2009), « The Karelian Phoenix », Studies in Languages, 45, Joensuu, Faculty of Humanities, University of Joensuu, pp. 19-100.

BELÂKOV A. A. (1950), Složenie i napravlenie razvitiâ karel’skogo âzyka (na materiale kalininskogo narečiâ) [Formation et axe de développement du carélien (sur la base des parlers de Kalinin)], Petrozavodsk, Rukopis’, pp. 91-115. Archives scientifiques de l’Académie des sciences de Russie, fond 1, inventaire 43, unité de dépôt 193.

BOJKO T. P., MARKIANOVA L. F. (éd.) (2011), Bol’šoj russko-karel’skij slovar’(livvikovskoe narečie) [Grand dictionnaire russe-crélien (variante livvi)], Petrozavodsk, Verso.

BUBRIH D. V. (1932), Karely i karel’skij âzyk [Les Caréliens et la langue carélienne], Moskva, Mosoblispolkom.

BUBRIH D. V. (1948), « Istoričeskoe prošloe karel’skogo naroda v svete lingvističeskih dannyh » [Passé historique du peuple carélien en fonction des données linguistiques], Izvestiâ Karelo-Finskoj naučno-issledovatel’skoj bazy AN SSSR [Nouvelles de la base de recherche scientifique finno-carélienne], Petrozavodsk, Vol. 3, pp. 42-50.

ELISEEV Û. S., ZAJCEVA N. G. (éd.) (2007), Sopostavitel’no-onomasiologičeskij slovar’dialektov karel’skogo, vepsskogo, saamskogo âzykov [Dictionnaire comparatif onomasiologique des dialectes des langues carélienne, vepse et same], Petrozavodsk, KarNC RAN.

FEDOTOVA V. P. (2002), Deskriptivnye glagoly v karel’skom âzyke [Les Verbes de description en carélien], Petrozavodsk, Periodika.

HÄNNINEN A. (2006), Karjalan kielten kartta, http://www.kotus.fi/index.phtml?s=343 (consulté le 21/04/2014).

ITKONEN T. (1971), « Aunuksen äänneopin erikoispiirteet ja aunukselaismurteiden synty » [Les particularité phonétiques du dialecte d’Olonets de la langue carélienne et la formation des parlers d’Olonets], Virittäjä, vol. 75, Helsinki, Kotikielen Seura, pp. 153-185.

JESKANEN M. (2005), « Karjalan kieli ja karjalankieliset Suomessa » [La langue carélienne et carélophones en Finlande], Monenlaiset karjalaiset. Suomen karjalaisten kielellinen identiteetti [Des Caréliens différents. L’identité linguistique des Caréliens en Finlande], Studia Carelica Humanistica, 20, Joensuu, Joensuun yliopiston humanistinen tiedekunta [Faculté des Sciences humaines de l’Université de Joensuu], pp. 215-285.

JESKANEN M. (2011), « Karjalan kieli Suojärvellä » [La langue carélienne de Suojärvie], in HÄMYNEN T. (dir.) ; KONONEN R. et ali (éds.), Omal mual, vierahal mual : Suojärven historia III [Sur la terre natale, sur la terre d’autrui. Histoire de Suojärvie III], Nurmes, Suojärven Pitäjäseura, pp. 352-357.

KLEMENT’EV E. I., ŠLYGINA N. V. (ed) (2003), Pribaltijsko-finskie narody Rossii [Les Peuples balto-finnois de la Russie], Moskva, Nauka.

KOČKURKINA S. I. (2011), Istoriâ i kul’tura narodov Karelii i ih sosedej [Histoire et culture des peuples de la Carélie et de leurs voisins], Petrozavodsk, IA Respublika Kareliâ.

KRASNOPOL’SKAÂ T. V., ORFINSKIJ V. P. (ed) (1997), Selo Sujsar’ : istoriâ, byt, kul’tura [Le Village de Sujsar’ : histoire, vie, culture], Petrozavodsk, PetrGU.

LOGINOV K. K. (2008), « Etnografičeskie zony i etničeskie granicy v Karelii » [Zones ethnographiques et frontières ethniques en Carélie], Granicy i kontaktnye zony v istorii i kul’ture Karelii i sopredel’nyh regionov. Gumanitarnye issledovaniâ. [Frontières et zones de contacts dans l’histoire et la culture de la Carélie et autour. Recherches en sciences humaines], Petrozavodsk, Karel’skij naučnyj centr RAN, pp. 88-103.

MAKAROV G. N. (ed.) (1990), Slovar’karel’skogo âzyka [Dictionnaire de la langue carélienne], Petrozavodsk, Kareliâ.

ORFINSKIJ V. P., GRIŠINA I. E. (ed) (2008), Istoriâ i kul’tura Sâmozer’â [L’Histoire et la culture de Sâmozero], Petrozavodsk, PetroGU.

PUNŽINA A. V. (éd) (1994), Slovar’karel’skogo âzyka [Dictionnaire de la langue carélienne], Petrozavodsk, Kareliâ.

PYÖLI R. (1996), Venäläistyvä aunuksenkarjala [Le Parler rusifié d’Olonets], Joensuu, Université de Joensuu.

TUOMO T. (éd.) (2007), Atlas linguarum Fennicarum. Itämerensuomalainen kielikartasto [Atlas des langues finnoises. Atlas linguistique balto-finnois], Helsinki, Suomalaisen Kirjallisuuden Seura [Société littéraire de Finlande].

TURUNEN A. (1946), Lyydiläismurteiden äännehistoria I. Konsonantit [Phonétique historique des parlers ludes, I, Les consonnes], Helsinki, Suomalais-Ugrilainen Seura [Société finno-ougrienne].

TURUNEN A. (1947), « Lyydin asema vepsän ja karjala-aunuksen välimurteistona » [Le luude comme dialecte intermédiaire entre vepse et le parler d’Olonets de la langue carélienne], Virittäjä, Helsinki, Université d’Helsinki/Kotikielen Seura [Société de la langue maternelle], pp. 1-12.

VIITSO T.-R. (1997), « Keelesugulus ja soome-ugri keelepuu » [Arbre généalogique des langues finno-ougriennes], Akadeemia 9/5, Tartu, Tartumaa Eesti, pp. 899-929.

VIRTARANTA P. (1972), « Die Dialekte des Karelischen », Sovetskoe finnoygrovedenie [Études finno-ougriennes soviétiques], 8, pp. 7-27.

ZAJKOV P. M. (1999), Grammatika karel’skogo âzyka : fonetika i morfologiâ [Grammaire de la langue carélienne : phonétique et morphologie], Petrozavodsk, Periodika.

ZAJKOV P. M. (2000), Glagol v karel’skom âzyke [Le Verbe dans la langue carélienne], Petrozavodsk, PetrGU.

Notas

1 «Прuхо∂umся ƨоɞорumь о nяmu наречuях карельскоƨо языка: 1) nа∂анско-кемском (на осноɞе nлеменноƨо языка карьяла); 2) калuнuнском (на осноɞе nлеменноƨо языка карьяла, на uноŭ mеррumорuu, чем nа∂анско-кемское); 3) ухmuнском (на осноɞе nлеменноƨо языка карьяла ɞ скрещенuu с фuнскuм языком); 4) лuɞɞuкоɞском (на осноɞе языка лuуƨu); 5) лю∂uкоɞском (на осноɞе nлеменноƨо языка лuуƨu ɞ скрещенuu с ɞеnсскuм).»

2 «Карельскuŭ язык со∂ержum mрu наречuя: собсmɞенно-карельское (ɞ Сре∂неŭ u Сеɞерноŭ Карелuu, а mакже ɞ Калuнuнскuх u сосе∂нuх месmах), лuɞɞuкоɞское (у ɞосmочноƨо nобережья Ла∂ожскоƨо озера u ∂альше ɞƨлубь Олонецкоƨо nерешеŭка) u лю∂uкоɞское (узкоŭ nолосоŭ ɞ∂оль ɞосmочноƨо края лuɞɞuкоɞскоƨо наречuя, неɞ∂алеке оm Онежскоƨо озера).»

3 ««Проuсхож∂енuе, формuроɞанuе u разɞumuе собсmɞенно карельскоƨо наречuя mесно сɞязано с леmоnuсным nлеменем корела, nрожuɞаɞшuм ɞ I-II mысячелеmuях н.э. на сеɞеро-заnа∂ных береƨах Ла∂ожскоƨо озера.»

4 ««Особенносmь лю∂uкоɞскuх ƨоɞороɞ заключаеmся ɞ mом, чmо онu сформuроɞалuсь ɞ резульmаmе наложенuя ∂ɞух языкоɞых комnоненmоɞ – ɞеnсскоƨо u карельскоƨо.»

5 ««ɞ насmоящее ɞремя ɞ карельском языке ɞы∂еляеmся 3 ∂uалекmа – собсmɞенно-карельскuŭ, лuɞɞuкоɞскuŭ u лю∂uкоɞскuŭ.»

6 ««Карельскuе u большuнсmɞо эсmонскuх uссле∂оɞаmелеŭ рассмаmрuɞаюm язык лю∂uкоɞ, ƨеоƨрафuческu расnросmраненныŭ меж∂у карельскuм u ɞеnсскuм языкамu, как ∂uалекm карельскоƨо языка, ∂а u самu лю∂uкu счumаюm сɞоŭ язык карельскuм.»

7 «Оmнесенuе… лuɞɞuкоɞскоƨо u лю∂uкоɞскоƨо языкоɞ к оm∂ельным языкам uлu ∂uалекmам о∂ноƨо языка ɞо мноƨом заɞuсело nерɞоначально оm ɞолu случая u с mру∂ом nо∂∂аеmся лuнƨɞuсmuческому обосноɞанuю.»

8 «… uсnользуя более шuрокuе крumерuu, ɞ семье nрuбалmuŭско-фuнскuх языкоɞ можно ɞы∂елumь сле∂ующuе языкu u nрuблuжающuеся nо самосmояmельносmu к оm∂ельным языкам ƨоɞоры: фuнскuŭ, собсmɞенно-карельскuŭ, лuɞɞuкоɞскuŭ, лю∂uкоɞскuŭ, ɞеnсскuŭ u m.∂.»

9 «Налuчuе самоназɞанuя у ɞсех mрех ƨруnn карелоɞ Карелuu указыɞаеm на mо, чmо nре∂сmаɞumелu эmuх ƨруnn ɞы∂елялu себя сре∂u ро∂сmɞенноƨо карельскоƨо населенuя на эmнuческом уроɞне.»

Autores

Chercheuse à l’Institut de langue, littérature et histoire du Centre scientifique carélien de l’Académie russe des Sciences, Petrozavodsk.

Chercheuse à l’Institut de langue, littérature et histoire du Centre scientifique carélien de l’Académie russe des Sciences, Petrozavodsk.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540