Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Nommer et identifier l'un et le divers : l'exemple ouralien

Dénominations endogènes et exogènes dans le domaine ouralien : langues obougriennes et samoyèdes

«Эндогенные и экзогенные наименования в уральских языках, на примере обско-угорских и самоедских языков»

Ksenija Djordjević y Jean-Léo Léonard

Resumen

La structure de la terminologie dualiste représentée par les dénominations russes et les ethnonymes autochtones est analysée ici, et les paradoxes de la catégorisation et de l’officialisation des langues ouraliennes sont mis en évidence. Un bref aperçu de la classification et des origines des langues ouraliennes précède l’analyse de deux grandes périodes de l’histoire des langues de Russie, pré-révolutionnaire et post-révolutionnaire.
En ce qui concerne les langues traitées dans cet article qui ont au moins deux noms, on peut constater un dualisme ethnonymique. Les noms des peuples ouraliens du nord de la Russie ne se laissent pas saisir de manière univoque. Il s’agit plutôt d’explorer la nature fondamentalement sérielle des dénominations ethnonymiques. Notre approche, qui converge avec celle de Gottlob Frege, consiste en définir les noms de langues davantage comme des énoncés d’identité chargés de valeurs « d’identification » et de valeurs de « représentation » variables, plutôt que comme des termes simples, de valeur dénotative ou connotative. Les réalités et les représentations sociolinguistiques constituent un immense réservoir de paradoxes et de questions qui relèvent aussi de la philosophie.
Au-delà de la question des dénominations des langues, c’est toute la question des relations historiques, politiques et culturelles entre sociétés qui se pose à travers la structuration sérielle des noms de langues.

В данной статье нами будет проанализирована структура дуалистической терминологии, представленной русскими названиями и коренными этнонимами, а также рассмотрены парадоксы категоризации и формализации уральских языков. Краткий обзор классификации и происхождения уральских языков предшествует анализу двух основных периодов истории языков России, дореволюционного и послереволюционного.
Говоря о языках, обсуждаемых в этой статье и имеющих по крайней мере два названия, мы можем отметить этнонимический дуализм. Названия уральских народов Севера России нельзя рассматриватьодносторонне.Речьидетобизучениифундаментального серийного характера этнонимических наименований. Наш подход, совпадающий с подходом Фреге Готлоба, заключается в определении названий языков как выражения идентичности, обладающей значениями «идентификации» и «репрезентации», а не как простых терминов денотативной или коннотативной окраски. Социолингвистические реалии и репрезентации составляют огромный пласт противоречий и вопросов, которые являются также предметом философии.
Помимо вопроса о названии языков, существует также вопрос об исторических, политических и культурных отношениях между обществами, который проявляется в серийном структурированиие названий языков.

Texto completo

  • 1 En effet, plusieurs hypothèses existent sur le nom même de Samoyèdes (en russe « Samodijcy », autr (...)

1Le domaine linguistique à la périphérie nord-orientale de l’espace ouralien, et plus précisément la Sibérie centrale (bassin de l’Ob, péninsule de Yamal, etc.), est entré en contact plus tardivement avec le russe que le domaine volgo-permien. Un dualisme s’est peu à peu imposé dans la terminologie entre les dénominations russes et les ethnonymes autochtones, qui reflète nombre de projections psychosociales (ou représentations sociolinguistiques) exogènes et endogènes. Comme ailleurs en domaine ouralien, certaines dénominations exogènes ont été parfois considérées comme péjoratives (à commencer par le terme de « samoyède1 »), d’autres se veulent plus neutres, en se fondant sur une topographie des territoires indigènes (Nenets de la toundra vs Nenets des forêts, par exemple).

2Par ailleurs, la diversité et la complexité de ces langues dépassent de loin les phénomènes de diversité structurelle observables au sein des autres sous-familles ouraliennes. Le découpage dans le continuum dialectal de ces langues, à des fins d’aménagement linguistique, a suivi des catégorisations, aussi bien endogènes qu’exogènes, qui reconfigurent l’espace et la territorialité de ces langues, dont les peuples partagent à bien des égards une communauté de culture matérielle.

3On étudiera ici principalement la structure de cette terminologie dualiste et les choix de découpage du continuum dialectal qui ont présidé à l’aménagement linguistique, en faisant apparaître les traits saillants dans une perspective interdisciplinaire qui ne négligera pas pour autant les structures linguistiques.

4On tentera, à travers l’observation des choix sociolinguistiques réalisés dans ces régions, de faire apparaître les paradoxes de la catégorisation et de l’officialisation de ces langues. La périphérie nord-orientale du domaine ouralien apportera un éclairage d’autant plus précieux que le contact, bien que récent, entre le russe et les langues autochtones, s’est accompagné d’une intense activité dénominative ainsi que d’une ingénierie de l’aménagement linguistique et de la description des langues, aboutissant à des construits codifiés et standardisés.

5Cette activité ne s’est pas accomplie sans malentendus et sans tâtonnements, qui ajoutent une dimension riche d’enseignements sur la question des relations interethniques, socio-juridiques et psychosociales entre langues de statuts disproportionnés dans le cadre d’une intégration multinationale comme celle de l’URSS autrefois, puis de la Fédération de Russie de nos jours.

Langues ouraliennes

  • 2 Au sens géographique du terme.
  • 3 Nous aborderons ici les principales langues encore en usage. Ainsi, par exemple, le kamas, langue (...)

6Les langues ouraliennes forment une famille de langues, au même titre que les langues indo-européennes. Comme pour ces dernières, leur implantation en Europe et en Eurasie2 est très ancienne. On distingue deux branches dans la famille ouralienne : la branche finno-ougrienne et la branche samoyède – de manière analogue à la grande division qui oppose, dans les langues indo-européennes, l’anatolien aux langues « indo-européennes » à proprement parler. Chacune de ces deux branches se subdivise à son tour. Cette subdivision est plus complexe dans la branche finno-ougrienne, car il faut y distinguer la ramification proprement ougrienne, avec comme principal représentant le hongrois, et encore la branche obougrienne, avec les langues hanti et manse, affiliables au hongrois, malgré des différences considérables de lexique et de structure grammaticale. Une autre ramification, bien plus dense, est celle du fenno-volgaïque, avec, premièrement, le groupe fenno-same (les langues fenniques : finnois, estonien, live, vote, vepse, carélien, ingrien et la langue same, que caractérise une diversité dialectale importante), deuxièmement le groupe permien (l’oudmourt, le komi zyrien et le komi permien), puis, troisièmement, le groupe volgaïque (les deux langues mari et les langues mordves, le mokša et l’éraya). La branche des langues samoyèdes suit, quant à elle, une division davantage géographique, entre les langues du Nord (nenets, énets et nganassan) et les langues du Sud (selkoup)3.

  • 4 Selon A. Marcantonio, les notions d’ouralien et de finno-ougrien restent de l’ordre du « ni vrai, (...)

7Ces langues ont toutes une origine commune : le proto-ouralien, qui se serait divisé au cours de l’histoire, selon la vision classique des comparatistes, en proto-samoyède et en proto-finno-ougrien – on notera que cette division en ligne claire est quelque peu brouillée par l’imbrication mutuelle des peuples samoyèdes et des peuples obougriens, dont les langues présentent une multitude de phénomènes de contact à tous les niveaux des structures linguistiques. Comme c’est le cas pour d’autres langues, ou familles de langues, des rapprochements autres que celui qui a cours traditionnellement dans la linguistique ouralienne, ont été proposés. Toutes sortes de nouvelles hypothèses ont parfois été avancées par des spécialistes, notamment estoniens et finlandais, comme Ago Künnap (qui a par ailleurs collecté et décrit le kamas, langue samoyède aujourd’hui éteinte) et Kalevi Wiik (cf. Marcantonio 20024 pour une révision du paradigme ouraliste). Pour notre part, nous ne remettons pas en doute la parenté linguistique ouralienne et finno-ougrienne, qui réunit dans un seul groupe « génétique » des langues aussi éloignées géographiquement que le hongrois et les langues samoyèdes, le finnois, le komi ou encore le mari, car nous jugeons les résultats du comparatisme convaincants, sinon dans le détail de la classification qui n’est en rien définitif et reste ouvert à des propositions de réagencement interne, du moins dans la régularité des changements phonétiques et l’héritage d’un fond lexical commun, ainsi que dans une continuité de structures grammaticales en morphologie et en syntaxe. Il en va tout autrement des scénarios de fragmentation et de dispersion en termes de géographie des langues, où les recherches en géolinguistique représentent un horizon encore largement à explorer et à préciser.

  • 5 Décrit, plus en détail, dans Djordjević et Léonard 2006 : 72-80, à titre de vulgarisation, sans pr (...)
  • 6 Nous retrouverons cette dénomination dans nombre de peuples oubougriens et samoyèdes dont il sera (...)

8Selon le scénario le plus communément admis5, les langues ouraliennes auraient formé une proto-communauté de chasseurs-pêcheurs sur les versants de l’Oural il y a environ 6 000 ans. Cette communauté linguistique devait déjà se diversifier de par ses orientations le long des fleuves d’Eurasie centrale : les Samoyèdes tendaient à s’étendre vers la Sibérie centrale et le fleuve Ienisseï, tandis que les populations finno-ougriennes se polarisaient vers le réseau fluvial de la Volga, où elles s’établirent probablement environ 2 500 ans avant J-C, à en croire l’existence d’un important adstrat indo-iranien. Elles y reçurent de très fortes influences du monde iranien, à travers les ancêtres des Ossètes actuels. De cette période d’iranisation, les Maris, Mordves et Oudmourtes, par exemple, ont même conservé leur dénomination empruntée à une langue iranienne (« les hommes ») – les Ludes de Carélie orientale ne font pas autrement aujourd’hui, lorsqu’ils se dénomment avec le mot russe « lûdi » pour « gens, personnes6 ». La « fédération » des peuples finno-ougriens du bassin de la Volga-Kama, dont l’ethnonymie fut marquée par le monde iranien, a éclaté ensuite sous la pression de deux poussées allogènes : les Tatars et Turco-Mongols, puis les Baltes et les Slaves. D’autre part, les Obougriens d’aujourd’hui manifestent un tropisme davantage orienté vers la Sibérie centrale et orientale, dans le sillage des Samoyèdes et de la culture de l’élevage du renne : les Hantis et les Mansis se sont donc enfoncés plus au Nord, le long du fleuve Ob en Sibérie, dans ce grand bassin que forment la péninsule de Yamal et le fleuve Ob. Un autre segment ougrien allait descendre vers les steppes du Sud et quitter résolument la toundra, en se fondant, en partie, avec les peuples turco-mongols, tout en préservant sa langue au prix de nombreux emprunts et compromis structuraux, avant de s’implanter durablement dans le bassin méso-européen des Carpates : les Magyars, ou Hongrois modernes. Le centre, lui, va par la suite éclater en trois parties : Fenno-Sames allant s’implanter en Scandinavie et sur les rives de la Baltique à l’Ouest, Volgaïques dans le bassin de la Volga-Kama et Permiens en Sibérie occidentale. Ce modèle de fragmentation et de dispersion correspond à la vision diffusionniste classique, mais il va de soi que ces peuples n’ont cessé d’être en interaction à des degrés divers, avec des échelles de subordination entre eux (par exemple, les Komis zyriènes en situation dominante relativement à d’autres peuples ouraliens voisins), et pas seulement avec les peuples iraniens, puis turco-tatars, puis baltes et slaves à l’Ouest, toungouses à l’Est de la Sibérie.

Sociétés et langues obougriennes et samoyèdes

  • 7 « Hanty-Mansijskij avtonomyj okrug. » En plus de leur district autonome, les Hantis et les Mansis (...)
  • 8 http://www.perepis2002.ru/ct/html/TOM_13_01.htm

9En ce qui concerne les langues obougriennes, le hanti et le mansi, elles sont parlées dans l’Okrug autonome des Hanti-Mansi7, dans la vallée de l’Ob. Leur parenté avec le hongrois est incontestable, malgré un éloignement géographique considérable, mais aussi de fortes divergences linguistiques. Le dernier recensement effectué en Russie en 20028 indique une population de 11 432 Mansis et de 28 678 Hantis, au total.

  • 9 «Томская обласmь».
  • 10 « Долƨано-Ненеųкuŭ аɞmономныŭ окруƨ », disparu au profit de « Таŭмырскuŭ раŭон » en 2007.
  • 11 « Ненеųкuŭ аɞmономныŭ окруƨ » et « Арханƨельская обласmь ».

10Il est intéressant de remarquer qu’il existe une continuité géographique entre le groupe obougrien et le groupe samoyède, car les voisins orientaux des Hantis sont précisément les Selkoups, population samoyède, les derniers représentants des langues samoyèdes méridionales. Ils seraient aujourd’hui 4 249, qui habitent entre l’Okrug autonome Yamalo-Nenets et l’Oblast de Tomsk9. Leur faible poids démographique place ceux-ci parmi les populations en voie de disparition, ce qui est également, et même encore davantage, le cas pour les Nganassans, dont la langue est parlée dans la péninsule de Taïmyr, plus précisément dans ce qui était autrefois appelé l’Okrug autonome Dolgano-Nenets10. Les Nganassans ne seraient plus que 834, au total. La même menace d’extinction imminente pèse sur les 237 Énets, de la toundra ou des forêts, qui habitent dans la même zone géographique. Les plus nombreux parmi les peuples samoyèdes restent les Nenets, divisés, eux aussi, entre ceux de la toundra et ceux des forêts, qui totaliseraient 41 302 personnes, essentiellement dans l’Okrug autonome Yamalo-Nenets, ainsi que dans l’Okrug Nenets et l’Oblast d’Arhangelsk11.

Standardisation des langues ouraliennes

  • 12 Cf. pour les langues volgo-permiennes (mordve, mari et oudmourt) : Djordjević 2005.

11Nombre de peuples ouraliens ont pu bénéficier dans le cadre de l’URSS d’une certaine autonomie qui a permis l’élaboration du corpus de leurs langues notamment à partir des années 192012. Cette élaboration linguistique de langues de tradition jusqu’alors orale, très diversifiées sur le plan dialectal, a posé de multiples problèmes d’intérêt général pour la sociolinguistique : choix du système d’écriture (latin ou cyrillique), choix entre l’unification ou la division en une ou deux langues littéraires, choix du dialecte de référence pour la norme unifiée ou pour chacune des deux normes littéraires, rôle des linguistes et des philologues dans le processus d’élaboration linguistique. Les participants actifs de ce processus avaient souvent deux possibilités : créer une seule langue standard à partir d’un dialecte central (on pourrait dans ce cas-là parler de standardisation synthétique, polarisée sur une variété dialectale), ou standardiser plusieurs variétés dialectales (il s’agit alors de la standardisation séparée, ou polynomique). Les deux solutions présentaient des avantages : un standard unifié est un bon moyen de mobilisation contre la russification, tandis que l’élaboration de deux ou plusieurs standards permet à chaque groupe de garder ses particularismes sans aller à l’encontre des sentiments identitaires, à défaut de favoriser la cohésion.

  • 13 « ∂ореɞолюųuонныŭ — эmо эmаn зарож∂енuя u сmаноɞленuя, nослереɞолюųuонныŭ — эmаn формuроɞанuя u ко (...)

12Ainsi, l’histoire de la plupart des langues de la Fédération de Russie, et de l’ex-URSS, dont les langues finno-ougriennes, peut être divisée en deux grandes périodes ; pré-révolutionnaire et post-révolutionnaire : « la période pré-révolutionnaire correspond à la phase de la naissance et de la formation ; la période post-révolutionnaire est celle de l’élaboration et de la codification de normes littéraires13 » (Kondraškina 2000 : 343).

  • 14 Cf. les nombreux travaux d’Eva Toulouze sur l’histoire de l’accès à la littératie chez les peuples (...)
  • 15 « лuкɞu∂аųuя неƨрамоmносmu сре∂u mех наро∂оɞ, языкu коmорых uмелu nuсьменносmь u алфабеmuзаųuя бес (...)

13La période pré-révolutionnaire, ou plutôt celle entre les deux révolutions, de 1905 et de 1917, représente un véritable tournant dans le développement des langues minoritaires en Russie, car c’est à ce moment-là que les fondements pour l’individuation des langues nationales ont été véritablement mis en place. La première révolution de 1905 a fait naître auprès de la population le désir de voir les peuples « indigènes » progresser, si bien que la Révolution de 1917 trouve un terrain déjà prêt pour réaliser l’un des objectifs majeurs de la construction du fédéralisme soviétique : élever les langues nationales, souvent de tradition orale et qui par ailleurs ont déjà connu des formes de littératie par le biais de l’entreprise missionnaire14, au rang de langues littéraires, en cooptant et en intégrant des élites locales indigènes. La décennie après la Révolution marque un grand progrès dans le domaine linguistique. Beaucoup fut alors fait pour les « petites » langues, dans la lutte contre l’illettrisme, en vue d’une éducation populaire et dans un dessein géostratégique en alliance avec des élites autochtones volontaristes (cf. Toulouze 2004). Des langues de tradition orale se sont vues dotées de systèmes d’écritures, des écoles en langues nationales ont été ouvertes, des journaux ont été lancés, les différentes cultures de l’ensemble multinational socialiste ont enfin commencé à être transmises de manière légitime aux jeunes générations. On peut retenir de cette première période de l’aménagement linguistique soviétique (de 1920 à 1930) deux objectifs principaux : « la liquidation de l’analphabétisme chez des peuples dont les langues étaient dotées d’une tradition écrite, et l’alphabétisation des langues à tradition orale15 » (Belikov et Krysin 2001 : 382). On voit ainsi le positivisme soviétique mis au service d’une linguistique appliquée laïque, dans l’élan à la fois fédéraliste et internationaliste des débuts de la révolution russe. À partir de 1930 commence le déclin – qui se poursuit de nos jours – des langues nationales face à la fonctionnalité grandissante du russe. Les politiques ultérieures s’avéreront davantage motivées par un pragmatisme de géostratégie interne à un État-nation totalitaire confronté à sa propre immensité territoriale. Il résulte de ces fluctuations politiques une succession de choix relatifs à la codification et à l’élaboration des corpora de langues par ailleurs difficiles d’accès, et peu ou mal connues.

  • 16 Les informations sur la latinisation, puis cyrillisation, de ces langues proviennent de la page in (...)
  • 17 Ces dates ne correspondent pas pour autant à la première trace écrite de ces différentes langues.

14En ce qui concerne les langues qui nous intéressent ici, elles s’écrivent toutes aujourd’hui en alphabet cyrillique, après être passées, pour certaines d’entre elles, par une courte période de latinisation. À titre d’exemple16, le mansi s’écrivait, entre 1931 et 1937, en alphabet latin, le hanti en alphabet latin depuis 1939, mais cette option fut de courte durée. C’est également le cas avec les langues samoyèdes : elles ont été d’abord latinisées, ensuite – et parfois mal – cyrillisées (ce fut le cas de la langue selkoup, pour laquelle certains spécialistes ont milité en faveur d’une relatinisation). Le passage de l’alphabet latin à l’alphabet cyrillique, qui s’est effectué rapidement, a contribué à la disparition progressive de la langue, notamment dans le système scolaire (Âzyki narodov Sibiri). Pour certaines autres, comme l’énets et le nganassan, l’alphabétisation17 a été plus tardive (années 1980-1990).

15Les choix de codification suivent tant bien que mal les contours des lignes de démarcation entre les composantes ethniques. Le polynomisme est censé remédier aux écarts structuraux entre les variétés constitutives de continuums dialectaux très diversifiés. Dans le cas du nenets, deux variétés ont été reconnues (de la toundra et des forêts), mais, de nos jours, c’est surtout la variété de la toundra qui survit, ayant plus de locuteurs que celle des forêts. L’intercompréhension entre les deux variétés est difficile. L’intercompréhension est également difficile entre les deux variétés de la langue énets, réparties aussi entre la toundra et la forêt. Pour le selkoup, la première variété standardisée fut celle du Nord, mais celle-ci étant très différente de celle du Sud, elle n’a pas été bien acceptée par les Selkoups méridionaux. Il y a eu ces dernières années des tentatives pour publier des manuels dans cette variété dialectale, notamment par l’Institut d’État de Tomsk, mais la langue est déjà en voie d’extinction avancée. Dans le cas énets, il est intéressant de mentionner, outre des problèmes d’intercompréhension entre ceux de la toundra et ceux des forêts, qu’ils ne se considèrent pas les uns les autres comme les Énets : ceux des forêts considèrent ceux de la toundra comme des Nganassans, leurs homologues de la toundra considèrent ceux des forêts comme des Nenets (Âzyki narodov Sibiri). Ces identifications et qualifications croisées entre peuples samoyèdes biaisent les résultats de nombre de recensements, puisque les catégories de références sont brouillées par des processus d’attribution identitaire non attendus. On voit combien les catégories sont construites dans des espaces décisionnels en décalage par rapport aux pratiques communicationnelles.

Dénomination et individuation terminologique

  • 18 En russe « ханmыŭскuŭ язык ».
  • 19 Mais pourrait également venir de la rivière Ob (The Red Book of the Peuples of the Russian Empire,(...)

16Les langues obougriennes et les langues samoyèdes se caractérisent par leurs dénominations multiples. Cette plurivocité des dénominations n’a rien d’anodin et traduit, paradoxalement, à la fois un éloignement et la connaissance floue que le centre a de sa périphérie sibérienne, mais aussi le haut degré d’interaction entre ces peuples et les peuples environnants, ainsi que leur mobilité territoriale. À la fois « isolement » et interactivité intense – c’est là que réside le paradoxe. Chacune de ces langues a au moins deux noms, on peut alors constater un dualisme ethnonymique : le hanti18 est également appelé l’ostyak, tandis que le mansi porte le nom de vogoul. Mais dès qu’on touche à la question des origines, de l’étymologie ou de la motivation de l’ethnonyme, la définition cesse d’être simplement duelle pour donner des séries proliférantes. Le premier terme, « hanti » ou « candi », qui est habituellement utilisé, signifie « l’homme » dans la langue éponyme. L’ancien nom – ostiak, lui, serait d’origine turque19, et a également servi pour d’autres langues de Sibérie, comme par exemple pour le selkoup, appelé à une époque samoyède ostyak. Dans la littérature scientifique, on pouvait également trouver l’appellation « Ougriens de l’Ob » (Obskie ugry) pour les peuples Hantis et Mansis (Korennye narody Severa Yamala). Le terme « ostyak » est si répandu entre Hantis et Samoyèdes qu’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’un terme en partie générique.

  • 20 En russe « мансuŭскuŭ язык ».

17En ce qui concerne la langue mansi20, plusieurs hypothèses existent sur sa dénomination. Selon l’une d’elles, le nom proviendrait, une fois de plus, du terme désignant « l’homme » – il s’agit donc d’un terme anthropogénique –, tandis que, selon une autre hypothèse le « mansi » serait « celui qui parle » (« moc’, mon’s’ »). De nos jours, on n’utilise plus le nom vogoul qui, lui, désignait aussi bien une tribu ouralienne (vokyl) que « celui qui fait partie d’une tribu, sauvage » (Âzyki narodov Sibiri).

  • 21 En russe « селькуnскuŭ язык ».

18La situation est semblable chez les peuples samoyèdes. Au Sud, le selkoup21, est également appelé le samoyède ostyak, comme nous l’avons mentionné plus haut, même si d’autres dénominations existent également : khumyt, chumyl’, khumyt, syusugulla, shösh gulla (« Ethnologue »), ou encore (sol’kup, šol’kup) : « l’homme de la taïga », terme adopté d’abord par les Selkoups du Nord, avant de commencer à s’appliquer, depuis deux décennies, également aux Selkoups du Sud (Korennye narody Yamalo-Nenetskogo avtonomnogo okurga).

  • 22 En russe « нƨанасанскuŭ язык ».
  • 23 En russe « энеųкuŭ язык ».
  • 24 En russe « ненеųкuŭ язык ».

19Le terme « nganassan22 » fut forgé en 1930, à partir d’une motivation anthropogénique « nganasa », qui signifie « l’homme », eux-mêmes s’auto-désignant comme « nya » – « camarade » (« Komitet Soveta Federacii »), ou encore sous la désignation de « tavgy, tavgi, tawgi, samoyède tawgi » (« Ethnologue »), d’origine toungouse. Le site « Ethnologue » indique comme noms alternatifs de la langue des Énets23, le samoyède de l’Ienisseï, et pour celle des Nenets24, le samoyède yurak. Avec les désignations de samoyède ostyak et de samoyède yurak, on voit comment les termes « ostyak » et « yurak » peuvent devenir des termes spécifieurs d’un terme générique – samoyède. On observe donc un chassé-croisé entre statut générique et statut spécifique de termes éthnonymiques. Le même site indique pour les Énets de la toundra comme noms alternatifs madu, somatu ou samoyède de l’Ienisseï, ce dernier nom étant partagé avec les Énets des forêts, aux côtés de « bay enets, pe-bae ». Eux-mêmes s’auto-désignent par « onaè ènečeo » qui veut dire « vrais gens » (Âzyki narodov Sibiri).

Perspectives pour une grille théorique

20Nous venons de voir que les noms des peuples ouraliens du Nord de la Russie ne se laissent pas saisir de manière univoque. À vrai dire, nous pensons que la complexité du système, ou des systèmes de dénomination de ces peuples, est en quelque sorte un cas d’école pour la philosophie du langage. Les objections de Gottlob Frege opposaient au système de logique de John Stuart Mill (1843) en sont une illustration de premier plan : si les anciens donnèrent à Vénus les deux noms différents d’« Hespherus » et de « Phosphorus », c’est précisément parce qu’ils ignoraient qu’il s’agissait d’une seule et même planète. « Phoshorus était utilisé pour désigner une planète qui, à certaines périodes de l’année, était la première à apparaître dans le ciel du matin et Hesperus une planète qui, à d’autres périodes, était la dernière à disparaître le soir » (Frege, 1994 : 102-107).

21C’est toute la question de l’univocité de cette catégorie linguistique apparemment simple du nom propre qui est remise en cause par des systèmes de dénominations aussi complexes que ceux qui nous intéressent ici. Il s’agit de savoir dans quelle mesure une dénomination renvoie de manière dénotative à un référent, relève de la désignation d’une entité individuable, ou si toute dénomination est inévitablement un complexe connotatif qualifiant, relevant du jugement – en termes psychosociaux, des représentations ou des attitudes. Si deux noms désignaient dans l’Antiquité la même planète, selon sa période d’apparition, chaque peuple du Nord sibérien est désigné par non pas seulement deux ethnonymes, mais par des séries entières, stratifiées, comme nous allons le voir, sur divers plans de référenciation : endogène, exogène (ou autonyme), géonymique (hydronymie), impliquant des séries connotatives, à travers les interprétations étymologiques, notamment. La question n’est pas de savoir si les noms des langues sont représentatifs, justifiés ou légitimes – cette question relève de champs de jugement externes à notre approche. Il s’agit plutôt d’explorer la nature fondamentalement sérielle des dénominations ethnonymiques. Autrement dit, si les langues et leurs dénominations sont des construits, la recherche doit assumer le caractère multiple, sériel, stratifié, interactif, indiciel et polysémique de ces construits. Ce qui importe est donc moins l’ontologie (ce qui définit les conditions d’existence des entités observables) ou l’axiologie (les jugements portés sur la nature des entités) de ces construits que l’architecture des relations entre composantes ou plans de la construction. De ce point de vue, notre approche converge plutôt avec celle de Gottlob Frege qu’avec celle de John Stuart Mill pour définir les noms de langues davantage comme des énoncés d’identité chargés de valeurs d’identification et de valeurs de représentation variables, plutôt que comme des termes simples, de valeur dénotative ou connotative. Ce cadre critique est résumé dans le tableau 1.

Tableau 1 - John Stuart Mill versus Gottlob Frege : éléments d’une théorie de la référence

John Stuart Mill

Dénotatif

Connotatif

référence

propriété (qualification)

désignation d’un individu

prédication (attribution et jugement)

Gottlob Frege

Énoncés d’identité

Énoncés d’identité

valeur d’identification

valeur de représentation

relation (équation ?)

dénotation

Sinn

Bedeutung

22Une manière simple d’opérer une dichotomie en deux grandes classes de dénominations consiste à distinguer, d’une part, une nomenclature des identifiables, relevant en quelque sorte de la cartographie mentale et administrative, qui permet de localiser les populations et, d’autre part, une nomenclature des individuables, en termes de catégories d’objets de discours et de construction des savoirs et des représentations. Cette division correspond dans les grandes lignes à celle esquissée dans le tableau entre les énoncés d’identité et les énoncés de représentation de Frege. La série des identifiables distribue les séries ethnonymiques sur des palliers référentiels, entre un niveau générique (Samoyèdes, Ostyaks, Youraks), en haut de la hiérarchie, et un niveau de référenciation géonymique à mi-pallier, motivé soit par l’hydronymie (les noms de fleuves), soit par le biotope (toundra contre taïga ou forêt sibérienne). Suivent deux niveaux d’hétéronymie (opposable à l’autonymie), correspondant aux dénominations exogènes, qui se déclinent sur deux axes : vertical (« Ostyaks », « Voguls »), selon l’usage russe, et horizontal, entre peuples du Nord (Tavgi, nom donné aux Nganassans par leurs voisins de langue toungouse). Le niveau suivant de la série des identifiables est celui des autonymes anthropocentriques (ex. « Nenets », « Énets », « Nganassans » de motivation anthropocentrique = « les hommes », « les gens »), dont la diversité apparente est due à l’application ou à la non-application d’une contrainte phonologique élémentaire dans les langues samoyèdes, qui veut que les mots à initiale vocalique soient précédés d’une consonne nasale prothétique, dentale ou vélaire selon les dialectes (enets => n-enets ; enetsen => ng-anasan).

23La série des identifiables a trois motivations : a) l’affiliation, b) la fonction opératoire, c) l’attribution. Ces trois facteurs d’individuation participent tous, à la différence des facteurs d’identification, à des degrés d’intensité variables, à la multiplicité des dénominations (prolifération sérielle, pour reprendre les termes de Deleuze et Guattari, 1975). Cet ordre est probablement le plus adéquat, en termes de hiérarchisation : ces termes servent en effet d’abord à s’affilier, ensuite à travailler le concept ou les données du concept (la langue, le peuple, l’ethnie, le secteur social, la catégorie ethnopolitique ou sociologique, etc.), enfin à lui attribuer des propriétés chargées de valeurs sur le plan psychosocial. Les séries individuantes se manifestent ainsi sous trois formes : les dénominations intra-ethniques à motivation clanique, les nomenclatures dialectologiques, les séries étymologiques et interprétatives. Cette stratification est résumée dans le cadre ci-dessous (encadré 1).

Encadré 1 - Nomenclature des identifiables et des individuables

Nomenclature des identifiables

Générique (Samoyèdes, Ostyaks, Youraks)
Géonymie, ou référenciation biotopique (polarité toundra/forêt sur axe nord-sud, sur deux ceintures de végétation), hydronymie.
Hétéronymie verticale (Ostyaks, Voguls)
Hétéronymie interethnique (Tavgi)
Autonyme anthropocentrique ou ethnocentrique (Nenets, Énets, Hantis, Nganassans)

Nomenclature des individuables

Dénominations intra-ethniques à motivation clanique
Séries dialectologiques
Séries étymologiques et interprétatives

24La profusion de dénominations et d’entités s’explique par cette organisation d’ailleurs moins stratifiée que réticulée (c’est-à-dire concevable à l’aide d’un treillis de concepts en interaction plutôt qu’à l’aide d’une arborescence). Le tableau 2 reprend les différents niveaux de catégorisation décrits dans ce qui précède, pour les langues ouraliennes du nord-ouest de la Sibérie.

Tableau 2 - Stratification des dénominations désignant les langues et les peuples ouraliens du Nord

Tableau 2 - Stratification des dénominations désignant les langues et les peuples ouraliens du Nord

25La première série, celle des identifiables, est bien connue dans les grandes lignes, et nécessite peu de commentaires. Les dénominations qui relèvent de ce niveau ont une valeur quasiment balistique, ou de repérage, de simple localisation. La deuxième série, en revanche, celle des individuables, est la plus pertinente pour la sociolinguistique, mais aussi pour la philosophie du langage, qui aurait tort de reléguer ce paradigme à une périphérie empirique de la connaissance, à une épistémè relevant de la doxa. C’est à la philosophie que revient d’extraire l’essence des observables (ici, des catégories psychosociales), pour forger des concepts et ses énoncés sur la substance et la forme des idées, tout comme l’art extrait l’essence des percepts et des affects pour construire des énoncés figuratifs ou des figures (Deleuze et Guattari 1991). Or, de ce point de vue, la réalité du fait « Énets » par exemple, en tant que concept ethnopolitique ou ethno-social, voire en tant que concept politique et social tout court, ne se trouve pas dans les dénominations elles-mêmes, de quelque niveau que ce soit, mais entre les dénominations, dans un treillis de relations, d’interactions et d’implications entre les termes. Ainsi, si les Samoyèdes de l’Ienisseï, autrement dit, les Énets – population estimée à environ 200 individus à titre purement indicatif, voire franchement abstrait – se laissent décrire, selon la dichotomie relative au biotope entre Énets de la toundra et de la taïga, comme les Nenets, les autonymes individuants de la série clanique sont irréductibles à cette division de rang intermédiaire. Si les Énets se réclamant du clan des Maddu (Samoyèdes de la Chantayka) se rangent docilement dans la case des Énets de la toundra, et ceux du clan des Yutchi dans celle des Énets de la forêt, ce ne sont cependant pas des entités discrètes qui viennent ainsi se placer dans les cellules d’une grille d’analyse, mais des réseaux d’intermariages, d’intérêts, d’affinités et de métiers liés aux activités traditionnelles ou exogènes. Le clan Bay de la Bajicha par exemple se répartit sur les deux biotopes, comme le suggère l’encadré 2 ci-dessous.

Encadré 2 - Nomenclature des identifiables et des individuables

Encadré 2 - Nomenclature des identifiables et des individuables

26Cet exemple illustre les apories de l’appréhension par les sciences humaines de la finesse du grain relevant du facteur de l’affiliation dans la nomenclature des individuables. On pourrait appliquer à chaque peuple du Nord cette grille d’analyse, comme ci-dessous pour le mansi, dont nous allons ensuite tamiser le grain des séries proliférantes, notamment d’ordre dialectologique, aux côtés du hanti.

Tableau 3 - Application de la grille des strates dénominatives au vogoul (mansi)

Mansi/Vogoul

Taxinomie moderne

Générique

Obougrien

Historique

Yougra
(Chronique Novg. 1096)

Hétéronyme vertical

Vogul

Hétéronyme interethnique

Vogul
(orig. Komi, diffusé chez les Hantis)

Groupe humain

Autonyme

Maańśi (maahun)

Langue

Maańśi (latyng)

Géonymie

-

Hydronymie

Konda, Lovza, Pelym, Sosva, Tavda

Phratries

(anciennement) Mos et Por (totems : lièvre et ours)

Contacts

500> mots komis dans le dialecte méridional

(d’après Hajdú et Gheno 1992 : 34-40, remanié)

27L’encadré 3 détaille une nomenclature dialectologique comme celle proposée par Hajdú et Gheno dans leur manuel de linguistique ouralienne. Nous avons repris sous forme de matrice à bandes (encadré 3) les configurations telles qu’elles se présentent, grosso modo, dans les pages de ce manuel.

28La nomenclature dialectologique fournit un exemple de comment sont construites les catégories relevant de la fonction opératoire qui travaille la classe des individuables. Nous prendrons comme exemple les dialectes de langues obougriennes, le mansi – ou le vogoul –, et le hanti – ou ostyak.

Encadré 3 - Dialectes mansi et hanti

Encadré 3 - Dialectes mansi et hanti

(d’après Hajdú et Gheno 1992 : 40 et 49)

29On assiste, dès qu’il est question de classification dialectale, à une prolifération d’entités ethnolinguistiques, définies par les tracés d’isoglosses et les matrices de traits dialectaux qui permettent de les tracer. Ces entités correspondent peu ou prou aux catégorisations épidialectologiques des locuteurs eux-mêmes et sont susceptibles de varier selon le type de matrice utilisée (phonologique, morphologique, lexicale). Le mansi compte ainsi douze dialectes pour une population vogulophone estimée à moins de 3 000 locuteurs. Paradoxalement, les dialectes septentrionaux du mansi et du hanti attestent des convergences parallèles, tandis que les dialectes hanti du Nord et du Sud divergent autant que des langues fenniques entre elles (par ex. le finnois et l’estonien ou le vepse), à en croire les ouvrages de vulgarisation (Kulonen 1991 : 260). Il y a là un champ de tension conceptuelle sur les notions de continuum structural, d’identité ethnolinguistique, de représentations psychosociales, de champs d’intercompréhension, de réticularité des réseaux de communication et d’alliances sur le plan anthropologique qui posent à la philosophie du langage des questions dépassant de loin les constats triviaux que le spécialiste peut faire sur le strict plan empirique et en termes, nécessairement approximatifs, de divulgation ou de vulgarisation. La trame des entités discrètes en sociolinguistique, en dialectologie et en ethnolinguistique pose des problèmes autrement épineux que la dualité Hespherus/Phosphorus pour dénommer la planète Vénus dans l’Antiquité. La dernière nomenclature individuante mentionnée dans la liste de l’encadré 1 était celle des séries étymologiques et interprétatives. Il suffit de penser à l’interprétation mentionnée dans la note 1 du présent article, relevant de l’étymologie populaire, selon laquelle le terme Samoyède s’analyserait en russe comme une prédication de type « manger soi-même », connotant le cannibalisme et confortant les représentations stéréotypées faisant des peuples du Nord des « sauvages », plus précisément des cannibales, alors que d’autres étymologies plus probables rattachent cet ethnonyme à un radical sam-analogue à celui attesté dans Same (Sapme, saame) de Laponie. On explore là le champ des représentations en termes d’attribution psychosociale, ou de projections délirantes. Il n’en reste pas moins que ce champ exploratoire est riche en indices sur les relations de pouvoir et les antagonismes historiques entre peuples en contact.

30Nous venons de passer en revue les principales structures qui charpentent les nomenclatures identifiantes et individuantes des sociétés et des langues des peuples ouraliens de la Sibérie occidentale, ou peuples ouraliens du Nord. Cette description avait pour objectif de sérier des ordres de grandeur présidant à la construction des noms de langue et de variétés dialectales, et de leur discrétisation sur différents plans. Mais notre visée ultime relevait en réalité davantage d’un niveau d’abstraction supérieur que de la simple description triviale. Toute langue et toute société où cette langue est en situation d’usage ou de co-usage dans un contexte plurilingue se trouve donc au centre d’une constellation comme celle esquissée dans le cadre ci-dessous (encadré 4) : la totalité complexe représentée par la relation langue et société ou langue et communauté se trouve au centre d’un carré sémiotique à quatre plans. En haut, un plan générique, sas d’entrée dans un champ de tensions référentielles, sémantiques et idéologiques. À gauche et à droite, deux versants, respectivement de motivation endogène ou exogène (bien que des passerelles et des courants rendent cette dichotomie somme toute relative, ce que nous indiquons avec des caractères en grisé), entre facteurs identifiants et facteurs individuants. Enfin, en bas de ce cadre se trouvent les catégorisations en sous-séries sociolectales (pour ne pas dire « dialectal » et encore moins « ethnolectal »), potentiellement proliférantes : catégories diasystémiques de la dialectologie structurale (nous englobons sous ce terme la pratique des tracés d’isoglosse, qui présuppose nécessairement la construction de matrices de traits structuraux en amont) et catégories épidialectologiques (les cartes mentales et les représentations de dialectologie perceptive des locuteurs, davantage en relation avec le volet droit du cadre (encadré 4).

Encadré 4 - Constellation des logiques dénominatives pour les langues ouraliennes du Nord

Exogène

Générique

Endogène

Hétéronyme

Autonyme

Géonyme

Langue/société

Hydronyme

Séries étymologiques

Séries claniques

Diasystémique

Epidiasystémique

31On voit que les noms de langues ne sont pas seulement des construits classifiants : ce sont des nexi, ou des nœuds polyvalents et hybrides qui ne satisfont que de loin les exigences d’une authentique taxinomie, sur le plan strictement structural. Si ce sont bien des classes, alors ce sont des classes fluides, poreuses, fluctuantes, approximatives, qui condensent de multiples dimensions de l’histoire, de la territorialité et de la vie sociale de ces populations. Des classes hybrides qu’il convient de manier avec prudence. Cette remarque devrait inciter à multiplier les précautions au moment de répertorier les ethnonymes et les peuples qui leur sont corrélés dans des bases de données. Les facteurs de médiation doivent être pris davantage en compte que les facteurs de tri et de séparation taxinomique, car selon les termes de Bruno Latour, on a davantage affaire ici à des « réarrangements hétérogènes » qu’à des « totalités systématiques » (Latour 1991 : 99). On ne saurait également ignorer les leçons de l’analyse stratégique, appliquée à la taxinomie ethnonymique (Beauvallet 2009) : non seulement les indicateurs quantitatifs doivent être maniés avec discernement et sens critique dans l’analyse des systèmes sociaux, mais que dire d’indicateurs plaqués sur des catégories labiles, approximatives, biaisées, décalées ou erronées ?

Conclusion

32La question d’Hespherus et de Phosphorus n’est pas seulement un problème central en sémantique et en philosophie du langage : en sociolinguistique, elle transcende des questions triviales comme celle de l’opposition langue/dialecte. Les réalités et les représentations sociolinguistiques constituent un immense réservoir de paradoxes et de questions qui relèvent de la philosophie en tant qu’activité qui conçoit, forge, bat, réchauffe, refroidit, affine, tourne et retourne, fusionne, sépare, relie, délie, configure et organise des concepts (cf. Deleuze et Guattari 1991). Quelle est la référence d’un terme clanique, dialectologique, glottopolitique ? Quelles sont les coordonnées multiples qui trament la signification comme un réseau de relations ? En quoi toute signification est-elle à la fois référenciation et représentation, séparation ou fusion partielle ou totale, imbrication sérielle (ou sériation), réduction et prolifération ?

33Au-delà de la question des dénominations des langues, de l’essentialisme de l’ethnogenèse et des représentations psychosociales entre autochtones et allochtones, c’est toute la question des relations historiques, politiques et culturelles entre sociétés et secteurs interactifs des sociétés qui se pose à travers la structuration sérielle des noms de langues. Lorsque nous prenons conscience de la complexité des observables, de leurs réseaux d’implications, du feuilletage de leur stratification et de la richesse de leurs connexions, nous réalisons que les sciences sociales doivent dépasser le seul point de vue taxinomique binaire pour rendre compte du grain fin des implications, de la trame des phénomènes et des relations qui permettent de catégoriser les faits sociaux, les différences et les convergences, les affinités et les imbrications entre les observables. Elles doivent dépasser le simple niveau de réification pour saisir des complexes relationnels, pour rendre compte de la fluidité des lignes de division et des tracés qui composent les figures du réel. Il est d’autant plus important de prendre conscience que la nomenclature n’est pas la société et ses segments, pas plus qu’une carte n’est le territoire, que le nouvel âge des sciences sociales qui est le nôtre, caractérisé par l’élaboration et l’exploitation de bases de données, fait courir le risque à la recherche de fonctionner dans un univers parallèle de construits décalés, désocialisés, déterritorialisés, décontextualisés. Un monde hyperstructuraliste saisi par le vertige des corrélations et des montages encyclopédiques instantanés, qui risquerait de perdre de vue le facteur humain. Ce facteur humain qui fait qu’on ne comprend guère la situation des Nenets de la forêt sans envisager leurs relations aux Hantis et aux Nenets de la toundra, qu’on ne saurait catégoriser les sociétés dites autochtones essentiellement comme des secteurs ethniques d’une société globale, alors que toute société n’est jamais unaire, ni seulement duelle ou trielle, mais multiple, multipolaire, multiforme et multisource. Ni les langues ni leurs locuteurs ne sont des objets.

Bibliografía

Références bibliographiques

BEAUVALLET M. (2009), Les Stratégies absurdes. Comment faire pire en croyant faire mieux, Paris, Le Seuil.

BELIKOV V. I. et KRYSIN L. P. (2001), Sociolingvistika, Moskva, Institut « Otkrytoe obšestvo ».

DELEUZE G. et GUATTARI F. (1975), Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit.

DELEUZE G. et GUATTARI F. (1991), Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit.

DJORDJEVIĆ K. (2005), « Les revendications linguistiques de Mordves, des Maris et des Oudmourtes avant et après la Révolution d’octobre 1917 du point de vue de la standardisation », Actes du colloque L’Éveil des nationalités et les revendications linguistiques en Europe (1830-1930), Paris, L’Harmattan, pp. 89-102.

DJORDJEVIĆ K. et LÉONARD J.-L. (2006), Parlons mordve (une langue finnoougrienne de Russie, Paris, L’Harmattan.

FREGE G., (1994), « Sens et dénotation », dans Écrits logiques et philosophiques, trad. C. Imbert, Paris, Le Seuil.

HAJDÚ P. et GHENO D. (1992), Introduzione alle lingue uraliche, Turin, Rosenberg & Sellier.

KONDRAŠKINA E. (2000), « Mordovskie âzyki : mokša, èrzâ » [Les langues mordves : le mokša et l’èrzâ], dans MC KONNELL et al., Pis’mennye âzyki mira. Âzyki Rossijkoj Federacii. Sociolingvistieskaâ ènciklopediâ. kniga 1 [Les Langues écrites du monde. Les langues de la Fédérationd de Russie. Encyclopédie sociolinguistique. Livre 1], Moscou, Rossijskaya akademiya nauk, pp. 318-344.

KULONEN U.-M. (1992) « Obinugrilaiset » [Les langues ob-ougriennes], dans LAAKSO J., Tietoa suomen sukukielistä ja niiden puhujista [Informations sur les langues ouraliennes et leurs locuteurs], Porvoo, WSOY, pp. 236-254.

LATOUR B. (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

LUDWIG P. (éd.) (1997), Le Langage. Vade-Mecum, Paris, Flammarion.

MARCANTONIO A. (2002), The Uralic Language Family. Facts, Myths and Statistics, Publications of the Philological Society, no 35, Oxford/Boston, Blackwell.

TOULOUZE E. (2002), Culture de l’écrit et identité nationale chez les Oudmourts (depuis les débuts jusqu’en 1940), Thèse de doctorat, Paris, INALCO.

TOULOUZE E. (2004), « The beginning of literacy and literature among the Toundra Nenets », Journal de la Société Finno-Ougrienne, no 90, pp. 215-229.

TOULOUZE E. (2005), « Irinah Šemanovskij et la mission d’Obdorsk : une page de l’évangélisation des Khantys et des Nenets », Études Finno-Ougriennes, no 37, pp. 29-62.

Sites web

Ethnologue, http://www.ethnologue.com

Komitet Soveta Federacii po delam Severa i malocislennyh narodov, http://severcom.ru/nations/item25.html

Korrenye narody Yamalo-Nenetskogo avtonomnogo okruga, http://adm.yanao.ru/

The Red Book of the Peoples of the Russian Empire, http://www.eki.ee/books/redbook/introduction.shtml

Âziki narodov Sibiri, http://lingsib.iea.ras.ru/ru/languages/mansi.shtml

Notas

1 En effet, plusieurs hypothèses existent sur le nom même de Samoyèdes (en russe « Samodijcy », autrefois « Samoedy »). L’hypothèse la plus probable est que cette dénomination proviendrait de l’expression « saam-jedna » : « terre des Sames » (« Korrenye narody Yamalo-Nenetskogo avtonomnogo okruga »). L’hypothèse la plus fantaisiste veut que ce nom désigne « ceux qui se mangent entre eux », autrement dit, elle fait passer les peuples samoyèdes pour des anthropophages ; elle est de nos jours considérée comme incorrecte et surtout très péjorative. Selon une troisième hypothèse, le mot « samoyède » aurait pour origine le mot « Somatu », qui désigne un peuple samoyède parmi d’autres : les Énets.

2 Au sens géographique du terme.

3 Nous aborderons ici les principales langues encore en usage. Ainsi, par exemple, le kamas, langue aujourd’hui disparue, ne fait pas partie de notre corpus.

4 Selon A. Marcantonio, les notions d’ouralien et de finno-ougrien restent de l’ordre du « ni vrai, ni faux », mais tout son argumentaire est fondé sur l’accumulation d’étymons comparatifs, avec peu d’égards pour les questions de cohérence structurale, qui militent en faveur de la parenté génétique de ces langues (cf. Djordjević et Léonard 2006 : 65-67). Depuis la dissolution de l’URSS, des thèses aventureuses ont fleuri de tous côtés sur les langues ouraliennes – notamment l’idée d’un statut de lingua franca pour le proto-ouralien chez le Finlandais Kalevi Wiik.

5 Décrit, plus en détail, dans Djordjević et Léonard 2006 : 72-80, à titre de vulgarisation, sans préjuger pour autant de notre adhésion à ce modèle classique d’archéolinguistique.

6 Nous retrouverons cette dénomination dans nombre de peuples oubougriens et samoyèdes dont il sera question plus loin, conformément à un procédé ethno-et anthropocentrique très répandu dans le monde.

7 « Hanty-Mansijskij avtonomyj okrug. » En plus de leur district autonome, les Hantis et les Mansis habitent également en partie dans l’Okrug autonome Yamalo-Nenets (« Âmalo-Neneckij avtonomyj okrug »), voisin.

8 http://www.perepis2002.ru/ct/html/TOM_13_01.htm

9 «Томская обласmь».

10 « Долƨано-Ненеųкuŭ аɞmономныŭ окруƨ », disparu au profit de « Таŭмырскuŭ раŭон » en 2007.

11 « Ненеųкuŭ аɞmономныŭ окруƨ » et « Арханƨельская обласmь ».

12 Cf. pour les langues volgo-permiennes (mordve, mari et oudmourt) : Djordjević 2005.

13 « ∂ореɞолюųuонныŭ — эmо эmаn зарож∂енuя u сmаноɞленuя, nослереɞолюųuонныŭ — эmаn формuроɞанuя u ко∂uфuкаųuu лumераmурных норм. » (trad. K. Djordjević).

14 Cf. les nombreux travaux d’Eva Toulouze sur l’histoire de l’accès à la littératie chez les peuples ouraliens de Russie, aussi bien de la Volga que dans le nord (notamment Toulouze 2002, 2005).

15 « лuкɞu∂аųuя неƨрамоmносmu сре∂u mех наро∂оɞ, языкu коmорых uмелu nuсьменносmь u алфабеmuзаųuя бесnuсьменных языкоɞ » (trad. K. Djordjević).

16 Les informations sur la latinisation, puis cyrillisation, de ces langues proviennent de la page internet sur les peuples du nord démographiquement faibles : http://severcom.ru/nations/item25.html

17 Ces dates ne correspondent pas pour autant à la première trace écrite de ces différentes langues.

18 En russe « ханmыŭскuŭ язык ».

19 Mais pourrait également venir de la rivière Ob (The Red Book of the Peuples of the Russian Empire, 2010).

20 En russe « мансuŭскuŭ язык ».

21 En russe « селькуnскuŭ язык ».

22 En russe « нƨанасанскuŭ язык ».

23 En russe « энеųкuŭ язык ».

24 En russe « ненеųкuŭ язык ».

Índice de ilustraciones

Título Tableau 2 - Stratification des dénominations désignant les langues et les peuples ouraliens du Nord
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6691/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 94k
Título Encadré 2 - Nomenclature des identifiables et des individuables
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6691/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 72k
Título Encadré 3 - Dialectes mansi et hanti
Leyenda (d’après Hajdú et Gheno 1992 : 40 et 49)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6691/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 161k

Autores

Maître de conférences en sciences du langage, Université Paul-Valéry, Montpellier, DIPRALANG.

Maître de conférences en sciences du langage, Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle, Institut universitaire de France.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540