Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique

 | 
Svetlana Moskvitcheva
, 
Alain Viaut

L'objet « langue minoritaire »

Les caractéristiques sémantiques de la notion de « langue » (âzyk) dans l’ethnopsychologie russe moderne

«Семантические характеристики понятия “язык” в современной русской этнопсихологии»

Elena Belinskaïa

Abstract

La notion de « langue » (âzyk) est une des notions centrales de l’ethnopsychologie. L’objectif premier de cette étude était l’identification des caractéristiques sémantiques de la notion de « langue » (âzyk) dans la littérature ethnopsychologique moderne. En qualité d’objet empirique de l’étude ont été choisis les ouvrages périodiques scientifiques psychologiques.
Nous avons étudié les périodes de publication suivantes : les années 1989-1990 (le temps du début de perestroïka), deuxième période – 1999-2000 (« des années tumultueuses 90 ») et la troisième période – 2009-2010.
La procédure de l’analyse consistait en démarches suivantes. Pour chaque publication scientifique périodique, nous avons analysé tous les numéros de la revue pendant les périodes temporelles indiquées. Lors de la deuxième étape, nous avons souligné les locutions associées à la notion de « langue » (âzyk) y compris le contexte sémantique de leur emploi. Pendant la troisième étape, nous avons effectué une analyse des caractéristiques qualitatives et quantitatives de telles ou telles catégories et/ou sous-catégories du contenu de toutes les périodes temporelles étudiées. Finalement, nous avons obtenu les résultats que nous présentons dans cet article.

Понятие «язык» является одним из центральных в этнопсихологии. Задачей нашего исследования стало определение семантических характеристик понятия «язык» в современной этнопсихологической литературе. В качестве эмпирического объекта исследования были выбраны ведущие научные журналы по психологии. Мы рассмотрели следующие периоды публикаций: первый период – 1989 – 1990 (время начала «перестройки»), второй период – 1999 – 2000 (завершение «бурных 90-х») и третий период – 2009 – 2010 годы.
Процедура исследования состояла в следующем. Для каждого периодического научного издания анализировались все его номера по трем выделенным временным периодам и выделялись все статьи этнопсихологической проблематики. На втором этапе выделялись все используемые определения понятия «язык», включая смысловой контекст их употребления. На третьем этапе проводился сравнительный анализ качественных и количественных характеристик тех или иных категорий и/или подкатегорий контент-анализа по всем изучаемым временным периодам. В статье представлены полученные результаты и их анализ.

Testo integrale

1La diversité et la complexité de la situation linguistique et sociolinguistique actuelle sur les territoires des pays de l’ex-Union soviétique n’ont pas besoin de preuves détaillées. La création aux frontières, avec la Fédération de Russie, d’États indépendants, souverains à la place des anciennes républiques soviétiques, qui possèdent non seulement leur propre droit à l’intégrité territoriale mais qui exercent aussi une politique linguistique indépendante, favorise objectivement une dynamique sociolinguistique active dans cet espace postsoviétique. Il est évident que dans le sens le plus large, le vecteur principal de cette dynamique est l’aboutissement des différentes corrélations de deux processus : celui des transformations du statut de la langue russe et celui de la dynamique du statut de la langue nationale (ou des langues nationales). Notons que le statut définitif de telle ou telle langue découle de l’ensemble des fonctions qu’elle exerce. Celles-ci comprennent, non seulement, les fonctions sociales (langue comme moyen de communication dans le milieu administratif, de l’enseignement, de la science, de la culture ; c’est-à-dire les fonctions propres à la langue nationale ou d’État), mais aussi les fonctions qui ont un contenu psychologique et socio-psychologique beaucoup plus prononcé. De ce point de vue, la langue peut jouer le rôle de moyen de communication quotidienne, de pivot de l’identification ethnique, de moyen d’auto-catégorisation sociale des sujets-locuteurs de la langue. Dans le dernier cas, la qualification de la langue comme « native » est la plus acceptée (Švejcer 2009).

2On conçoit que la réalisation concrète de la dynamique interdépendante des statuts des langues russe et nationales peut-être très complexe et contradictoire, et, dans un nombre connu de cas, ouvertement conflictuelle. Il apparaît que, dans l’ensemble, cette conflictualité est sous-tendue par trois groupes de facteurs. Premièrement, par le statut juridique du russe et des autres langues, étant entendu que, dans ce cas, est possible un statut co-officiel équivalent (l’exemple typique est celui de la Biélorussie) ou une co-officialité asymétrique, comme, par exemple, au Kazakhstan ou en Ouzbékistan. Deuxièmement, la conflictualité des statuts de différentes langues dépend de la répartition quantitative des locuteurs des langues à l’intérieur du pays en général et/ou dans une région déterminée, ce qui, à son tour, peut être déterminé par des raisons historiques, démographiques ou socio-économiques. Enfin, troisièmement, les relations conflictuelles des langues peuvent être déterminées par le niveau de l’intensité réelle de leurs fonctions psychologiques et socio-psychologiques.

3Ainsi, par exemple, pour un Tadjik qui est né et qui a grandi à Tachkent, la langue tadjike sera une langue native, une langue probable de communication quotidienne parallèlement au russe mais qui, à la différence du russe, n’aura aucun statut juridique et sera une langue de minorité nationale. Notons que selon un certain nombre de données sociologiques (voir par exemple, les données de Gallup de 2009), c’est le niveau de conflictualité des statuts finaux des langues russe et nationales (d’État) qui est censé spécifie dans grande mesure l’attitude à venir des représentants de tels ou tels peuples et ethnies de l’espace postsoviétique envers la langue russe et, respectivement, envers la culture russe en général. Par exemple, le désir d’apprendre le russe à ses enfants est plus développé en Biélorussie, où on connaît déjà bien le russe, qu’en Azerbaïdjan. Il est évident que les raisons de cette situation sont plutôt socioculturelles et psychologiques que sociopolitiques.

  • 1 «Карmuна мuра неuзбежно рuсуеmся ɞсякuŭ раз nрu nомощu ∂руƨоƨо набора слоɞ u значенuŭ.»
  • 2 «mермuны эmо не карmuнкu собыmuŭ, а сɞоеƨо ро∂а локальные сnособы ƨоɞорumь, uсnользуемые ∂ля коор∂ (...)

4Mais la complexité et la multiplicité de la situation sociolinguistique actuelle sur le territoire de l’ex-URSS ne sont pas que des réalités objectives. De façon prégnante, elles se construisent socialement en reflétant dans leur diversité sémantique les significations appliquées à telles ou telles langues et/ou à leurs situations. Précisons que le discours scientifique y joue un rôle plus significatif que le discours sociopolitique. En effet, la pluralité des significations, qui sont données par les représentants de différents domaines des sciences humaines à la notion centrale de « langue » (âzyk), est, seulement dans une certaine mesure, définie par des actes juridiques et politiques, orientés vers la régularisation et la solution des contacts linguistiques et des transactions interculturelles. Dans une plus grande mesure, elles dépendent des attitudes axiologiques des chercheurs eux-mêmes. Pour confirmer cette thèse on peut rappeler les traditions de la sociologie du savoir, fondées dans le cadre de la conception d’E. Husserl et K. Mannheim selon laquelle la pensée scientifique ne peut être comprise qu’à travers son lien concret avec la situation historique et sociale, comme dans le cadre des idées plus récentes de P. Berger et T. Luckmann sur le rôle dirigeant de la langue dans la construction sociale de la réalité. Selon ces derniers, la vision diversifiée du monde, y compris la vision scientifique, trouve son expression dans le système d’usage de la langue. En objectivant la pluralité des expériences sociales, les diverses significations de tel ou tel mot reflètent ces changements, c’est pourquoi « l’image du monde se dessine inévitablement chaque fois à l’aide d’un autre nombre de mots et significations1 » (Berger et Lukman 1995 : 110-114). De plus, la multiplicité terminologique résulte toujours de l’encodage de certains événements en conformité avec leur interprétation dans un système des relations défini, car « les termes ne sont pas les images des événements, mais des sortes de moyens locaux de parler, utilisés pour la coordination des relations entre les personnes à l’intérieur d’une société déterminée2 » (Gergen 1994 : 74). Autrement dit, dans le cadre du paradigme du constructivisme social, les termes sont toujours conventionnels. Nous remarquons qu’une analyse similaire de la réalité linguistique est plus que caractéristique de la psychologie sociale contemporaine qui est de plus en plus tournée, aujourd’hui (en raison de la même rupture de paradigme), vers les études de « la rationalité subjective » (sub’ektivnaâ racional’nost’) (Andreeva 2009). Donc, la question se pose sur le contenu de ces conventions dans le cadre du discours scientifique, en particulier ethnopsychologique. Pourquoi précisément dans ce cadre ?

5Avant tout, parce que pour l’ethnopsychologie la notion de « langue » (âzyk) est une des notions centrales. Dans le cadre de ce domaine du savoir, la langue est traditionnellement considérée comme un des principaux facteurs ethno-différentiateurs. Dès le début de l’existence de l’ethnopsychologie comme domaine du savoir scientifique indépendant, l’attention des chercheurs fut attirée vers la question des langues. Ainsi, du point de vue de H. Steinthal et M. Lazarus, la langue (à l’égal de la religion, du droit, de l’art et d’autres pratiques sociales) reçoit son explication finale dans la psychologie du peuple, en devenant porteur de sa mémoire, de sa volonté, de ses sentiments et de son caractère collectifs. Cette pensée sera postérieurement développée dans la « psychologie des peuples » de V. Wundt. Ainsi, selon Wundt (Vundt 1998), différentes formes de la solidarité sociale, de la vie commune et de l’interaction génèrent de nouveaux phénomènes dirigés par leurs propres lois, non limités aux lois de conscience individuelle. Ces nouveaux phénomènes sont les représentations, les sentiments et les aspirations générales de tel ou tel peuple, qui se manifestent dans la langue, les mythes et les coutumes. C’est justement la langue qui contient une forme générale des représentations existantes dans le peuple et les lois de leur lien.

  • 3 «Только nоняmuе (а ɞмесmе с mем u слоɞо как необхо∂uмое еƨо услоɞuе) ɞносum u∂ею законносmu, необх (...)

6Le rôle directeur de la langue dans la formation et le développement des processus de la catégorisation sociale a été traditionnellement souligné par des chercheurs sociologues russes. Ainsi, du point de vue d’A. A. Potebnâ, c’est surtout la langue qui détermine les méthodes du travail intellectuel de la personne, en fixant, dans le discours social, les moyens définis de la catégorisation et auto-catégorisation. Ainsi, la langue devient pour l’homme le moyen principal de formation de la vision du monde qui l’y inclut naturellement. Pourquoi ? Selon la position de A. A. Potebnâ, par principe, l’essence des choses ne peut être connue. Initialement, l’homme a affaire au chaos des sensations sensorielles, où uniquement le mot peut mettre, relativement, de l’ordre : « Uniquement, la notion (et en même temps le mot comme une condition nécessaire) apporte une idée de légitimité, de nécessité, de l’ordre dans ce monde dont l’homme est entouré et qu’il doit prendre comme existant3 » (Potebnâ 2010 : 131). Donc, c’est la langue qui devient un facteur principal de la « nationalité » (narodnost’) (c’est-à-dire dans la terminologie moderne de l’identité ethnique), à la base de laquelle se trouve le sentiment de la communauté sur la base de tout ce qui différentie un peuple d’un autre. Postérieurement, G. G. Špet va aussi s’intéresser au rôle de la langue, en affirmant l’idée de création, ce qui était nouveau pour cette époque dans le domaine des connaissances en ethnopsychologie. En définissant l’objet de l’ethnopsychologie comme l’étude des émotions collectives, G. G. Špet y souligne le rôle central de la langue. Et c’est tout à fait compréhensible, car l’analyse des émotions et l’étude de la culture subjective (en d’autres mots, pas de produits de culture en tant que tels mais l’attitude de l’homme envers ces produits) est impossible sans études de ces formes verbales, dans lesquelles ces émotions collectives s’expriment et prennent position (Špet 1996).

7Autrement dit, dès le début des premières expériences, les fonctions centrales pour l’ethnopsychologie étaient les fonctions communicatives et symboliques de la langue. C’est pourquoi cette notion de langue était et continue à être une des notions principales pour ce domaine du savoir. Aujourd’hui, cette thèse est généralement reconnue par le discours ethnopsychologique scientifique. C’est pourquoi il était logique de supposer que, d’abord, les caractéristiques sémantiques de la notion de « langue » (âzyk) utilisées dans la littérature ethnopsychologique contemporaine, seront assez fréquentes et variées, et, ensuite, elles pourront refléter de réels processus sociolinguistiques qui ont lieu sur le territoire de notre pays. Mais notons ici un fait intéressant. L’objectif premier de cette étude était l’identification des caractéristiques sémantiques des concepts suivants : « langue ethnique » (ètničeskij âzyk), « langue nationale » (nacional’nij âzyk) et « langue native » (rodnoj âzyk) avec pour objectif de les comparer avec des caractéristiques similaires dans d’autres discours scientifiques, en particulier dans le discours juridique. Pourtant, un déficit général assez inattendu de qualification du mot « langue » (âzyk) dans la littérature ethnopsychologique contemporaine est apparu dès le début des recherches, et cela nous a obligé à élargir notre champ de recherche empirique.

8Ainsi, la définition des caractéristiques qualitatives et quantitatives de la notion de « langue » (âzyk) dans la littérature ethnopsychologique est devenue l’objectif de notre recherche. En qualité d’objet empirique de l’étude ont été choisis les ouvrages périodiques scientifiques comme plus « réactifs » par rapport à la réalité sociale changeante comparée aux ouvrages didactiques et/ou monographiques. À cause de l’absence, en Russie, de revues spécialisées en ethnopsychologie, nous avons choisi les revues scientifiques psychologiques suivantes : Questions de psychologie (Voprosy psihologii), Revue psychologique (Psihologičeskij žurnal), Le monde de la psychologie (Mir psihologii). Nous avons étudié les périodes de publication suivantes (il est facile de remarquer qu’elles sont espacées de dix ans) : première période, les années 1989-1990, deuxième période, 1999-2000, troisième période, 2009-2010. Il est évident que la première période a fixé le temps du début de la perestroïka. C’était le temps, en quelque sorte, de l’attente sociale de grands changements sociopolitiques et économiques. C’était encore le temps de l’existence de l’URSS, mais aussi le temps du début des processus de sa désintégration qui s’est exprimé, en particulier, par le début des conflits internationaux dans certaines régions du pays (la guerre au Karabakh, la situation aux Pays baltes), qui a influencé le début de la dynamique de la situation sociolinguistique générale.

9La deuxième période des publications (1990-2000) a terminé de facto « les années tumultueuses 90 » c’est-à-dire le temps où a eu lieu un nombre important de changements sociaux radicaux : la chute de l’URSS, la formation sur son territoire des États souverains à la place des anciennes républiques soviétiques, la décentralisation et la destruction de nombreuses relations culturelles et économiques, et, comme une conséquence logique, la désintégration linguistique sur le territoire de l’ex-URSS. Enfin, la troisième période (les publications des années 2009-2010) a coïncidé avec le moment actuel. En raison du caractère documentaire de recherche, son hypothèse principale était la supposition générale que la dynamique de la situation sociolinguistique sur le territoire de l’ex-URSS se reflète qualitativement et quantitativement dans les qualifications du concept de « langue » (язык) dans le discours ethnopsychologique, en particulier dans les ouvrages périodiques correspondants.

10Pour chaque publication scientifique périodique, nous avons analysé tous les numéros de la revue pendant les périodes temporelles indiquées (1989-1990 ; 1999-2000 ; 2009-2010) :

  • Pendant la première étape, dans chaque ouvrage périodique pour chaque période analysée, nous avons mis en évidence tous les articles sur l’ethnopsychologie et sur la psychologie interculturelle (notons que dans le cadre de la tradition socio-psychologique russe l’ethnopsychologie et la psychologie interculturelle sont considérées comme un champ scientifique commun).
  • Lors de la deuxième étape, dans tous les articles choisis, nous avons souligné les locutions associées à la notion de « langue » (âzyk), y compris le contexte sémantique de leur emploi. Ensuite, nous avons composé le tableau de l’analyse du contenu et avons fait l’analyse du contenu des matériaux textuels choisis dans chaque période temporelle choisie.
  • Au cours de la troisième étape, nous avons effectué une analyse des caractéristiques qualitatives et quantitatives de telle ou telle catégorie et/ou sous-catégorie du contenu de toutes les périodes temporelles étudiées.

11Finalement, nous avons obtenu les résultats suivants. Avant tout, notons que la quantité d’articles sur l’ethnopsychologie et/ou sur la problématique interculturelle dans toutes les sources analysées a été très réduite indépendamment de l’année de l’édition. Ainsi, pendant la période 1989-1990 elle constitue au total 11 articles (2,8 % de la quantité totale), pendant la période 1999-2000, 21 articles (5,1 % de la quantité totale), et pendant la période 2009-2010, 36 articles (8,3 % de la quantité totale). Cependant, leur distribution dans toutes les trois est plus ou moins égale. Ainsi, pour l’analyse, ont été choisis au total 68 articles sur la problématique ethnopsychologique et/ou interculturelle. Un nombre si petit de publications scientifiques sur ce sujet, malgré son actualité évidente, d’un côté, et en même temps une forte présence dans les médias de l’autre, s’explique, de notre point de vue, non par une absence de l’intérêt scientifique, mais par une incapacité réelle de la communauté ethnopsychologique russe de répondre rapidement aux actuelles questions sociales de ce type. Pourtant, malgré un petit nombre d’articles, il faut prêter attention à l’augmentation statistiquement significative du nombre d’articles pendant la période de 1989 à 2010. Cela peut être concrètement démontré dans le graphique suivant.

Graphique 1 - Nombre d’articles sur la problématique ethnopsychologique et interculturelle dans les revues psychologiques russes dans les périodes de 1989-1990, 1999-2000 et 2009-2010

Graphique 1 - Nombre d’articles sur la problématique ethnopsychologique et interculturelle dans les revues psychologiques russes dans les périodes de 1989-1990, 1999-2000 et 2009-2010

12Quelles catégories associées au concept « langue » (âzyk) sont présentées dans ces articles des points de vue quantitatif et substantiel ?

13Étudions d’abord la période des années 1989-1990. À cette époque, il n’existe pas beaucoup de définitions du concept de « langue » (âzyk), à savoir quatre : « native » (rodnoj), « seconde native » (vtoroj rodnoj), « seconde » (vtoroj), « langue des minorités nationales » (âzyk nacional’nyh men’šinstv). On observe une certaine logique intérieure de leur usage. Ainsi la « langue native » (rodnoj âzyk) comprend les sens suivants :

  • Connue dès l’enfance, langue de communication dans la famille des parents ;
  • Opposée à la langue russe en général ;
  • Opposée à la langue russe étudiée à l’école.

14La langue « seconde » et « seconde langue native » (vtoroj i vtoroj rodnoj âzyk) sous-entendent la langue russe et la langue des minorités nationales – la langue native. Autrement dit, pendant cette période, dans le discours scientifique ethnopsychologique de facto n’existent que deux sens du mot « langue » (âzyk), et, respectivement, comme une réalité subjective ne sont étudiées que deux langues : natives (rodnoj) et russe. Il est intéressant de voir que, même si elle apparaît dans une certaine opposition sémantique, la langue native est comprise comme langue de communication en famille, recevant parfois une qualification discriminante de langue de minorité nationale et elle est opposée à la langue russe comme langue de majorité. Pourtant, cette opposition est très relative car, en même temps, le russe est compris comme langue seconde en fonction du niveau d’usage dans la communication quotidienne, et, en outre, comme seconde langue native, dont la maîtrise est affirmée lors de l’étape scolaire de socialisation.

15Fait intéressant, même si elles sont en quelque sorte l’opposition (la langue maternelle comme langue de communication est entendu dans la famille, parfois obtenir définition discriminatoire de la langue de la minorité et contraste le russe comme langue de la majorité), mais cette opposition est très relative – à la fois pour le russe comme deuxième langue comprise sur le degré d’utilisation dans la communication quotidienne et, en outre, comme une deuxième maison, la maîtrise est affirmé sur la scène de l’école de socialisation.

16Pendant la période des années 1999-2000 la situation change notablement. Avant tout, le nombre de locutions avec la notion de « langue » (âzyk) s’accroît de façon significative. Elle est caractérisée comme : « première » (pervyj), « apparentée » (blizkorodstvennyj), « native » (rodnoj), « seconde native » (vtoroj rodnoj), « nouvelle » (novyj), « nationale » (nacional’nyj), « étrangère » (inostrannyj), « d’autrui » (čužoj), « sa langue » (svoj), « seconde mais native » (vtoroj, no rodnoj). Aussi commencent à apparaître des caractérisations auparavant absentes, avec « -phone » (y compris russophone) et « inoâzyčnyj » (dans une autre langue). En même temps, ont été conservées toutes les expressions qui existaient avant, sauf celle de « langue des minorités nationales » (âzyk nacional’nyh men’šinstv). Pourtant on note un considérable changement du contenu sémantique pour ces expressions.

17Ainsi, la « langue native » (rodnoj âzyk) n’inclut plus le sens connu dès l’enfance, « langue connue depuis l’enfance, langue de la famille parentale » (znaemyj s detstva, âzyk roditel’skoj sem’i) et elle est opposée, et pas seulement au russe, à toutes autres langues étrangères. Comme une des raisons objectives de cette situation, l’on peut considérer le fait que c’est précisément pendant la période indiquée, comme le démontre un certain nombre de recherches ethno-psychologiques russes, qu’augmente non seulement le rôle communicatif de la langue native mais aussi sa fonction symbolique dans les processus d’identité ethnique et de différentiation intergroupe. Ainsi, selon les données empiriques de la recherche réalisée pendant cette période et dédiée aux processus de l’identification ethnique au Kazakhstan, la tendance sociolinguistique dominante était la non-coïncidence des préférences linguistiques et du réel comportement linguistique de la majorité de la population. Comme résultat, la langue kazakhe jouait un rôle du symbole de l’union du peuple, et non du réel moyen de communication. À cette époque, 100 % de population kazakhe la considéraient comme langue native, malgré la domination absolue de la langue russe dans la communication interpersonnelle. En même temps, la spécificité du comportement linguistique réel et l’attitude envers la langue native étaient des facteurs de la différentiation intergroupe : les plus hostiles envers les exo-groupes étaient les Kazakhs qui ne maîtrisaient pas le russe, et les plus tolérants, les Kazakhs qui parlaient couramment le kazakh et le russe (Doncov, Stefanenko, Utalieva 1997).

18Probablement, pour accentuer cette fonction symbolique, le terme « langue native » (rodnoj âzyk) pendant cette période historique a-t-il acquis une amplification sémantique complémentaire avec les sèmes de « première langue native » (pervyj) et d’appropriation « son/sa ») (svoj) dans le sens de la « langue de sa culture », ce que confirme aussi l’utilisation fréquente du terme « nationale » pour la désigner. Le pronom « son (propre) » (svoj) est opposé à « d’autrui » (čužoj), dans le sens de « me restreignant dans les moyens de communication ». Ainsi, sous l’adjectif « d’autrui » (čužoj) on commence à sous-entendre la langue russe. La signification de la définition « seconde native » (vtoroj rodnoj) est conservée : on sous-entend toujours la langue russe, mais, en même temps, apparaît une définition intéressante « seconde mais native » (vtoroj, no rodnoj) utilisée pour les langues apparentées au russe (en premier lieu pour le biélorusse). De nouvelles qualifications auparavant absentes apparaissent, telles qu’« étranger » (inostrannyj) et « nouveau » (novyj), utilisées presque dans le même sens : comme « langue du pays de l’émigration forcée mais pas de la Russie » et « langue de communication dans le pays d’émigration mais pas en Russie ». Il est aussi intéressant de constater l’apparition de l’adjectif « dans une autre langue » (inoâzyčnym), par exemple « russophone » (russkoâzyčnyj), qui est utilisé non par rapport au sujet-locuteur de telle ou telle langue, mais uniquement par rapport à un objet (ainsi « inoâzyčnym » [dans une autre langue] peut être un texte, une expansion, une culture etc., mais pas une personne ou un groupe de personnes).

19Pendant la période des années 2009-2010, l’augmentation quantitative des catégorisations possibles du concept de « langue » (âzyk) continue. Elle paraît comme : « native » (rodnoj), « nouvelle » (novyj), « étrangère » (inostrannyj), « seconde » (vtoroj), « d’autrui » (čužoj), « ma » (moj), « sa (propre) » (svoj), « sa (propre) native » (svoj rodnoj), « naturelle » (estestvennyj), « parlée » (razgovornyj), « locale » (mestnyj), « nationale » (nacional’nyj), « d’État » (gosudarstvennyj), « mondiale » (mirovoj), « administrative » (administrativnyj), « commune » (obŝij), « de travail » (rabočij), « langue du groupe dominant » (âzyk dominantnoj gruppy), « langue de petits peuples » (âzyk malyh narodov) « -phone » (-âzyčnyj), « dans une autre langue » (inoâzyčnyj). Au total : 21 catégories.

Graphique 2 - Dynamique quantitative de la catégorisation de la notion de « langue » dans les périodes 1989-1990, 1999-2000 et 2009-2010

Graphique 2 - Dynamique quantitative de la catégorisation de la notion de « langue » dans les périodes 1989-1990, 1999-2000 et 2009-2010

20En même temps, le champ sémantique de certaines définitions continue de changer. Ainsi, la langue native inclut maintenant les significations suivantes :

  • Langue de sa culture ;
  • Langue de communication quotidienne (non seulement dans la famille) ;
  • Opposée au russe ;
  • Opposée à toute autre langue étrangère (y compris le russe) ;
  • Naturelle » (parce que connue dès la naissance) ;
  • Opposée à la « langue de l’autre culture » (peut être n’importe laquelle).

21L’accentuation des attitudes valorisantes envers la langue native apparaît à travers l’usage des adjectifs possessifs « ma » (moj) et pronom réfléchi « son (propre) » (svoj), qui exprime l’appropriation de l’objet. Cette expression « sa langue native » (svoj rodnoj âzyk) est même exagérée du point de vue sémantique.

22La signification de la notion langue russe change complètement. Elle est utilisée comme « non native », « étrangère », « nouvelle », « d’autrui », en même temps dans la majorité des cas. Cela sous-entend qu’elle est une langue du pays de l’émigration forcée, dont la Russie joue le rôle. Pourtant, elle acquiert les qualifications de « commune » (obŝij) et « de travail » (rabočij) comme caractéristiques de la communication forcée. Cette opposition de « sa langue native » et de la « langue russe d’autrui » se reflète aussi dans le fait que la notion « dans une autre langue » (inoâzyčnyj) en disparaissant est remplacée par « russophone ». Cette qualification est appliquée non seulement aux objets sociaux comme avant, mais aussi aux sujets de communication. La définition de la langue russe comme « deuxième native » disparaît complètement.

23En même temps, apparaît un certain nombre de nouvelles définitions du terme « langue ». Elles sont présentées ci-dessous en ordre décroissant de la fréquence d’utilisation :

  • D’État (utilisée uniquement dans le contexte juridique) ;
  • Administrative (uniquement dans le contexte juridique) ;
  • Nationale (uniquement dans le contexte politique) ;
  • Internationale (uniquement dans le contexte de la communication politique) ;
  • Mondiale (uniquement dans le contexte socio-économique) ;
  • Parlée (dans le contexte de la langue de communication quotidienne, peut être toute langue) ;
  • Locale (dans le sens de « dialecte », parfois accentuée par le possessif « ma ») ;
  • Langue du groupe dominant (dans le sens « langue de peuple titulaire de la CEI ») ;
  • Langue des petits peuples (utilisée uniquement par rapport aux peuples du nord).

24Ces définitions très peu nombreuses (15 % de définitions et de contextes utilisés par rapport à la langue native et la langue russe), reflètent, néanmoins, une réalité sociale et linguistique considérable qui est à l’origine, dans la conscience sociale, des conséquences de la politique linguistique des républiques souveraines sur le territoire de l’ex-URSS.

25Il n’est pas difficile de constater qu’une augmentation quantitative et qualitative significative des caractéristiques sémantiques de la notion « langue » pendant toute la période temporelle analysée de 1989 à 2010 reflète une dynamique objective de la situation linguistique et, surtout, socioculturelle. Si pendant la période de 1989-1990 l’espace sociolinguistique de la Russie dans le discours ethnopsychologique apparaît comme assez homogène et structuré du point de vue des sens « linguistiques » introduits dans le meilleur des cas uniquement de façon dichotomique, à présent (2009-2010) cet espace non seulement se complexifie sémantiquement mais encore, de facto, il « s’estompe », ce qui peut être prouvé par l’absence d’oppositions structurelles précises. De notre point de vue, cela témoigne des tendances suivantes. Premièrement, il nous semble possible d’affirmer qu’aujourd’hui, les fonctions communicative et ethnodifférentielle de la langue ne sont plus des fonctions centrales ni comme une réalité objective ni comme la réalité du discours scientifique, en tout cas ethnopsychologique. Le rôle principal est consacré à la fonction symbolique de la langue – elle est pensée comme une base de l’identification nationale qui ne démontre pas souvent un comportement linguistique réel. Deuxièmement, une situation terminologique similaire reflète un réel conflit sociolinguistique dans un nombre de régions de l’espace postsoviétique, et plus précisément – l’impossibilité d’exercer par les langues qui étaient natives et qui sont devenues langues d’État et/ou nationales, toutes les fonctions à la différence de la langue russe qui, subjectivement, est devenue intruse, nouvelle et même étrangère, et qui cependant exerce ses fonctions avec plus de succès. Troisièmement, il apparaît qu’une situation similaire peut être étudiée dans un sens plus large comme conflit au niveau socioculturel en étant le moyen symbolique principal de l’identification nationale à cause de sa faible capacité (dans certains cas) à exercer les fonctions de transmission des valeurs de l’ordre culturel et émotionnel. Mais la langue russe, même en étant commune et parlée, ne les remplit plus à cause de son extranéité désormais ancrée (politiquement et linguistiquement). Comme résultat, le sujet de cette réalité linguistique « déchirée » devient un homme de l’auto-conscience et de l’identité aussi « déchirées », soit nationale, civile et socioculturelle.

Bibliografia

Références bibliographiques

ANDREEVA G. M. (2009), Social’naâ psihologiâ segodnâ : poiski i razmyšleniâ [La Psychologie sociale aujourd’hui : la quête et les réflexions], Moskva, NOU VPO MPSI.

BERGER P., LUKMAN T. (1995), Social’noe konstruirovanie real’nosti : traktat po sociologii znaniâ [La Construction sociale de la réalité : une étude en sociologie de la connaissance], Moskva, Medium.

DONCOV A. I., STEPANENKO T. G., UTELIEVA Ž. T. (1997), « Âzyk kak faktor ètničeskoj identičnosti » [La langue comme facteur de l’identité ethnique], Voprosy psihologii, no 4, pp. 75-86.

GERGEN K. (1994), Realities and Relationships : Soundings in Social Construction, Harvard, HUP.

GILES H. (1982), Language and Social Psychology, Bradac, Edvard Amold.

POTEBNÂ A. (2010), Mysl’i âzyk [La Pensée et la langue], Moskva, Labirint.

ŠPET G. G (1996), « Vvedenie v ètničeskuû psihologiû » [L’introduction à la psychologie ethnique], in ŠPET G. G. (éd.), Psihologiâ social’nogo bytiâ [La Psychologie de l’être social], Moskva, Institut praktičeskoj psihologii, pp. 261-372.

STEPANENKO T. G. (1999), Ètnopsihologiâ [Ethnopsychologie], Moskva, Institut psihologii RAN, Akademičeskij proekt.

VUNDT V. (1998), « Problemy psihologii narodov » [Les problèmes de la psychologie des peuples], in BOKOVIKOV A. K. (compil.), Prestupnaâ tolpa [La Foule criminelle], Moskva, Institut psihologii RAN, KSP+, pp. 195-308.

Note

1 «Карmuна мuра неuзбежно рuсуеmся ɞсякuŭ раз nрu nомощu ∂руƨоƨо набора слоɞ u значенuŭ.»

2 «mермuны эmо не карmuнкu собыmuŭ, а сɞоеƨо ро∂а локальные сnособы ƨоɞорumь, uсnользуемые ∂ля коор∂uнаųuu оmноɯенuŭ меж∂у лю∂ьмu ɞнуmрu оnре∂еленноƨо сообщесmɞа.»

3 «Только nоняmuе (а ɞмесmе с mем u слоɞо как необхо∂uмое еƨо услоɞuе) ɞносum u∂ею законносmu, необхо∂uмосmu, nоря∂ка ɞ mоm мuр, коmорым челоɞек окружаеm себя u коmорыŭ ему суж∂ено nрuнuмаmь за ∂еŭсmɞumельныŭ.»

Indice delle illustrazioni

Titolo Graphique 1 - Nombre d’articles sur la problématique ethnopsychologique et interculturelle dans les revues psychologiques russes dans les périodes de 1989-1990, 1999-2000 et 2009-2010
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6604/img-1.jpg
File image/jpeg, 47k
Titolo Graphique 2 - Dynamique quantitative de la catégorisation de la notion de « langue » dans les périodes 1989-1990, 1999-2000 et 2009-2010
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/6604/img-2.jpg
File image/jpeg, 67k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540