Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Applications catégorisantes au russe en situation minoritaire

L’emploi de la notion de « langue officielle » à propos du russe au Kirghizstan post-soviétique

«Употребление понятия “официальный язык” по отношению к русскому в постсоветском Киргизстане»

Inna Masdier

Résumé

Nous tentons ici de répondre aux interrogations suscitées sur le rôle de la langue russe et la perception de la notion de « langue officielle » au Kirghizstan postsoviétique. Dans la première partie de l’article, l’analyse se porte sur la politique linguistique menée par l’Empire russe et ensuite par l’État soviétique jusqu’à 1989, ce qui permet de mieux comprendre les origines de la situation actuelle du conflit ethnolinguistique et les conséquences de l’» édification linguistique » caractérisées par une certaine ambiguïté. Suite à la politique intensive de russification, le russe est devenu langue dominante tandis que les autres langues nationales, comme le kirghiz, sont devenues langues dominées. Cette situation illustre bien des rapports diglossiques dans une situation de plurilinguisme et révèle des tendances contradictoires.
Dans un deuxième temps, un aperçu historique de la situation linguistique pendant la période postsoviétique est dressé. Cette recherche permet de mieux comprendre les nuances des notions de « langue officielle » et de « langue d’État » ainsi que les raisons d’une nouvelle répartition fonctionnelle entre les langues en présence. Il s’agit aussi d’examiner dans quelle mesure elle est réelle ou symbolique en nous appuyant sur les textes des lois kirghizes.

В данной статье мы попытаемся ответить на вопросы о роли русского языка и восприятии понятия «официальный язык» в постсоветском Кыргызстане. В первой части статьи анализ сосредоточен на языковой политике Российской империи, а затем Советского государства до 1989 г., что позволяет лучше понять истоки нынешней ситуации этнолингвистического конфликта и последствия «языкового строительства», характеризующиеся определенной неоднозначностью. После интенсивной политики русификации русский язык стал доминирующим языком, в то время как другие национальные языки, например киргызский, стали доминированными. Эта ситуация отлично иллюстрирует отношения диглоссии в ситуации многоязычия и отражает противоречивые тенденции.
Во второй части мы дадим исторический обзор языковой ситуации в постсоветский период. Это исследование позволяет лучше понять нюансы понятий «официальный язык» и «государственный язык» и причины нового функционального разделения между языками. Также будет рассмотрено, в какой степени это разделение реально или символично на материале текстов законов Кыргызской Республики.

Texte intégral

1En 2010, après plusieurs années d’indépendance, le Kirghizstan a accordé au russe un statut de langue officielle approuvée par la nouvelle Constitution de cette République. Cette prise de décision difficile a été le résultat de longs débats politiques. Dans le contexte d’instabilité politique actuelle dans ce pays, la question du statut de la langue russe reste extrêmement sensible pour la majorité de la population du pays et ce débat continue depuis de longues années, depuis le moment où le Kirghizstan s’est détaché du bloc soviétique.

2Notre étude essayera de répondre aux interrogations suscitées par cette question : quel est le rôle de la langue russe et comment la notion de « langue officielle » est perçue au Kirghizstan postsoviétique ?

Les prémisses historiques de la politique linguistique de la période postsoviétique

3Il convient tout d’abord d’étudier la politique linguistique menée par l’Empire russe et ensuite par l’État soviétique jusqu’à 1989 pour mieux comprendre les origines de la situation actuelle. Cette période a été suffisamment bien étudiée et décrite par les chercheurs soviétiques et par ceux de la nouvelle génération, sans oublier les spécialistes étrangers (Isaev 1978, 1979, Dešeriev 1968, 1976, Omuraliev 2004, Orusbaev 2006, Gavrilov 2008, Ro’i 1984, Bacon 1980, Imart, Dor 1982, Rollan 2006, Peyrouse 2008). Cela nous permet d’avoir une vision assez vaste des étapes de cette politique et des effets qu’elle a produit sur la communauté linguistique de la région centrasiatique et particulièrement du Kirghizstan.

  • 1 Le Turkestan (turc : Türkistan, littéralement le « Pays des Turcs ») est l’ancien nom attribué à u (...)

4Ainsi, avec le rattachement du Turkestan1 à l’Empire russe on constate les débuts d’une immigration russe. À la fin du XIXe siècle, dans la partie nord du Kirghizstan actuel, on comptait approximativement 150 000 personnes d’origine slave (Imart, Dor 1982 : 51). Néanmoins, la politique coloniale de la Russie impériale n’a pas de rapport direct avec la situation linguistique actuelle du pays, car ce n’était qu’un germe et un élément de départ des caractéristiques de la politique linguistique après la Révolution d’octobre.

5C’est l’arrivée des bolcheviques au pouvoir qui a produit un bouleversement immédiat dans la politique linguistique des peuples de cette région et de tout l’État « socialiste » (Imart, Dor 1982 : 10). Le but de la révolution était la transformation totale de la société. Sa réalisation était possible à condition de créer une mentalité nouvelle en gagnant les populations à la nouvelle idéologie. Dans les territoires peuplés de Russes, cela ne représentait aucune difficulté du point de vue linguistique, mais la situation changeait complètement lorsqu’il s’agissait de la population parlant une autre langue, d’autant plus que cette langue avait une structure différente. Deux solutions pouvaient être envisagées : 1) « russifier ceux dont on voulait faire des citoyens de l’État “socialiste” » (ibid.) ou 2) utiliser les langues locales pour promouvoir les nouvelles idées dans les délais les plus courts. Or, à l’époque, la première solution était inapplicable car elle ne prévoyait des résultats qu’à long terme. Donc, l’apprentissage des langues locales était le seul moyen, même si cette tactique n’était pas la plus simple car cela nécessitait également la modernisation et la normalisation de ces langues afin qu’elles puissent accomplir la mission qui leur était attribuée (ibid. : 11). Au Turkestan, ce problème était amplifié par l’absence de frontières ethniques et linguistiques précises (Čotaeva 2003 : 263).

  • 2 En avril 1924, on a adopté une résolution à propos de la délimitation de territoires en Oblast aut (...)

6De ce fait, on a d’abord effectué la division territoriale des peuples de l’Asie centrale. Ainsi, on constate l’apparition de l’Oblast autonome Kara-Kirghiz2 qui, par la suite, devint une République fédérée (1936). La démarcation territoriale était accompagnée de la réforme de l’écriture arabe utilisée parmi les peuples centrasiatiques. Ainsi, en 1924, une variante modifiée de l’arabe a été élaborée également pour la langue kirghize. Mais, déjà en 1929, le kirghiz a connu la propagation de l’alphabet latin et, en 1940, on a remplacé ce dernier par l’alphabet cyrillique. Concernant l’emploi de l’alphabet latin, certains pensent que cette réforme avait pour but, non seulement de lutter contre l’analphabétisme (Isaev 1979 : 50-58), mais il avait aussi une connotation politique afin de limiter l’influence religieuse du monde musulman où l’arabe était le moyen principal de la transmission de la religion islamique (Omuraliev 2004 : 97), et « ainsi rompre la solidarité “musulmane” et amorcer la déculturation par coupure radicale avec les sources traditionnelles » (Imart, Dor 1982 : 99). Cependant, les visées politiques de l’« État-Parti » (ibid. : 98) allaient encore plus loin car, en créant les langues littéraires nationales, on cherchait à les fusionner « en une seule langue commune avec une seule culture commune et à aboutir à l’homogénéisation ethnolinguistique et culturelle de l’État » (ibid. : 107). Sous la langue commune, on sous-entendait le russe. Ce processus, appelé « russification », a duré jusqu’au début des années 1990.

7Ainsi, dans la deuxième moitié des années 1930, on constate un changement dans la politique linguistique. Celui-ci commence par la propagation intense de la langue russe : en 1934, les langues locales sont exclues des administrations locales, en 1938, l’enseignement du russe devient obligatoire dans toutes les républiques et, en 1940, l’alphabet latin, après autant d’années d’un énorme travail linguistique et pédagogique, a laissé sa place à l’alphabet cyrillique. Progressivement, la langue russe s’est imposée partout comme langue de prestige. D’autant plus qu’elle donnait accès aux informations et aux connaissances, favorisait la promotion professionnelle.

8En résumé, les conséquences de la politique linguistique soviétique étaient caractérisées par une certaine ambiguïté. D’une part, la création et le développement de la langue littéraire kirghize, l’élargissement de ses fonctions et le renforcement de son statut dans la société. D’autre part, les processus d’unification linguistique et de russification ont provoqué l’affaiblissement du rôle de la langue nationale dans la vie sociale et politique. Ainsi, à la fin des années 1980, on constate partout la position dominante du russe : dans l’administration, l’industrie, la science, c’est-à-dire, là où dominaient les ethnies non-titulaires. Par rapport à cela, la langue kirghize était employée dans les domaines de l’agriculture, de l’enseignement secondaire, des sciences humaines, de la littérature et un peu dans les médias.

9Cependant, selon les recensements de 1989, 99,3 % de Kirghiz ethniques ont mentionné le kirghiz comme leur langue maternelle, même si certains d’entre eux ne parlaient quasiment pas cette langue : « Cela implique que le développement du bilinguisme n’a pas affaibli le rôle de la langue nationale dans la conscience identitaire des Kirghiz » (Omuraliev 2004 : 98). Celle-ci, à son tour, a inspiré un mouvement nationaliste à travers la langue. Aux yeux de l’ethnie kirghize, pendant toute l’époque soviétique la situation linguistique était injuste à l’égard de leur langue titulaire où « le russe, langue d’une minorité, était dominante politiquement, économiquement et culturellement » (Rollan 2006 : 154).

10Comment présenter ces événements d’un point de vue sociolinguistique ? Dans ce contexte, il nous paraît utile de mentionner l’approche de Joshua Fishman sur le concept de diglossie dans une situation du plurilinguisme, développée ensuite par L.-J. Calvet (Fishman in : Calvet 2005 : 36-39). Selon eux, il y a deux langues, langue dominante (forme haute) et langue dominée (forme basse), qui coexistent dans une même communauté et qui se répartissent les fonctions sociales d’une façon inégale. La langue dominante jouit d’un prestige dont ne jouit pas la langue dominée.

11En effet, la région de l’Asie centrale était multilingue, même avant la révolution d’Octobre. De nombreux dialectes y coexistaient, et, plus tard, certains d’entre eux ont servi de base pour la création des langues standardisées, comme, par exemple, le kirghiz, pendant les années 1920-1930. Et le russe, à cette époque-là, ne commençait qu’à s’intégrer dans la société asiatique, et les ethnies slaves qui s’installaient dans cette région, devenaient bilingues, voire multilingues, en apprenant les dialectes locaux indispensables pour la communication avec la population locale. Certes, une langue commune, à la base de l’arabe et du mélange des dialectes était en train de se créer progressivement (Imart, Dor 1982 : 17-21) Ce serait le « cas de situation instable, de situation en transition entre une diglossie et une autre organisation de la communauté linguistique » où les formes linguistiques n’ont pas encore d’usage spécifique (Calvet 2005 : 38).

  • 3 La notion « Yazykovoe stroitel’stvo », apparue dans les années 1920, est définie comme : « La créa (...)

12Les nouvelles langues, appelées langues de littérisation récente (Imart, Dor 1982 : 51), apparaissent dans l’espace centrasiatique lors de la nouvelle politique d’« édification linguistique3 ». Leur développement prend de l’ampleur et entraîne des mouvements nationalistes et d’auto-identification dans les nouvelles républiques soviétiques. C’était une période de confrontation entre le russe et ces nouvelles langues qui se positionnaient au même niveau et qui étaient capables d’accomplir les mêmes fonctions sociales. Ce conflit linguistique s’exprimait donc par la nécessité d’une nouvelle répartition fonctionnelle entre les langues. Or la gestion du plurilinguisme ne s’effectue pas toujours de la même façon : « L’une procède des pratiques sociales et l’autre de l’intervention sur ces pratiques » (Calvet 2005 : 111). L’État soviétique, qui avait des visées sur l’unification linguistique, a eu recours au deuxième type de gestion. Ainsi, suite à la politique intensive de russification, le russe est devenu langue dominante et jouissait d’un prestige social avec des fonctions sociales très répandues tandis que les autres langues nationales, comme le kirghiz, sont devenues langues dominées et leurs usages furent très restreints. Avec l’Indépendance de ces pays de l’URSS, y compris le Kirghizstan, ces derniers furent confrontés à une situation linguistique complexe : le plurilinguisme d’une part, et la prédominance officielle de la langue russe d’autre part. Dans ce contexte, on vit surgir un nouveau mouvement nationaliste qui provoqua un nouveau conflit linguistique ayant pour but de renverser l’ancien ordre diglossique.

Aperçu historique de la situation linguistique pendant la période postsoviétique

13C’est dans ces conditions que la loi sur la langue d’État de la RSS de Kirghizie fut adoptée le 23 septembre 1989. Le préambule de la loi précisait que :

  • 4 Traduit du russe par Inna Masdier : «Закон Кuрƨuзскоŭ Соɞеmскоŭ Соųuалuсmuческоŭ Ресnублuкu “О ƨос (...)

En raison de la dissimulation de la politique nationale de Lénine, l’emploi de la langue kirghize dans tous les domaines de la vie sociale et publique portait un caractère limité, ce qui exige la prise de mesures particulières pour la défense et le développement de la langue kirghize à l’aide des institutions juridiques au niveau législatif […] la RSS Kirghize assure le fonctionnement libre de la langue russe comme langue de communication interethnique des peuples de l’URSS […]4

14Par la suite, le décret du Soviet Suprême à propos de l’application de la loi sur la langue d’État prévoit une période de transition de 1989 à 1999, durant laquelle l’administration devait être bilingue : en kirghiz et en russe. Et à partir du 1er janvier 1999, tout devait être transcrit en kirghiz. Cependant la politisation du problème de la langue a accéléré ce processus et l’introduction de la langue kirghize dans les domaines de l’administration publique, des sciences, de la culture et de l’enseignement, a accentué la déstabilisation des relations interethniques dans le pays.

15Ainsi, malgré l’égalité juridique de tous les citoyens, les Russes se sentaient marginalisés par leur non-connaissance de la langue kirghize puisque cela créait des avantages en faveur de la population titulaire. En même temps, l’économie nationale s’est effondrée avec la disparition de l’espace soviétique qui créait des liens entre les républiques.

16Tout cela a provoqué un flux migratoire des russophones, et plus particulièrement de la population slave, qui représentait en même temps un pourcentage important de la main-d’œuvre qualifiée. En dix ans, leur nombre a chuté d’un tiers (de 21,5 % de la population totale en 1989, ils n’étaient plus que 12,5 %, en 1999). Le départ des Slaves a accéléré la dégradation de certains secteurs industriels, de la médecine et des domaines scientifiques (Peyrouse 2008 : 157).

  • 5 Voir : Указ о « Дополнительных мерах по регулированию миграционных процессов в Кыргызской Республи (...)
  • 6 Voir : ibid.

17Pour freiner une émigration massive, le premier président de la République, Ascar Akaev, prit des mesures concrètes. En 1992, il fit créer l’Université russo-kirghize (slave). Le 14 juin 1994, le décret du président sur les mesures supplémentaires de régularisation des processus migratoires dans la République du Kirghizstan5 a défini la langue russe, parallèlement au kirghiz comme langue officielle dans les collectifs territoriaux et professionnels dont la majorité est composée de citoyens russophones de la République du Kirghizstan, aussi bien que dans les domaines de nouvelles technologies liés à l’utilisation de la langue russe6. Notons également que le gouvernement kirghiz s’est rendu compte du niveau insuffisant de la langue kirghize et de sa maîtrise par les citoyens, niveau insatisfaisant pour assumer le fonctionnement administratif, scientifique et industriel de l’État, d’autant plus que l’absence de base méthodologique et de spécialistes dans l’enseignement du kirghiz ne faisait qu’aggraver la situation. Par conséquent, la même année, en 1994, le gouvernement prit la décision de prolonger la période de transition jusqu’à 2005 et, ensuite, jusqu’à 2010.

  • 7 Voir : Закон « Об официальном языке Кыргызской Республики », от 25 мая 2000 года (« Loi sur la lan (...)

18Pour stabiliser la situation politique et linguistique dans le pays, l’étape suivante s’est située le 25 mai 2000 lorsque le Parlement de la République du Kirghizstan a adopté la loi sur la langue officielle de la République du Kirghizstan7, signée par le président le 29 mai 2000. À partir de ce moment-là, le russe obtint le statut de langue officielle et donc la protection officielle de l’État :

  • 8 Traduit du russe par Inna Masdier : « Офuųuальным языком Кырƨызскоŭ Ресnублuкu яɞляеmся язык, uсnо (...)

La langue officielle de la République du Kirghizstan est une langue utilisée parallèlement à la langue d’État dans le domaine de l’administration d’État, de la législation et de la procédure judiciaire de la République du Kirghizstan, ainsi que dans d’autres domaines de la vie publique de la République du Kirghizstan, selon les cas et l’ordre prévus par cette dernière loi et pas la législation de la République du Kirghizstan. La langue qui sert de langue de communication interethnique et qui contribue à l’intégration de la République dans la communauté mondiale est reconnue comme langue officielle. La langue officielle de la République du Kirghizstan est la langue russe […]8

19Même après les événements de 2005 et de 2010, le russe a gardé son statut malgré les débats politiques sur ce sujet, et malgré l’évolution constante de la langue d’État, le kirghiz, commence à remplacer le russe dans certains domaines de la vie publique, notamment dans des régions éloignées du centre.

20Ce « conflit de langues » nous apparaît inévitable compte tenu des particularités de la politique linguistique en Asie centrale durant toute la période de l’existence de l’URSS. La montée des nationalismes qui s’exprime à travers la langue démontre que le peuple kirghiz est à la recherche de son identité nationale pour consolider sa nation (Rollan 2006 : 147-168). Il s’agit d’un besoin identitaire de la langue nationale que les Kirghiz cherchent à maintenir en tant que preuve que « cette nation a le droit d’exister et d’être respectée » (ibid. : 154).

21Néanmoins, dans le contexte actuel, marqué par la reconnaissance du kirghiz comme langue d’État, comment décerner l’évolution des rapports diglossiques entre les deux langues ? Pour l’instant, les données que l’on observe révèlent des tendances contradictoires. Pour certains, l’usage du russe sera toujours en vigueur, pour d’autres, il semblerait que cette langue n’ait plus d’avenir parmi les locuteurs kirghiz. En réalité, malgré la politique protectionniste de l’État, la promotion de la langue nationale du Kirghizstan reste difficile et longue, tenant compte les circonstances politiques, économiques et historiques dont on a parlé précédemment. Actuellement, le kirghiz est le symbole de l’identité linguistique du peuple kirghiz et reste une langue véhiculaire à l’intérieur du pays, malgré l’élargissement des fonctions sociales. Tandis que le russe peut toujours prétendre à être une variété haute car il reste une langue prestigieuse et garde constamment un spectre large de pratiques sociales, sans oublier que c’est une langue internationale, utilisée jusqu’à présent dans tout l’espace postsoviétique.

La définition de la notion de « langue officielle » au Kirghizstan d’aujourd’hui

  • 9 Voir : Закон Кыргызской Республики « О государственном языке Кыргызской республики » от 21 января (...)

22Une étude des différentes étapes de la politique linguistique au Kirghizstan nous permet de mieux comprendre les subtilités de la notion de « langue officielle » dans ce pays. Cette notion doit être étudiée en relation avec celle de « langue d’État ». Au vu du passé de ces deux langues en contact, et de la situation de diglossie qui s’est précisée réellement vers les années 1970, il a pu paraître normal que deux notions soient mentionnées dans la Constitution de la République du Kirghizstan et que chacune soit attribuée à deux langues différentes : le kirghiz est la langue d’État et le russe est la langue officielle9.

23Notons d’abord que, de façon générale, les sociolinguistes russes définissent la notion de « langue officielle » comme le synonyme politico-juridique de la « langue d’État » (Isaev 2003 : 114-115), parfois avec un statut moins réglementé (Tavadov 2007 : 653).

24Il est également à noter que la notion de langue officielle est souvent utilisée dans des États multinationaux et multiethniques (Tavadov 2007, 653) afin d’éviter ou de limiter les conflits ethnolinguistiques. Dans certains cas, dans des anciennes colonies, la langue de l’ancien colonisateur a pu devenir langue officielle en l’absence d’une langue autochtone suffisamment consensuelle (Moreau 1997 : 193 ; Tavadov 2007 : 653).

25Quelle est donc la raison qui a poussé à faire la distinction entre ces deux notions au Kirghizstan ? Tenant compte du fait qu’à partir de la fin des années 1930, avec la politique de russification, le kirghiz a été progressivement mis en position dominée par rapport au russe, on pouvait s’attendre à observer une situation de conflit linguistique après la disparition du système où l’État a été amené à retirer au russe son statut privilégié, et même si, actuellement, il jouit du statut de langue officielle pour de nombreuses raisons citées précédemment. En aucun cas il ne peut se positionner au même niveau que la langue nationale, à cause d’une incompatibilité avec la conscience nationaliste de l’ethnie titulaire.

Disposition générale de la loi sur la langue

26L’hypothèse de départ était que ces deux notions « langue officielle » et « langue d’État » n’ont pas de caractère synonymique dans la situation concrète du Kirghizstan actuel. Il en résulte que la « langue officielle » est en position subalterne par rapport à la « langue d’État ». En étudiant la base législative et les domaines de son application, nous allons examiner cette position d’infériorité et voir dans quelle mesure elle est réelle ou symbolique.

27Depuis la dernière Constitution approuvée en 2010, la loi sur la langue d’État et la loi sur la langue officielle n’ont pas été modifiées, malgré les débats acharnés à propos du statut de la langue russe. Ainsi, selon la Constitution de la République du Kirghizstan, le kirghiz est la langue d’État et le russe garde son statut de langue officielle.

28D’après la loi sur la langue d’État, « la langue kirghize, étant la base des structures étatiques, elle fonctionne d’autorité dans tous les domaines des activités publiques… ». Dans la loi sur la langue officielle « La langue officielle est utilisée au même titre que la langue d’État » mais sans aucune mention d’autorité. De même, l’article 1 de la même loi précise que « la langue d’État jouit d’un statut particulier », ce qui représente de fait une certaine délimitation juridique entre « langue officielle » et « langue d’État ».

29Selon la disposition générale des deux lois, les deux langues jouissent de la protection de l’État et de la création de conditions nécessaires pour leur développement et leur enseignement. Mis à part pour la langue d’État, le gouvernement s’engage à créer des « conditions de maintien du statut constitutionnel, d’élaborer et de financer les programmes d’État destinés à son étude, à son développement et à l’enseignement. » De même, tout le chapitre 8 de la loi sur la langue d’État est destiné à sa protection et à sa défense.

  • 10 Voir les études sur la condition de la langue russe dans l’espace postsoviétique, effectuées par l (...)

30Comme nous l’avons déjà mentionné précédemment, la protection et le développement du kirghiz comme langue nationale était une mesure prioritaire et indispensable pour la maintenir en vie, la moderniser et la rendre fonctionnelle à tous les niveaux. Or le russe ne jouissait d’aucune protection, étant au départ une langue dominante et bien intégrée dans la société. Cependant, 15 ans après, on a constaté un phénomène de réduction des sphères d’emploi du russe, surtout dans les zones rurales du Sud où le processus de « mono-ethnicité » est bien présent (79,1 % de la population ethniquement kirghize dans les zones rurales). Et cela d’autant plus que le manque de spécialistes qualifiés, de manuels et de méthodes récents, a favorisé la diminution des écoles avec le russe comme langue d’enseignement10.

31Certes, ces derniers temps, la Russie a développé un programme et a accordé un budget important au développement de la langue russe dans les pays de l’espace postsoviétique. Néanmoins, cela ne résout pas tous les problèmes.

32D’ailleurs, il faut dire que la crise budgétaire de l’État kirghiz provoquée par la crise générale du pays ne permet pas d’assurer pleinement la réalisation de programmes publics destinés au développement de la langue d’État, sans parler de la langue officielle et des langues minoritaires, qui devraient également être enseignées et « vivre » sur le territoire de ce pays.

33Plus loin, dans l’article 3 de la loi sur la langue d’État « le kirghiz en tant que langue d’État est considéré comme langue de communication interethnique dans la République kirghize. » Le russe accomplit une fonction similaire mais, de plus, il « contribue à l’intégration de la République dans la communauté mondiale » (loi sur la langue officielle, article 1).

34Cela dit, le russe est privilégié dans les relations internationales puisqu’il fait partie de la liste des langues mondialement reconnues à cet effet d’autant plus qu’il est encore très utilisé dans les relations entre les pays de l’espace postsoviétique, alors que le kirghiz n’accomplit sa fonction communicative qu’à l’intérieur de l’État.

L’administration, la justice et l’armée

35En matière de justice, d’administration publique et de services notariaux, les deux langues sont admises partout puisque les instances publiques, les tribunaux et les notaires sont tenus d’être bilingues, avec comme particularité que leurs fonctions s’effectuent en kirghiz et, « dans les cas nécessaires », en russe. Cependant, le secrétariat des administrations publiques doit être effectué dans la langue d’État, sauf les cas particuliers concernant certains oblasts, régions, villes et villages où la langue officielle est autorisée par la décision du gouvernement (loi sur la langue d’État, chapitre 4).

36En revanche, la comptabilité, l’élaboration de la base technique et de projets scientifiques se font en kirghiz ou en russe, sans obligation de rendre prioritaire la langue d’État (loi sur la langue d’État, articles 15 et 16).

37La même situation est observée pour les projets de lois, les arrêtés et les actes normatifs, qui sont rédigés en kirghiz et en russe et, après leur adoption, sont publiés également en deux langues. Cependant, le document en kirghiz seul est considéré comme l’original.

38En ce qui concerne les services notariaux, selon l’article 23, l’acte d’état civil n’est de même considéré comme étant l’original que lorsqu’il est transcrit en kirghiz. Dans cette situation, la langue officielle est privée de ce droit. Par conséquent, en cas de nécessité, le document doit obligatoirement être transcrit dans les deux langues : en kirghiz (pour l’original) et en russe (si une traduction est utile ou nécessaire).

39Le cas des forces armées de la République est totalement à part puisque, selon l’article 22, aucune langue, mise à part la langue d’État, n’est autorisée dans le fonctionnement de l’armée kirghize.

Le domaine politique

40Les exigences sont aussi strictes pour le président de la République, pour le vice-président ainsi que pour le président de la Cour suprême et les fonctionnaires dont la liste est déterminée par le gouvernement puisque, selon les articles 8 et 9 de la loi sur la langue d’État, ils doivent avoir un niveau suffisant dans la langue kirghize afin de pouvoir accomplir leurs fonctions officielles. Cela implique que les personnes qui ne maîtriseraient que la langue officielle ne pourraient postuler à aucun de ces postes. Cependant, la langue officielle peut être employée, avec la traduction simultanée en kirghiz, par les députés lors des séances du Parlement et par les personnes invitées à ces séances (loi sur la langue officielle, article 5).

  • 11 Pour détail, voir : http://www.bpc.kg/news/2080 (consulté le 16/04/2014).

41Néanmoins, en réalité, l’application de ces derniers articles de la loi reste discutable. Dans la plupart des cas, les députés du Parlement s’expriment en russe, langue officielle, qui « permet de résoudre tout problème, discuter toute question et prendre toute décision11 ». De fait, l’élite nationale ne parle la langue d’État qu’au niveau du langage familier. Cette tendance est observée à tous les échelons de la vie publique, même dans les régions agricoles éloignées du centre et des grandes villes où l’administration publique fonctionne dans la langue d’État dont les normes de la langue littéraire kirghize ne sont pas respectées faute de préparation linguistique suffisante.

L’enseignement, la science et la culture

42La législation kirghize assure le fonctionnement des deux langues dans les domaines de l’enseignement, de la science et de la culture. Ainsi, d’après les articles 18 du chapitre 5 de la loi sur la langue d’État et 13 de la loi sur la langue officielle, les deux langues, le russe et le kirghiz, sont obligatoires dans tous les établissements de l’enseignement secondaire et supérieur.

43En réalité, depuis les années 1990, le nombre d’écoles enseignant entièrement en russe diminue constamment par manque d’enseignants, en particulier en milieu rural où de nombreuses écoles ont dû être fermées alors que, depuis le début des années 2000, le nombre d’élèves voulant y faire leurs études augmente. En 2006, on ne comptait plus que 133 écoles avec le russe comme langue d’enseignement pour près de 1 300 écoles en kirghiz. Environ 400 écoles proposent des classes bilingues russo-kirghize. Pourtant, les écoles russophones sont toujours considérées comme plus prestigieuses et ayant un enseignement de meilleure qualité (Peyrouse 2008 : 162-163).

44La situation de l’enseignement supérieur est un peu différente. Un tiers des personnes titulaires d’un diplôme d’études supérieures ont suivi leurs études en russe car, actuellement, il est encore impossible de transposer tout le système de l’enseignement supérieur en kirghiz.

45En matière de recherche, l’article 19 de la loi sur la langue d’État accorde la liberté de choix de la langue pour le travail de recherche. Les soutenances s’effectuent en kirghiz ou en russe. Mais, en réalité, c’est le russe qui prédomine pour les raisons mentionnées précédemment.

46« Dans les domaines de la culture, de l’art et des médias, la langue d’État est une langue principale », comme le définit l’article 20 de la loi sur la langue d’État. La loi précise que plus de la moitié des programmes diffusés sur les chaînes de télévision doivent être en kirghiz.

47Les journaux locaux sont bilingues et tous les journaux venant de Russie sont nombreux et accessibles. Les médias électroniques sont en russe ou en anglais. Environ 60 % de la programmation télévisuelle et radiophonique est en kirghiz mais un grand nombre de chaînes privées préfèrent diffuser leurs programmes en russe. De plus, la population a un accès gratuit aux principales chaînes russes. En revanche, « le besoin d’informations plus objectives et plus libres, de programmes de divertissement de meilleure qualité oblige la population kirghize à faire le choix de la russophonie » (Peyrouse 2008 : 166-168).

Conclusion

48La politique linguistique de l’époque soviétique et son système diglossique, où la langue russe était en position dominante, ont déclenché un mouvement de revendications nationalistes ayant pour but d’inverser la hiérarchie des langues. Ainsi, dans le contexte actuel, on constate un phénomène de conflit ethnolinguistique. Le besoin de renforcer l’identité nationale fait du kirghiz le symbole de la nation éponyme qu’il fallait défendre et protéger. Or les liens historiques, politiques et économiques avec la Russie ont poussé à maintenir le statut de la langue russe.

49C’est ainsi que le kirghiz a été proclamé langue d’État et que le russe est devenu langue officielle, après beaucoup d’hésitations et surtout dans le but de ne pas aggraver la situation de conflit politique exprimé à travers ces deux langues.

50Mais de peur de perdre les positions acquises avec autant de difficultés, le gouvernement kirghiz fait un maximum d’efforts en menant une politique protectionniste envers la langue nationale tout en essayant de garder une position libérale par rapport au russe et aux autres langues des minorités nationales.

51L’analyse de la base législative démontre clairement que le russe et le kirghiz n’ont pas de rapports égalitaires à ce niveau. Des rapports diglossiques évidemment existent toujours, et les notions de « langue d’État » et de « langue officielle » ne sont donc pas non plus synonymiques dans le contexte kirghiz. Le besoin linguistique identitaire est prioritaire et indiscutable pour le nouvel État-nation.

52Mais la réalité est telle que la promotion de la langue d’État est difficile faute de moyens financiers et à cause d’un attachement très fort au monde russophone. De fait, la langue d’État joue un rôle symbolique et le russe reste le moyen de communication et de liaison économique, politique et culturelle avec la Russie et avec tout l’espace postsoviétique. La République du Kirghizstan est encore à la recherche d’un multilinguisme « équilibré » (Salabert 2003 : 40) où toutes les langues vivraient et évolueraient dans une bonne convivialité, « chacune dans leur sphère d’impact, selon des facteurs qui leur sont propres mais dont le résultat est un dynamisme très important du processus de développement, de stimulation et d’intégration » (ibid. : 45).

Bibliographie

Références bibliographiques

Materialy Vsesoхûznoj perepisi naseleniâ 1989 goda, Kirgizskaâ SSR, 1991 g. [Données du recensement soviétique de 1989, le Kirghizstan, 1991].

Ukaz « O dopolnitel’nyh merah po regulirovaniû migracionnyh processov v Kyrgyzskoj Respublike » ot 14 iûnâ 1994 goda [Décret sur les mesures supplémentaires de régularisation des processus migratoires dans la République du Kirghizstan du 14 juin 1994].

Zakon Kirgizskoj Sovetskoj Socialisticheskoj Respubliki « O gosudarstvennom âzyke Kirgizskoj SSR » ot 23 sentâbrâ 1989 goda [Loi de la République socialiste soviétique kirghize sur la langue d’État de la République socialiste soviétique kirghize du 23 septembre 1989].

Zakon Kyrgyzskoj Respubliki « Ob oficial’nom âzyke Kyrgyzskoj Respubliki » ot 25 maâ 2000 godа [Loi de la République du Kirghizstan sur la langue officielle de la République du Kirghizstan du 25 mai 2000].

Zakon Kyrgyzskoj Respubliki « Ob oficial’nom âzyke Kyrgyzskoj Respubliki », ot 28 iûlâ 2008 goda [Loi de la République du Kirghizstan sur la langue officielle de la République du Kirghizstan du 28 juillet 2008].

Zakon Kyrgyzskoj Respubliki « O gosudarstvennom âzyke Kyrgyzskoj Respubliki », ot 21 ânvarâ 2010 goda [Loi de la République du Kirghizstan sur la langue d’État de la République du Kirghizstan du 21 janvier 2010].

CALVET L.-J. (2005), La Sociolinguistique, 5ème édition, [1re édition : 1993], Paris, PUF.

ČOTAEVA Č. (2003), « Âzykovaâ politika Kyrgyzstana : pričiny, problemy, protivirečiâ » [La politique linguistique du Kirghizstan : les principes, les problèmes et les contradictions], in Gosudarstvennoct’i religiâ v duhovnom nasledii Kyrgyzstana [État et religion dans l’héritage culturel du Kirghizstan], Biškek-Leipcig, Ilim, pp. 262-267.

GAVRILOV K. (2008), « Russkij âzyk v novyh nezavisimyh gosudarstvah » [La langue russe dans les nouveaux États indépendants], in : http://www.fundeh.org (consulté le 20/10/2010).

IMART G., DOR R. (1982), Être Kirghiz au XXe siècle. Le chardon déchiqueté, Aix-en-Provence, Université de Provence.

ISAEV M. I. (1978), O jazykax narodov SSSR [À propos des langues des peuples de l’URSS], Moskva, Nauka.

ISAEV M. I. (1979), Jazykovoe stroitel’stvo v SSSR : process sozdanija pis’mennostej narodov SSSR [L’Édification linguistique en URSS : le processus de création des écritures des peuples de l’URSS], Moskva, Nauka.

ISAEV M. I. (2003), Slovar’ètnolingvističeskih ponâtij i terminov [Le Dictionnaire des notions et des termes ethnolinguistiques], Moskva, Flinta-Nauka.

MOREAU M.-L. (1997), Sociolinguistique : concepts de base, Bruxelles, Mardaga.

OMURALIEV N. (2004), « Âzykovaâ situaciâ v Kyrgyzstane » [La situation linguistique au Kirghizstan], in http://inlag.linguanet.ru (consulté le 13/10/2010).

PEYROUSE S. (2008), « Les Russes d’Asie centrale : une minorité en déclin face à de multiples défis », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 39, no 1, pp. 149-177.

ROLLAN F. (2006), « Les politiques linguistiques et les frontières en Asie centrale ex-soviétique », Lengas revue de sociolinguistique, 60, pp. 142-171.

SALABERT G. (2003), « Les Seychelles : à la recherche d’un trilinguisme équilibré », Glottopol, no 2, pp. 40-45.

TAVADOV G. T. (2007), Ètnologiâ : Sovremennyj slovar’-spravočnik [Ethnologie : dictionnaire moderne], Moskva, ANO « Dialog kul’tur ».

Sites Internet

http://www.bpc.kg/news/2080 (consulté le 15/04/2014).

http://www.fundeh.org (consulté le 15/04/2014).

Notes

1 Le Turkestan (turc : Türkistan, littéralement le « Pays des Turcs ») est l’ancien nom attribué à une région d’Asie centrale délimitée au Nord par les steppes du Kazakhstan actuel et le massif de l’Altaï, à l’Est par la Mongolie et la Chine, au Sud par l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan et l’Iran, à l’Ouest par la mer Caspienne. La zone occidentale du Turkestan a été conquise par la Russie au XVIIIe siècle. Entre 1924 et 1929, cette zone a été découpée en Républiques socialistes soviétiques (RSS) : Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan et Kazakhstan.

2 En avril 1924, on a adopté une résolution à propos de la délimitation de territoires en Oblast autonomes. Suite à cela, apparaissent les Oblasts autonomes d’Ouzbékistan, de Turkménistan, de Kara-Kirghizie, de Kazakhstan et de Tadjikistan.

3 La notion « Yazykovoe stroitel’stvo », apparue dans les années 1920, est définie comme : « La création des écritures, des écoles en langues maternelles, de l’orthographe, de la terminologie, des manuels et de bases théoriques dans les langues des peuples de l’URSS, ce qui assurait l’élargissement de fonctions sociales des langues littéraires » (Dešeriev, Protčenko 1979 : 9).

4 Traduit du russe par Inna Masdier : «Закон Кuрƨuзскоŭ Соɞеmскоŭ Соųuалuсmuческоŭ Ресnублuкu “О ƨосу∂арсmɞенном языке Кuрƨuзскоŭ ССРˮ оm 23 сенmября 1989 ƨо∂а : “ɞɞu∂у uскаженuя nрuнųunоɞ ленuнскоŭ наųuональноŭ nолumuкu уnоmребленuе кuрƨuзскоƨо языка ɞо ɞсех сферах общесmɞенноŭ u ƨосу∂арсmɞенноŭ жuзнu носuло оƨранuченнныŭ харакmер, чmо mребуеm nрuняmuя особых мер nо защumе u разɞumuю кuрƨuзскоƨо языка nрu nомощu nраɞоɞых uнсmumуmоɞ на законо∂аmельном уроɞне... Кuрƨuзская ССР обесnечuɞаеm сɞобо∂ное функųuонuроɞанuе русскоƨо языка как языка межнаųuональноƨо общенuя наро∂оɞ СССР...ˮ»

5 Voir : Указ о « Дополнительных мерах по регулированию миграционных процессов в Кыргызской Республике » от 14 июня 1994 года (« Décret sur les mesures supplémentaires de régularisation des processus migratoires dans la République du Kirghizstan » du 14 juin 1994).

6 Voir : ibid.

7 Voir : Закон « Об официальном языке Кыргызской Республики », от 25 мая 2000 года (« Loi sur la langue officielle de la République du Kirghizstan » du 25 mai 2000).

8 Traduit du russe par Inna Masdier : « Офuųuальным языком Кырƨызскоŭ Ресnублuкu яɞляеmся язык, uсnользуемыŭ наря∂у с ƨосу∂арсmɞенным языком ɞ сфере ƨосу∂арсmɞенноƨо уnраɞленuя, законо∂аmельсmɞа u су∂оnроuзɞо∂сmɞа Кырƨызскоŭ Ресnублuкu, а mакже ɞ uных сферах общесmɞенноŭ жuзнu Кырƨызскоŭ Ресnублuкu ɞ случаях u nоря∂ке, nре∂усмоmренных насmоящuм Законом u законо∂аmельсmɞом Кырƨызскоŭ Ресnублuкu
Офuųuальным языком Кырƨызскоŭ Ресnублuкu nрuзнаеmся язык, коmорыŭ служum языком межнаųuональноƨо общенuя u сnособсmɞуеm uнmеƨраųuu ресnублuкu ɞ мuроɞоесообщесmɞо.
Офuųuальным языком ɞ Кырƨызскоŭ Ресnублuке яɞляеmся русскuŭ язык. (…) »

9 Voir : Закон Кыргызской Республики « О государственном языке Кыргызской республики » от 21 января 2010 года ; Закон Кыргызской Республики « Об официальном языке Кыргызской республики » от 28 июля 2008 года (Loi de la République du Kirghizstan sur la langue d’État de la République du Kirghizstan du 21 janvier 2010 ; Loi de la République du Kirghizstan sur la langue officielle de la République du Kirghizstan du 28 juillet 2010).

10 Voir les études sur la condition de la langue russe dans l’espace postsoviétique, effectuées par la Fondation « Наследие Евразии » (Héritage de l’Eurasie) : http://www.fundeh.org

11 Pour détail, voir : http://www.bpc.kg/news/2080 (consulté le 16/04/2014).

Auteur

Doctorante, linguiste, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5478 IKER (CNRS - Université Bordeaux Montaigne / UPPA).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540