Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

Langues historiquement implantées

Corrélation des notions de langue maternelle (native) et de langue d’État : mécanismes juridiques de leurs développements et réalisations en Russie

«Соотношение понятий государственного и родного языка. Правовые механизмы их развития и реализации в России»

Nuriâ Nugaeva et Ûliâ Ostapenko

Résumé

La langue est l’un des aspects clés de la culture qui est indispensable à l’existence de l’homme et de la société en général. La problématique liée à la diffusion de la langue tatare sur le territoire plurinational de la Fédération de Russie est abordée dans cette contribution à travers son aspect juridique. En l’absence d’une définition légale du statut des langues et de leur classification, il y a plusieurs possibilités de les systématiser. La question de savoir « quelles langues on peut déclarer nationales, officielles, régionales ou minoritaires » est essentielle non seulement sur le plan théorique ou scientifique, mais également sur le plan pratique car cette distinction sert de base politique, juridique et sociale pour le bon fonctionnement et le développement des langues.
Sont enfin mentionnés quelques exemples de la fixation légale du statut des langues et de sa réalisation pratique dans les actes juridiques internationaux et russes.

Язык является одним из ключевых аспектов культуры, необходимым для существования человека и общества в целом. Проблемы, связанные с распространением татарского языка на территории многонациональной России, обсуждаются в данной работе в рамках правового аспекта. В связи с отсутствием юридического определения статуса языков и их классификации существует несколько возможностей их систематизировать. Вопрос «какие языки можно объявить национальными, официальными, региональными или миноритарными» имеет важное значение не только в теоретическом или научном плане, но также и на практике, посколькуэторазличиеслужитполитической, правовойисоциальной основой для правильного функционирования и развития языков.
В заключении мы приведем несколько примеров правового закрепления статуса языков и его практической реализации в международных и российских правовых актах.

Texte intégral

1La langue est, sans aucun doute, l’un des aspects clés de la culture qui est indispensable à l’existence de l’homme et de la société en général. De même que le raisonnement ne peut pas exister en dehors de sa forme verbale, l’homme est incapable de se lancer dans le processus de socialisation et de s’intégrer en société en l’absence de l’instrument de communication principal qu’est la langue. Dans cet article, nous n’allons pas aborder le sujet de la diversité de systèmes linguistiques et de leur interaction, mais nous essayerons en revanche de mettre au point la problématique liée à la diffusion de la langue tatare sur le territoire plurinational de la Fédération de Russie et de traiter l’aspect juridique de cette question.

2Malgré les processus objectifs de mondialisation et l’intégration économique qui marque de plus en plus le monde d’aujourd’hui, la création d’un État « mondial unique » ou la formation d’une culture « mondiale » unifiée restent des mythes. Citons Feyerabend : « J’admets aussi que les contacts peuvent parfois devenir beaucoup plus solides et conduire à des unités culturelles telles que vous les concevez – mais soyez très attentifs à la façon dont cela s’est passé : la plupart du temps, l’unité a été imposée par la force, elle n’est que rarement surgit des désirs et des actes du peuple concerné » (Feyerabend 1989 : 313). Ainsi, on peut affirmer qu’aucun groupe ethnique ne renoncerait de son propre gré ni à sa propre langue, ni à d’autres éléments de sa culture. Ce sont précisément les menaces extérieures et les atteintes à l’indépendance d’une culture qui incitent la communauté internationale à élaborer des mécanismes de résistance pour ce genre d’atteintes, à défendre chaque langue par tout moyen, notamment par une réglementation juridique au niveau international et au niveau interne de chaque État.

3Il est largement admis que l’État est défini par ses trois aspects principaux que sont la population, le territoire et la souveraineté s’agissant tant des affaires intérieures que des relations avec l’étranger. Pourtant, de nos jours, il est presque impossible d’assimiler un État quelconque à une communauté culturelle unique et homogène. La population d’un État peut réunir différents peuples et ethnies qui vivent depuis des siècles sur un territoire donné. Ainsi, par exemple, le peuple plurinational est le titulaire de la souveraineté dans la Fédération de Russie, ce qui ressort clairement de la Constitution en vigueur. Par ailleurs, en réunissant les citoyens de différentes ethnies, cultures et religions, un État adopte inévitablement des attributs uniques comme le drapeau, les armoiries ou l’hymne. La langue parlée sur le territoire d’un État et utilisée pour le fonctionnement de ses institutions acquiert le statut d’une langue nationale ou bien la langue d’État. La langue d’État joue un rôle important dans tous les domaines de la vie sociale et politique, c’est un symbole de l’État et la langue de la Constitution. La langue nationale sert très souvent de langue officielle, c’est-à-dire celle des services de l’État, de la législation et des tribunaux.

  • 1 À travers, d’abord, la notion en russe de « rodnoj âzyk ».

4En 1953, les experts de l’Unesco ont proposé de distinguer les notions de langue d’État et de langue officielle, mais cette distinction « reste une recommandation et n’a qu’un caractère facultatif et explicatif », n’obligeant donc pas les États. La notion de langue maternelle (native)1 n’a pas encore été précisée. À notre avis, il s’agit d’un phénomène large qui comprend une ou quelques langues que l’individu, nonobstant son appartenance ethnique, préfère utiliser pour penser, parler et qu’il considère comme sa langue maternelle. Restreindre une personne dans le choix de sa langue maternelle signifierait porter atteinte à sa liberté personnelle.

5En 1992, le Conseil de l’Europe a donné à tous les États membres la possibilité de protéger leur héritage linguistique en adoptant la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. L’article 1 de la Charte définit les langues régionales ou minoritaires comme les « langues pratiquées traditionnellement sur un territoire d’un État par des ressortissants de cet État qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de l’État et différentes de la (des) langue (s) officielle(s) de cet État. » En outre, le même article introduit la notion de « langues dépourvues de territoire », par laquelle on entend les « langues pratiquées par des ressortissants de l’État qui sont différentes de la (des) langue(s) pratiquée(s) par le reste de la population de l’État, mais qui, bien que traditionnellement pratiquées sur le territoire de l’État, ne peuvent pas être rattachées à une aire géographique particulière de celui-ci. »

  • 2 «[…] какuе языкu яɞляюmся ƨосу∂арсmɞеннымu, офuųuальнымu, реƨuональнымu u языкамu меньɯuнсmɞ.»

6D. M. Gilâzitdinov, lorsqu’il étudiait les statuts de différentes langues parlées en Russie, en particulier les langues russe, tatare et bachkire dans la République du Bachkortostan, a soulevé en 2002 la question de savoir « quelles langues on peut déclarer nationales, officielles, régionales ou minoritaires2 » (Gilâzitdinov 2002 : 6). Cette question étant essentielle non seulement sur le plan théorique ou scientifique, mais également sur le plan pratique, car cette distinction sert de base politique, juridique et sociale pour le bon fonctionnement et développement des langues.

  • 3 «ɞ коmором ∂аɞалось бы uх офuųuальное mолкоɞанuе u рекомен∂аųuu nо nрu∂анuю языку разлuчных эmносо (...)

7Après avoir pris en compte les définitions susmentionnées qui existent au niveau international, D. M. Gilâzitdinov arrive à la conclusion que la langue officielle est celle dont les citoyens peuvent valablement se servir dans toutes les sphères de la vie sociale dans un État donné. La langue régionale, elle, selon l’auteur, remplit toutes les fonctions d’une langue officielle pour un peuple particulier sur le territoire qu’il occupe mais, à la différence de cette dernière, la langue régionale ne fonctionne que dans la zone d’habitation du peuple concerné. Les représentants d’un peuple ont le droit d’utiliser leur langue régionale dans tous les domaines de la vie sociale (ibid. : 7-9). En l’absence d’une définition légale du statut des langues et de leur classification, il y a plusieurs possibilités pour les systématiser. On peut parler de langues nationales, officielles, régionales, de la langue maternelle, de langues minoritaires ou de langues des ethnies formant des sujets de la Fédération. Selon une représentation erronée et maximaliste de l’aspect juridique de l’attribution des langues, la langue régionale (historiquement dominante dans une région ou sur un territoire particulier) peut acquérir un statut officiel et obligatoire sur un territoire déterminé. Cela est certes théoriquement possible. Cependant, en réalisant un tel projet, il n’est pas suffisant de prendre en considération seulement l’aspect juridique, mais il faut tenir compte de la réalité économique et sociale, des particularités culturelles du territoire en question et de sa population, en particulier celle qui ne maîtrise pas la langue du peuple autochtone. Il est évidemment temps d’adopter un document « qui fixerait une définition officielle des langues et émettrait des recommandations quant à l’attribution aux langues de différentes ethnies des statuts de langues nationales, officielles, régionales ou minoritaires3 » (ibid. : 10). Mentionnons quelques exemples de fixation légale du statut des langues et de sa réalisation pratique.

  • 4 «[…] он ɞобрал ɞ себя… ɞелuколеnuе uсnанскоƨо, жuɞосmь франųузскоƨо, креnосmь немеųкоƨо, нежносmь (...)

8L’art. 68 par. 1 de la Constitution de Russie stipule que la langue officielle de la Fédération de Russie sur l’ensemble du territoire est le russe. M. V. Lomonosov a donné la description suivante de la puissance de la langue russe : « […] elle a amassé… la splendeur de l’espagnol, la vivacité du français, la force de l’allemand, la douceur de l’italien et, de plus, la richesse et la brièveté extraordinaire de l’expression des langues latine et grecque4 » (ibid. : 3).

9Conformément à l’art. 68 par. 2 de la Constitution, les républiques ont le droit d’établir leurs langues officielles. Dans les organes du pouvoir d’État et les organes de l’auto-administration locale, les établissements d’État de la république, elles sont utilisées parallèlement à la langue officielle.

10Chacun a droit d’utiliser sa langue maternelle, de choisir librement sa langue de communication, d’éducation, d’enseignement et de création (art. 26 par. 2 de la Constitution), tandis que la Fédération de Russie garantit à tous ses peuples le droit au maintien de la langue maternelle, l’établissement de conditions permettant son étude et son développement (art. 68 par. 3 de la Constitution).

11Ces dispositions de la Constitution de Russie sont reprises par les législations internes des sujets de la Fédération. Ainsi, conformément à l’art. 8 de la Constitution de la République du Tatarstan, le tatar et le russe sont les deux langues d’État égales en droits sur le territoire de la République.

12Ğabdulla Tukaj, un poète tatar très aimé par son peuple, a chanté avec éloquence sa langue maternelle dans un poème qui est un véritable hymne de langue maternelle pour chacun :

  • 5 Traduit du tatar par Julja Ostapenko : « И mуƨан mел, u маmур mел, әmкәм-әнкәмнең mеле ! Дөнья∂а к (...)

Ô, langue chérie de mon enfance
Ô, langue enchanteresse de ma mère !
C’est toi qui m’as permis de chercher à connaître
Le monde, depuis mes jeunes années
Quand tout enfant je n’arrivais pas à dormir
Ma mère me chantait des berceuses
Et grand-maman me racontait des histoires
À travers l’obscurité pour me fermer les yeux
Ô, ma langue ! Tu as toujours été
Mon soutien dans la douleur et dans la joie
Je te comprends et je te chéris tendrement
Depuis l’âge où j’étais un petit garçon
Dans ma langue, j’ai appris avec patience
À exprimer ma foi et à dire :
« Ô, Créateur ! Bénis mes parents
Allah, emporte mes péchés ! »5 (Tukaj 2006 : 167).

13Parmi de nombreuses citations lyriques ou empreintes de nationalisme qui illustrent cette relation, citons par exemple A. S. Griboedov, savant, écrivain et diplomate russe, mettant en avant la langue maternelle comme une des principales valeurs de l’ethnie :

  • 6 «Воскреснем лu коƨ∂а оm чужеɞласmья мо∂? / Чmоб умныŭ, бо∂рыŭ наɯ наро∂, / Хоmя nо языку нас не сч (...)

Ranimerons-nous de la mode étrangère un jour ?
Pour que notre peuple sage et vif
Ne nous considère pas allemands d’après la langue6 (Griboedov 2012 : 128).

14Le tatar est une langue appartenant au groupe des langues turques, plus précisément, au groupe kiptchak septentrional. Le tatar, pris dans son sens large, comprend le tatar de Crimée et le tatar de la Volga, ainsi que de nombreux dialectes. Certains auteurs sont d’avis qu’en Russie impériale (avant 1917), l’oppression générale dont souffraient les peuples minoritaires résultait d’un durcissement des conditions de fonctionnement et de développement de leurs langues (Gilâzitdinov 2002 : 33). Cette conclusion est renforcée par le fait que, formellement et pratiquement, les langues autres que le russe n’étaient pas officielles et leurs statuts n’étaient pas définis. Il est important de mentionner que certaines langues se développaient toutefois très intensément au début du XXe siècle et ce, non seulement, au niveau de la communication, mais aussi sur les plans artistique et scientifique. Par exemple, en 1915-1916, les Tatars de Kazan avaient une mosquée et un mollah pour 150 habitants, une école pour 100 habitants et 9 exemplaires de livres en tatar en moyenne pour une personne (Neroznak 1995 : 241). Ce niveau d’utilisation du tatar a été atteint en l’absence d’écoles officielles pour la population non russe. On peut supposer que ce développement de fait, malgré l’absence de concrétisation juridique, était dû aux efforts des représentants de différentes ethnies qui considéraient le tatar comme leur langue maternelle.

15Dans les années 1930, suite à l’orientation de la société vers la construction du communisme qui était censé être dépourvu de caractère ethnique, on a commencé à restreindre l’utilisation des langues régionales. Chaque génération nouvelle s’aliénait de plus en plus par rapport à sa langue maternelle. Vers 1989, 0,7 exemplaire de livres en tatar était publié pour un Tatar (ibid. : 241). Le 25 octobre 1991 est adoptée la loi sur les langues des peuples de RSFSR, ensuite fut élaboré le Programme gouvernemental de sauvegarde et de développement des langues des peuples de Russie, qui suscita l’adoption, au Tatarstan, au Touva, en Khakassie, dans la République des Komis et d’autres régions, des lois correspondantes sur leurs propres langues. Les organes exécutifs régionaux ont émis plusieurs règlements et recommandations concernant les mesures à prendre pour appliquer les nouvelles lois. Plus tard, la loi fédérale sur la langue officielle de la Fédération de Russie fut publiée, tandis qu’au Tatarstan, restait en vigueur la loi sur les langues officielles et autres langues dans la République du Tatarstan. Au Bachkortostan, le tatar était une langue officielle au même niveau que le russe et le bachkir de 1937 à 1977, mais la Constitution de la république de 1977 avait accordé ce statut aux deux derniers uniquement. Pourtant, le tatar est en réalité la deuxième langue la plus utilisée au sein de cette république. Environ 31 % de la population maîtrisent le tatar et 17,1 % des Bachkirs le considèrent comme leur langue maternelle (Gilâzitdinov 2002 : 39). On voit ainsi que les relations entre les langues et les ethnies ne peuvent pas être réduites en une formule simplifiée comme « une ethnie = une langue », c’est pourquoi il est nécessaire de reconnaître également les langues des autres peuples et ethnies qui vivent depuis des siècles sur un territoire déterminé en tant que langues nationales, officielles ou régionales.

16La question des statuts des langues se pose non seulement en Russie mais dans toutes les républiques de l’ex-URSS. Ainsi, en Ukraine, à part le problème des relations entre le russe et l’ukrainien, il existe en particulier celui du développement du tatar de Crimée. Un autre aspect du problème est lié au processus de mondialisation qui touche aujourd’hui la plupart des États. L’expansion considérable de l’anglais crée actuellement le problème de la « protection » de la langue maternelle qui est aussi nationale. En France, par exemple, la situation linguistique rend nécessaire l’élaboration de documents aux niveaux international, national et régional pour la sauvegarde et le développement des langues minoritaires.

  • 7 «Языкоɞая nолumuка — о∂uн uз uнсmруменmоɞ, nозɞоляющuх uзбежаmь краŭносmеŭ, как ƨлобалuзаųuu, mак (...)
  • 8 «росm nресmuжа русскоƨо языка ɞ мuре nозɞолum укреnumь nозuųuu Россuu на мuроɞоŭ nолumuческоŭ сųен (...)

17On entend parfois des griefs sur l’oppression du russe non seulement en dehors de la Russie mais également dans les territoires des républiques de la Fédération par rapport aux langues régionales. Une telle approche ne nous semble pas tout à fait correcte, car plusieurs problèmes entrent ici en ligne de compte, tels que la protection des langues régionales, la lutte pour la préservation de la langue nationale (le russe) et l’enseignement correct de celle-ci, notamment aux immigrés. À ce propos, Y. L. Vorotnikov, président du Conseil de la Fondation russe des sciences humaines, membre de l’Académie des sciences de Russie, fait comprendre que « la politique linguistique est un des instruments qui permettent d’éviter les extrêmes, c’est-à-dire tant la mondialisation que le séparatisme7 » (Vorotnikov 2007 : 10). Le russe est un moyen de communication entre les différents peuples de Russie. C’est une réalité aujourd’hui, et l’on ne peut nier que la perception par des russophones de discriminations dans différentes régions de la Russie ou dans les républiques de l’ex-URSS soit mal perçue, et ce d’autant plus si l’on renvoie à cette opinion du même Y. L. Vorotnikov : « l’augmentation du prestige de la langue russe dans le monde permettra de consolider la position de Russie sur la scène politique mondiale8 » (ibid.).

18En ce qui concerne la fixation de normes juridiques concernant le statut des langues, R. G. Galimov, président de l’Association de la culture tatare de Moscou « Tugan tel » (langue maternelle), évoque dans son rapport le « seuil du danger » en mentionnant la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992 et en précisant que les dispositions de la Charte ne s’appliquent pas en Russie (Seražetdinov 2007). Les faits parlent aujourd’hui d’eux-mêmes. Au Tatarstan, il y a des écoles, des jardins d’enfants, des clubs où les enfants Tatars apprennent leur langue maternelle. Cependant, les parents de ces enfants n’y prêtent pas beaucoup d’attention, et l’on ne peut pas leur reprocher cette attitude, car la puissance du grand État pèse sur tout, de sorte que les petites langues régionales se perdent sous cette domination et ne se font presque plus entendre. Pourquoi cela ? Parce que les élèves sortant des écoles rurales, ne parlant pas très bien le russe, mais maîtrisant parfaitement le tatar, ne peuvent pas passer les examens d’entrée aux universités dans leur langue maternelle. Les causes en sont nombreuses : c’est la timidité, le manque d’enseignants connaissant leur discipline en tatar, ou encore l’absence de préparation des futurs étudiants dans leur langue maternelle. Les représentants de toutes les ethnies dans toutes les régions ne pourront pas se sentir à l’aise tant que leurs langues maternelles ne bénéficient pas d’une place appropriée dans les ouvrages académiques, les livres scolaires et universitaires.

19Au niveau gouvernemental, plusieurs régions de la Russie s’efforcent de rétablir l’image de leurs langues régionales et de leurs cultures, notamment par des campagnes publicitaires à la télévision, à la radio et dans les médias. Par exemple, le tatar se revitalise à travers les médias. Ainsi, aux périodiques tatars devenus traditionnels, tels que Kazan utlary, Çayan, Magarif, Yalkyn, viennent s’ajouter des magazines nouveaux comme Salavat kupere (revue pour les enfants), Idel (revue pour les jeunes), Miras. De plus, le nombre d’heures de télé-et radiodiffusion en tatar a également augmenté (Neroznak 1995 : 242). Néanmoins, cela ne suffit pas. L’essentiel réside dans l’éducation des jeunes Tatars à la maison. Les parents ne seront prêts à élever leurs enfants en tatar que lorsqu’ils verront que l’État dans lequel ils vivent fait des efforts pour restituer aux peuples non russes leurs propres langues, de même qu’à l’époque, des efforts ont été faits dans l’autre sens. La langue maternelle (pour la plupart des habitants du Tatarstan, c’est le tatar) devrait se trouver au même niveau que le russe tant sur le papier que dans la vie réelle. Cela signifie que le rétablissement des langues régionales devrait faire partie de la stratégie gouvernementale mais il n’existe qu’une égalité formelle entre les langues.

20Il y a un autre problème que l’on ne peut pas laisser de côté. Au Tatarstan, ces dernières années ont été marquées par le développement d’un bilinguisme tataro-russe à sens unique, c’est-à-dire que seuls les Tatars, en règle générale, maîtrisent les deux langues. De nos jours, les Russes n’ont pratiquement plus la possibilité d’apprendre le tatar de manière complète et efficace, ce qui favorise une certaine tension parmi la population russophone qui vit sur le territoire du Tatarstan.

21Du reste, les langues ne s’opposent pas de manière systématique et forcée. Les emprunts réciproques sont le résultat de contacts linguistiques qui démontrent que la coexistence des deux cultures et des deux langues dans un respect mutuel est possible. Des exemples d’emprunts du ruse au tatar existent, par exemple le mot russe « stakan » (verre) vient du tatar « dustagan ». Le mot russe « balbès » (nigaud, ignorant) remonte au mot tatar « belmès », etc. La langue de chaque peuple appartient à toute l’humanité et il ne devrait pas y avoir au XXIe siècle de « grands » et de « petits » peuples, mais des peuples véritablement égaux en droit, notion selon laquelle chacun a le droit parler la langue qu’il considère comme sa langue maternelle. Il peut également être rappelé que la combinaison des langues régionales et officielles, enseignées dès les premières classes, permet d’atteindre de meilleurs résultats scolaires, d’améliorer l’éducation en général car la langue ne joue pas seulement un rôle dans la communication, mais a également une fonction cognitive.

22Après la chute de l’URSS, la question de la sauvegarde des langues nationales (non-russes) semblait regagner de l’importance. Mais les conséquences étaient et restent de nos jours parfois douloureuses car, pendant des années, le gouvernement ne disposait pas d’un organe légitime qui serait responsable de la sauvegarde de l’authenticité des langues et des cultures des peuples autochtones du pays. Or, nous voyons la solution à ce problème dans le fait que le russe ne peut qu’être une langue officielle en Russie mais qu’en même temps, il est nécessaire de reconnaître le rôle des langues régionales qui existaient depuis des siècles à côté du russe et de leur conférer un statut officiel en rapport avec leur importance. La discrimination, qu’elle soit manifeste ou latente, fait qu’à l’heure actuelle, les langues régionales doivent occuper leur juste place et bénéficier d’un support approprié.

23En conclusion, chaque État doit comprendre que la discrimination des langues des autochtones est avant tout une violation de leurs droits et libertés et que les gouvernements doivent respecter le devoir sacré qu’est la sauvegarde des langues nationales et régionales pour les générations futures.

Bibliographie

Références bibliographiques

Evropejskaâ hartiâ regional’nyh i minoritarnyh âzykov (05/11/1992) [Charte européenne des langues régionales ou minoritaires].
http://www.coe.int/t/dg4/education/minlang/textcharter/default_en.asp (consulté le 30/04/2014).

Konstituciâ Respubliki Tatarstan (06/11/1992) [Constitution de la République de Tatarstan (06/11/1992)], Respublika Tatarstan (2002) no 87-88.

Konstituciâ Rossijskoj Federacii (12/12/1993) [Constitution de la Fédération de Russie (12/12/1993)], Rossijskaâ gazeta (1993), no 237.

Zakon Respubliki Tatarstan, « O gosudarstvennyh âzykah Respubliki Tatarstan i drugih âzykah v Respublike Tatarstan » (08/07/1992 N 1560-XII) [Loi sur les langues de la République de Tatarstan (08/07/1992 N 1560-XII)], Vedomosti Gosudarstvennogo Soveta Tatarstana (1996), no 4.

Zakon RF, « O âzykah narodov RF » v red. Federal’nyh zakonov (24/07/1998 N 126-FZ), (11/12/2002 N 165-FZ) [Loi sur les langues de la Fédération de Russie (24/07/1998 N 126-FZ), (11/12/2002 N 165-FZ)], « Vedomosti SND i VS RSFSR » (1991), no 50, § 1740.

D’ÂČKOV M. V. (1996), Minoritarnye âzyki v poliètničeskih (mnogonacional’nyh) gosudarstvah [Les Langues minoritaires dans des États multiethniques (multinationaux)], Moskva, INPO.

FEYERABEND P. (1989), Adieu, la raison, Paris, Le Seuil.

GILÂZITDINOV D. M. (2002), Meždunarodnyj, rossijskij i respublikanskij opyt rešeniâ problem statusa âzykov [Expérience de la résolution des problèmes du statut des langues au niveau international, en Russie et dans des républiques], Ufa, Izdatel’stvo BGPU.

GRIBOEDOV A. S. (2012), Gore ot uma : komediâ [Du Malheur d’avoir de l’esprit], Moskva, Det. lit.

MAHMUTOVA L. T., MËHÂMMÂDIEV M. G., SABIROV K. S., HANBIKOVA Š. S. (1977), Tolkovyj slovar’tatarskogo âzykа v 3 t. [Dictionnaire de la langue tatare], Kazan, Tatar. kitap nәšr.

NEROZNAK V. P. (1992), « Âzyk ohranâetsâ zakonom » [La langue est protégée par la loi], Russkaâ reč’, no 2, pp. 3-5.

NEROZNAK V. P. (dir.) (1995), Gosudarstvennye âzyki v Rossijskoj Federacii. Ènciklopedičeskij slovar’– spravočnik [Les Langues d’États dans la Fédération de Russie], Moskva, Academia.

NEROZNAK V. P. (dir.) (2002), Âzyki narodov Rossii. Krasnaâ kniga. Ènciklopedičeskij slovar’– spravočnik [Les Langues des peuples de la Russie. Livre rouge. Dictionnaire encyclopédique], Moskva, Academia.

SERAŽETDINOV D. O. (dir.) (2007), Materialy naučno – praktičeskoj konferencii, posvâŝennoj meždunarodnomu dnû rodnogo âzyka [Les Actes de la conférence scientifique consacrée à la journée internationale de la langue native], Moskva, Moskovskij Dom nacional’nostej.

TUKAJ G. (2006), Избранные nроuзɞе∂енuя/Sajlanma әsәrlәr : 2 tomda, 1 tom, Šigyr’lәr, poèmalar : « Tugan tel » [Œuvres choisies : 2 tomes, tome 1, Poésies, poèmes : « La langue maternelle »], Kazan, Tatar. kit. nәšr.

VOROTNIKOV Û. L. (dir.) (2007), Russkij âzyk kak gosudarstvennyj âzyk Rossijskoj Federacii i âzykovaâ politika v sovremennom mire (po materialam Tret’ego i Četvertogo meždunarodnyh seminarov po gosudarstvennoj âzykovoj politike i aktual’nym problemam dvuâzyčiâ) [La Langue russe en tant que langue d’Etat de la Fédération de Russie et la politique linguistique dans le monde actuel (d’après les actes du troisième et du quatrième séminaire international sur la politique linguistique d’Etat et sur les problèmes pertinents du bilinguisme)], Sankt Peterburg, Zlatoust.

Notes

1 À travers, d’abord, la notion en russe de « rodnoj âzyk ».

2 «[…] какuе языкu яɞляюmся ƨосу∂арсmɞеннымu, офuųuальнымu, реƨuональнымu u языкамu меньɯuнсmɞ.»

3 «ɞ коmором ∂аɞалось бы uх офuųuальное mолкоɞанuе u рекомен∂аųuu nо nрu∂анuю языку разлuчных эmносоɞ u эmнuческuх ƨруnn сmаmуса uлu ƨосу∂арсmɞенноƨо, uлu офuųuальноƨо, uлu реƨuональноƨо, uлu языка наųuональных меньɯuнсmɞ.»

4 «[…] он ɞобрал ɞ себя… ɞелuколеnuе uсnанскоƨо, жuɞосmь франųузскоƨо, креnосmь немеųкоƨо, нежносmь umальянскоƨо, сɞерх mоƨо — боƨаmсmɞо u сuльную ɞ uзображенuях краmкосmь ƨреческоƨо u лаmuнскоƨо языка.»

5 Traduit du tatar par Julja Ostapenko : « И mуƨан mел, u маmур mел, әmкәм-әнкәмнең mеле ! Дөнья∂а күn нәрсә бел∂ем сuн mуƨан mел аркылы. / Иң элек бу mел белән әнкәм бuɯекmә көŭләƨән, Аннары mөннәр буе әбкәм хuкәяm сөŭләƨән. / И mуƨан mел ! Һәрɞакыmmа яр∂әмең белән сuнең, Кечкенә∂ән аңлаɯылƨан ɯаmлыƨым, каŭƨым мuнем. / И mуƨан mел ! Сuн∂ә булƨан uң элек кыŭлƨан ∂оƨам : Ярлыкаƨыл, ∂un, үзем һәм әmкәм-әнкәмне, хо∂ам ! »

6 «Воскреснем лu коƨ∂а оm чужеɞласmья мо∂? / Чmоб умныŭ, бо∂рыŭ наɯ наро∂, / Хоmя nо языку нас не счumал за немųеɞ.»

7 «Языкоɞая nолumuка — о∂uн uз uнсmруменmоɞ, nозɞоляющuх uзбежаmь краŭносmеŭ, как ƨлобалuзаųuu, mак u сеnараmuзма.»

8 «росm nресmuжа русскоƨо языка ɞ мuре nозɞолum укреnumь nозuųuu Россuu на мuроɞоŭ nолumuческоŭ сųене.»

Auteurs

Maître de conférences à la chaire de droit international et européen de l’Université fédérale de Kazan.

Assistante à la chaire de Droit international et européen de l’Université d’État de Kazan.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540