Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Langues d'immigration

Les problèmes de dénomination et d’application de la notion de « langue de diaspora » (âzyk diaspory)

«Проблемы деноминации и применения понятия “язык диаспоры”»

Uldanaj Bakhtikireeva

Abstract

La structuration de nouveaux États indépendants dans le cadre du macro-système soviétique a influencé directement la situation linguistique. Dans ce contexte, il est évident que la notion « langue de diaspora » (âzyk diaspory) fait désormais partie des notions pertinentes et soumises à une étude approfondie. Les points de vue et les opinions présentés ici démontrent qu’il est difficile de définir l’expression « âzyk diaspory » par manque de définition de la notion de « diaspora » (diaspora). Il est néanmoins très important d’étudier attentivement et de décrire les phénomènes dissimulés derrière les locutions : « langues d’immigrants » (immigrantskie âzyki), « langues de diasporas » (âzyki diaspor), « langues exogènes et endogènes de diasporas » (èkzogennye i èndogennye âzyki diaspor).
La notion de « diaspora russe » (rossijskaâ diaspora) est étroitement liée à une autre question qui surgit sur la strate historique et culturelle de l’idée nationale. Il s’agit en fait de la formation de la base de la société russe dont l’élément le plus important est la détermination du contenu de la définition de « peuple russe » (rossijskij narod). Ce phénomène social est une prémisse gnoséologique nécessaire dans une étude de ses dérivés diasporiques.

Структурирование новых суверенных государств в рамках постсоветской макросистемы самым непосредственным образом сказалось на языковой ситуации. В этом контексте очевидно, что понятие «язык диаспоры» является частью релевантных понятий и должнобытьподвергнутоуглубленномуизучению. Взглядыимнения, представленные здесь, показывают, что трудно дать определение выражению «язык диаспоры» ввиду отсутствия определения понятия «диаспора». Тем не менее, очень важно тщательно изучить и описать явления, скрывающиеся за выражением «иммигрантские языки», «языки диаспор», «экзогенный и эндогенный языки диаспор».
Понятие «российская диаспора» тесно связано с другой научной, и даже цивилизационной проблемой, выходящей на общий историко-культурный пласт национальной идеи. Речь идет, по сути, о формировании основания российского социума, важнейшей составляющей которого является верный ориентир в определении содержания фундаментальной дефиниции — «российский народ». Этот общественный феномен представляет собой необходимый гносеологический посыл в исследовании его диаспоральных производных.

Full text

1La structuration de nouveaux États indépendants dans le cadre du macrosystème soviétique a influencé directement la situation linguistique. Pratiquement tous les nouveaux États, excepté la Biélorussie, ont déclaré leurs langues titulaires comme langues d’État. Par exemple, en Lituanie, le lituanien est devenu langue d’État et le russe est une langue de minorité nationale. L’espace linguistique de la langue russe se rétrécit dans la vie sociopolitique de toutes les républiques ex-soviétiques, ses fonctions comme langue littéraire s’affaiblissent. Une influence active de nouvelles langues d’État renforce certains traits spécifiques (régionaux) de la langue russe. Un grand nombre de recherches témoigne du changement notable des fonctions de la langue russe et des langues d’État. Ainsi, l’exoglossie de la situation linguistique dans les nouveaux États est un fait évident.

2La dispersion dans la terminologie, l’imperfection du métalangage pour la description des phénomènes existants et/ou des tendances du développement linguistique, l’absence d’études coordonnées et de la description du statut des langues dans l’espace postsoviétique actuel ont un effet considérable sur la linguistique et sur les sciences humaines en général. Par exemple, en Moldavie, il est d’usage de dire langue roumaine et pas moldave. Logiquement, la question se pose de savoir comment définir les diasporas des Moldaves ethniques dans les différents pays ? Selon l’ethnonyme « diaspora moldave » (moldavskaâ diaspora) ou selon le principe linguistique « diaspora roumaine » (rumynskaâ diaspora) ?

3Le Dictionnaire de termes sociolinguistiques (Mihal’čenko 2006 : 312) étant la première description systématisée de termes de la linguistique sociale dans la science russe et mondiale et comportant 900 termes et leurs variantes, décrit la notion de « diaspora » (ibid. : 57) mais le terme de « langue de diaspora » (âzyk diaspory) n’est pas mentionné.

4La deuxième édition (revue et complétée) du Dictionnaire de termes sociolinguistiques (Suleymenova, Şaymerdenova 2007) comporte 650 termes parmi lesquels on trouve la définition des notions de « diaspora » (diaspora/диаспора) et de « langue de diaspora » (âzyk diaspory) (ibid. : 256-257).

5Comme nous le voyons les dictionnaires de sociolinguistique russe et kazakh ne sont pas identiques. Bien sûr, on peut expliquer cet écart par le fait que le système de termes de la sociolinguistique évolue rapidement. Ceci est dû à plusieurs raisons, y compris à la nature interdisciplinaire de la linguistique sociale. Une des raisons importantes est de surmonter la période difficile de libération des « illusions » et des « mythes » de la période soviétique. On peut dire avec certitude que l’appareil conceptuel de notions se trouve à un nouveau stade de la mise en place.

6Ainsi, le problème existe, il est d’actualité et extrêmement sensible. Les facteurs linguistiques sont le fondement, le sous-système du système étatique et cela devient évident lorsque nous faisons face aux positions des représentants officiels et de l’État. Par exemple, très souvent lors de discours publics, les Russes ethniques résidant à l’étranger sont appelés « compatriotes » (sootečestvenniki), ou membres de « diaspora russe » (russkaâ diaspora) même si certains d’entre eux – par exemple les émigrants de la première vague en Europe – ne parlent pas la langue russe. Ainsi, selon les résultats du dernier recensement du 6 avril 2001 effectué par le Département des statistiques de la République de Lituanie, les Russes constituent 6,31 % de la population de ce pays ou 219 789 personnes. Il est à noter que, d’une part, tous les Russes ne considèrent pas le russe comme leur langue native : 13 954 Russes mentionnent le lituanien comme telle, 389 personnes mentionnent le polonais, 77 personnes nomment le biélorusse, et pour 91 personnes c’est l’ukrainien. D’autre part, la langue russe est reconnue comme langue native par d’autres nationalités : par des Polonais (22 439 pers.), par des Biélorusses (22 386 pers.), par des Ukrainiens (11 737 pers.), par des Juifs (2 411 pers.), par des Tatars (1 448 pers), ainsi que par des Lituaniens (7 837 pers.) et d’autres.

7Ainsi, il devient évident que les identités linguistique et ethnique ne concordent pas, d’où une contradiction entre les termes reconnus dans la linguistique et utilisés dans des discours officiels (et non officiels) au niveau étatique.

  • 1 L’auteur différencie « russe » comme ethnie (« русский/russkij ») et « russe » comme citoyenneté ((...)

8L’actualisation du problème de la « diaspora russe »1 (rossijskaâ diaspora) et de la politique diasporique de la Russie permet aux politologues de croire que cette notion est étroitement liée à un autre problème scientifique, et même à celui de civilisation, qui surgit sur une strate historique et culturelle de l’idée nationale. Il s’agit en fait de la formation de la base de la « société russe » (rossijskoe obŝestvo) dont l’élément le plus important est un repère sûr dans la détermination du contenu de la définition fondamentale du « peuple russe » (rossijskij narod). Ce phénomène social est une prémisse gnoséologique nécessaire dans une étude de ses dérivés diasporiques. La vision conceptuelle des caractéristiques sociales, les traits qualitatifs et le contenu de la notion de « peuple russe » ne constituent pas seulement un sujet de débats scientifiques mais, avant tout, l’instrument d’une confrontation politique.

  • 2 « Россuя — эmо наųuональное ƨосу∂арсmɞо россuян, ɞ сосmаɞ коmорых ɞхо∂яm nре∂сmаɞumелu ɞсех эmнuче (...)

9Depuis le milieu des années 1990, un scientifique reconnu V. Tiškov, appelle à oublier la nation et à dégager de la place pour la reconnaissance de la « citoyenneté russe » (rossijkaâ graždanstvennost’) : « La Russie est un État national des Russes (rossiân) représentés par tous les groupes ethniques comme Russes, Iakoutes, Tatars, Tchouktches, Coréens, Ukrainiens et beaucoup d’autres qui résident sur le territoire et ont la citoyenneté2. » V. Tiškov pense que le peuple russe (rossijskij) est une « intégralité historique » et une « nation civique ». Il distingue les caractéristiques suivantes de la « diaspora russe » (rossijskaâ diaspora) : l’absence de pertinence ethnique, l’unité sur la base d’un principal trait culturel distinctif comme la langue russe, l’identité socioculturelle dont la condition de génération indispensable est la présence d’intellectuels comme producteurs de perceptions subjectives et de la liaison politico-humanitaire avec la Russie. Il identifie les termes de « Monde russe » (Russkij mir) et de « diaspora russe » (rossijskaâ diaspora), reliés par le fondement culturel commun avec la dominante culturelle russe, mais il distingue la notion de « compatriotes russes » (rossijckie cootečestvenniki) (Tiškov 1998).

10La diversité de la « diaspora russe » (rossijskaâ diaspora) dans les pays de la CEI a permis à N. Kalinina (2005) de conclure que, selon le statut social, la diaspora russе peut être officieusement divisée en trois grands groupes qui reflètent les principales strates de la population russe dans ces pays.

11D’après I. Ivanov, il existe encore un terme, « diaspora russophone » (russkoâzyčnaâ diaspora), ayant principalement une caractéristique linguistique. Selon l’opinion d’autres chercheurs, dans les pays de la CEI, la diaspora russe est désunie. Il existe beaucoup d’organisations mais il n’y a pas de centre commun. A. Lobanov (2007) pense, de son côté, qu’ils sont très nombreux au Kazakhstan et qu’ils ont besoin du soutien de la Russie.

  • 3 «Сеmь ∂олжна сmаmь кроɞеносноŭ сuсmемоŭ, nо∂ коmороŭ бу∂уm ųuркулuроɞаmь разлuчные жuзнесmроumельн (...)

12Û. Gromyko suggère que la tâche la plus importante serait l’élaboration et la création d’un projet de réseau associatif de diaspora. Le réseau est compris comme une union culturelle et celle d’informations des communautés de diaspora russe. Selon lui, « ce réseau doit devenir comme un système de circulation sanguine où circuleront des différents éléments vitaux du monde diasporique3 » (Gromyko 2010 : 17).

13A. Knâzev estime que la situation

  • 4 «[…] россuŭскuх сооmечесmɞеннuкоɞ ɞ ресnублuках быɞɯеƨо СССР не можеm быmь оnuсано с nомощью конųе (...)

des « compatriotes russes » (rossijskie cootečestvenniki) dans les républiques d’ex-URSS ne peut pas être décrite à travers la conception de diaspora. Il ne faut pas définir comme diaspora tout groupe d’appartenance ethnique (et/ou confessionnelle) s’il n’a pas de motivation fonctionnelle intérieure, ni de besoin à l’auto-préservation. […] On ne peut pas qualifier comme diaspora un groupe dispersé d’émigrants résidant dans un pays étranger. […] L’attractivité de la diaspora pour les émigrants est déterminée par sa fonction sociale de soutien et, en cas de besoin, de défense des émigrants en les aidant à s’intégrer dans le nouveau milieu social4 (Knâzev 2008 : 80).

14Selon A. Knâzev, c’est également une communauté résidant sur le territoire qui n’appartient pas historiquement au peuple dont elle fait partie. Cela ne se rapporte pas au territoire d’ex-Union soviétique (ibid.).

  • 5 «Русскuе ɞ nосmсоɞеmскuх ресnублuках не ƨоmоɞы былu сmаmь ∂uасnороŭ. ∂а u сам ∂uасnоральныŭ nо∂хо∂ (...)

15S. Panteleev considère que « dans les républiques postsoviétiques les Russes n’étaient pas prêts à devenir une diaspora. Et même l’approche diasporique de ce problème se présente de façon discutable5 » (Panteleev 2008 : 14).

  • 6 «Заnущенная “сɞерху” “∂uасnорuзаųuя” nрuɞела к mому, чmо mермuном “∂uасnора” сmалu акmuɞно оnерuро (...)

16On pourrait citer plusieurs autres opinions, mais l’essentiel reste ce qui suit : le terme qui signifie « diaspora » (diaspora) dans la réalité de la Russie et de l’espace postsoviétique est discutable. Il est très concevable que, dans ce cas, le point de vue des scientifiques occidentaux doit être soigneusement étudié. H. Pilkington et M. Flynn écrivent qu’« à la suite de la “diasporisation” lancée du “haut” le terme “diaspora” a commencé à être utilisé dans les discours politiques et publics, sans aucune spécification préalable et claire, dans un sens très large englobant le ban et l’arrière-ban6 » (Pilkington, Flinn 2001 : 11).

  • 7 « ɯuре эmносоɞ u наųuŭ, mеррumорuŭ, релuƨuŭ, nолumuческuх сuсmем u u∂еолоƨuческuх nрuсmрасmuŭ» (Ni (...)

17Pendant la troisième et la quatrième Assemblées du Monde russe (novembre 2009 et 2010 à Moscou) la notion de « Monde russe » en tant que civilisation qui « était plus large que les ethnies et les nations, les territoires, les religions, les systèmes politiques et les attachements idéologiques7 », était une question d’actualité. Cependant, les scientifiques insistent sur le fait que :

  • 8 «∂ɞа∂ųаmыŭ ɞек сmал ɞесьма mраƨuчным ∂ля Русскоƨо мuра, ∂ля русскоƨо языка. […] Расnа∂ СССР нанес (...)

Le XXe siècle est devenu assez tragique pour le Monde russe et pour la langue russe. […] L’effondrement de l’URSS a porté un coup important aux positions de la langue russe. Le nombre de ses locuteurs a sensiblement diminué. Le russe est la seule de toutes les grandes langues qui n’a pas seulement perdu ses positions dans le monde au cours de ces derniers dix ans, mais qui les a perdues d’une façon fulgurante. […] L’univers du Monde russe est énorme mais il diminue. La langue russe est toujours la cinquième ou la sixième langue sur le globe, or c’est la seule langue mondiale qui perd ses positions8. (Nikonov 2010 : 5, 6, 7, 12).

18Selon V. Nikonov, ce ne sont pas seulement le sang, l’ethnie, l’orthodoxie qui ne déterminent l’« appartenance au monde russe (russkost’) », mais aussi le « monde de la langue russe » (Nikonov 2010).

  • 9 «скреnляющuм расmɞором Русскоƨо мuра, осноɞным носumелем еƨо uсmорuческuх ко∂оɞ u смыслоɞ, базоŭ е (...)

19D’après A. Gromyko, directeur des programmes européens « Le Monde russe », « la langue russe est une solution d’unification du Monde russe, une porteuse principale de codes et de sens, une base de sa culture9 » (Gromyko 2010 : 22).

20Notant l’intérêt croissant pour la langue russe en Europe durant ces dernières années, A. Gromyko constate, néanmoins, que le nombre de ceux qui apprennent la langue russe est moindre par rapport à ceux qui l’ont apprise à l’époque soviétique.

  • 10 «Ясно, чmо ɞ ųелом чuсло знающuх ɞ mоŭ uлu uноŭ сmеnенu русскuŭ язык ɞ Сmаром Сɞеmе бу∂еm блuжаŭɯu (...)

Il est clair que l’ensemble de ceux qui parlent plus ou moins bien le russe dans l’Ancien Monde va prochainement diminuer avec la décroissance de l’ancienne génération dans les pays de l’Europe de l’Est, mais à quel niveau pourrait-on stabiliser le nombre de locuteurs de la langue russe ?10 (ibid. : 22-23).

21L’une des questions les plus importantes de l’étude sociologique qualitative « Le rôle social du business russe dans les Pays baltes (sur la base de l’exemple de la Lettonie) » (Otčët o kačestvennom sociologičeskom issledovanii Social’naâ rol’russkogo biznesa v Pribaltike (na primere Latvijskoj Respubliki)) était la formulation d’une définition précise de la notion de la « communauté russe en Lettonie ». Un sondage auprès d’experts a révélé une approche diversifiée de la définition de ce terme. En répondant à la question « Qu’est-ce que la communauté russe de Lettonie représente aujourd’hui ? », les experts ont utilisé les caractéristiques majeures suivantes :

La minorité linguistique, la diaspora russe, la communauté d’origine ethnique commune, l’espace culturel, un certain nombre d’institutions publiques portant l’idée russe, conglomérat de différentes personnes, une sorte d’évolution de la minorité russe, les “joueurs de balalaïka” ethnographiques, et tout simplement une tendance exploitée dans les médias. (Otčët o kačestvennom sociologičeskom issledovanii « Social’naâ rol’russkogo biznesa v Pribaltike (na primere Latvijskoj Respubliki) 2009).

22La grande majorité des experts interrogés estiment que le sens de l’expression « communauté russe de la Lettonie » (russkaâ obŝina latvii) est conditionné. Aujourd’hui, la communauté russe consolidée et unie n’existe pas en Lettonie. Il y a une communauté abstraite de gens de même origine ethnique, réunie hypothétiquement par la langue russe et par les traditions culturelles, une communauté désunie et dissociée, sans statut juridique. En gros, dans la notion de communauté russe les experts incluent toutes les personnes russophones résidant sur le territoire de la République de Lettonie.

23La plus grande partie des personnes interrogées insiste sur l’emploi du terme « communauté russophone » (russkoâzyčnaâ obŝina) à la place de « communauté russe » (russkaâ obŝina) en expliquant cela par le fait que les russophones d’origine ukrainienne, biélorusse et autres ressortissants de l’ex-URSS, qui résident sur le territoire de la République de Lettonie, ne s’identifiant pas majoritairement au peuple russe (Otčët o kačestvennom sociologičeskom 2009 : 22).

24On pense qu’il est impossible de parler de la solidarité de la diaspora du fait de la différenciation sociale et de la dissociation territoriale des membres de la communauté. La raison pour laquelle les initiateurs du sondage nomment cette entité « communauté » (obŝina), n’est pas très claire. La signification du mot « communauté » (obŝina) dans la langue russe est la suivante : 1) forme de groupement de gens dont la caractéristique principale est d’être une société communautaire primitive possédant (dans la totalité ou partiellement) des biens de production collectifs en autogestion absolue ou partielle (communauté clanique, communauté familiale) ; 2) Ancien : une société, une organisation (Communauté de la Croix rouge) (Evgen’eva 1983 : 578), c’est pourquoi il serait plus correct de parler de la « diaspora russe » (russkaâ diaspora) ou russophone.

25Tenant compte des opinions présentées ci-dessus, le terme de « langue de diaspora » (âzyk diaspory) est difficilement défini faute d’une définition de la notion « diaspora » (diaspora). Il n’y a pas de liaison nécessaire, ni de dialogue entre les différents discours (entre la politologie et la linguistique). Néanmoins, nous pensons qu’il est extrêmement important d’étudier et de décrire soigneusement les phénomènes dissimulés derrière les locutions « langues des immigrants » (immigrantskie âzyki), « langues de diasporas » (âzyki diaspor), « langues endogènes et exogènes de diasporas » (èkzogennye i endogennye âzyki diaspor). La complexité des phénomènes linguistiques dont nous venons de parler sont déterminés par le caractère pluriethnique, multiculturel et multiconfessionnel de tous les États post-soviétiques. L’instabilité démographique et le déséquilibre de la situation linguistique représentent des difficultés objectives de l’identification, du recensement et de la systématisation des langues à l’étape actuelle.

26À notre avis, pour mieux comprendre ce qui est sous-entendu par le terme « langue de diaspora » (âzyk diaspory), il convient de l’étudier en contexte avec les notions suivantes : « langue majoritaire » (mažoritarnyj âzyk), « langue minoritaire » (minoritarnyj âzyk), « langue titulaire » (titul’nyj âzyk), « langue ethnique » (ètničeskij âzyk). Tous ces termes sont déterminés par leur appartenance à une ethnie, à un groupe ethnique. Probablement, cette approche est plus appropriée à l’heure actuelle.

27Les représentants de nombreuses diasporas dans chacun des nouveaux États font l’objet d’une politique linguistique dans l’espace post-soviétique. Selon la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, chaque langue peut être qualifiée de langue de diaspora en fonction de certains critères : du territoire de l’État dont les citoyens sont des locuteurs de la langue, « de l’attachement à un espace géographique » d’un territoire, du nombre de locuteurs de la langue par rapport au reste de la population du pays, etc.

28L’analyse des travaux linguistiques que nous avons effectuée à travers les pays de la CEI et de la Baltique, démontre que l’aménagement linguistique (âzykovoe stroitel’stvo) et la politique linguistique dans les nouveaux États sont actuellement orientés vers la restauration des langues d’État. Dans les pays de la CEI, on observe des problèmes terminologiques liés à la formation des corpora linguistiques nationaux. Cependant, les linguistes de ces pays déploient des efforts pour décrire des notions sociolinguistiques dans la mesure du possible. Ainsi, par exemple, les linguistes reconnues du Kazakhstan (D. Akanova, È. Sulejmenova, N. Şajmerdenova) proposent une explication suivante de la notion « langue de diaspora » : la langue kazakhe est une langue titulaire et est celle de l’État de la République du Kazakhstan et, parallèlement, en dehors de l’État, elle est perçue comme langue de diaspora kazakhe en Russie, en Chine, Mongolie, Turquie, Afghanistan, Iran, etc. (Sulejmenova, N. Şajmerdenova 2007)

29Selon ces données, la majorité des langues de diasporas du Kazakhstan sont des langues des peuples migrés ou déportés, ayant eu un pays de résidence principal. En fonction de cela, comment sont statuées et/ou dispersées les langues de diaspora du Kazakhstan dans le pays de résidence principal et peuvent-elles être divisées en deux groupes ?

  • 11 « Экзоƨенные мuнорumарные языкu – эmо языкu, на коmором ƨоɞорum языкоɞое меньɯuнсmɞо ɞ сmране, но (...)
  • 12 Les Grecs du Kazakhstan, dont la diaspora est suffisamment importante (1970 : 51 161 ; 1979 : 49 9 (...)
  • 13 Au Kazakhstan, il existe deux dialectes, mise à part la langue coréenne des immigrants de la Corée (...)
  • 14 Les premiers migrants forcés des Finnois ingriens ont pu apparaitre au Kazakhstan au cours des ann (...)

30Afin de déterminer les langues du premier groupe, il est suggéré d’utiliser le terme « langues exogènes11 », en élargissant sa définition de façon suivante : une langue exogène est une langue de diaspora qui a, en dehors du Kazakhstan, une principale formation territoriale et étatique où cette langue est titulaire, étatique, officielle et/ou majoritaire. Les langues exogènes sont les suivantes : l’abaza, l’avar, l’agul, l’adyguéen, l’azéri, l’albanais, l’arménien, le bachkir, le bélarusse, le bulgare, le bouriate, le hongrois, le grec12, le géorgien, le darguine, l’ingouche, le kabarde, le kalmouk, le karakalpak, le karatchaï-balkar, le kirghiz, le komi-zyrian, le komi-permiak, le coréen (Koryo-mar)13, le koumyk, le lak, le letton, le lezguien, le lituanien, le mari des montagnes, le mari des plaines, le moldave, le mongol, le mordve mokcha, le mordve erzya, l’allemand, le nogaï, l’ossète, le persan, le polonais, le pachtoune, le roumain, le russe, le serbe, le slovaque, le tadjik, le tatar, le tat, le touvain, le turkmène, l’oudmourte, l’ouzbek, l’ukrainien, le finnois14, le khakasse, le croate, le tchétchène, le tchèque, le tchouvache, l’estonien, le iakoute d’autres langues de diasporas.

  • 15 « Эн∂оƨенныŭ мuнорumарныŭ язык – эmо язык, на коmором ƨоɞорum языкоɞое меньɯuнсmɞо ɞ ∂анноŭ сmране (...)

31Les langues du deuxième groupe peuvent être qualifiées de « langues endogènes15 ». Une langue de diaspora est définie comme endogène si elle possède, en dehors du Kazakhstan, une autre zone de peuplement où cette langue n’est pas titulaire, ni étatique, ni officielle ni même majoritaire. Par exemple, conformément à l’article 6 de la Constitution de la République autonome de Crimée de 1992, la langue tatare de Crimée est une langue d’État (parallèlement à l’ukrainien et au russe) de la République autonome de Crimée. Cependant, depuis 1996, faute de mention sur la langue tatare de Crimée dans le texte de la nouvelle Constitution de l’Ukraine, elle devient langue minoritaire de facto et de jure. Ainsi, l’aléoute, l’assyrien (le néo-assyrien), le baloutchi (baločī), le vepse, le doungane, l’ingrien, l’itelmène (le kamtchadale), le karaïm, le carélien, le ket (l’ostyak), le koriak, le tatar de Crimée, le live, le mansi, le nanaï, le négidale, le nivkhe, l’orotche, le rushan, le same, le selkoupe, le talysh, le tofalar, l’oudi, l’oudihe, l’ulch, le khanty, le tchouvane, le tchouktche, le chor, le shughni, l’énètse et d’autres langues peuvent être considérées des langues endogènes de diaspora du Kazakhstan. La plupart des langues endogènes de diaspora du Kazakhstan sont des langues des peuples autochtones numériquement faibles de la Fédération de Russie.

32Selon le point de vue des linguistes kazakhs, il faut étudier à part la question sur la qualification des langues, dont les locuteurs viennent d’être enregistrés lors des derniers recensements au Kazakhstan. Pour déterminer le statut de ces langues il est suggéré de les spécifier comme « langues d’immigrants » (âzyki immigrantov) (Trudgill 2003 : 43) et de leur attribuer ce statut en suivant la pratique qui existe déjà dans plusieurs pays du monde. En Belgique, par exemple, cela donne la possibilité de ne pas utiliser la notion de « langue minoritaire » (minoritarnyj âzyk) ou de « langue d’une minorité » (âzyk men’šinstva). Toutes les quatre langues de la Belgique sont officielles régionales, tandis que l’italien, l’arabe, l’espagnol, le turc et le portugais ont obtenu le statut des langues d’immigrants.

  • 16 Les langues d’immigrants du Kazakhstan n’ont pas été décrites dans la littérature linguistique : i (...)

33Un groupe à part des langues du Kazakhstan est constitué des « langues d’immigrants » (immigrantskie âzyki) dont les locuteurs sont venus récemment au Kazakhstan des autres États pour une résidence permanente ou temporaire (mais prolongée). Certaines populations d’immigrants ont été déjà enregistrés au Kazakhstan lors du recensement de 1970, les autres ont été inscrites beaucoup plus tard dans une colonne à part des résultats du recensement de 1999. On peut supposer que les représentants de certains peuples, statistiquement peu nombreux, sont inscrits sur la ligne « peuples d’Inde et du Pakistan » et, en 1999, dans l’ensemble ils ont dénombré 682 personnes. Aujourd’hui, parmi les langues d’immigrants du Kazakhstan16 on peut compter :

  • l’anglais : Américains : 9 (1970), 0 (1979), 8 (1989), 98 (1999) ; Anglais : 5 (1970), 15 (1979), 12 (1989), 81 (1999) ;
  • l’arabe17 : Arabes : 178 (1970), 164 (1979), 54 (1989), 533 (1999) ;
  • le vietnamien : Vietnamiens : 258 (1970), 14 (1979), 88 (1989), 29 (1999) ;
  • l’espagnol : Espagnols : 68 (1970), 33 (1979), 41 (1989), 34 (1999) ; Cubains : 0 (1970), 97 (1979), 83 (1989), 50 (1999) ;
  • l’italien : Italiens : 152 (1970), 117 (1979), 146 (1989), 113 (1999) ;
  • le chinois18 : Chinois : 4 189 (1970), 3 715 (1979), 3 627 (1989), 3 510 (1999) ;
  • le néerlandais : Hollandais : 211 (1970), 131 (1979), 123 (1989), 21 (1999) ;
  • le français : Français : 70 (1970), 56 (1979), 32 (1989), 31 (1999) ;
  • l’hindi et l’ourdou : les peuples d’Inde et de Pakistan : 52 (1970), 23 (1979), 28 (1989), 682 (1999) ;
  • le japonais : Japonais : 26 (1970), 24 (1979), 19 (1989), 35 (1999) ;
  • et autres19.

34Les différentes capacités démographiques et communicatives des langues sont influencées par les particularités de la maîtrise de la langue native, du kazakh et de la langue russe par les représentants des diasporas. Le niveau de connaissances très élevé de la langue kazakhe est caractéristique chez trois diasporas : tatare, ouzbèke et ouïgoure. Les langues de diaspora, étant inégales sur le plan démographique et communicationnel et créant un étrange paysage ethnolinguistique, reflètent la plus riche diversité de l’histoire des différents peuples qui se sont retrouvés fatalement sur le territoire du même État. Cependant, l’originalité de la situation linguistique du Kazakhstan se fait non seulement par la richesse et la diversité linguistique mais aussi par le co-fonctionnement de deux langues partenaires puissantes, le kazakh et le russe, dans un espace de communication.

35Les linguistes de la CEI explorent efficacement les questions de la situation linguistique et de « l’aménagement linguistique » (âzykovoe stroitel’stvo) dans leurs sociétés. Nous recommandons également d’examiner la thèse d’un linguiste reconnu, A. A. Nozimov intitulée La Situation linguistique au Tadjikistan d’aujourd’hui : l’état, les particularités et les perspectives du développement, soutenue fin 2010 au Tadjikistan, à Douchanbé (Nozimov 2010).

36Les recherches actuelles sur la situation linguistique dans les pays d’ex-URSS sont importantes et indispensables pour chaque nouvel État. Néanmoins, on ne peut pas parler d’une unanimité d’opinions sur les notions « diaspora » (diaspora) et de « langue de diaspora » (âzyk diaspory). Pour le moment, on ne peut que distinguer une base minimale qui pourrait convenir à tout le monde.

Conclusion

37Les points de vue et les opinions présentés nous démontrent qu’il est difficile de définir le terme « langue de diaspora » (âzyk diaspory) par manque de définition de la notion de « diaspora » (diaspora). Il n’existe pas de lien concordant ni de dialogue suffisant entre les différents discours (entre la politologie et la linguistique) sur ce thème. Néanmoins, nous pensons qu’il est très important d’étudier attentivement et de décrire les phénomènes dissimulés derrière les termes : « langues d’immigrants » (immigrantskie âzyki), « langues de diasporas » (âzyki diaspor), « langues exogènes et endogènes de diasporas » (èkzogennyj i endogennyj âzyki diaspor).

38La complexité et la mobilité des phénomènes énumérés sont liées à la multiethnicité, à la multiculturalité, à la multitude de confessions religieuses de tous les États postsoviétiques. Le déséquilibre démographique et l’instabilité de la situation linguistique représentent aujourd’hui des difficultés pour l’identification, le recensement et une approche systématisée des langues.

39À notre avis, pour mieux comprendre le phénomène qui se cache derrière le terme « langue de diaspora » (âzyk diaspory), il est indispensable de l’étudier dans le contexte des notions telles que : « langue majoritaire » (mažoritarnyj âzyk), langue minoritaire (minoritarnyj âzyk), « langue titulaire » (titul’nyj âzyk), « langue ethnique » (ètničesbij âzyk). Tous ces termes sont déterminés par leur appartenance à une ethnie/groupe ethnique. Probablement, cette approche est de nos jours la plus appropriée.

40Par ailleurs, le contexte des échanges transculturels et globaux d’aujourd’hui est caractéristique de régions multiculturelles et transculturelles. Dans les États postsoviétiques, on travaille d’une façon efficace à l’amélioration de la politique linguistique, de l’idéologie linguistique et de la construction linguistique, mais dans chacun de ces nouveaux États on voit vivre et se développer des diasporas. Donc, comme nous le voyons, la formule telle qu’« un État est une nation » ne fonctionne plus. Dans ce contexte, il est évident que la notion de « langue de diaspora » (âzyk diaspory) fait désormais parti des notions pertinentes et soumises à une étude approfondie.

Bibliography

Références bibliographiques

Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Strasbourg, 5/11/1992 http://www.coe.int/t/dg4/education/minlang/default_FR.asp

Otčët o kačestvennom sociologičeskom issledovanii « Social’naâ rol’russkogo biznesa v Pribaltike (na primere Latvijskoj Respubliki) », Materialy [Rapport sur la recherche sociologique qualitative « Le rôle social du business russe dans les Pays baltes (à titre d’exemple, la Lettonie) »], Moskva, Fonda « Russkij Mir », 2009.

ÂCENKO E. B., KOZIEVSKAÂ E. V, GAVRILOV K. A. (ed.) (2008), Russkij âzyk v novyh nezavisimyh gosudarstvah : Rezul’taty kompleksnogo issledovaniâ [La Langue russe dans les nouveaux Etats indépendants : les résultats d’une étude complexe], Moskva, Fond « Nasledie Evrazii ».

EVGEN’EVA A. P. (ed.) (1983), Slovar’russkogo âzyka v četyrëh tomah [Dictionnaire de la langue russe en quatre volumes], Izd-e 2, ispr. i dopoln., Moskva, Russkij âzyk, vol. 2.

GROMYKO A. (2010), « Russkij mir : ponâtie, principy, cennosti, struktura » [Le monde russe : concept, principes, valeurs, structure], in NIKONOV V. (ed.), Smysly i cennosti Russkogo Mira. Sbornik statej i materialov kruglyh stolov, organizovannyh fondom « Russkij mir » [Le Sens et les valeurs du monde russe. Le recueil d’articles et de collection de tables rondes, organisées par la fondation le « Monde russe »], Moskva, pp. 22-23.

KALININA N. (2005), Rossijskaâ diasporal’naâ politika v stranah SNG : sostoânie i perspektivy [La Politique de la diaspora russe dans les pays de CEI : situation et perspectives], Moskva, Naučnaâ kniga.

KNÂZEV A. (2008), « Organizacionnye problemy russkih obŝin v Central’noj Azii » [Les problèmes d’organisation des communautés russes en Asie centrale], in PANTELEEV Û. M. (ed.), Russkaâ identičnost’na postsovetskom prostranstve [L’Identité russe dans l’espace postsoviétique], Moskva, InfoRos, pp. 78-82.

MIHAL’ČENKO V. Û, KOŽEMÂKINA V. A., KOLESNIK N. G., KRÛČKOVA T. B. (dir.) (2006), Slovar’sociolingvističeskih terminov [Dictionnaire des termes sociolinguistiques], Moskva, Institut Âzykoznaniâ RAN.

LOBANOV A. (2007), « Kazahstan : glavnye problemy rossijskoj diaspory » [Le Kazakhstan : les principaux problèmes de la diaspora russe], Kommentarii, 2007. 17 okt.

NIKONOV V. (2010), « Ne vospominanie o prošlom, a mečta o buduŝem » [Non pas le souvenir du passé mais un rêve d’avenir], in NIKONOV V. (ed.), Smysly i cennosti Russkogo Mira. Sbornik statej i materialov kruglyh stolov, organizovannyh fondom « Russkij mir » [Le Sens et les valeurs du monde russe. Recueil d’articles et de contributions à des tables rondes, organisées par la fondation le « Monde russe »], Moskva, pp. 4-14.

NOZIMOV A. A. (2010) Âzykovaâ situaciâ v sovremennom Tadžikistane : sostoânie, osobennosti i perspektivy razvitiâ : dissertaciâ doktora filologičeskih nauk, Mesto zaŝity [La Situation linguistique au Tadjikistan actuel : les conditions, les particularités et les perspectives du développement. Thèse de doctorat en linguistique], In-t âz. i lit. im. Rudaki. AN Resp. Tadžikistan, Dušanbe.

PANTELEEV S. Û. (2008), « Russkie v Rossii i za rubežom : odin narod, raznye sud’by » [Les Russes en Russie et à l’étranger : un seul peuple, des destinées différentes], in PANTELEEV Û. M. (éd.), Russkaâ identičnost’na postsovetskom prostranstve [L’Identité russe dans l’espace postsoviétique], Moskva, InfoRos, pp. 8-16.

PAK B. (2004), Očerk istorii rossijskih korejcev [Un aperçu de l’histoire des Coréens de Russie], Moskva, IV RAN.

PEREHVAL’SKAÂ E. (1997), « Status idioma i etničeskoe samosoznanie » [Le statut de l’idiome et l’identité ethnique], in SKORVID S. S. (ed.) Malye âzyki Evrazii : sociolingvističeskij aspect [Les Petites langues de l’Eurasie : un aspect sociolinguistique], Moskva, MGU, pp. 5-12.

PILKINGTON H., FLINN M. (2001), « Čužie na rodine (Issledovaniâ « diaspora’noj identičnosti » russkih-vynuždennyh pereselencev » [Des intrus dans la patrie (les recherches sur l’« identité de diaspora » russe d’immigration forcée)], Diaspory, no 2-3, pp. 7-34.

SON S. Û (1999), Sociolingvističeskij analiz funkcionirovaniâ kore mar i russkogo âzyka v korejskoj diaspore Kazahstana [Analyse sociolinguistique du fonctionnement du koryo mar et de la langue russe dans la diaspora coréenne du Kazakhstan], Аvtoreferat dissertacii. kandidata. filologičeskih nauk, Аlmaty.

SULEYMENOVA E. D., ŞAYMERDENOVA N. J. (dir.) (2007), Slovar’sociolingvističeskih terminov [Dictionnaire des termes sociolinguistiques], İzdanie 2-oe, dopolnennoe i pererabotannoe, Almaty, Qazaq universiteti.

TIŠKOV V. A. (1994), « Rossiâ kak nacional’noe gosudarstvo » [La Russie comme État national], Nezavisimaâ gazeta, no 15, 26 janvier, pp. 1-3.

TIŠKOV V. A. (1998), « Zabyt’o nacii (postnacionalističeskoe ponimanie nacionalizma) » [Oublier la nation (conception post-nationaliste du nationalisme)], Voprosy filosofii, no 9, pp. 3-26.

TIŠKOV V. A. (2003), Rekviem po ètnosu : issledovaniâ po social’no-kul’turnoj antropologii [Requiem en l’honneur de l’ethnie : recherches d’antropologie socioculturelle], Moskva, Nauka.

TRUDGILL P. (2003), A Glossary of Sociolinguistics, Edinburgh, Edinburgh University Press LTD.

ZATULIN K. F., DOKUČAEVA A. V. (dir.) (2010), Russkoâzyčnye v Central’noj Azii. Social’nyj portret [Les Russophones en Asie centrale. Le portrait social], Moskva, Institut diaspory i integracii (Institut stran SNG).

Notes

1 L’auteur différencie « russe » comme ethnie (« русский/russkij ») et « russe » comme citoyenneté (российский/rossijskij).

2 « Россuя — эmо наųuональное ƨосу∂арсmɞо россuян, ɞ сосmаɞ коmорых ɞхо∂яm nре∂сmаɞumелu ɞсех эmнuческuх ƨруnn: русскuе, якуmы, mаmары, чукчu, кореŭųы, украuнųы u мноƨuе ∂руƨuе, кmо nрожuɞаеm на ее mеррumорuu u обла∂аеm ƨраж∂ансmɞом.» (Tiškov 1994 : 1, 3).

3 «Сеmь ∂олжна сmаmь кроɞеносноŭ сuсmемоŭ, nо∂ коmороŭ бу∂уm ųuркулuроɞаmь разлuчные жuзнесmроumельные ∂ля ∂uасnоральноƨо мuра ɞещесmɞа.»

4 «[…] россuŭскuх сооmечесmɞеннuкоɞ ɞ ресnублuках быɞɯеƨо СССР не можеm быmь оnuсано с nомощью конųеnųuu ∂uасnоры. Нельзя оnре∂еляmь как ∂uасnору любую ƨруnnу оnре∂еленноŭ эmнuческоŭ (u/uлu конфессuональноŭ) nрuна∂лежносmu, еслu у нuх неm функųuонально ɞыраженноƨо ɞнуmреннеƨо сmuмула, nоmребносmu к самосохраненuю.»

5 «Русскuе ɞ nосmсоɞеmскuх ресnублuках не ƨоmоɞы былu сmаmь ∂uасnороŭ. ∂а u сам ∂uасnоральныŭ nо∂хо∂ к ∂анноŭ nроблеме nре∂сmаɞляеmся, nо краŭнеŭ мере, ∂uскуссuонным.»

6 «Заnущенная “сɞерху” “∂uасnорuзаųuя” nрuɞела к mому, чmо mермuном “∂uасnора” сmалu акmuɞно оnерuроɞаmь ɞ nолumuческом u nублuчном ∂uскурсе, nрuчем без nре∂ɞарumельноŭ чеmкоŭ еƨо сnеųuфuкаųuu, ɞ чрезɞычаŭно ɯuроком значенuu, охɞаmыɞающем ɞсе u ɞся.»

7 « ɯuре эmносоɞ u наųuŭ, mеррumорuŭ, релuƨuŭ, nолumuческuх сuсmем u u∂еолоƨuческuх nрuсmрасmuŭ» (Nikonov 2010 : 5)

8 «∂ɞа∂ųаmыŭ ɞек сmал ɞесьма mраƨuчным ∂ля Русскоƨо мuра, ∂ля русскоƨо языка. […] Расnа∂ СССР нанес очень серьезныŭ у∂ар nо nозuųuям русскоƨо языка. Чuсло еƨо носumелеŭ значumельно сокраmuлось. Русскuŭ — эmо е∂uнсmɞенныŭ uз круnных языкоɞ, коmорыŭ не nросmо mерял сɞоu nозuųuu ɞ мuре на nроmяженuu nосле∂нuх 20 леm, а mерял uх сmремumельно. […] ɞселенная Русскоƨо мuра оƨромна, но она сокращаеmся. Русскuŭ язык, nо-nрежнему яɞляеmся nяmым uлu ɯесmым на nланеmе, но эmо е∂uнсmɞенныŭ мuроɞоŭ язык, коmорыŭ уmрачuɞаеm сɞоu nозuųuu.»

9 «скреnляющuм расmɞором Русскоƨо мuра, осноɞным носumелем еƨо uсmорuческuх ко∂оɞ u смыслоɞ, базоŭ еƨо кульmуры яɞляеmся русскuŭ язык.»

10 «Ясно, чmо ɞ ųелом чuсло знающuх ɞ mоŭ uлu uноŭ сmеnенu русскuŭ язык ɞ Сmаром Сɞеmе бу∂еm блuжаŭɯuе ƨо∂ы сокращаmься nо мере убылu сmарɯuх nоколенuŭ ɞ сmранах ɞосmочноŭ Еɞроnы, ɞоnрос ɞ mом — на каком уроɞне у∂асmся сmабuлuзuроɞаmь чuсло носumелеŭ русскоƨо языка.»

11 « Экзоƨенные мuнорumарные языкu – эmо языкu, на коmором ƨоɞорum языкоɞое меньɯuнсmɞо ɞ сmране, но коmорое яɞляеmся мажорumарным ɞ ∂руƨоŭ сmране. » (Langues minoritaires exogènes : des langues parlées par une minorité dans un pays, mais qui représente la majorité dans un autre pays.) (Trudgill 2003 : 43).

12 Les Grecs du Kazakhstan, dont la diaspora est suffisamment importante (1970 : 51 161 ; 1979 : 49 930 ; 1989 : 46 267 ; 1999 : 12 703), ont été majoritairement déportés du Kraï de Krasnodar et s’identifiaient aux Grecs-Pontiques. « У ƨрекоɞ-nонmuŭųеɞ ∂осmаmочно осноɞанuŭ, ɞ mом чuсле лuнƨɞuсmuческuх, чmобы объяɞumь сɞоŭ u∂uом (язык – Э.∂.С.) особым ∂uалекmом, ∂аже особым nонmuŭскuм языком. О∂нако ɞ насmоящее ɞремя, ɞерояmно, ɞ сɞязu с ɞозможносmью реnаmрuаųuu ɞ Ƨреųuю оnре∂еляющuм оказалось не разлuчuе, а схо∂сmɞо. » (Les Grecs-Pontiques ont suffisamment de raisons, y compris des raisons linguistiques, pour déclarer leur idiome (langue-Dictionnaire encyclopédique) comme un dialecte à part et même comme une langue pontique particulière. Cependant aujourd’hui, avec une éventuelle possibilité de rapatriement en Grèce, ce n’est pas la différence mais la ressemblance qui s’est avérée déterminante.) (Perehval’skaâ 1997 : 7-9).

13 Au Kazakhstan, il existe deux dialectes, mise à part la langue coréenne des immigrants de la Corée du Sud : yukchin et myongchon qui font partie de la koïnè de la langue coréenne, koryo-mar (Pak 2004 ; Son 1999). Le koryo-mar est une langue des Coréens déportés de l’extrême Orient au Kazakhstan. Selon notre classification le koryo-mar est une langue exogène de la diaspora coréenne du Kazakhstan.

14 Les premiers migrants forcés des Finnois ingriens ont pu apparaitre au Kazakhstan au cours des années d’avant-guerre pendant les campagnes de purge des régions frontalières de Carélie. À la fin de la guerre avec la Finlande, la République soviétique autonome de Carélie a été transformée en SSR carélo-finnoise où le russe et le finnois ont été proclamé comme langues d’État. En mars 1942, une partie de Finnois ingriens (25-30 000 personnes) a été déportée en Sibérie et au Kazakhstan en tant que migrants spéciaux.

15 « Эн∂оƨенныŭ мuнорumарныŭ язык – эmо язык, на коmором ƨоɞорum языкоɞое меньɯuнсmɞо ɞ ∂анноŭ сmране u коmорое mакже не яɞляеmся мажорumарным ɞ ∂руƨоŭ сmране. » (Langue minoritaire endogène : une langue parlée par une minorité linguistique dans un pays et celle qui n’est pas majoritaire dans un autre pays.) (Trudgill 2003 : 43)

16 Les langues d’immigrants du Kazakhstan n’ont pas été décrites dans la littérature linguistique : il n’y a pas d’informations sur les particularités de la dispersion des groupes ethniques référentiels, ni sur le fonctionnement et l’usage des langues d’enseignement et d’apprentissage.

17 L’identification des variantes de la langue arabe demande de faire des recherches spécifiques puisque ce seraient seulement les Arabes de l’Asie centrale qui ont été enregistrés lors du recensement au Kazakhstan.

18 Les données actuelles ne permettent pas de différencier les variantes de la langue chinoise que l’on utilise au Kazakhstan

19 Parmi les langues d’immigrants suivantes, on constate une forte tendance à l’augmentation du nombre de locuteurs au sein de chaque groupe ethnique : l’arabe, le turc, le chinois, l’hindi, l’ourdou, ainsi que le japonais ; parmi ces langues, la représentation des peuples de l’Inde et du Pakistan a augmenté de 30 %, le nombre de Turcs a quadruplé, un grand nombre de Chinois est venu dans le pays durant ces dernières années après le recensement de 1999.

Author

Professeur de linguistique générale, Université de Russie de l’amitié des peuples RUDN, Moscou.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540