Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Langues historiquement implantées

La représentation des langues minoritaires à travers l’emploi des notions de « govor », « dialekt » et « narečie »

«Репрезентация языков меньшинств в понятиях “говор”, “диалект” и “наречие”»

Filipp Novikov

Résumé

Ce chapitre porte sur la représentation des langues minoritaires à travers l’emploi des notions russes de « govor », « dialekt » et « narečie ». Les trois notions qui constituent le sujet de cette recherche sont étudiées dans le cadre de la dialectologie et de leur étymologie, sans prendre en compte le contexte politique et sociolinguistique.
La traduction respective de ces trois notions comme « patois », « dialecte » et « parler » mène à une mécompréhension car la tradition de leur emploi en russe et en français est totalement différente.
L’auteur souligne la distinction sémantique entre «  govor  », « narečie » et « dialekt » ainsi que la confusion et le manque de désambiguïsation qui existe dans leurs emplois. Le plus important dans ce système de définitions est l’existence de relations de type hiérarchique. Du point de vue de la lexicologie, elles se retrouvent dans les relations hypéro-hyponymiques et font partie du champ lexical de « dialekt ». L’article donne également un aperçu des types de govor et de narečie en Russie ainsi que des exemples de la distinction entre les variations dialectales appliquées aux langues minoritaires.

Эта статья посвящена репрезентации языков меньшинств в русских понятиях «говор», «диалект» и «наречие». Эти понятия, являющиеся предметом нашего исследования, изучаются в контексте диалектологии и этимологии. Мы не будем брать во внимание политический и социально-лингвистический контекст.
Перевод этих понятий, как «patois», «dialecte» и «parler» соответственно, приводит к непониманию, так как традиции их употребления в России и Франции совершенно различны.
Автор подчеркивает семантическое различие между говором, наречием и диалектом, а также смешение понятий и двусмысленность, существующие в их употреблении. Самым главным в этой системе определений является наличие иерархических отношений. С точки зрения лексикологии они находятся в отношениях гиперогипонимии и являются частью лексического поля «диалект». В статье дается обзор типов говоров и наречий в России, а также примеры различий между диалектными вариациями, применяемыми к языкам меньшинств.

Texte intégral

1Dans la tradition sociolinguistique russe il existe un grand nombre des termes pour désigner des idiomes différents. Le terme « idiom » est une des notions génériques qui peut réunir les notions plus précises telles que langue, « dialekt », « govor », sociolecte, etc. Il est à noter que le terme russe « idiom » (du genre masculin) lui-même n’a pas vu son usage si fréquent que dans la tradition linguistique européenne. Une des raisons possibles est l’existence du terme paronymique « idioma » du genre féminin – « idiotisme » dans le sens linguistique qui est utilisé dans la phraséologie pour désigner une construction ou une locution particulière à une langue qui porte un sens par son tout et non par chacun des mots qui la compose.

2Avant de commencer à parler des notions telles que « govor », « dialekt » et « narečie », nous rappellerons sommairement quelques opinions courantes en matière de distinction entre langue et dialecte. Elle peut être justifiée par des facteurs historiques variés, par exemple, politiques : une langue serait un dialecte ayant obtenu un statut officiel ; social, une langue serait un dialecte ayant obtenu un prestige social et culturel. Une langue peut en particulier se différencier d’un dialecte par un important usage en littérature. Il y a aussi des critères démographiques : une langue serait un dialecte parlé par un nombre étendu de personnes.

3La revendication pour un idiome du statut de langue ou, au contraire, son maintien au statut de dialecte a souvent une connotation politique. Il existe même des définitions humoristiques de la distinction entre les langues et les dialectes telle que celle de Max Weinreich : « Une langue est un dialecte avec une armée et une flotte ».

4En linguistique, la distinction entre langue et dialecte serait basée sur la possibilité d’une compréhension mutuelle. Les locuteurs de dialectes différents se comprenant mutuellement parleraient des dialectes de la même langue. Les locuteurs qui ne se comprennent pas parleraient des langues différentes ou des dialectes de langues différentes.

5Cette intervention porte sur la représentation des langues minoritaires à travers l’emploi des notions russes de « govor », « dialekt » et « narečie ». Ces trois termes peuvent être traduits respectivement comme « patois », « dialecte » et « parler », mais cette traduction mène à la mécompréhension. Par exemple, si nous prenons en compte une grande différence qui existe entre « patois » et « govor » – les deux peuvent être employés dans un sens péjoratif, mais la tradition de leur emploi en russe et en français est totalement différente. Afin de mieux accéder à la nature proprement linguistique et sociolinguistique de ces notions, nous avons choisi ici de les utiliser telles quelles, sans traduction.

  • 1 «Дuалекmолоƨuя (оm слоɞа «∂uалекm» u ƨреч. logos «слоɞо, ученuе») – раз∂ел лuнƨɞuсmuкu, uзучающuŭ (...)

6Les trois notions qui constituent le sujet de cette présentation sont étudiées dans le cadre de la dialectologie, c’est pourquoi elles d’abord sans contextes politique et sociolinguistique. La dialectologie, selon la définition de Magomet Isaev, est en premier « une discipline linguistique qui étudie les “ dialekt ” (variations territoriales de la langue générale) » (Isaev 2003 : 40). À partir de la distinction entre la dialectologie descriptive et la dialectologie historique, dans le premier, cas seront abordées les différences synchroniques entre les « dialekt » (govor)1 (Isaev 2003 : 39). Dans cette définition, l’auteur mentionne le « dialekt » comme l’unité principale qui fait l’objet de l’étude de cette discipline, mais il met « govor » entre parenthèses comme une notion alternative, voire synonymique. Les « narečie » ne sont pas mentionnés ici.

7Dans une autre définition du terme « dialekt » V. M. Žirmunskij décrit sa vision de la différence entre ces termes : « Un dialekt représente un système qui est utilisé comme le moyen de communication au sein d’un groupe territorialement isolé. » Dans ce contexte, le terme « dialekt » est synonyme du terme russe « govor » (Žirmunskij 1936 : 23). L’auteur remarque aussi que le dernier terme a le même sens que l’allemand « Mundart » et le français « patois ».

8Il existe aussi des notions telles que « langue dialectale » qui comprennent les parlers locaux. La langue dialectale est alors une forme orale d’une langue. Elle est caractérisée par sa variation géographique, tandis que la langue littéraire est toujours la même quel que soit le territoire dans lequel vit un des groupes de locuteurs. La langue dialectale est d’habitude dialogique tandis que la langue littéraire peut apparaître aussi dans le discours monologique. Magomet Isaev donne la même opposition du « dialekt » et de la langue littéraire et précise que le sens qui est donné à cette dernière notion peut varier largement selon le cas :

  • 2 «Лumераmурныŭ язык – ɞажнеŭшая форма сущесmɞоɞанuя языка, харакmерuзующаяся оnре∂еленноŭ сmеnенью (...)

La langue littéraire est une des formes de l’existence de la langue les plus importantes qui est caractérisée par un certain niveau de développement et de standardisation. Par son statut social, la langue littéraire est opposée aux dialectes territoriaux et au langage populaire2. (Isaev 2003 : 79).

9Dans le dictionnaire de T. F. Efremova, le mot « dialekt » est employé dans son sens généralisé et compris comme toute variation de la langue, soit territoriale, professionnelle ou sociale. Du point de vue étymologique, le mot « dialekt » a été emprunté du grec au XVIIe siècle dans le sens « parler local », soit « govor ». Étymologiste russo-allemand, M. Fasmer croit que l’accent sur la dernière syllabe de « dialekt » est la conséquence de l’emprunt du français ou de l’allemand.

10Pour continuer à analyser l’étymologie de ces trois notions, adressons-nous aux mots « govor » et « narečie » : « govor » est un mot proprement slave qui a la même racine que le verbe « govorit’ » signifiant « parler ». La racine du mot « narečie » n’a pas été empruntée non plus, « reč » signifie langage. « Narečie » signifie aussi « adverbe ». De cette façon, nous voyons que, parmi ces trois notions, « dialekt » est le seul mot emprunté pour désigner directement une variation d’une langue, les autres existaient déjà dans la langue russe et leur première signification n’était pas directement liée à la dialectologie. Quant au mot « dialekt » qui est le plus utilisé à nos jours, il a été emprunté dans le sens uniquement linguistique.

11Or, il y a plusieurs types de dialectes : territoriaux, professionnels et sociaux. La dialectologie dans le sens étroit du terme ne s’intéresse qu’au premier type de dialecte, géographique. Dans les deux autres se retrouvent entre autres les catégories « argot » et « jargon ».

12La Grande encyclopédie soviétique fait la distinction suivante entre « govor », « narečie » et « dialekt » : « Les grands dialekt peuvent être nommés narečie et les petits, dialekt - govor ». Les dialectes varient selon leurs phonétique, grammaire, formation des mots et lexique. Le degré de compréhension qui existe entre les locuteurs des dialectes de telle ou telle langue peut varier. Par exemple, il existe une grande différence entre les dialectes de la langue chinoise.

13Il est important de noter que, géographiquement, l’existence des dialectes modernes peut représenter des frontières entre d’anciens États. Dans la même encyclopédie soviétique, l’article « narečie » fait un renvoi à « govor » et « dialekt » : « Narečie, un groupe de “ govor ” unis par des traits linguistiques communs ; voir dialekt ».

14Dans son dictionnaire des termes sociolinguistiques, le linguiste russe M. Isaev fait la distinction suivante entre les trois notions :

  • 3 «Дuалекm (оm ƨреч. dialektos “разƨоɞор, ƨоɞор, наречuе”) — разноɞu∂носmь ∂анноƨо языка. Разлuчаюm (...)
  • 4 «Наречuе – mеррumорuальная форма языкоɞоƨо сущесmɞоɞанuя, сmоящая ɞ ря∂у nоняmuŭ ∂uалекm u ƨоɞор ( (...)
  • 5 «Ƨоɞор — форма сущесmɞоɞанuя языка, мuнuмальная ∂uалекmная разноɞu∂носmь общенаро∂ноƨо языка. Обыч (...)

Dialekt (du grec dialektos « conversation, patois, parler ») est une variation d’une langue. On fait la distinction entre les dialectes territoriaux et les dialectes sociaux. Les dialectes territoriaux modernes sont d’habitude les résultats d’un processus très long et sont eux-mêmes divisés en plusieurs parlers. L’époque féodale voit la formation la plus active des dialectes quand la société était divisée en collectivités territoriales et économiques fermées. À l’époque du capitalisme, on constate l’effacement des différences dialectales et leur interaction avec des langues littéraires nationales3. (Isaev 2003 : 38).
Un narečie est une forme territoriale de langue qui se situe au même échelon que le dialekt et le govor (cf.). Parfois le narečie nomme la même chose que le dialekt. Parfois les locuteurs d’un narečie ont leurs propres spécificités dans le plan ethnique aussi bien que dans le plan du langage parce qu’on peut observer chez eux des spécificités caractéristiques de leurs coutumes4. (ibid. : 92). Un govor est une forme de langue, une variation dialectale minimale de la langue générique. D’habitude, les spécificités des govor se rapportent uniquement à la phonétique et au lexique aussi bien qu’à la spécificité des fonctions sociales (cf.)5. (ibid. : 34).

15En évoquant la différence entre ces trois notions, l’auteur souligne la confusion et le manque de désambiguïsation qui existe dans leurs emplois. « Narečie » est présenté comme une notion qui est liée non pas uniquement au territoire, mais aussi à l’ethnicité de ses locuteurs, les différences entre les « govor » étant moins importantes qu’entre les « dialekt ».

16Le plus important dans ce système de définitions est l’existence de relations hiérarchiques. Du point de vue de la lexicologie, elles se trouvent dans les relations hypéro-hyponymiques et font partie du champ lexical « dialekt ». Comme tous les membres de la même classe sémantique ou co-hyponymes, elles ont un élément sémantique commun qui peut être défini comme la « variation (territoriale) d’une langue ». L’unité lexicale « dialekt » fonctionne ici comme l’archisème qui unit les trois notions et a une fonction d’hyperonyme. Isaev souligne que « narečie », « dialekt » et « govor » se distinguent par leurs échelles : « narečie » est composé des « dialekt » qui sont divisés en « govor ». Ce point de vue est adopté par la dialectologie classique qui ne prend pas en compte des différences sociolinguistiques.

17Comme cela a déjà été signalé, « govor » est la plus petite unité dialectale. Les « govor » d’une langue peuvent se distinguer par la phonétique et le lexique. Le premier fait se reflète dans le sens du mot « govor » lorsqu’il est employé pour désigner l’accent dans la prononciation d’un locuteur particulier.

18Afin de clarifier la situation qui existe dans la dialectologie russe, venons-en maintenant à la notion de « narečie » et son classement géographique.

19Le « narečie » est une grande subdivision d’une langue qui unifie un groupe de « govor » et de « dialekt » possédant des traits communs qui ne peuvent pas être trouvés parmi d’autres « dialekt ». La formation de ces groupes de « dialekt » est la conséquence de l’existence d’un grand centre régional unifiant des « govor » d’une langue ou de la fusion de plusieurs langues sœurs dans une seule langue pour des raisons politiques ou culturelles.

20En ce qui concerne la langue russe, il en existe deux ou trois : celui du Nord et celui du Sud (severnorusskoe narečie et ûžnorusskoe narečie), parfois on distingue aussi le « narečie » russe moyen qui a un caractère transitoire. Les différences entre ces deux variations de la langue russe sont nombreuses et se retrouvent à tous les niveaux. Les « narečie » se différencient phonétiquement, du point de vue du vocabulaire de base et même de la grammaire, ce qui n’est pas une caractéristique des « govor » du même groupe.

21La même notion peut également être appliquée à d’autres langues, par exemple, à la langue allemande qui a une division en « narečie » du haut (« verhnenemeckoe narečie (Hochdeutsch) ») et « narečie » du bas (« nižnenemeckoe narečie (Niederdeutsch) »).

22Comme cela a déjà été évoqué, la place de la notion de « dialekt » en russe est moins claire que celle de « narečie » ou de « govor ». Mais si l’on exclut « dialekt » de ce système notionnel, on obtiendra un modèle sans éléments pourvoyeurs de confusion. La principale raison d’utiliser le mot « dialekt » est de l’employer pour désigner une unité plus grande que « govor », mais ce mot peut aussi être employé dans le même sens que « govor », pour éviter toute possibilité d’attribuer à ce dernier un sens péjoratif.

23Pour revenir à la notion de « govor », « govor » ou sous-dialecte (« pod-dialekt ») est une variété de langue qui est utilisée pour la communication dans une région avec une unité territoriale. Les « govor » conservent presque toute la structure d’une langue dont ils sont des variantes, mais ils ont quelques traits spécifiques, par exemple, phonétiques. Selon ces traits, des « govor » peuvent être classés comme des membres du même groupe. Par exemple, il y a des « cokaûŝie », « akaûŝie govor » désignant des variantes unifiées par une façon spécifique de prononcer certains sons résultant ici de phénomènes de dépalatalisation ou d’apophonie accentuelle. Les « govor » forment des « dialekt » ou des « narečie », par exemple, « oloneckij govor » (« govor » d’Olonec), de « severnorusskoe narečie » (« narečie » russe du nord).

24Il arrive souvent que la linguistique se réfère aux « govor » de communautés particulières (soit un village, soit une ville), ou de petites régions qui présentent une sorte d’unité économique. Si on analyse l’évolution historique de la notion de « govor », nous verrons qu’avec la formation de l’URSS, elle commence à désigner des variétés de langue pas uniquement territoriales, mais aussi sociales, ce qui n’était pas retenu par la littérature prérévolutionnaire. Dans les années 1930, par les « govor », on entend de plus en plus souvent les « govor professionnels », les « govor des classes sociales ». Même si un « govor » peut être classé comme sous-dialecte, la division suivante est encore possible : il existe aussi des « sous-govor », qui ensuite peuvent être divisés en idiolectes qui se trouvent placés hors de la sphère de la dialectologie mais qui représentent des objets d’étude de la psycholinguistique et de la sociolinguistique au sens général.

25On distingue quatre types différents de « govor » en prenant pour base leurs paramètres territoriaux : « govor perehodnyj” » (transitoire), qui occupe une place intermédiaire parmi d’autres « govor » (géographiquement proches l’un de l’autre, en principe) et unit certains de leurs traits dialectaux. Ce type de « govor » est caractérisé par un complexus de traits dialectaux tandis qu’il est difficile d’attribuer à un « govor » l’un des noms de langue ou de « dialekt ». L’exemple de ce type de « govor » dans la dialectologie slave est celui des « govor lâšskie » (« govor » laches) ou « češsko-silezskie » (tchéco-silésiens) qui sont à la frontière du tchèque, du slovaque et de la langue silésienne qui, elle-même, a un statut intermédiaire entre une langue et un dialecte du polonais.

26Un autre type de « govor » est le « govorsmešannyj” » (mixte) qui est parfois synonyme de « govor » intermédiaire. Dans le cas où une différence est faite entre ces termes, c’est pour les raisons suivantes : il n’y a pas de nécessité que les « dialekt » ou les langues soient apparentés ; ces « govor » peuvent apparaître non seulement dans les zones de leur contact direct (ce mélange peut être le résultat du contact du « govor » de la population locale avec le « govor » des immigrants ou un mélange de plusieurs « govor » des immigrants). Cette interaction peut mener à l’apparition de traits uniques qui ne sauraient être trouvés dans aucun « govor » ou « dialekt » en particulier qui participait à leur création.

27Les dialectologues font aussi une distinction entre les « govor materinskie” » (maternels) et les « govor pereselenčeskie ” (des immigrants). Sémantiquement, ces deux termes sont dans une relation réciproque : pour un « govor materinskij », un « govor », qui s’est formé sur un autre territoire avec une partie de ses locuteurs immigrés, est considéré comme un « govor pereselenčeskij » et vice versa. Comme exemple, nous pouvons citer les relations entre les « govor » de la Russie centrale et ceux de l’Oural et de la Sibérie où ces derniers sont considérés comme des « govor » maternels.

28Le dernier type général des « govor » est le « govorostrovnoj” » ou insulaire. Cette métaphore est utilisée pour désigner les « govor » qui se distinguent de façon significative des autres « govor » ou « dialekt » de la langue à laquelle ils appartient, ou un « govor » entouré par plusieurs « govor » d’une seule langue.

29Apres avoir analysé les points de vue des dialectologues sur les différences entre les trois notions qui constituent le sujet de cette étude, nous en venons aux exemples de leur emploi actuel.

30D’habitude, on distingue des formes de langue telle que la forme littéraire (sous deux formes : orale et écrite), populaire (usuelle), dialectale (du « dialekt » particulier, territorial ou social), la forme supra-dialectale, en dehors de la forme nationale et générique. Comme autre exemple, nous pouvons mentionner celle qui concrene la divergence des langues :

  • 6 «Ан∂uŭųы - коренное населенuе ɞысокоƨорья Заnа∂ноƨо Даƨесmана, ро∂сmɞенны аɞарųам, к коmорым nрuчu (...)

Les Andijtsi représentent la population autochtone des montagnes du Daghestan de l’Ouest, ils sont relatifs aux Avars et sont classés comme ces derniers lors les recensements. La population totale (avec les peuples tsesques) est de 55-60 000 personnes (1992, estimation). La religion pratiquée est celle de l’Islam sunnite. Ils utilisent les écritures russe et avar. Leurs langues comprennent beaucoup de dialectes et de parlers6. (Isaev 2003 : 16).

31Ici, l’auteur constate l’existence de plusieurs « dialekt » et « govor » de la langue qui se trouvent dans une situation minoritaire et coexistent avec plusieurs langues officielles, ou titulaires.

  • 7 «Обособленuе ∂uалекmоɞ – nроųесс расхож∂енuя ∂uалекmоɞ, nрuчuноŭ коmороƨо обычно быɞаеm uзɞесmныŭ (...)

L’individuation des dialectes est liée à leur processus de divergence dont la cause est d’habitude une rupture de la communication entre leurs locuteurs. Historiquement, dans les conditions d’un habitat séparé des locuteurs des dialectes, des langues autonomes se forment. En principe, c’est une tendance générale dans la formation des groupes et des familles linguistiques qui sont génétiquement proches. Par exemple, les langues slaves de l’Est – le russe, l’ukrainien et le biélorusse – se sont formées à l’époque médiévale sur la base des dialectes correspondants (homonymes). Pourtant, il existe aussi le processus inverse : l’intégration des dialectes (cf.) qui mène à la consolidation de la langue nationale unifiée7. (ibid. : 110).

32L’auteur montre que la liaison entre des unités d’échelle différente n’est pas toujours très évidente, mais en tout cas, réelle, si on utilise l’analyse diachronique. Voici un autre exemple qui montre l’insignifiance, souvent caractéristique pour la frontière entre une langue et un « dialekt » :

  • 8 «Наųuональныŭ язык — язык наųuu как соųuально-uсmорuческоŭ общносmu лю∂еŭ. ɞ эmом nлане он сmоum ɞ (...)

La langue nationale est : I - la langue de la nation comme communauté sociale et historique. De ce point de vue, elle se trouve au même rang que le dialecte clanique (langue) et la langue d’un peuple à laquelle elle est opposée. La langue nationale existe sous deux formes, écrite et orale, elle se forme sur la base de la langue d’un peuple, en même temps que la nation elle-même sur la base d’un (ou plusieurs) peuples8. (ibid. : 104).

  • 9 «Алmаŭскuŭ язык расnа∂аеmся на ∂ɞе ƨруnnы mеррumорuальных ∂uалекmоɞ, nоnа∂ающuе ɞ разные классuфuк (...)

33Ici l’auteur utilise l’expression « dialecte clanique », cela voulant dire que le dialecte unit toute l’ethnicité et obtient un statut d’une langue. La précision de la notion de « dialekt » n’est pas toujours obligatoire, mais, dans certains cas, une distinction est faite : « La langue altaïque est divisée en deux groupes des dialekt territoriaux qui se trouvent eux-mêmes dans deux groupes différents des langues turciques : le groupe du Sud (le groupe kyptchako-kirghiz) et le groupe du Nord (le groupe ouïgour)9. » (ibid. : 15).

34L’exemple d’une distinction entre les variations dialectales appliquées aux langues minoritaires peut également être mis en évidence :

  • 10 «Язык селькуnоɞ uмееm ∂оɞольно сложное ∂uалекmное члененuе – о∂нuх осноɞных наречuŭ чеmыре: сеɞерн (...)

La langue des Selkoups a la divergence dialectale assez compliquée : il y a quatre narečie de base : du Nord, du Centre, de l’Est et du Sud qui se divisent, à leurs tours, en govor. Les locuteurs des narečie et des govor différents ne se comprennent pas10. (ibid. : 134).

  • 11 «Язык бессермян рассмаmрuɞаеmся как наречuе uлu о∂uн uз ∂uалекmоɞ у∂мурmскоƨо языка.»
  • 12 «Он ∂елumся на заnа∂ныŭ u ɞосmочныŭ ∂uалекmы с множесmɞом nо∂-∂uалекmоɞ u ƨоɞороɞ.»

35Un autre exemple de l’utilisation de « narečie » et « dialekt » montre l’absence de distinction entre ces variations dialectales : « La langue bessermienne est considérée comme un narečie ou un des dialekt de la langue oudmourtienne11. » (ibid. : 25). De plus, le même auteur n’applique pas la notion de « narečie » à la langue arménienne et fait même une distinction entre « pod-dialekt » (sous-dialecte) et « govor » : « Il est divisé en dialectes de l’Ouest et l’Est avec de nombreux sous-dialectes et govors12 » (ibid.).

36Pour conclure sur la signification et les tendances de l’utilisation de « narečie », « dialekt » et « govor », nous devons noter qu’en principe, la différence générale qui existe entre ces trois notions est liée à l’échelle des variations diatopiques d’une langue. Une analyse plus approfondie montre que ces notions forment le système suivant :

  • Le « narečie » est l’unité principale de la division d’une langue, elle a ses frontières géographiques, les « narečie » ne sont pas nombreux et sont d’habitude nommés d’après les points cardinaux, par exemple, « narečie » du sud ;
  • Les « dialekt » représentent une partie d’un « narečie » particulier et se divisent en plusieurs groupes de « govor » ;
  • Les « govor » sont des variations géographiquement limitées d’un « dialekt » et sont d’habitude nommés d’après les territoires sur lesquels ils se trouvent.

37En ce qui concerne la traduction de ces termes, la notion russe du « dialekt » correspond au français « dialecte ». Il faut prendre en compte l’absence de la tradition d’emploi si fréquent du terme « langue régionale » dans la tradition linguistique russe. Une recherche simple et basique réalisée sur la base du corpus des textes scientifiques montre que « regional’nyj âzyk » est dix fois moins fréquent que « langue régionale » en français, tandis que « dialekt » en russe correspond à davantage d’emplois que le mot français « dialecte ». La notion de « govor » est proche de celle de « parler », voire de « patois », pas uniquement par ses fonctions, mais aussi par son contenu sémantique : « Le mot “patois” continue par conséquent à être présent et relativement fonctionnel en France en gardant un contenu sémantique négatif » (Viaut 2009 : 5). La notion de « narečie » ne peut avoir comme traduction que celle d’« idiome » dans un sens général ou de « parler ». Comme nous l’avons déjà remarqué, la concordance de ces termes n’est pas toujours claire et dépend de la situation géopolitique actuelle.

Bibliographie

Références bibliographiques

AVANESOV R. I. (1963), Opisatel’naâ dialektologiâ i istoriâ âzyka [La Dialectologie descriptive et l’histoire de la langue], Moskva, Slavânskoe âzykoznanie.

ÂRCEVA V. N. (ed.) (1998), Âzykoznanie : bol’šoj ènciklopedičeskij slovar’[Linguistique : le grand dictionnaire encyclopédique], 2ème édition, Moscou, Bol’šaâ Rossijskaâ ènciklopediâ.

BRODSKIJ N., LAVRECKIJ A., LUNIN E. (1925), Literaturnaâ ènciklopediâ : Slovar’literaturnyh terminov [L’Encyclopédie littéraire : le dictionnaire des termes littéraires], Moskva/Leningrad, Izd-vo L. D. Frenkel’.

EFREMOVA T. F. (2000), Novyj slovar’russkogo âzyka. Tolkovoslovoobrazovatel’nyj [Le Nouveau dictionnaire de la langue russe], Moskva, Russkij âzyk.

FASMER M. (1973), Ètimologičeskij slovar’russkogo âzyka [Le Dictionnaire étymologique de la langue russe], t. 4, Moskva, Progress.

ISAEV M. I. (2003), Slovar’ètnolingvističeskih ponâtij i terminov [Le Dictionnaire des termes et notions ethnolinguistiques], Moskva, Flinta, Nauka.

KUZNECOV P. S. (1960), Russkaâ dialektologiâ [Dialectologie russe], Moskva, Učpedgiz.

PANOV M. V. (1984), Slovar’filologa [Le Dictionnaire philologique], Moskva, Pedagogika.

PROHOROV A. M. (1970), Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ [La Grande encyclopédie soviétique], Moskva, Sovetskaâ ènciklopediâ.

SEMENOV A. V. (2003), Ètimologičeskij slovar’russkogo âzyka. Russkij âzyk ot « A » do « Â » [Le Dictionnaire étymologique de la langue russe. La langue russe de A à Z], Moskva, ÛNVES.

VIAUT A. (2009), « Regional’nyj âzyk, govor i dialekt vo Francii : tri svâzannyh ponâtiâ » [« Langue régionale, patois et dialecte en France : trois notions liées »], Psihologičeskie issledovaniâ, no 6 (8), http://psystudy.ru (consulté le 31/05/2013).

ŽIRMUNSKIJ V. M. (1936), Nacional’nyj âzyk i social’nye dialekty [Langue nationale et dialectes sociaux], Leningrad, Hudožestvennaâ literatura.

Notes

1 «Дuалекmолоƨuя (оm слоɞа «∂uалекm» u ƨреч. logos «слоɞо, ученuе») – раз∂ел лuнƨɞuсmuкu, uзучающuŭ ∂uалекmы (mеррumорuальные разноɞu∂носmu общенаро∂ноƨо языка). Разлuчаюm оnuсаmельную u uсmорuческую Д. ɞ nерɞом случае uзучаюmся сущесmɞующuе расхож∂енuя меж∂у ∂uалекmамu (ƨоɞорамu) ɞ nлане сuнхронном.»

2 «Лumераmурныŭ язык – ɞажнеŭшая форма сущесmɞоɞанuя языка, харакmерuзующаяся оnре∂еленноŭ сmеnенью обрабоmанносmu, сmан∂арmuзоɞанносmью. По сɞоему соųuальному сmаmусу Л.я. nроmuɞоnолаƨаеmся mеррumорuальным ∂uалекmам, а mакже nросmоречuю.»

3 «Дuалекm (оm ƨреч. dialektos “разƨоɞор, ƨоɞор, наречuе”) — разноɞu∂носmь ∂анноƨо языка. Разлuчаюm mеррumорuальныŭ ∂uалекm u соųuальныŭ ∂uалекm. Соɞременные mеррumорuальные ∂uалекmы обычно яɞляюmся резульmаmом мноƨоɞекоɞоƨо разɞumuя u самu ∂еляmся на ƨоɞоры. Наuболее акmuɞно ∂uалекmы формuроɞалuсь ɞ фео∂альную эnоху, коƨ∂а общесmɞо ∂елuлось на замкнуmые mеррumорuально-экономuческuе коллекmuɞы. ɞ эnоху каnumалuзма наблю∂аеmся сmuранuе ∂uалекmных разлuчuŭ u uх акmuɞное ɞзаuмо∂еŭсmɞuе с общенаųuональнымu лumераmурнымu языкамu.»

4 «Наречuе – mеррumорuальная форма языкоɞоƨо сущесmɞоɞанuя, сmоящая ɞ ря∂у nоняmuŭ ∂uалекm u ƨоɞор (см.). Пороŭ эmuм mермuном назыɞаюm mо, чmо обычно обозначаеm mермuн “∂uалекm”. Нере∂ко носumелu наречuя nомuмо речеɞых особенносmеŭ оmлuчаюmся u ɞ эmнuческом nлане, m.е. у нuх наблю∂аюmся харакmерные особенносmu быmоɞоƨо nлана u ɞ обычаях.»

5 «Ƨоɞор — форма сущесmɞоɞанuя языка, мuнuмальная ∂uалекmная разноɞu∂носmь общенаро∂ноƨо языка. Обычно ƨоɞорные особенносmu касаюmся лuшь фонеmuкu u лексuкu, а mакже сnеųuфuкu общесmɞенных функųuŭ (см.).»

6 «Ан∂uŭųы - коренное населенuе ɞысокоƨорья Заnа∂ноƨо Даƨесmана, ро∂сmɞенны аɞарųам, к коmорым nрuчuсляюmся ɞо ɞремя nереnuсеŭ. Обшая чuсленносmь (ɞмесmе с ųезскuмu наро∂амu) – 55-60 mыс. чел. (1992, оųенка). ɞерующuе – мусульмане-суннumы. Пользуюmся русскоŭ u аɞарскоŭ nuсьменносmямu. Языкu uх uмеюm большое колuчесmɞо ∂uалекmоɞ u ƨоɞороɞ.»

7 «Обособленuе ∂uалекmоɞ – nроųесс расхож∂енuя ∂uалекmоɞ, nрuчuноŭ коmороƨо обычно быɞаеm uзɞесmныŭ разрыɞ ɞ общенuu меж∂у uх носumелямu. Uсmорuческu nрu ∂лumельном раз∂ельном nрожuɞанuu носumелеŭ ∂uалекmоɞ ∂ело u∂еm к образоɞанuю самосmояmельных языкоɞ. ɞ nрuнųunе uменно mакоɞ осноɞноŭ nуmь образоɞанuя ƨенеmuческu ро∂сmɞенных лuнƨɞuсmuческuх ƨруnn u семеŭ. Скажем, ɞосmочнослаɞянскuе языкu – русскuŭ, украuнскuŭ u белорусскuŭ – сформuроɞалuсь ɞ раннuе сре∂нuе ɞека на базе сооmɞеmсmɞующuх (о∂ноuменных) ∂uалекmоɞ. О∂нако uмееm месmо u nроmuɞоnоложное наnраɞленuе nроųесса схож∂енuя – uнmеƨраųuя ∂uалекmоɞ (см.), ɞе∂ущее к укреnленuю е∂uноƨо наųuональноƨо языка.»

8 «Наųuональныŭ язык — язык наųuu как соųuально-uсmорuческоŭ общносmu лю∂еŭ. ɞ эmом nлане он сmоum ɞ ря∂у nоняmuŭ ро∂оɞоŭ ∂uалекm (язык) u язык наро∂носmu, коmорым u nроmuɞоnосmаɞляеmся. Наųuональныŭ язык сущесmɞуеm ɞ ∂ɞух формах – усmноŭ u nuсьменноŭ, u формuруеmся на базе языка наро∂носmu о∂ноɞременно со сmаноɞленuем самоŭ наųuu на базе наро∂носmu (о∂ноŭ uлu несколькuх).»

9 «Алmаŭскuŭ язык расnа∂аеmся на ∂ɞе ƨруnnы mеррumорuальных ∂uалекmоɞ, nоnа∂ающuе ɞ разные классuфuкаųuонные ƨруnnы mюркскuх языкоɞ: южная (кuрƨuзско-кыnчакская ƨруnnа) u сеɞерная (уŭƨурская ƨруnnа).»

10 «Язык селькуnоɞ uмееm ∂оɞольно сложное ∂uалекmное члененuе – о∂нuх осноɞных наречuŭ чеmыре: сеɞерное, ųенmральное, ɞосmочное u южное, коmорые ∂робяmся, ɞ сɞою очере∂ь, на ƨоɞоры. Носumелu разных наречuŭ u ƨоɞороɞ часmо не nонuмаюm ∂руƨ ∂руƨа»

11 «Язык бессермян рассмаmрuɞаеmся как наречuе uлu о∂uн uз ∂uалекmоɞ у∂мурmскоƨо языка.»

12 «Он ∂елumся на заnа∂ныŭ u ɞосmочныŭ ∂uалекmы с множесmɞом nо∂-∂uалекmоɞ u ƨоɞороɞ.»

Auteur

Assistant en langues modernes, Université de Russie de l’amitié des peuples RUDN, Moscou.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540