Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Première partie. La diversité du patrimoine éducatif

Chapitre 4. L’architecture scolaire

Anne-Marie Châtelet

Texte intégral

  • 1 Chiffres du ministère de l’Éducation nationale publiés dans Repères et références statistiques sur (...)
  • 2 Agulhon Maurice, « La mairie. Liberté, Égalité, Fraternité », dans Nora Pierre, Les Lieux de mémoir (...)
  • 3 Jeljou Martine, « Parc immobilier et capacité d’accueil des établissements publics du second degré  (...)

1Les établissements d’enseignement se comptent aujourd’hui par milliers. En 2002, le ministère en a recensé plus de 70 000 : 57 810 écoles maternelles et élémentaires, et 12 403 collèges, lycées et autres établissements du second degré1. Leur construction s’est étagée sur des décennies. Les premières ont été, pour la plupart, créés au xixe siècle, le siècle de l’architecture publique par excellence, celui durant lequel les petites communes ont été dotées d’écoles, de mairies, de marchés, de presbytères, de justice de paix… Cette activité immobilière a scandé le territoire d’édifices qui ont façonné l’image des villes et des villages. L’école et la mairie, ou plus souvent la mairie-école, sont devenues les monuments républicains par excellence, partout présents, que chacun a fréquenté un jour ou l’autre, des « lieux de mémoire2 ». Collèges et lycées sont souvent plus récents. S’ils se sont lentement développés, stratifiés pour certains au fil des siècles, la majorité d’entre eux est postérieure à la Seconde Guerre mondiale : 90 % de leur surface a été construite après 19503. Ceux qui datent d’avant 1900 sont essentiellement situés dans les grandes villes, comme l’illustre l’exemple parisien. Dans la capitale, en effet, 32 % des lycées d’enseignement général et technologique ont été réalisés avant 1900, quand ils ne sont que 6 % dans le reste de la France ; à l’inverse, 47 % l’ont été après 1950 à Paris et 85 % ailleurs.

  • 4 Pour une réflexion sur le patrimoine universitaire voir la revue In Situ, no 17, 2011, « Les patrim (...)
  • 5 Pour un bilan de ces publications voir le numéro spécial sous la direction de Châtelet Anne-Marie e (...)
  • 6 Base Architecture-Mérimée : http://www.culture.gouv.fr:culture:inventai/patrimoine/

2Ce patrimoine architectural est inégalement connu et recensé4. Sa gestion par des entités administratives différentes disperse les informations, en particulier celles qui concernent les écoles. Pour les collèges et lycées, on dispose, depuis la décentralisation, des enquêtes régulières effectuées par l’État pour le calcul de ses dotations aux régions et aux départements, mais il ne s’agit là que de données quantitatives. L’ampleur de ce parc immobilier comme son éparpillement sur tout le territoire en rendent les études qualitatives difficiles. Il existe certes des travaux faits à l’échelle d’une ville, voire d’une région5. Cependant, pour embrasser plus large, la source la plus riche est offerte par l’institution ambitieuse créée par André Malraux, en 1964 : l’Inventaire général du patrimoine culturel. Ses travaux sur l’architecture sont aujourd’hui accessibles grâce à « Mérimée », la base de données bien nommée6, dans laquelle figurent aussi ceux des Monuments historiques. Si l’on pose à « Mérimée » la question de « l’architecture scolaire », elle affiche environ 5 000 édifices, soit un peu moins de 3 % des 180 000 notices qui la constituent, et 7 % des établissements scolaires en activité aujourd’hui, un pourcentage toutefois trompeur, de nombreux édifices mentionnés n’étant plus en activité alors que d’autres, n’ayant pas été édifiés pour l’enseignement, ont pu, à un moment ou à un autre de leur vie, recevoir des écoliers ou des lycéens. Les résultats doivent être regardés attentivement, mais ils offrent néanmoins une bonne idée de la diversité de ce patrimoine dont nous brosserons à grands traits l’histoire et les caractères.

Histoire et diversité

  • 7 Dupont-Ferrier Gustave, Les Écoles, collèges et bibliothèques, Paris, H. Laurens, 1913, p. 38-39.
  • 8 Instruction du conseiller d’état chargé de la direction et de la surveillance de l’Instruction publ (...)
  • 9 Le Cœur Marc, « L’architecture et l’installation matérielle des lycées », dans Caspard Pierre, Luc (...)
  • 10 « Indication des locaux nécessaires pour l’établissement d’un collège royal » BU, 1843, p. 135-138  (...)

3Les lycées ont été créés par Napoléon, remplaçant les écoles centrales qui avaient elles-mêmes été substituées, en 1795, aux collèges qui existaient depuis le Moyen Âge. Leur création, entreprise dans une période où l’argent faisait défaut, n’a pas immédiatement permis la construction de bâtiments neufs. Aussi ont-ils été souvent glissés dans les vêtements d’établissements existants, en particulier dans ceux des congrégations religieuses qui avaient été confisqués. Quatre premiers lycées parisiens ont eu « pour premier logis d’anciens couvents : Louis-le-Grand et Charlemagne, chez les jésuites ; Henri-IV, chez les genovéfains ; Condorcet chez les capucins7. » En province, les lycées qui ont succédé à d’anciens collèges de Jésuites se comptent par dizaines. À l’heure de leur création, les précisions données sur leur architecture ont été minimes8. Il s’agissait essentiellement de garantir l’existence de lieux indispensables à leur fonctionnement, couvrant les besoins de l’enseignement et de la vie quotidienne, tout en respectant l’incontournable séparation des âges et des sexes. Au rez-de-chaussée, devaient se trouver les salles de cours, d’exercices et les réfectoires ; à l’étage les salles d’études et les dortoirs, auxquels s’ajoutaient la chapelle et les logements de fonction. Les deux seuls édifices alors construits, le lycée de La Roche-sur-Yon, dont le projet date de 18049, et le lycée Saint-Louis à Paris, entrepris en 1814, frappent par la similarité de leur plan. Ils sont tous deux organisés autour de cours à la géométrie régulière, elles-mêmes cernées de galeries ou de couloirs distribuant les salles ; des dispositions inspirées par celles des anciens collèges qui avaient été fixées au cours du Moyen Âge. Ils en ont repris le plan en grille, donnant un rôle prédominant aux cours qui en organisent le quadrillage et la vie quotidienne. Ce sont des édifices introvertis, isolés, aux façades peu ouvertes et austères. Ces dispositions ont été confirmées en 1843 par le ministère de l’Instruction publique qui demandait que les élèves soient répartis en « quartiers », chacun organisé autour d’une cour, puis, en 1861, lorsqu’il préconisa que les classes soient distribuées par des galeries ou couloirs cernant ces espaces extérieurs10 (figure 1). Ainsi, qu’ils soient neufs ou qu’ils aient été aménagés dans des édifices existants, ces premiers lycées sont-ils très largement redevables à l’architecture conventuelle.

  • 11 Jomard Edmé-François, Abrégé de la méthode des écoles élémentaires, Paris, 1816, p. 89.
  • 12 Bouillon A. De la construction des maisons d’école, Paris, L. Hachette, 1834.

4L’architecture des écoles primaires ne peut se prévaloir d’une telle ascendance. Plus jeune, elle doit une part de ses caractères aux instigateurs de la méthode d’enseignement mutuelle, inventée au début du xixe siècle pour permettre une scolarisation des enfants à moindre coût, dans les grands centres industriels et populeux d’Angleterre. C’est Joseph Lancaster, l’un des promoteurs de cette méthode, qui publia, en effet, ce qui est sans doute le premier ouvrage sur l’architecture scolaire, Hints and Directions for building, fitting-up and arranging Schools-Rooms, en 1811. Pour enseigner simultanément à des centaines d’élèves, il fallait un aménagement et un ameublement particulier de la salle de classe, comme le résuma François-Edme Jomard, qui soutint le développement de cette méthode en France : « Une fois l’école disposée et garnie de tout le mobilier qui lui est nécessaire, il ne s’agira plus que d’introduire les élèves et le maître, et de mettre ensuite en mouvement tous les ressorts de cette espèce de mécanisme, au moyen des nouvelles pratiques11. » C’est grâce à une définition précise du mobilier d’où découlaient la dimension et l’organisation de l’espace de la classe qu’était établie la « discipline » indispensable au contrôle de tels rassemblements d’enfants. L’on comprend dès lors pourquoi les tenants du mode mutuel ont attaché tant d’importance à l’architecture et pourquoi ils furent les premiers à la concevoir avec autant de précision. La construction d’écoles en France leur doit beaucoup : le premier des recueils de modèles diffusé par le ministère, dans la foulée de la promulgation de la loi Guizot en juin 1833, celui de A. Bouillon a été inspiré par la méthode mutuelle et par ses exigences matérielles12. Dire que toutes les écoles construites dans la foulée en ont retenu les leçons serait toutefois loin de la vérité. D’une part, il existait depuis l’Ancien Régime des écoles fondées par des congrégations religieuses, comme celles des Frères des écoles de la doctrine chrétienne qui, adaptée à la méthode simultanée, comprenaient trois classes destinées à des groupes d’une trentaine d’élèves de niveaux différents ainsi qu’une chapelle, un réfectoire, des cellules pour les frères et des services. D’autre part, il en fut des écoles comme des lycées, nombreuses sont celles qui furent hébergées dans des bâtiments existants, presbytère, maison voire simple grange.

  • 13 Agulhon Maurice, « La mairie. Liberté, Égalité, Fraternité », art. cit., p. 183
  • 14 Loi Guizot du 18 juin 1833.
  • 15 Loi du 18 juillet 1837
  • 16 Loi du 1er juin 1878.
  • 17 Loi du 5 avril 1884.
  • 18 Voir les dossiers du Conseil des bâtiments civils dépouillés dans la base Conbavil (1795-1840) sur (...)
  • 19 Châtelet Anne-Marie, La Naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes d (...)
  • 20 Thivend Marianne, L’École républicaine en ville. Lyon 1870-1914, Paris, Belin, 2006.

5Leur développement est allé de pair avec celui des mairies, comme l’a souligné Maurice Agulhon (figure 2) : « Bien des communes ont fait d’une pierre deux coups en bâtissant un édifice municipal qui soit à la fois mairie et école, la forme banale consistant à loger la mairie dans un corps central, et l’école des filles et celle des garçons – sagement séparées – dans les ailes symétriques de l’édifice13. » La simultanéité des décisions prises par l’État est en effet frappante : en 1833, il demandait pour la première fois aux communes d’entretenir une école14 et, en 1837, une maison commune15 ; en 1878, il leur imposait de construire une maison d’école16 et, en 1884, de posséder ou de louer un hôtel de ville distinct du logement du maire17. On comprend que les maires, en bons gestionnaires, aient été tentés de solliciter simultanément des subventions pour ces deux institutions tout en les réunissant au sein d’un même bâtiment. Cette stratégie visant une meilleure économie de la construction a d’ailleurs été élargie à d’autres activités. On voit ainsi réunis à l’école ici un corps de garde, là une pompe ou un lavoir, ailleurs une halle ou une justice de paix…18 Ces édifices ont eu un rôle structurant important dans les petites communes dont ils ont souvent marqué le centre, contribué à définir une place. Dans les grandes villes, telles que Paris19 ou Lyon20, il en est allé autrement. Les écoles, en nombre, ont été plutôt mêlées aux immeubles de logement, alignées côté à côte, ne se démarquant dans l’enfilade des façades que par une légère coloration de leur façade. Les lycées ont, eux, souvent occupé un îlot entier lorsque cela a été possible, gardant ainsi une distance propice à l’isolement, loin de la circulation et des activités bruyantes, et marquant par cette présence physique leur monumentalité.

  • 21 Circulaire du 15 novembre 1853, Bulletin administratif de l’Instruction publique, Année 1853, Paris (...)
  • 22 Dumont Marie-Jeanne, « Vaudremer et les charmes austères du rationalisme », dans Châtelet Anne-Mari (...)
  • 23 Châtelet Anne-Marie, « Le collège Chaptal, Eugène Train, 1863-1875 », dans Châtelet Anne-Marie, Par (...)

6Durant le xixe siècle, écoles et lycées se sont développés à un rythme similaire ; les premières se comptant toutefois par centaines, voire par milliers, et les seconds par dizaines. Leur construction a démarré autour des années 1830 et a connu son plein développement dans les années 1880 grâce à l’énergie du ministère Ferry qui mit à disposition des communes de décisives subventions. Elle a été marquée par un rationalisme régionaliste, prôné par un groupe d’architectes qui a joué un rôle de premier plan dans son évolution : les « diocésains », chargés, entre 1848 et 1905, de l’entretien et de la construction des édifices religieux et dont le chef de file était Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc. C’est leurs conseils que sollicita, en 1854, le ministre de l’Instruction publique pour définir l’architecture des écoles21 ; ce sont eux qui dominèrent la Commission des bâtiments des lycées et des collèges en 188022 et leur doctrine qui a gouverné l’architecture scolaire. Guidés par la raison et par l’économie, ils préconisaient un fonctionnalisme des dispositions, un rationalisme de la construction et une adaptation au contexte régional. Cela s’est traduit par une architecture aux caractères marqués. Les façades étaient rythmées par la variété des dimensions de leurs baies reflétant la distribution intérieure : petites pour les logements, amples pour les classes et plus encore pour les préaux. Elles étaient colorées par la diversité des matériaux, employés en fonction de leur coût et de leur résistance : beaucoup de briques, de la pierre pour les parties portantes, des pointes de métal et de céramique. Elles étaient animées par des détails propres à la région, soit un matériau spécifique, le calcaire beige ici et là le grès rose, soit une pente de toiture, plus accentuée ici et la plus douce, soit encore un détail particulier tel qu’une tourelle, un oriel… Dans les débuts de la IIIe République, l’architecture scolaire avait un visage propre qui lui a donné cette identité que chacun connaît, plus ou moins consciemment, et des dispositions codifiées par une réglementation ministérielle. Écoles, lycées, mais aussi écoles primaires supérieures, écoles normales, écoles professionnelles en partageaient les traits. Le collège Chaptal, créé à Paris, cette institution originale à mi-chemin entre l’école primaire supérieure et le lycée, a été l’une des premières démonstrations des ressources qu’offrait le « rationalisme constructif23 ». Le projet dessiné en 1873, par Eugène Train, montre tout l’intérêt que peut offrir une façade exaltant le mode constructif et jouant de la polychromie des matériaux. Ainsi, la qualité de la réflexion développée par les responsables de l’administration et par les architectes au cours xixe siècle est-elle parvenue non seulement à répondre aux besoins, mais aussi à identifier un type architectural.

  • 24 Circulaire ministérielle du 14 novembre 1879 citée par Ferdinand Buisson, « Inspection médicale », (...)
  • 25 Bouillé Michel, L’École, histoire d’une utopie xviie-début xxe siècle, Paris, Rivages, 1988.
  • 26 Circulaire du 23 janvier 1860 cité par Le Cœur Marc dans Caspard Pierre, Luc Jean-Noël, Savoie Phil (...)
  • 27 Le Cœur Marc, « Les lycées dans la ville : l’exemple parisien (1802-1814) », dans Histoire de l’édu (...)
  • 28 Châtelet Anne-Marie, Le Souffle du plein air. Histoire d’un projet pédagogique et architecturale no (...)

7À cette conception de l’architecture scolaire a également pris part le corps médical dont le rôle est allé en grandissant. En 1879, une circulaire ministérielle créa le médecin scolaire dont le rôle était d’inspecter les écoles primaires et qui, dès lors, s’est penché sur l’hygiène des établissements24. Les questions qu’il a soulevées touchèrent, d’abord aux conséquences sanitaires que suscitait un mode de vie contraint dans un espace confiné, en particulier le développement de la scoliose et de la myopie. Les remèdes en ont été trouvés dans l’agencement du mobilier25. Pour des raisons similaires, liées à l’insalubrité des établissements urbains, il avait déjà été envisagé, une décennie plus tôt, de créer de « petits lycées à la campagne26 » ; une formule qui avait alors suscité un véritable engouement27. Ce mouvement hygiéniste eut des conséquences générales, mettant partout en cause les dispositions des cours. Ainsi, dans Paris où la densité bâtie était élevée, on rechercha des plans plus ouverts, réunissant les volumes d’air des cours de récréation des filles et des garçons, auparavant séparées de bâtiments, et les ouvrant sur l’espace de la rue. La démarche s’étendit à l’ensemble de l’architecture scolaire, y compris aux lycées. Mais ce qui eut pour l’architecture des établissements d’enseignement, comme des immeubles de logement, les plus fortes répercussions, a été la recrudescence de la tuberculose. On peut en suivre la trace à travers la création et l’extension du Mouvement international des écoles de plein air28. Né pour prévenir le développement de cette maladie chez les enfants, celui-ci réunissait des médecins cherchant de nouvelles voies de prophylaxie et des pédagogues intéressés par une expérience éducative en plein air. Il réclamait la création d’écoles combinant une surveillance médicale à une pédagogie adaptée à des enfants dont la santé était menacée. À peine une dizaine d’écoles de plein air ont été construites en France durant l’entre-deux-guerres, mais la qualité d’une réalisation comme celle de Suresnes, construite par Eugène Beaudouin et Marcel Lods entre 1931 et 1934, et l’intensité des débats engagés au sujet de ces établissements ont exercé une influence durable. Dans les années cinquante s’est imposée, dans les écoles comme dans les lycées, une architecture pavillonnaire, déployée au sein de vastes espaces verts, reprenant, pour une large part, les dispositions préconisées par le Mouvement. Certains lycées ont alors été conçus dans le droit fil des écoles de plein air, les lycées climatiques.

  • 29 « Architecture scolaire et pédagogique nouvelle », La Documentation française illustrée, no 285, 19 (...)
  • 30 Instructions relatives aux conditions d’installation des lycées et collèges, Paris, Delagrave, 1929
  • 31 Instruction sur la construction et l’aménagement des écoles primaires élémentaires publiées dans L’ (...)

8Néanmoins, durant l’entre-deux-guerres, la construction scolaire a connu une stagnation tant quantitative que qualitative. Certes, des facteurs aussi différents que les destructions de la Première Guerre mondiale, dans le Nord de la France en particulier, le développement des banlieues ou la multiplication des lycées de filles ont entraîné constructions et reconstructions. Mais l’ampleur du mouvement n’a pas été comparable à celle des débuts de la IIIe République, ce que corrobore l’évolution de la population scolaire : elle s’est infléchie en 1925 pour ne retrouver qu’en 1950, son niveau de 190029. Par ailleurs, les dispositions intérieures des bâtiments scolaires ont peu évolué comme en témoigne la réglementation : les textes promulgués en 1929 pour les lycées30 et en 1936 pour les écoles31 n’ont pas marqué d’avancées notables. Les expériences pédagogiques tentées par Roger Cousinet ou Célestin Freinet n’ont rencontré aucun écho auprès du ministère et n’ont pas eu d’incidence immédiate dans les établissements. Au crédit des édifices construits durant ces années, il faut mettre toutefois la grande qualité de leur ornementation et de leurs détails. Les décors intérieurs, qui s’étaient développés à la fin du xixe siècle, à l’incitation de Viollet-le-Duc, puis de Charles Bigot et Léon Riotor, à travers la Société de l’art à l’école, ont donné lieu à la création de fresques, de mosaïques, de bas-reliefs, de travaux de ferronnerie… Le mobilier a souvent été dessiné par les architectes. Sous l’influence du Mouvement moderne, certains ont opté pour des fenêtres en longueur, des toitures-terrasses, des revêtements sous forme de briquettes, de carreaux ou d’enduit. Cependant, la plupart ont continué à suivre le rationalisme constructif du xixe siècle, tout en profitant d’une certaine liberté formelle qui a pénétré par la petite porte de l’architecture scolaire : les maternelles. Là, ont été expérimentées des solutions nouvelles, tant dans les plans que dans l’expression volumétrique.

  • 32 Ordonnance du 6 janvier 1959.
  • 33 « Normes sur les dimensions des locaux scolaires », circulaire du 1er septembre 1952.
  • 34 Prost Antoine, « Jalons pour une histoire de la construction des lycées et collèges de 1960 à 1985  (...)
  • 35 Mesmin Georges, « Problèmes des constructions scolaires et universitaires », L’Architecture d’aujou (...)
  • 36 « Constructions scolaires 1 », Techniques et architecture, no 3, 15e série, novembre 1955.

9La brusque augmentation des effectifs scolaires dans les années 1950, à laquelle s’est ajouté l’allongement de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, en 195932, ont entraîné de profonds bouleversements après la Seconde Guerre mondiale. L’architecture scolaire a été modifiée tant dans les processus de sa conception que dans les modes de sa construction. Le ministère, soucieux de contrôler, mais aussi d’abaisser, les coûts de réalisation, s’est immiscé pour la première fois dans le dessin des écoles et des lycées. En 1952, il a exigé que leurs plans soient réglés par une trame quadrillée de 1,75 m de côté. La circulaire, accompagnée d’un ensemble de schémas, précisait : « L’unification générale des dimensions permettra une économie en rendant possible l’industrialisation de la production d’éléments de construction33. » Des plans-types ont été rapidement imposés aux concepteurs. L’industrialisation a été plus lente à se mettre en place, nécessitant de centraliser les procédures administratives, de simplifier les modes de financement et de rationaliser la mise en œuvre. C’est dans cette perspective qu’a été lancé, en 1961, le concours « Conception-construction » associant architectes et entreprises34. Il visait à définir des procédés d’industrialisation généralisables pour la construction des collèges et des lycées et a permis de sélectionner 72 équipes. Au fil des années, la trame a été élargie successivement à 3,60 m, 7,20 m puis 14,40 m. Cela a permis de passer de la « barre » aux « plots », autrement dit de bâtiments linéaires à des cubes fédérant des groupes de classe, mais aussi de densifier le bâti. Pour la première et unique fois dans l’histoire de l’architecture scolaire en France, les couloirs sont devenus centraux, sombres et peu ventilés, distribuant deux classes de part et d’autre, alors que jusque-là avait prévalu le couloir latéral, éclairé d’un côté et ouvrant sur une classe de l’autre. Selon les entreprises, les structures ont été en béton ou en métal quand les façades étaient habillées de panneaux préfabriqués. Grâce à cette organisation, la nouvelle Direction des équipements scolaires, universitaires et sportifs (DESUS) put atteindre son objectif d’un collège par jour ouvrable : en 1964, elle a livré 51 collèges et lycées ; en 1968, 298. Ce fut souvent au détriment de la qualité architecturale comme le reconnaissait, dès 1963, son directeur, Georges Mesmin35. Si de 1964 à 1975, les communes ont ainsi délégué plus de 80 % des constructions du second degré à l’État, il n’en a pas été de même de celles du premier degré. Pourtant, le ministère avait lancé un concours pour l’agrément de prototypes d’écoles à une, deux ou trois classes et retenu 318 projets en 1957. Mais ce nombre élevé, comme la petite taille des écoles et leur dispersion sur le territoire ont constitué des freins au développement d’une industrialisation à l’échelle de la France. Des projets ont néanmoins été traités, en les limitant à une aire géographique : une ville, un département, une région même parfois. Cette procédure de « commandes groupées » a permis la réalisation de petites séries utilisant de mêmes éléments constructifs. Ainsi, l’architecte René Blanchot réalisa-t-il plusieurs groupes scolaires à Limoges, René Egger à Marseille, Bertrand Monnet en Alsace et en Moselle…36

  • 37 Sur ces débats, voir Derouet-Besson Marie-Claude, Les Murs de l’école. Éléments de réflexion sur l’ (...)
  • 38 Arrêté du 18 mai 1951.
  • 39 Jaujard Jacques, « La participation des artistes, peintres et sculpteurs », Techniques et architect (...)
  • 40 Aguilar Yves, Un Art de fonctionnaire : le 1 %, Paris, J. Chambon, 1998.

10Il y eut, durant ces années, de nombreux débats sur l’espace scolaire qui ont conduit à en enrichir le programme, les dispositions et le décor des établissements37. On introduisit ainsi des Centres de documentation et d’information (CDI) pédagogiques dans les établissements du second degré. On favorisa la flexibilité des activités et l’ouverture spatiale dans le premier degré, avec la création du tiers-temps pédagogique et des écoles à aires ouvertes qui ont été peu nombreuses, mais très discutées. Enfin, le ministère généralisa la présence de l’art dans l’ensemble de ces établissements, en instituant, en 1951, le principe du 1 % artistique38. Il reprenait là un projet conçu par Jean Zay qui, ministre de l’Éducation nationale en 1936, avait fait adopter l’idée de réserver un pourcentage des devis de constructions à de grands travaux de décoration39. Les œuvres réalisées dans ce contexte ont été parfois injustement dévalorisées au prétexte qu’il s’agissait de commandes d’État et donc d’un art de « fonctionnaires40 ». Beaucoup d’entre-elles entretiennent un lien étroit avec les édifices, enrichissant une architecture parfois réduite à peu de chose par des panneaux muraux, de vitraux, de bas-reliefs…

11Les critiques architecturales, la contestation pédagogique et l’incendie du collège d’enseignement secondaire Pailleron à Paris, en 1974, mirent à jour les limites et les périls de ces réalisations dont la mise en œuvre était souvent médiocre. La réaction des architectes a été formelle au début des années 1970 : l’opposition à la linéarité, l’angle droit, la répétitivité s’est traduite par des géométries inédites et un afflux de couleurs permis par la souplesse que les services ministériels ont introduit dans l’application des textes. Des bâtiments ronds, hexagonaux, colorés ont vu le jour sans que l’industrialisation ne soit bannie. Le coup de frein fut donné en 1980, lorsqu’a été rendue obligatoire l’organisation d’un concours d’architecture pour chaque projet lancé. La décentralisation qui, en janvier 1986, a remis la construction des lycées et collèges dans les mains des régions et des départements a consommé cette rupture. Les services du ministère ont été dissous ; les procédures comme les modes de financement ont changé. Les budgets investis ont été supérieurs à ceux de l’État tant pour la réhabilitation des établissements existants que pour la construction des nouveaux. L’architecture a retrouvé voix au chapitre, gagnant en qualité comme en variété.

Reconnaissance et protection

  • 41 Interrogation de la base Mérimée sur les champs « Type d’édifice : architecture scolaire » et « dom (...)

12Qu’en est-il aujourd’hui de la reconnaissance et de la protection de ce patrimoine ? Le nombre d’édifices relevant de l’architecture scolaire qui ont été protégés au titre des Monuments historiques est, en cette fin d’hiver 2013, de 40541, comprenant tous ceux qui à un moment où l’autre de leur vie ont abrité un lieu d’enseignement de quelque nature que ce soit. Il peut s’agir de la chapelle d’un séminaire comme d’une école de pilotage. Ce qui est frappant est que les trois-quarts d’entre eux ont été réalisés, partiellement ou en totalité, avant la Révolution. Ce sont des bâtiments conventuels, d’anciens séminaires ou collèges… parfois aussi d’anciens hôtels particuliers (figure 3). C’est eux, qui par leur ancienneté ont d’abord attiré l’attention. Ils ont été protégés dès la création de cette procédure. Quatre d’entre eux figurent sur la première « liste des monuments pour lesquels des secours ont été demandés et que la commission a jugés dignes d’intérêt », celle de 1840. Il s’agit de l’ancienne abbaye de Fontevraud, de l’ancien Palais ducal de Nancy, du petit séminaire de Belley et du collège de Chaumont. Les deux premiers ont été remarqués pour la qualité de leur architecture bâtie entre les xiie et xviiie siècles. Les deux autres, dont la fonction était plus étroitement liée à l’enseignement, l’ont aussi été pour d’autres raisons que cette vocation. Du petit séminaire de Belley, ont été protégés les fragments antiques qui se trouvent dans le porche d’entrée, et du collège de Chaumont, la chapelle, comme cela a souvent été le cas par la suite pour ce type d’institution. Le nombre d’édifices protégés qui ont été construits spécifiquement pour l’enseignement durant les xixe et xxe siècles, ceux que nous évoquions précédemment, est beaucoup plus limité : on peut l’évaluer à une centaine. Il réunit des bâtiments tels que de petites mairies écoles, des lycées d’Anatole de Baudot, des maternelles de Le Corbusier…

  • 42 Toulier Bernard, « La protection des monuments modernes : le rôle d’André Malraux », dans Hervier D (...)
  • 43 Voir la « Liste établie par la commission de travail dans sa séance du 14 juin 1963 » reproduite da (...)
  • 44 Foucart Bruno, « À la découverte des nouveaux champs du patrimoine », dans Nora Pierre (éd.), Scien (...)
  • 45 Celles de Gennes dans le Doubs et de Bucey-lès-Guy en Haut-Saône, toutes deux protégées dans la fou (...)
  • 46 La liste figure en annexe de l’article de Foucart Bruno, « À la découverte des nouveaux champs du p (...)
  • 47 Décret du 19 octobre 1975.
  • 48 L’École de tissage de Tony Garnier construite entre 1930 et 1933, actuellement lycée technique d’en (...)

13Cette situation s’explique en partie par le fonctionnement du service des Monuments historiques qui, longtemps, a limité la protection qu’il offrait aux édifices antérieurs à la Révolution. Ce n’est qu’après le décès d’Auguste Perret, lorsque l’on a classé son théâtre des Champs-Élysées en 1957, que les regards se sont tournés vers le patrimoine contemporain. En 1963, une liste de « monuments modernes à protéger » a été dressée à la demande d’André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles42. Deux bâtiments d’enseignement primaire y figuraient : l’école de plein air de Suresnes, « réalisation unique en France de l’école par pavillons adoptée depuis dans le monde entier » (figure 4) et le groupe scolaire Karl-Marx à Villejuif : « Le premier et, en France, le seul réalisé dans l’esprit du Mouvement international43 ». Ils ont été les premiers édifices scolaires contemporains à être inscrits, en 1965 et 1975 respectivement. Ainsi, avant même qu’aucun lycée du xixe siècle, ni qu’aucune de ces centaines d’écoles « Jules-Ferry » n’ait été remarquée, entraient au panthéon des Monuments historiques deux œuvres privilégiant des architectes qui avaient milité au sein des Congrès internationaux de l’architecture moderne (CIAM), André Lurçat, Eugène Beaudouin et Marcel Lods. Aussi étonnants que ces oublis puissent paraître, ils ne sont que le reflet de l’indifférence générale dans laquelle baignait alors le xixe siècle pour lequel la première campagne de protection date de 1975, soit dix ans après l’initiative d’André Malraux. C’est alors que Bruno Foucart dressa une nouvelle liste à la demande du secrétaire d’État à la Culture, Michel Guy44. Les halles parisiennes de Baltard venaient d’être détruites, en 1971, et la gare d’Orsay protégée en guise d’expiation, en 1973. Ce nouveau recensement englobait nombre d’édifices du xixe siècle, des grands magasins aux usines en passant par les châteaux, les églises, les prisons, des hôtels de villes… et même deux mairies-lavoirs construites dans les années 184045. Mais il n’y figurait toujours pas d’école, ni de lycée de cette période46. On y trouvait des chapelles d’établissements scolaires, celle de l’ancienne école Saint-François-de-Sales à Dijon et celle du lycée Jean-Baptiste-Corot à Douai dessiné par le célèbre architecte anglais Auguste Pugin, en 184047 (figure 5), ainsi que deux écoles du xxe siècle, celle de tissage construite par Tony Garnier à Lyon et le groupe scolaire Jean-Baptiste-Clément par Jacques Debat-Ponsan à Boulogne48 (figure 6).

  • 49 L’école de Senonches, probablement une école primaire supérieure, a été construite entre 1882 et 18 (...)
  • 50 Paris, 85 rue de Vaugirard, construit par H.-L. Durand en 1848 ; on voit encore sur la façade une i (...)
  • 51 Le site est inscrit par un arrêté du 6/8/1975 ; le bâtiment (façade sur rue, toiture, plafond de l’ (...)
  • 52 Cité dans la fiche de la base Mérimée.
  • 53 La conception et la réalisation du lycée Camille-Sée à Paris se sont déroulées entre 1931 et 1934 ; (...)
  • 54 L’école de plein air de Pantin a été construite entre 1932 et 1933 par l’architecte Florent Nanquet (...)
  • 55 Le groupe scolaire d’Arques-la-Bataille a été construit entre 1933 et 1935 par Georges Thurin et in (...)
  • 56 Le lycée Marie-Curie de Sceaux a été achevé en 1932 par Émile Brunet et inscrit par arrêté du 30/3/ (...)
  • 57 Lucan Jacques, Architecture en France (1940-2000), Paris, Le Moniteur, 2001.
  • 58 L’internat a été construit entre 1950 et 1952 par Jacques Barge et inscrit le 28/06/2001.
  • 59 Le lycée du Raincy a été achevé en 1954 par Raymond Petit et inscrit le 16/07/2002.
  • 60 L’école maternelle de Ferrières, en métal et en maçonnerie, est due à Alphonse Arati, Marius Boyer, (...)
  • 61 L’école primaire de Vantoux, avec ses panneaux en aluminium, a été conçue par Jean et Henri Prouvé (...)

14Jusqu’à la fin des années 1980, les bâtiments d’enseignement postérieurs à la Révolution ont ainsi été en grande partie ignorés par ceux qui se penchaient sur les destinées des Monuments historiques. Des débuts de la IIIe République, durant lesquels pourtant l’architecture scolaire a battu son plein, aucun ne fut inscrit avant 1985, avant que ne soit protégée l’école de Senonches dans l’Eure-et-Loir « en raison de sa valeur exemplaire » et probablement parce que, désaffectée, elle était menacée49 (figure 7). En 1972, l’avait néanmoins précédée celle d’un village du Cher, Epineuil-le-Fleuriel. Mais, c’est au nom d’un artiste de plume et non de son architecture qu’elle attira l’attention : elle doit en effet sa reconnaissance à l’auteur du Grand Meaulnes, Alain Fournier, qui y avait appris l’alphabet sous l’œil attentif de ses parents. À cela, il faut ajouter, pour être complet, l’inscription, en 1977, de l’un des seuls groupes scolaires parisiens d’enseignement mutuel construits sous la Monarchie de Juillet encore visible50 et celle, en 1983, de l’école du Sacré-Cœur qu’Hector Guimard, avait signé en 1895, et qui était alors menacée de destruction51. Les établissements du secondaire ont été protégés avec plus de parcimonie et de lenteur encore que ceux du primaire. C’est un peu plus de vingt ans après la première école, que furent inscrits les premiers collèges et lycées postérieurs à la Révolution : en 1987, le collège Chaptal à Paris (figure 8) et, en 1989, le lycée agricole d’Avignon, construit trente ans auparavant par Roland Bechmann dont certains éléments « peuvent faire référence à l’architecture de Le Corbusier52 ». Durant la décennie suivante, on relève le lycée parisien de François Le Cœur, Camille-Sée (figure 9), et le lycée d’Anatole de Baudot à Tulle53. À partir de 1990, plusieurs protections concernent des établissements construits durant l’entre-deux-guerres, comme l’école de plein air de Pantin54, le groupe scolaire d’Arques-la-Bataille55, le lycée Marie-Curie de Sceaux56… Les derniers à entrer dans le cénacle des Monuments historiques ont été les édifices scolaires de la Reconstruction dont la précarité et la morosité ont longtemps suscité le mépris. C’est autour de 2000, alors qu’était publiée une histoire de l’architecture en France de l’après-guerre sous la plume de Jacques Lucan57, qu’ont été protégés successivement l’internat du lycée de filles de Bourges construit entre 1950 et 195258, le lycée du Raincy achevé en 195459, l’école maternelle de Martigues qui date de 195260 (figure 10) et l’école primaire de Vantoux, de 195061.

  • 62 Le groupe scolaire Karl-Marx de Villejuif a été classé le 31/10/1996 ; l’école de plein air de Sure (...)
  • 63 La cité radieuse de Marseille a été classée le 20/06/1986 ; les maisons radieuses de Firminy et de (...)
  • 64 Classée le 10/10/2008.

15Les édifices des xixe et xxe siècles ont ainsi été protégés plus tard que ceux qui sont antérieurs à la Révolution, mais ils l’ont aussi été d’une autre façon. En 1927, une nouvelle procédure a introduit un deuxième niveau de protection, plus léger, l’inscription qui, désormais, précède le classement. Comme on l’imagine, la grande majorité des édifices d’enseignement post-révolutionnaires est « inscrite » et ceux qui ont été classés se comptent sur les doigts d’une main. Là encore, ce n’est pas toujours la valeur de leur architecture scolaire qui a justifié leur classement, même si elle a été soulignée pour trois d’entre eux : le groupe scolaire Karl-Marx de Villejuif, l’école de plein air de Suresnes et le groupe scolaire construit par Maurice Payret-Dortail dans la même ville entre 1924 et 192762. Pour quatre autres, c’est la réputation de leur auteur qui a été décisive : Le Corbusier pour les maternelles situées sur les toits des unités d’habitation de Marseille (1945-1947), Rezé-les-Nantes (1953-1955) et Firminy (1964-1967) ; Pierre Jeanneret, cousin de Le Corbusier, pour le centre d’apprentissage de garçons de Béziers (1950) dont il est spécifié qu’il s’agit de « la plus importante réalisation en France » de cet architecte63 (figure 11). Pour l’école de Ronchamp (1938) réalisée par Jacques Henry Le Même, c’est la technique de construction qui l’a emporté ; elle a été classée en tant que « rare élément conservé de l’architecture en bois64 ». Quant à la protection de l’externat Saint-Joseph-de-Cluny, à Pointe-à-Pitre, on n’en connaît pas la justification.

  • 65 Roger-Henri Expert 1882-1955, Paris, Le Moniteur, 1983.
  • 66 Voir Archiwebture, l’inventaire d’archives d’architectes en ligne ( http://archiwebture.citechaillo (...)
  • 67 Groupe de travail de maison d’école à Montceau-les-Mines, Cent ans d’école, Seyssel, Champ Vallon, (...)
  • 68 Inscription du 30/01/1991.
  • 69 15/09/1993.
  • 70 Ont été protégés par arrêté du 25/07/2005, les mairies-écoles d’Arc-sous-Cicon dans le Doubs et de (...)
  • 71 Inscrite le 6/11/2001.

16La diversité des raisons invoquées pour ces protections témoigne de tâtonnements. Les choix ont tout d’abord été conduits par le poids des maîtres tels que Guimard ou Le Corbusier. Dix ans plus tard ont été retenus des œuvres d’architectes ne figurant pas dans les tablettes de l’histoire de l’architecture internationale, mais uniquement dans des ouvrages embrassant la France, voire dans quelques monographies récentes. Ont ainsi été inscrits, dans la foulée du dépôt d’archives et de publications, le groupe scolaire Condorcet à Maisons-Alfort, en 1994, ainsi que ceux de la rue Kuss à Paris et de l’avenue Jean-Jaurès au Pré-Saint-Gervais, en 1997. Ce sont des réalisations respectivement signées par André Dubreuil et Roger Hummel dont certains documents avaient été donnés aux Archives d’architecture moderne, par Roger Henri Expert dont les dessins avaient été exposés en 198365 et par Félix Dumail dont le fonds de l’agence avait été légué à l’Académie d’architecture par son petit-fils en 199066. Au début des années 2000, sont apparus des architectes inconnus au bataillon de ceux qui avaient été recensés par les historiens de l’architecture, des professionnels ayant œuvré dans une région ou dans une ville. C’est le cas de Pierre Gabriel Grizet, architecte de la ville de la Rochelle, dont les groupes scolaires Paul-Doumer (1931) et Pierre-Loti (1938-1953) ont été inscrits en 2002 ou de Charles Maurel dont l’école élémentaire des Trois-Quartiers à Toulon (1905-1908) a été protégée en 2007 et l’école Anatole-France de Hyères en 2011. Cet élargissement salutaire a permis de rendre compte de ces si nombreux édifices communaux jusque-là restés injustement dans l’ombre. C’est alors qu’ont été également pris en compte ceux d’entre eux dont on ne connaissait pas même les auteurs, mais qui ont été sélectionnés comme exemple d’une série. En 1991 a ainsi été protégée une école de Montceau-les-Mines, fruit d’une démarche lancée à l’occasion la célébration du centenaire des lois Ferry dans le cadre de l’Écomusée du Creusot. Il en résulta Cent ans d’école, un ouvrage pionnier abordant les conditions matérielles de l’enseignement primaire67 et, dix ans plus tard, l’inscription de l’école du Centre construite entre 1877 et 1884, devenue un musée scolaire dépendant de l’Écomusée du Creusot68. En 1993, fut inscrite l’école rurale de Ruynes-en-Margeride avec son jardin potager et ses latrines ; alors fermée, elle est devenue depuis un écomusée69. En 2005, ce fut au tour des mairies-écoles de la première moitié du xxe siècle qui ont bénéficié d’une campagne lancée par la région Franche-Comté conduisant à l’inscription de trois d’entre elles dans le Doubs et deux dans le Jura dont une inattendue école-halle-caserne et gendarmerie à Mont-sous-Vaudrey70. On ne s’étonnera pas de constater qu’aucune raison pédagogique n’ait été invoquée dans un pays où l’innovation en ce domaine a été rare, peu appréciée par le ministère et donc marginale. Mais il y a une exception, une école protégée au titre de son « enseignement novateur », c’est celle que Célestin Freinet a fondée à Vence en 1935. Ses bâtiments, mais aussi les décors réalisés depuis par les enfants et le théâtre en plein air ajouté dans les années 1960 ont été inscrits en 200171 (figure 12).

  • 72 Trois des premiers édifices, déjà cités, ont été inscrits en 1987, 1989 et 1991 : le collège Chapta (...)
  • 73 Carreau-Vacher Isabelle, François Le Cœur architecte 1872-1934, thèse soutenue à l’Université Blais (...)
  • 74 Boudon Françoise, « Recherches sur la pensée et l’œuvre d’Anatole de Baudot, 1834-1915 », Architect (...)
  • 75 Le lycée Lakanal de Sceaux a été construit entre 1982 et 1886 et inscrit par arrêté du 28/11/2001.
  • 76 Le lycée Jeanne-d’Arc de Clermont-Ferrand a été construit par Jean Teillard et Louis Jarrier entre (...)
  • 77 Le lycée Carnot de Dijon a été construit entre 1887 et 1893 par l’architecte départemental Arthur C (...)
  • 78 Construite comme école supérieure de filles entre 1902 et 1903, sous la direction de l’architecte m (...)
  • 79 Actuel lycée Rollinat, construit entre 1921 et 1924 par Gaud et Grelier qui l’ont agrandi en 1931 ; (...)
  • 80 Diderot de Lille, actuel lycée Baggio, construit entre 1934 et 1938 par François Jacques Alleman et (...)
  • 81 L’origine du lycée Massillon de Clermont-Ferrand remonte à 1733, mais des travaux d’extension ont é (...)
  • 82 Le collège jésuite de Saint-Louis de Gonzague à Paris a été reconstruit de 1933 à 1935 par l’archit (...)
  • 83 Le lycée climatique d’Argelès a été construit en 1955 par André Remondet ; sont intervenus égalemen (...)
  • 84 Le parc du lycée du Raincy a été inscrit le 17/02/1982 ; le bâtiment, construit par Raymond Petit, (...)
  • 85 Lycée Schoelcher à Fort-de-France, construit entre 1934 et 1937, inscrit le 19/01/2010.

17Les protections des établissements du secondaire ont suivi la même évolution que celles des établissements du primaire, après des débuts toutefois plus décousus72. Ont été retenues, dans les années 1990, des œuvres d’architectes redécouverts : le lycée Camille-Sée réalisé par François Le Cœur auquel Isabelle Carreau-Vacher avait consacré sa thèse73 et le lycée de Tulle signé par Anatole de Baudot dont Françoise Boudon avait écrit une biographie74 ; le lycée Lakanal, du même auteur, sera protégé plus tard75. Puis vinrent des édifices dont les auteurs étaient tombés dans l’oubli et qui ont été choisis au titre de leurs qualités ou de leur exemplarité : le lycée Jeanne-d’Arc de Clermont-Ferrand « l’un des plus beaux exemples de la construction scolaire de la Troisième République76 » et le lycée Carnot à Dijon, contemporain77 ; le lycée des Pontonniers à Strasbourg, « d’un style emprunté à l’architecture germanique78 » ; l’ancienne école primaire supérieure d’Argenton-sur-Creuse, « l’un des rares exemples de création régionale de l’entre-deux-Guerres79 - » ou l’Institut Diderot de Lille de la même époque80. Leurs meubles et leurs décors d’un éclat parfois inattendu, ont attiré les regards. Certains, signés d’artistes de renom, ont été l’une des raisons invoquées pour leur protection, comme les peintures murales de Louis Dussour pour le lycée Massillon de Clermont Ferrand81, les fresques d’Henri de Maistre pour la chapelle du collège Louis de Gonzague à Paris82, la toile marouflée de Manessier au lycée climatique d’Argelès83 pour lequel Charlotte Perriand a conçu des meubles, comme elle l’avait fait dans le pour le centre d’apprentissage de Béziers… Une autre richesse de ces établissements a également pesé dans la balance : les parcs dont jouissent certains d’entre eux comme les lycées d’Argelès, du Raincy84 ou de Fort de France85.

Un patrimoine vivant

  • 86 Voir à ce sujet Le Cœur Marc, « Essai d’historiographie II. Des collèges médiévaux aux campus », Hi (...)
  • 87 Oberlé Raymond, « Cent ans de construction scolaire à Mulhouse, 1831, 1939 », Annuaire historique d (...)

18Ainsi, les protections qui ont été prises en faveur de l’architecture scolaire sont peu nombreuses – 405 sur les 43 000 immeubles aujourd’hui inscrits ou classés, soit environ 1 % – et une minorité d’entre elles concerne des édifices construits après la Révolution : environ une centaine d’édifices dont une quarantaine date d’avant 1914. Elles ont été tardives, débutant autour de 1990, et légères, privilégiant l’inscription plutôt que le classement. Elles ont concerné, pour beaucoup, des édifices signés d’un artiste connu. La publication de biographies d’architectes a rencontré auprès des services des Monuments historiques plus d’échos que celle d’histoires de l’architecture scolaire. Un édifice d’enseignement mentionné parmi les œuvres d’un architecte sorti du lot a constitué un meilleur appât qu’un assortiment d’édifices du même type passés au crible d’une analyse sérielle. Certes, les lycées n’ont jusqu’ici fait l’objet que de peu d’études d’ensemble86. Mais les écoles, en particulier celles des débuts de la IIIe République, ont suscité des recherches, comme celles de Raymond Oberlé sur Mulhouse, d’Hélène Benrekassa sur la Seine-et-Marne, de Marianne Thivend sur Lyon, de Marc Sutteau sur Nantes ou d’Anne-Marie Châtelet sur Paris87 Il n’y a pourtant aucune école de cette période située dans l’une de ces villes qui soit aujourd’hui protégée, pas plus d’ailleurs qu’à Marseille, Toulouse, Nice, Bordeaux, Lille, Reims, Le Havre ou Saint-Étienne ! Dans ce classement démographique décroissant des agglomérations urbaines, c’est Toulon la première à laquelle on doit l’inscription d’une « communale ». Et encore reste-t-elle, on l’a vu, relativement isolée.

  • 88 Saez Guy, Glevarec Hervé, Le Patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation françai (...)
  • 89 http://www.tournivelle.fr/site/accueil.htm (consulté le 9/03/2013).

19Le constat est surprenant, alors que ce patrimoine est « saisi par les associations88 » et que fleurissent des musées de l’école dans toute la France. Depuis les années 1990, plusieurs groupes se sont formés pour reconstituer des salles de classe, des « lieux de mémoire » où, comme l’expriment les Amis de la Tour Nivelle, « les enfants peuvent vivre le passé de leurs parents et grands-parents89 ». Ces derniers ont ouvert un musée de l’école dans un bâtiment scolaire de ce bourg des Deux-Sèvres, en 1992 ; d’autres ont pris la même décision à Trégarvan dans le Finistère en 1977, à Saint-Martin-des-Olmes dans le Puy-de-Dôme en 1992, à Saint-Clars dans le Gers en 1993, à Saint-Nicolas-du-Pelem dans les Côtes-d’Armor en 1999… Ces associations font partie du monde urbain ou rural et, à chaque fois, leur démarche a été similaire : elles ont envisagé la création d’un musée lorsqu’une école a dû fermer ses portes. Elles ont ainsi pris en main l’avenir de ces édifices menacés en leur affectant une nouvelle fonction et en ont affirmé la valeur patrimoniale. Le pas suivant sera d’en demander la reconnaissance par le biais d’une inscription au titre des Monuments historiques. Il se pourrait qu’ainsi, au fil de la fermeture d’écoles de petites communes dont la démographie ne permet pas de les maintenir en activité, se multiplient les protections de bâtiments scolaires jusque-là ignorés.

  • 90 Le collège Sainte-Barbe a été inscrit le 9/12/1999 ; les travaux ont été réalisés entre 2005 et 200 (...)

20Cela laisse penser, à l’inverse, que si le nombre de ceux qui sont protégés est si faible, c’est en partie parce qu’ils sont en vie et que leurs propriétaires préfèrent qu’ils ne soient grevés d’aucune des contraintes qu’emporte avec lui ce statut. Un édifice inscrit ne peut, en effet, être modifié sans autorisation. Ainsi, les travaux de réhabilitation du collège Sainte-Barbe, récemment réalisés par l’architecte Antoine Stinco pour y installer une bibliothèque interuniversitaire, ont-ils dû être faits dans le respect non seulement de l’édifice mais aussi des mosaïques du réfectoire de Gian Domenico Facchina, des bas-reliefs de la salle de dessin de Charles Gauthier ou du mobilier et des peintures de l’amphithéâtre, eux aussi, inscrits90. La protection n’est toutefois pas une sécurité, elle peut devenir une extrême-onction comme on peut le redouter pour l’école de plein air de Suresnes. Inscrite parmi les premières, on l’a vu, puis classée en 2002, cela ne l’a pas empêché de décliner depuis. Diverses péripéties administratives ont empêché les travaux de remise en état prévus. Une partie de ses bâtiments est aujourd’hui inaccessible tandis que l’Institut national supérieur (INSHEA) qui en occupe les locaux est en partance. Désaffectée, loin des yeux de son propriétaire, le ministère de l’Éducation nationale, elle risque de se désagréger au fil des intempéries quand bien même chacun s’accorde sur son caractère exceptionnel. Le sort de l’architecture scolaire ne repose heureusement pas sur les seules épaules des services de l’État en charge des monuments historiques. Il appartient à tous ceux qui veulent bien s’en saisir et en premier lieu à ceux qui l’utilisent. Le nombre des édifices en activité, ainsi que les travaux universitaires comme les initiatives qui se sont multipliés les dernières années, montrent que ce patrimoine est vivant et laissent espérer que sa richesse et sa diversité seront préservées.

Figure 1 - Une cour intérieure du lycée Buffon à Paris, construit par Émile Vaudremer entre 1985 et 1989

Figure 1 - Une cour intérieure du lycée Buffon à Paris, construit par Émile Vaudremer entre 1985 et 1989

Source : G. Dupont-Ferrier, Les Écoles, lycées, collèges et bibliothèques, Paris, H. Laurens, 1913.

Figure 2 - Mairie-école de Demouville dans le Calvados

Figure 2 - Mairie-école de Demouville dans le Calvados

Source : carte postale, collection privée.

Figure 3 - une classe du lycée Fénelon à Paris installée dans une des pièces de l’ancien hôtel de Villayer ; les décors intérieurs du xviiie siècle ont été inscrits au titre des monuments historiques le 9 janvier 1928

Figure 3 - une classe du lycée Fénelon à Paris installée dans une des pièces de l’ancien hôtel de Villayer ; les décors intérieurs du xviiie siècle ont été inscrits au titre des monuments historiques le 9 janvier 1928

Source : carte postale, collection privée.

Figure 4 - Les classes de l’école de plein air de Suresnes construite par Eugène Beaudouin et marcel Lods de 1931 à 1934

Figure 4 - Les classes de l’école de plein air de Suresnes construite par Eugène Beaudouin et marcel Lods de 1931 à 1934

Source : Écoles et établissements d’enseignement, 2e série, Paris, A. Morancé, s. d. pl. 65.

Figure 5 - Le réfectoire de l’ancien lycée de jeunes filles de Douai, actuellement lycée Jean-Baptiste-Corot, construit par auguste Pugin en 1840

Figure 5 - Le réfectoire de l’ancien lycée de jeunes filles de Douai, actuellement lycée Jean-Baptiste-Corot, construit par auguste Pugin en 1840

Source : photo, collection privée.

Figure 6 - Groupe scolaire Jean-Baptiste Clément à Boulogne construit par Jacques Debat Ponsan en 1933

Figure 6 - Groupe scolaire Jean-Baptiste Clément à Boulogne construit par Jacques Debat Ponsan en 1933

Source : Écoles et établissements d’enseignement, 2e série, Paris, A. Morancé, s. d. pl. 77.

Figure 7 - École de Senonches construite par Édouard Vaillant entre 1882 et 1884

Figure 7 - École de Senonches construite par Édouard Vaillant entre 1882 et 1884

Source : carte postale, collection privée.

Figure 8 - Le collège Chaptal, aujourd’hui lycée Chaptal à Paris, construit par Eugène train entre 1866 et 1876

Figure 8 - Le collège Chaptal, aujourd’hui lycée Chaptal à Paris, construit par Eugène train entre 1866 et 1876

Source : photo H. Schmid.

Figure 9 - Le lycée Camille-Sée à Paris, construit par François Le Cœur entre 1931 et 1934

Figure 9 - Le lycée Camille-Sée à Paris, construit par François Le Cœur entre 1931 et 1934

Source : Écoles et établissements d’enseignement, 2e série, Paris, A. Morancé, s. d. pl. 60.

Figure 10 - École maternelle de martigues, construite par Alphonse Arati, Marius Boyer, Charles Lestrade et Jean Prouvé en 1952

Figure 10 - École maternelle de martigues, construite par Alphonse Arati, Marius Boyer, Charles Lestrade et Jean Prouvé en 1952

Source : photo Sylvie Denante. © Monuments historiques.

Figure 11 - Baie basculante d’une classe du bâtiment sud-est du Centre d’apprentissage de garçons de Béziers, actuel lycée Jean-Mermoz, construit par Pierre Jeanneret, Dominique Escorza, Jean Prouvé, Charlotte Perriand et Jacqueline Vauthier-Jeanneret en 1950

Figure 11 - Baie basculante d’une classe du bâtiment sud-est du Centre d’apprentissage de garçons de Béziers, actuel lycée Jean-Mermoz, construit par Pierre Jeanneret, Dominique Escorza, Jean Prouvé, Charlotte Perriand et Jacqueline Vauthier-Jeanneret en 1950

Source : photo Yvon Comte. © Monuments historiques.

Figure 12 - Bas relief en terre cuite réalisé par les enfants de l’école Freinet à Vence

Figure 12 - Bas relief en terre cuite réalisé par les enfants de l’école Freinet à Vence

Source : photo Jean Marx. © Monuments historiques.

Notes

1 Chiffres du ministère de l’Éducation nationale publiés dans Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, 2007 (ils réunissent la France métropolitaine et les départements d’Outre-mer).

2 Agulhon Maurice, « La mairie. Liberté, Égalité, Fraternité », dans Nora Pierre, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, Quarto, 1997, vol. 1, pp. 179-198.

3 Jeljou Martine, « Parc immobilier et capacité d’accueil des établissements publics du second degré », dans ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’évaluation et de la prospective, Note d’information, no 03.58, p. 2.

4 Pour une réflexion sur le patrimoine universitaire voir la revue In Situ, no 17, 2011, « Les patrimoines de l’enseignement supérieur ».

5 Pour un bilan de ces publications voir le numéro spécial sous la direction de Châtelet Anne-Marie et Le Cœur Marc de la revue Histoire de l’éducation, « L’architecture scolaire : essai d’historiographie internationale », no 102, mai 2004.

6 Base Architecture-Mérimée : http://www.culture.gouv.fr:culture:inventai/patrimoine/

7 Dupont-Ferrier Gustave, Les Écoles, collèges et bibliothèques, Paris, H. Laurens, 1913, p. 38-39.

8 Instruction du conseiller d’état chargé de la direction et de la surveillance de l’Instruction publique du 13 brumaire an XI (4 novembre 1802) publiée dans le Recueil des lois et règlements concernant l’instruction publique depuis l’édit de Henri IV en 1598 jusqu’à ce jour, Paris, 1814-1828, tome II, p. 297-299.

9 Le Cœur Marc, « L’architecture et l’installation matérielle des lycées », dans Caspard Pierre, Luc Jean-Noël et Savoie Philippe (dir.), Lycées, lycéens, Lycéennes. Deux siècles d’histoire, Paris, INRP, 2005, pp. 363-376.

10 « Indication des locaux nécessaires pour l’établissement d’un collège royal » BU, 1843, p. 135-138 ; « Lycée impériaux. Programme pour les bâtiments », 1860, cité par Le Cœur Marc dans Caspard Pierre, Luc Jean-Noël, Savoie Philippe (dir.), Lycées, lycéens, Lycéennes, op. cit., 2005, p. 370.

11 Jomard Edmé-François, Abrégé de la méthode des écoles élémentaires, Paris, 1816, p. 89.

12 Bouillon A. De la construction des maisons d’école, Paris, L. Hachette, 1834.

13 Agulhon Maurice, « La mairie. Liberté, Égalité, Fraternité », art. cit., p. 183

14 Loi Guizot du 18 juin 1833.

15 Loi du 18 juillet 1837

16 Loi du 1er juin 1878.

17 Loi du 5 avril 1884.

18 Voir les dossiers du Conseil des bâtiments civils dépouillés dans la base Conbavil (1795-1840) sur le site de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) : http://www.inha.fr/spip.php?rubrique

19 Châtelet Anne-Marie, La Naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914, Paris, Honoré Champion, 1999.

20 Thivend Marianne, L’École républicaine en ville. Lyon 1870-1914, Paris, Belin, 2006.

21 Circulaire du 15 novembre 1853, Bulletin administratif de l’Instruction publique, Année 1853, Paris, 1854, p. 585.

22 Dumont Marie-Jeanne, « Vaudremer et les charmes austères du rationalisme », dans Châtelet Anne-Marie, Paris à l’école « qui a eu cette idée folle », Paris, Picard, 1993, pp. 126-129.

23 Châtelet Anne-Marie, « Le collège Chaptal, Eugène Train, 1863-1875 », dans Châtelet Anne-Marie, Paris à l’école « qui a eu cette idée folle », op. cit., pp. 118-121.

24 Circulaire ministérielle du 14 novembre 1879 citée par Ferdinand Buisson, « Inspection médicale », Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, Première partie, tome second, 1887.

25 Bouillé Michel, L’École, histoire d’une utopie xviie-début xxe siècle, Paris, Rivages, 1988.

26 Circulaire du 23 janvier 1860 cité par Le Cœur Marc dans Caspard Pierre, Luc Jean-Noël, Savoie Philippe (dir.), Lycées, lycéens, Lycéennes, op. cit., p. 371.

27 Le Cœur Marc, « Les lycées dans la ville : l’exemple parisien (1802-1814) », dans Histoire de l’éducation, no 90, 2001.

28 Châtelet Anne-Marie, Le Souffle du plein air. Histoire d’un projet pédagogique et architecturale novateur (1904-1952), Genève, Métis Presses, 2010.

29 « Architecture scolaire et pédagogique nouvelle », La Documentation française illustrée, no 285, 1976, p. 10.

30 Instructions relatives aux conditions d’installation des lycées et collèges, Paris, Delagrave, 1929.

31 Instruction sur la construction et l’aménagement des écoles primaires élémentaires publiées dans L’Architecture d’aujourd’hui, no 8, 1938, p. 5-8.

32 Ordonnance du 6 janvier 1959.

33 « Normes sur les dimensions des locaux scolaires », circulaire du 1er septembre 1952.

34 Prost Antoine, « Jalons pour une histoire de la construction des lycées et collèges de 1960 à 1985 », dans Caspard Pierre, Luc Jean-Noël, Savoie Philippe, Lycées, lycéens, Lycéennes, op. cit., pp. 459-478 ; Resendiz-Vazquez Aleyda, « L’industrialisation du bâtiment. Le cas de la préfabrication dans la construction scolaire en France (1951-1973) », thèse de doctorat sous la direction de Barles Sabine et Guillerme André, Conservatoire national des Arts et métiers, 2010.

35 Mesmin Georges, « Problèmes des constructions scolaires et universitaires », L’Architecture d’aujourd’hui, no 107, 34e année, avril-mai 1963, p. 1.

36 « Constructions scolaires 1 », Techniques et architecture, no 3, 15e série, novembre 1955.

37 Sur ces débats, voir Derouet-Besson Marie-Claude, Les Murs de l’école. Éléments de réflexion sur l’espace scolaire, Paris, Métailié, 1998.

38 Arrêté du 18 mai 1951.

39 Jaujard Jacques, « La participation des artistes, peintres et sculpteurs », Techniques et architecture, no 3, 15e série, novembre 1955, p. 53.

40 Aguilar Yves, Un Art de fonctionnaire : le 1 %, Paris, J. Chambon, 1998.

41 Interrogation de la base Mérimée sur les champs « Type d’édifice : architecture scolaire » et « domaine de recherche : Monument historique ».

42 Toulier Bernard, « La protection des monuments modernes : le rôle d’André Malraux », dans Hervier Dominique (éd.), André Malraux et l’architecture, Paris, Le Moniteur, 2008, pp. 88-107.

43 Voir la « Liste établie par la commission de travail dans sa séance du 14 juin 1963 » reproduite dans André Malraux et l’architecture, op. cit., p. 96-97.

44 Foucart Bruno, « À la découverte des nouveaux champs du patrimoine », dans Nora Pierre (éd.), Science et conscience du patrimoine, Paris, Fayard, 1994, pp. 305-320.

45 Celles de Gennes dans le Doubs et de Bucey-lès-Guy en Haut-Saône, toutes deux protégées dans la foulée par le décret du 19 octobre 1975.

46 La liste figure en annexe de l’article de Foucart Bruno, « À la découverte des nouveaux champs du patrimoine », dans Nora Pierre (éd.), Science et conscience du patrimoine, op. cit., pp. 314-320.

47 Décret du 19 octobre 1975.

48 L’École de tissage de Tony Garnier construite entre 1930 et 1933, actuellement lycée technique d’enseignement, a été inscrite par arrêté du 19/11/1991, mais le groupe scolaire de Jacques Debat-Ponsan, de 1933, ne l’a pas été.

49 L’école de Senonches, probablement une école primaire supérieure, a été construite entre 1882 et 1884 par Édouard Vaillant ; elle était désaffectée au moment de son inscription, le 20/12/1985.

50 Paris, 85 rue de Vaugirard, construit par H.-L. Durand en 1848 ; on voit encore sur la façade une inscription « Asile, école mutuelle, classe d’adulte » au-dessus d’un bas-relief ; elle a été inscrite le 15 juin 1977.

51 Le site est inscrit par un arrêté du 6/8/1975 ; le bâtiment (façade sur rue, toiture, plafond de l’ancien préau, rampe en fer et fonte de l’escalier intérieur le sera le 29/12/1983.

52 Cité dans la fiche de la base Mérimée.

53 La conception et la réalisation du lycée Camille-Sée à Paris se sont déroulées entre 1931 et 1934 ; il a été inscrit le 12/01/1995. Le lycée de Tulle a été édifié à partir de 1984 et inscrit le 6/05/1996.

54 L’école de plein air de Pantin a été construite entre 1932 et 1933 par l’architecte Florent Nanquette et protégée le 18/01/1997.

55 Le groupe scolaire d’Arques-la-Bataille a été construit entre 1933 et 1935 par Georges Thurin et inscrit le 18/01/2001.

56 Le lycée Marie-Curie de Sceaux a été achevé en 1932 par Émile Brunet et inscrit par arrêté du 30/3/2001.

57 Lucan Jacques, Architecture en France (1940-2000), Paris, Le Moniteur, 2001.

58 L’internat a été construit entre 1950 et 1952 par Jacques Barge et inscrit le 28/06/2001.

59 Le lycée du Raincy a été achevé en 1954 par Raymond Petit et inscrit le 16/07/2002.

60 L’école maternelle de Ferrières, en métal et en maçonnerie, est due à Alphonse Arati, Marius Boyer, Charles Lestrade et Jean Prouvé ; elle a été livrée en 1952 et inscrite le 19/03/2001.

61 L’école primaire de Vantoux, avec ses panneaux en aluminium, a été conçue par Jean et Henri Prouvé et réalisée en 1952 ; elle a été inscrite le 5/02/2001.

62 Le groupe scolaire Karl-Marx de Villejuif a été classé le 31/10/1996 ; l’école de plein air de Suresnes le 24/04/2002. Le groupe scolaire construit par Maurice Payret-Dortail se trouve 2 rue Maurice Payret-Dortail à Suresnes et a été construit entre 1924 et 1927 ; il a été classé le 12/04/1996.

63 La cité radieuse de Marseille a été classée le 20/06/1986 ; les maisons radieuses de Firminy et de Rezé, le 10/12/2001 (il est précisé dans ces deux cas « l’école en terrasse ») ; le centre d’apprentissage de Béziers, aujourd’hui lycée professionnel Jean-Mermoz le 13/02/2002.

64 Classée le 10/10/2008.

65 Roger-Henri Expert 1882-1955, Paris, Le Moniteur, 1983.

66 Voir Archiwebture, l’inventaire d’archives d’architectes en ligne ( http://archiwebture.citechaillot.fr).

67 Groupe de travail de maison d’école à Montceau-les-Mines, Cent ans d’école, Seyssel, Champ Vallon, 1981.

68 Inscription du 30/01/1991.

69 15/09/1993.

70 Ont été protégés par arrêté du 25/07/2005, les mairies-écoles d’Arc-sous-Cicon dans le Doubs et de Cernans dans le Jura et, par arrêté du 16/12/2005, celles de Bouclans (1840) et Goux-les-Usiers (1853-1873) dans le Doubs ainsi que l’école-halle-caserne et gendarmerie de Mont-sous-Vaudrey.

71 Inscrite le 6/11/2001.

72 Trois des premiers édifices, déjà cités, ont été inscrits en 1987, 1989 et 1991 : le collège Chaptal d’Eugène Train à Paris (1866-1876), le lycée agricole d’Avignon de Roland Bechmann (1866-1869) et l’école de tissage de Tony Garnier à Lyon (1930-1933).

73 Carreau-Vacher Isabelle, François Le Cœur architecte 1872-1934, thèse soutenue à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, 1995.

74 Boudon Françoise, « Recherches sur la pensée et l’œuvre d’Anatole de Baudot, 1834-1915 », Architecture, Mouvement, Continuité, no 28, 1973, pp. 1-66. Le lycée de Tulle a été construit entre 1884 et 1887, et inscrit par arrêté du 6/05/1996.

75 Le lycée Lakanal de Sceaux a été construit entre 1982 et 1886 et inscrit par arrêté du 28/11/2001.

76 Le lycée Jeanne-d’Arc de Clermont-Ferrand a été construit par Jean Teillard et Louis Jarrier entre 1896 et 1899 ; il a été inscrit le 3/12/2001.

77 Le lycée Carnot de Dijon a été construit entre 1887 et 1893 par l’architecte départemental Arthur Chaudouet ; il a été inscrit le 22/12/2010.

78 Construite comme école supérieure de filles entre 1902 et 1903, sous la direction de l’architecte municipal Ott, elle devint lycée de filles en 1918. Elle est inscrite depuis le 5/04/2002.

79 Actuel lycée Rollinat, construit entre 1921 et 1924 par Gaud et Grelier qui l’ont agrandi en 1931 ; un gymnase ajouté en 1951-1952 par Pierre Bourgion. L’ensemble inscrit par arrêté du 18/12/2008.

80 Diderot de Lille, actuel lycée Baggio, construit entre 1934 et 1938 par François Jacques Alleman et Chenal, inscrit partiellement par arrêté du 1/12/1997.

81 L’origine du lycée Massillon de Clermont-Ferrand remonte à 1733, mais des travaux d’extension ont été effectués dans les années 1930 et une importante commande a été passée à cette occasion à Louis Dussour ; le décor peint est inscrit par arrêté du 9/06/1992.

82 Le collège jésuite de Saint-Louis de Gonzague à Paris a été reconstruit de 1933 à 1935 par l’architecte Henry Violet et la chapelle décorée d’une fresque d’Henri de Maistre inscrite par arrêté du 13/10/1993.

83 Le lycée climatique d’Argelès a été construit en 1955 par André Remondet ; sont intervenus également Gustave Singier (maître verrier), Étienne Hajdu (sculpteur), Alfred Manessier (peintre), Charlotte Perriand (décoratrice). Il a été inscrit, ainsi que la toile de Manessier, le meuble casier de Perriand et le parc paysager, le 14/8/2008.

84 Le parc du lycée du Raincy a été inscrit le 17/02/1982 ; le bâtiment, construit par Raymond Petit, le 16/07/2002.

85 Lycée Schoelcher à Fort-de-France, construit entre 1934 et 1937, inscrit le 19/01/2010.

86 Voir à ce sujet Le Cœur Marc, « Essai d’historiographie II. Des collèges médiévaux aux campus », Histoire de l’éducation, « L’architecture scolaire. Essai d’historiographie internationale », no 102, mai 2004.

87 Oberlé Raymond, « Cent ans de construction scolaire à Mulhouse, 1831, 1939 », Annuaire historique de la ville de Mulhouse, t. 3 (1991), p. 47-72 ; t. 5 (1993), p. 83-107 ; t. 7 (1996), p. 115-142 ; Benrekassa Hélène, La Maison d’école en Seine-et-Marne au dix-neuvième siècle (1833-1889), thèse EHESS, 1984 ; Thivend Marianne, L’École républicaine en ville. Lyon 1870-1914, Paris, Belin, 2006 ; Suteau Marc, Une Ville et ses écoles. Nantes 1830-1940, Rennes, PUR, 1999 ; Châtelet Anne-Marie, La Naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914, Paris, Honoré Champion, 1999.

88 Saez Guy, Glevarec Hervé, Le Patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation française.

89 http://www.tournivelle.fr/site/accueil.htm (consulté le 9/03/2013).

90 Le collège Sainte-Barbe a été inscrit le 9/12/1999 ; les travaux ont été réalisés entre 2005 et 2007.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Une cour intérieure du lycée Buffon à Paris, construit par Émile Vaudremer entre 1985 et 1989
Légende Source : G. Dupont-Ferrier, Les Écoles, lycées, collèges et bibliothèques, Paris, H. Laurens, 1913.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Figure 2 - Mairie-école de Demouville dans le Calvados
Légende Source : carte postale, collection privée.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 3 - une classe du lycée Fénelon à Paris installée dans une des pièces de l’ancien hôtel de Villayer ; les décors intérieurs du xviiie siècle ont été inscrits au titre des monuments historiques le 9 janvier 1928
Légende Source : carte postale, collection privée.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 4 - Les classes de l’école de plein air de Suresnes construite par Eugène Beaudouin et marcel Lods de 1931 à 1934
Légende Source : Écoles et établissements d’enseignement, 2e série, Paris, A. Morancé, s. d. pl. 65.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 5 - Le réfectoire de l’ancien lycée de jeunes filles de Douai, actuellement lycée Jean-Baptiste-Corot, construit par auguste Pugin en 1840
Légende Source : photo, collection privée.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 6 - Groupe scolaire Jean-Baptiste Clément à Boulogne construit par Jacques Debat Ponsan en 1933
Légende Source : Écoles et établissements d’enseignement, 2e série, Paris, A. Morancé, s. d. pl. 77.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 7 - École de Senonches construite par Édouard Vaillant entre 1882 et 1884
Légende Source : carte postale, collection privée.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 8 - Le collège Chaptal, aujourd’hui lycée Chaptal à Paris, construit par Eugène train entre 1866 et 1876
Légende Source : photo H. Schmid.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 9 - Le lycée Camille-Sée à Paris, construit par François Le Cœur entre 1931 et 1934
Légende Source : Écoles et établissements d’enseignement, 2e série, Paris, A. Morancé, s. d. pl. 60.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 10 - École maternelle de martigues, construite par Alphonse Arati, Marius Boyer, Charles Lestrade et Jean Prouvé en 1952
Légende Source : photo Sylvie Denante. © Monuments historiques.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 11 - Baie basculante d’une classe du bâtiment sud-est du Centre d’apprentissage de garçons de Béziers, actuel lycée Jean-Mermoz, construit par Pierre Jeanneret, Dominique Escorza, Jean Prouvé, Charlotte Perriand et Jacqueline Vauthier-Jeanneret en 1950
Légende Source : photo Yvon Comte. © Monuments historiques.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 12 - Bas relief en terre cuite réalisé par les enfants de l’école Freinet à Vence
Légende Source : photo Jean Marx. © Monuments historiques.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/663/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 395k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540