Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Langues d'immigration

Les notions utilisées en russe pour désigner les langues des migrants

«Понятия, используемые в русском языке для обозначения языка мигрантов»

Ekaterina Nedopekina

Résumé

Dans cette contribution sont examinées les notions contiguës suivantes : langue d’émigrants ou langue émigrante, langue de l’étranger russe ou langue russe de l’étranger, langue de diaspora (de la communauté immigrante) ou langue diasporique, langue de la minorité nationale, langue d’immigrants, et d’autres notions limitrophes telles que celles de langue de natsmen et diverses variations de pidgins. Le terme général de « migrant » englobe un groupe social trop large et hétérogène c’est pourquoi une analyse plus détaillée s’impose.
Sont alors donnés des exemples des changements de la langue d’émigrants qui ont affecté quasiment toutes les parties du discours. Il s’agit ainsi de la rupture fréquente des liaisons entre les mots, des cas d’usage incorrect de leurs formes, des conjonctions et des déictiques.
L’étude du discours des émigrants est effectuée par la mise en place de traits communs dans un groupe d’interlocuteurs réunis par des critères significatifs. Cette approche résulte d’un recueil de données qui font état de certaines corrélations entre les traits communs et les particularités de la langue même et elle dévoile les changements linguistiques à l’intérieur du discours émigrant découlant de la résidence dans le pays étranger. Ce discours permet donc de révéler l’influence des langues allemande, anglaise, française et d’autres langues nationales.
Les autres notions analysées sont récentes et pas toujours déterminées de façon précise en Russie. Ainsi, la notion de « langue de la minorité nationale » semble discutable ainsi que celle de « nouvelle diaspora » qui désigne la diaspora constituée par les immigrants utilisés comme maind’œuvre. Mais, à ce jour, les recherches révélant les traits communs de ces groupes démographiques doivent être approfondies.

В статье рассматриваются следующие смежные понятия: язык эмигрантов или эмигрантский язык, язык русского зарубежья или русский язык за рубежом, язык диаспоры (иммигрантов) или диаспорический язык, язык национального меньшинства, язык иммигрантов и другие пограничные понятия, как язык нацменов и различные виды пиджина. Общий термин «мигрант» охватывает слишком широкие и разнородные социальные группы, вот почему требуется более детальный анализ.
Мы приведем примеры изменений в языке эмигрантов, которые затронули практически все части речи. Речь идет о частом нарушении согласования между словами, случаях неправильного использования их формы, союзов и междометий.
Изучение речи эмигрантов осуществляется путем установления общих черт в группе носителей языка, объединенных значимыми критериями. С помощью такого подхода мы получаем данные, которые показывают некоторую корреляцию между общими чертами и особенностями языка. Он фиксирует языковые изменения в речи эмигрантов, вызванные пребыванием в чужой стране. Таким образом, этот дискурс позволяет показать влияние немецкого, английского, французского и других национальных языков.
Другие анализируемые понятия возникли недавно и не всегда имеют точное определение в России. Таким образом, понятие «язык национальногоменьшинства» являетсяспорным, какипонятие«новая диаспора», которое означает диаспору, состоящую из иммигрантов, используемых в качестве рабочей силы. На сегодняшний день общие черты этих демографических групп должны быть подвергнуты более глубокому изучению.

Texte intégral

1Tout premièrement, il faut souligner qu’au début même de ma recherche concernant les notions utilisées en russe pour désigner les langues des migrants, j’ai ressenti plusieurs difficultés. Ces difficultés consistent, entre autres, dans l’usage inapproprié du terme de « migrant » puisque celui-ci englobe un groupe social trop large et hétérogène. D’un côté, le terme de « migrant » est défini comme une personne franchissant la frontière d’un territoire, dans la perspective de changer de domicile, définitivement ou pour une période relativement durable, de l’autre côté, il désigne une personne effectuant des migrations quotidiennes pour son travail. Outre cela, l’expression « langue des migrants » s’est révélée trop générale et, par conséquent, rarement utilisée dans la littérature sociolinguistique.

2Ainsi, au cours de ce travail nous avons décidé d’examiner les notions contiguës suivantes : langue d’émigrants ou langue émigrante, langue de l’étranger russe ou langue russe de l’étranger, langue de diaspora (de la communauté immigrante) ou langue diasporique, langue de la minorité nationale, langue d’immigrants, et toutes les autres notions limitrophes telles que langue de natsmen et diverses variations de pidgins.

Langue d’émigrants (russes) ou langue émigrante, ou langue d’émigration

3L’émigration russe a son histoire. De 1861 jusqu’à 1915, 4,3 millions de citoyens russes ont quitté la Russie et, la majorité a choisi les États-Unis comme destination. De 1917 à 1938, entre 3,5 et 4 millions de Russes ont émigré. Dans l’histoire, ce flux d’émigrants a été nommé la première vague d’émigration. La deuxième vague d’émigration (1939-1947) a emporté 8 à 10 millions de Russes. Elle a été amorcée par l’intention du gouvernement soviétique d’expulser tous les citoyens étrangers que le Commissariat populaire des Affaires intérieures (NKVD) avait accusé d’être responsables de l’instabilité politique. La troisième vague, qui se termine dans les années 1980, compte 1,1 million de personnes. En 1989, le gouvernement a autorisé l’émigration des Allemands, Juifs et Grecs ethniques, et, en 1993, la loi sur la liberté de franchir la frontière soviétique par tous les citoyens de l’URSS a été ratifiée. De 1990 jusqu’à 2000 environ, 1,1 million de personnes sont parties du pays, ce qui montre que le nombre d’émigrants a été moins élevé que ce qu’avaient prévu les experts (quatrième vague). À partir de 1990, l’émigration reste au même niveau en oscillant entre 114 000 personnes en 1993 et 78 000 personnes en 2000. Il convient aussi de préciser que, ces dernières années, l’émigration est caractérisée par un phénomène de « fuite des cerveaux ».

4Le Grand dictionnaire juridique définit les émigrants comme des personnes qui s’installent de manière permanente dans un pays autre que leur pays natal ou que leur habitat permanent précédent (Suharev, Krutskih 2004 : 589). Dans notre cas, il s’agit de citoyens russes qui, ayant quitté la Russie, n’acceptent pas toujours de renoncer irrémédiablement à leur langue, à leur culture et à leur mode de vie. Cependant, même les efforts les plus ardents pour conserver dans sa pureté la langue russe hors de sa patrie sont voués à l’échec. L’expérience des émigrants russes de la première vague (les citoyens russes qui ont quitté le pays après la Révolution d’Octobre en 1917) a démontré que la langue ne s’enrichit que dans son contexte national et, au contraire, peut perdre de sa matière à l’étranger.

5Consécutivement à la Révolution, l’émigration russe, particulièrement en France, s’est investie dans un combat têtu afin de préserver l’intégrité de sa langue natale. Les moindres fautes d’accent humiliaient le titre bien respectueux d’intellectuel russe à l’étranger. L’utilisation de mots tels que « enquête », « presse », « dépression », « aromate », « aspect », « détail », « orienter » et beaucoup d’autres insultaient l’oreille des émigrés car ils sont des emprunts. Par ailleurs, tous les changements qui se produisaient dans la langue russe en Russie provoquaient le rejet des émigrants comme la nouvelle orthographe ou l’usage largement répandu des abréviations.

6Toutefois, dans les années 1940, sont apparues deux variantes de langue : la soviétique et l’émigrante. Dans la langue des émigrants de la première vague existent de nombreux mots dont la signification est devenue obsolète aujourd’hui. Celle-ci a conservé les traits de la vieille Russie et, à l’intérieur de son système, se retrouvent le vocabulaire de la Russie impériale et le vocabulaire de la langue populaire.

7La langue émigrante est souvent désignée comme une langue d’expulsion car elle porte les stigmates des difficiles conditions de vie hors de la patrie. Dans le vocabulaire qui lui est propre, on peut remarquer l’entrée de mots tels que « hvostit’ » (faire la queue). Il y a aussi des expressions et des proverbes qui sont propres à cette langue émigrante. À la question « Kak dela ? » (Comment ça va ?), les gens répondent ordinairement : « Ne sovsem, no saveet » (Pas tout à fait bien mais saveet) (fr : « ça va »). Ils se donnent le conseil suivant : « Na boga nadejsâ, a v bûro d’anboš zajdi » (Fais confiance en Dieu mais passe au bureau d’embauche) (bureau d’embauche : « bûro d’anboš бюро »). Le discours des émigrants est parsemé de mots français russifiés. Les gens qui parlent cette langue habitent dans un « arondisman » (arrondissement), sortent les « pubeli » (poubelles) de leurs maisons. S’ils tombent malades, ils visitent le « generalist » (généraliste).

8En langue russe, les emprunts perdent souvent une partie de leur signification lexicale initiale ou parfois sont complètement modifiés : « delat’radio » (faire des radios), en russe cette phrase n’a pas de sens puisque le mot « radio » ne signifie que « diffusion d’émissions et de musique sur les ondes ». Le mot « famil’ârnyj » qui, dans la langue russe, possède une connotation péjorative, n’a pas ce sens en français et signifie « quelqu’un ou quelque chose de proche, bien connu ». L’usage des langues étrangères a altéré de manière sensible le lexique russe à l’étranger. Ces transformations sont encore plus évidentes dans le cas des verbes. Dans la langue d’émigrants peuvent apparaître des expressions telles que « 10 let â ne upotrebila eto » (Depuis 10 ans je ne l’ai pas utilisé) et « Â eŝë zaderžan v institute ») (J’ai encore été retenu à l’institut). Dans les deux exemples, l’aspect du verbe est mal appliqué.

9Ces changements ont influencé quasiment toutes les parties du discours. Les linguistes constatent la rupture fréquente des liaisons entre les noms, les cas d’usage incorrect des formes des noms, des conjonctions et déictiques. Les émigrants russes éprouvent souvent des difficultés pour trouver le mot correct pour désigner leur activité professionnelle ou pour nommer les citoyens de pays étrangers (Lettonie, Danemark, Philippines, Népal, etc.).

10Plusieurs chercheurs en langue russe, analysant l’évolution de cette langue en dehors de son territoire, mentionnent l’appauvrissement du vocabulaire et de la grammaire à l’étranger. De leur côté, les émigrants préconisent ces usages.

11L’émigration massive des pays de la Communauté des États Indépendants vers l’Allemagne dans les années 1990 a provoqué la naissance et la diffusion, parmi les émigrants de la quatrième vague (qui est aussi connue comme la « vague économique »), d’un langage et d’une culture particuliers (subculture). Vu ses attributs morpho-syntaxiques, sémantiques et pragmatiques, elle sert d’illustration à une série de notions linguistiques comme celles de simplification linguistique, d’interférence linguistique et de substrat.

Langue russe à l’étranger/langue de l’étranger russe

12Concernant la langue russe à l’étranger, elle est avant tout envisagée comme synonyme de la langue d’émigrants mais, en même temps, elle induit une notion plus complexe. Les premiers travaux scientifiques consacrés à ce sujet ont été publiés au-delà des frontières de la Russie pour des raisons politiques. La période la plus active dans l’apprentissage de la langue russe émigrante, c’est-à-dire de la langue russe de l’étranger en Russie, commence dans les années 1990. Les jeunes émigrants russes sont les héritiers de ceux qui ont quitté la Russie de la période allant de 1919 à 1939 et qui ont été formés dans l’esprit patriotique. Les émigrants russes de la première vague s’estimaient responsables de la sauvegarde des valeurs et des traditions culturelles. Pour cette raison, ils apprenaient à leurs descendants à être fiers de leur Grande Patrie, à être Russe et à ne pas suivre l’exemple de leurs compatriotes qui avaient perdu la liaison culturelle avec leur patrie historique et qui avaient renoncé à leurs racines russes. En espérant regagner vite la patrie, les émigrants de la première vague tenaient à sauvegarder la pureté de la langue russe et son usage chez leurs petits-enfants. Cependant, leurs petits-enfants et principalement leurs arrière-petits-enfants, accomplissant leurs études au sein d’écoles et de collèges en France, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, communiquaient régulièrement avec leurs collègues étrangers. Ainsi, leur pratique du russe s’amoindrissait, réduisant la sphère de son utilisation au milieu familial. Par conséquent, c’est une des raisons pour laquelle les chercheurs en langue russe à l’étranger accordent une place prépondérante à l’Église Orthodoxe et à ses écoles paroissiales.

13L’étude du discours des émigrants peut s’opérer de différentes manières, par exemple par la mise en place de traits communs dans un groupe d’interlocuteurs réunis par des critères significatifs :

  1. Résidence dans le même pays ;
  2. Appartenance à la même vague d’émigration ;
  3. Même niveau d’éducation ;
  4. Même catégorie socioprofessionnelle ;
  5. Même raison du départ de la Russie.

14L’énumération des attributs communs pourrait continuer. Évidemment, cette approche résulte d’un recueil de données qui démontrent certaines corrélations entre les traits communs et les particularités de la langue. Cela veut dire que cette approche dévoile les changements linguistiques à l’intérieur du discours émigrant engendrés par la résidence dans le pays étranger. Ce discours permet donc de révéler l’influence des langues allemande, anglaise, française et d’autres langues nationales. Ainsi, les traits typiques de la langue russe d’émigrants sont mis en évidence.

15Il est possible que la description du discours de certains individus se caractérise par un intérêt accru pour les spécificités linguistiques à tous les niveaux, pour les particularités du comportement linguistique qui prend en compte les attributs personnels et professionnels, la biographie et les conditions d’apprentissage de la langue. Un portrait linguistique personnel résulte de cette approche.

16Ces méthodes sont applicables et représentent un intérêt certain. Grâce à la première approche, les particularités communes du discours émigrant sont mises en évidence. La deuxième approche détermine la réalisation concrète d’attributs différents dans le discours d’un interlocuteur précis, aussi bien que les possibilités de leur coexistence et leur influence mutuelle. La troisième approche révèle l’histoire des particularités de la langue russe et l’influence de l’ensemble des facteurs sociolinguistique sur la langue russe à l’étranger. Ce qui démontre les grandes possibilités du développement historique de la langue russe.

17E. A. Zemskaâ a élaboré une approche complexe de la recherche qui lui a permis de mettre en évidence, au sein de cette pluralité de conditions, les récurrences constantes qui caractérisent les spécificités de la langue de la diaspora russe. Ainsi, elle a décelé des corrélations entre les particularités historiques, sociales, culturelles et individuelles et le taux de maintien ou de dégradation de la langue russe (Zemskaâ 2001 : 118).

18Afin de concevoir les conditions du fonctionnement de la langue nationale dans son entourage étranger, on peut renvoyer à une recherche détaillée sur les locuteurs afin de créer un portrait linguistique de ceux-ci (y compris les portraits formant les paires : époux-épouse, frère-sœur, etc.). La situation historique de la fin du XXe jusqu’au début du XXIe siècle a considérablement influencé la langue russe à l’étranger. La composition sociale des émigrés russes a beaucoup changé. La plupart des nouveaux arrivants ne maîtrisant pas la langue du pays d’accueil mais aspirant à un prompt apprentissage introduisirent inévitablement des éléments d’emprunt issus de la nouvelle langue.

19Ainsi, les particularités essentielles de la langue de l’étranger russe, ou de la langue russe à l’étranger, sont l’apparition des verbes se terminant en « -it’ » (-ить) ou en « -at’ » (-ать) mais ces emprunts ne se sont pas encore enracinés. D’un côté, ce processus met en évidence la détérioration de la langue russe et des écarts par rapport à ses normes de référence. D’un autre côté, il démontre, dans ce contexte, la prégnance de la grammaire russe qui, en dehors des substantifs et des adjectifs, intègre aussi les verbes en transformant les racines étrangères pour en faire de nouveaux verbes russes qui se soumettent facilement aux règles de la conjugaison russe.

20La période actuelle est synonyme de renaissance de l’intérêt pour la langue russe de la part des émigrants par le truchement de possibilités inédites en vue du renforcement et d’une utilisation élargie de cette langue (soirées régulières entre émigrants, restauration des liens perdus avec la famille en Russie, voyages en Russie, etc.). On peut ainsi constater, non seulement, le renforcement des positions de la langue russe à l’étranger, mais aussi une sorte de renouvellement du discours des émigrants de la première vague.

Langue de la diaspora (communauté immigrante)/langue diasporique

21En comparant le destin des emprunts dans le discours de la diaspora et celui de la métropole, une différence fondamentale apparaît entre eux qui ne révèle cependant pas les raisons de cette distinction dans le processus même de l’emprunt.

22La singularité des emprunts réside dans leur composition et se définit par les disparités socio-culturelles et matérielles inhérentes à la vie en métropole ainsi qu’à celles en diaspora, qui contraint les citoyens russes à s’adapter à de nouvelles conditions de vie. Par conséquent, parmi ces sphères de vie touchées par le processus d’emprunt se dégagent, entre autres, celles qui touchent au domaine financier et économique et aux institutions sociales. Parmi les emprunts, on ne remarque presque pas le lexique lié aux phénomènes naturels et à la flore ou à la faune car la majorité des émigrants ne demeure pas à la campagne mais en ville.

23Les mots dont la forme ressemble à celle des mots russes mais dont la signification diffère de celle des mots ayant la même racine participent du processus de l’emprunt. Ces mots ne représentent aucune difficulté pour les émigrants russes : ils leurs sont familiers et facilement reconnaissables dans le discours. Par exemple, « gospital’ » (hôpital) – rus. « grand hôpital pour les militaires », ang. « hospital ». Ce phénomène porte le nom de « faux amis » ; la définition de ces mots est à tel point différente qu’ils sont perçus comme différents.

24C’est de cette manière qu’E. A. Zemskaâ définit la langue de diaspora. Parallèlement, un groupe de chercheurs composé d’écrivains russes en Israël introduit un terme supplémentaire pour désigner ce phénomène linguistique (dans leur recueil Miroir dont les auteurs sont A. Goldstein, A. Barach, S. Magib, M. Grobman, A. Petrova, E. Steinberg et d’autres). Ils décrivent la langue de la diaspora en ces termes :

[…] l’émigration littéraire russe, comme un phénomène de plein droit […] a cessé son existence […] pour la première fois depuis des centaines d’années d’existence, la langue et la littérature russes sont légitimes en diaspora, en devenant la langue et la littérature diasporiques qui ne sont plus répandues sur les territoires des colonies et semi-colonies limitrophes, mais qui attirent dans l’orbite de leur influence les espaces des mondes géoculturels et politiques indépendants de la Russie. (Vrubel’-Golubkina 2003 : 316).

Langue de la minorité nationale

25Au début des années 1990, le monde est témoin de la naissance de nouveaux États indépendants sur le territoire post-soviétique dont la nouvelle orientation politique, économique et nationale a considérablement influencé le rôle de la langue russe dans ces pays. Les langues nationales y devinrent des langues d’État et le russe se contenta du statut de langue de minorité nationale. L’espace russophone dans la vie socio-politique de ces républiques se réduit et le russe ne joue plus le rôle de langue littéraire de référence. L’usage actif des langues nationales apporte alors des traits spécifiques à la langue russe.

26La population russe des nouveaux États est caractérisée par la pluralité nationale et l’hétérogénéité. La diaspora russe s’est formée dans les anciennes républiques soviétiques pendant plusieurs siècles. D’un côté, elle comprend les Russes autochtones qui peuplent ces territoires depuis des centaines d’années. D’un autre côté, la CEI héberge les Russes qui s’y sont retrouvés suite à des processus migratoires variés depuis quelques décennies. Aujourd’hui, les Russes de la CEI sont des citoyens de génération, de statut social et de niveau d’éducation et de culture différents. Leur degré d’intégration dans la nouvelle société, leur aisance dans la nouvelle langue officielle et la nouvelle culture de discours en langue natale (russe) sont très divers aussi.

27La jeune génération se fixe pour objectif de s’intégrer le plus rapidement possible dans la vie sociale des nouveaux États dont la condition principale est la connaissance de la langue prioritaire de l’État. Ainsi, du bilinguisme émerge dans les milieux russes résidant dans la CEI. Dans plusieurs écoles de ces nouveaux États, la vision de la « langue native » a changé. Désormais, cette place est occupée par la langue nationale de ces État indépendants et la langue russe est écartée en position périphérique.

28Néanmoins, la langue russe dans la CEI reste la langue de communication parmi les populations de nationalités différentes bien que ses domaines de fonctionnement se réduisent progressivement. Ce fait provient du recul de la langue russe en position statutaire de langue minoritaire. Outre cela, ce processus est accentué par un nombre de facteurs socio-psychologiques : pour une certaine partie de la population, la langue russe est associée plutôt au régime communiste qu’à la science et à la culture russes.

29Cependant, on peut considérer que le terme « âzyk nacional’nogo men’šinstva » (langue de minorité nationale) n’est toujours pas déterminé de façon précise en Russie. Il semble donc litigieux car, par exemple, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (non ratifiée par la Russie) du Conseil de l’Europe dans sa version russe connaît plusieurs traductions de la notion de « langue minoritaire ».

  • 1 «Реƨuональныŭ язык: язык uлu языкu, офuųuальныŭ сmаmус коmороƨо (ых) закреnлён ɞ законо∂аmельсmɞе (...)

30Par ailleurs, la terminologie russe s’est enrichie grâce à l’apparition du terme « minoritarnyj âzyk » (langue minoritaire) bien que, jusqu’à présent, ce terme n’a pas de statut officiel et n’est utilisé que dans les articles scientifiques linguistiques consacrés aux langues des minorités nationales. La traduction de ce terme est un emprunt et tous les efforts de le traduire conduisent à l’occurrence à deux locutions différentes : « langue de la minorité (nationale) » et « langue régionale ». Mais l’application de la deuxième pour traduire « langue minoritaire » est douteuse puisque « langue régionale » possède sa propre interprétation en russe. Sous cette notion, on comprend « une langue ou des langues dont le statut officiel est assuré dans la législation d’un ou plusieurs sujets administratifs et territoires : arrondissements fédéraux, provinces, extrémités, États, municipalités, régions, villages ou autres régions administratives des États au même niveau que la langue officielle/d’État qui fonctionne sur le territoire de l’État entier1. »

31Ces deux notions ne doivent pas être confondues et sont donc distinctes.

32Conformément aux définitions instituées dans l’article 1 de la partie 1 de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, le terme « langue minoritaire » inclut les langues parlées traditionnellement sur le territoire d’un État par les ressortissants de cet État, qui représentent un groupe numériquement minoritaire par rapport au reste de la population et dont la langue diffère de celle officielle de cet État. Elles n’intègrent ni les dialectes de la langue de cet État, ni les langues des migrants (Charte européenne des langues régionales ou minoritaires 1998 : 625).

Langue des immigrants/langue d’immigration

33Le programme élaboré par l’Unesco en 2003 dont le titre est « La gestion des transformations sociales » (MOST) qui contient un article intitulé : « La diversité linguistique en Europe polyculturelle : les perspectives comparativistes des langues des minorités immigrantes dans la vie quotidienne et à l’école ». Guus Extra et Kutlay Yagmur, de l’Université de Tilburg (Hollande), en sont les auteurs (Extra Guus, Yagmur Kutlay 2004 : 9), et, d’après leur estimation, en 2000, dans les pays de l’Europe occidentale, plus d’un tiers de la population de moins de 35 ans étaient des immigrants. Les communautés immigrantes les plus importantes dans l’UE étaient les Turcs et les Arabes (des pays du Maghreb : Tunisie, Algérie et Maroc) qui résident en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne. Ils notaient également que, durant les dix années précédentes, l’immigration intensive dans les pays de l’Union européenne avait pour but l’utilisation d’une main-d’œuvre bon marché et le regroupement familial. De plus, ces dernières années, ces États ont accueilli des réfugiés de plusieurs horizons. Au sein de tous les pays membres de l’UE, les scientifiques constatent la réduction générale de la population de souche et l’augmentation simultanée de la population d’origine immigrante.

34La publication de l’Unesco affirme que, récemment, les pays Européens ont appliqué une série de mesures visant au maintien des langues régionales (catalanes, basques, etc.) mais rien n’a été fait en faveur des langues d’immigration. Les auteurs de l’article précisent que les représentants des populations autochtones et les responsables d’États pensent que l’enseignement des seules langues nationales empêche l’intégration des immigrants. En conclusions, Guus Extra et Kutlay Yagmur supposent que, de ce fait, l’UE doit élaborer une approche unitaire vis-à-vis des langues régionales et des langues d’immigration.

35Ils invoquent par exemple la politique de « l’éducation en langue native » acceptée dans le Land Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne). Les écoliers du niveau primaire et secondaire pratiquant deux ou trois langues, peuvent choisir cinq heures par semaine d’apprentissage supplémentaire dans une langue d’immigration. En 2000, par le choix des langues, l’administration des écoles comprenait 18 langues : le turc, le tamoul (langue régionale officielle de l’Inde), l’arabe, l’espagnol, le russe, etc. La conclusion de l’article contient l’idée qu’une telle politique contribue à la création d’une atmosphère favorable à l’école et dans la société en général, ce qui accélère le développement des échanges interculturels et la tolérance.

36Actuellement, en Russie, est apparu le terme de « nouvelle diaspora » qui désigne la diaspora constituée par les immigrants utilisés comme main-d’œuvre. Mais, à ce jour, leur langue reste insuffisamment étudiée et il n’existe pas de travaux scientifiques révélant les traits communs de ces groupes démographiques. Cependant, force est de constater que la majorité des gens qui composent ces diasporas ouvrières sont employés dans des secteurs n’exigeant pas d’éducation spécifique, tels que les marchés aux légumes ou les travaux du bâtiment. Ainsi, leur nécessité de s’exprimer en langue russe est moindre. Lorsqu’ils s’adressent à leurs employeurs ou aux acheteurs, ils s’expriment en russe sans respecter les règles de grammaire et de phonétique. Dans la sphère familiale ou en présence de leurs compatriotes, ils utilisent leur langue nationale (le tadjik, l’ouzbek, etc.).

Langue de Natsmen

37Défini dans le dictionnaire raisonné de D. N. Ouchakov comme une personne appartenant à une minorité nationale, la notion de natsmen résulte de l’abréviation des mots « national » et « minorité » (men’ŝinstvo) (Ušakov 1935 : 57). Dès sa naissance, à l’époque soviétique, elle contenait une connotation péjorative. Aujourd’hui, ce mot est utilisé essentiellement à l’égard des Russes résidant en Ukraine et conserve une sémantique négative. Ce terme est, de plus, considéré actuellement comme obsolète et n’est plus usité dans la littérature sociolinguistique.

Pidgins

38Un pidgin est une langue dont la grammaire se trouve radicalement simplifiée, avec un vocabulaire très réduit (jusqu’à 1 500 mots ou même moins) et qui n’est la langue natale d’aucun de ses locuteurs. De par sa simplicité, elle n’est présente que dans des milieux restreints et dans des situations de communication très rares.

39Si, pour leurs contacts inter-linguistiques, les locuteurs utilisent la langue qui n’est native pour aucun d’eux mais dont la structure est comparativement compliquée et donc apte à un large cercle de situations de communication, le terme « pidgin » ne doit pas lui être appliqué ; cette langue est appelée « koinè ». Si, dans certains cas, le pidgin devient une langue native pour un groupe de la population en étendant ainsi le cercle de ces capacités fonctionnelles, il est alors soumis à un processus de la créolisation, autrement dit, il devient une langue créole. Le nombre de langues créoles enregistrées dans le monde est sensiblement supérieur au nombre de pidgins. Néanmoins, il faut préciser que l’évolution d’un pidgin en langue créole se produit assez facilement.

40Parmi les pidgins à base de russe, on signalera le pidgin russo-chinois, né durant la première moitié du XVIIIe siècle et employé à l’origine par des marchands russes et chinois dans la zone frontalière à partir de la conclusion d’accords commerciaux. Le pidgin russo-norvégien, mieux connu sous le nom de russenorsk, est pratiqué à l’occasion des échanges commerciaux entre pêcheurs et commerçants de Russie et de Norvège.

41Un autre pidgin à base également russe, qualifié de « tajmyrskaâ govorka » (pidgin de Taïmyr), fut découvert à moitié éteint par les chercheurs russes. Ils supposent que ce pidgin s’est établi aux XVIIIe et XIXe siècles dans le but de favoriser les contacts des résidents russes avec la population locale à Taïmyr. Actuellement, la possibilité de l’existence d’autres pidgins n’est pas écartée par les linguistes mais ils ne joignent aucune preuve à leurs hypothèses.

42Probablement, les pidgins à base russe ont-ils également existé dans d’autres endroits. Par exemple, les spécialistes interprètent la langue russe non standard utilisée au cours de la communication entre Russes et Bachkirs comme un pidgin à base russe.

43Hormis les pidgins évoqués jusqu’à présent, les spécialistes aussi mentionnent le Ruenglish (Ruglish, Russlish). Celui-ci est fondé sur un néologisme et motivé par les échanges entre russophones et anglophones. Parmi ses divers usages, on peut recenser celui de la communication interne des émigrants russes à New York. Il est nécessaire de mentionner que cette notion désigne également un habitus récent des jeunes Russes de Moscou de substituer des mots et des phrases en anglais à des parties de leur discours en russe.

44Le Runglish, de provenance étrangère, a investi en 2000 l’Espace, fournissant aux cosmonautes une possibilité inédite de communication à bord du vaisseau spatial et dans la Station internationale. Conjointement, un écrivain américain de romans d’anticipation, Arthur C. Clarke, a inséré ce terme dans son roman 2010 : Odyssey Two (Clarke 1982).

45Cette présentation ne serait pas tout à fait complète si l’on omettait le suržik, langue parlée, non-officielle et non-codifiée, qui est née des conséquences du bilinguisme russo-ukrainien pérenne et significatif d’une situation de diglossie. Le suržik apparaît comme résultat d’interférences phonétiques, morphologiques, lexicales et syntaxiques. Il est représenté par des lexèmes entièrement formés qui s’appellent suržikismes et sont constitutifs de superstrats des langues russe ou ukrainienne. Le suržik provient, à la base, des variétés régionales des langues ukrainienne et russe, comme code linguistique dans les milieux de locuteurs témoignant de différents types de compétence linguistique dans des domaines communicationnels et socioprofessionnels variés.

Bibliographie

Références bibliographiques

Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, in KARTAŠKIN V. A., LUKAŠEVA E. A. (éd.) (1998), Meždunarodnye akty o pravah čeloveka. Sbornik dokumentov [Les Actes internationaux sur les droits de l’homme. Recueil des documents], Moskva, NORMA, 1998, pp. 624-633.

CLARKE A. C., (1982), 2010 : Odyssey Two, London, Granada Publishing.

EXTRA G., YAGMUR K. (2004), «Immigrant Minority Languages at Home and School», Urban Multilingualism in Europe, Cledon, Philadelphia, Multilingual Matters LTD, pp. 23-38.

SUHAREV А., KRUTSKIH В. (éd.) (2004), Bol’šoj ûridičeskij slovar’ [Grand dictionnaire juridique], Moscou, Infra-М.

UŠAKOV D. (éd.) (1935), Tolkovyj slovar’ russkogo âzyka v 4-h tomah [Dictionnaire raisonné de la langue russe en 4 volumes], Мoscou, OGIZ.

VRUBEL’-GOLUBKINA I. (2003), Evrejskaâ hrestomatiâ novoj russkoj literatury [La Chrestomathie juive de la nouvelle littérature russe], Moscou, Nouvelle observation littéraire.

ZEMSKAÂ Е. (2001), « Âzyk russkogo zarubež’â : itogi i perspektivy issledovaniâ » [La langue des Russes de l’étranger : les bilans et les perspectives de la recherche], Russkij âzyk v naučnom osveŝenii [La Langue russe dans l’interprétation scientifique], no 1, pp. 114-131.

Site web

« Regional’nyj âzyk », Wikipedia, http://ru.wikipedia.org/wiki/Региональный_язык (consulté le 30/04/2014).

Notes

1 «Реƨuональныŭ язык: язык uлu языкu, офuųuальныŭ сmаmус коmороƨо (ых) закреnлён ɞ законо∂аmельсmɞе о∂ноƨо uлu несколькuх а∂мuнuсmраmuɞно-mеррumорuальных субъекmах: фе∂еральныŭ окруƨах, nроɞuнųuях, краях, ɯmаmах, мунuųunалumеmах, раŭонах, сёлах uлu ∂руƨuх а∂мuнuсmраmuɞно усmаноɞленных реƨuонах ƨосу∂арсmɞа наря∂у с офuųuальным/ƨосу∂арсmɞенным языком, коmорыŭ ∂еŭсmɞуеm на mеррumорuu ɞсеƨо ƨосу∂арсmɞа» (Вuкunелuя: Реƨuональныŭ язык/ http://ru.wikipedia.org/wiki/Региональный_язык).

Auteur

Assistante en linguistique générale, Université de Russie de l’amitié des peuples RUDN, Moscou.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540