Versione classicaVersione mobile

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Langues historiquement implantées

La notion de « langue titulaire » dans les débats sur l’aménagement linguistique en Union soviétique à la fin des années 1980-debut 1990 et son développement ultérieur

«Понятие “титульный язык” в дебатах о языковом планировании в Советском Союзе в конце 1980-начале 1990-х годов и его дальнейшее развитие»

Natalia Scurtu

Abstract

Nous nous proposons d’analyser la notion de « langue titulaire » qui doit être comprise en rapport avec la notion de « nationalité (ou de nation) titulaire ». On s’est également intéressé au contexte historique d’apparition de la notion. L’émergence de la notion de « langue titulaire » à la fin des années 1980 en Union soviétiques a accompagné la description de la situation sociolinguistique sur son territoire pendant les années marquées par la restructuration de la société soviétique. De nos jours, elle continue à être utilisée pour la description des situations sociolinguistiques dans l’espace postsoviétique et sur le territoire de la Fédération de Russie, elle émerge dans la notion de « langue d’État » entrée dans les textes juridiques, et renvoie à l’idée de la reconnaissance du principe de territorialité linguistique. Dans les configurations sociolinguistiques de la Fédération de Russie, le terme de « langue titulaire » peut désigner une langue minoritaire de fait.
Dans la deuxième partie de l’article, l’étude se focalise sur le rapport de la notion à la nationalité titulaire et aux expressions sémantiquement proches : « âzyk titul’noj nacii » (langue de la nation titulaire), « âzyk nacional’nosti, davšej nazvanie respublike » (langue de la nationalité qui a donné le nom à la République), et autres.

Testo integrale

1Nous analyserons la notion de « langue titulaire » qui doit être comprise en rapport avec celle de « nationalité (ou de nation, nous y reviendrons) titulaire ». Cette notion comporte une touche d’anachronisme, une fois sortie du contexte où elle était employée dans les débats sur l’aménagement linguistique en Union des Républiques soviétiques socialistes (URSS) à la fin des années 1980-début 1990. Certaines « nations » et « nationalités » dites titulaires, qui étaient qualifiées d’« historiques » (chorégie, iskonnye) dans la littérature soviétique avant la fin des années 1980, ont bénéficié, au début des années 1990, de leurs langues d’État en adoptant les lois linguistiques respectives.

  • 1 Cf. la Constitution de la Fédération de Russie, article 68.

2À partir de 1991, avec l’adoption des constitutions des républiques de la Fédération de Russie, sera employée la notion de « langue d’État » (gosudarstvennyj âzyk) des républiques respectives, « utilisée à côté de la langue d’État de la Fédération de Russie » (dejstvuûŝij na râdu s gosudarstvennym âzykom Rossijskoj Federacii)1. Il y aura aussi cette notion de « langue d’État » (gosudarstvennyj âzyk) dans les pays indépendants issus de l’URSS.

3Le terme de « langue titulaire » (titul’nyj âzyk) est utilisé pour la description des situations sociolinguistiques dans l’espace postsoviétique. Nous relevons en outre l’emploi des expressions proches : « langue de la nation titulaire » (âzyk titul’noj nacii), « langue de la nationalité qui a donné le nom à la République » (âzyk nacional’nosti, davšej nazvanie respublike), « langue du peuple qui a donné le nom à la République » (âzyk naroda, davšego nazvanie respublike), « langue de l’ethnie selon le nom de laquelle est nommée l’entité nationale-territoriale » (âzyk ètnosa, po kotoromu nazvano territorial’noe obrazovanie). Aussi, l’émergence de la notion de « langue titulaire », son emploi et son développement ultérieur seront-ils particulièrement abordés ici.

  • 2 Précisons, comme le note Paul Garde : « Dans les langues slaves (russe, bulgare, serbocroate), exi (...)

4L’emploi de ce terme de « langue titulaire » renvoie donc à la fin des années 1980. Auparavant, étaient utilisés les termes comme, par exemple, dans les ouvrages linguistiques : « langue de nationalité et langue de nation2 » (âzyk narodnosti i âzyk nacii) (Švejcer 1976 : 9), « langues des peuples d’URSS » (âzyki narodov SSSR) (ibid. : 75), « langue native » (rodnoj âzyk) (ibid. : 118-119), « langue littéraire nationale » (nacional’nyj literaturnyj âzyk) (ibid. : 68, 143).

  • 3 Nom du gouvernement soviétique central et local, jusqu’aux années 1950 (Negura 2009 : 393).
  • 4 Toutes les traductions de cet article sont de Natalia Scurtu. Traduit du russe : « О лuкɞu∂аųuu бе (...)
  • 5 Traduit du russe : « Посmаноɞленuе СНК СССР u ЦК ВКП(б) оm 13 марmа 1938 ƨо∂а No 324, Об обязаmель (...)

5À cette date, les dispositions constitutionnelles et législatives déterminant les statuts des langues en URSS étaient absentes, exception faite de trois républiques du Caucase du sud. En 1978, la République Soviétique Socialiste (RSS) d’Azerbaïdjan, la RSS d’Arménie et la RSS de Géorgie avaient inclus dans leurs constitutions les articles accordant respectivement, aux langues azerbaïdjanaises, arménienne et géorgienne, le statut de « langue d’État » (gosudarstvennyj âzyk) sur leurs territoires (Neroznak 1996 : 3). Les décrets qui régulaient la situation sociolinguistique ont été adoptés dans le domaine de l’enseignement. Celui du Soviet des Commissaires populaires3 (Sovnarkom) « sur la liquidation de l’illettrisme au sein de la population de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie4 » du 26 décembre 1919 prévoyait pour la population âgée entre 8 et 50 ans des cours d’alphabétisation dans la langue d’enseignement maternelle ou russe, au choix. La décision du Sovnarkom de l’URSS et du Comité Central du Parti Communiste du 13 mars 1938 a introduit l’enseignement obligatoire de la langue russe dans les écoles nationales (décision du Soviet des Commissaires populaires de l’URSS et du Comité Central du Parti Communiste concernant l’enseignement obligatoire de la langue russe dans les écoles des républiques et des oblasts [régions] nationales5).

6Or la deuxième moitié des années 1980 fut une période de réformes économiques et sociales. L’année 1988 fut marquée par le développement de mouvements populaires initiés par les élites culturelles. À cette date, à côté de divers problèmes soulevés au cours de la restructuration de la société soviétique, furent soulevés des problèmes culturels et linguistiques.

7Le 9 mars 1988, dans la Literaturnaâ gazeta fut publiée la communication de V. V. Karpov sous le titre « Perfectionnement des relations nationales, la perestroïka et les taches du pouvoir soviétique » (« Soveršenstvovanie nacional’nyh otnoščenij, perestroika i zadači sovetskoj vlasti »), suivie des exposés des intervenants venant des républiques fédérées de l’URSS, parmi lesquels prit place celui de l’écrivain biélorusse Nil Gilevič. Dans cette publication, la communication de Nil Gilevič était conclue par une phrase dans laquelle apparaît l’expression « langue du peuple, qui a donné le nom à la République » :

  • 6 Traduit du russe : « О∂на uз nрuчuн ɞознuкноɞенuя nроблем с наųuональным языком u ɯколоŭ-черезмерн (...)

Une des causes de l’apparition des problèmes de langue dans les écoles nationales est la centralisation exagérée dans ce domaine. Les décisions et les arrêtés sont adoptés selon une seule mesure, commune pour toute l’Union soviétique. Mais les problèmes peuvent être et sont propres à chaque république. Par exemple, quelque part, dans une certaine république existent des problèmes d’acquisition de la langue russe. Alors qu’en Biélorussie c’est le contraire : il n’y a pas de problèmes avec la langue russe, mais il existe des problèmes avec la langue maternelle biélorusse. Selon l’avis de l’intervenant, l’importance et le rôle de la langue du peuple qui a donné le nom à la République, doivent être déterminés par une loi correspondante6. (Gilevič 1988 : 4)

  • 7 « Literaturnaâ gazeta », édité depuis 1967 sur 16 pages, est devenu « un important événement de la (...)
  • 8 Ici le mot « peuple » (narod) est synonyme du mot « nation » (naciâ), c’est-à-dire, le groupe ethn (...)

8Ce texte, paru dans un journal littéraire et sociopolitique7, faisait part des tendances décentralisatrices et en même temps soulevait le problème de l’absence de législation linguistique explicite. Dans l’expression « langue du peuple, qui a donné le nom à la République », est mis en avant le lien entre le « peuple » (narod8) titulaire, la langue respective et le territoire. Le statut de la « langue du peuple, qui a donné le nom à la République » sera précisé au cours des années suivantes (le 26 janvier 1990 en Biélorussie).

9Suite à la montée en force des mouvements identitaires et culturels et, au cours des années 1989-début des années 1990, des mouvements nationaux, auxquels adhéraient des élites politiques, la législation linguistique était adoptée d’abord dans les républiques soviétiques fédérées. Les lois linguistiques établissant la « langue d’État » (gosudarstvennyj âzyk), visaient à encourager l’emploi des langues respectives. Au cours des années 1989-1990, chaque république soviétique fédérée a adopté sa propre législation linguistique, les situations sociolinguistiques étant néanmoins différentes.

10La RSS d’Estonie déclara l’estonien seule langue d’État le 18 janvier 1989. Quelques jours plus tard, le 25 janvier, la Lituanie adopta la loi sur le fonctionnement de la langue d’État de la RSS de Lituanie par la décision du Présidium du Soviet Suprême de la République. La législation linguistique fut adoptée en RSS de Lettonie le 5 mai 1989 et, le 22 juillet 1989, dans la RSS du Tadjikistan. La même année, étaient adoptées la loi relative au statut de la langue d’État de la RSS de Moldavie (31 août) et la loi relative au fonctionnement des langues parlées sur le territoire de la RSS de Moldavie (1er septembre). Comme le note V. P. Neroznak :

  • 9 Traduit du russe : « Оƨосу∂арсmɞленuе » языкоɞ mumульных наųuŭ nро∂олжuлось ɞ законах Казахскоŭ СС (...)

« L’étatisation » des langues des nationalités titulaires a continué dans les lois de la RSS du Kazakhstan relatives aux langues, dans la RSS du Kazakhstan (22 septembre), de la RSS de Kirghizie relative à la langue d’État dans la RSS de Kirghizie (23 septembre), de la RSS Ouzbèke relative à la langue de la RSS Ouzbèke (21 octobre), de la SSR d’Ukraine (28 octobre). Plus tard, en 1990, étaient adoptées la loi relative aux langues en RSS de Biélorussie (26 janvier) et la loi de la RSS du Turkménistan relative à la langue (24 mai)9. (Neroznak 1996 : 4)

  • 10 Закон о языках народов СССР.
  • 11 Traduit du russe : « Союзные, аɞmономные ресnублuкu ɞnраɞе оnре∂еляmь nраɞоɞоŭ сmаmус языкоɞ ресnу (...)

11Et, comme le remarqua V. P. Neroznak par la suite, en avril 1990 seulement, le Soviet Suprême de l’URSS adopta la loi relative aux langues des peuples de l’URSS10 : « Les républiques fédérées ainsi que celles qui sont autonomes ont le droit de déterminer le statut juridique des langues des républiques, et de leur attribuer le statut de langues d’État11. » Or, en 1989 déjà, « le destin de l’URSS devenait toujours plus incertain et […] les mouvements nationaux prenaient une ampleur grandissante » (Serebrian 2010 : 69).

  • 12 Traduit du russe : « Прu∂анuе mуɞuнскому языку сmаmуса ƨосу∂арсmɞенноƨо обесnечum соз∂анuе необхо∂ (...)

12Pendant l’année 1990, des lois sur les langues furent adoptées dans trois républiques au sein de la Russie : Tchouvachie (le 27 octobre 1990), Touva (le 14 décembre 1990), Kalmoukie (le 30 janvier 1990) (Neroznak 1996 : 4). L’objectif d’améliorer les conditions pour la promotion des langues respectives est explicité dans les textes de ces lois. Par exemple, la loi sur les langues dans la République soviétique socialiste autonome de Touva stipule : « L’attribution du statut de langue d’État à la langue touvine créera les conditions nécessaires pour son libre développement et pour l’élargissement des fonctions sociales12. »

  • 13 Traduit du russe : « Ресnублuка Калмыкuя, яɞляясь е∂uнсmɞенным очаƨом u хранumелем калмыųкоŭ наųuо (...)
  • 14 Traduit du russe : « Госу∂арсmɞеннымu языкамu ɞ Ресnублuке Калмыкuя яɞляюmся калмыųкuŭ u русскuŭ я (...)

13La langue (et la culture) du peuple titulaire, comme soubassement de son identité, fait l’objet désormais d’une protection particulière. La Constitution de la République de Kalmoukie (Stepnoe uloženie (Osnovnoj zakon) Pespubliki Kalmykiâ) déclare : « La République de Kalmoukie, étant l’unique gardien du foyer et de la culture nationale Kalmouk, de son patrimoine historique et culturel, garantit leur préservation et leur développement13 » (article 16), et : « Les langues d’État de la République de Kalmoukie sont le kalmouk et le russe. La langue kalmouke est le fondement de l’identité nationale du peuple kalmouk. Sa renaissance, sa préservation, son développement et l’extension de ses champs d’application sont les tâches prioritaires du gouvernement de la République de Kalmoukie14 » (article 18).

14Ultérieurement, suite à la dissolution de l’URSS (le 26 décembre 1991), chaque nouvel État a affirmé son indépendance dans les frontières héritées de l’époque soviétique. Entre 1991 et 1995, les nouveaux États indépendants adoptèrent leurs Constitutions respectives et réaffirmèrent le statut de « langue d’État » pour les langues respectives. En même temps, furent engagées les politiques linguistiques qui ouvraient à ces langues l’accès aux fonctions respectives de langue officielle ou de langue d’État.

15Les termes de « nation titulaire » et de « langue titulaire » continuèrent à être utilisés pour la description des situations sociolinguistiques dans l’espace postsoviétique, par exemple dans les nouveaux États Indépendants dans les années 1990 :

  • 15 Traduit de l’anglais : « With the collapse of the Soviet Union, effective sovereignty fell into th (...)

Après l’implosion de l’Union soviétique, la vraie souveraineté s’est retrouvée entre les mains des nationalités titulaires, c’est-à-dire des groupes nationaux qui ont donné leurs noms aux Républiques. […] Avec mes collaborateurs, j’ai compilé les biographies des familles mixtes russophones dans chaque République et je me suis engagé dans une observation participante des Russes dans leur vie de tous les jours. Ce travail m’a permis de connaître le niveau de leur compréhension de la langue titulaire et leurs dispositions pour l’étudier15. (Laitin 1998 : IX-X)

16Dans les nouveaux États indépendants, la redéfinition des statuts des langues non-titulaires, parlées sur leurs territoires, notamment de la place de la langue russe, est un processus qui n’est pas terminé et qui reste sensible. La langue russe est par exemple officielle aux côtés de la langue d’État en Biélorussie (référendum de 1995, Constitution 1996), au Kazakhstan (loi sur les langues 1997), au Kirghizistan (2010). Soulignons aussi que la définition des fonctions de la « langue d’État » (gosudarstvennyj âzyk) n’est pas toujours simple, mais des précisions peuvent être données. Par exemple, en République de Moldavie « en tant que langue d’État, la langue moldave est utilisée dans tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle et en conséquence, elle joue le rôle de langue de communication interethnique sur le territoire de la République » (loi du 1er septembre 1989).

  • 16 La Constitution de la Fédération de Russie, article 68, déclare : « 1. La langue d’État de la Fédé (...)

17Dans la Fédération de Russie, les réformes linguistiques ont continué en même temps que les réformes de l’État à être mises en place sur de nouvelles bases fédératives. Les dispositions législatives et constitutionnelles déterminant les statuts des langues ont été adoptées dans les républiques de la Fédération de Russie et au niveau fédéral. Les langues d’État des républiques de la Fédération de Russie sont utilisées parallèlement au russe, la langue d’État de la Fédération de Russie16.

18Dans les Constitutions de certaines républiques de la Fédération de Russie existent des garanties pour la création de conditions favorables au développement des langues et cultures titulaires (Komi, Saha (Yakoutie), Tchouvachie, Ingouchie, Mari El, Kabardino-Balkarie). Les dispositions constitutionnelles qui exigent la connaissance de la langue titulaire ou de « deux langues d’État » (du russe et de la langue titulaire) par le président de la République existent en : Adygué, Bachkirie (la langue bachkire n’a pas le statut de langue d’État), Bouriatie, Ingouchie, Saha (Yakoutie), Ossétie du Nord (Alani), Tatarstan, Touva (Guboglo 2000 : 150).

19À côté du terme de « langue titulaire » (titul’nyj âzyk) existent des expressions proches « langue de la nation titulaire » (âzyk titul’noj nacii), « langue de la nationalité qui a donné le nom à la République » (âzyk nacional’nosti, davšej nazvanie respublike), « langue du peuple qui a donné le nom à la République » (âzyk naroda, davšego nazvanie respublike), « langue de l’ethnie selon le nom de laquelle est nommée l’entité nationale-territoriale » (âzyk ètnosa, po kotoromu nazvano territorial’noe obrazovanie). Ces expressions renvoient aux représentations liées à l’histoire de la Constitution de l’URSS. Par exemple, les idées de Staline ont eu une profonde influence sur la question de l’identité nationale en URSS. Pour lui, les nations étaient le résultat d’une culture, d’une langue, d’une vie économique et d’un territoire communs.

20Comme nous l’avons expliqué, on appelait en URSS « nations » les groupes ethniques les plus importants, ceux dont les territoires avaient le rang de « république soviétique », et « nationalités » les autres, plus petits ou plus dispersés, qui n’avaient que des territoires de rang inférieur et que la Constitution soviétique de 1977 (art. 70) nommait « nations et nationalités (nacii i narodnosti) formant ensemble un seul peuple (narod) soviétique » (Garde 2004 : 102). En même temps, le mot « peuple » (narod) pouvait dans la pratique désigner à la fois les « nations » et les « nationalités » (ibid.). Par exemple, le dictionnaire linguistique encyclopédique évoque les peuples historiques de l’URSS qui résident dans les républiques fédérées, républiques autonomes, oblasts autonomes et okrougs autonomes :

  • 17 Traduit du russe : « Языкu наро∂оɞ СССР — языкu, на коmорых ƨоɞоряm наро∂ы, жuɞущuе на mеррumорuu (...)

Les langues des peuples de l’URSS sont celles qui sont parlées par les peuples qui résident sur le territoire de l’URSS. En URSS, existent 130 langues des peuples historiques du pays, qui résident dans 15 républiques fédérées, 20 républiques autonomes, 8 oblasts autonomes et 10 okrugs autonomes, et quelques dizaines de langues, dont la majorité de locuteurs dispose d’un État hors de l’URSS17.

21Depuis les premières années de la Constitution de l’URSS, l’organisation des relations politiques entre les groupes ethniques était gérée par le pouvoir central. Initialement, au début des années 1920, comme le note David D. Laitin, le principe territorial était capital :

  • 18 Traduit de l’anglais : « […] the Treaty with Union Soviet Republics (December 1922), and the first (...)

[…] le traité de l’Union des Républiques Soviétiques (décembre 1922), et la première Constitution de l’URSS (1924), ont organisé les relations politiques entre les nations d’après des principes strictement territoriaux, et, dans chaque république, des avantages politiques étaient accordés aux nations titulaires au désavantage des minorités18. (Laitin 1998 : 45)

22L’approche territoriale avait des conséquences à long terme, par exemple, comme le considère Robert A. Lewis, dans la délimitation des frontières des républiques en Asie Centrale, où, dans une certaine mesure, elle a influencé la situation sociolinguistique :

  • 19 Traduit de l’anglais : « Naturally the concentration helped to ensure… the greater linguistic homo (...)

Naturellement, la concentration a contribué à s’assurer… d’une plus grande homogénéité linguistique de ces diverses républiques. Les Ouzbeks ont été amenés à constituer près de 75 % de la population de leur république, les Turkmènes plus de 70 % de la population de la SSR Turkmène, et, dans le cas du Tadjikistan et du Kirghizstan, elles étaient constituées respectivement de plus de 74 % et 66 % de leur groupe national. Une telle unification et une telle homogénéité augmentée ont facilité l’accès à l’éducation et à la littérature vernaculaire, faisant ainsi la promotion de langues nationales non russes19. (cité par Laitin 1998 : 46)

  • 20 L’article 5 de la Constitution de la Fédération de Russie stipule : « 1. La Fédération de Russie e (...)

23À la fin des années 1980, à côté de 15 républiques soviétiques socialistes fédérées, existaient les républiques socialistes soviétiques autonomes (au sein de quatre républiques Soviétiques Socialistes Fédérées : Russie, Géorgie, Azerbaïdjan et Ouzbékistan). La Russie avait en son sein, des oblasts (régions) et des arrondissements autonomes. Actuellement, la Fédération de Russie est constituée de plusieurs sujets de Fédération, au total 8620.

  • 21 Федеральный закон О nолumuке Россuŭскоŭ Фе∂ераųuu ɞ оmноɯенuu сооmечесmɞеннuкоɞ за рубежом» от 24/ (...)
  • 22 Traduit du russe : « Тumульная наųuя-часmь населенuя ƨосу∂арсmɞа, наųuональносmь коmороŭ оnре∂еляе (...)

24Les années suivant la dissolution de l’URSS et la désintégration de l’espace soviétique étaient accompagnées par des crises identitaires liées aux bouleversements et réévaluations des anciennes représentations dans un espace politique et social en changement. Une approche plus attentive des problèmes de construction d’identité nationale et/ou politique a présumé le droit au principe d’auto-identification. Il est intéressant de remarquer que la définition de la « nation titulaire » (titul’naâ naciâ) a été donnée dans la loi fédérale sur la politique de la Fédération de Russie à l’égard des compatriotes à l’étranger du 24/05/1999, dans l’article 221 : « La nationalité titulaire est la partie de la population de l’État, la nationalité de laquelle détermine le nom officiel de l’État22. » Dans le texte cité, la notion se rapporte aux nouveaux États indépendants issus de l’URSS. La notion fut supprimée en 2010 (loi no 179-ФЗ du 23/07/2010) suite à la nécessité de réalisation législative des approches actualisée à l’égard des compatriotes et le besoin de préciser la notion de « compatriote ».

  • 23 Traduit du roumain : « naţiunea titulară, majoritară şi baştinaşă din Republică. »

25Actuellement, dans les nouveaux États indépendants, pour la description des situations sociolinguistiques, à côté de la notion de langue titulaire, s’affirment les notions de langue d’État et aussi celles de majorité et de minorité (voire, par exemple, en République de Moldavie : « nationalité titulaire, majoritaire et historique de la République23 » (Heinz 2007 : 11).

26La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires a été signée (le 10 mai 2001), mais non ratifiée par la Fédération de Russie. Le terme de « langue minoritaire » (minoritarnyj âzyk) s’y est répandu (par exemple : Neroznak 1996 : 5). Toutefois, pour l’instant, la question des minorités et de la majorité reste non tranchée par la classe politique (Guboglo 2000 : 169-171). En 2003, la définition de nationalité titulaire était donnée dans le dictionnaire de M. Asaev des notions et de stermes ethnolinguistiques et intégrait la notion de majorité :

  • 24 Traduit du russe : « Чаще ɞсеƨо Т.н. яɞляюmся наuболее мноƨочuсленные наро∂ы (эmносы) ∂анноƨо ƨосу (...)

Le plus souvent la nationalité titulaire représente le peuple (etnos) majoritaire d’un État ou d’une entité étatique respectifs. Par exemple, les Ouzbeks en Ouzbékistan, les Ukrainiens en Ukraine, les Français en France, les Tatares en Tatarstan, les Kalmouks en Kalmoukie, etc. Il existe aussi des binômes de nationalités titulaires : les Kabardiens et les Balkars en Kabardino-Balkarie, les Karatchaïs et les Tcherkesses en Karachaïévo-Tcherkessie. Il n’est pas rare cas aussi que la nationalité titulaire ne représente pas la majorité dans l’entité étatique. Par exemple, les Khakasses dans la République de Khakassie, les Tchouktches dans l’arrondissement autonome de Tchoukotka, les Juifs dans la région autonome juive24. (Isaev 2003 : 145)

  • 25 Traduit du russe : « Тumульныŭ язык - эmо язык эmноса, nо коmорому назɞано наųuонально-mеррumорuал (...)
  • 26 Traduit du russe : « Сnраɞочнuк яɞляеm собоŭ о∂но uз nерɞых сɞо∂ных оnuсанuŭ ƨосу∂арсmɞенных u mum (...)

27La notion de langue titulaire est utilisée pour la description des situations sociolinguistiques sur le territoire de la Fédération de Russie et reflète la particularité de son organisation territoriale. Par exemple, V. P. Neroznac note en 1996 : « La langue titulaire est celle de l’ethnie qui a donné le nom à une entité nationale-étatique ou nationale-territoriale25. » (Neroznak 1996 : 5). En 2002, il fait paraître le dictionnaire encyclopédique Gosudarstvennye i titul’nye âzyki Rossii : Enciklopediceskij slovar’-spravocnik (Les Langues d’État et titulaires de la Russie) (Neroznak 2002). « Le dictionnaire représente la première description synthétique des langues d’État et titulaires de la Russie. Les articles contiennent les renseignements essentiels sur diverses langues, leurs caractéristiques linguistiques et sociolinguistiques26. » De même, des précisions sont données sur le « statut social et juridique » des langues titulaires. Dans les configurations sociolinguistiques de la Fédération de Russie, le terme de « langue titulaire » désigne en général une langue de fait minoritaire :

  • 27 Traduit du russe : « По соųuально-nраɞоɞому сmаmусу mumульные языкu ∂еляmся на ƨосу∂арсmɞенные (mа (...)

D’après le statut social-juridique les langues titulaires se divisent en langues étatiques (tatares, bachkire, bouriate, ossète, komi et autres) et non étatiques (komi-pérmiate, koriak, nenet, tchoukot et autres). Parmi les dernières, la plus grande partie sont des langues minoritaires27. (Neroznak 1996 : 5)

28Remarquons également le problème existant de normalisation des langues titulaires et les facteurs spécifiques à la Fédération de Russie qui déterminent leurs situations réelles :

  • 28 Traduit du russe : « Функųuональные u соųuально-ролеɞые харакmерuсmuкu языкоɞ ɞ Россuŭскоŭ фе∂ераų (...)

Les caractéristiques fonctionnelles et sociales des langues dans la Fédération de Russie sont déterminées, non seulement par les normes juridiques, mais également par tout un ensemble de facteurs démographiques, ethniques, sociaux et culturels. Un des aspects les plus difficiles de l’existence et de l’utilisation des langues titulaires des républiques membres de notre Fédération est la non-conformité caractéristique de la plupart d’entre elles, du statut de la langue à son corpus28. (ibidem)

29L’émergence de la notion de « langue titulaire » à la fin des années 1980 en Union soviétiques a participé à la description de la situation sociolinguistique sur son territoire pendant les années marquées par la restructuration de la société soviétique. Elle continue à être utilisée pour la description des situations sociolinguistiques dans l’espace postsoviétique et sur le territoire de la Fédération de Russie, à côté de la notion de « langue d’État » entrée dans les textes juridiques, et renvoie à l’idée de la reconnaissance du principe de territorialité linguistique. Dans les configurations sociolinguistiques de la Fédération de Russie, le terme de « langue titulaire » peut désigner une langue minoritaire.

Bibliografia

Références bibliographiques

Federal’nyj zakon « O gosudarstvennoj politike Rossijskoj Federacii v otnosenii sootecestvennikov za rubezom » 24/05/1999 [Loi fédérale sur la politique de la Fédération de Russie à l’égard des compatriotes à l’étranger du 24/05/1999], article 2.

Legea cu privire la functionarea limbilor vorbite pe teritoriul Republicii Moldova [Loi relative au fonctionnement des langues parlées sur le territoire de la République de Moldavie] no 3465-XI du 01/09/1989, Vestile Sovetului Suprem si ale Guvernului R.S.S.M., 1989, no 9, art. 217.

GARDE P. (2004), Le Discours balkanique. Des mots et des hommes, Paris, Fayard.

GILEVIČ N. (1988), « Vystuplenie Nila Gileviča (Belorussiâ) » [Communication de Nil Gilevič (Biélorussie)], Moscou, Literaturnaâ gazeta, no 10 (5180), p. 4.

GUBOGLO M. (2000), Mojet li dvuhglavyj orel letat’s odnim krylom ? Razmyšleniâ o zakonotvorcestve v sfere etnogosudarstvennyh otnošenij [Un Aigle à deux têtes, peut-il voler avec une seule aile ? Réflexions sur la législation dans le domaine des relations entre les ethnies et l’État], Académie des Sciences de la Russie, Moscou, Probel.

HEINZ M. (coord.) (2007), Stat slab, cetatenie incerta ; studii despre republica Moldova [Un État faible, une citoyenneté incertaine : études sur la République de Moldavie], Bucuresti, Curtea Veche Publishing, http://www.ras.ru/FStorage/download.aspx?Id=b15f22c8-1300-4224-978b-7e55d9a43782 (consulté le 18/03/2014).

ISAEV M. I. (2003), Slovar’ etnolingvističeskih ponâtij i terminov [Dictionnaire des notions et des termes etnolinguistiques], Moscou, Flinta Nauka.

KARPOV V. V. (1988), « Soversenstvovanie nacional’nyh otnosenij, perestroika i zadaci sovetskoj vlasti » [Perfectionnement des relations nationales, perestroïka et les tâches du pouvoir soviétique], Moscou, Literaturnaâ gazeta, no 10 (5180), p. 3.

LAITIN D. D (1998), Identity in Formation : the Russian-Speaking Populations in the Near Abrood, Cornell University Press, USA.

NEROZNAK V. P. (1996), « Âzykovaâ reforma (1990-1995) » [La réforme de la langue], Vestnik Possijskoj Akademii Nauk, tome 66, no 1, pp. 3-7.

NEROZNAK V. P. (2002), Gosudarstvennye i titul’nye âzyki Rossii : ènciklopedičeskij slovar’-spravočnik [Les Langues étatiques et titulaires de la Russie : dictionnaire encyclopédique], Moscou, Academiâ.

SEREBRIAN O. (2010), Autour de la mer Noire. Géopolitique de l’espace pontique, Perpignan, Éditions Artège.

ŠVEJCER A. D. (1976), Sovremennaâ sociolingvistika : teoria, problemy, metody [Sociolinguistique contemporaine : théorie, problèmes, méthodes], Moscou, Nauka.

Note

1 Cf. la Constitution de la Fédération de Russie, article 68.

2 Précisons, comme le note Paul Garde : « Dans les langues slaves (russe, bulgare, serbocroate), existent deux équivalents de nationalité : nacionalnost et narodnost, l’un formé sur “nation”, l’autre sur “peuple” (narod). La Constitution soviétique de 1977, art. 70 évoquait les “nations et nationalités” (nacii i narodnosti) formant ensemble un seul “peuple” (narod) soviétique » (Garde 2004 : 102).

3 Nom du gouvernement soviétique central et local, jusqu’aux années 1950 (Negura 2009 : 393).

4 Toutes les traductions de cet article sont de Natalia Scurtu. Traduit du russe : « О лuкɞu∂аųuu безƨрамоmносmu сре∂u населенuя РСФСP. »

5 Traduit du russe : « Посmаноɞленuе СНК СССР u ЦК ВКП(б) оm 13 марmа 1938 ƨо∂а No 324, Об обязаmельном uзученuu русскоƨо языка ɞ ɯколах наųuональных ресnублuк u обласmеŭ ». (Comptes-rendus des réunions du Soviet des Commissaires populaires de l’URSS de 1938 no 1-6, compte-rendu no 4).

6 Traduit du russe : « О∂на uз nрuчuн ɞознuкноɞенuя nроблем с наųuональным языком u ɯколоŭ-черезмерная ųенmралuзаųuя ɞ эmоŭ обласmu. Прuнuмаюmся реɯенuя u nосmаноɞленuя на о∂ну мерку ∂ля ɞсеƨо Соɞеmскоƨо Союза. А ɞе∂ь з∂есь nроблемы моƨуm быmь u быɞаюm у каж∂оŭ ресnублuкu сɞоu, сnеųuфuческuе. Наnрuмер, ƨбенuбу∂ь, ɞ какоŭ-нuбу∂ь ресnублuке есmь mру∂носmu с uзученuем русскоƨо языка. А ɞ Белоруссuu-ɞсе на обороm : с русскuм языком nроблем неm, но есmь u больɯuе, nроблемы с ро∂ным белорусскuм языком. По мненuю ораmора, значенuе u роль языка наро∂а, ∂аɞɯеƨо назɞанuе ресnублuке, ∂олжны оnре∂еляmся сооmɞесmɞующuм законом. »

7 « Literaturnaâ gazeta », édité depuis 1967 sur 16 pages, est devenu « un important événement de la vie sociale et un de plus influents des médias » et, vers la fin des années 1980, « un de rares médias sur papier, qui a ouvert la voie à des changements radicaux survenus dans le pays, a préparé l’opinion publique ». Sa diffusion, à la veille des années 1990, était de plus de 6 millions d’exemplaires. (Traduit du russe : « значumельным яɞленuем общесmɞенноŭ жuзнu, о∂нuм uз аɞmорumеmных u ɞлuяmельных uз∂анuŭ », « о∂нuм uз немноƨuх nечаmных орƨаноɞ, коmорые nроложuлu ∂ороƨу ра∂uкальным nреобразоɞанuям, nроuзоɯе∂ɯuм ɞ сmране, nо∂ƨоmоɞuлu к нuм общесmɞенное мненuе... ».). Cf. http://www.lgz.ru/history/ (consulté le 16/04/2014).

8 Ici le mot « peuple » (narod) est synonyme du mot « nation » (naciâ), c’est-à-dire, le groupe ethnique, dont le territoire avait le rang de « République soviétique » (voir note 1).

9 Traduit du russe : « Оƨосу∂арсmɞленuе » языкоɞ mumульных наųuŭ nро∂олжuлось ɞ законах Казахскоŭ ССР о языках ɞ Казахскоŭ ССР (22 сенmября), Кuрƨuзскоŭ ССР о ƨосу∂арсmɞенном языке ɞ Кuрƨuзскоŭ ССР (23 сенmября), Узбекскоŭ ССР о языке Узбекскоŭ ССР (21 окmября), Украuнскоŭ ССР о языках ɞ Украuнскоŭ ССР (28 окmября). Позже ∂руƨuх, ɞ 1990 ƨ. былu nрuняmы Закон о языках ɞ Белорусскоŭ ССР (26 янɞаря) u Закон Туркменскоŭ Соɞеmскоŭ Соųuалuсmuческоŭ Ресnублuкu о языке (24 мая). »

10 Закон о языках народов СССР.

11 Traduit du russe : « Союзные, аɞmономные ресnублuкu ɞnраɞе оnре∂еляmь nраɞоɞоŭ сmаmус языкоɞ ресnублuк, ɞ mом чuсле усmанаɞлuɞаmь uх ɞ качесmɞе ƨосу∂арсmɞенных языкоɞ » (art. 4 : La détermination du statut juridique des langues).

12 Traduit du russe : « Прu∂анuе mуɞuнскому языку сmаmуса ƨосу∂арсmɞенноƨо обесnечum соз∂анuе необхо∂uмых услоɞuŭ ∂ля еƨо сɞобо∂ноƨо разɞumuя u расɯuренuя общесmɞенных функųuŭ » (Закон « О языках в Тувинской АСССР »).

13 Traduit du russe : « Ресnублuка Калмыкuя, яɞляясь е∂uнсmɞенным очаƨом u хранumелем калмыųкоŭ наųuональноŭ кульmуры, uсmорuко-кульmурноƨо насле∂uя, ƨаранmuруеm uх сохраненuе u разɞumuе » (Сmеnное уложенuе (Осноɞноŭ закон) Ресnублuкu Калмыкuя) », loi du 05/04/1994 http://zakon.scli.ru/ru/legal_texts/ (consulté le 16/04/2014).

14 Traduit du russe : « Госу∂арсmɞеннымu языкамu ɞ Ресnублuке Калмыкuя яɞляюmся калмыųкuŭ u русскuŭ языкu. Калмыųкuŭ язык яɞляеmся осноɞоŭ наųuональноƨо самосознанuя калмыųкоƨо наро∂а. Еƨо ɞозрож∂енuе, сохраненuе, разɞumuе u расɯuренuе сре∂ы уnоmребленuя яɞляюmся nрuорumеmнымu за∂ачамu орƨаноɞ ɞласmu Ресnублuкu Калмыкuя. »

15 Traduit de l’anglais : « With the collapse of the Soviet Union, effective sovereignty fell into the hands of the titular nationalities-that is, the nationality groups after which the republics were named. […] My collaborators and I compiled extensive biographies of a half-dozen Russian-speaking families in each republic and engaged in participant observation of these Russians in their daily lives. From this fieldwork we know the degree to which they understand the titular language and their orientations toward learning it. »

16 La Constitution de la Fédération de Russie, article 68, déclare : « 1. La langue d’État de la Fédération de Russie sur tout son territoire est la langue russe. Les Républiques ont le droit d’adopter leurs langues d’État. Dans les institutions d’État, les institutions locales, dans l’administration des Républiques elle est utilisée à côté de la langue d’État de la Fédération de Russie. La Fédération de Russie garantit à tous ses peuples le droit à la sauvegarde de leurs langues natives et crée des conditions pour leur enseignement et leur développement ». (Traduit du russe : 1. Госу∂арсmɞенным языком Россuŭскоŭ Фе∂ераųuu на ɞсеŭ ее mеррumорuu яɞляеmся русскuŭ язык. 2. Ресnублuкu ɞnраɞе усmанаɞлuɞаmь сɞоu ƨосу∂арсmɞенные языкu. В орƨанах ƨосу∂арсmɞенноŭ ɞласmu, орƨанах месmноƨо самоуnраɞленuя, ƨосу∂арсmɞенных учереж∂енuях ресnублuк онu уnоmребляюmся наря∂у с ƨосу∂арсmɞенным языком Россuŭскоŭ Фе∂ераųuu. 3. Россuŭская Фе∂ераųuя ƨаранmuруеm ɞсем ее наро∂ам nраɞо на сохраненuе ро∂ноƨо языка, соз∂анuе услоɞuŭ ∂ля еƨо uзученuя u разɞumuя.) http://constitution.kremlin.ru/ (consulté le 16/04/2014).

17 Traduit du russe : « Языкu наро∂оɞ СССР — языкu, на коmорых ƨоɞоряm наро∂ы, жuɞущuе на mеррumорuu СССР. В СССР nре∂сmаɞлено около 130 языкоɞ коренных наро∂оɞ сmраны, жuɞущuх ɞ 15 союзных, 20 аɞmономных ресnублuках, 8 аɞmономных обласmях u 10 аɞmономных окруƨах, u несколько ∂есяmкоɞ языкоɞ, осноɞная масса носumелеŭ коmорых uмееm сɞою ƨосу∂арсmɞенносmь за nре∂еламu СССР. » http://lingvisticheskiy-slovar.ru/description/iazyki%20narodov%20sssr/763 (consulté le 16/04/2014).

18 Traduit de l’anglais : « […] the Treaty with Union Soviet Republics (December 1922), and the first constitution of the USSR (1924), where the political relations between nations were organized along strictly territorial principles, and within each republic, political advantages accrued to the titular nationalities at the expense of minorities. »

19 Traduit de l’anglais : « Naturally the concentration helped to ensure… the greater linguistic homogeneity of the various republics. The Uzbeks came to constitute nearly 75 % of the population of the Republic, Turkmen over 70 % of the population of the Turkmen SSR, and in the case of Tajikstan and Kirgistan the national group in each constituted over 74 % and 66 % respectively. Such unification and increased homogeneity made the task of providing vernacular education and literature much easier, and so promoted the non-Russian national languages. »

20 L’article 5 de la Constitution de la Fédération de Russie stipule : « 1. La Fédération de Russie est composée de Républiques, kraïs, oblasts, villes d’importance fédérale, oblast autonome, okrougs autonomes qui sont les sujets égaux de la Fédération de Russie. 2. La République (État) a sa Constitution et sa législation. Kraï, oblast, ville d’importance fédérale, oblast autonome, okroug autonome a son Statut et législation. Dans la relation avec les autorités fédérales tous les sujets de la Fédération de Russie sont égaux ». (Traduit du russe : 1. Россuŭская Фе∂ераųuя сосmоum uз ресnублuк, краеɞ, обласmеŭ, ƨоро∂оɞ фе∂еральноƨо значенuя, аɞmономноŭ обласmu, аɞmономных окруƨоɞ-раɞноnраɞных субъекmоɞ Россuŭскоŭ Фе∂ераųuu. 2. Ресnублuка (ƨосу∂арсmɞо) uмееm сɞою консmumуųuю u законо∂аmельсmɞо. Краŭ, обласmь, ƨоро∂ фе∂еральноƨо значенuя, аɞmономная обласmь, аɞmономныŭ окруƨ uмееm сɞоŭ усmаɞ u законо∂аmельсmɞо. […] 4. Во ɞзаuмооmноɯенuu с фе∂еральнымu орƨанамu ƨосу∂арсmɞенноŭ ɞласmu ɞсе субъекmы Россuŭскоŭ Фе∂ераųuu меж∂у собоŭ раɞноnраɞны.)

21 Федеральный закон О nолumuке Россuŭскоŭ Фе∂ераųuu ɞ оmноɯенuu сооmечесmɞеннuкоɞ за рубежом» от 24/05/1999, статья 2.

22 Traduit du russe : « Тumульная наųuя-часmь населенuя ƨосу∂арсmɞа, наųuональносmь коmороŭ оnре∂еляеm офuųuальное наuменоɞанuе ∂анноƨо ƨосу∂арсmɞа. »

23 Traduit du roumain : « naţiunea titulară, majoritară şi baştinaşă din Republică. »

24 Traduit du russe : « Чаще ɞсеƨо Т.н. яɞляюmся наuболее мноƨочuсленные наро∂ы (эmносы) ∂анноƨо ƨосу∂арсmɞа uлu ƨосу∂арсmɞенноƨо образоɞанuя. Наnрuмер : узбекu - ɞ Узбекuсmане, украuнųы - на Украuне, франųузы - ɞо Франųuu, mаmары - ɞ Таmарсmане, калмыкu - ɞ Калмыкuu u m.∂. Всmречаюmся u nарные Т.н. : кабар∂uнųы u балкарųы - ɞ Кабар∂uно Балкарuu, карачаеɞųы u черкессы - ɞ Карачаеɞо Черкесuu. Нере∂кu случаu, коƨ∂а Т.н. не сосmаɞляеm больɯuнсmɞа ƨосу∂арсmɞенноƨо образоɞанuя. Скажем, хакасы - ɞ Ресnублuке Хакассuя, чукчu - ɞ Чукоmском аɞmономном окруƨе, еɞреu - ɞ Еɞреŭскоŭ аɞmономноŭ обл. u m.∂. »

25 Traduit du russe : « Тumульныŭ язык - эmо язык эmноса, nо коmорому назɞано наųuонально-mеррumорuальное образоɞанuе. »

26 Traduit du russe : « Сnраɞочнuк яɞляеm собоŭ о∂но uз nерɞых сɞо∂ных оnuсанuŭ ƨосу∂арсmɞенных u mumульных языкоɞ Россuu. Слоɞарные сmаmьu со∂ержаm ɞсе осноɞные сɞе∂енuя о mом uлu uном языке, oбобщенные лuнƨɞuсmuческuе u соųuолuнƨɞuсmuческuе харакmерuсmuкu. »

27 Traduit du russe : « По соųuально-nраɞоɞому сmаmусу mumульные языкu ∂еляmся на ƨосу∂арсmɞенные (mаmарскuŭ, баɯкuрскuŭ, буряmскuŭ, осеmuнскuŭ, комu u ∂р.) u неƨосу∂арсmɞенные (комu-nермяųкuŭ, корякскuŭ, ненеųкuŭ, чукоmскuŭ u ∂р.) Сре∂u nосле∂нuх больɯая часmь - мuнорumарные языкu. »

28 Traduit du russe : « Функųuональные u соųuально-ролеɞые харакmерuсmuкu языкоɞ ɞ Россuŭскоŭ фе∂ераųuu оnре∂еляюmся не mолько nраɞоɞымu нормамu, но u ųелым комnлексом ∂емоƨрафuческuх, эmнuческuх, соųuокульmурных факmороɞ. О∂uн uз самых сложных асnекmоɞ сущесmɞоɞанuя u nрuмененuя mumульных языкоɞ ресnублuк, ɞхо∂ящuх ɞ наɯу фе∂ераųuю,-харакmерное ∂ля больɯuнсmɞа uз нuх несооmɞеmсmɞuе сmаmуса языка еƨо корnусу. »

Autore

Doctorante, linguiste, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5478 IKER (CNRS - Université Bordeaux Montaigne / UPPA).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search