Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Applications catégorisantes dans la Fédération de Russie

Chapeau introductif

Texte intégral

1Dans cette deuxième partie, sont abordés des cas particuliers d’applications des notions catégorisantes par zones plus ou moins importantes allant de l’ensemble de la Russie à celle, notamment des langues ouraliennes.

2Tout d’abord, à l’échelle de l’ensemble russe, la question de l’applicabilité en Russie de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe est abordée à la lumière de l’expérience de mise en œuvre partielle et expérimentale en particulier en République de Mordovie. L’important problème de l’adéquation des notions de « langue régionale » et de « langue minoritaire » de ladite convention internationale aux différentes notions légalement valides (« langue native », « langue de minorité », « langue de minorité ethnique ») en Russie est ainsi analysé. Le cas particulier de la notion de « langue native » (rodnoj âzyk) est ensuite envisagé en référence à l’aire géographique très grande des petits peuples autochtones du Nord de la Russie.

3Dans une deuxième sous-partie, ces applications catégorisantes aux langues en situation minoritaire sont examinées par rapport au russe lui-même. À partir d’une présentation d’ensemble de ses positions actuelles dans les pays composant la Communauté des États indépendants (CEI), les exemples spécifiques des États baltes, devenus totalement indépendants de l’ancien cadre soviétique, et du Kirghizstan, membre de la CEI sont présentés.

4Enfin, l’étude du cas particulier en Fédération de Russie des langues ouraliennes, avec aussi une présentation détaillée de l’exemple du carélien, montre toute la complexité de la nomination linguistique inévitablement liée à celle de la catégorisation linguistique et juridique des langues et de leurs composantes idiomatiques.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540